Secrets révélés

Pyramides de MONTAUK (2) Retour à Montauk

Traduction du livre de B. PRESTON NICHOLS et PETER MOON

SOMMAIRE

Les titres en rouge sont ceux traduits dans cet article.

• Préface
• Dédicace
• Introduction

Partie I par Peter Moon
Un – Retour à Montauk
Deux – Une question de propriété
Trois – Le processus de Montauk
Quatre – L’enquête est
Cinq – Pyramides découvertes
Six – lacunes procédurales dans le processus de Montauk
Sept – La racine des Montauks
Huit – L’acte est découvert
Neuf – Le chaman de Montauks
Dix – L’elfe de la baie des tortues
Onze – Montauk et la grille
Douze – Les écoles de mystère
Treize – Le champ morphogénétique
Quatorze – Le Pharaons d’Écosse
Quinze – Le pharaon et la connaissance de l’antiquité
Seize – Tahuti
Dix-sept – Une histoire de Mars
Dix-huit – L’héritage martien
Dix-neuf – Sagesse perdue
Vingt – Phrees to Catholies
Vingt – Une brève histoire
Vingt-deux – L’heure la plus sombre des nazis
Vingt-trois – Ian Fleming et la connexion britannique
Vingt-quatre – Définition de Montauk
Vingt-cinq – Les prêtres de Montauk
Vingt-six – Le Livre des Lois
Vingt-sept – Les Siriens
Vingt-huit – Est un Dieu pour vivre dans un chien?
Vingt-neuf – Babalon
Trente – Requiem

Partie II de Preston B. Nichols
Introduction à la partie II
Trente et un – Le sous-sol de Montauk
Trente-deux – La zone mystérieuse
Trente-trois – Les garçons de Montauk
Trente-quatre – La transmission de Montauk
Trente-cinq – L’accélérateur de particules
Trente-six – La chronologie
Épilogue

CHAPITRE UN : RETOUR À MONTAUK

Au cours de l’été 1993, la musicienne Denney Colt  est venue en visite à Montauk après un engagement d’un an en Espagne. Comme elle avait été tout le temps hors du pays, loin de leur maison de Long Island, ils n’avaient rien entendu du livre « The Montauk Project Experiments in Time ». (Le projet Montauk : des expériences dans le temps)

²

Lorsqu’ils sont montés à bord du phare de Montauk lors d’une visite, elle a remarqué une chose très inhabituelle sur le rocher du parc d’État. Il s’agissait d’un énorme écran radar à l’allure suspecte. Son intuition lui a dit que quelque chose à ce sujet serait drôle et elle a dit qu’elle voulait le voir. Deux autres dames ont entendu cela et ont dit qu’elles auraient été là-haut. Elles auraient été expulsées par des fonctionnaires désagréables qui leur ont dit que tout était top secret et qu’elles devaient rester loin de la zone.

Denney est devenue méfiante et a décidé d’en savoir plus ce qui se passait vraiment. Elle a photographié le radar et est rentrée chez elle. Le même soir, Denney s’est rendue au domicile de Lorry Salluzzi, un bon ami à moi. Denney était à peine arrivée qu’elle tenait déjà dans les mains un tract de ce qu’était « Montauk et la synchronicité », comme une indication d’une conférence que je tiendrais. Denney avait eu plusieurs expériences de synchronicités, et ce dépliant obtenu juste après leur retour de Montauk en était simplement une autre.

Elle avait appris en outre la sortie du livre sur Montauk et est également apparu à ma conférence. Lorsque nous nous sommes rencontrés pour la première fois, Denney m’a dit  vouloir voir le radar et a ensuite voulu me montrer une photo de l’usine. Cela a appelé à un voyage à Montauk.

