Après sept années d’intenses recherches, William Bramley a découvert le fil sinistre qui relie les événements les plus sombres de l’humanité, des guerres des anciens pharaons à l’assassinat de JFK. Dans cet ouvrage remarquable, choquant et absolument fascinant, Bramley présente des preuves troublantes d’une présence extraterrestre sur Terre – des visiteurs extraterrestres qui ont conspiré pour dominer l’humanité par la violence et le chaos depuis le début des temps… une conspiration qui se poursuit encore aujourd’hui.

21 – Drôle d’argent…

PEU DE SUJETS OCCUPENT autant d’esprits ou stimulent autant d’émotions que l’argent. Cela s’explique en grande partie par le fait que l’argent est un problème écrasant pour une majorité de personnes. L’une des raisons pour lesquelles l’argent moderne est un problème est l’inflation, qu’elle soit de 3 % par an ou de 300 %. L’inflation, bien sûr, est la situation dans laquelle les coûts des biens et services augmentent régulièrement en raison de la diminution constante de la valeur de l’argent. Cela se produit lorsque la masse monétaire augmente proportionnellement à l’offre de biens et de services de valeur.


L’argent lui-même n’a pas de valeur ; seuls les biens et services qui peuvent être achetés avec l’argent en ont. La richesse d’un individu ou d’une nation est donc déterminée en dernier ressort par ce qu’il produit en termes de biens et de services de valeur, et non par la quantité de monnaie qu’il imprime, distribue ou détient. Une nation pourrait en fait survivre sans aucune monnaie tant qu’elle est productive.

L’objectif de la monnaie est de faciliter l’échange de biens et de services. La monnaie est donc une extension du système de troc. Le troc est l’acte d’échanger quelque chose que l’on possède ou que l’on fait contre quelque chose qui appartient à quelqu’un d’autre. La production et le troc sont les bases de toute économie.

Les pièces de monnaie et le papier-monnaie ont été créés à l’origine pour faciliter le troc. Ils permettaient aux gens de faire du troc sans avoir à transporter des biens réels ou à fournir immédiatement un service. Cela permettait aux individus de commercer plus facilement et de conserver les bénéfices de leur travail pour l’avenir.

Le papier-monnaie a d’abord pris la forme de « billets à ordre ». Un billet à ordre est une promesse écrite de payer une dette. Une personne écrivait un billet sur un morceau de papier en promettant au porteur du billet une certaine quantité de biens ou de services que le porteur du billet pouvait fournir sur demande. Pour illustrer cela, prenons l’exemple fictif suivant :

Imaginons qu’un éleveur de poulets se trouve sur le marché du village et souhaite faire un échange contre un panier de pommes. Comme il n’a pas ses poulets avec lui, il pourrait écrire une note au vendeur de pommes autorisant le porteur de la note à venir à la ferme à tout moment pour prendre deux poulets en bonne santé. L’éleveur de poulets pourrait repartir avec son panier de pommes et il appartiendrait au pomiculteur de se rendre un jour à la ferme pour rembourser le billet en récupérant ses deux poulets. Tant que les gens auront confiance dans la capacité de l’éleveur de poulets à honorer ses billets, il pourra les utiliser pour le troc.

Imaginons maintenant qu’à la fin de la journée, le pomiculteur décide de faire un tour sur le marché. Il tombe sur le marchand de tissus. La femme du pomiculteur le harcèle depuis des jours pour qu’il achète de la nouvelle soie qui vient d’arriver par caravane d’Extrême-Orient. Les exigences incessantes de la femme du pomiculteur et son refus du confort conjugal ont rendu la vie du foyer misérable. Le marchand de tissus, cependant, n’a plus besoin de pommes, alors le pomiculteur, se rappelant qu’il a un billet pour deux poulets, demande au marchand s’il a besoin de volailles.

