Secrets révélés

Qui a construit la Lune ? (6) La terre vivante

Traduction du livre de Christopher Knight et Alan Butler

Knight et Butler ont découvert que la Lune possède peu ou pas de métaux lourds et n’a pas de noyau, ce qui ne devrait pas être possible. Leur conclusion convaincante : si la vie supérieure ne s’est développée sur Terre que parce que la Lune est exactement ce qu’elle est et où elle se trouve, il devient déraisonnable de s’accrocher à l’idée que la Lune est un objet naturel.

Lire tous les chapitres du livre Qui a construit la Lune ?

Chapitre 6 : La terre vivante

Les humains sont des créatures incroyablement robustes, si l’on considère que nous ne sommes guère plus que des sacs d’eau animés accrochés à un cadre minéral. Nous pouvons résister à
des conditions difficiles et même survivre sans nourriture pendant plusieurs semaines, mais nous mourons rapidement sans air à respirer ou en cas d’exposition directe à des températures anormalement élevées ou basses.

C’est grâce à des éons d’évolution darwinienne que nous sommes parfaitement conçus pour notre environnement – mais peut-être ne devrions-nous pas être trop désinvolte à propos de l’extraordinaire chance qui nous a amenés à ce point.


Chaque être humain est très spécial. Nous différons des autres créatures, comme on nous le dit parce que nous sommes capables de nous définir par notre propre conscience de nous-mêmes
résultant en une situation où il y a une simple polarité de l’Univers. Nous le savons : « Il y a moi et puis il y a il y a tout le reste. Chacun et chacune d’entre nous est une île émotionnelle et intellectuelle connecté à ce « tout autre chose » par l’interaction complexe de nos cinq sens.

Deux petites régions de notre peau ont développé la capacité de décoder l’énergie reflétée sous la forme de la vue, deux autres donnent un sens à la cacophonie des d’ondes de compression en collision dans les gaz autour de nous, ce qui nous donne l’ouïe. Ensuite, nous avons une peau assez sensible pour nous parler sur la forme et la texture, une bouche qui différencie précisément entre les différentes substances chimiques que nous sommes sur le point de consommer sous forme de goût et nous avons une entrée d’air qui peut détecter la présence d’une molécule spécifique parmi un million d’autres dans l’atmosphère comme le sens que nous appelons l’odorat.

Ces cinq modes de connexion font que que nous avons une interaction avec le tout le reste », en particulier les autres humains, afin que nous n’existions pas seuls. Ces points de stimulation se combinent pour donner vie à l’éventail le plus remarquable d’aspects du soi. L’amour, la peur, le dégoût, la compassion, le rire et d’innombrables autres émotions nous rendent spéciaux et nous marquent comme entités qui sont totalement différentes du reste de la création.


Mais comment et pourquoi sommes-nous devenus si spectaculairement différenciés des autres combinaisons de poussières d’étoiles recyclées ? Qu’est-ce qui rend Neil Armstrong plus spécial que la roche vieille de 3,5 milliards d’années qu’il a soulevé pour la première fois de la surface lunaire ? Ceux qui ont une foi religieuse se tournent vers leur interprétation de Dieu pour expliquer l’inexplicable et les plus scientifiques d’entre nous se tournent vers le Principe Anthropique. Le bon vieux « principe anthropique » est moins là pour nous aider à répondre à la GRANDE question que pour éviter d’avoir à y faire face. Il accepte la probabilité infinitésimale de l’existence humaine en déclarant que les règles de l’Univers qui nous a produit doivent être exactement telles qu’elles sont ou nous ne serions pas là pour les percevoir.

Pour nous, c’est un peu comme définir une musique émouvante et stimulante sur le plan émotionnel en la qualifiant simplement de « musique qui est bonne ». L’affirmation est correcte, mais elle n’est pas comparable à l’expérience !

Ce que fait le principe anthropique c’est de nous empêcher de trop nous inquiéter du fait que nous n’avons pas vraiment le droit d’exister. Des deux approches, anthropique ou divine, au moins le scénario de Dieu est une tentative de déplacer le problème d’un cran plutôt que d’utiliser un principe qui semble avoir été conçu pour l’ignorer.

