Secrets révélés

L’âge d’or de l’ingénierie sociale

La pulsion totalitaire n’est pas, historiquement parlant, une chose nouvelle. Les éons sont marqués par la montée et la chute des empires, des despotes et des démagogues: d’innombrables batailles ont été menées et des conflits sans fin ont été menés pour les corps, les cœurs et les esprits du plus grand nombre.

Au cours du siècle dernier seulement, des exemples évidents de l’instinct de contrôle des populations de masse ont fait surface à plusieurs reprises. Alors qu’il est généralement admis que ces marées totalitaires ont finalement sombré, les progrès extraordinaires des technologies électroniques et informatiques observés au cours des dernières décennies peuvent nous avoir livrés aux rives finales et fatales d’un éventuel asservissement technocratique permanent. Un avant-dernier moment dans le grand balancier oscillant de la fragile liberté humaine. L’« âge d’or » du cyber-joug.

Dans les époques précédentes, les conquêtes impériales, les saisies de ressources et les marchés d’esclaves intranationaux et internationaux ont capturé des corps et enchaîné des armées de malheureux dans une servitude sous contrat. Au fil du temps, ce commerce s’est étiolé (on pourrait le soutenir davantage en raison de la non-durabilité logistique et économique inhérente que du récit plus courant et plus acceptable du « réveil moral »). On pourrait également supposer que l’instinct de dominer les «inférieurs» n’a jamais vraiment disparu mais reste stratégiquement en sommeil de temps en temps.

Cependant, nous nous trouvons aujourd’hui devant un précipice où il n’est plus nécessaire ni même souhaitable de capturer des corps pour le pouvoir politique ou économique: le champ de bataille d’aujourd’hui est celui de l’esprit, la gestion technologique des perceptions, le vaste mais subtil canevas de la société ingénierie.

Car, si l’esclave ne peut pas se voir comme un esclave, alors il ne peut jamais vraiment résister à son esclavage non plus.

Ce nouveau mécanisme d’asservissement mental de masse permanent a deux pinces gargantuesques – une aérienne et une souterraine. La rubrique aérienne comprend les médias omniscients et la biosphère conditionnante – traditionnellement formée par une coalition de produits de «divertissement» de masse de style hollywoodien, les organes de «l’éducation» obligatoire de l’État et les médias «d’information» autorégulés et autorenforçants. . Au cours des dernières années, la « perturbation numérique » a donné lieu au déplacement douloureux mais inévitable des médias hérités tout-puissants par les titans en ligne émergents des « médias sociaux ».

Bien qu’il s’agisse apparemment d’un processus organique, il est instructif de noter que «l’explosion d’Internet» a d’innombrables liens avec nos agences de renseignement et le soi-disant lien «Deep State». Assistons-nous à une ère unique d’informations et d’opinions hyper contrôlées?

²

Comment la CIA a créé Google

Dans un article approfondi, détaillé, substantiel, frappant et universellement ignoré du magazine Medium de janvier 2015 , le journaliste et universitaire Nafeez Ahmed a longuement relaté le financement de démarrage substantiel acheminé du locus CIA/NSA/DARPA aux fondateurs de Google, Sergey Brin et Larry Page, alors qu’ils ont développé leur Goliath en ligne naissant (et bientôt omniscient) à l’Université de Stanford.

Selon Ahmed, « la communauté du renseignement des États-Unis a financé, nourri et incubé Google dans le cadre d’une volonté de dominer le monde par le contrôle de l’information. Financé par la NSA et la CIA, Google n’était que la première parmi une pléthore de start-ups du secteur privé cooptées par les services de renseignement américains à conserver la « supériorité de l’information ». Il affirme en outre que ce processus clandestin «a permis à certains des intérêts particuliers les plus puissants des entreprises américaines de contourner systématiquement la responsabilité démocratique et l’État de droit pour influencer les politiques gouvernementales, ainsi que l’opinion publique aux États-Unis et dans le monde. Les résultats ont été catastrophiques : surveillance de masse de la NSA, état permanent de guerre mondiale et nouvelle initiative visant à transformer l’armée américaine en Skynet.