Le marchand répond par l’affirmative et le pomiculteur lui donne le billet pour deux poulets en échange de la soie. C’est maintenant au marchand de soie de se rendre à l’élevage de poulets pour échanger le billet. Les poulets eux-mêmes n’ont jamais quitté le poulailler, mais ils ont changé de propriétaire deux fois en une journée. C’est pour ce type d’échange que le papier-monnaie a été créé à l’origine ; mais voyez-vous la tentation qu’il peut susciter ?

Si l’éleveur de poulets sait qu’un certain temps s’écoulera avant qu’il ne doive rembourser ses billets avec des poulets réels, ou que certains de ses billets circuleront éternellement et ne seront jamais remboursés, il peut être tenté d’émettre plus de billets qu’il n’en a en poulets réels, pensant qu’il sera en mesure de couvrir tous les billets au moment où ils lui reviendront.

La tentation prend maintenant le dessus sur l’éleveur de poulets.


L’éleveur de poulets a une grande réunion de famille qui approche et il veut impressionner sa belle-famille pour une fois en organisant un festin opulent. Il se rend au marché où il rédige des notes pour les poulets qui n’ont pas encore éclos et s’approvisionne en abondance auprès d’autres marchands. Plusieurs choses peuvent maintenant se produire. L’éleveur de poulets s’en tirera s’il est toujours en mesure de répondre à la demande de poulets lorsque ses billets sont remboursés.

Une autre chose qui peut se produire, et qui se produira souvent, est qu’il a tellement saturé le marché avec ses billets de poulets que la plupart des gens n’en veulent plus, il doit donc offrir encore plus de poules pour chaque échange pour que les gens sentent que cela en vaut la peine. Il rédige maintenant des billets de deux ou trois poulets en échange d’articles pour lesquels il ne devait auparavant émettre que des billets d’un seul poulet. Au fur et à mesure que ces billets de poulets circulent, ils perdent de leur valeur en raison de leur nombre. Il s’ensuit une spirale vicieuse : plus l’éleveur de poulets émet de billets, moins ceux-ci ont de valeur, et plus il doit en émettre pour obtenir ce qu’il veut. C’est ce qu’on appelle l’inflation.

Maintenant vient le pire. Avec de plus en plus de billets en circulation, un nombre croissant de billets vont commencer à être remboursés. Bientôt, le fermier se rendra compte que sa véritable richesse, à savoir son stock de poulets, s’épuise rapidement, même si seule une petite partie de ses billets en circulation a été remboursée. Pour préserver ses poulets, il doit diminuer la valeur de ses billets en déclarant que les billets en circulation ne valent plus que la moitié de leur valeur. C’est ce qu’on appelle la dévaluation.

Comme l’agriculteur peut avoir du mal à admettre qu’il a émis beaucoup plus de billets qu’il n’a de poulets, il peut essayer de sauver sa réputation en mentant, par exemple en disant qu’un féroce fléau de poulets a anéanti la moitié de son troupeau. Cela ne l’empêchera probablement pas de devenir très impopulaire. La confiance du public dans ses notes sera détruite. Il devra soit revenir au troc pur et simple, soit acquérir les billets de quelqu’un d’autre pour pouvoir continuer à échanger sur le marché.

Comme nous pouvons le constater, les billets de banque, ou monnaie, sont ancrés dans des marchandises réelles et sont censés indiquer que le créateur des billets a quelque chose de précieux à échanger. À l’opposé des billets, on trouve les pièces de monnaie, dont le fonctionnement est quelque peu différent. Les métaux ont toujours été considérés comme précieux, et les pièces de métal étaient donc des outils d’échange pratiques. Les pièces de métal étaient imprimées de divers motifs, devenant ainsi des pièces de monnaie, et leur pureté métallique était garantie par l’imprimeur. La valeur des pièces était initialement déterminée par la quantité et la pureté du métal qu’elles contenaient. L’or étant un métal rare et populaire, les pièces en or étaient plus chères et avaient une valeur de troc plus élevée que les pièces en cuivre, par exemple.