La plupart des personnes à l’esprit scientifique souscrivent probablement à la théorie selon laquelle les humains, comme tout le reste, sont le produit de milliards d’années de hasard. Cependant, le plus célèbre scientifique de tous les temps, Albert Einstein, était très mécontent que la nature soit basée sur le hasard. Il a dit à propos de  la physique quantique : « Dieu ne joue pas aux dés.


Plus nous regardions comment notre planète est devenue un paradis pour les créatures vivantes, plus nous étions surpris. Le miracle de la vie sur Terre est dû à notre étroite bande de température qui nous fournit de l’eau liquide et, comme nous l’avons expliqué, c’est la Lune qui est responsable du maintien de  l’inclinaison parfaite qui fournit notre climat. Mais étonnamment, c’est l’acte même de création de la Lune qui a produit le premier lien dans la chaîne des événements qui mènerait l’Univers à vous créer !

En 1911 un jeune et brillant scientifique du nom de nom d’Alfred Lothar Wegener  parcourait la bibliothèque de son université de Marburg, en Allemagne, quand il est tombé sur un article scientifique qui listait une multitude d’espèces identiques, de plantes et d’espèces animales qui pouvaient être trouvées  des deux côtés de l’Atlantique. Bien qu’il ait obtenu un doctorat en astronomie  très tôt, Wegene était particulièrement intéressé par la géophysique, un domaine d’étude qui n’en était qu’à ses débuts à l’époque.

Quelque chose dans le journal a attiré l’imagination de Wegener et il a commencé à passer du temps à chercher d’autres exemples de plantes et de créatures similaires séparées par des océans. Il n’y avait, à l’époque, aucune explication raisonnable sur comment un tel état de choses aurait pu survenir. Il a été postulé que la solution à cette énigme devait être des ponts terrestres qui devaient avoir existé dans des temps très anciens et qui avaient permis aux plantes et aux animaux de se déplacer entre les continents. Cependant, il y avait de nombreux exemples qui ne pouvaient pas être expliqués de cette façon.

Wegener a également noté, comme d’autres avant lui, combien de cas dans lesquels le littoral d’un continent semblait pouvoir s’insérer dans celle d’un autre, comme la côte ouest de l’Afrique et la côte est de l’Amérique du Sud. Il a aussi découvert que si le plateau continental est étudié,  plutôt que la ligne de côte apparente formée par le niveau actuel de la mer, l’ajustement est souvent bien meilleur.

Alfred Wegener a commencé à se demander si la réponse à ces anomalies ne résidait pas dans les ponts terrestres mais dans le fait que les continents étaient autrefois réunis ensemble en un seul grand continent qui s’était en quelque sorte brisé et dont les parties se sont éloignées. Plus tard dans sa vie, il a écrit sur ce processus de déduction logique. « Une conviction de la solidité fondamentale de l’idée a pris racine dans mon  esprit.

Wegener a passé une période considérable à collecter d’autres exemples de la flore et de la faune étendues et les preuves disponibles ont continué à soutenir sa première théorie. Par exemple, il a trouvé des fossiles de plantes et de créatures dans des endroits où le climat devait être significativement différent quand ils étaient vivants et florissants, comme par exemple des cycades fossilisés – d’anciennes plantes tropicales trouvées aussi loin des  tropiques que le Spitzberg dans l’Arctique.

A partir du poids des preuves qu’il avait collecté, Wegener a déduit que tous les continents avaient autrefois fait partie d’une seule masse continentale, qu’il a choisi d’appeler « Pangée », un mot grec signifiant « toute la Terre ».

Il a suggéré que ce supercontinent s’était brisé et ses parties avaient commencé à s’éloigner les unes des autres il y a 300 millions d’années. Il a appelé ce processus « la dérive des continents ». Et bien qu’il n’ait pas été le premier à suggérer qu’il y avait à l’origine un seul continent, il a été capable de fournir des preuves substantielles pour étayer cette affirmation. Wegener a d’abord publié ses découvertes et son hypothèse dans son livre L’origine des continents et des océans.