Preston, Denney et moi avons donc conduit jusqu’au phare au-delà, pour savoir ce qui se passait. Nous sommes arrivés à la station radar en début d’après-midi. Celle-ci se trouve juste à l’ouest du phare qui n’est même pas à un kilomètre et demi. En plus de l’écran radar rotatif, il y avait une grande caravane et un générateur. Ils se trouvaient juste à côté d’un énorme bunker souterrain, qui a depuis été scellé. Lorsque nous sommes arrivés, il n’y avait personne sur les lieux, il y avait juste un panneau déglingué, qui disait qu’il ne fallait pas aller au-delà d’un certain point. Nous avons pris cette interdiction du bon coté, et avons marché en cercle autour du bunker pour voir la zone d’un autre point de vue.

Alors que nous marchions dans la rue, nous avons vu une grande volée d’oiseaux émerveillés assis sur une ligne téléphonique qui menait à la base. Étrangement, quatre-vingt-dix pour cent des oiseaux regardaient dans la même direction. Ils étaient figés. Nous avons crié et jeté des pierres pour voir si nous pouvions les effrayer, mais seuls quelques-uns bougeaient. Les oiseaux sont restés assis et n’ont pas bougé pendant que nous regardions.

Un peu plus tard, Preston l’a enregistré sur vidéo alors qu’ils bourdonnaient autour d’eux de manière frénétique. Ils volaient en cercle, comme s’ils suivaient un fluide ou une ligne. Leur comportement était très inattendu.

La route que nous avons empruntée, nous a conduit de l’autre côté du radar. De ce côté, il n’y avait aucun panneau et nous avons pu nous en rapprocher directement. Alors que nous étions encore à une centaine de mètres, deux voitures sont arrivées devant l’usine. Six ou sept personnes en sont sorties, dont certaines travaillaient manifestement là. Ils étaient bien habillés et semblaient être des ingénieurs. Un photographe asiatique était également présent. Deux des hommes sont sortis et se sont dirigés rapidement vers le radar. L’un, trop zélé, faisait des mouvements avec ses bras et semblait expliquer un truc à l’autre. Tout cela semblait très faux et nous nous sommes demandés s’il n’était pas chargé par quelqu’un de nous convaincre de quelque chose.

Preston s’est rapproché et a parlé avec l’un des hommes. Celui-ci lui a dit qu’il travaillerait pour la société radar Cardion dans le domaine des relations publiques. Cardion est située à Long Island, dans la ville de Syosset, et fabrique des systèmes de radar.


Le gars a dit a dit que le radar serait testé, et a démontré le caractère raisonnable d’un pays qui voulait empêcher que de petits navires de drogue puissent s’amarrer. Il a montré l’océan et a dit qu’il y avait un petit bateau, qu’ils ont testé précisément. Je n’en ai pas vu. Mais même si j’en avais vu un : la région est connue pour ses stocks de poissons et cela pourrait tout aussi bien être un pêcheur.

…l’histoire de l’homme de relations publiques était ridicule. Preston a dit qu’il s’agissait d’un radar assez sophistiqué et qu’il était encore peu probable que l’on doive le tester pour trouver de petits bateaux. Ce type de radar était sur le marché depuis de nombreuses années.

En rentrant chez moi, j’ai appelé un ami pour lui parler du radar de Montauk. Curieusement, il a dit que Cardion était l’un de ses clients. Il allait se renseigner et voir ce qu’il pouvait trouver. Quelques jours plus tard, il a dit qu’une ruse des relations publiques avait été réellement mise en place pour nous. Il nous avait même informé que l’armée tente de trouver un moyen de traquer les militants arabes du Moyen-Orient.

Des fibres radioactives de faible niveau sont mélangées à la nourriture de certains pays arabes afin d’identifier les terroristes ou les soldats potentiels sur l’écran radar can. Ce processus est parfois appelé « examen au baryum ».  En médecine, on enduit l’intérieur du tube digestif de baryum et on le rend ainsi visible aux rayons X. Apparemment, c’était une nouvelle sorte de radar sophistiqué, qui est de reconnaître le baryum.

J’ai raconté cette histoire à Preston et il a été très étonné, il a dit que la question pourrait être considérée comme impossible, car certains radars portables peuvent même déplacer des personnes et différents animaux. Ainsi, un dispositif radar aussi nouveau et sophistiqué n’était pas nécessaire. De toute évidence, Cardion nous a servi deux histoires qui devraient détourner l’attention d’un processus secret.

