Dans un livre écrit en 2003, Michael Salla présente une étonnante histoire alternative des 100 dernières années, qui fait lever les sourcils. Il postule que depuis au moins les années 1930, chaque guerre majeure et chaque décision politique a été une réponse à une présence extraterrestre non divulguée sur Terre.


Ce livre se termine sans avoir évoqué la Genèse de la conspiration contre le peuple, et la raison de cette volonté de garder à tout prix le secret sur la présence ET. L’article ci-dessous vient compléter ces lacunes :

Il existe des preuves irréfutables qu’au début des années 1930, la technologie et la présence d’une ou plusieurs races extraterrestres (ET) ont été portées à la connaissance des dirigeants de l’Allemagne nazie qui se sont lancés dans un ambitieux effort de communication avec ces races dans le but d’acquérir leur technologie avancée.

En utilisant des techniques de communication que l’on qualifierait aujourd’hui de « canalisation psychique », il est prouvé que le parrainage par les nazis de sociétés occultes spécialisées dans cette forme de communication avec ces races extraterrestres a permis d’obtenir des informations qui ont donné lieu à des percées technologiques rapides qui ont fini par attirer l’attention des services de renseignement de Grande-Bretagne, de France, d’URSS et des États-Unis.

Bien que dédaigneux, comme on pouvait s’y attendre, de telles pratiques ésotériques de la part du régime nazi, chacun des services de renseignements de ces grands États a entrepris de recueillir toutes les informations qu’il pouvait obtenir sur les prétendues méthodes de communication des nazis avec une ou plusieurs races extraterrestres, tout en surveillant la technologie « inspirée des extraterrestres » mise au point par l’Allemagne nazie.

À une époque de tension internationale croissante où une autre guerre européenne majeure (la Seconde Guerre mondiale) se profilait à l’horizon, les grandes puissances mondiales auraient été préoccupées par les ramifications de l’Allemagne nazie cherchant à acquérir une technologie avancée par le biais de formes ésotériques de communication avec des races ET.

Bien que les observations de vaisseaux ET/OVNI aient été relativement rares dans les années 1930, elles ont été suffisamment nombreuses pour que les dirigeants politiques envisagent la possibilité d’une présence ET sur la planète.

Non seulement l’Allemagne nazie développait activement une technologie inspirée par de telles communications, mais elle avait également appris l’existence d’endroits éloignés sur la planète où elle pouvait récupérer des objets ET.

Les nazis ont parrainé de nombreuses expéditions dans des endroits éloignés dont les résultats étaient largement inconnus des services de renseignement occidentaux. Il existe également des preuves que l’Allemagne nazie a été en mesure de récupérer un « vaisseau ET » opérationnel, ce qui suggère que les nazis étaient aidés par une ou plusieurs races ET.

Dans cet article, Michael Salla analyse comment la gestion mondiale de ce que l’on peut définir comme les « affaires extraterrestres » – les politiques gouvernementales traitant de l’existence de races extraterrestres et de technologies inspirées par les ET – repose sur des événements qui se sont produits dans les années 1930, lorsque les ET ont commencé à communiquer avec les dirigeants d’un grand gouvernement mondial.

Le fait que ce gouvernement était celui de l’Allemagne nazie, qui a rapidement entamé une campagne visant à établir une domination militaire en Europe, a été significatif quant à la manière dont la présence ET serait plus tard gérée globalement par les puissances alliées victorieuses qui ont émergé du carnage de la Seconde Guerre mondiale.


Michael Salla commence par analyser le « succès » de l’Allemagne nazie à communiquer avec les races ET et à obtenir des informations pour le développement de technologies inspirées des ET qui seraient utilisées pour construire des armes offensives pour l’effort de guerre nazi.

Il soutient que la conclusion « réussie » de la Seconde Guerre mondiale a conduit à un réveil brutal de la part des puissances alliées de toutes les ramifications des succès nazis dans le développement de la technologie ET.

Non seulement l’Allemagne nazie avait réussi à développer et/ou à inverser la technologie extraterrestre grâce à des méthodes douteuses de canalisation psychique, à la découverte d’artefacts extraterrestres et à la récupération de vaisseaux extraterrestres, mais un nombre important de l’élite nazie s’était échappée avec la technologie extraterrestre la plus avancée dans des lieux cachés en Antarctique et en Amérique du Sud.

Cela signifie que, contrairement à la perception publique d’une conclusion réussie de la Seconde Guerre mondiale, une partie importante des actifs technologiques les plus avancés de l’Allemagne nazie et de son élite militaro-scientifique était hors de portée des puissances alliées victorieuses.

Ce qui a aggravé le grave dilemme politique auquel les puissances alliées ont été confrontées avec le maintien des vestiges du régime nazi en Antarctique et en Amérique du Sud, c’est l’intervention physique des races ET qui a eu un impact sérieux sur la nécessité de gérer la présence ET au niveau mondial. Plus inquiétante encore était la possibilité que les restes d’élite du régime nazi soient aidés par une ou plusieurs races ET, rendant ainsi impossible l’éradication complète de la présence nazie.

Ce qui suit est un effort pour identifier les principales politiques utilisées par les principaux États pour gérer globalement l’acquisition et le développement de la technologie ET, répondre à la présence ET, et traiter les conséquences politiques des élites nazies cachées dans des bases secrètes dans l’Antarctique et en Amérique du Sud.

Les programmes d’avant-guerre de l’Allemagne nazie visant à développer des technologies inspirées des ETs

La fascination d’Adolph Hitler pour les sciences occultes, les philosophies ésotériques et les technologies exotiques l’a conduit à exploiter toutes les possibilités d’accès et de développement de technologies d’armement qui permettraient à l’Allemagne nazie d’obtenir la place qui lui revient de droit, selon Hitler, en tant que puissance mondiale de premier plan.

En tant qu’étudiant en sciences occultes, Hitler était bien conscient de la possibilité de communiquer avec des races extraterrestres par le biais de méthodes telles que la « canalisation psychique », par laquelle un individu peut établir une communication avec des formes de vie non physiques et/ou distantes et transmettre des informations.

Ce type de communication était bien connu des sociétés occultes disséminées dans toute l’Europe du Nord, qui étudiaient les travaux de mystiques tels qu’Helena Blavatsky, qui a beaucoup écrit sur ses communications ésotériques avec d’autres « formes de vie » et sur la manière de développer ces capacités de communication.

Alors qu’à l’époque contemporaine, un tel phénomène peine à être pris au sérieux par le grand public, il existe des preuves irréfutables que non seulement Hitler l’a pris au sérieux, mais qu’il a consacré des ressources considérables de l’État nazi à la conversion des informations obtenues grâce à ces efforts en développement technologique et en production d’armes.

Une grande partie des informations obtenues par ces « communications psychiques » ont conduit les expéditions nazies, avant la Seconde Guerre mondiale, dans des endroits reculés comme le Tibet, l’Antarctique, l’Amérique du Sud, l’Irak et d’autres pays, à la recherche d’artefacts ET enfouis provenant de civilisations antérieures.

L’une des principales sociétés occultes nazies soutenues par Hitler était la Vril Society qui, « était censée ‘canaliser’ des messages d’une civilisation extraterrestre dans le système solaire d’Aldebaran et prévoyait de développer un vaisseau qui pourrait établir un contact physique avec cette civilisation »

Un autre groupe occulte important était la Société Thulé qui prétendait également être en communication avec une race avancée ; plutôt qu’une race extraterrestre, cependant, il s’agissait d’une race humaine avancée avec des caractéristiques nordiques d’une ancienne civilisation terrestre qui habitait des territoires souterrains accessibles depuis les régions polaires et d’autres zones isolées autour de la planète.

Le sérieux et le soutien accordés par Hitler à ces communications sont mis en évidence par le soutien matériel apporté à ces sociétés occultes en termes de ressources scientifiques pour développer leurs technologies  » inspirées des ET « .

En 1934, par exemple, « la Société Vril avait apparemment développé son premier avion en forme d’OVNI, connu sous le nom de Vril 1, qui était propulsé par un effet anti-gravité. »

Alors que les branches plus traditionnelles de l’armée allemande faisaient preuve d’un scepticisme prévisible quant à la viabilité de ces informations « canalisées », les SS nazis étaient à la pointe des efforts pour développer cette technologie. Plus tard au cours de la Seconde Guerre mondiale, les SS nazis ont pris le contrôle total du « complexe scientifico-militaro-occulte » d’Hitler, assurant le plus haut niveau de secret dans le développement et l’exploitation de la technologie inspirée de l’ET.