La gestion de la perception était au centre de ce projet dès le départ, alors que les bras de la pieuvre du Pentagone/Deep State se multipliaient vers l’extérieur. Commercialisé en tant qu’innovateurs dot-com censés être frais, « Google se présente comme une entreprise technologique conviviale, funky et conviviale qui s’est fait connaître grâce à une combinaison de compétences, de chance et d’une véritable innovation. C’est vrai. Mais ce n’est qu’un fragment de l’histoire. En réalité, Google est un écran de fumée derrière lequel se cache le complexe militaro-industriel américain.

À travers un labyrinthe d’obscures structures de financement telles que MITRE Corporation et MDDS, et dirigé par le tout aussi obscur « Highlands Forum » (une « liaison/pont » entre le Pentagone/CIA/NSA et l’industrie « privée » et les principaux sous-traitants de la défense ), Brin et Page ont passé des années à être guidés par la main invisible de l’État secret. Il n’est pas difficile d’émettre des hypothèses sur ce que l’État secret voulait en retour – « Total Information Awareness ».

Selon un chercheur scientifique de carrière de la CIA et universitaire attaché au projet, « la dernière fois que nous nous sommes rencontrés en septembre 1998, M. Brin nous a fait la démonstration de son moteur de recherche qui est devenu Google peu après ». Ce même mois, Brin et Page ont officiellement incorporé la société Google.

In-Q-Tel – Financement des nouvelles technologies de surveillance

Fondée en 1999, In-Q-Tel est la branche d’investissement en capital-risque de la CIA. Lié à de nombreuses reprises à Google (via la rotation des membres du conseil d’administration et des dirigeants, et encore plus directement dans les co-investissements et les connexions boursières), le site Web In-Q-Tel répertorie les « technologies de l’information et de la communication », les « technologies physiques et biologiques », « Détermination sur site de traits humains individuels à des fins de communauté du renseignement », « Suivi et/ou authentification d’individus et d’objets », « Convergence nano-bio » et « Intelligence physiologique » comme domaines d’activité. Un domaine profond de surveillance de masse et de conditionnement de masse.

Selon Lee Fang dans The Intercept, avril 2016, In-Q-Tel a également investi dans « une gamme de produits de soins de la peau… une technologie brevetée qui enlève une fine couche externe de la peau, révélant des biomarqueurs uniques qui peuvent être utilisés pour un variété de tests de diagnostic, y compris la collecte d’ADN.

Le Dr Kevin O’Connell, un « architecte de solutions principal » chez In-Q-Tel, a fait remarquer que « l’ADN contenu dans les micro-organismes dans l’intestin d’une personne ou sur la peau d’une personne peut contenir des séquences qui indiquent une origine géographique particulière ». Même la peau sera analysée et transformée en arme.


In-Q-Tel était également présent à la naissance du colosse d’exploration de données désormais omniprésent Facebook, grâce à un certain nombre de membres du conseil d’administration et de relations de financement (notamment Accel Partners et DARPA) qui se sont chiffrés à plusieurs millions de dollars.

On estime qu’aujourd’hui, Facebook compte au moins 1,2 milliard d’utilisateurs quotidiens – de vastes pans de leurs informations personnelles pouvant être rassemblées, analysées, traitées et détenues à perpétuité. Comme les conditions d’utilisation de Facebook l’ont noté à un moment donné, « en publiant du contenu de membre sur n’importe quelle partie du site Web, vous accordez automatiquement, et vous déclarez et garantissez que vous avez le droit d’accorder à Facebook un droit irrévocable, perpétuel et non exclusif , licence mondiale, transférable, entièrement payée pour utiliser, copier, exécuter, afficher, reformater, traduire, extraire et distribuer ces informations et contenus et pour préparer des œuvres dérivées de,

Avec une ironie économique, la « politique de confidentialité » de Facebook déclarait également : « Facebook peut également collecter des informations vous concernant à partir d’autres sources, telles que des journaux, des blogs, des services de messagerie instantanée et d’autres utilisateurs du service Facebook via le fonctionnement du service… afin de vous fournir des informations plus utiles et une expérience plus personnalisée.

Il s’agit en fait d’une autorisation générale de conserver, de rassembler, de combiner, d’analyser, de monétiser et d’armer toute information recueillie sur le site et d’autres sources. Un ticket ouvert pour une surveillance permanente.

