Cas de conscience

Un tour de Campus avant la future guerre civile

Ma journée avec les manifestants de Cornell : antisémitisme, déni et ignorance, par Susan D. Harris

Alors que je me promenais en prenant des photos du campement anti-israélien de l’Université Cornell, l’un des participants n’arrêtait pas de m’appeler : « Julie ! Julie, n’est-ce pas ? Ne nous sommes-nous pas déjà rencontrés ?  

Il était l’un des médiateurs désignés pour les militants étudiants. Elle portait un gilet jaune, un talkie-walkie et utilisait tous les prétextes auxquels elle pouvait penser pour engager une conversation avec des non-étudiants afin de discerner rapidement leurs intentions.

Une semaine avant ma visite, vingt-deux étudiants et deux membres du personnel avaient été arrêtés pour avoir organisé un sit-in à Day Hall, le centre administratif de Cornell. Peu de temps auparavant, plusieurs étudiants avaient été suspendus pour avoir participé à des manifestations, parmi lesquelles un campement installé sur le célèbre quartier artistique. Les administrateurs de l’école avaient rencontré des militants pour leur demander de déménager dans une partie moins perturbatrice du campus – ils avaient refusé.


Ils sont donc restés dans le quartier artistique où les statues de deux grands Américains – les cofondateurs de Cornell, Ezra Cornell et Andrew Dickson White – regardaient silencieusement un campus obsédé par la dernière déclaration politique et la dernière mode – le keffieh noir et blanc.

Nombreux sont ceux qui associent encore le keffieh noir et blanc à l’ancien chef de l’Organisation de libération de la Palestine (OLP), Yasser Arafat. C’est une déclaration de solidarité difficile à digérer lorsqu’elle est transposée sur les campus américains ; surtout pour ceux d’entre nous qui sont assez vieux pour se souvenir de sa longue histoire de troubles et de terrorisme.


L’actrice britannique Vanessa Redgrave, lauréate d’un Oscar (bien connue du public américain dans les années 1970), a peut-être été la première célébrité à ajouter le foulard keffieh à sa garde-robe peu de temps après avoir financé , produit et raconté le documentaire de 1977, The Palestinien.

Après une longue interview de Yasser Arafat, le documentaire montre Miss Redgrave dansant avec un fusil alors qu’elle célèbre joyeusement sa visite avec les « combattants de la liberté » autoproclamés. Cela faisait moins de trois ans que les forces arabes – dirigées par la Syrie et l’Égypte – avaient mené une attaque surprise contre Israël lors de leur jour le plus saint – Yom Kippour .


L’année suivante, elle a contribué à généraliser l’antisémitisme avec un discours d’acceptation des Oscars dans lequel elle a fait référence aux « voyous sionistes ». L’idéologie erronée de ce discours postulait qu’on pourrait s’opposer à l’antisémitisme si l’on ne parlait pas de ces voyous sionistes qui ont l’audace de revendiquer un droit à leur patrie – ce qui signifie fondamentalement tout le monde en Israël.

Près de cinquante ans plus tard, Greta Thunberg, la militante contemporaine préférée de tous, a également été filmée scandant « écraser le sionisme » et a été récemment arrêtée pour avoir protesté contre la participation d’Israël à un concours de chanson européen, alors qu’elle était enveloppée dans un keffieh presque plus grand qu’elle .

De retour à Cornell, je regarde des étudiants de l’Ivy League tout aussi trompés danser et rire pendant qu’ils ajustent leurs keffiehs et enfoncent avec ferveur leurs clous dans un grand panneau « Ne touchez pas à Rafah » qu’ils sont en train de construire.

Je demande à l’une des leaders du groupe si elle sait où se trouve Rafah ; Je peux dire à l’air confus sur son visage qu’elle n’en a pas la moindre idée. La seule chose qu’elle peut me dire, c’est « qu’ils y ont évacué des Palestiniens innocents et qu’Israël va l’attaquer et les tuer ».

De toute évidence, ces étudiants ignorent ou ne se soucient pas du fait que Rafah soit considéré comme le dernier avant-poste du Hamas ; C’est là que les cerveaux du terrorisme sont soupçonnés de se cacher avec leurs brigades de combat, et que les otages restants ( y compris des Américains ) – vivants et morts – seraient détenus. (Hope Forum, un groupe qui représente certaines des familles d’otages, a critiqué le Premier ministre Netanyahu pour son retard dans « la conquête de Rafah et le sauvetage de [leurs] proches… » )

Il est clair qu’Israël ne peut pas gagner la guerre sans entrer dans Rafah. Et malheureusement, c’est un fait que le président Biden sait aussi, alors pourquoi son administration déciderait-elle de cesser d’envoyer des armes à l’État juif ?

