Mystères

Albert Ostman aurait été enlevé par Bigfoot en 1924

Extrait du livre "Sasquatch : les singes parmi nous" de John Green

Albert Ostman (vers 1893 – 1975) était un prospecteur canadien qui a rapporté avoir été enlevé par un Sasquatch et retenu captif pendant six jours. Il a déclaré que l’événement a eu lieu près de Toba Inlet, en Colombie-Britannique en 1924.

Il n’a pas raconté son histoire pendant plus de 24 ans après que cela se soit produit de peur d’être considéré comme fou. Alors que d’autres histoires de Sasquatch apparaissaient dans la presse, Albert décida de raconter son histoire à un journal local, The Province, en 1957.

Le 20 août 1957, le magistrat de police AM Naismith a écrit un affidavit qui déclare :


« … J’ai trouvé que M. Ostman était un homme de soixante-quatre ans ; en pleine possession de ses facultés mentales. De manière agréable et avec un bon sens de l’humour.

« J’ai interrogé M. Ostman à fond en référence à l’histoire donnée par M. Green. Je l’ai contre-interrogé et j’ai utilisé tous les moyens pour tenter de trouver une faille dans sa personnalité ou dans son histoire, mais je n’ai pu trouver ni l’un ni l’autre… »

Albert Ostman a également signé une déclaration solennelle indiquant que son récit de l’histoire de Sasquatch était vrai sous serment et en vertu de la Loi canadienne sur la preuve.

Vous trouverez ci-dessous une histoire à la première personne de la façon dont tout cela s’est passé (de : Sasquatch : The Apes Among Us de John Green).

J’ai toujours suivi les travaux d’exploitation forestière et de construction. Cette fois, j’avais travaillé plus d’un an sur un chantier de construction et je pensais que de bonnes vacances s’imposaient. La Colombie-Britannique est célèbre pour ses mines d’or perdues.


L’un est censé être à la tête de Toba Inlet – pourquoi ne pas chercher cette mine et passer des vacances en même temps ? J’ai pris le bateau Union Steamship jusqu’à Lund, en Colombie-Britannique. De là, j’ai embauché un vieil Indien pour m’emmener à la tête de Toba Inlet.

Ce vieil Indien était un vieux monsieur très bavard. Il m’a raconté des histoires sur l’or sorti par un homme blanc de cette mine perdue. Cet homme blanc était un très gros buveur – dépensait son argent librement dans des saloons. Mais il n’a eu aucun mal à obtenir plus d’argent. Il s’absentait quelques jours, puis revenait avec un sac d’or. Mais une fois, il est allé à sa mine et n’est jamais revenu. Certaines personnes ont dit qu’un Sasquatch l’avait tué.

A cette époque, je n’avais jamais entendu parler de Sasquatch. Alors j’ai demandé quel genre d’animal il appelait un Sasquatch. L’Indien a dit : « Ils ont des poils sur tout le corps, mais ce ne sont pas des animaux. Ce sont des gens. Grands gens vivant dans les montagnes. Mon oncle a vu les traces d’un de deux pieds de long. Un vieil Indien en a vu un de plus de huit pieds de haut.

J’ai dit à l’Indien que je ne croyais pas à leurs vieilles fables sur les géants des montagnes. C’était peut-être il y a quelques milliers d’années, mais pas de nos jours.


L’Indien a dit: « Il n’y en a peut-être pas beaucoup, mais ils existent toujours. »

Nous sommes arrivés à la tête de l’anse vers 16h00. J’ai établi mon camp à l’embouchure d’un ruisseau… L’Indien a soupé avec moi, et je lui ai dit de veiller sur moi dans environ trois semaines. Je camperais au même endroit à mon retour…

Le lendemain matin, j’ai pris mon fusil avec moi, mais j’ai laissé mon équipement au camp. J’ai décidé de chercher un sentier de cerfs pour me conduire dans les montagnes. En remontant la crique, j’avais vu un col dans la montagne que je voulais traverser, pour voir ce qu’il y avait de l’autre côté.

