Secrets révélés

Qui a construit la Lune ? (7) L’incubateur d’intelligence

Traduction du livre de Christopher Knight et Alan Butler

Knight et Butler ont découvert que la Lune possède peu ou pas de métaux lourds et n’a pas de noyau, ce qui ne devrait pas être possible. Leur conclusion convaincante : si la vie supérieure ne s’est développée sur Terre que parce que la Lune est exactement ce qu’elle est et où elle se trouve, il devient déraisonnable de s’accrocher à l’idée que la Lune est un objet naturel.

Lire tous les chapitres du livre Qui a construit la Lune ?

Chapitre 7 : L’incubateur d’intelligence

La suggestion de Nick Hoffman que la création de la Lune a enlevé tellement de matériaux de la surface de la Terre que la tectonique des plaques pourrait devenir une réalité est fascinante. On estime que soixante-dix pour cent de la croûte terrestre primordiale serait nécessaire afin de créer la Lune. Son retrait a poussé le reste de la croûte terrestre à s’étendre, permettant à la dérive des continents d’avoir lieu. Que ce soit ou non l’histoire complète, la tectonique des plaques est une réalité en ce qui concerne la Terre et qui plus est, c’est un phénomène qui ne se  produit que sur la Terre. En d’autres termes, aucun autre corps de type terrestre dans le système solaire n’avait de continents voyageant sur sa surface.

Une des trois planètes semblables à la Terre dans le système solaire, en dehors de la la Terre elle-même, est Mars, qui a la moitié de la taille et un dixième de la masse de notre planète. Son atmosphère est composée de 95 % de dioxyde de carbone et de près de 5 % de gaz carbonique. pour cent de dioxyde de carbone et près de cinq pour cent d’azote, avec une pression à la surface qui n’est que de 1/200e de celle de la Terre. Malheureusement pour toute forme de vie martienne potentielle, l’eau liquide ne peut exister à la pression ambiante et à la température de la surface martienne. Sur cette planète, l’eau passe directement entre les phases solide et vapeur sans devenir liquide du tout.


L’énigme de savoir pourquoi la tectonique des plaques n’a jamais commencé ou bien jamais été maintenue sur Mars n’a pas été totalement expliquée, mais il existe des théories. Mars n’a pas de chaînes de montagnes appréciables, bien qu’elle ait des volcans géants. Certains géologues suggèrent que l’absence de véritables chaînes de montagnes donne un indice sur la raison pour laquelle Mars n’a pas développé la tectonique des plaques. Comme la Terre, Mars a une lithosphère. C’est une région dans la croûte de la planète qui est plus froide que son intérieur – un peu comme la peau qui se forme sur une tasse de lait chaud.

Le  centre de la Terre est extrêmement chaud, probablement plus que celui de Mars, mais la présence de volcans sur Mars doit indiquer un noyau chaud. Une différence pourrait être que Mars est loin d’avoir autant d’eau dans sa composition que la Terre. On pense que c’est l’eau piégée dans la Terre qui agit comme un lubrifiant permettant à différentes parties de sa surface rocheuse de glisser les unes contre les autres. La quantité limitée d’eau sur Mars semble empêcher la lithosphère de permettre aux matériaux frais des profondeurs de la planète de remonter à la surface comme elle le fait constamment sur Terre. En conséquence, la lithosphère n’a pas été perturbée pendant des lustres et s’est refroidie progressivement, devenant de plus en plus épaisse. Quand la pression est devenue si grande à l’intérieur du corps de Mars qu’elle est assez puissante pour s’échapper, elle l’a fait via le volcanisme et non en suivant des caractéristiques comme les dorsales médio-océaniques sur Terre.

L’autre corps semblable à la Terre, Vénus, qui orbite plus près du Soleil que notre propre planète, a une surface très différente de celle de Mars ou de la Terre. D’une certaine façon, Vénus ressemble plus à la Terre qu’à Mars. Vénus a une taille et une masse similaires et sa composition est également assez proche de celle de la Terre – ou du moins, elle l’était autrefois. Les experts
tels que David Grinspoon, un chercheur scientifique au Southwest Research Institute à Boulder, Colorado, ont étudié Vénus de près, aidés par toute une série de missions spatiales orbitales et terrestres. Grinspoon n’est pas le seul à croire que dans ses premiers stades de développement
Vénus ressemblait encore plus à la Terre.