Les pièces métalliques sont devenues un outil de troc populaire parce qu’elles étaient durables et que les quantités pouvaient être contrôlées. Elles posaient toutefois quelques problèmes. En réalité, les gens n’échangeaient que des pièces de métal contre d’autres biens. Cela a créé une importance disproportionnée sur les métaux. L’acquisition de pièces de monnaie et de métaux est devenue une obsession pour un grand nombre de personnes, et de telles obsessions ont tendance à drainer de l’énergie qui serait mieux utilisée à produire d’autres biens et services de valeur.

Le système conférait également un pouvoir disproportionné à ceux qui possédaient de grandes quantités de métaux monnayés, même si d’autres marchandises, comme la nourriture, sont en fin de compte plus précieuses. La personne possédant les métaux monnayés pouvait acquérir immédiatement n’importe quel bien ou service, mais un agriculteur devait d’abord passer par l’étape intermédiaire de l’échange de son produit contre une pièce de monnaie ou un métal monnayé avant de pouvoir disposer de la même souplesse de dépense.

Les métaux de la monnaie ont fusionné avec les billets de banque pour créer les fondements de notre système monétaire moderne dans les années 1600. Ceux qui ont posé ces fondations sont les orfèvres. Les orfèvres possédaient généralement les coffres-forts et les coffrets de sûreté les plus solides de la ville. C’est pourquoi de nombreuses personnes déposaient leurs pièces de monnaie chez les orfèvres pour les mettre en sécurité. Les forgerons délivraient des reçus aux déposants qui promettaient de leur payer sur demande les quantités d’or ou d’argent indiquées sur les reçus. Chaque reçu était en fait un billet qui pouvait circuler comme de l’argent jusqu’à ce que le détenteur du billet retourne chez l’orfèvre pour le racheter contre la quantité de métal spécifiée.

Les orfèvres ont fait une découverte importante. Dans des circonstances normales, seuls 10 à 20 % de leurs recettes étaient remboursés à un moment donné. Le reste circulait dans la communauté comme de l’argent, et pour une bonne raison. Le papier était plus facile à transporter que les pièces de monnaie encombrantes et les gens se sentaient plus en sécurité avec des reçus qu’avec de l’or ou de l’argent. Les forgerons ont compris qu’ils pouvaient prêter les métaux non échangés et facturer des intérêts, et ainsi gagner de l’argent en tant que prêteurs.

Toutefois, lorsqu’il consentait un tel prêt, le forgeron essayait de convaincre l’emprunteur d’accepter le prêt sous la forme d’un reçu au lieu du métal réel. L’emprunteur pouvait alors faire circuler ce billet comme de l’argent. Comme nous pouvons le voir, l’orfèvre a maintenant créé de la « monnaie » (ses reçus) pour le double de la quantité réelle de métal qu’il a dans son coffre : d’abord au déposant initial, puis à un emprunteur. L’orfèvre n’était même pas propriétaire du métal contenu dans son coffre, mais en écrivant simplement sur un morceau de papier, quelqu’un lui doit maintenant de l’argent à hauteur de la valeur totale de l’or contenu dans son coffre. Le forgeron pouvait continuer à écrire ses billets tant que les billets à rembourser ne dépassaient pas ses dépôts réels de métaux précieux. En général, un forgeron émettait des billets quatre à cinq fois plus que sa réserve d’or réelle.

Aussi rentable que cette opération ait pu être, elle comportait certains écueils. Si un trop grand nombre de billets d’orfèvre étaient remboursés trop rapidement, ou si les emprunteurs du forgeron étaient lents à rembourser, le forgeron était ruiné. La crédibilité de ses billets serait détruite. En revanche, si le forgeron gère son activité avec prudence, il peut devenir très riche sans jamais rien produire de valeur.

L’injustice de ce système est évidente. Si pour chaque sac d’or que le forgeron avait en dépôt, les gens lui devaient désormais l’équivalent de quatre sacs, quelqu’un devait perdre. Au fur et à mesure que la dette publique envers l’orfèvre augmentait, de plus en plus de richesses et de ressources véritables lui étaient dues. Comme l’orfèvre ne produisait aucune richesse ou ressource véritable, mais qu’il en exigeait une part toujours plus grande en raison de ses billets de banque, il devenait facilement un parasite de l’économie.