J’ai passé la majeure partie de la matinée à chercher un sentier, mais je n’en ai trouvé aucun, à l’exception d’un dos d’âne courant vers la plage. J’ai donc creusé un sentier à partir de là, je suis retourné à mon camp vers 15 h 00 cet après-midi-là et j’ai préparé mon sac pour être prêt le matin. Mon équipement consistait en un fusil Winchester 30-30, j’avais une pioche de prospection spéciale faite maison, une hache d’un côté, une pioche de l’autre. J’avais un étui en cuir pour ce médiator qui s’attachait à ma ceinture, ainsi que mon fourreau de couteau.

Le magasinier de Lund était coopératif. Il m’a donné des boîtes pour mon sucre, du sel et des allumettes pour les garder au sec. Ma bouffe consistait principalement en conserves, à l’exception d’un côté de bacon, d’un sac de haricots, de quatre livres de pruneaux et de six paquets de macaronis, de fromage, de trois livres de farine à crêpes et de six paquets de Rye King hard tack, trois rouleaux de tabac à priser , un scellant d’un litre de beurre et deux bidons de lait d’une livre. J’avais deux boîtes de cartouches pour mon fusil.

Le commerçant m’a donné une boîte à biscuits. J’y ai mis quelques trucs et je les ai mis en cache sous une aubaine, donc je l’aurais quand je reviendrais ici en attendant qu’un bateau me ramène. J’ai roulé mon sac de couchage et l’ai attaché au-dessus de mon sac à dos, avec mon tapis de sol, une petite poêle à frire et un pot en aluminium qui contenait environ un gallon. Au fur et à mesure que ma nourriture en conserve était utilisée, je recevais beaucoup de boîtes de conserve vides pour cuisiner.

Le lendemain matin, j’ai pris un petit-déjeuner matinal, j’ai préparé mon sac et j’ai commencé à monter ce dos d’âne. Mon sac devait peser au moins quatre-vingts livres, sans compter mon fusil. Au bout d’une heure, j’ai dû me reposer. J’ai continué à me reposer et à grimper toute la matinée. Vers 14h00, je suis arrivé à un endroit plat sous une falaise rocheuse. Il y avait un tas de saules à un endroit. J’ai fabriqué une pelle en bois et j’ai commencé à creuser pour trouver de l’eau. Environ un pied plus bas, j’ai eu des suintements d’eau, alors j’ai décidé de camper ici pour la nuit et de rechercher le meilleur moyen de partir d’ici.

Je devais être à près de mille pieds. Il y avait une vue des plus belles sur les îles et le détroit – des remorqueurs avec des estacades en rondins et des bateaux de pêche allant dans toutes les directions. Un endroit charmant. J’ai passé la journée suivante à prospecter. Mais aucun signe de minéraux. J’ai trouvé une piste de cerf menant vers ce col que j’avais vu en remontant l’entrée. Le lendemain matin, je suis parti tôt, alors qu’il faisait frais. C’était une montée raide avec mon sac lourd. Après une ascension de trois heures, j’étais fatigué et je me suis arrêté pour me reposer. De l’autre côté d’un ravin d’où je me reposais, il y avait une tache jaune sous quelques petits arbres. J’ai déménagé là-bas et j’ai commencé à creuser pour trouver de l’eau.

J’ai trouvé une petite source et j’ai fait un petit creux avec de l’écorce de cèdre et j’ai obtenu une petite quantité d’eau, j’ai déjeuné et je me suis reposé ici jusqu’au soir… J’ai traversé le col tard dans la nuit.

Maintenant, j’avais une descente et un bon départ, mais j’avais faim et j’étais fatigué, alors j’ai campé au premier groupe d’arbres où je suis arrivé… J’essayais d’évaluer le terrain – quelle direction je prendrais à partir d’ici. Vers l’ouest conduirait à des terres basses et à une autre crique, alors j’ai décidé d’aller dans une direction nord-est… j’ai eu une bonne descente et une légère descente toute la journée. J’ai dû faire 10 milles quand je suis arrivé à une petite source et à un grand arbre de pruche noire.