« Sensibilisation totale à l’information »

En effet, une tentative avortée de lancement d’un filet de surveillance omniscient doppelgänger a fait surface pour la première fois par le « Bureau de sensibilisation à l’information » du Pentagone en 2002.

« Total Information Awareness » était un programme américain (commandé par l’IAO) du début 2003 jusqu’à ce qu’il soit annulé fin 2003 après une réaction publique contre son titre et ses logos, certes inquiétants. Scientific American a fait remarquer que le programme « effrayant » Total Information Awareness « n’a jamais vraiment pris fin », le New York Times notant qu’il prospérait « tranquillement » à la NSA. TIA a peut-être dépassé les limites avec son image de marque draconienne et sa sinistre présentation sous-Illuminati. Une image de marque alternative, quelque chose d’un peu plus « amical et funky », peut-être avec une figure de proue exubérante et geek, volerait probablement un peu mieux avec le public.

Le site Facebook a été officiellement lancé le 4 février 2004.

Le chef supposé de la méga-corporation Facebook, qui bat désormais le monde, Mark Zuckerberg, n’a jamais vraiment impressionné comme autre chose que l’affiche de la start-up de Deep State.

Zuckerberg, dans sa « déclaration de mission » de 2017, a clairement été incité à inclure autant de mots à la mode sucrés (« civiquement engagé », « inclusif », « soutien », etc.) que possible, tout en essayant d’obscurcir maladroitement la poussée à peine souterraine du manifeste pour la censure, la partisanerie politique et la gouvernance mondiale. Un caterwaul high-tech hypocalorique pour le Nouvel Ordre Mondial.

En effet, il serait risible si Facebook n’était pas le principal diffuseur mondial de «nouvelles» et agrégateur d’informations personnelles de masse volées. Les nuages ​​s’épaississent et deviennent de plus en plus sinistres lorsque l’on considère les expériences de Facebook en matière de « contagion émotionnelle », « d’engagement des électeurs », « d’interdiction de l’ombre » et de disparition régulière des « opinions désagréables ».

Une récolte peu subtile de noms de plus en plus familiers tournent à travers des postes au Pentagone, NSA, DARPA, CIA, Google et Facebook (et les institutions et sociétés qui ont investi, développé ou graissé les roues entre elles). Peter Thiel, Anita Jones, Regina Dugan, Gilman Louie, Rob Painter, James Breyer et d’innombrables autres tournent en cercles de plus en plus réduits autour du lien entre la « sécurité nationale », la haute technologie et la « supériorité de l’information ». Comme l’a souligné Ahmed, « de nombreux cadres supérieurs de Google sont affiliés au Pentagon Highlands Forum, qui, tout au long de la période de croissance de Google au cours de la dernière décennie, est apparu à plusieurs reprises comme une force de connexion et de rassemblement. L’incubation de Google par la communauté du renseignement américain depuis sa création s’est produite grâce à une combinaison de parrainage direct et de réseaux informels d’influence financière.

Google a acheté les technologies d’imagerie par satellite « Keyhole » qui alimentent Google Earth à In-Q-Tel (la branche de capital-risque de la CIA) : un exemple parmi d’innombrables de technologies de pointe qui rebondissent facilement entre les sphères militaire et « privée ».

Google était également directement et régulièrement en affaires avec le Pentagone : il vendait discrètement des « versions améliorées de Google Earth » (en tant que systèmes de ciblage pour les frappes de drones et autres) et des « moteurs de recherche pouvant être utilisés en interne par les agences ».

Une série d’e-mails de 2014 a fait surface entre le général en chef de la NSA Keith Alexander et Sergey Brin, dans lesquels le général Alexander a décrit sans ambages Google comme un « membre clé de la base industrielle de défense [de l’armée américaine] ».

Il convient également de noter le nombre de dirigeants et de partenaires principaux de Goldman Sachs sur cette liste tournante, marquant le géant financier et bancaire, « responsable de la création des fortunes d’un milliard de dollars des sensations technologiques du 21e siècle, de Google à Facebook, (comme aussi) intimement lié à la communauté du renseignement militaire américain.

