Divulgation Cosmique

Des signes potentiels d’extraterrestres hyper-avancés trouvés dans deux galaxies lointaines

L’équipe de chercheurs a analysé 21 galaxies présentant des niveaux élevés de rayonnement dans le domaine de l’infrarouge moyen. À leur grande surprise, ils ont découvert que quatre de ces galaxies avaient leur rayonnement amplifié d’un facteur 10.

Deux d’entre eux ont été expliqués par des processus naturels, tandis que les deux autres sont restés inexpliqués.

Deux galaxies éloignées pourraient abriter des civilisations extraterrestres très avancées.

Des traces d’activité inhabituelle ont été trouvées dans les deux galaxies, ce qui pourrait indiquer la présence d’une civilisation extraterrestre de type III à l’ échelle de Kardashev .

L’une des questions les plus profondes et les plus importantes de l’humanité est « Sommes-nous seuls dans l’univers ? ». Plus nous plongeons dans l’univers, plus nous découvrons de galaxies. Selon les chiffres, à partir de 2022, les chercheurs estiment qu’il y a plus de deux billions de galaxies dans l’univers observable.


Dans notre compréhension du cosmos et du nombre de galaxies apparues depuis la création de notre univers il y a 13,7 milliards d’années, le télescope spatial Hubble est d’une importance primordiale. L’une des images les plus profondes de l’espace est ce qu’on appelle le Hubble eXtreme Deep Field. Cette image a révélé les galaxies les plus sombres et les plus éloignées jamais vues et a permis aux experts de regarder plus loin dans le passé que jamais auparavant.

Le Hubble Ultra Deep Field est une image d’une petite zone de l’espace dans la constellation Fornax, créée à partir des données du télescope spatial Hubble de 2003 et 2004. Il a révélé des milliers de galaxies, à la fois proches et très lointaines, ce qui en fait l’image la plus profonde de l’univers. jamais pris à cette époque.

Mais même avec cette photographie d’environ 5 500 galaxies, nous sommes loin de comprendre le nombre de galaxies dans notre univers.

Sommes nous seuls dans l’univers? Bien qu’il soit impossible de répondre avec certitude à cette question aujourd’hui, nous sommes peut-être sur le point de le découvrir.

Le chercheur Honging Chen et ses collègues de l’Observatoire astronomique national de Chine ont scanné une partie du ciel du nord. Leur objectif était de voir où exactement dans cette zone il y a des signes de civilisations extraterrestres hyper-avancées.

Sur les 21 galaxies qu’ils ont examinées, deux galaxies se sont démarquées avec des caractéristiques anormales. Leurs résultats ont été présentés dans une étude publiée dans les Monthly Notices of the Royal Astronomical Society.

Des traces de civilisations extraterrestres avancées

L’univers est vraiment gigantesque. Compte tenu de divers facteurs, tels que l’âge de l’univers, le nombre d’étoiles et de galaxies, il serait présomptueux de considérer la Terre comme la seule planète où la vie est née.

Peut-être que quelque part dans une galaxie lointaine, pas si semblable à la Voie lactée, une civilisation est apparue qui s’est développée sur des millions d’années et a dépassé même nos plus grandes réalisations en termes de technologie.


Pour comprendre à quel point une civilisation extraterrestre potentielle pourrait être avancée, nous utilisons l’échelle de Kardashev, développée par l’astrophysicien Nikolai Kardashev en 1964. Elle permet de mesurer à quel point une civilisation extraterrestre hypothétique est technologiquement avancée, en fonction de la quantité d’énergie qu’elle consomme. L’échelle comprend trois types de civilisations :

Civilisations du premier type

Il s’agit d’une civilisation potentielle suffisamment avancée sur le plan technologique pour utiliser toute l’énergie de sa planète d’origine.

Civilisation du deuxième type

Cette civilisation potentielle pourrait exploiter l’énergie de tout le système solaire, son soleil et ses planètes.

Civilisation de type III

Cette civilisation potentielle a atteint un tel niveau de développement technologique qu’elle peut utiliser l’énergie de toute la galaxie.