Un aperçu important de Hitler est qu’il considérait ces technologies comme faisant partie d’un « ordre naturel » qu’il souhaitait établir, comme le révèle un entretien qu’il a eu en 1934 avec le fils d’un scientifique allemand, Viktor Schauberger, qui était un pionnier de la technologie de l’aviation basée sur la propulsion anti-gravité :

En juin 1934, mon père a été invité par le chancelier du Reich, Adolph Hitler, à discuter de son travail. Hitler voulait connaître ses découvertes et parler des différentes possibilités et de son grand projet. Et il a répondu : « Oui, je suis à la recherche d’une nouvelle technologie qui doit à nouveau s’harmoniser avec l’ordre naturel des choses et c’est là mon véritable programme ».

Hitler a apporté un soutien matériel important à Schauberger en suggérant le modèle par lequel les technologies, qui s’harmonisent avec la vision occulte/naturaliste du monde d’Hitler, seraient soutenues :

Schauberger a reçu une équipe de scientifiques pour l’aider dans son travail […] ils ont perfectionné le « disque volant » alimenté par la turbine de Schauberger qui faisait tourner l’air dans un type d’oscillation torsadée résultant en l’accumulation d’une immense puissance provoquant la lévitation [propulsion anti-gravité].

Le prototype de Schauberger a ensuite été développé pour devenir un véhicule connu sous le nom de Belluzzo-Schriever-Miethe Diskus, une machine pouvant atteindre un diamètre de 22 pieds. Ces engins se déplaçaient à plus de 2000 km/h et il était prévu qu’ils dépassent les 4000 km/h. En 1945, ils pouvaient atteindre 1300 mph et gagner une altitude de 40 000 pieds en moins de trois minutes. On a également remarqué que l’engin émettait une lueur bleu-vert lorsqu’il s’élevait et laissait une lueur argentée.

Un certain nombre de sources du renseignement américain ont témoigné que l’Allemagne nazie avait effectivement développé une technologie qui ressemblait aux OVNIs modernes. Selon Virgil Armstrong, un ancien agent de la CIA :

Nous savons qu’au début de la guerre, certaines factions des forces alliées ne croyaient pas qu’il [Hitler] disposait d’une arme secrète et ce n’est que lorsque les Américains ont beaucoup insisté sur ce point qu’ils ont commencé à l’examiner sérieusement et qu’ils ont effectivement découvert qu’Hitler disposait non seulement d’une arme secrète, mais aussi de ce que nous appellerions aujourd’hui un OVNI ou un vaisseau spatial.

Le capitaine Ed Ruppelt, qui a été le premier enquêteur en chef du projet Bluebook de l’armée de l’air américaine, est un autre officier militaire américain de premier plan qui a témoigné des technologies soutenues par les nazis :

« À la fin de la Seconde Guerre mondiale, les Allemands avaient plusieurs types radicaux d’avions et de missiles guidés en cours de développement. La plupart en étaient aux stades les plus préliminaires, mais c’étaient les seuls engins connus qui pouvaient même approcher les performances des objets signalés aux observateurs d’OVNIs… »

L’astronaute Edgar Mitchell a également confirmé en 1991 qu’une grande partie de la dissimulation des ET datait de la Seconde Guerre mondiale.

Il a également été rapporté que l’Allemagne nazie avait récupéré un vaisseau ET « écrasé ».  Le colonel Phillip Corso, qui était un officier supérieur chargé de la rétro-ingénierie de la technologie ET pendant les administrations Eisenhower et Kennedy, a soutenu un tel événement dans une interview :

Il y a eu des crashs ailleurs, et ils [les Allemands] ont aussi rassemblé du matériel. Les Allemands y travaillaient. Ils n’ont pas résolu le système de propulsion. Ils ont fait beaucoup d’expériences sur les soucoupes volantes. Ils en avaient une qui montait à 12 000 pieds. Mais là où tout le monde, eux et nous, avons échoué, c’est sur le système de guidage. En R&D, nous avons commencé à nous rendre compte que cet être [un ET] faisait partie du système de guidage, de l’appareil lui-même, ou lui-même, puisqu’il n’avait pas d’organes sexuels. »

Les traditions culturelles scientifiques des démocraties occidentales, fondées sur le « rationalisme scientifique » développé au siècle des Lumières, et celles de l’Union soviétique, où le matérialisme historique marxiste était dominant, auraient conduit les services de renseignement militaire des démocraties occidentales et de l’Union soviétique à rejeter la pertinence des communications occultes d’Hitler.

Néanmoins, le fait qu’Hitler soutenait activement ces communications avec les moyens scientifiques de l’État nazi aurait justifié une surveillance étroite de la situation. Au fur et à mesure que des informations sur la présence d’OVNIs apparaissaient à la fin des années 30, les services de renseignements occidentaux et soviétiques se sont inquiétés du fait que les communications occultes d’Hitler avec les ETs pourraient donner à l’Allemagne nazie un avantage militaire important dans toute guerre future.

Plus inquiétant du point de vue des sources de renseignement occidentales était la possibilité que l’Allemagne nazie recevait tacitement l’aide d’une race ET dans ces communications malgré les politiques militaristes d’Hitler en Europe. Le fait que l’Allemagne nazie ait reçu l’aide des ET a été suggéré par le père de la fusée moderne, Hermann Oberth, qui a confirmé l’existence d’un lien entre les nazis et les ET lorsqu’il a déclaré,

« nous ne pouvons pas nous attribuer seuls le mérite de notre avancée record dans certains domaines scientifiques. Nous avons été aidés ».

Lorsqu’on lui a demandé par qui, il a répondu, « les peuples d’autres mondes. »

La probabilité que l’Allemagne nazie soit entrée en possession d’un vaisseau ET  » écrasé  » peut avoir été la preuve d’une certaine forme d’assistance tacite accordée à l’Allemagne nazie par une ou plusieurs races ET.

Du point de vue d’une race ET communiquant et même visitant la Terre dans les années 1930, l’Allemagne nazie aurait été un choix logique pour une telle « assistance ». La réceptivité d’Hitler aux pratiques et technologies ésotériques signifiait qu’une telle race ET avait un moyen de communiquer avec une grande puissance mondiale à une époque où les autres gouvernements auraient été méfiants à l’égard des politiques de visite des races ET et de l’ouverture de canaux de communication inconnus avec une ou plusieurs d’entre elles.

L’idée d’établir une communication par le biais de pratiques ésotériques telles que la « canalisation psychique » aurait été considérée comme ridicule, voire dangereuse, par les décideurs occidentaux et soviétiques qui tentaient toujours d’en savoir le plus possible sur la présence des ET par le biais de sources de renseignements militaires et de méthodes scientifiques plus conventionnelles.

Beaucoup plus tard, les États-Unis et d’autres États alliés ont développé leurs propres protocoles et normes pour établir la communication avec les nations ET par le biais de techniques de canalisation psychique similaires à celles utilisées par les sociétés occultes nazies. L’ancien sergent de l’armée de l’air, Dan Sherman, a révélé sa propre formation en communication télépathique/psychique par la National Security Agency, qui est la première organisation américaine à communiquer avec les races ET.

En apportant une aide limitée à l’Allemagne nazie, en supposant que des protocoles existent pour que les races avancées communiquent avec les gouvernements des mondes qui ne possèdent pas encore de gouvernement mondial unifié, les races ET en communication avec les autorités nazies ont peut-être reçu des avantages en retour qui auraient été une cause de préoccupation pour les futures puissances alliées.

Les possibilités d’une alliance tacite entre l’Allemagne nazie et une race ET, même si cela allait jusqu’à ce que les nazis utilisent des médiums pour communiquer avec une telle race, auraient certainement donné lieu à une question importante de la part des futures puissances alliées. Hitler risquerait-il l’intérêt supérieur de l’humanité mondiale en échange de ce qui faciliterait la réémergence de l’Allemagne en tant que grande puissance mondiale ?

Ils ont très probablement répondu par l’affirmative et ont joué la montre en décidant de la manière de traiter les politiques nationalistes agressives d’Hitler, la technologie développée par le complexe « militaro-scientifique-occulte » d’Hitler et la nature de la « menace », si elle existe, que représente la présence des ET pour la souveraineté humaine sur la planète.

La possibilité que les nazis réussissent à développer une forme de communication avec une race extraterrestre et même à avoir un accès direct à la technologie extraterrestre aurait contribué à l’empressement de la Grande-Bretagne à répondre aux préoccupations de l’Allemagne en matière de réparation des injustices de l’accord de paix de Versailles.

Tout dialogue politique et diplomatique visant à résoudre ces problèmes, même s’ils contrarient le principal allié européen de la Grande-Bretagne, la France, donnerait à la Grande-Bretagne le temps nécessaire pour évaluer la menace pour la sécurité posée par le régime d’Hitler et ses programmes d’acquisition d’armes exotiques.