D’autres incohérences concernant ce radar ont été constatées. Le responsable des relations publiques nous avait dit qu’il fonctionnait avec 3 gigahertz, mais nous avons finalement découvert qu’il y avait 6 GHz. Il était également étrange que le radar soit dirigé pour une raison quelconque contre le sol. Il a fait appel au viseur de la caméra vidéo de Prestons pour éliminer les interférences en interrompant l’image. Habituellement, quelque chose avait un effet sur la puce de l’appareil photo, mais ce n’était pas le cas ici. Preston a déclaré que cela signifierait qu’il ne s’agissait pas d’un radar électromagnétique ordinaire, mais de quelque chose d’autre. Ce qu’il n’a pas fait exactement à ce moment-là.

Lorsque nous sommes revenus de notre voyage à Montauk, nous avons longuement réfléchi à l’installation du radar sur la base de Montauk. Cela n’avait tout simplement pas de sens. Premièrement, Cardion aurait pu choisir une station de test située à seulement vingt minutes de leur installation de Syosset, mais ils se sont rendus à environ deux heures et demie en choisissant Montauk.

Preston a décidé de demander des précisions à Klark son ami, qui a de nombreux liens familiaux dans l’industrie de la défense. Klark a dit qu’il connaissait quelqu’un qui avait été envoyé par la société Siemens du New Jersey à Montauk. Sa tâche consistait à installer à l’intérieur même de la base un nouveau système radar. Bien que ce système soit une extension, ou un ajout au radar sur les falaises, ça aurait pu être, mais c’était autre chose.

…ceux qui traitent de l’histoire de la seconde guerre mondiale se souviendront de Siemens comme de l’entreprise qui avait couvert tous les domaines électroniques pour le troisième Reich. Il s’agit d’une indication supplémentaire d’un schéma récurrent de relations avec les nazis Montauk.

Un voyage à la bibliothèque publique m’a montré que Siemens avait embauché Cardion au début des années 90. Tout s’emboîtait un peu mieux maintenant. Je me suis souvenu de Norman Scott, un lobbyiste influent au Sénat, qui était sur le point de terminer un documentaire sur Montauk. Ses recherches l’ont conduit chez Siemens en Allemagne, où il est tombé malade d’un mystérieux problème cardiaque. Après sa guérison, il a poursuivi ses recherches sur Montauk. Il y avait encore beaucoup de questions sans réponse, mais il était clair que les anciennes relations de l’Allemagne avec Montauk étaient encore très actives.

Preston a promis plus de détails lors d’un vol au-dessus du Camp Hero, tandis qu’il enregistrait l’ensemble du site sur vidéo. Il s’est vite rendu compte qu’il était déjà difficile de trouver un pilote qui accepte de survoler la base. Il a finalement pu affréter un vol depuis l’aéroport d’East Hampton. Le pilote survolait la base de manière un peu louche et il voulait terminer le vol après un seul passage, mais Preston a insisté pour qu’ils survole à nouveau. Ils ont survolé la base plusieurs fois, et Preston a donc obtenu des séquences vidéo qui se révéleraient très intéressantes.

À son retour, Preston a examiné tout le matériel avec son ami Danny, un physicien nucléaire. Alors que Preston devait arrêter la bande vidéo, Danny a remarqué qu’au sud de la base intérieure de Montauk il y avait un immense cercle. Danny a dit que la structure circulaire serait ressemblait à un accélérateur de particules.


On a pris ça très au sérieux, car Danny est l’une des rares personnes en Amérique qui s’y connaissent vraiment en matière d’accélérateurs de particules (il pourrait même en construire un). Avant de se quitter, Danny a prédit ce que l’on se reverrait encore. A une petite exception près, ses prédictions étaient toujours correctes. On venait donc de nous dire que dans le Parc fédéral de Montauk,  se trouvait un véritable accélérateur de particules !

(En termes simples, un accélérateur de particules et une usine dont les particules atomiques sont accélérées jusqu’à une vitesse proche de la vitesse de la lumière, se chargeant ainsi d’énergie. Preston Au chapitre 35 donne une description technique de l’accélérateur de particules à Montauk). 

