Andy Pero, est un survivant d’un projet secret de contrôle mental visant à créer des super soldats avec des capacités psioniques.

Nous présentons ici, son témoignage.


Voir les épisodes précédents

Retour au dortoir

Pendant ce temps, que se passe-t-il dans le dortoir et à l’école pendant que tout cela se passe ? Je me souviens de choses étranges qui se sont produites dans ma vie normale pendant l’école. Mon amour de lycée, « Dawn », était parti dans une autre université et je n’étais pas très intéressé par la rencontre d’autres filles, car j’étais fidèle à elle et à elle seule.

Mais toutes les filles, ainsi que la plupart des gens que je connaissais, pensaient que j’étais le plus grand trou du cul parce que je ne parlais pas beaucoup à personne. Pendant les cours, dans les couloirs, aux fêtes ou ailleurs. Les seules personnes à qui j’avais parlé étaient les joueurs de football et les entraîneurs.

C’était mon « monde ». Pour aller et revenir des cours, j’avais toujours mon Walkman allumé. Les gens plaisantaient en disant qu’ils pensaient qu’il était « collé » à ma tête. Dans l’équipe de football, j’ai gagné une place de titulaire dans la meilleure équipe que Rochester ait eue en 100 ans d’existence d’une équipe de football. Aussi soudainement que j’avais gagné la place de titulaire, la semaine suivante, les entraîneurs m’ont dit que je n’allais plus être titulaire et que j’étais mis au banc. J’ai demandé pourquoi et mon coach, le coach Marz, m’a répondu qu’il y avait « d’autres forces en jeu » et il avait ce regard glacé comme s’il voulait me dire quelque chose mais qu’il ne le pouvait pas.

Avec le recul, je pense qu’ils voulaient que je sois le plus discret possible. En d’autres termes, la dernière chose qu’ils voulaient, c’était que je devienne une grande star du football, avec les journaux et les médias.

Je pense donc qu’ils sont allés voir les entraîneurs et leur ont dit de ne pas me faire jouer, de me mettre sur la touche parce qu’ils ne pouvaient pas prendre le risque que mon visage apparaisse dans les journaux.

Pendant le week-end des parents, en première année, mon père est venu pour l’événement. Pendant l’une des soirées, l’école avait engagé un « Hypnotiseur de scène » pour un spectacle après le dîner. Dans la cafétéria principale, ils avaient installé des chaises, probablement plus de 2000 places.

L’hypnotiseur demande des volontaires pour faire partie du spectacle et il commence à choisir des gens dans le public pour venir se faire hypnotiser. J’agite ma main comme un fou et le type choisit des personnes qui sont juste à côté de moi et me laisse passer. Je me dis : « Et puis merde, je monte quand même » parce que je voulais vraiment faire ça pour une raison ou une autre.

Je rejoins donc le groupe de personnes qui se dirigent vers la scène (car il sélectionne environ 30 personnes pour monter sur scène). J’arrive jusqu’à la scène et je m’assois sur l’une des chaises pliantes qu’ils ont sur la scène. Il est alors sur le point de commencer le spectacle quand un homme en uniforme vert de l’armée vient sur le côté de la scène et dit à l’hypnotiseur de scène que je ne peux pas participer. Et l’homme me dit que je dois retourner à ma place. Je me souviens avoir été humilié en retournant à ma place devant la foule.


Alors que je retournais, j’ai commencé à crier « ILS NE VEULENT PAS DE MOI ». Pendant tout le spectacle, j’étais très énervé. Après le spectacle, je me souviens être allé voir l’artiste et lui avoir dit : « Je suis victime d’une expérience gouvernementale d’hypnose et de contrôle de l’esprit et il peut m’aider ? ». Mon père est là pour assister à tout cela. L’hypnotiseur me demande alors « Qui vous fait ça ? » et je lui montre les deux hommes adossés au mur (c’est M. Green et l’homme aux cheveux blancs, Adolph), puis il fait quelque chose, soit il sort sa montre au bout d’une ficelle, soit il me dit quelque chose et hop, je suis sous son charme.

Je me souviens avoir présenté mon père à Adolph et à M. Green, nous étions là, dans la cafétéria, contre le mur, puis ils nous ont fait les suivre dans un endroit plus calme. Là, je pense qu’ils ont fait oublier à mon père tout l’incident et m’ont fait fermer ma gueule.

Aujourd’hui encore, lorsque je demande à mon père de me parler de l’hypnotiseur sur scène lors du week-end des parents en première année, il se souvient vaguement de l’événement, de sa présence, mais c’est tout. Rien sur la rencontre avec les hommes contre le mur et rien sur le fait d’aller dans un endroit plus sûr pour effacer sa mémoire.