L’accord de Munich conclu entre le Premier ministre britannique, Neville Chamberlain, et Hitler pour résoudre la crise de 1938 concernant les zones de la Tchécoslovaquie peuplées d’Allemands, signifiait que la Tchécoslovaquie perdait des territoires et ses importants moyens de défense.

Du point de vue de la Grande-Bretagne et de la France, un tel pari stratégique était nécessaire si l’on voulait persuader l’Allemagne nazie qu’elle pourrait tirer un grand profit d’une coopération avec l’Occident pour gérer de manière responsable la présence et la technologie de l’ET.

La coopération avec l’Ouest, en termes de soutien financier et d’investissement de la part des entreprises occidentales, avait déjà permis à l’Allemagne nazie de réaliser l’essentiel de ses efforts de réindustrialisation. Les grandes sociétés américaines et britanniques ont investi massivement dans les industries de l’Allemagne nazie et ont établi d’importantes relations avec les hauts dirigeants nazis.

Il ne s’agit pas d’un simple phénomène temporaire, rendu possible par la brève période pendant laquelle les principaux États occidentaux, tels que la Grande-Bretagne et les États-Unis, ont éprouvé une sympathie considérable pour les efforts déployés par les nazis pour éliminer les injustices du traité de paix de Versailles, mais il existe des preuves irréfutables que ces relations se sont poursuivies pendant la guerre elle-même.

La Standard Oil Co. contrôlée par Rockefeller, par exemple, avait des relations étendues avec le géant pétrochimique allemand I.G. Farben dans les secteurs du pétrole et de la chimie, et leurs relations se sont poursuivies même après l’entrée en guerre des États-Unis en décembre 1941.


En mai 1942, des poursuites pénales ont d’abord été engagées contre des cadres de la Standard Oil, puis abandonnées, mais ses transactions avec I.G. Farben ont fait l’objet d’une commission spéciale du Sénat chargée d’enquêter sur le programme de défense nationale et présidée par Harry Truman.

La Seconde Guerre mondiale, la connexion nazie et l’exode nazi clandestin

L’accord conclu en 1939 entre l’Allemagne nazie et l’Union soviétique pour partager la Pologne entre elles est l’action qui a déclenché la Seconde Guerre mondiale. Pour la Grande-Bretagne et la France, cela signifie que l’Allemagne nazie est déterminée à mener une campagne de domination de l’Europe, quelles que soient les concessions politiques faites par l’Allemagne au nom de la paix en Europe. S’il était vrai que l’Allemagne avait effectivement reçu l’aide tacite d’une race ET et/ou avait acquis une technologie inspirée des ET, l’invasion de la Pologne par l’Allemagne avait de profondes implications.

Cela signifiait que l’Allemagne devait être rapidement vaincue avant qu’elle ne puisse rendre pleinement opérationnelle la technologie ou les informations inspirées par les ET qu’elle avait en sa possession pour la fabrication d’armes offensives.

Rien n’a été épargné pour atteindre l’objectif principal de la guerre, à savoir vaincre les puissances de l’Axe qui constituaient une menace à long terme non seulement pour les démocraties européennes, mais aussi pour la souveraineté de l’humanité mondiale face à une ou plusieurs races ET qui aidaient tacitement l’Allemagne nazie. Winston Churchill, le premier ministre conservateur britannique, a repoussé tous les efforts visant à conclure un accord de paix avec l’Allemagne nazie malgré les conditions généreuses offertes par Hitler.

Après la défaite militaire rapide de la France en 1940, cela signifiait que la Grande-Bretagne était prête à tout pour que les États-Unis entrent en guerre le plus rapidement possible afin de contribuer à la défaite de l’Allemagne.

Bien que cela aurait sans aucun doute été une politique logique pour la Grande-Bretagne ou toute autre nation engagée dans une lutte militaire désespérée contre un adversaire militaire redoutable, la nature des programmes technologiques de l’Allemagne et le lien probable avec l’ET exigeaient une action immédiate de la part des principaux non-belligérants tels que les États-Unis.

Au début de la guerre, le président Roosevelt a été informé de la présence des ET et de la probabilité que l’Allemagne nazie développe rapidement des armes offensives basées sur la technologie et l’assistance des ET. Selon le Dr Michael Wolf, qui prétend avoir été membre de l’organe secret du Conseil national de sécurité qui supervise les affaires ET aux États-Unis, « le premier OVNI est tombé en 1941 dans l’océan à l’ouest de San Diego, et a été récupéré par la marine. »

Une autre date pour cette découverte donnée par le Colonel William Brophy, aujourd’hui décédé, était le 25 février 1942.

Aucune de ces justifications de l’entrée en guerre ne pouvait cependant être révélée au grand public ou au Congrès américain. Il était donc nécessaire que les responsables politiques américains adoptent une autre ligne de conduite. Il est très probable que le président Roosevelt et le premier ministre britannique, Winston Churchill, ont manigancé les événements politiques dans le Pacifique de manière à ce qu’il soit inévitable que le Japon impérial attaque la flotte américaine du Pacifique basée à Pearl Harbor.

Une telle machination aurait été nécessaire étant donné qu’Hitler avait pris toutes les mesures possibles pour s’assurer que les États-Unis n’entreraient pas en guerre aux côtés de la Grande-Bretagne.

Essentiellement, il n’y avait aucun moyen de persuader le public américain de la nécessité de se ranger du côté de la Grande-Bretagne alors que l’Allemagne nazie évitait clairement son erreur de la Première Guerre mondiale lorsque sa guerre sous-marine sans restriction avait entraîné les États-Unis dans la guerre.

Le fait que les États-Unis aient récupéré un vaisseau ET abattu en 1941/42 pourrait être un moyen pour les ET d’égaliser les chances en fournissant des technologies ET similaires aux deux camps dans la guerre mondiale. L’invasion de l’Union soviétique par Hitler en 1941 témoignait de la confiance d’Hitler dans le fait que ses programmes secrets de technologie d’armement réussiraient à produire les armes offensives nécessaires aux victoires nazies en Europe.

À la fin de la guerre, la supériorité de la technologie de l’Allemagne nazie est révélée de manière flagrante par une correspondance entre le major général Hugh Knerr, commandant général adjoint pour l’administration des forces stratégiques américaines en Europe, et le lieutenant général Carl Spatz en mars 1945 :

L’occupation des établissements scientifiques et industriels allemands a révélé le fait que nous avons pris un retard alarmant dans de nombreux domaines de recherche. Si nous ne saisissons pas cette occasion pour nous emparer des appareils et des cerveaux qui les ont mis au point et pour remettre rapidement cette combinaison au travail, nous resterons plusieurs années en arrière alors que nous tentons de couvrir un domaine déjà exploité.

Cela suggère que les années dont disposait l’Allemagne nazie pour développer des technologies inspirées de l’ET, alors que les puissances alliées étaient sceptiques quant aux techniques de communication utilisées par le parrainage de sociétés occultes par les nazis, ont été cruciales.

Après avoir appris que les capacités offensives de l’Allemagne nazie en matière d’armement provenaient de ses communications avec des races extraterrestres et de la récupération probable de technologies extraterrestres, la Grande-Bretagne, les États-Unis et même l’Union soviétique étaient déjà loin derrière les découvertes technologiques faites par les nazis.

Même la découverte et la récupération de vaisseaux ET par les États-Unis en 1941/42 n’auraient pas permis aux Alliés de combler le fossé technologique avec l’Allemagne nazie.

La retraite nazie en Antarctique, l’opération « High Jump » et l’assistance des ETs

La défaite « officielle » de l’Allemagne nazie et du Japon impérial en 1945 était en fait une « victoire tactique » qui masquait une défaite stratégique majeure pour les « Alliés victorieux », qui n’a pas été révélée au grand public. Une partie importante de l’élite politique de l’Allemagne nazie, sa technologie ET la plus avancée et ses « soucoupes volantes » entièrement opérationnelles avaient échappé aux forces d’occupation alliées.

Ce qui restait des programmes d’armement avancés de l’Allemagne nazie était assez inquiétant en termes d’avancées technologiques globales réalisées par les nazis dans de nombreux domaines de la production d’armes.

Le fait que les nazis aient retiré leurs secrets, leur technologie et leur personnel les plus avancés au cours de la période précédant la défaite finale de l’Allemagne aurait été un choc énorme pour les dirigeants alliés lorsqu’ils ont compris ce qui s’était passé.

Les derniers mois de la Seconde Guerre mondiale n’ont pas été l’occasion d’un ultime pari désespéré de la part d’une direction nazie mégalomane qui ne pouvait pas accepter une défaite inévitable.

Il s’agissait en fait d’une action d’attente pour une extraction méthodiquement bien planifiée des ressources et du personnel les plus précieux des nazis vers des lieux éloignés bien préparés en Antarctique et en Amérique du Sud.

