Secrets révélés

Les Amazones Russes de la Volga

Alors que dans l’Europe éclairée les femmes étaient cuisinières et occupaient une position humiliante dans la société, une véritable société matriarcale s’est formée sur le territoire de l’Eurasie.

Sa taille est maintenant difficile à imaginer, car on sait que les Amazones de la Volga menaient une vie nomade. Il est donc difficile de parler d’état concernant la communauté de ces femmes, mais ce n’est pas non plus impossibles, car de la Grèce antique, jusqu’à à Rome, en Chine et au Japon, on parle des Amazones.

Peu d’informations ont été conservées dans les sources nationales sur ce pays, c’est étonnant… Mais il y en a suffisamment dans les traités étrangers, les annales, les manuscrits et autres textes écrits. Les Amazones de la Volga apparaissent dans les documents de l’antiquité des pays suivants: France, Italie, Grèce, Chine, Japon. S’il s’agissait d’un groupe insignifiant, alors, elles ne seraient pas devenus légendaires et leur histoire n’aurait pas été entendue bien au-delà des frontières de leurs terres natales.

La Volga prend sa source dans les collines de Valdaï à 228 m d’altitude entre Moscou et Saint-Pétersbourg avant de se jeter dans la mer Caspienne après un long parcours de 3 690 km.

Ainsi, dans la littérature grecque, les lignes suivantes ont été conservées :

« Les guerrières balkaniques (Amazones) avaient une rage et un tempérament sombre, qui seraient enviés par les guerriers scandinaves, les légionnaires romains et les rebelles arabes. Les seules qui se battent encore plus vaillamment et de manière désintéressée sont ces guerrières des frontières de l’Extrême-Orient. Ces femmes ont été créées non pour procréer, mais pour préserver et protéger la frontière. »


Passage intéressant, n’est-ce pas? On pourrait le considérer comme un conte de fées ou un autre mythe, comme les universitaires aiment le faire, mais il s’agit d’un extrait de l’une des premières encyclopédies de la Grèce antique. Cette encyclopédie contient des connaissances appliquées sur les herbes, la faune, l’astronomie, les mathématiques, la métallurgie, la structure sociale et d’autres détails très réels. Alors croire que l’auteur aurait inventé les mystérieuses Amazones de l’Est serait plus qu’injuste….

Dans les documents anciens de l’Arménie, au moins deux batailles d’Arméniens avec ces guerrières sont rapportées. Dans le même temps, des informations similaires ont été conservées dans les textes anciens du Kazakhstan, de la Mongolie, de la Chine et du Japon. De plus, les Japonais ont écrit avec admiration sur les cavalières des vallées fluviales (comme on les appelait au Japon).

Malgré les affrontements, les scribes japonais ont noté l’excellente qualité des armes de ces guerrières, ainsi que leur grande connaissance de la tactique. Apparemment, elles étaient formées dès le plus jeune âge aux affaires militaires. Il existe même une opinion selon laquelle les Amazones de la région de la Volga ne descendaient jamais de leurs chevaux, car elles dormaient dessus. Elles n’avaient pas d’amis, et elles pensaient qu’à tout moment l’ennemi pourrait rattraper la communauté.

Les Amazones étaient nomades et vivaient littéralement à cheval.

Les textes chinois disent que ces nomades attaquaient tout le temps le pays depuis le nord. Quand c’était les Mongols, les défenseurs avaient rarement de sérieux problèmes. Mais, au moment où les guerrières baltiques sont arrivées sur leurs terres, les Chinois ont été écrasés et contraints de renoncer à leurs biens et à leur nourriture. Il y a même une légende qui dit que même la Grande Muraille de Chine a été construite pour se protéger contre elles.

Ceci dit, les Amazones n’ont pas tué les hommes qui se sont rendus, mais les ont utilisés pour procréer. En raison du fait qu’elles n’étaient pas prétentieuses dans le choix des partenaires, l’inceste a souvent eu lieu.