Le résultat inévitable était l’enrichissement de l’orfèvre prudent devenu banquier, au prix de l’appauvrissement des autres membres de la communauté. Cet appauvrissement se manifestait soit par la nécessité de renoncer à des objets de valeur, soit par la nécessité de travailler plus longtemps pour créer la richesse nécessaire au remboursement du banquier. Si l’orfèvre n’était pas prudent et que sa bulle monétaire éclatait, les gens autour de lui souffraient de toute façon de la perturbation causée par l’effondrement de sa banque et de la perte de la valeur de ses billets encore en circulation.

C’est ainsi qu’est née la banque moderne. Beaucoup de gens pensent que c’est un système intrinsèquement malhonnête. Il l’est. Il est également déstabilisant sur le plan social et économique. Pourtant, tous les grands systèmes monétaires et bancaires du monde fonctionnent aujourd’hui selon une variante proche du système que je viens de décrire.

Au 17ème siècle, la maison bancaire italienne des Médicis avait eu l’idée d’utiliser l’or comme matière première sur laquelle fonder toute monnaie papier. L’or était présenté comme la base parfaite pour les billets de banque en raison de sa rareté et de sa désirabilité. Ce fut le début de l' »étalon-or », dans lequel tous les autres biens et services sont évalués par rapport à l’or (et parfois à l’argent). L’étalon-or était certainement une idée formidable pour les personnes qui possédaient beaucoup d’or et d’argent, mais il a créé une dépendance artificielle à l’égard d’une marchandise qui est loin d’être aussi utile que de nombreux autres produits.

Fonder tout un système monétaire sur un seul produit est mieux que de ne pas le fonder sur aucun produit, mais même sous un étalon-or, les billets de banque dépasseront de loin les métaux utilisés pour les garantir. La meilleure solution est d’ancrer fermement la masse monétaire dans l’ensemble de la production de valeur d’une nation afin que la monnaie soit le reflet exact de cette production.

Après la création de l’étalon-or, les billets de banque ont été considérés comme étant « aussi bons que de l’or » parce que les gens pouvaient échanger les billets contre de l’or réel. Cela a créé un faux sentiment de sécurité. À mesure que de plus en plus de billets d’or entraient sur le marché, leur valeur diminuait progressivement, entraînant une inflation constante.

Les propriétaires d’or et les banquiers devaient continuer à émettre un flux constant de billets, car c’est ainsi qu’ils réalisaient leurs bénéfices. Tant que les banquiers planifiaient soigneusement et que les gens gardaient confiance dans les billets, les auteurs de billets pouvaient devancer l’inflation inévitable qu’ils avaient créée et en tirer un profit énorme. Si, par contre, ils émettaient une surabondance de billets et que trop de billets revenaient pour être remboursés, ils pouvaient, en dernier recours, dévaluer les billets pour sauver leur or.

De cette façon, le papier-monnaie gonflable, même sous un étalon-or, est devenu une source de richesse et de pouvoir pour ceux qui avaient le droit de créer la monnaie. Il a également généré un endettement à une échelle énorme, car la plupart des billets d’or « créés à partir de rien » ont été libérés dans la communauté sous forme de prêts remboursables aux banquiers. Si les gens n’empruntaient pas aux banquiers, peu d’argent frais entrait sur le marché et l’économie ralentissait.

Cette méthode de création monétaire détruisait clairement le véritable objectif de la monnaie : représenter l’existence de marchandises réelles échangeables. Le papier-monnaie gonflable permet à une poignée de personnes d’absorber et de manipuler une grande partie de la véritable richesse, à savoir les biens et services de valeur que les gens produisent, simplement en imprimant du papier, puis en détruisant lentement la valeur de ce papier par l’inflation. L’argent devient ainsi une marchandise à part entière qui peut être manipulée à sa guise, généralement au détriment du système de production et d’échange. L’argent était destiné à aider ce système, pas à le dominer et à le contrôler.