Cela a permis aux nazis de maintenir leur système social unique et de planifier de jouer un jour un rôle important, voire dominant, dans les affaires mondiales.

Les nazis disposaient de suffisamment de temps et de ressources pour préparer un tel exode, compte tenu de l’étendue de leurs liens commerciaux, de leurs sociétés écrans et de leurs relations avec les gouvernements et les entreprises d’Amérique du Sud. Les expéditions nazies bien équipées et dirigées vers l’Antarctique au cours de la période d’avant-guerre ont permis aux nazis de se familiariser avec le terrain antarctique et de jeter les bases du rôle que ces territoires pourraient jouer après la guerre.

L’expédition nazie la plus ambitieuse a eu lieu en 1938, lorsque de vastes portions de l’Antarctique ont été revendiquées par le capitaine Alfred Ritscher au nom du gouvernement nazi. Le porte-avions Schwabenland a envoyé des avions pour effectuer une surveillance aérienne étendue de la région revendiquée par l’Allemagne nazie, appelée Neuschwabenland.

Pendant la guerre elle-même, l’activité sous-marine intense dans la région de l’Antarctique a suggéré que les nazis auraient pu construire des bases. Cette possibilité a été alimentée par un commentaire fait par le commandant de la flotte sous-marine de l’Allemagne nazie, l’amiral Karl Donitz, en 1943, lorsqu’il a affirmé que sa flotte avait construit

« dans une autre partie du monde une terre Shangri-La – une forteresse imprenable. »

Après la capitulation inconditionnelle de l’Allemagne le 8 mai 1945, l’activité des sous-marins nazis dans la région de l’Antarctique s’est poursuivie, comme en témoigne le rapport suivant de l’Agence France Presse du 25 septembre 1946 :

« les rumeurs continuelles sur l’activité des sous-marins allemands dans la région de la Terre de Feu [‘Feuerland’ en allemand] entre la pointe la plus méridionale de l’Amérique latine et le continent de l’Antarctique sont basées sur des faits réels. »

Ce qui a aggravé cette réalisation d’un exode de l’élite nazie vers l’Antarctique pour les Alliés était la preuve maintenant irréfutable que les races ET visitaient effectivement la Terre. La présence des ET serait maintenant un facteur dans la poursuite et l’éradication par les Alliés des restes de l’Allemagne nazie qui s’étaient déplacés en Antarctique et en Amérique du Sud, et qui utilisaient maintenant leurs « soucoupes » entièrement opérationnelles pour se déplacer sur la planète et même pour voler dans l’espace lointain. Selon les rapports d’un certain nombre de responsables militaires conscients de la nature avancée de la technologie nazie, nombre des OVNI observés dans l’immédiat après-guerre étaient des vaisseaux spatiaux nazis pleinement opérationnels.

Un effort peu connu pour mettre fin une fois pour toutes à la menace nazie a eu lieu lors d’une expédition militaire navale dirigée par l’amiral Richard Byrd en Antarctique en 1946/47. L’expédition militaire de Byrd a été baptisée « Opération High Jump » et comprenait « 4 700 militaires, six hélicoptères, six hydravions Martin PBM, deux annexes d’hydravions, quinze autres avions, treize navires de soutien de la marine américaine et un porte-avions, l’USS Philippine Sea (à gauche) ».

Parmi les ordres donnés à l’amiral Byrd par le commandant de la marine américaine, l’amiral Chester Nimitz, figuraient :

 » (b) de consolider et d’étendre la souveraineté américaine sur la plus grande zone pratique du continent antarctique ; (c) de déterminer la faisabilité de l’établissement et du maintien de bases dans l’Antarctique et d’étudier les sites de bases possibles « 

Ironiquement, c’est l’amiral Byrd qui s’était adressé à l’expédition nazie du capitaine Ritscher avant son départ pour l’Antarctique en 1938/39. L’amiral Byrd dirigeait désormais une expédition navale américaine destinée à rechercher et à éliminer l’élite nazie qui s’était réfugiée dans les bases créées ou « découvertes » lors de l’expédition Schwabenland.


L’été antarctique de 1946/47 a été la première occasion de monter une expédition militaire de cette envergure dans les régions glaciales de l’Antarctique.

Peu de temps après la fin de la Seconde Guerre mondiale, on se demandait pourquoi une armada aussi importante se rendait en Antarctique à une époque où la tension de la guerre froide augmentait et où le personnel de la marine était déclassé, à moins que l’expédition n’ait été envoyée pour régler militairement des problèmes non résolus de la guerre elle-même – des restes de l’élite nazie cachés dans une ou plusieurs bases souterraines établies ou « découvertes » avant la guerre.

Hitler avait autorisé un certain nombre de missions militaires en Antarctique avant la guerre, ce qui rend possible l’établissement ou la découverte d’une ou plusieurs bases souterraines.

La mission Byrd devait durer jusqu’à six mois, mais elle s’est terminée au bout de huit semaines seulement parce que, selon la presse chilienne, elle avait « rencontré des difficultés » et qu’il y avait eu « de nombreux décès »[40]. 40] Si le véritable objectif de la mission était de localiser et d’éradiquer toute base nazie, les rapports de presse et la fin prématurée de la mission indiquent un échec lamentable et un réveil brutal pour l’US Navy.

Une interview de l’amiral Byrd dans la presse chilienne du 5 mars 1947, après la fin prématurée de l’opération High Jump, laissait entendre qu’il y avait effectivement eu un échec militaire et qu’une nouvelle menace se trouvait au pôle Sud :

L’amiral Byrd a déclaré aujourd’hui qu’il était impératif que les États-Unis prennent des mesures de défense immédiates contre les régions hostiles. L’amiral a en outre déclaré qu’il ne voulait effrayer personne outre mesure, mais que c’était une amère réalité qu’en cas de nouvelle guerre, les États-Unis continentaux seraient attaqués par des objets volants qui pourraient voler d’un pôle à l’autre à des vitesses incroyables.

Il était clair que ce que la marine américaine pouvait rassembler de mieux n’était pas à la hauteur de l’élite nazie, petite mais bien armée, qui avait survécu à la guerre dans sa lointaine région de l’Antarctique. Là encore, la possibilité que les nazis aient reçu l’aide de l’ET pour repousser l’attaque américaine ne peut être écartée.

Les efforts déployés par les nazis, par l’intermédiaire de groupes occultes tels que la Société Thulé, pour communiquer avec une civilisation humanoïde souterraine avancée, « Thulé », ont peut-être permis d’aider l’élite nazie à s’installer dans la base cachée de l’Antarctique et de bénéficier d’un soutien important des ET en cas d’attaque des États-Unis et de leurs alliés.

Une expédition peu connue de l’amiral Byrd au pôle Nord au même moment que l’opération High Jump, au cours de laquelle il serait entré en contact avec une race souterraine avancée aux caractéristiques physiques nordiques, suggère que la Société Thulé avait effectivement vu juste dans son évaluation de l’existence d’une telle race.

L’amiral Byrd a révélé les circonstances de cette rencontre dans une entrée de son journal publiée à titre posthume, où le chef de cette race souterraine avancée le salue :

Nous vous avons laissé entrer ici parce que vous êtes de noble réputation et connu dans le monde de la surface, Amiral… vous êtes dans le domaine des Arianni, le monde intérieur de la Terre….. Amiral, je vais vous dire pourquoi vous avez été convoqué ici. Notre intérêt commence à juste titre juste après que votre race ait fait exploser les premières bombes atomiques sur Hiroshima et Nagasaki, au Japon. C’est à cette époque alarmante que nous avons envoyé nos machines volantes, les  » Flugelrads « , sur votre monde de surface pour enquêter sur ce que votre race avait fait…..

Voyez-vous, nous ne sommes jamais intervenus auparavant dans les guerres et la barbarie de votre race, mais maintenant nous devons le faire, car vous avez appris à manipuler un certain pouvoir qui n’est pas pour l’homme, à savoir l’énergie atomique. Nos émissaires ont déjà délivré des messages aux pouvoirs de votre monde, et pourtant ils n’en tiennent pas compte. Maintenant, vous avez été choisis pour être les témoins ici que notre monde existe. Tu vois, notre Culture et notre Science sont plusieurs milliers d’années en avance sur ta race, Amiral. »


La véracité du récit de Byrd continue d’être débattue, mais les commentaires de Byrd à la presse chilienne suggèrent qu’il était suffisamment troublé par les événements liés à ses expéditions polaires en 1946/47 pour qu’une telle rencontre ait pu avoir lieu.

Les rapports ultérieurs faisant état d’une importante activité ovni dans la région de l’Antarctique ont confirmé que l’Antarctique était utilisé comme base d’opérations pour le nouvel ennemi qui a tant troublé l’amiral Byrd – soit l’Allemagne nazie et/ou une ou plusieurs races ET.