La plupart des troupes de ces Amazones étaient des Slaves et des Asiatiques, mais parfois des marchands de pays arabes ou européens ont également été capturés.
La « Volga Amazonie » n’avait pas de capitale, ni de villes en général. On sait que des sépultures de femmes en armure militaire se trouvent dans le centre de la Russie, en Mongolie et au Kazakhstan. Auparavant, on croyait qu’il s’agissait des épouses de commandants et de combattants célèbres, mais maintenant, la version d’une formation d’État matriarcale indépendante sur le territoire de la Russie a commencé à gagner de plus en plus en popularité.


Le processus de création d’armes des Amazones est intéressant. La forge dans des conditions de nomadisme constant est extrêmement difficile à développer. Par conséquent, les guerrières ont utilisé la ruse et la tactique. Elles ont capturé un petit village où il y avait un forgeron. Puis il leur a forgé des épées, et pendant qu’elles étaient brûlantes, une des guerrières a pris l’arme à l’aide d’un outil spécial et l’a plongée dans le marais ou le barrage le plus proche. Ainsi, le métal était trempé et beaucoup plus durable que s’il avait été autorisé à « reposer » à l’air. Avec de telles épées, les Amazones brisaient facilement les boucliers et coupaient la cotte de mailles et autres armures.


Très peu d’informations ont été conservées sur la structure sociale des Amazones. La mère-guerrière était considérée comme la principale. Son attribut était une lance. Trois mères sorcières voyageaient toujours avec elle, elles soignaient les blessés. Si un garçon naissait, il était tué.

Certaines sources disent que le langage des guerrières Amazones était primitif avec un très petit vocabulaire, elles communiquaient principalement avec des gestes et des sifflements.

L’inhumation céleste était pratiquée, il est donc extrêmement rare de trouver les tombes préservées des Amazones de la Volga. Mais il est certain qu’elles ont des descendantes dans de nombreux pays limitrophes. Une histoire qui remonte aux années 1900, en témoigne :

La légende de Yanitza, la Jeanne d’Arc des Balkans.

Pendant la Belle Époque, Le Petit Journal se prend d’amitié pour une résistante albanaise combattant aux côtés d’hommes contre l’occupant ottoman. Vite, cette figure de la « Jeanne d’Arc d’ailleurs » va être réemployée à des fins politiques.

En 1911, couvrant une révolte albanaise aux marges de l’Empire ottoman, le très populaire Petit Journal, dans son supplément illustré du dimanche daté du 28 mai, s’attarde en Une sur un événement pour le moins extraordinaire :


« Une guerrière vient de se révéler dans l’insurrection albanaise. Yanitza (Jeanne) Martinay est la fille d’un chef de clan.

Son père, ayant trouvé la mort dans une rencontre récente, le fils aîné était appelé à lui succéder. Mais l’héritier du noble albanais est un enfant de huit ans. Que faire ?

“Suivez-moi !” s’écria Yanitza, après avoir réuni les soldats de son père, je vous conduirai à la gloire. Et la Jeanne d’Arc albanaise, âgée de 22 ans, s’élançait vers l’ennemi.

Yanitza est grande et forte. Sa beauté séduit les insurgés. Armée d’un vieux fusil incrusté d’argent et d’ivoire, elle dirige les opérations avec une audace rare. Et, ces jours derniers, on la vit, à la tête du parti d’insurgés qu’elle commande, attaquer les redoutes ottomanes et mettre en fuite les troupes du sultan. »


Que pensez-vous de cet article ? Partagez autant que possible. L'info doit circuler.


Veuillez aider à soutenir les médias alternatifs. Nous suivons la vérité, où qu'elle mène. Merci


ELISHEAN 777 Communauté pour un Nouveau Monde

(Vu 467 fois, 1 visites aujourd'hui)

Laisser un commentaire