Le système de papier-monnaie gonflable décrit ci-dessus était la nouvelle « science » de l’argent mise en place par les révolutionnaires de la Fraternité. Une première version de ce système a été établie en Hollande en 1609. C’est l’année où les forces hollandaises et espagnoles ont signé une trêve suspendant les hostilités de la guerre de quatre-vingts ans. Cette trêve a marqué la naissance de la République néerlandaise indépendante et la fondation de la Banque d’Amsterdam la même année.

La banque privée d’Amsterdam fonctionnait selon le système de papier-monnaie gonflable décrit ci-dessus. Elle était dirigée par un groupe de financiers qui mettaient en commun certains de leurs métaux précieux pour constituer l’actif de la Banque. En vertu d’un accord préalable avec le nouveau gouvernement néerlandais, la Banque a aidé les forces néerlandaises à reprendre les guerres contre l’Espagne en émettant des billets quatre fois supérieurs à la base d’actifs de la Banque. Les magistrats néerlandais ont alors pu puiser dans les trois quarts de l’argent  » créé de toutes pièces  » pour financer le conflit.


Ceci révèle la raison première pour laquelle le système de monnaie papier gonflable a été créé : il permet aux nations de se battre et de prolonger leurs guerres. Il rend également plus difficile la lutte humaine pour l’existence physique dans une économie moderne en raison de la dette massive et de l’absorption parasitaire des richesses que le système provoque. En outre, l’inflation constante réduit la valeur de l’argent des gens, de sorte que leur richesse accumulée est progressivement érodée. Les objectifs de la garde exprimés dans les histoires du Jardin d’Eden et de la Tour de Babel ont été grandement favorisés par le nouveau système de papier-monnaie.

Le succès initial de la Banque d’Amsterdam a encouragé des arrangements bancaires similaires dans d’autres nations. La Banque d’Angleterre, fondée en 1694, en est le rejeton le plus remarquable. La Banque d’Angleterre a établi le modèle de nos banques centrales modernes en perfectionnant le système de papier-monnaie gonflable des Pays-Bas. Le système de la Banque d’Angleterre s’est ensuite répandu de nation en nation, souvent à la faveur de révolutions menées par des membres éminents du réseau de la Fraternité. La réforme mondiale annoncée dans la Fama Fraternitis était déjà bien engagée à la fin du 17ème siècle, et la « nouvelle monnaie » en était un élément important, comme nous le verrons plus loin.

22 – Les saints en marche

L’un des plus importants dirigeants de la Réforme était Jean Calvin. Calvin n’avait que dix ans lorsque Luther a rompu avec l’Église catholique, mais à l’âge adulte, Calvin est devenu l’un des défenseurs les plus zélés du protestantisme.

Calvin a publié son premier traité religieux en 1536 à Bâle, en Suisse, une ville située à la frontière germano-suisse. Calvin a passé sa vie d’adulte à écrire et à enseigner ses propres interprétations de la doctrine protestante. Le résultat fut la création d’une dénomination protestante portant son nom, le « calvinisme », dont le siège était à Genève.

Calvin a poursuivi dans la veine mystique de Martin Luther. Comme nous nous en souvenons, Luther a déclaré que le salut spirituel n’était pas quelque chose qu’un être humain pouvait atteindre par ses propres efforts. Au contraire, le salut exigeait un acte de croyance. La même idée a été promulguée par Calvin, mais avec une tournure plus sévère. Selon la doctrine de Calvin, même un acte de foi ou de croyance ne peut assurer la survie spirituelle d’une personne. Calvin proclamait au contraire que le salut spirituel d’une personne, ou son absence, était déjà prédéterminé par Dieu avant la naissance.

Non seulement Dieu avait décidé à l’avance qui atteindrait le salut spirituel et qui ne l’atteindrait pas, mais il n’y avait absolument rien qu’une personne puisse faire contre la décision de Dieu. Cette doctrine malheureuse est connue sous le nom de « prédestination ». Les enseignements de Calvin sur la prédestination offraient peu de réconfort aux gens, car ils soulignaient que la plupart des êtres humains étaient spirituellement condamnés.