Il n’y a pas d’eau discernable sur Vénus mais il y a des traces dans l’atmosphère, ce qui indique très probablement qu’à ses tout premiers stades elle avait proportionnellement autant d’eau que la Terre. Ce n’est pas très surprenant car les planètes se sont formées en même temps et assez proches les unes des autres. Vénus n’est pas différente de Mars en de nombreux points mais sa pression de surface est quatre-vingt-douze fois supérieure à celle de la Terre. On pense que Vénus a perdu son eau à cause d’un effet de serre et elle est maintenant couverte de denses nuages tourbillonnants d’acide sulfurique.. Ces nuages sont si épais que seulement un petit pourcentage de la lumière solaire qui tombe sur Vénus atteint la surface de la planète. Donc même si ce n’était pas un tel enfer dans d’autres domaines, ce serait un un monde très sombre.

On pourrait penser que moins de lumière solaire conduirait à une température plus basse, mais ce n’est pas le cas. Au contraire, la chaleur déjà présente près de la surface est maintenue et augmentée parce qu’elle ne peut pas s’échapper à travers le dioxyde de carbone dense. Cela a causé un réchauffement spectaculaire de la surface de Vénus à une température actuelle de
730°C.

Comme Mars et la Terre, Vénus possède des volcans ; en fait, elle en a plus que n’importe quelle autre planète du système solaire. Mais encore une fois, comme Mars, les volcans de Vénus existent en tant qu’entités individuelles et non comme partie de longues chaînes de montagnes comme c’est le cas sur Terre. Les volcans de Vénus sont répartis au hasard sur sa surface et beaucoup d’entre eux semblent très récents, même si ce n’est pas forcément le cas. Les tempêtes électriques font rage en permanence à travers les nuages d’acide sulfurique mais, même ainsi, l’érosion éolienne sur Vénus est limitée comparée à celle de la Terre, riche en eau.

Il s’avère que l’érosion est extrêmement importante en termes de fournir les bons équilibres chimiques et nutriments qui ont fait de la Terre un refuge pour la vie.


La surface de Vénus semble globalement similaire où que l’on regarde et on pense qu’elle est relativement d’origine récente – quelque chose de l’ordre de 600 à 700 millions d’années. Vénus a une surface généralement lisse avec quelques failles et des plis mais tout semble avoir le même âge. Il est généralement admis qu’entre 600 et 700 millions d’années, un cataclysme a eu lieu sur Vénus qui a remodelé toute sa surface. Que ce soit à cause des tensions internes de la planète n’est pas connu, mais pour une raison quelconque la  surface de la planète semble avoir littéralement fondu ou plus probablement avoir été uniformément couverte de basalte volcanique.

Personne ne sait avec certitude si une chose similaire se produira à nouveau sur Vénus, en d’autres termes si nous ne voyons qu’une phase d’un processus intermittent qui a lieu, cela est considéré comme une possibilité distincte. Probablement à cause de son effet de serre Vénus est déficiente en eau et donc encore une fois a pu construire une lithosphère épaisse. Elle ne présente certainement aucune des caractéristiques de la tectonique des plaques.

Il est intéressant de noter que Vénus n’a pas de lunes, alors que Mars en a deux, bien que les deux soient extrêmement petites et peuvent avoir peu ou pas d’effet sur leur planète hôte. Comme nous l’avons vu, il est maintenant suggéré que la création d’une lune aussi grande que celle dont jouit la Terre était directement responsable du début de la tectonique des plaques, qui a permis à la vie de se former sur la planète en premier lieu.

Au début de son existence, la Lune était beaucoup plus proche de la Terre qu’elle ne l’est aujourd’hui. Et c’est l’existence des océans de la Terre qui est principalement responsable de l’allongement progressif de la distance entre la Terre et la Lune. C’est un processus qui s’est déroulé pendant les derniers quatre milliards d’années et qui est toujours en action.

Une façon de voir la situation a été présentée par Neil F Comins, professeur d’astronomie à
l’Université du Maine. En 1990, il avait été frappé par les commentaires d’un collègue, selon lequel les éducateurs scientifiques regardent toujours le monde avec la même perspective. Comins a suggéré qu’il serait peut-être mieux de faire un pas de côté et de regarder le monde différemment. À la suite de cette conversation, Comins a décidé de porter son attention sur quelque chose que nous prenons tous pour acquis, à savoir la Terre et sa relation avec la Lune – mais d’une perspective entièrement différente.

Il a entrepris de rechercher à quoi ressemblerait la Terre aujourd’hui si elle n’avait pas bénéficié des avantages d’une Lune si grande. Il a appelé son monde hypothétique « Solon » et pendant une période de temps, il a écrit une série d’articles sur Solon qui sont apparus dans le magazine Astronomy. Il a fini par publier l’ensemble de ses observations dans un livre qui s’intitule Voyages vers ce que la Terre aurait pu être.