Une civilisation du troisième type peut facilement utiliser les nombreuses étoiles de sa galaxie comme sources d’énergie en construisant d’hypothétiques mégastructures appelées sphères de Dyson. Ce faisant, une civilisation pourrait récolter toute l’énergie produite par une étoile.

Sphère de Dyson

Ainsi, en utilisant des milliers, plutôt que des millions, d’étoiles dans sa galaxie, une civilisation de type III pourrait répondre à ses besoins énergétiques croissants, ce qui lui permettrait d’évoluer davantage et d’explorer l’univers.

Si une civilisation de type III plaçait des sphères Dyson autour de plusieurs de ses étoiles dans sa galaxie d’origine, nous pourrions probablement en trouver des traces.

Cela a incité Chen et le co-auteur Michael Garrett à utiliser le relevé du ciel à deux mètres LOFAR (LoTSS) de 2 mètres pour rechercher tout signal infrarouge qui indiquerait la présence de ces mégastructures.

Ils ont passé au peigne fin 21 galaxies à haute émission dans l’infrarouge moyen. À leur grande surprise, ils ont découvert que quatre de ces galaxies présentaient une multiplication par 10 de leurs émissions.

« Deux d’entre elles ont été identifiées comme des sources naturelles – l’une était un noyau galactique actif et l’autre une galaxie en formation d’étoiles, ce qui signifie que leur émission excessive dans l’infrarouge moyen résulte de différents mécanismes », explique Chen.

« Nous ne connaissons pas la raison du rapport élevé entre l’infrarouge moyen et la radio des deux autres. »

Selon InVerse , les émissions radio et infrarouges de chaque galaxie sont en corrélation les unes avec les autres.

Le rayonnement des galaxies transmet des informations sur sa chaleur à travers le spectre infrarouge. Dans le cadre de leur recherche de ce qui ressemble à des gaz d’échappement extraterrestres, le duo a enquêté sur le spectre infrarouge moyen et lointain, explique Chen.

Une civilisation de type III produira un excès de rayonnement infrarouge moyen en raison de la chaleur perdue dans l’infrarouge moyen, ce qui affectera la corrélation.

Sur les 21 galaxies, deux se distinguent et sont des galaxies hôtes possibles pour les civilisations extraterrestres de type II. Dans les deux galaxies, les chercheurs n’ont pas été en mesure de comprendre ce qui a causé l’éclatement de rayonnement dans la région de l’infrarouge moyen.


Bien que les civilisations extraterrestres puissent en être la cause, d’autres explications naturelles ne peuvent être exclues, comme un taux de formation d’étoiles inhabituellement élevé ou un noyau galactique extrêmement brillant.

Pourrait-il exister des galaxies, dans le firmament lointain, qui auraient été complètement envahies par une civilisation technologiquement avancée?

Une telle espèce aurait à sa disposition environ 4 x 10 37 watts, par rapport à notre consommation énergétique actuelle sur Terre, qui est d’environ 10 13 watts. Ils auraient au bout de leurs doigts métaphoriques (en supposant qu’ils aient même des doigts) un pouvoir immense. Nous pouvons à peine deviner ce qu’ils pourraient en faire.

Les galaxies ILT J134649.72+542621.7 et ILT J145757.90+565323.8 devraient être analysées dans un futur proche. Dans leur article, Chen et ses collègues concluent que les deux galaxies « méritent une étude plus approfondie ».

Reste à savoir si ces galaxies abritent des civilisations extraterrestres puissantes et avancées. Les études futures des galaxies et les observations dans divers spectres pourraient nous aider à répondre à l’une des plus grandes questions auxquelles notre espèce n’a jusqu’à présent pas été en mesure de répondre.



Que pensez-vous de cet article ? Partagez autant que possible. L'info doit circuler.


Veuillez aider à soutenir les médias alternatifs. Nous suivons la vérité, où qu'elle mène. Merci



ELISHEAN 777 Communauté pour un Nouveau Monde

(Vu 256 fois, 1 visites aujourd'hui)

Laisser un commentaire