Je me souviens qu’un jour, alors que je rentrais dans ma chambre après l’entraînement, un gamin, un maigrelet d’environ 80 kg, s’est approché de moi devant mon dortoir et m’a dit : « Tu es Andy Pero, n’est-ce pas ? Puis il me dit « Tu vis avec Brian XXXXXX d’Irondequoit, c’est ça ? » et je réponds « OUI ». Puis il dit « Je ne sais pas qui est ton colocataire, mais je suis BRIAN XXXXXX d’IRONDIQUITE ». Je lui dis « Ne sois pas ridicule, tu ne ressembles pas du tout à Brian XXXXXX d’Irondiquite. »

Je rentre et dis à mon colocataire Brian : « Hé Brian, un gamin sur le parking dit qu’il est toi » et je me mets à rire. Il me demande quel enfant, et je le montre du doigt à travers la fenêtre. Mon colocataire s’enfuit par la porte et va parler au gamin. Je n’ai jamais revu ce gamin. Je me souviens que Mme Purrizzo et la femme aux cheveux noirs sont venues plusieurs fois à Rochester et voulaient que je les emmène, elle et son amie, dans une chambre d’hôtel.

Je lui ai dit que je ne pouvais pas parce que j’avais déjà une petite amie, que ce ne serait pas bien et que je ne voudrais pas qu’on me le fasse. Elle a dit que je créais une plus grande dépendance que la cocaïne pure, et qu’elle était dépendante. Elle devait m’avoir. Je lui ai encore dit non. Elle et son amie sont venues 3 ou 4 fois. Je les ai laissées m’inviter à dîner une fois, mais c’est tout.

Une fois, après que je les ai repoussés, ils ont rencontré des seniors de l’équipe de football dans un bar local et ont couché avec eux, et j’en ai entendu parler. Ils m’ont fait un tas de conneries à ce sujet parce que je devais être fou parce que ces femmes étaient belles. Alors pourquoi je les ai repoussées? Ils n’arrêtaient pas de me le demander et je leur disais simplement que c’était une longue histoire.

L’un des souvenirs les plus troublants que j’ai de l’école, c’est que je me souviens que des gens sont venus me voir pour essayer de m’aider. Je me souviens d’un professeur de physique qui est venu me voir et m’a parlé de ce qu’ils me faisaient.

Comment il avait compris que le saut dans Wilson Commons aurait dû me tuer à tous points de vue. Je faisais près de 10 mètres par seconde. Et que l’armée me faisait probablement sauter de choses très hautes et sauter d’avions. Et il m’a demandé s’il avait raison. Puis il m’a dit de ne le dire à personne, mais ils étaient en train de monter un dossier contre le gouvernement.

Ce qu’Adolph m’avait fait, c’était de me dire que si QUICONQUE commençait à poser QUELQUES questions, je devais immédiatement le lui rapporter avec tous les noms, les détails des questions et ce qui avait été dit pendant toute la conversation.

Je ne pouvais pas me contrôler. Je ne pouvais pas ne pas lui dire, je n’avais aucun contrôle.

Alors tous ceux qui ont essayé de m’aider, je les ai dénoncés. Je me souviens du professeur de physique qui a disparu. Je me souviens que le doyen et quelques autres ont essayé de m’aider, et que je les ai dénoncés aussi. Je me souviens avoir couru à travers le campus. Dès que je les voyais venir vers moi, je commençais à courir. Je m’élançais et alors que je courais entre les gens, certains criaient « COURS ANDY COURS ».

Je me souviens avoir sauté par-dessus des choses et des rebords alors qu’ils me poursuivaient. Le truc c’est que je courrais toujours chez moi, je courrais chez Brian. Au deuxième semestre (après les vacances de Noël et la semaine d’enfer dans ma fraternité), vers la mi-février, Brian m’a mis sous stéroïdes. Il me convainc que c’est ce qu’il y a de mieux pour moi et je l’accepte sans discuter.

C’est un gourou des stéroïdes et il commence à m’expliquer toutes les différentes options qui s’offrent à moi. Je lui dis que je n’y connaissais pas grand-chose, alors il essaie de m’expliquer les différentes options d’injection. Vous pouvez prendre de la testostérone pure ou, mieux encore, prendre un « cocktail » de différents médicaments pour obtenir un effet maximal.

Je lui dis que je ne veux que de la testostérone pure, mais il me donne quand même le cocktail. Je m’y oppose mais il semble que je n’ai pas d’autre choix que de l’accepter. Ensuite, il me dit que vous devez « empiler » votre cycle. Cela signifie qu’en plus des injections, vous devez également prendre un stéroïde oral en plus de votre injection. Il m’a expliqué que les injections servaient à donner du volume et que les stéroïdes oraux servaient à « couper » (pour donner de la définition aux muscles en même temps).