Comins a examiné tous les aspects de la Terre et de sa relation avec la Lune pour construire l’image d’une planète similaire, à la même distance du Soleil et qui avait le même âge que la Terre. La seule chose qui était différente c’est que la Lune n’existait pas, mais les modifications que cette absence apportait à la Terre étaient dramatiques.

Nick Hoffman suggère que la nature même de la surface de la Terre aurait été entièrement différente si le matériau qui compose la Lune n’avait pas été retiré de la croûte terrestre. Cependant, le point de départ de Comins est de supposer que les détails de la surface de la Terre seraient à peu près pareils  qu’ils le sont aujourd’hui. L’une des plus grandes différences en termes de développement de la Terre au début, aurait été les marées.  Le fait est qu’une Lune dix fois plus proche aurait conduit à des marées lunaires quotidiennes qui auraient été mille fois plus fortes qu’elles ne le sont aujourd’hui. En gardant à l’esprit qu’il est généralement admis que l’enfant Terre tournait autour de son centre toutes les six heures, cela signifie que les marées de la force d’un tsunami auraient traversé la Terre toutes les trois heures ! Non seulement ces marées auraient été plus fréquentes, mais, étant tellement plus grandes, elles se seraient écrasées sur plusieurs centaines de kilomètres à l’intérieur des terres – et avec une force destructrice énorme.

Le mécanisme qui a ralenti la rotation de la Terre est directement lié aux marées et la lune n’est pas le seul corps responsable de celles-ci car une partie des marées océaniques sur la Terre sont sensibles au Soleil. Mais la Lune est beaucoup plus proche et a fait beaucoup plus pour ralentir la Terre que le plus lointain Soleil. Comins estime que sans la Lune, la journée terrestre ne durerait que huit heures et les marées générées par le soleil seraient moins d’un tiers de ce qu’elles sont aujourd’hui.

L’implication immédiate a de grandes ramifications sur la possibilité de vie évolutive. Actuellement, de nombreux scientifiques acceptent que l’ADN, l’élément fondamental de toute vie, est apparu spontanément dans les premiers océans de la Terre. Nous aurons beaucoup plus à dire sur  l’ADN plus tard, mais pour l’instant nous accepterons l’opinion générale selon laquelle il est apparu dans les premiers océans de la Terre, un héritage de ce qu’on appelle la « soupe primitive »  – un mélange spécifique d’eau et de produits chimiques dont la vie dépend.

Les marées massives créées par la Lune naissante aurait causé une érosion à une échelle bien au-delà de notre expérience aujourd’hui. Des millions et des millions de tonnes de terre auraient été pulvérisées et emportées vers la mer, puis largement distribuées et finalement se sont déposés sur le fond de la mer. Ce processus a libéré de grandes quantités de minéraux dans les océans – des minéraux dont la vie émergente ne pouvait tout simplement pas se passer. Vraisemblablement un monde sans lune aurait quand même eu des modèles météorologiques, incluant la pluie, donc l’érosion aurait eu lieu mais à une échelle minuscule comparé à ce qui s’est passé quand la Lune était beaucoup plus proche de la Terre. Cela signifie que la vie aurait pris beaucoup plus de temps pour s’implanter, si jamais  elle avait réussi à le faire.

Nous n’avons aucun problème avec le concept que la vie s’est d’abord développée et épanouie dans l’océan, mais il doit y avoir eu un moment où elle a migré de son environnement salé et a appris à survivre sur la terre ferme. Il est possible que la vie des insectes ait fait le saut en premier mais que les poissons ancêtres des amphibiens et des reptiles ont suivi et entre eux, ils ont finalement donné tous les animaux vivant sur terre dans le monde actuel.

La vie évolue toujours pour s’harmoniser avec l’environnement et pour exploiter de nouvelles
niches qui ne sont pas encore exploitées. Il y a environ 400 millions d’années une de ces zones d’exploitation potentielle était les piscines rocheuses. Les poissons sont accidentellement laissés
dans les bassins rocheux à chaque marée descendante, à l’époque comme aujourd’hui.  Dans la plupart des cas, cela n’a pas d’importance car la prochaine marée haute libérera les poissons qui retourneront dans la mer. Cependant, si un poisson est isolé dans un bassin rocheux lors d’une marée particulièrement haute, il peut avoir à survivre pendant des semaines avant d’être libéré. Les poissons qui se retrouvent dans cette situation mourraient à moins que ne parvennant pas à retourner à l’océan, ils se déplacent sur la terre ferme  en réussissant à respirer hors de l’eau.