Fondements d’une gestion globale des affaires extraterrestres

Les puissances alliées « victorieuses » (qui se sont appelées elles-mêmes les Nations Unies, qui sont également devenues le nom officiel de la nouvelle organisation internationale destinée à remplacer la Société des Nations en 1945) ont jeté les bases d’un ordre après la Seconde Guerre mondiale en réponse aux événements qui avaient précédé et qui se sont produits pendant la guerre.

L’événement le plus important, hormis la visite des races ET elles-mêmes, a été les progrès technologiques rapides réalisés par les scientifiques de l’Allemagne nazie grâce au parrainage de techniques de communication ésotérique avec les races ET.

Les principales leçons tirées de la connexion nazie-ET étaient les suivantes.

  • Les races ET visitaient la Terre et étaient désireuses d’établir des communications permanentes avec les dirigeants politiques des principaux gouvernements nationaux.
  • Les techniques de communication psychique avec les races ET ont joué un rôle important dans les avancées technologiques rapides de l’Allemagne nazie.
  • Des artefacts ET datant de l’antiquité pouvaient être trouvés dans des endroits reculés de la planète, et présentaient un potentiel d’avancées technologiques rapides pour leurs découvreurs.
  • Une ou plusieurs races ET ont soutenu tacitement les programmes d’acquisition d’armes de l’Allemagne nazie.
  • Les races ET n’intervenaient pas directement dans les conflits nationaux violents et semblaient jouer un rôle égal en aidant les États belligérants à développer des technologies ET à des fins offensives ou défensives.
  • Les élites de l’Allemagne nazie ont survécu à la guerre dans des endroits reculés de l’Antarctique et de l’Amérique du Sud et ont continué à jouer un rôle dans les affaires régionales et mondiales.

Les fondements de la gestion globale des affaires ET après la Seconde Guerre mondiale étaient un certain nombre de politiques basées sur les leçons tirées de l’époque de la Seconde Guerre mondiale.

De nombreux éléments suggèrent que les principales puissances alliées, à savoir les États-Unis, l’URSS, la Grande-Bretagne et la France, ont « coopéré » pour observer et mettre en œuvre ces politiques de gestion mondiale en dépit de puissantes rivalités et d’intérêts divergents.

Une grande partie de la coopération entre les États-Unis et l’URSS était due à la perception commune de la nécessité de coopérer pour faire face à la présence des ET et à la persistance des bases nazies, ainsi qu’aux profondes leçons tirées de l’expérience nazie, lorsqu’un grand État s’est lancé dans l’aventurisme militaire en étant convaincu qu’il pouvait utiliser la technologie ET à des fins offensives.

Le facteur le plus important qui a entravé cette coopération mondiale était les différences idéologiques évidentes entre les nations des blocs occidental et soviétique qui avaient des visions antagonistes de la meilleure façon d’organiser la société et la planète. Cela signifie que chaque bloc, dirigé respectivement par les États-Unis et l’URSS, coopérait simultanément pour répondre efficacement à la présence ET et à l’existence des bases nazies, tout en rivalisant pour maximiser leurs zones d’influence respectives sur la planète.

Les États-Unis et l’URSS ont pris l’initiative de créer les structures politiques, militaires et économiques que chaque bloc idéologique utiliserait pour traiter avec ses propres membres et avec le bloc rival de nations.

Chaque bloc idéologique traiterait les diverses questions politiques découlant de l’existence de races et de technologies extraterrestres en utilisant les structures qu’il a créées spécifiquement pour traiter cette question. Toutefois, chaque bloc coopérerait à la coordination de la politique relative à la présence des ET par le biais de réunions au sommet régulières entre leurs dirigeants politiques et des canaux de communication établis par les communautés militaires et de renseignement respectives de chaque bloc.

La reconnaissance de la République populaire de Chine en tant que membre permanent du Conseil de sécurité en 1972 a signifié son émergence en tant qu’État majeur qui jouerait également un rôle important dans la gestion globale des affaires ET en affirmant une zone d’influence régionale dans la poursuite et l’acquisition de la technologie ET et la réponse à la présence ET.

Il existe peu de preuves que le groupe de nations non alignées qui a émergé dans les années 1960 a joué un rôle important dans la gestion globale de la technologie ET et de la présence ET.

Sur la base des structures institutionnelles, des relations et des accords de coopération conclus par les puissances alliées dans le cadre de la gestion de la technologie ET et de la présence ET sur la planète, on peut identifier cinq politiques principales adoptées par les puissances alliées pour gérer globalement les affaires ET.

1. Non-divulgation des affaires extraterrestres

La première grande politique adoptée pour la gestion globale des affaires extraterrestres a été de ne pas les divulguer au grand public et à la plupart des élus des principaux États alliés jusqu’à ce que les conséquences politiques de la présence et de la technologie extraterrestres puissent être clairement déterminées.

Dans le cas des États-Unis, le président Roosevelt a adopté la décision de non-divulgation après que les États-Unis eurent confirmé la réalité de la présence des ET et de la technologie ET. Cette décision a ensuite été institutionnalisée par les administrations Truman et Eisenhower de manière à permettre la poursuite de la non-divulgation pour une période indéfinie.

Chacune des nations démocratiques occidentales jouant un rôle de premier plan dans le système de gestion mondial mis en place pour traiter les affaires ET, formerait ses propres structures institutionnelles responsables de la coordination des politiques ET et de la garantie de non-divulgation.

Chacun des gouvernements nationaux attribuerait à tous les projets et à toutes les informations concernant les ET une classification de sécurité suffisamment élevée pour que les responsables de l’armée et des services de renseignement commettent un crime fédéral/national s’ils révèlent leur participation à des projets concernant la présence et la technologie des ET. Ce serait un moyen très efficace de restreindre le débat public et les enquêtes des médias sur les questions liées aux ET, comme en témoigne le black-out médiatique continu sur la présence des ET.

Le succès de la stratégie de non-divulgation a nécessité une application stricte des lois sur la sécurité nationale et une pression sur les autres États qui ne sont pas au courant de tous les aspects des affaires ET, pour qu’ils remettent toute information, tout artefact ou toute technologie en leur possession à une ou plusieurs des grandes puissances, conformément aux sphères d’influence initialement définies dans l’accord de février 1945 à Yalta entre Franklin D. Roosevelt, Winston Churchill et Joseph Staline.

L’accord de Yalta est important car il a non seulement établi des sphères d’influence pour le traitement des territoires libérés par les Alliés, mais il est également susceptible d’avoir sanctionné une politique de non-divulgation de la présence d’ET et de la connexion entre les nazis et l’ET.

Cela laissait entendre que les États alliés coopéreraient pour s’assurer que les affaires ET resteraient une question de sécurité nationale qui entraînerait des sanctions sévères en cas de divulgation par des fonctionnaires. Dans le cas des nations du bloc soviétique, et plus tard de la Chine, des lois de sécurité nationale encore plus draconiennes ont été mises en place pour garantir la non-divulgation, même par le plus courageux des fonctionnaires, de projets gouvernementaux/militaires concernant la technologie ET et la présence ET.

Les dirigeants politiques nationaux des États qui ne jouent pas un rôle de premier plan dans la gestion globale des affaires ET n’étaient suffisamment informés de la présence ET que pour déléguer l’affaire à leurs organes de sécurité nationaux respectifs. Il semble que dans les cas où des artefacts ET ont été découverts, où des vaisseaux ET ont atterri ou ont été récupérés, et/ou dans les cas où un contact ET a eu lieu, ces cas ont été traités par les organes de sécurité nationale de l’État qui ont coopéré avec les principaux États ayant une influence sur la nation hôte.

Le Dr Jamisson Neruda, qui prétend être un transfuge d’une organisation clandestine intégrée à l’Agence de sécurité nationale spécialisée dans la communication et la technologie des ET, décrit les circonstances entourant la récupération d’un vaisseau piloté par des ET, découvert par son père qui servait dans l’armée bolivienne :

En 1956. Mon père a découvert un vaisseau spatial endommagé dans les jungles de Bolivie pendant une partie de chasse. C’était un vaisseau triangulaire d’environ soixante-dix mètres de bout en bout, presque équilatéral. Il comprenait vingt-six membres d’équipage. Tous morts…. Mon père a récupéré une technologie spécifique du vaisseau, puis a contacté un responsable militaire au sein du gouvernement bolivien qui était un ami de confiance.

Au départ, mon père souhaitait vendre l’engin à l’armée bolivienne, mais l’armée américaine s’est rapidement intéressée à l’engin, plus précisément au SPL [Special Projects Laboratory]. Un directeur du SPL a rencontré mon père, a déterminé l’emplacement du navire et a effectué une opération de sauvetage complète en l’espace de trois jours.