C’était un camping charmant, j’ai passé deux jours ici à me reposer et à prospecter. La première nuit ici, j’ai abattu un petit cerf…

(Deux jours plus tard) … J’ai trouvé un camping exceptionnellement bon. C’était deux cyprès de bonne taille qui poussaient près l’un de l’autre et près d’une paroi rocheuse avec une belle source juste en dessous de ces arbres. J’avais l’intention d’en faire mon camp permanent. J’ai coupé beaucoup de broussailles pour mon lit entre ces arbres. J’ai installé un poteau à partir de cette paroi rocheuse pour y accrocher mon sac à dos et j’ai arrangé des pierres plates pour ma cheminée pour cuisiner. J’avais une configuration vraiment classe… Et c’est là que les choses ont commencé à se produire.

Je suis un gros dormeur, peu de choses me dérangent après m’être endormi, surtout sur un bon lit comme celui que j’avais maintenant.

Le lendemain matin, j’ai remarqué que des choses avaient été perturbées pendant la nuit. Mais je n’ai rien vu de manquant. J’ai rôti ma grouse sur un bâton pour le petit déjeuner…

Cette nuit-là, j’ai rempli le chargeur de mon fusil. J’avais encore une boîte pleine de 20 coquillages et six coquillages dans la poche de mon manteau. Cette nuit-là, j’ai posé mon fusil sous le rebord de mon sac de couchage. Je pensais qu’un porc-épic m’avait rendu visite la veille et des porcs comme du cuir, alors j’ai mis mes chaussures au fond de mon sac de couchage.

Le lendemain matin, mon sac à dos avait été vidé. Quelqu’un avait retourné le sac. Il était toujours accroché au poteau des bretelles comme je l’avais accroché. Puis j’ai remarqué qu’il manquait un paquet d’une demi-livre de pruneaux. Il manquait également ma farine à crêpes, mais mon sac de sel n’a pas été touché. Les porcs recherchent toujours du sel, alors j’ai décidé que ce devait être autre chose que des porcs. J’ai cherché des pistes mais je n’en ai trouvé aucune. Je ne pensais pas que c’était un ours, ils se déchirent toujours et font des bêtises. Je suis resté près du camp ces jours-ci au cas où ce visiteur reviendrait.

Je suis monté sur un gros rocher d’où j’avais une bonne vue sur le camp, mais rien n’est apparu. J’espérais que ce serait un porky, donc j’aurais un bon ragoût de porky. Ces visites duraient maintenant depuis trois nuits…

Cette nuit, le temps était nuageux et il semblait qu’il pourrait pleuvoir. J’ai pris particulièrement note de la façon dont tout était arrangé. J’ai fermé mon sac à dos, je ne me suis pas déshabillé, j’ai seulement enlevé mes chaussures, je les ai mises au fond de mon sac de couchage. J’ai enfoncé ma pioche de prospection dans l’un des cyprès pour pouvoir l’atteindre depuis mon lit. J’ai aussi mis le fusil à côté de moi, à l’intérieur de mon sac de couchage. J’avais bien l’intention de rester éveillé toute la nuit pour savoir qui était mon visiteur, mais j’ai dû m’endormir.

J’ai été réveillé par quelque chose qui m’a soulevé. J’étais à moitié endormi et au début je ne me souvenais plus où j’étais. Alors que je commençais à reprendre mes esprits, je me suis rappelé que j’étais en voyage de prospection et dans mon sac de couchage.

Ma première pensée a été – ce devait être une glissade de neige, mais il n’y avait pas de neige autour de mon camp. Ensuite, j’ai eu l’impression d’être jeté à cheval, mais je pouvais sentir qui que ce soit qui marchait.

J’ai essayé de comprendre de quel genre d’animal il s’agissait. J’ai essayé d’atteindre mon couteau à gaine et de me frayer un chemin, mais j’étais presque assis et le couteau était sous moi. Je ne pouvais pas le saisir, mais le fusil était devant moi, je le tenais bien et je n’avais pas l’intention de le lâcher. Parfois, je pouvais sentir mon sac à dos me toucher et je pouvais sentir les canettes dans le sac toucher mon dos.