Aller sous terre dans la bataille pour l’esprit

Le Deep State/Military-Industrial-Entertainment-Complex vise la « dominance du spectre complet » non seulement sur le champ de bataille traditionnel, mais maintenant plus encore dans la bataille de l’esprit – un conflit qui fait rage sur les réseaux sociaux, les médias hérités, les nouveaux médias et essentiellement tous communications électroniques.


Le rapport du Pentagone de 2014 « Un nouveau paradigme de l’information ? Des gènes aux « mégadonnées » et d’Instagram à la surveillance persistante… Implications pour la sécurité nationale » était typique de l’horizon d’événements vaste et incalculablement ambitieux où toutes les routes semblent mener à un contrôle social coordonné à l’échelle mondiale.

Capture d’écran de la boîte à outils d’espionnage en ligne de la NSA, qui fait partie de « XKEYSCORE », un logiciel qui collecte « presque tout ce qu’un utilisateur fait sur Internet », selon l’ancien sous-traitant de la NSA, Edward Snowden, qui a divulgué les programmes classifiés en 2013.

Et c’est ici que le Léviathan entre dans la clandestinité.

Grâce à des dénonciateurs présumés comme Edward Snowden, William Binney et les révélations « Vault7 » de Wikileaks, nous avons maintenant une idée des capacités de surveillance réputées époustouflantes d’agences largement secrètes (et totalement irresponsables) comme la NSA et le GCHQ britannique. Grâce à une pléthore de programmes tels que PRISM et XKEYSCORE, il semblerait que chaque communication électronique, chaque photo, chaque vidéo, chaque tweet et appel téléphonique, soit désormais collectée et disponible pour analyse ou utilisation (nous savons également que Google construit et utilise souvent directement fournit une technologie de surveillance en partenariat avec la NSA). L’apologiste médiatique standard ou la justification du politicien en sueur pour ce filet gargantuesque est le «terrorisme», une excuse si boiteuse qu’elle ne mérite pas une réponse sérieuse.

C’est amusant d’assister à des stratagèmes imprévisibles d’exploration de données, Cambridge Analytica, d’ingénierie sociale de base et de « gestion » électorale du livre de jeu NSA/Google – alors que les organes de « l’opposition » des médias contrôlés comme The Guardian regardent et s’effondrent dans une apoplexie angoissante.

Nous avons maintenant la distinction d’être la population la plus surveillée de toute l’histoire. Chaque tyran des âges passés tourne avec envie électrostatique.

D’autres communications du Pentagone préconisent également l’armement de « groupes armés non étatiques » et la création de « groupes pseudo-terroristes » dans le but exprès de manipuler les opinions et le « noyau » émotionnel des populations nationales – un appel clair et fade à la guerre permanente, propagande et conditionnement social de premier ordre.

Selon les recherches d’Ahmed, « le Pentagone doit également accroître sa capacité de ‘modélisation et de simulation comportementale’ pour ‘mieux comprendre et anticiper les actions d’une population’ sur la base de ‘données fondamentales sur les populations, les réseaux humains, la géographie et d’autres aspects économiques et sociaux ». caractéristiques’. »

Les projets en cours ont évalué comment « la réaction psychologique aux événements racontés est ‘influencée par la façon dont le narrateur cadre les événements, faisant appel à différentes valeurs, connaissances et expériences de l’auditeur’. Un cadrage narratif qui « cible les valeurs sacrées de l’auditeur, y compris les valeurs personnelles fondamentales, nationalistes et/ou religieuses, est particulièrement efficace pour influencer l’interprétation par l’auditeur des événements racontés », parce que ces « valeurs sacrées » sont étroitement liées à « la psychologie ». de l’identité, de l’émotion, de la prise de décision morale et de la cognition sociale ». En appliquant un cadrage sacré à des problèmes même banals, ces problèmes « peuvent acquérir des propriétés de valeurs sacrées et entraîner une forte aversion à utiliser le raisonnement conventionnel pour les interpréter ».

Une ligne de recherche a été consacrée à «l’extraction des récits de millions de blogs américains, iraniens et chinois, et de les soumettre à une analyse automatisée du discours pour les comparer quantitativement dans les trois langues. Les enquêteurs effectuent ensuite un suivi en utilisant des expériences comportementales avec des lecteurs/auditeurs de différentes cultures pour évaluer leur réaction à différents récits  » où chaque histoire fait appel à une valeur sacrée pour expliquer ou justifier un comportement moralement discutable de l’auteur ».