Bien qu’elles soient brillamment argumentées, ses idées ne sont pas largement acceptées à l’époque. Un flot d’indignation scientifique s’est abattu sur Alfred Wegener. Cela s’est produit pour plusieurs raisons : tout d’abord, sa théorie était révolutionnaire, qui se heurtait inévitablement aux tendances conservatrices des autres experts ; et de plus, bien que Wegener était certain que la dérive des continents a dû avoir lieu, il n’avait aucune théorie sur la façon dont cela avait pu se produire. Le mieux qu’il pouvait suggérer était que les continents influencés par les forces centrifuges et les forces de marée lorsque la Terre tournait sur son axe, se frayaient simplement un chemin à la surface de la planète.

Les dissidents ont fait remarquer que, si c’était le cas, les côtes des continents pouvaient difficilement s’attendre à être restées si similaires à l’original qu’elle puisse encore être observée.  Au contraire, elles auraient été déformées au point d’être méconnaissables. Il a également été suggéré que les forces marémotrices et centrifuges seraient bien trop faibles pour déplacer des continents entiers.

Le pauvre Alfred Wegener n’a pas eu l’occasion d’aller plus loin sur la question ; il est mort en 1930 alors qu’il participait à une mission de sauvetage pour livrer de la nourriture à un groupe d’explorateurs et scientifiques piégés au Groenland.

Wegener a eu quelques partisans notables, mais en général, ses idées sont restées sur l’étagère jusqu’à aussi récemment que les années 1950, époque à laquelle l’exploration et la compréhension de la composition géophysique de la Terre avaient commencé à rattraper l’idée de la dérive des continents.

La vérité est que Wegener avait tort en ce qui concerne son mécanisme suggéré, mais tout à fait correct dans son hypothèse de base. Plutôt que de labourer leur chemin à travers la surface de la planète, les continents « flottent » sur ce qui est connu sous le nom d' »asthénosphère »,  la roche sous-jacente de notre planète. Celle-ci est sous une telle pression et devient si incroyablement chaude qu’elle se comporte plus comme de la mélasse épaisse que de la roche solide.

L’un des facteurs qui a appuyé les idées de Wegener  était l’étude des chaînes de montagnes. Une position antérieure tenue par de nombreux experts était la théorie de la contraction ». Elle suggérait que la Terre avait commencé sa vie comme une boule en fusion et qu’en refroidissant elle s’est fissurée et s’est repliée sur elle-même. La théorie suggérait que c’était ce qui avait créé les chaînes de montagnes. Le vrai problème avec la théorie de la contraction était que toutes les chaines de montagnes devaient donc être du même âge et il devenait rapidement évident que cela ne pouvait pas être le cas.

Wegener avait suggéré que les montagnes étaient constamment créées lorsque les masses terrestres entraient en contact, elles exerçaient une incroyable pression et repoussaient les terres sur ou près des points de contact. Juste un an avant la mort d’Alfred Wegener, des preuves corroborantes ont été fournies, mais elles n’étaient pas bien acceptées à l’époque.

En 1929, Arthur Holmes, un physicien de l’Imperial College of Science à Londres a suggéré que le manteau de la Terre subissait une « convection thermique ». Le manteau de la Terre est la région située immédiatement sous la croûte externe. Il s’étend jusqu’au noyau de la Terre. Sa composition varie avec l’augmentation de la pression et de la température, mais elle constitue la plus grande partie de la Terre.

Holmes savait que lorsqu’une substance est chauffée, sa densité diminue. Dans le cas du manteau cela causerait la montée de la matière vers la surface où elle se refroidirait progressivement, deviendrait plus dense et s’enfoncerait à nouveau. Un processus similaire se produit avec le porridge qui est en train de bouillir dans une casserole. Holmes était très impressionné par l’idée de Wegener sur la dérive des continents et a suggéré que les pressions énormes causées par convection thermique pouvaient agir comme un tapis roulant. Cela pourrait obliger les continents à se séparer et à être « portés » à travers la surface de la planète.

Pendant des années, ces idées ont été rejetées, jusqu’à ce que les connaissances rattrapent les théories. Dans les années 60, on comprenait mieux les « dorsales océaniques » – des régions où,  on réalisait que la convection thermique de Holmes pouvait réellement se produire. On s’est également rendu compte que des fosses océaniques se produisaient, ainsi que des arcs d’îles, près des marges continentales. Tout cela signifiait que la convection n’était pas seulement probable mais certaine.