Et bien sûr, j’ai pris les pilules et l’aiguille. Un cycle « normal » de stéroïdes consiste à prendre les médicaments pendant un cycle de huit semaines. Ensuite, si vous voulez continuer, vous devez prendre huit semaines de repos. Et puis répéter le cycle. Un cycle normal de testostérone consiste à prendre 1 cc par semaine pendant huit semaines. Mon cycle consistait en 1 cc la première semaine, 1 1/2 cc la deuxième semaine. 2 cc la troisième semaine, 2 1/2 cc les quatre semaines, 3 cc les 5e et 6e semaines, puis 2 cc la 7e semaine et enfin 1 cc la 8e semaine. Les pilules étaient très petites et elles étaient roses.

Les aiguilles mesuraient 1 pouce et demi de long et étaient utilisées pour l’injection de muscles profonds, je n’ai aucune idée de ce qu’était le liquide qu’ils m’injectaient. Je ne pensais pas que les petites pilules roses pouvaient faire beaucoup pour moi, j’étais censé en prendre deux par jour, j’en prenais deux par heure, et quand les miennes ont été épuisées, j’ai commencé à voler celles de Brian.

À la fin de ma sixième semaine, mes muscles avaient tellement grandi et ils étaient si tendus que l’aiguille ne voulait pas traverser ma peau. C’était comme si on essayait d’enfoncer une aiguille dans du bois, et ce, même si le muscle de ma jambe était détendu. J’avais également de fortes douleurs à la poitrine.

J’avais l’impression que mon cœur allait exploser et je n’ai jamais terminé le cycle de stéroïdes.

Les doses massives de stéroïdes correspondent à peu près à la période où on me poussait hors des avions. Alors pour une raison quelconque, Brian s’en prend à moi parce que je n’ai pas fini le cycle de stéroïdes. « Mec, finis ton cycle ! Tu dois finir ton cycle ! ». Et ne te masturbe pas autant », me dit-il. Comment pourrait-il savoir ce que je fais, il n’était jamais là quand je me faisais l’injection ou si je me masturbais.

Ils doivent avoir une caméra dans ma chambre. Je me souviens d’avoir fouillé la chambre et d’avoir trouvé une caméra dans la lumière où ils m’observaient. Dès que j’ai trouvé la caméra, des hommes sont venus frapper à ma porte et c’est tout ce dont je me souviens. Je me souviens de Brian et de sa petite amie Gwen.

Les huit premières semaines du second semestre, Brian n’était jamais là. J’avais la chambre pour moi tout seul. Totalement à moi. Les huit semaines suivantes, Gwen a emménagé. Elle était toujours là et laissez-moi vous dire que c’était ennuyeux. Gwen m’a fait plusieurs fois des avances, et je l’ai repoussée à chaque fois. Après que l’année scolaire soit presque terminée, Brian et Gwen m’ont fait asseoir et il m’a dit « Mec, ça va te surprendre, mais nous ne sommes pas vraiment petit ami et petite amie. »

Je demande : Qu’est-ce que tu veux dire ? » « Nous avons été affectés ensemble, et nous t’avons observé. » Je demande : « Qui m’a observé ? »  « Les gens pour qui nous travaillons », dit-il.  Je demande : « Qui est qui ? » Il dit « Mec, qui dirige le pays d’après toi ».  Je réponds : « Le gouvernement ». Ils se mettent tous deux à rire : « Mec, es-tu assez ignorant pour croire que le pays est vraiment dirigé par le gouvernement ? Le pays est en fait dirigé par des groupes d’intérêts spéciaux, des groupes très puissants et ils veulent que tu fasses partie de leur groupe. Ils veulent vous faire entrer dans leur famille ! »

Quand j’ai entendu ça, ma tête a commencé à tourner et je me suis évanoui. Après avoir repris mes esprits, je suis allée me promener. Ma tête tournait encore, je ne savais pas quoi faire, quand je suis retournée dans ma chambre, l’homme aux cheveux blancs était là, j’ai essayé de m’enfuir mais il a dit le mot « magique » et j’étais incapable de bouger, et j’ai oublié tout cela pendant des années.

Je me souviens aussi d’avoir assisté à un procès, d’être à la barre des témoins.

Je parle mais je ne sais pas ce qui sort de ma bouche. Les gens commencent à me crier dessus pendant que je parle, mais je ne sais pas ce que je dis. Ils crient « il a subi un lavage de cerveau ». C’était le procès de la fille qui avait été tuée alors qu’ils me poursuivaient sur le campus. La fois suivante, à la barre, un homme se lève tout seul et frappe deux blocs de bois ensemble. Je me suis réveillé et la foule est devenue folle. Je croyais que c’était le procès de la fille et ils m’ont fait dire que la fille avait été tuée au nom de la « sécurité nationale ».