Si l’on garde à l’esprit l’idée que le baryum pourrait réfléchir un faisceau de particules sur le radar, l’image devient plus claire.

Auparavant, mon ami – celui qui a des liens avec Cardion – m’avait dit que des personnes reçoivent une alimentation mélangée au baryum, afin qu’elles soient visibles sur l’écran radar. Mais c’était aussi inutile que les gens apparaissent sur un écran radar normal.

Mais… et si un « radar à faisceau de particules » était conçu pour ça ? Cela expliquerait pourquoi sur Montauk un nouveau système radar a été essayé. Laissant de côté la surveillance des vortex et d’autres activités ésotériques, ils devaient simplement être connectés à l’accélérateur de particules de Montauk. Un radar normal qu’ils auraient probablement testé plus près de Syosset.

Le radar n’était manifestement pas ce que nous avait dit Cardion. La désinformation s’est faite sur au moins deux pistes. Sur la première, on a dit au public que c’était pour poursuivre les bateaux de trafiquants de drogue. La deuxième histoire était un peu plus technique, mais encore imparfaite. Ils ont dit qu’ils utilisaient du baryum pour pouvoir reconnaître les gens. Si une partie de cette histoire était une véritable désinformation (la désinformation est toujours mélangée à des vérités, si elle est effectuée correctement), alors c’était probablement la découverte que le radar pouvait détecter le baryum. Cela confirme l’affirmation de Danny, que le cercle à Montauk, est un accélérateur de particules.

Notre recherche a continué et nous sommes allés à Montauk de nouveau pour regarder le cercle. Cette fois, nous étions accompagnés de Mike Nichols et de Denney Colt. Le cercle était pavé et donnait l’impression d’être prêt pour recevoir des invités. Les buissons étaient entretenus, mais pas trop. Nous avons trouvé un morceau de terrain, qui était beaucoup plus récent que le reste. Il était exactement comme il avait été décrit par Danny. Il avait dit qu’il y avait un pavage qui était enlevé de temps en temps avec une grue pour des travaux d’entretien. Ensuite le pavage était renouvelé.

…nous avons tous, après avoir visité le cercle, eu des réactions ultérieures. Mike était extrêmement fatigué et désorienté. Denney était également fatigué et une tâche rouge triangulaire s’est formée sur son cou. J’étais très mal à l’aise avec un mal de tête sévère, comme je n’en avais jamais connu. Preston aussi a été affecté. Il avait des brûlures dues aux radiations sur sa poitrine et ses jambes. Un médecin a confirmé que les brûlures dues aux radiations provenaient du cercle de Montauk, mais a refusé d’être nommé pour des raisons personnelles. J’ai moi-même vu de mes yeux s’éteindre un compteur Geiger, lorsqu’il était tenu à proximité des brûlures de Preston.

Ce voyage a non seulement confirmé l’opinion de Danny selon laquelle il s’agissait d’un accélérateur de particules, mais il a également apporté d’autres informations intéressantes.

Avant de se rendre dans le comté, Preston a fait installer un certain nombre de récepteurs radio pour essayer de recevoir des signaux de la base. Il a été en mesure de localiser divers signaux de transmission, mais une fois que son conditionnement a été installé et prêt, les signaux ont cessé.

Dès que son équipement tombait en panne, les signaux recommençaient. Cela s’est produit à plusieurs reprises et c’était clairement perceptible, mais c’était aussi très énervant. Preston a découvert que l’équipe de Montauk s’amusait à faire ça et a donc abandonné.

Alors que nous étions assis sur le terrain du parc illuminé, Turin s’est approché de nous avec une personne de la presse locale. Il a regardé l’antenne sur le toit du véhicule de Preston et a demandé si nous cherchions des extraterrestres. Il a gloussé, et à partir de là, je l’ai appelé le Kicherer (le poseur).