Les humains favorisés par Dieu avant la naissance étaient connus sous le nom d' »élus ». Les Élus étaient peu nombreux et ne pouvaient rien faire pour partager leur bonne fortune avec d’autres. Les Élus n’avaient qu’un seul véritable devoir sur Terre, proclamait Calvin, et c’était de supprimer le péché des autres pour rendre service à « Dieu ». Calvin, bien sûr, était l’un des Élus.

On pourrait se demander pourquoi « Dieu » condamnerait presque toutes les âmes avant la naissance, puis continuerait à les punir après la naissance ? Cela semble plutôt cruel. Selon Calvin, la race humaine était encore punie pour le « péché originel » d’Adam et Eve. Comme nous le rappelons, le « péché originel » était la tentative de l’homme primitif d’acquérir la connaissance de l’éthique et l’immortalité spirituelle.

Calvin n’a pas tenté de justifier la prédestination, malgré son injustice évidente. Il prêchait plutôt que la prédestination était un mystère devant lequel tous les hommes devaient être humbles. Selon lui, de nombreuses choses de « Dieu » n’ont jamais été destinées à être comprises par les êtres humains.

Le calvinisme était plus qu’une religion du dimanche. C’était un mode de vie. Il exigeait de ses adeptes un style de vie pragmatique et austère dans lequel le plus grand devoir d’une personne était de glorifier Dieu dans ses actions quotidiennes. On enseignait aux gens que leur position dans la vie, quelle qu’elle soit, était leur « appel » de Dieu. Une vie devait être vécue comme si c’était la volonté d’un Être suprême qu’une personne soit là où elle était. Le calvinisme était clairement une philosophie du féodalisme pour l’ère moderne.

Pour des raisons religieuses, Calvin interdisait l’ivresse, les jeux d’argent, la danse et les chansons désinvoltes. Ces péchés faisaient partie de ceux que les élus avaient été envoyés sur terre pour éradiquer. À la grande surprise de tous, les calvinistes acquièrent rapidement la réputation d’être mornes et sans couleur. Ils deviennent également violents. Calvin n’est pas un homme de tolérance et il adopte certaines des pratiques vicieuses des empereurs romains d’Orient. Par exemple, Calvin encourageait la peine de mort pour l’hérésie contre ses nouvelles doctrines et il exigeait que les « sorcières » soient brûlées sur le bûcher.

Le calvinisme a voyagé de son fief en Suisse vers d’autres pays. Aux Pays-Bas, les calvinistes avaient joué un très grand rôle dans l’agitation et la mise en place de la guerre de Quatre-vingts ans, qui nous a donné la Banque d’Amsterdam. En Grande-Bretagne, le calvinisme était à la base de la religion puritaine.

Comme leurs frères calvinistes de Hollande, certains puritains anglais décidèrent d’affirmer leurs sombres croyances et leurs intérêts matériels par une révolution violente. En 1642, un groupe de puritains britanniques riches et éminents a mené une guerre civile de grande envergure contre le roi d’Angleterre, Charles Ier. Aux yeux des puritains, Charles avait commis des crimes contre Dieu en épousant une catholique et en étant tolérant envers le catholicisme. Après avoir gagné la guerre civile et décapité Charles, les armées puritaines victorieuses ont placé leur propre dictateur à la tête de la Grande-Bretagne : Oliver Cromwell.

Sous Cromwell, les puritains ont pu affirmer leurs croyances religieuses dans l’arène de la politique étrangère. Les puritains anglais croyaient fermement au concept d’Armageddon, c’est-à-dire à la bataille finale. Ils pensaient que la grande bataille finale avait commencé et qu’elle atteindrait son apogée à la fin du XVIIe siècle, et que la guerre civile des puritains contre Charles Ier faisait partie de cette bataille. Le pape était qualifié d’anti-Christ et le catholicisme était considéré comme l’outil de Satan. Cromwell a tenté de façonner la politique étrangère anglaise autour de ces croyances en œuvrant à la solidification de l’unité protestante internationale et en menant la guerre contre les catholiques dans diverses régions d’Europe. Cromwell croyait que les puritains anglais étaient le « second peuple élu » de Dieu* et que ses actions faisaient partie de la prophétie biblique.