Lorsque l’homme a frappé les blocs ensemble, l’homme aux cheveux blancs m’a rapidement fait descendre de la barre et m’a sorti de là. C’est tout ce dont je me souviens, l’homme avec les deux blocs, et les gens qui ont commencé à crier quand ils ont entendu ce qui sortait de ma bouche. Je pense que tous mes amis ainsi que tout le campus pensaient que je travaillais pour le FBI ou quelque chose comme ça.

Le grand réservoir

De retour au grand laboratoire, les expériences qui ont suivi étaient beaucoup plus sophistiquées qu’au début. Je crois que c’est à cette époque qu’ils m’ont fait les injections massives de stéroïdes.

Une des premières choses qu’ils m’ont faites, c’est de m’emmener dans une autre pièce. Il y avait une énorme baignoire remplie d’eau. D’une profondeur d’environ 2 mètres (car je ne pouvais pas toucher) et d’une largeur d’environ 2 mètres (comme un énorme carré). Ils m’amènent sur la plate-forme, et l’homme aux cheveux blancs me dit que je vais me baigner. Il me dit de me déshabiller jusqu’aux sous-vêtements, puis m’indique que l’eau est à la même température qu' »un bon bain chaud ».

J’entre dans l’eau et je passe des heures à barboter et à en profiter. Je sais que cela a dû durer des heures parce qu’il y avait au moins dix personnes qui me regardaient pendant les premières minutes. Je suis un « chien de piscine », alors naturellement, je m’amuse, j’éclabousse, je fais quelques petits tours de piste, etc. Chaque fois que je saisissais le côté de la baignoire, ils s’énervaient (par « ils », je veux dire que tous ceux qui me regardaient criaient en même temps « NE TOUCHE PAS LE CÔTÉ »).

OK, j’ai dit. Mais pourquoi ? Je demande. « Parce que nous essayons de voir combien de temps tu peux faire du sur-place », m’ont-ils répondu. J’ai répondu « OK » et j’ai continué à jouer dans la baignoire, c’était comme un jeu pour moi. Au bout d’un moment, les gens ont commencé à se disperser, et au bout d’un très long moment, ils étaient tous partis, sauf un type avec une blouse bleue. Il était assis tout contre le mur du fond et appuyait sa chaise contre le mur. Il me dit : « Je reviens tout de suite. » « Où vas-tu ? » Je demande. « Chercher un sandwich, je reviens tout de suite et ne bougez pas, bordel. »

Il est parti et maintenant je suis seul. Les minutes me paraissent des heures alors que je suis seul à marcher sur l’eau dans cette énorme « boîte » en acier. Je regarde mes mains et elles sont toutes « ridée », alors je me dis « et puis merde » et je sors de la baignoire. Je me promène dans le laboratoire et rien ne m’intéresse, alors quand je marche dans le couloir.

Quelqu’un me voit et me crie « pourquoi es-tu hors de la baignoire ? » et tout d’un coup les gens commencent à courir vers moi de partout. « Je m’ennuie, peux-tu me trouver un radeau de quelque chose, »…  Adolph se met à hurler et à rire de moi et je retourne dans la baignoire. On m’apporte un de ces « kickboards » que l’on voit au YMCA pendant les cours de natation et qui ont la forme d’une pierre tombale. J’en demande deux et un ballon de football.

Ils me demandent pourquoi et je leur réponds « pour pouvoir m’asseoir sur les planches et faire une prise avec quelqu’un ». Ils produisent la deuxième planche en quelques minutes. Le ballon de football est arrivé un peu plus tard (ce qui m’a semblé une éternité). C’était l’un de ces ballons orange…. Je m’en souviens précisément parce que j’étais en train de faire une prise avec l’un des hommes du groupe de l’homme aux cheveux blancs.

Je suis en train de barboter sur l’eau avec les deux planches empilées et serrées entre mes jambes alors que je suis assis dessus. Pour avoir plus d’effet de levier, je saisissais le bord de la baignoire avec ma main droite et le lançais avec ma main gauche car je suis gaucher. Au bout d’un moment, je me suis à nouveau ennuyé. Alors, pour plaisanter, j’ai plongé la boule dans l’eau chaude du bain et je l’ai lancée au gars avec qui je jouais. Il n’était qu’à dix ou quinze mètres, mais je l’ai lancée aussi fort que possible.

C’était une spirale parfaite et je l’ai touché en plein dans la poitrine. Le truc, c’est qu’il est tombé sur le dos et les autres hommes qui regardaient ont commencé à rire. Le rire a continué pendant quelques secondes, mais comme il ne se relevait pas, les rires ont cessé et ils sont tous allés vers lui. Il a fini par se lever, mais les autres hommes ont dû le porter dans le couloir. Je pouvais dire qu’il allait s’en sortir, mais il souffrait.