Le Kicherer était un surfeur et allait se préparer à aller à la plage. Il a dit qu’il avait vécu toute sa vie à Montauk, et que c’était vraiment un endroit très déconcertant. Il a dit que cela avait tout à voir avec les phénomènes électromagnétiques. Ce sont ses mots, pas les nôtres.

Le Kicherer a admis que les habitants de la ville ne comprenaient pas ces phénomènes et agissaient donc souvent bizarrement. Il comprend cela et s’occupe sans problème de ses propres affaires. À son avis, il est préférable pour entrer en contact avec les habitants de Montauk de se procurer une planche de surf que vous trainez avec vous. S’ils pensent qu’il est l’un des résidents, peut être qu’ils parleront ouvertement de certaines choses. Le Kicherer a dit, que parcourir Montauk Point avait une qualité de puissance spéciale. Il l’a comparé à celle d’Hawaii. Je pense que le Kicherer en savait plus qu’il ne voulait bien le dire. En tout cas, il avait raison, les surfeurs y sont considérés comme inoffensifs.

Plus tôt ce matin-là, notre ami Mike Nichols est venu pour le surf et avait vu le radar de Cardion. Il a vu quelques travailleurs virer le générateur et leur a demandé ce qu’ils faisaient. L’un des travailleurs était très sympathique et a expliqué que le radar ne fonctionnerait pas sous terre. ils allaient essayer de le mettre en marche. Mike était trop abasourdi pour poser d’autres questions. Il est rentré chez lui et nous a appelés. Il ne savait pas que nous allions le même jour nous rendre à Montauk. Il nous a rejoints juste avant notre départ pour que nous puissions nous rencontrer plus tard.

Après que le Kicherer soit parti à la plage, un autre surfeur est arrivé et a remarqué comment Preston dans sa voiture surveillait d’autres appareils électroniques. Il a dit s’appeler Ray et a demandé ce que nous faisions. Preston a répondu qu’il essayait de comprendre ce qui allait se passer sur la base. Ray a dit qu’il aimerait que quelqu’un puisse le découvrir, parce qu’il vit très près et il est souvent réveillé au milieu de la nuit par un hélicoptère. Il a dit qu’on déchargeait des tonnes de matériel et aussi des personnes.

Il était tellement irrité par ça, qu’il était allé à la base pour se plaindre. Le commandant était très mal à l’aise et ils s’étaient disputés. Ray a appelé la police, mais celle-ci s’est contentée de dire qu’elle ne pouvait rien faire.Le « trouble sur la voie publique » ne semble plus dans le domaine de leur expertise, quand il s’agit d’entrer dans la zone « non autorisée » de Camp Hero.

Plus tard, un fonctionnaire de la ville nous a dit que les soldats étaient es membres de la Garde nationale, en exercice de bivouac…., étant donné que la base avait été empoisonnée et classée comme dangereuse (selon George Larsen, le chef du parc d’État, confirmé dans une offre pour un contrat gouvernemental), cela n’avait cependant aucun sens.

Si la base était vraiment contaminée, il serait idiot de laisser camper des troupes au milieu du poison. Il appartenait en tout cas aux militaires de ne pas se comporter de manière aussi offensive contre les civils alors qu’il ne s’agissait là que d’exercices de routine.

…tous les événements de ce chapitre montrent en tout cas que les événements étranges de Montauk n’étaient pas devenus moins étranges. Nous étions dans notre élément : un nouveau système radar dans un parc d’État, des rapports sur des activités militaires inhabituelles et hostiles et la police, qui plaidait pour ne pas pouvoir faire (comme dans le film Invaders from Mars 1950). Et pour couronner le tout, quelqu’un a même mentionné les installations souterraines !

Qu’est-ce qui restait probablement à savoir?

A suivre…

Voir tous les chapitres du livre: Pyramides de MONTAUK


Que pensez-vous de cet article ? Partagez autant que possible. L'info doit circuler.

Veuillez aider à soutenir les médias alternatifs. Nous suivons la vérité, où qu'elle mène. Merci



ELISHEAN 777 Communauté pour un Nouveau Monde

(Vu 184 fois, 1 visites aujourd'hui)

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page