La célèbre journaliste israélienne Caroline Glick s’est posée la même question lorsqu’elle a conclu que les récentes actions de Biden disaient symboliquement : « J’ai totalement trahi Israël et je trahis totalement les Juifs. »

Elle a ajouté :

« Cela indique également à tous les émeutiers antisémites sur le campus que la violence paie… non seulement vous ne serez pas puni, mais vous serez récompensé. Je vais répondre à vos demandes selon lesquelles les États-Unis trahissent Israël et se tiennent aux côtés des personnes qui ont massacré [le 7 octobre] ».

Alors que j’étais assis sous un arbre près du campement anti-israélien de Cornell, j’ai observé le flux et le reflux des étudiants portant des vêtements (pour la plupart noirs), verts, rouges et blancs en soutien au drapeau palestinien qui occupait fièrement le devant de la scène. Le seul drapeau américain visible était sur ma propre chemise.

Je ne l’avais pas porté intentionnellement, mais j’ai immédiatement pris conscience que ce n’était pas une tenue acceptable. Ce n’est que plus tard que j’ai appris qu’un homme qui avait osé porter un drapeau américain sur le campus de la City University of New York (CUNY) affirmait avoir été physiquement agressé et contraint de partir.

Alors que je passais devant les jeunes manifestants étudiants chantant et scandant, je ne pouvais m’empêcher de penser aux jeunes innocents semblables au Nova Music Festival, célébrant leur jeunesse et leur vie juste avant leur mort soudaine et horrible. Je me souviens des images des parapentes du Hamas, peut-être alimentés par de la drogue, se précipitant pour violer, torturer et tuer .

Je pense à la jeune femme enlevée par des terroristes alors qu’elle crie : « S’il vous plaît, ne me tuez pas ! Je pense à une autre femme dont le pantalon était tellement trempé de sang que tout le monde avait peur de dire à haute voix ce qu’ils soupçonnaient de lui être arrivé. Et que dire du corps brisé d’une femme germano-israélienne de 23 ans – promené dans les rues et jeté à l’arrière d’un camion et craché dessus comme une poubelle ?

Que dire des gens terrifiés qui mendient pour leur vie et qui sont brûlés vifs ? qu’en est-il des enfants et des bébés massacrés ? Ces histoires ne sont qu’une fraction d’un récit épouvantable, historique, collectif, sans précédent et extrêmement maléfique pour quiconque a une âme.

(Il est troublant de constater qu’un manifestant de Cornell portait ouvertement une chemise sur laquelle était écrit « Le pouvoir du mal et de la malédiction ».)

Le camp de Cornell n’a honteusement rendu aucun hommage aux morts torturés ou aux vies endommagées d’Israël. Au lieu de cela, ils ont simplement peint une grande fresque représentant des faits et des chiffres palestiniens que personne ne peut vérifier.

Comment tant de personnes peuvent-elles prendre le parti des terroristes du Hamas – y compris en croyant aux chiffres erronés du nombre de victimes qu’ils décident de publier au monde ?

La réponse réside bien sûr dans la montée de l’antisémitisme. Comme Franklin Graham l’a dit récemment :

« Observons ce qui se passe sur nos campus universitaires : l’antisémitisme est revenu après 80 ans, le mal, la haine qui est dans le cœur humain… Pendant que nous observons ce qui se passe sur ces campus universitaires … Nous avons dépensé des milliards de dollars pour que le ministère de l’Éducation éduque nos jeunes, et tout ce que nous avons fait, c’est les éduquer à la haine et c’est triste de voir ce qui se passe dans notre pays.

Pire encore, une chose que nous n’aurions jamais imaginé voir en Amérique est la montée de l’antisémitisme à droite. Comme l’a souligné le journaliste américain Jonathan Tobin , avec des conservateurs comme Candace Owens « qui a essentiellement intégré l’antisémitisme à sa manière » et Tucker Carlson « qui semble prêt à servir de plateforme aux haineux d’Israël » – nous entrons dans un territoire inexploré et dangereux.

La fondatrice de Libs of Tiktok, Chaya Raichik, a le mieux résumé la situation lorsqu’elle a déclaré : « Le manque de clarté morale sur cette question est vraiment terrifiant… La différence est qu’à gauche [l’antisémitisme] est institutionnalisé, alors qu’à droite, il ne l’est pas – pour l’instant. »

Source


Que pensez-vous de cet article ? Partagez autant que possible. L'info doit circuler.



Aidez Elishean à survivre. Merci


ELISHEAN 777 Communauté pour un Nouveau Monde

(Vu 197 fois, 1 visites aujourd'hui)
Bouton retour en haut de la page

En savoir plus sur Elishean 777

Abonnez-vous pour poursuivre la lecture et avoir accès à l’ensemble des archives.

Continue reading