C’était la fin du football et la fin de mes planches. J’ai dû faire du sur-place pendant un certain temps après cela, l’atmosphère était passée de très festive à très sérieuse. Le fait est que lorsqu’ils m’ont finalement sorti de la baignoire, ma peau était aussi rouge qu’une tomate mûre, et lorsqu’ils m’ont frotté avec des serviettes, je ne pouvais pas les sentir. Je ne sentais rien toucher ma peau. Mon pénis avait tellement rétréci que j’ai dû vérifier qu’il était toujours là.

Je crois que l’eau n’était pas chaude mais très froide et qu’ils essayaient de voir combien de temps mon corps pouvait surmonter l’hypothermie en utilisant uniquement le pouvoir de suggestion de l’esprit. Je n’ai aucune idée de la température réelle de l’eau, ni du temps que j’ai passé dans la baignoire, mais je peux être sûr que cela a duré des heures. Après m’avoir séché, ils m’ont fait faire des jumping jacks et des pompes sur le sol. Pendant que je faisais mes pompes, j’ai entendu un bruit par-dessus mon épaule droite. Un des hommes d’Adolph ramassait les serviettes avec lesquelles ils venaient de me sécher et il a trébuché ou glissé sur quelque chose et je l’ai vu tomber dans la baignoire de mon œil droit. J’ai entendu tout le monde courir derrière moi.

Après quelques secondes, j’entends l’homme aux cheveux blancs qui me crie de me bouger le cul. J’arrête de faire mes pompes et je me dépêche de monter l’échelle. Quand je suis arrivé en haut, j’ai reconnu le gars dans l’eau, c’était l’un des gars les plus sympathiques du groupe original. Quand j’ai vu que c’était lui, je me suis mis à rire aux éclats et j’ai dit quelque chose de stupide comme « comment est l’eau », mais tout le monde autour de moi était TRÈS sérieux et essayait frénétiquement de faire en sorte que l’homme attrape le bout d’un manche à balai.

Ce type était grand et costaud (plus de 6′-2″ et au moins 250 livres). Pourtant, j’ai regardé comment il pouvait à peine fermer sa main autour du manche à balai. Il était entièrement vêtu et portait un lourd pardessus en laine sombre. Ils ont réussi à l’amener sur le bord, mais il n’y avait pas de point d’appui ou de levier pour le tirer et ils ne pouvaient pas le sortir de l’eau. Ils essaient plusieurs fois, mais l’homme ne peut pas du tout bouger ses bras pour les aider. L’homme aux cheveux blancs se jette alors à l’eau et tente de le soulever d’une main tout en s’accrochant au bord de l’eau de l’autre, en vain.


Il me crie de sauter dedans. Alors je le fais, j’essaie de le tirer vers le haut comme Adolph le fait de l’autre côté et encore une fois ça ne marche pas. Alors j’ai fait la seule chose qui me restait. J’ai pris une grande respiration et je suis allé au fond les pieds en premier et je suis arrivé sous le gars qui était tombé. Avec mes genoux pliés et mes mains au-dessus de ma tête, j’ai attrapé les fesses du gars et j’ai poussé du fond avec mes pieds en bloquant mes bras au-dessus de moi. En faisant cela, j’ai réussi à le projeter suffisamment loin hors de l’eau pour qu’ils l’attrapent et le sortent de l’eau.

J’ai répété l’opération avec Adolph, puis je suis sorti moi-même de l’eau comme si je sortais de la partie profonde d’une piscine. Je suis resté debout et j’ai regardé, mais je suis devenu très confus alors qu’ils coupaient frénétiquement les vêtements de l’homme au manteau et qu’ils l’enveloppaient dans des couvertures aussi vite qu’ils pouvaient les obtenir. Son visage était sans expression, ses yeux étaient grands ouverts mais ne bougeaient pas, et sa peau était très très pâle.

Ils ont eu un peu de mal à le faire descendre de l’échelle, mais ils ont réussi à le mettre sur une civière et à la faire rouler rapidement hors de la pièce et dans le couloir. L’homme aux cheveux blancs a enroulé une couverture autour de ses épaules et a commencé à crier sur tout le monde. Tout cela s’est passé en moins de deux minutes, l’homme était dans l’eau depuis environ une minute, peut-être moins. Je suis resté là en espérant qu’il ne me crie pas dessus à nouveau (j’avais déjà fait deux erreurs, le football et la sortie de la piscine sans permission).

Tout le monde commence à me taper dans le dos et me dit que j’ai fait du bon travail. Mais maintenant, j’étais encore plus confus ? Comment se fait-il qu’il ne pouvait pas sortir de la piscine ? Pourquoi son visage était-il comme ça ? Pourquoi ma peau est rouge et la sienne est blanche ? Qu’est-ce que j’ai fait de si bien ? Je l’ai juste poussé hors de la piscine. Avec le recul, je ne sais pas pourquoi je me souviens si bien de cet événement.

