Secrets révélés

Des dizaines de géoglyphes ont été découverts au fond de la mer d’Aral asséchée

Qui a créé des images sur des kilomètres il y a plus de 11 000 ans ?

La catastrophe de l’assèchement de la mer d’Aral a présenté aux chercheurs une énigme intéressante.

Il s’est avéré que de nombreux kilomètres de lignes de glyphes sont gravés au fond, dans lesquelles, à vol d’oiseau, on peut distinguer des images primitives et des formes géométriques. Les plus intéressants sont les soi-disant « hérissons ». En règle générale, il s’agit d’un petit cercle central, à partir duquel des lignes droites s’étendent dans différentes directions.

Leur précision mathématique et leur taille sont frappantes.

La largeur de la ligne est de 300 mètres, la longueur est de 1,5 kilomètre à 8 kilomètres. Qui les a créées, comment et dans quel but les a-t-on créées ?

Les géoglyphes du plateau de Nazca nous viennent immédiatement à l’esprit. Là aussi, des lignes droites s’étendent sur plusieurs kilomètres. Cependant, l’échelle du fond de la mer d’Aral est tout simplement à couper le souffle. Divers chercheurs ont tenté de comprendre ce phénomène.


Tout d’abord, nous devons établir quand les images sont apparues. Si le tracé des lignes a eu lieu avant l’apparition de la mer d’Aral, c’est il y a au moins 11 000 ans.

Il existe une autre version. Aux XIIe-XVe siècles, la mer d’Aral est devenue très peu profonde et c’est pendant cette période que, théoriquement, de tels dessins pouvaient être créés au fond. Certes, la taille de la «machine» pour créer un sillon parfaitement uniforme de 300 mètres de large doit être vraiment énorme. Cette technique n’existait pas au début du Moyen Âge.

Mais, si nous nous éloignons des vues académiques traditionnelles sur l’histoire de l’humanité, il est fort probable que la mer d’Aral soit un réservoir créé artificiellement. Et une civilisation hautement développée aurait pu le créer juste pour cacher les mystérieux messages des anciens.


Malgré la nature fantastique de cette hypothèse, elle a de nombreux partisans. En général, ces dernières années, une version a été activement promue selon laquelle les gens ne sont pas le résultat d’une évolution, mais d’une involution. C’est la dégradation. En d’autres termes, autrefois, la Terre était habitée par de puissantes civilisations capables de créer de telles images, mais en raison d’un cataclysme mondial, d’une guerre ou d’une maladie, l’humanité a été renvoyée à l’âge de pierre pendant des milliers d’années. Cependant, ce n’est qu’une des hypothèses, bien qu’elle soit tout à fait raisonnable.

Deuxièmement, les chercheurs ont tenté de trouver des traces de peuplement et l’équipement même avec lequel les géoglyphes étaient gravés sur la surface de la Terre. À une distance de centaines de kilomètres du lieu où les découvertes ont été faites, il n’y a pas de grosses pierres ou quoi que ce soit d’approprié pour créer des dessins. Cela a permis de continuer à développer l’idée d’une civilisation hautement développée.

Il y a des milliers d’années, les gens utilisaient des outils en pierre. Et, bien sûr, ils ont survécu jusqu’à ce jour. Mais, si aujourd’hui une perceuse moderne, un ordinateur portable ou même un tracteur est enterré dans le sol, alors dans 50-60 ans, selon le sol, il n’en restera peut-être plus rien. Autrement dit, les produits plus technologiques sont moins durables que ceux en pierre primitive. Ainsi, le tracé de lignes géantes sur le fond de la mer d’Aral pourrait être réalisé par une technique très développée.

Troisièmement, pourquoi ces images ont-elles été gravées ? Considérant que la création de tels géoglyphes n’est pas une tâche facile et nécessite certaines connaissances, compétences et beaucoup de temps, on peut supposer que la raison était très importante.


Peut-être s’agit-il de dessins rituels ou d’un exemple de navigation ancienne pour objets volants (vimana). Ici, on ne peut que deviner. Ils n’y avait aucune utilité pratique. De plus, dans un but précis, les glyphes étaient cachés aux yeux de l’homme sous l’eau.

Beaucoup de lignes et de symboles étranges.

Quatrièmement, qui a créé ces géoglyphes ? Il n’y a pas de réponse à cette question. La raison en est que jusqu’à présent, aucune sépulture n’a été trouvée près de la mer d’Aral. Il s’avère que le mystère des images au fond d’un réservoir asséché n’a pas encore été résolu et n’attend que les gens pour trouver des réponses.

Pour conclure l’article, il faut noter que les scientifiques qui sont arrivés pour étudier les mystérieux symboles disent sans équivoque que la nature n’a pas pu les créer. Et cela ne fait que les rendre encore plus intéressant.


Que pensez-vous de cet article ? Partagez autant que possible. L'info doit circuler.



Veuillez aider à soutenir les médias alternatifs. Nous suivons la vérité, où qu'elle mène. Merci


ELISHEAN 777 Communauté pour un Nouveau Monde

(Vu 3 969 fois, 1 visites aujourd'hui)

Laisser un commentaire