Sûrement, seuls les naïfs demanderaient pourquoi le Pentagone finance des recherches sur la façon d’exploiter les « valeurs sacrées » des gens pour éteindre leur capacité de raisonnement logique et améliorer leur ouverture émotionnelle à un « comportement moralement discutable » ?

Un complot, il apparaît assez clairement, pour un contrôle ultime et systémique. La nouvelle « plantation mentale » des déclencheurs émotionnels, des dupes déconcertés, de la peur animale permanente et des instincts de troupeau électroniques. Tout cela au service, semble-t-il, des seigneurs du numérique et de l’économie du « viol et du pillage » du mondialisme.

Des idées extraites de sources littéraires?

Il est possible de voir le paysage informationnel et politique moderne comme inexorablement et perversement façonné et même prédit par un triumvirat de sources littéraires historiques influentes – HG Wells, Aldous Huxley et George Orwell.

Bien que largement connu aujourd’hui comme « simplement » un écrivain de science-fiction ( La guerre des mondes , La machine à voyager dans le temps , etc.), Wells était également un écrivain prodigieux de non-fiction, un théoricien, un socialiste engagé et un avant-gardiste passionné. Un sous-ensemble entier de ses écrits a presque complètement disparu de la conscience populaire : des livres extraordinairement perspicaces, prophétiques et pertinents comme The New World Order (1940) et The Open Conspiracy (1928), étrangement épuisés depuis de nombreuses décennies.

Dans ces deux derniers volumes, Wells a clairement plaidé pour le « Nouvel Ordre Mondial » titulaire, arguant que seul un gouvernement mondial soutenu par une presse vigoureuse, libre et ouverte (à son avis) serait assez fort pour résister à l’inévitable et malin pouvoir des sociétés transnationales et de l’élite financière.

L’Open Conspiracy a reconnu que la population générale aurait une grande animosité envers un tel projet, sans une campagne concertée de propagande de masse et un plan souterrain pour désactiver la nationalité et la démocratie par le biais d’accords commerciaux secrets et de traités internationaux labyrinthiques. Aussi bien intentionnés que soient les concepts originaux de Wells, ils ont été inversés pour assurer une architecture mondiale de contrôle entre les mains des élites financières et des sociétés transnationales qu’il cherchait à émousser.

Le dirigeant politique le plus remarquable qui a réanimé le concept et l’expression de « Nouvel Ordre Mondial » de Wells à l’époque moderne était le président américain George Herbert Walker Bush. Il est tentant de le voir comme une sorte de Golem / Homunculus re-combinaison de «Herbert George Wells» et du héros impérialiste et esclavagiste américain William Walker.

Notez également que ce projet a avancé en partie grâce aux distractions de divertissement de masse guillerettes des «feelies» de Huxley et au conditionnement de son «soma» pan-pharmaceutique et soporifique. De la dystopie cauchemardesque d’Orwell Nineteen Eight-Four, nous semblons avoir hérité de l’état de guerre perpétuel, alimenté par une atmosphère de propagande révisionniste, des vagues d’attaques «terroristes» ersatz perpétuellement synchronisées, une surveillance omnisciente et l’équipage obligatoire d’Emmanuel Goldstein/Oussama Ben Laden/ISIL ( direct de la coulée centrale). Bien que ces auteurs aient écrit des récits édifiants, ces récits ont maintenant été transformés en armes.

Quelle que soit leur provenance réelle, de nombreux documents fondamentaux du folklore « complotiste » sont aujourd’hui étrangement prémonitoires sur des projets d’ingénierie sociale qui durent depuis des décennies.

Disponibles à l’origine sous la forme d’une série de trois enregistrements sur cassette (enregistrés en 1988 et parfois intitulés « The New Order of Barbarians »), les souvenirs du Dr Lawrence Dunegan s’avèrent obsédants et convaincants. Il a décrit une conférence à laquelle il a apparemment assisté le 20 mars 1969 (donnée par un certain Dr Richard Day), dans laquelle un plan infâme pour la désactivation complète et l’infantilisation de la société civique et démocratique a été présenté. Le Dr Day a invoqué une campagne massive de propagande, de lavage de cerveau et d’ingénierie sociale d’une telle ampleur qu’elle est difficile à comprendre. La grande majorité de ses prédictions farfelues semblent maintenant s’être réalisées.