C’est peut-être parce qu’il a été le moins douloureux, ou parce qu’il s’est déroulé à un stade précoce de mon développement, ou encore parce qu’après coup, ils m’ont fait sentir spécial pour une raison quelconque. Je ne sais pas, mais c’est pourquoi je crois que l’eau était très froide et non à la température d’un bain tiède.

Faire un point rouge de la taille d’un demi-dollar

L’une des choses qu’ils ont faites ensuite a été de m’enseigner l’art du tir au pistolet. Quand ils m’ont fait sortir de mon dortoir

Je suis entré dans le laboratoire, mais cette fois, ils m’ont emmené dans une autre partie du laboratoire. Dans un endroit où je n’étais jamais allé auparavant. Cet endroit ressemble à un entrepôt long et étroit dont le fond de la pièce est tapissé de sacs de sable sur environ 2/3 de la hauteur jusqu’au plafond à l’extrémité. Je suis debout, seul. Il y a un groupe de personnes debout à ma gauche.

Adolph s’approche de moi et me tourne vers lui. « Écoutez-moi très attentivement », dit-il. « C’est très très important ! Tu comprends ? » demande-t-il. Je crois que je hoche la tête. « Nous allons travailler sur tes compétences de tir aujourd’hui », dit-il. « Voici ce que tu vas faire. Regarde-moi et concentre-toi. Es-tu concentré ? » dit-il en élevant la voix. Je réponds : « Oui ». « Quand tu tires, tu tires pour tuer ! Répète-le ! ». Et je l’ai répété.

« Quand tu verras une cible, tu verras deux cercles ronds, chacun de la taille d’un demi-dollar. Ils brillent en rouge fluo. Ces deux cercles vont apparaître sur chaque cible. L’un sera au milieu du front de la cible et l’autre en plein milieu de sa poitrine.

LORSQUE VOUS TIREZ, VOUS VISUALISEZ DANS VOTRE ESPRIT, UN ZOOM SUR CES CIBLES COMME LE PLUS PUISSANT TÉLÉOBJECTIF DU MONDE.

DANS VOTRE ESPRIT, CETTE PETITE CIBLE ROUGEOYANTE AURA LA TAILLE D’UN PANNEAU STOP.

PEU IMPORTE LA DISTANCE À LAQUELLE ELLES SE TROUVENT. IL SERA TOUJOURS AUSSI FACILE DE TOUCHER LE CENTRE EXACT DE LA CIBLE, COMME SI VOUS TIRIEZ SUR UN PANNEAU STOP À DEUX PIEDS DEVANT LUI.

DANS VOTRE ESPRIT, VOUS VOUS ADAPTEREZ AUTOMATIQUEMENT AU VENT ET À LA DISTANCE.

QUAND VOUS TIREZ, VOUS NE PENSEZ PAS, VOUS FAITES !

VOUS COMPRENEZ !

VOUS COMPRENEZ !

Il a dit : TU COMPRENDS ! »

J’ai répondu : « OUI, JE COMPRENDS ».

L’un des autres gars du laboratoire, à qui je n’avais jamais parlé auparavant, arrive alors par derrière et tient une mallette. Il pose la mallette sur une table ronde en bois et l’ouvre. Il y a six pistolets différents à l’intérieur. Il me demande de le regarder, lui, et non les pistolets. Il me demande ensuite « si j’avais déjà tiré avec un pistolet auparavant ». Il m’a demandé si je connaissais le calibre et j’ai répondu « oui, c’était un fusil de calibre 22 » et je me souviens avoir entendu des rires, qui semblaient provenir de toute la pièce.

Il m’a ensuite dit de « concentrer tes yeux sur moi, toujours tes yeux sur moi ». Il m’a ensuite demandé si j’avais déjà tiré au pistolet auparavant et j’ai répondu « non ». Il m’a alors dit qu’il allait m’apprendre comment manipuler un pistolet, comment le charger, comment le nettoyer, comment chaque arme est différente et quelles sont ses caractéristiques, et ainsi de suite.

À la fin, il a dit :  » Tu te souviendras de tout ce que je dis et cela deviendra comme une seconde nature pour toi, tu le sauras comme le dos de ta main « . Il a ensuite pris le premier pistolet et pendant les quelques heures qui ont suivi (je suppose que c’était des heures), il a passé son temps à me montrer tous les pistolets. Démonter tous les pistolets, et les remonter. Comment les charger. Comment les nettoyer. Comment chacun était différent, etc. etc. Je m’en souviens précisément parce qu’après l’avoir fait une fois, je connaissais chaque arme comme ma poche.

Par contre, ils ont insisté pour que je démonte et réassemble chaque arme au moins 25 fois. Après trois ou quatre « montages », j’ai pris la parole et j’ai dit « c’est une perte de temps, quand pourrai-je tirer ? » et alors, comme une seule voix, tout le monde dans la salle a commencé à me crier dessus.