Il semble que certains poissons aient trouvé des moyens de se traîner sur le sable, tout en changeant suffisamment physiquement pour prendre des bouffées d’air pendant qu’ils sont hors de l’eau. Ces poissons ont trouvé que la terre ferme offrait de riches récoltes et tout animal qui apprenait à vivre, même temporairement, sur la terre ferme, serait bien récompensé. Progressivement, et sur une longue période de temps, les nageoires qui poussaient les poissons sur le sable sont devenues plus robustes jusqu’à ce qu’elles deviennent des pattes et les poissons en question cessèrent d’être des poissons.

Puisque le Soleil crée aussi les marées, il n’est pas hors de question que les poissons aient pu finalement quitter les océans, même si les marées lunaires n’avaient pas été présentes. Cependant, les vagues en question auraient été nettement plus petites et leur valeur en termes de dépôt de détritus beaucoup plus limitée. Ce qui est clair, c’est que la vie aurait aussi été  beaucoup plus lente à se développer jusqu’à un stade suffisamment avancé pour quitter les océans si ce n’était pas pour les marées lunaires, si cela  avait pu se produire.

Quand nous prenons en compte la perspective d’une Terre avec une obliquité variable, pas de tectonique des plaques et une telle rotation vertigineuse autour denson axe, le pronostic pour toute forme de vie sur le Solon de Comins n’est pas bon.

Heureusement pour nous, la Lune était présente et a marqué son autorité sur la Terre en développement dans un certain nombre de manières différentes mais tout aussi cruciales. Elle a aidé à créer de nombreux habitats différents, qui à leur tour ont engendré la biodiversité. La plupart des experts pensent que c’est la biodiversité qui a permis que la vie intelligente soit devenue possible. L’évolution essaie et réessaye de nombreux modèles différents. Les animaux qui étaient idéalement adaptés à leur environnement ont prospéré sur la Terre, seulement pour disparaître quand les conditions ont changé et qu’ils ne pouvaient pas s’adapter.

Les reptiles géants, que nous appelons génériquement « dinosaures », ont régné sur la Terre pendant des millions d’années jusqu’à ce que ces créatures impressionnantes disparaissent de la surface de la planète. Que ce soit à la suite d’un cataclysme, tel qu’une énorme météorite., ou grâce à  d’autres malheurs, les espèces qui avaient prospéré pendant des éons ont été éliminées étonnamment rapidement, mais la vie elle-même est restée intacte. Telle était la multiplicité des espèces habitant déjà la Terre que certaines allaient forcément surmonter les problèmes qui ont mis à mal des milliers d’autres.

L’un des animaux qui a survécu à toutes les circonstances était une minuscule créature ressemblant à une musaraigne qui occupait la niche vacante laissée par la disparition des reptiles. Cependant, elle était différente des reptiles car elle donnait naissance à des petits vivants et allaitait ses petits avec du lait créé à partir de son propre corps. Ces premiers mammifères ont ensuite évolué pour se diversifier et se sont répandus à travers la planète où ils ont été assez adaptables pour survivre et prospérer.

Les espèces vivant dans les arbres sont devenues des singes et certaines de ces créatures sont descendues des arbres et ont commencé à se déplacer à travers la savane ouverte, très probablement créé par encore plus de changements climatiques. Sur le sol, ces anthropoïdes étaient vulnérables. S’ils devaient survivre, ils allaient avoir besoin de quelque chose qui n’avait pas été spécifiquement nécessaire aux créatures précédentes.

Ils avaient besoin de plus gros cerveaux. L’évolution a répondu et toute une famille d’hominidés a été le résultat, dont l’Homo sapiens est maintenant le seul exemple survivant. Mais malgré notre sentiment général de spécificité, des événements récents  montrent que notre position de « solus » est étonnamment récente.

L’une des plus grandes percées pour les humains était la maîtrise du feu, mais la plus ancienne preuve connue de l’utilisation régulière du feu est attribuée sans équivoque à nos cousins plus intelligents, les Néandertaliens, il y a environ 200 000 ans. Nous avons coexisté avec ces peuples jusqu’à leur disparition dans le  Sud de l’Europe, il y a environ 25 000 ans. La science a cru qu’un hominidé antérieur, Homo erectus, s’était éteint il y a des centaines de milliers d’années, jusqu’au milieu des années 1990 lorsque des restes trouvés sur l’île de Java en Indonésie ont  indiqué qu’ils  existaient jusqu’à il y a 25 000 ans. Ces deux humains alternatifs ont disparu à une époque où le jour de la Saint-Jean tombe autour du 21 juin dans l’hémisphère nord.