Deux autres scientifiques, R Deitz en 1961 et Harry Hess en 1962 ont séparément publié des hypothèses similaires basées sur les courants de convection du manteau, et la dérive des continents est devenue universellement acceptée.

Deitz et Hess, ont modifié la théorie originale de Holmes sur la  convection et sont finalement arrivés à leur propre mécanisme de dérive des continents, qui est basé sur ce qu’ils appellent « l’étalement du plancher océanique ». Cet étalement commence dans les dorsales médio océaniques. Ce sont d’énormes chaînes de montagnes au milieu des plus grands océans de la Terre. Les crêtes médio-océaniques sont si grandes qu’elles sont plus hautes que l’Himalaya et font plus de 2000 kilomètres de large. Ces crêtes sont associées à de grandes fosses qui coupent en deux la longueur des crêtes et qui peuvent atteindre 2 000 mètres de profondeur. Le plus grand flux de chaleur du plancher océanique a lieu près du sommet des dorsales médio-océaniques. Il y a aussi beaucoup plus de tremblements de terre sur et autour des dorsales qu’ailleurs, ce qui montre qu’il s’agit de zones géologiquement actives.

Une meilleure compréhension du champ magnétique de la Terre a permis de réaliser que celui-ci s’inverse périodiquement. De telles fluctuations peuvent être détectées avec un dispositif appelé magnétomètre. Il a été découvert que, de chaque côté des dorsales médio-océaniques, il était possible de détecter ces inversions passées du champ magnétique terrestre. La conclusion était que de nouveaux matériaux étaient constamment projetés sur les dorsales et qu’elles étaient poussées vers l’extérieur de chaque côté. Les inversions du champ magnétique ont démontré que ce processus était ancien, mais qu’il était toujours en cours.

Les « tranchées marines profondes » étaient également intéressantes. Ces tranchées sont généralement longues et étroites et elles sont souvent associées à, et parallèles à, des chaînes de montagnes continentales.  En outre, elles sont parallèles aux marges océaniques. Il y a une grande activité sismique associée aux fosses océaniques, indiquant qu’elles sont aussi associées au processus d’expansion du plancher océanique et qu’elles sont directement liées aux dorsales océaniques.

Ce que l’on pense maintenant de ce qui se passe est ainsi : sous la croûte externe de la Terre se trouve l’asthénosphère. Il s’agit d’une couche malléable de roche chauffée. Elle reste chaude à cause de la désintégration radioactive d’éléments comme l’uranium. La source de la radioactivité, qui comprend aussi le thorium et le potassium, se trouve profondément dans la planète. L’asthénosphère, constamment chauffée, remonte vers la surface, poussant de nouveaux matériaux au niveau des dorsales médio-océaniques. Le magma s’échappe le long des fissures formées par les crêtes, forçant le nouveau plancher océanique dans différentes directions. Le nouveau matériau s’étend vers l’extérieur jusqu’à ce qu’il entre en contact avec une plaque continentale et sera alors « subductée » sous le continent. La lithosphère s’enfonce alors dans l’asthénosphère, où elle se réchauffe à nouveau.

Peu d’experts sont en désaccord avec cette explication de base, en partie parce qu’elle peut être vue à l’œuvre. L’Inde, par exemple, a commencé sa vie sur une partie complètement différente de la planète. Elle est maintenant forcée dans le corps de l’Asie et l’Himalaya en est le résultat – une énorme chaîne de montagnes forcée par la pression des deux masses terrestres qui se rencontrent.

L’ensemble du processus est connu sous le nom de la tectonique des plaques et les scientifiques ont voulu voir si oui ou non un processus similaire avait lieu sur les autres planètes de type terrestre dans notre système solaire – Mercure, Vénus et Mars. Les sondes envoyées sur ces planètes ont maintenant montré de façon concluante que la tectonique des plaques n’existe pas et n’a lieu sur aucun de nos mondes compagnons, ce qui en fait un phénomène strictement lié à la Terre, du moins en ce qui concerne notre système solaire.

C’est une sorte d’énigme. Qu’est-ce qui se passe dans le système terrestre qui est si différent des autres planètes semblables à la Terre ? Qu’est-ce qui a fait que la tectonique des plaques a commencé en premier lieu et quel est le moteur qui continue le processus ? Il y a un nombre croissant de preuves qui montrent que dans les deux cas, la réponse est presque certainement la Lune. Qui plus est, il est maintenant suggéré que sans la tectonique des plaques, la Terre n’aurait peut-être pas été un refuge approprié pour la vie.