De même, un document samizdat photocopié anonymement « Silent Weapons For Quiet Wars » (très probablement rédigé par la figure intrigante de Hartford Van Dyke) a cartographié la société humaine dans une série de diagrammes et de descriptions pseudo-scientifiques, spécifiant les positions suggérées pour les « chocs économiques et culturels ». ‘ pour rendre le corps politique paralysé et obéissant.

Malgré ce « projet Manhattan » apparemment omniscient de sinistre esclavage synthétique, une résistance pourrait encore surgir dans des endroits imprévisibles.

La montée du « précariat »

Un substrat ou une caste de personnes récemment identifiée, le soi-disant « Précariat » (un néologisme : étant la combinaison présumée de « précaire » et de « prolétariat »), puise son nombre dans l’effondrement de la classe moyenne et a tendance à être « sur- instruits » et incapables (sur le marché du travail « flexible » d’aujourd’hui) de trouver un emploi sûr adapté à leur ensemble de compétences haut de gamme. Ils ont également tendance à être intelligents, désenchantés, privés de leurs droits, en colère, soi-disant « irrationnels » et susceptibles de ne pas être convaincus par les orthodoxies politiques dominantes.

En d’autres termes – ils ne pensent pas (ou ne votent pas) comme ils sont censés le faire – et certains les « blâment » pour le choc du Brexit et l’élection de l’iconoclaste orange Donald Trump. Ni « racistes », ni « homophobes », ni « misogynes » : alors que le mondialisme s’en prend à ceux qui sont exclus des classes professionnelles, élitistes, habilitantes et médiatiques/académiques,

Sir John Glubb était un soldat professionnel, un diplomate, un universitaire et un écrivain. Son volume peu connu de 1978, The Fate of Empires , retrace avec lucidité la montée et la chute de nombreux empires passés. Il est difficile de ne pas voir des reflets de notre propre époque d’or dans ses pages : alors que l’empire anglo-américain trébuche à travers l’inévitable arc impérial descendant (l’« âge de l’abondance » suivi du dernier « âge de la décadence ») et se débat violemment pour rester à flot – saisir les schémas divins de contrôle complet (ou d’annihilation à l’échelle de la planète).

Orwell et Lénine ont exprimé l’opinion que le meilleur espoir de l’humanité reposait entre les mains d’un prolétariat éveillé. Peut-être que s’ils étaient vivants aujourd’hui, ils pourraient changer d’allégeance au Précariat – cette classe éduquée mais totalement inconfortable destinée à travailler à temps partiel dans des domaines de services insatisfaisants (comme « Uber ») et inoculée à l’environnement contre le paradigme de pensée parasitaire répandu ( et son cortège d’air du temps socialement conçu et en réseau mondial).

Les érudits et les scientifiques au service de l’empire ont probablement étudié Glubb, Wells, Huxley, Orwell et autres : synthétisant un menu délicieux et doré de mécanismes de contrôle tout à fait fantastiques. L’histoire, cependant, nous dit que tous les empires débordent et s’effondrent intérieurement à cause de la décadence et de l’orgueil. Mais nous sommes sur le fil du rasoir. Ces technologies de « science-fiction » peuvent-elles outrepasser les cycles inhérents à la civilisation ? Ces sciences inhumaines et autocratiques prévaudront-elles et nous condamneront-elles à un avenir anhistorique d’esclavage permanent des âmes? Ou est-ce que ces « rebuts » – les détritus humains abandonnés par les machines de conquête externe et interne – seront-ils à l’avant-garde d’une improbable résistance?

C’est à vous.

Il vaut mieux périr que de vivre en esclave.
– Sir Winston Churchill

DAVID THRUSSELL


Que pensez-vous de cet article ? Partagez autant que possible. L'info doit circuler.

Veuillez aider à soutenir les médias alternatifs. Nous suivons la vérité, où qu'elle mène. Merci



ELISHEAN 777 Communauté pour un Nouveau Monde

(Vu 155 fois, 1 visites aujourd'hui)

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page