Les dates auxquelles les événements astronomiques tels que les solstices d’été et d’hiver et les équinoxes de printemps et d’automne, reculent dans le calendrier d’un jour (environ un degré mégalithique) tous les 71 ans. Ce décalage est dû à la longue et lente oscillation de la Terre sur son axe, connue sous le nom de précession des équinoxes » qui prend 25 920 ans pour chaque cycle. Ce mouvement à travers le calendrier n’a aucun effet sur les gens, mais il est intéressant de noter qu’une récente découverte suggère que nous n’étions pas seuls en tant qu’espèce, il y a seulement 13 000 ans, lorsque le solstice d’été dans l’hémisphère nord tombait à la fin du mois de décembre, soit l’exact opposé de ce qu’il est aujourd’hui.

La découverte de ce qu’on prétend être une branche d’hominidés inconnue jusqu’alors s’est produite sur l’île de Flores, près de Java, et a été annoncée au monde en 2004. Des restes ont été retrouvés d’un hominidé nain, nommé Homo floresiensis, qui était seulement aussi grand qu’un enfant moderne de trois ans avec une morphologie faciale très différente de celle de l’Homo sapiens. Étrangement, ces personnes miniatures avaient des cerveaux miniatures et pourtant ils produisaient des outils relativement sophistiqués.

Non seulement nous avons récemment partagé la planète avec d’autres hominidés, il semble maintenant que les ancêtres des Européens d’aujourd’hui ont pu se croiser avec d’autres types d’humains dans un passé pas trop lointain.

Dans le cadre d’un programme de cartographie génétique à grande échelle, les chercheurs de
de CODE Genetics à Reykjavik, en Islande, ont étudié les familles de près de 30 000 Islandais. Ils ont découvert que les femmes qui avaient une inversion sur le chromosome 17 avaient, en moyenne, 3,5 pour cent d’enfants en plus que les femmes qui n’en avaient pas. Kari Stefansson, directeur général de CODE, a estimé qu’il s’agit d’un impact très significatif en termes d’échelle de temps de l’évolution. Il est possible de dater approximativement l’origine de ce phénomène en comptant le nombre de différences génétiques qui se sont accumulées en elle par rapport à une séquence d’ADN normale. Il s’avère que cet élément présente tellement de différences que cela a dû se produire il y a environ trois millions d’années. Ce qui est bien avant l’évolution de l’homme moderne.

Stefansson a suggéré que cet élément de l’ADN pourrait avoir été natif d’une autre espèce d’humains primitifs et est arrivé dans notre propre espèce il y a environ 50 000 ans. Il ajoute : « Il n’y a pas beaucoup de façons de l’expliquer, sauf par la réintroduction dans la population humaine moderne … Cela soulève la possibilité qu’elle ait été réintroduite par croisement avec des espèces antérieures.

Mais alors que ces autres humains disparaissaient, l’Homo sapiens a développé une intelligence croissante qui nous a permis de commencer à manipuler l’environnement dans lequel nous vivons. La grande avancée a été le développement de l’agriculture –  qui a permis à la civilisation d’émerger.

Avec la civilisation est venue la capacité de compter et finalement un moyen  d’exprimer le langage sous une forme écrite. La connaissance qui avait été autrefois laborieusement transmises d’une génération à la suivante pouvait maintenant être stockée et et récupérée en dehors du cerveau humain. L’intelligence a également créé la technologie et un grand désir de comprendre le fonctionnement du monde et du cosmos dont il fait partie. Mais cette curiosité a commencé bien avant que nous n’envoyions des représentants de notre espèce marcher sur la Lune. Elle était présente depuis plus de 30.000 ans, lorsque les premiers calendriers lunaires ont été créés. Il est presque certain qu’après le Soleil, la Lune a été le corps céleste le plus important qui a captivé notre espèce.

Combien de ces habitants des cavernes, qui ont gravé leur connaissance du cycle lunaire sur des os d’animaux et des bois de cerfs, étaient conscients que sans la présence du disque lunaire qui les captivait tant, la Terre serait probablement un rocher sans vie, tournant silencieusement autour du Soleil, comme l’enfer de Vénus et les déchets gelés de Mars?

A suivre…

Lire tous les chapitres du livre Qui a construit la Lune ?


Que pensez-vous de cet article ? Partagez autant que possible. L'info doit circuler.



Veuillez aider à soutenir les médias alternatifs. Nous suivons la vérité, où qu'elle mène. Merci


ELISHEAN 777 Communauté pour un Nouveau Monde

(Vu 217 fois, 1 visites aujourd'hui)

Laisser un commentaire