*Les Hébreux étaient considérés comme les « premiers élus » de Dieu, mais ils étaient tombés en disgrâce.

La cosmologie calviniste a beaucoup contribué à façonner les idées puritaines sur la guerre. L’engagement dans la guerre était glorifié. Les puritains croyaient que la tension et la lutte étaient des éléments permanents du schéma cosmique en raison de la lutte éternelle entre Dieu et Satan. Le professeur Michael Walzer, dans son intriguant ouvrage intitulé Revolution of the Saints : A Study in the Origins of Radical Politics, explique leur croyance de la manière suivante :

De même qu’il y a une opposition et un conflit permanents dans le cosmos, de même il y a une guerre permanente sur terre. … Cette tension était elle-même un aspect du salut : un homme à l’aise était un homme perdu.1

Il est essentiel de comprendre cette idée puritaine car elle exalte la guerre comme une étape nécessaire au salut spirituel. C’est également l’une des graines qui nous a donné la philosophie marxiste du « matérialisme dialectique ».2 Cette croyance puritaine est l’une des idées les plus pernicieuses jamais enseignées par les religions tutélaires. Elle a amené les puritains à considérer la paix comme un affront à Dieu, car la paix signifiait que la lutte contre « Satan » avait cessé ! « La paix du monde est la guerre la plus vive contre Dieu », écrivait Thomas Taylor en 1630.*


La plus haute vocation d’un puritain était de partir à la guerre pour la gloire de Dieu. Lorsqu’il n’y avait (Dieu nous en préserve) aucune guerre en cours, les hommes étaient encouragés à assister aux exercices militaires pour se divertir : * Le matérialisme dialectique est la philosophie qui affirme que les conflits entre les classes sociales sont inévitables et que ces conflits sont la première étape d’un processus qui aboutira à une utopie sans classes sur Terre.

Et sur le plan religieux, puisque chaque homme aura des loisirs, le meilleur étant celui qui est le plus exempt de péché, le meilleur étant celui qui fortifie l’homme… alors abandonnez vos activités de cardage, de découpage, de chambrage, de dévergondage, de badinage, de discours calomnieux et de vanité hors du temps, pour fréquenter ces exercices [les exercices militaires]… .3

L’ennoblissement de la guerre par les puritains, associé à leur pragmatisme austère, a contribué à apporter des changements majeurs dans la manière de mener les guerres. Des générations plus tôt, la Renaissance avait eu un effet très intéressant sur la guerre en Europe. La guerre était devenue une activité de « gentilhomme » – orgueilleuse et pleine de fanfaronnades. Les souverains européens ont dépensé des sommes considérables pour créer des armées esthétiques et colorées. Les uniformes brillants, les bannières flottantes et les armures de fantaisie sont à l’ordre du jour. De manière significative, l’apparat remplace le combat sur le champ de bataille. Le plus souvent, les armées éblouissantes de la Renaissance se livrent à d’interminables manœuvres les unes contre les autres, avec peu de contacts réels.

Après beaucoup de faste et de spectacle, une impasse militaire se produisait souvent, suivie d’une élégante manœuvre de cavalerie connue sous le nom de caracole. Chaque camp pouvait alors se déclarer vainqueur, avec peu ou pas de pertes, et rentrer chez lui en fanfare, sous l’adulation de son peuple. Les jeunes soldats masculins survivaient pour accélérer le pouls de leurs amantes avec de nobles récits de galanterie et d’honneur sur le terrain.

Dans le monde blasé et ultra pragmatique d’aujourd’hui, les activités susmentionnées peuvent sembler plutôt ridicules, comme tirées du Magicien d’Oz. Elles constituaient pourtant un phénomène exceptionnellement important, car le style de guerre de la Renaissance révélait la véritable nature de l’esprit humain. La majorité des gens s’éloignent de la guerre lorsqu’on leur en donne l’occasion. Ils transformeront les arènes de conflit en théâtres d’apparat. Ils choisiront la vie, la couleur et l’art plutôt que la mort, la pâleur et la décadence.