Tous disaient en gros la même chose, que votre arme est votre vie et que tout cela est très très très important. J’ai compris le message et j’ai dit « testez-moi ». Quelqu’un, je crois que c’était la voix de M. Greeni a dit « Très bien, on va te tester, petit malin » et ils m’ont fait me retourner. Je les entends travailler. Quand je me retourne, les six pistolets sont démontés et forment un gros tas au milieu de la table ronde.

L’homme aux cheveux blancs me dit que vous avez exactement quelque minutes pour réassembler toutes les armes. Je ne l’écoutais pas vraiment. Dès que je me suis retourné et que j’ai vu la pile de pièces, j’ai su ce qu’ils voulaient que je fasse. J’étais comme un enfant dans un magasin de bonbons.

Excité par ce nouveau défi, et prêt à leur montrer ce que je pouvais faire, c’était comme un jeu pour moi. Moi contre eux et ils ne pensent pas que je puisse le faire. Alors que l’homme aux cheveux blancs finissait de prononcer les mots que je n’entendais pas vraiment. Il a dit « prêt » et je l’ai regardé et il avait un chronomètre, à sa gauche se tenait M. Green, les bras croisés avec un sourire carnassier sur le visage. Je me souviens m’être dit « regarde ça, fils de pute » et Adolph a dit « vas-y ».

Et je me suis précipité vers la table. Laissez-moi vous dire que chaque pièce que j’ai touchée, j’ai tout de suite su EXACTEMENT à quelle arme elle appartenait, comment elle était utilisée, à quoi elle servait et comment la nettoyer. Je savais instantanément tout et chaque mot que l’instructeur m’avait dit sur cette pièce. Je n’ai aucune idée de la vitesse à laquelle j’ai assemblé ces six pistolets. J’étais tellement concentré sur la tâche que je n’avais aucune idée de tout ce qui m’entourait. Le temps qui s’était écoulé, où j’étais, rien. J’allais très vite et quand j’ai fini, j’ai claqué le dernier pistolet sur la table et j’ai crié : « terminé ». Quand j’ai levé les yeux, ils avaient tous ce regard vide et cette bouche ouverte. M. Green a dit « refais-le » et je l’ai fait deux fois de plus.

Ensuite, l’homme aux cheveux blancs et au manteau de cuir noir se place derrière moi, démonte l’un des pistolets, le tient devant moi et me demande de dire en détail à quel pistolet va cette pièce et à quoi elle sert. Je raconte alors chaque détail mot pour mot, exactement comme l’instructeur en blouse bleue me l’a dit. Après trois ou quatre parties, Adolph se pavane maintenant comme un fier paon.

Il m’a félicité et m’a fait sentir bien dans ma peau, et j’ai dit avec une attitude très arrogante « maintenant je peux tirer » en regardant M. Green. M. Green se fend d’un sourire et dit : « Merde, laisse-le tirer ».

L’instructeur du laboratoire prend une deuxième valise dans le couloir. Elle est noire, identique à l’autre, mais plus petite. Il l’ouvre et y trouve des boîtes de balles. Il place cinq ou six balles sur ce petit plateau en plastique fendu, prend l’un des pistolets et se dirige vers le poste de tir le plus proche.

Il s’agissait d’un mur de séparation mobile (comme ceux que l’on voit dans les bureaux) sur lequel se trouvait un petit rebord d’environ 30 cm de large. Nous n’étions qu’à une dizaine de mètres de cette cible en papier suspendue (le genre avec une silhouette noire dessus). L’instructeur m’a alors dit de faire exactement ce qu’il me demandait. Il m’a dit de charger le chargeur, d’insérer le chargeur dans le pistolet, d’introduire une cartouche dans la chambre, de m’approcher de la ligne au sol, d’envisager le « point rouge » sur le front et la poitrine de la cible, de lever et de raidir mon bras comme une « poutre d’acier », d’appuyer lentement sur la détente, de répéter jusqu’à ce que toutes les cartouches aient été tirées, de reculer, de retirer le chargeur du pistolet, de décharger la dernière cartouche de la chambre, de placer le chargeur et le pistolet sur le rebord et de reculer de deux pas.


Il dit « faites-le maintenant ». Je m’approche du rebord, je charge le chargeur, je l’insère dans le pistolet, je charge une cartouche dans la chambre, je m’avance vers la ligne, je lève le bras et je tire tous les coups en même temps ! BLAM!BLAM!BLAM!BLAM!BLAM ! reculer, retirer le chargeur du pistolet, vider la dernière cartouche de la chambre, replacer le chargeur et le pistolet sur le rebord et faire deux pas en arrière.