Dr Nick Hoffman, un géophysicien au département des sciences de la terre, Université de Melbourne, Australie, a récemment suggéré que la Lune a créé la tectonique des plaques, simplement par son existence.

Comme nous l’avons dit, l’origine de la Lune est toujours entourée de mystère, peu importe combien les partisans  d’une théorie spécifique de son origine peuvent prétendre le savoir. Cependant, il y a certains faits qui sont connus avec certitude. Comme nous l’avons vu, la Lune est définitivement faite de la de la même matière que la Terre, mais pas de la totalité de la Terre. Plutôt la composition de la Lune ressemble de près à la matière de la croûte terrestre, sans beaucoup  des composants les plus lourds, comme le fer, qui constituent le noyau de la Terre.

Mais comment une si grande quantité de la Terre a pu sauter de la surface de la planète à une position située à des dizaines de milliers de kilomètres dans l’espace? Les scientifiques étaient perplexes. Et puis une explication potentielle a été avancée sous la forme de la théorie originale du Big Whack, la suggestion que peut-être un objet, de la taille de Mars, serait entré en collision avec la jeune Terre et que la Lune a été formée à partir de matériaux qui ont été éjectés de la surface de la jeune Terre. Il ne semblait pas y avoir d’autre possibilité, donc c’est maintenant régulièrement enseigné comme si c’était un fait.

Le problème majeur de la vitesse de rotation actuelle de la Terre a été provisoirement expliqué en proposant un second impact dans la direction opposée survenant assez rapidement après le premier. Pour nous, cela semble être un scénario plutôt désespéré à croire. Et comme nous l’avons vu, d’autres problèmes subsistent pour cette explication potentielle, notamment la question de savoir d’où  vient la matière provenant des objets entrants. Si la théorie du Double Whack est correcte, la Lune devrait être composée de trois différents ensembles de matériaux, mais ce n’est pas le cas. Elle est faite uniquement de roches terrestres.

Nick Hoffman, en tant que spécialiste acclamé expert sur les planètes terrestres dans notre système solaire, a suggéré que l’élimination des matériaux qui ont servi à la Lune pourrait avoir déclenché la tectonique des plaques en créant l’espace pour que la surface de la planète puisse se déplacer. Il fait remarquer que sur Vénus, par exemple, les mêmes forces sont à l’oeuvre mais la croûte de la planète est si épaisse que les contraintes au sein de la la croûte s’annulent tout simplement, à l’exception de quelques rides ici et là. Hoffman a noté que si les soixante-dix pour cent de la croûte terrestre qui était destinée à devenir la Lune était retournée sur Terre, elle « remplirait les les bassins océaniques d’un mur à l’autre.

A quoi ressemblerait la Terre sans la tectonique des plaques ? Hoffman suggère que ce serait un monde aquatique, couvert d’océans avec seulement les extrémités de très hautes chaînes de montagnes dépassant la surface de l’eau. Bien sûr, il n’y a rien qui suggère que la vie n’aurait pas pu exister sur une telle planète et Hoffman est d’accord pour dire que la vie est plus susceptible de se développer dans un environnement aquatique. C’est un fait, cependant, ce que nous qualifions  comme étant une « vie intelligente », telle notre propre espèce, s’est développée sur terre. L’utilisation du feu ne serait pas possible dans un habitat aquatique, et l’utilisation d’outils, l’un des facteurs qui est généralement accepté comme le point de départ de notre progrès, est aussi un phénomène possible uniquement sur la terre ferme.

Dans tous les cas, comme nous le verrons, la Lune est si importante dans d’autres domaines
que même un monde aquatique aurait pu s’avérer impossible sans son existence.

A suivre…

Lire tous les chapitres du livre Qui a construit la Lune ?


Que pensez-vous de cet article ? Partagez autant que possible. L'info doit circuler.



Veuillez aider à soutenir les médias alternatifs. Nous suivons la vérité, où qu'elle mène. Merci


ELISHEAN 777 Communauté pour un Nouveau Monde

(Vu 245 fois, 1 visites aujourd'hui)

Laisser un commentaire