Le système mondial secret de récupération opérant pour les pays de la sphère d’influence américaine s’appelle « Project Pounce« . Le colonel Steve Wilson, ancien chef de ce groupe clandestin de spécialistes de différentes branches de l’armée américaine, a révélé les activités de ce projet secret dans une série d’interviews :

Le projet Pounce est un groupe d’élite de Bérets noirs de l’armée de l’air et de scientifiques militaires qui se précipitent sur les lieux de tout crash d’OVNI, bouclent la zone, récupèrent le vaisseau spatial extraterrestre et ses occupants, puis « assainissent » le site du crash pour lui redonner l’apparence qu’il avait avant le crash, et intimident les témoins extérieurs pour qu’ils se taisent.

Les Alliés victorieux qui ont formé les Nations Unies, et dont les principaux membres sont devenus les membres permanents du Conseil de sécurité des Nations Unies, coopéreraient pour garantir la non-divulgation de la présence d’ET à leurs publics respectifs et aux autres gouvernements nationaux. Cela laisse supposer que le Conseil de sécurité des Nations Unies constitue un important forum permettant aux membres permanents de coordonner leurs politiques nationales respectives sur les ET et d’assurer la non-divulgation de la présence des ET et/ou de la découverte de la technologie ET.

2. Non-divulgation de la connexion ET-Nazi et lutte contre l’influence nazie en Amérique du Sud

La deuxième politique majeure adoptée pour la gestion globale des affaires ET était que la connexion ET avec l’Allemagne nazie, et la survie de l’élite nazie dans des endroits éloignés de l’Antarctique et de l’Amérique du Sud ne seraient pas divulguées au grand public et à la plupart des représentants publics élus par les gouvernements nationaux conscients de l’exode nazi.

Il s’agissait de s’assurer qu’il n’y aurait pas de réémergence de l’idéologie nazie comme base d’un nouveau gouvernement national où que ce soit dans le monde, et que les élites nazies ne s’empareraient pas d’un État majeur pour promouvoir leurs systèmes de croyance nazis.

Cela pose des difficultés considérables en Amérique du Sud où de nombreux gouvernements ont de forts sentiments pro-nazis et ont fourni un soutien matériel et des refuges aux puissances de l’Axe.

Des pays comme l’Argentine, le Paraguay, le Chili et le Brésil sont surveillés de près en raison des fortes sympathies pro-nazies des élites politiques et de la possibilité pour ces États de servir de vecteurs à la propagation du nazisme/fascisme sur le continent sud-américain.

En effet, une grande partie de la lutte de la Guerre froide qui a eu lieu en Amérique du Sud était un effort pour contenir la propagation du nazisme/fascisme et la nécessité de régir l’influence des enclaves nazies qui influençaient les gouvernements de ce continent. On craignait que l’Amérique du Sud ne devienne un jour le vecteur d’un nouvel effort des élites nazies restantes pour une domination régionale, voire mondiale.

La lutte de la Guerre froide en Amérique du Sud était un moyen secret pour les Etats-Unis et l’URSS de minimiser la menace posée par l’élite nazie en fuite, en épuisant les Etats sud-américains dans une série de crises politiques et économiques. Ces crises perpétuelles garantissaient qu’aucun État sud-américain ne pourrait jamais atteindre le type de potentiel économique qui lui permettrait de développer la capacité industrielle et la base technologique qui offriraient à l’élite nazie un moyen de jouer un rôle de premier plan dans les affaires régionales et/ou mondiales.

Par exemple, la décision prise en 2002 par le Fonds monétaire international de ne pas accorder de fonds supplémentaires à l’Argentine a provoqué un effondrement économique facilement prévisible qui a entraîné la fermeture de banques, la réduction des services gouvernementaux et une augmentation rapide du chômage.

Plutôt que d’y voir le résultat d’une philosophie macro-économique différente de celle de l’administration Clinton, on peut soupçonner que la véritable raison était de priver l’Argentine des ressources qui lui permettraient de jouer un rôle politique majeur dans la région. Le résultat final serait de refuser une augmentation du pouvoir des élites nazies qui continuent d’exercer une puissante influence en coulisses sur le système politique argentin, et sur d’autres États d’Amérique du Sud.

Il est significatif que la personne en charge de la stratégie de la guerre froide en Amérique latine pendant l’administration Truman était Nelson Rockefeller, qui a ensuite été secrètement nommé par Eisenhower pour prendre en charge les affaires de l’ET, et qui était suspecté pour ses sympathies pro-nazies et ses liens commerciaux.

3. Rapatriement des scientifiques/technologies nazis et poursuite des projets humains parrainés par les nazis

La troisième politique majeure adoptée pour la gestion globale des affaires ET était que toute la technologie inspirée des ET laissée par l’Allemagne nazie était divisée entre les puissances victorieuses des États-Unis, de la Grande-Bretagne, de la France et de l’Union soviétique en fonction de qui était en possession de la technologie ou des scientifiques dans leurs zones de contrôle respectives en Allemagne occupée et dans les anciens territoires occupés par les nazis.

Chaque État allié a incorporé cette technologie dans ses efforts militaires clandestins respectifs visant à développer des armes et à acquérir des renseignements. Chacun des principaux États alliés avait sa propre version de l’opération « Paperclip », dans le cadre de laquelle les États-Unis parrainaient l’expulsion de scientifiques nazis vers les États-Unis, même dans les cas où ils avaient de solides antécédents pro-nazis, violant ainsi les lois américaines sur l’immigration[53]. 53] Ces efforts de recrutement de scientifiques nazis se sont distingués par la poursuite de nombreux projets parrainés par les nazis aux États-Unis et en URSS.

L’expatriation d’anciens scientifiques nazis a été particulièrement importante dans un certain nombre de domaines où les nazis ont eu recours au travail forcé et/ou à des sujets humains non consentants pour tester et développer des technologies inspirées de l’ET.

Les restrictions sur de telles expériences aux États-Unis et dans d’autres nations démocratiques signifiaient que ces scientifiques nazis avaient une richesse d’expérience qui ne pouvait pas être facilement reproduite aux États-Unis et ailleurs.

Les domaines en particulier qui intéressaient les nations occidentales conscientes de la présence des ET étaient les expériences de génétique et de contrôle de l’esprit visant à optimiser les performances humaines dans des conditions extrêmes.

Ces expériences se sont poursuivies secrètement aux États-Unis et dans d’autres anciens États alliés dans le but de créer des « super soldats » capables de présenter les qualités génétiques et mentales nécessaires à des performances militaires extrêmement élevées dans l’espace.

Les témoignages d’anciens participants à ces expériences suggèrent que nombre de ces anciens programmes de contrôle génétique et mental parrainés par les nazis ont effectivement été utilisés pour produire des « super-soldats ».

Un individu qui prétend avoir participé à ces expériences génétiques et de contrôle de l’esprit, Andy Pero, a donné une interview révélant le contexte de ces expériences de contrôle de l’esprit auxquelles il a participé :

Après la Seconde Guerre mondiale, de nombreux scientifiques nazis ont été amenés aux États-Unis par nos services de renseignements, qui avaient auparavant travaillé dans les camps de concentration à la recherche sur le contrôle de l’esprit. Je crois qu’il s’agit d’un vestige du parti nazi qui travaille en collaboration avec différentes branches du gouvernement et de l’armée américains. La plupart de mes séances d’entraînement et de torture ont eu lieu à l’université de Rochester, dans l’État de New York. Ils m’emmenaient dans une pièce privée dans le grenier ou au dernier étage de la bibliothèque.

Le grand laboratoire où l’on m’a fait subir la plupart des programmations se trouvait à la base aérienne nationale de Rome, dans l’État de New York. J’ai également été utilisé dans la chaise Montauk pendant que j’étais au Camp Hero, Montauk, L.I. et aussi dans une chaise à Atlanta, GA à la base aérienne de Dobbins….. Les entraîneurs me mettaient en transe et me disaient que je pouvais sauter d’une échelle de hauteur minimale. Dans mon esprit, je croyais que je ne sautais que d’un pouf ou d’une courte corniche. En réalité, j’étais progressivement amené à sauter de plus en plus haut, au point de réussir à sauter d’immeubles et même d’avions sans parachute.

Lorsque j’étais sous contrôle mental, je pouvais faire tout ce qu’on me demandait de faire tant que je les croyais. Je pouvais faire 200 pompes ou plus dans une forme parfaite, parfois jusqu’à une demi-heure d’affilée, ou jusqu’à ce qu’on me dise d’arrêter. J’ai soulevé 545 livres avec une barre et des squats pendant que j’étais à l’université et beaucoup plus (500-1500 livres) pendant que j’étais sous contrôle mental dans le laboratoire d’entraînement non loin de Rochester, NY.