La Renaissance a été une courte période de l’histoire qui a révélé que lorsque la répression est relâchée, que l’intolérance et les philosophies belliqueuses perdent de leur importance et que les gens peuvent penser et agir plus librement, les êtres humains dans leur ensemble s’éloignent naturellement et automatiquement de la guerre.

L’austérité puritaine et la glorification de la guerre ont contribué à rendre les guerres européennes plus sanglantes. Les armées puritaines fonctionnaient sur l’idée que les guerres devaient être menées de manière efficace et non colorée. Dans cette optique, les puritains ont éliminé les paillettes militaires et développé des unités de combat efficaces grâce à un entraînement rigoureux. Cette façon pragmatique de combattre s’est rapidement répandue lorsque d’autres nations ont découvert qu’une bannière magnifiquement brodée ne pouvait pas gagner contre un canon efficacement pointé.

Si, aujourd’hui, la plupart des organisations militaires se livrent encore à un certain faste, celui-ci est sensiblement absent de la conduite effective de la guerre. Nous observons plutôt des uniformes de combat austères, une efficacité sèche et des stratèges militaires qui calculent froidement la méga-mort nucléaire avec des points de pourcentage et des facteurs de probabilité. Ce sont tous des reflets du pragmatisme réintroduit dans la guerre par les puritains et autres protestants. En observant les corps mutilés par la guerre de nos semblables qui ont été tués de manière plus efficace et plus pragmatique, nous nous rendons peut-être compte que l’apparat de la Renaissance n’était pas si stupide après tout.

Malgré ses premiers succès, le nouveau gouvernement puritain dirigé par Cromwell ne dura pas très longtemps. La dynastie des Stuart regagne le trône britannique en 1660 avec le couronnement de Charles II (fils de Charles Ier décapité). Charles II meurt 25 ans plus tard, en 1685, sans héritier, et c’est son frère, Jacques II, qui monte sur le trône. Jacques n’a régné que trois ans, après quoi une deuxième révolution anglaise a été lancée en 1688, connue sous le nom de « Glorieuse Révolution ». Bien que la question de l’opposition entre le protestantisme et le catholicisme soit toujours d’actualité, les puritains ne sont pas à la tête de la Glorious Revolution.

En fait, un grand nombre de puritains avaient fui l’Angleterre pour établir des colonies en Amérique du Nord après l’accession au trône de Charles II. La Glorieuse Révolution a été menée, en partie, par nul autre que la Maison d’Orange-Nassau. Au moment de la Glorieuse Révolution, la Maison d’Orange était fermement installée sur le trône des Pays-Bas.

La manière dont Orange a pu accéder au trône britannique et régner sur trois nations à la fois est une histoire fascinante d’intrigues politiques.

A suivre…


Lire tous les chapitre du livre : Les dieux de l’Éden


Que pensez-vous de cet article ? Inscrivez-vous et rejoignez la conversation


Merci à tous pour votre soutien.

Beaucoup d'entre vous sont avec moi, par le coeur et la pensée, et je vous transmet ma gratitude... Vous pouvez assurer la continuité de ce site de plusieurs manières... En partageant les articles que vous avez aimé... En achetant vos livres et vos produits préférés sur Amazon via ce site... En faisant un don sécurisé sur Paypal... Ou les trois en même temps... Recevez toute ma gratitude... Mon Amour vous accompagne...


Même 1€ est important !





Tags:

0 Commentaires

Laisser une réponse

Imaginer un Nouveau Monde © Elishean 2009 - 2021

CONTACT

Vous pouvez nous envoyer un e-mail et nous vous répondrons dès que possible.

En cours d’envoi
ou

Vous connecter avec vos identifiants

ou    

Vous avez oublié vos informations ?

ou

Create Account

%d blogueurs aiment cette page :