Tout cela s’est déroulé en moins de 10 secondes. J’ai fait tout cela comme si je l’avais fait des milliers de fois auparavant et comme si je le connaissais par cœur. L’instructeur s’approche de moi et commence à me faire la leçon sur la façon d’appuyer « doucement » sur la gâchette et de tirer mes balles « une à la fois et en contrôle ». Je ne l’ai pas écouté et je me concentre uniquement sur la petite foule qui s’est rassemblée autour de la cible en quelques secondes, et il semble y avoir des commentaires mitigés sur ma « performance » et une grande quantité de discussions. Il semble que j’aie touché la cible exactement au centre de la tête, mais une seule fois.

Finalement, Adolph revient et se place en face de moi. « Rhino » dit-il, « Pourquoi as-tu tiré une fois sur la cible et ensuite délibérément gaspillé le reste de tes balles ? » me demande-t-il.

« Je ne l’ai pas fait », ai-je répondu. « Rhino, il n’y a qu’un seul trou dans cette putain de cible, maintenant réponds-moi, pourquoi as-tu délibérément raté le reste de tes balles ? « Je ne l’ai pas fait » ai-je répondu, et à ce moment-là, je me souviens d’un sentiment de fierté et d’arrogance. Un sentiment que je n’avais jamais ressenti auparavant. Ce sentiment m’a envahi et je n’ai pas pu m’empêcher de sourire, et alors que je me tenais là, j’ai sorti ma poitrine et, avec l’attitude la plus arrogante que je pouvais avoir, j’ai répondu : « REGARDE ENCORE ! !! ». Adolph me regarde d’un air perplexe et se retourne vers la cible. Il écarte les gens et la regarde, il se retourne et me regarde, puis regarde l’arrière de la cible.

Il fait trois pas vers moi « Rhino, il n’y en a qu’un… »  Je crie : « REGARDEZ ! !! »  Il retourne vers les sacs de sable et le groupe le suit. Ils cherchent des impacts de balles. Je regarde alors que tous les yeux scrutent le mur de sacs de sable. J’entends « c’est ici » et je vois l’un des instructeurs du laboratoire mettre son doigt dans l’un des sacs de sable. Il y a toujours de la perplexité et de la confusion parmi le groupe. Ils ne peuvent trouver qu’un seul trou de balle.

Finalement, je vois l’homme aux cheveux blancs sortir son couteau de poche et entailler le sac de sable. Je ne peux pas voir ce qui se passe car le groupe se rapproche de lui, mais tout à coup, j’entends un cri d’approbation de la foule, et Adolph émerge de la foule avec sa main tendue et quelque chose sur sa paume. Il s’approche de moi et il y a un petit tas de balles dans sa paume. « Tu as tiré toutes tes balles dans le même trou, n’est-ce pas ? »  Je répond : « Bien sûr ? C’est ce que tu m’as dit de faire ? »…

Je me souviens être resté là, très fier de moi, mais en même temps très perplexe. « Pourquoi sont-ils si excités ? » Je me demandais. Pour moi, c’était aussi facile que de retirer le capuchon d’un stylo à bille et de le remettre très rapidement cinq fois. Simple, un enfant pouvait le faire. Pourquoi toute cette agitation ? Je n’en avais absolument aucune idée.

Pendant le reste de la nuit, j’ai répété cela de toutes les distances, angles et positions de tir possibles. J’étais si rapide dans la procédure de tir qu’il y avait cinq ou six postes installés et je devais attendre qu’ils examinent les résultats et remettent les cibles à zéro, etc. Je chargeais le fusil, je tirais, j’enlevais le chargeur ou les cartouches vides, je replaçais tout sur les étagères exactement comme je l’avais fait la première fois et je passais à l’endroit suivant.

J’étais aux anges. Depuis la cinquième ou la sixième année, je m’intéressais à tous les trucs « vraiment cool » qu’un enfant de la classe moyenne supérieure n’était pas censé avoir (en cachette totale de ma mère, bien sûr).

par Branton


Voir tous les articles de la sous-catégorie Projet Superman


Que pensez-vous de cet article ? Inscrivez-vous et rejoignez la conversation


Merci à tous pour votre soutien.

Beaucoup d'entre vous sont avec moi, par le coeur et la pensée, et je vous transmet ma gratitude... Vous pouvez assurer la continuité de ce site de plusieurs manières... En partageant les articles que vous avez aimé... En achetant vos livres et vos produits préférés sur Amazon via ce site... En faisant un don sécurisé sur Paypal... Ou les trois en même temps... Recevez toute ma gratitude... Mon Amour vous accompagne...


Même 1€ est important !





Tags:

0 Commentaires

Laisser une réponse

Imaginer un Nouveau Monde © Elishean 2009 - 2021

CONTACT

Vous pouvez nous envoyer un e-mail et nous vous répondrons dès que possible.

En cours d’envoi
ou

Vous connecter avec vos identifiants

ou    

Vous avez oublié vos informations ?

ou

Create Account

%d blogueurs aiment cette page :