D’autres domaines d’expérimentation comprenaient le développement d’armes psychométriques et des expériences sur le voyage temporel/dimensionnel. Un certain nombre de participants à ces projets hautement secrets, parrainés par les services de renseignements et les branches militaires du gouvernement, se sont présentés pour témoigner de ces projets.

Preston Nichols, qui prétend avoir été un ancien directeur de l’un de ces projets, a témoigné de l’utilisation d’enfants, de sans-abri et d’autres sujets humains non consentants pour poursuivre ces expériences hautement secrètes.

Il a décrit l’histoire du projet Montauk comme suit :

Au fil des ans, les chercheurs de Montauk ont perfectionné leurs techniques de contrôle mental et ont continué à explorer les limites du potentiel humain. En développant les capacités psychiques de différents membres du personnel, ils en sont arrivés au point où les pensées d’un médium pouvaient être amplifiées par du matériel, et où des illusions pouvaient être manifestées de manière subjective et objective.

Cela incluait la création virtuelle de la matière. Tout cela était sans précédent dans l’histoire de ce que nous appelons « l’expérience humaine ordinaire », mais les personnes qui dirigeaient le projet Montauk n’étaient pas près de s’arrêter. Ils allaient aller encore plus loin dans le domaine de l’extraordinaire. Après avoir découvert qu’un médium pouvait manifester de la matière, on a observé que celle-ci pouvait apparaître à différents moments, en fonction de ce que le médium pensait.

Ainsi, que se passerait-il si un médium pensait à un livre mais pensait qu’il était apparu hier ? C’est ce raisonnement et ces expériences qui ont conduit à l’idée que l’on pouvait plier le temps lui-même. Après des années de recherche empirique, des portails temporels ont été ouverts et des expériences massives et scandaleuses ont été menées.

Le parrainage d’expériences d’amélioration des performances humaines et de contrôle de l’esprit a été adopté par tous les grands gouvernements intéressés par le travail des scientifiques nazis, les besoins futurs des humains dans des conditions spatiales et les éventuels conflits futurs avec les races ET.

Ces expériences se poursuivent aujourd’hui et restent parmi les projets les plus confidentiels développés par les principaux États qui gèrent globalement la présence ET, la technologie ET et l’héritage de l’Allemagne nazie.

4. Gestion des artefacts extraterrestres trouvés sur la planète

La quatrième grande politique adoptée pour gérer globalement les affaires extraterrestres était que tous les artefacts extraterrestres trouvés sur la planète seraient achetés sous le contrôle d’une ou plusieurs des « puissances victorieuses » que sont les États-Unis, la Grande-Bretagne, l’Union soviétique et la France.

Cela signifie que la division d’après-guerre du globe en différentes « sphères d’influence », convenue à Yalta, signifiait que la plupart, sinon la totalité, de la technologie ET finirait par trouver sa place dans les programmes militaires clandestins des États-Unis, de la Grande-Bretagne, de l’Union soviétique et de la France, ou du moins serait surveillée par ces grands États.

Avec l’émergence de la Chine en tant que membre permanent de l’ONU, cela signifiait qu’elle était également reconnue comme ayant une sphère d’influence légitime dans laquelle elle pouvait travailler pour accéder, contrôler et surveiller les artefacts ET découverts. Le maintien du principe établi à Yalta en 1945, qui consiste à diviser la planète en différentes sphères d’influence, contribuerait à garantir qu’il n’y ait pas de prolifération de technologies inspirées des ET, puisqu’une grande puissance serait reconnue comme ayant la légitimité d’intervenir secrètement, de contrôler et/ou de surveiller les artefacts ET.

Cela contribuerait à minimiser les risques d’une répétition de l’expérience nazie, où une puissance régionale mécontente pourrait utiliser la technologie ET pour le développement d’armes et se lancer dans un programme de domination militaire régionale qui menacerait à nouveau la paix et la stabilité dans une région ou dans le monde.

Ce principe fondamental de gestion globale des affaires ET était particulièrement important dans les régions de la planète où des civilisations anciennes existaient et où des artefacts ET étaient susceptibles d’être cachés dans des zones inaccessibles ou encore à découvrir. Des régions telles que le Tibet, l’Égypte, l’Irak, l’Afghanistan, l’Indochine, l’Amérique du Sud et l’Amérique centrale, et d’autres encore, étaient toutes des atouts de grande valeur en raison des artefacts ET susceptibles de se trouver dans ces pays et régions.


La coopération mondiale entre les États-Unis et l’URSS, et d’autres membres permanents du Conseil de sécurité de l’ONU, pour répondre à la présence des ET et accéder aux artefacts ET, a donné lieu à une intense compétition stratégique pour le contrôle de ces territoires et de leurs trésors cachés. Le conflit idéologique de la guerre froide a masqué la lutte très réelle de chaque grand État pour maximiser sa puissance en fonction des percées technologiques que les artefacts ET lui procureraient.

Il est prouvé que la guerre en Irak n’est que le dernier exemple d’un conflit militaire régional dont le prix ultime est constitué d’artefacts ET qui auraient un impact sur les programmes technologiques des principaux États gérant les affaires ET sur la planète.

La division entre les membres de l’OTAN, la France et l’Allemagne, et les États-Unis et la Grande-Bretagne sur la légitimité et le moment de l’intervention militaire en Irak, suggère qu’un réalignement fondamental dans la gestion des affaires ET s’est produit, la France et l’Allemagne se rangeant du côté de la Russie et même de la Chine pour limiter les États-Unis.

Cela suggère que la coopération de l’après-Seconde Guerre mondiale pour la gestion des affaires européennes était mise à rude épreuve et que des tensions très réelles se cachaient sous le langage poli de la diplomatie internationale.

5. Coopérer pour mettre fin à la menace nazie

La cinquième grande politique adoptée pour la gestion globale de la technologie ET et de la présence ET était que les grandes puissances coopéreraient pour répondre au défi posé à la fois par les restes de l’Allemagne nazie dans leurs bases militaires cachées en Antarctique et en Amérique du Sud, et par une ou plusieurs races ET qui avaient aidé et continuaient d’aider les élites nazies.

Cette coopération des grandes puissances a été marquée par des accords visant à ne pas divulguer ces informations à leurs publics respectifs et à la plupart des élus politiques.

Ce qui a certainement le plus troublé les responsables alliés, c’est le succès des élites nazies à développer des soucoupes entièrement opérationnelles, propulsées par des générateurs d’antigravité et des systèmes de navigation qui n’avaient toujours pas été développés avec succès par les États-Unis et l’URSS, comme l’a mentionné le colonel Corso dans une interview reflétant son temps de service (il a pris sa retraite du service militaire en 1963).

Ce succès nazi s’est produit bien avant que les États alliés ne soient en mesure de développer leurs propres flottes de vaisseaux soucoupes.

Selon le colonel Steve Wilson, le premier vol antigravité américain réussi a eu lieu le 18 juillet 1971 au S-4 dreamland ou à la zone 51 (pour voir l’emplacement, cliquez ICI) [62], où des capacités de flexion de la lumière ont également été démontrées pour obtenir des invisibilités totales.

Un certain nombre de dénonciateurs militaires suggèrent que les États-Unis disposent actuellement d’une flotte de vaisseaux ET de conception inverse équipés de systèmes de propulsion antigravité et que des vols habités vers la Lune et même vers Mars sont régulièrement effectués par les organisations clandestines qui développent et utilisent cette technologie.

Si la date et la description de Wilson sont exactes, cela suggère que les États-Unis ont atteint un stade technologique similaire à celui des nazis qui ont vraisemblablement réalisé cet exploit technologique vers la fin de la Seconde Guerre mondiale, comme en témoigne l’apparition des légendaires chasseurs Foo qui ont déconcerté les aviateurs alliés lors de leurs missions de bombardement au-dessus de l’Allemagne.

Après une étude exhaustive de ce phénomène, le chercheur britannique Mark Birdsall a conclu :

« Sans aucun doute, la quasi-totalité des rapports sur les Foo-Fighter et les fusées fantômes peuvent être classés dans la catégorie des technologies avancées canalisées à partir de … diverses installations scientifiques secrètes allemandes de la Seconde Guerre mondiale. »

Cela suggère qu’un fossé technologique important séparait les États-Unis et l’URSS de l’élite nazie qui s’est échappée en Antarctique avec ses précieux actifs technologiques et les informations dérivées de ses communications occultes avec les races ET.

L’existence d’une présence nazie significativement bien armée et invaincue en Antarctique et en Amérique du Sud serait cachée au grand public et à la plupart des élus.

L’évidence d’une telle politique de non-divulgation est mise en évidence par le secret entourant les véritables objectifs de la mission antarctique de l’amiral Byrd en 1946/47 ; et les conflits ultérieurs en Antarctique et en Amérique du Sud. Le niveau de secret, même pour les hauts responsables politiques, peut être mesuré par les commentaires d’anciens membres du Congrès tels que le sénateur Barry Goldwater, qui a été président de la commission du renseignement du Sénat.

En réponse à une question d’un chercheur sur les ovnis, il a déclaré :

« Cette chose [les affaires ET] est devenue si hautement classifiée… qu’il est tout simplement impossible d’obtenir quoi que ce soit à ce sujet. »

La technologie supérieure d’inspiration ET réalisée par les restes nazis qui leur permettait de continuer à maintenir des bases éloignées aurait sûrement dérangé les États-Unis et l’URSS.

Cela permet de comprendre la base de la coopération entre les grandes puissances occidentales et l’Union soviétique et ses États satellites, pour gérer globalement l’existence de races et de technologies ET tout au long de l’ère de la guerre froide, et pour cacher la vérité sur la menace posée par les vestiges de l’Allemagne nazie.

Conclusion : Système de gestion global pour les affaires ET et l’héritage de la connexion nazie-ET

Le système de gestion conçu par les puissances alliées pour traiter les affaires ET, y compris l’héritage de la connexion entre l’Allemagne nazie et l’ET, repose sur des circonstances qui découlent directement de la Seconde Guerre mondiale.

Le désir de ne pas divulguer l’existence de bases nazies importantes en Antarctique et ailleurs était naturellement fondé sur la perception par les dirigeants des États alliés que cela entraînerait la divulgation de l’aide ET reçue par l’Allemagne nazie. En raison du risque de divulgation de la présence ET en général, une politique qui est devenue le fondement de la gestion mondiale des affaires ET après la guerre, la vérité sur les bases nazies n’a pas été révélée.

En outre, le fait que les bases nazies en Antarctique ne pouvaient pas être vaincues militairement suggérait à la fois la supériorité technologique des armes nazies et la probabilité qu’elles continuaient à recevoir l’aide d’une ou plusieurs races ET empêchant l’éradication des bases nazies.

Compte tenu de la perception par l’opinion publique mondiale de la « victoire totale » de la Seconde Guerre mondiale, les gouvernements alliés ne voulaient pas que leurs opinions publiques nationales respectives apprennent la défaite stratégique majeure subie par les Alliés avec l’établissement réussi d’une présence nazie en Antarctique et en Amérique du Sud, et la connexion nazie-ET.

Cela signifierait que ces enclaves nazies technologiquement avancées constitueraient une menace directe pour les armées des principaux gouvernements mondiaux.

Plus important encore, les principes nazis fondamentaux, tels que la prise de décision élitiste, l’eugénisme et le militarisme, constitueraient une menace pour les valeurs « démocratiques » dans le monde entier et pour la gestion des affaires européennes à l’échelle mondiale.

Le principal héritage du lien entre l’Allemagne nazie et les ET est que les enclaves nazies continuent d’influencer une région clé de la planète, l’Amérique du Sud, entraînant de nombreuses crises politiques et économiques sur ce continent qui continuent d’avoir un impact sérieux sur la vie des citoyens sud-américains.

En outre, un certain nombre de chercheurs affirment que le nazisme continue d’influencer secrètement la politique gouvernementale au plus haut niveau dans des pays tels que les États-Unis, la Russie et, dans une moindre mesure, la Grande-Bretagne et la France, par le biais des scientifiques nazis expatriés dans ces pays après la Seconde Guerre mondiale.

Ces anciens scientifiques nazis ont occupé des postes de direction importants dans les projets clandestins de développement de technologies inspirées de l’ET, et sont ainsi devenus des chevaux de Troie pour les principes et les croyances nazis au sein du gouvernement et des entreprises qui remplissent de nombreux contrats au service des communautés militaires et de renseignement aux États-Unis.

C’est particulièrement le cas des projets impliquant des expériences de « contrôle mental » et de « génétique » qui utilisent des technologies d’inspiration extraterrestre à des fins diverses qui ne sont pas transparentes et violent les droits des sujets humains.

Il existe des preuves que l’infiltration des nazis comme  » cheval de Troie  » d’anciens scientifiques nazis dans les complexes militaro-industriels qui supervisent les affaires ET est si importante qu’elle constitue une menace directe pour la démocratie et la liberté aux États-Unis et dans d’autres grandes puissances.

La divulgation complète des affaires ET en général est nécessaire pour permettre à l’humanité de faire la transition vers la réalité de la vie extraterrestre, et les questions politiques qui se posent lorsqu’on traite des affaires ET. Il n’y a pas seulement des principes éthiques et politiques qui motivent la divulgation complète, mais il y a aussi des principes de sécurité nationale importants en jeu.

La survie même des États-Unis en tant que bastion de la liberté et de la démocratie – principes clés établis par les pères fondateurs des États-Unis – est en jeu si les projets clandestins traitant des affaires extraterrestres et de l’influence continue des nazis ne sont pas placés sous la surveillance des comités appropriés du Congrès et de l’exécutif qui sont transparents dans leurs opérations et leurs rapports.

Une enquête complète du Congrès sur les véritables circonstances entourant la fuite des élites nazies et l’établissement de bases en Antarctique et ailleurs, par le Congrès américain et les organes parlementaires similaires d’autres nations est immédiatement requise. Ces enquêtes officielles sont nécessaires pour sensibiliser le public à la manière dont les principes nazis se sont infiltrés dans les principales institutions nationales chargées de gérer les affaires de l’ET, et à la menace que cela représente pour les valeurs et institutions démocratiques.

Les preuves de l’infiltration des principes nazis dans les principaux organes de décision sur les affaires ET sont données par des dénonciateurs tels que le Dr Michael Wolf qui affirme que :

« au sein de l’UFO Cover-Up, il existe une organisation obscure, secrète et renégate connue sous le nom de ‘Cabale' ». Il la décrit comme « une bande de conspirateurs bien orchestrée… avec une forte composante militaire et dirigée par (un sous-secrétaire de la Marine) ».

Il affirme que la « Cabale paranoïaque travaille contre, et sape délibérément, les objectifs de négociations pacifiques avec les visiteurs extraterrestres. »

Au niveau mondial, il y a une menace similaire que les institutions clés qui gèrent les affaires ET soient devenues infiltrées par les élites nazies et/ou les principes nazis. Il est impératif que le public soit pleinement informé de la variété des races ET existantes, de leurs activités et de leurs agendas, et d’identifier les races qui ont été les plus actives dans le soutien de l’élite nazie et de ses activités depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale.

Bien qu’il soit extrêmement complexe d’obtenir la transparence sur l’ensemble des activités, des programmes et des motivations des races ET, il est certainement utile d’examiner pourquoi une ou plusieurs races ET ont contribué au développement de la technologie avancée des nazis et peuvent jouer un rôle dans l’expansion des principes nazis dans la gestion nationale et mondiale des affaires ET.

Il reste le danger d’une confrontation militaire inutile avec les races ET qui, selon la majorité des témoignages des dénonciateurs, font preuve de peu d’intentions hostiles à l’égard de l’humanité mondiale et qui, en fait, ont jusqu’à présent fait preuve d’une résilience remarquable en ne ripostant pas aux attaques des organisations gouvernementales clandestines.

Si l’on tarde à s’attaquer à l’influence des élites nazies et/ou des principes nazis dans la gestion mondiale des affaires ET, il peut en résulter une série d’événements qui auront des conséquences tragiques pour la souveraineté et la liberté de l’humanité pour les générations à venir.


Michael Salla

Voir le dossier : Implications politiques de la présence extraterrestre


Que pensez-vous de cet article ? Inscrivez-vous et rejoignez la conversation


Merci à tous pour votre soutien.

Beaucoup d'entre vous sont avec moi, par le coeur et la pensée, et je vous transmet ma gratitude... Vous pouvez assurer la continuité de ce site de plusieurs manières... En partageant les articles que vous avez aimé... En achetant vos livres et vos produits préférés sur Amazon via ce site... En faisant un don sécurisé sur Paypal... Ou les trois en même temps... Recevez toute ma gratitude... Mon Amour vous accompagne...


Même 1€ est important !





Tags:

0 Commentaires

Laisser une réponse

Imaginer un Nouveau Monde © Elishean 2009 - 2021

CONTACT

Vous pouvez nous envoyer un e-mail et nous vous répondrons dès que possible.

En cours d’envoi
ou

Vous connecter avec vos identifiants

ou    

Vous avez oublié vos informations ?

ou

Create Account

%d blogueurs aiment cette page :