Après ce qui m’a semblé être une heure, je pouvais sentir que nous gravissions une colline escarpée. Je pouvais me sentir monter à chaque pas. Ce qui me portait respirait difficilement et donnait parfois une légère toux. Maintenant, je savais que ce devait être l’un des géants des montagnes Sasquatch dont l’Indien m’avait parlé.

J’étais dans une position très inconfortable, incapable de bouger. J’étais assis sur mes pieds et l’une des bottes au fond du sac était en travers avec la semelle cloutée sur mon pied. Cela me faisait terriblement mal, mais je ne pouvais pas bouger.

Il faisait très chaud à l’intérieur. J’ai eu de la chance que la main de ce type n’était pas assez grande pour fermer tout le sac quand il m’a pris — il y avait une petite ouverture en haut, sinon je serais mort étouffé.

Maintenant, il descendait. Je pouvais me sentir toucher le sol par moments et à un moment il m’a traîné derrière lui et je pouvais sentir qu’il était en dessous de moi. Puis il sembla se mettre à plat et alla longtemps au trot. À ce moment-là, j’avais des crampes dans les jambes, la douleur était terrible. Je souhaitais qu’il arrive bientôt à destination. Je ne supportais plus longtemps ce type de transport.

Maintenant, il montait à nouveau. Cela ne m’a pas fait si mal. J’ai essayé d’estimer la distance et les directions. Autant que je puisse le deviner, nous étions environ trois heures à voyager. Je n’avais aucune idée quand il a commencé car je dormais quand il est venu me chercher.

Finalement, il s’arrêta et me laissa tomber. Puis il a laissé tomber mon sac à dos, j’ai entendu les canettes cliqueter. Puis j’ai entendu des bavardages – une sorte de conversation que je ne comprenais pas. Le sol était en pente alors quand il a lâché mon sac de couchage, j’ai dévalé la pente. J’ai sorti la tête et j’ai pris l’air. J’ai essayé de redresser mes jambes et de ramper, mais mes jambes étaient engourdies.

Il faisait encore noir, je ne pouvais pas voir à quoi ressemblaient mes ravisseurs. J’ai essayé de masser mes jambes pour leur donner un peu de vie et d’enfiler mes chaussures. Je pouvais entendre maintenant qu’il y en avait au moins quatre, ils se tenaient autour de moi et bavardaient continuellement. Je n’avais jamais entendu parler de Sasquatch avant que l’Indien ne m’en parle. Mais je savais que j’étais parmi eux.

Mais comment leur échapper, c’était une autre question ? J’ai pu en voir le contour maintenant, alors qu’il commençait à s’éclaircir, bien que le ciel soit nuageux et qu’il ressemblait à de la pluie, en fait il y avait une légère aspersion.

J’avais maintenant de la circulation dans les jambes, mais mon pied gauche était très douloureux là où il reposait sur mes bottes cloutées. J’ai sorti mes bottes du sac de couchage et j’ai essayé de me lever. J’ai constaté que mes pieds vacillaient, mais j’avais une bonne prise sur mon fusil.

J’ai demandé: « Qu’est-ce que vous me voulez? » Encore quelques bavardages.

Il faisait plus clair maintenant, et je pouvais les voir très clairement. Je pouvais distinguer les formes de quatre personnes. Deux grands et deux petits. Ils étaient tous couverts de poils et pas de vêtements du tout.

Je pouvais maintenant distinguer des montagnes tout autour de moi. J’ai regardé ma montre. Il était 4 h 25. Il commençait à faire plus clair et je pouvais clairement voir les gens.

Ils ressemblent à une famille, un vieil homme, une vieille dame et deux jeunes, un garçon et une fille. Le garçon et la fille semblent avoir peur de moi. La vieille dame ne semblait pas trop contente de ce que le vieil homme avait ramené chez lui. Mais le vieil homme agitait les bras et leur disait à tous ce qu’il avait en tête. Ils m’ont tous quitté alors.

J’avais ma boussole et ma lunette de prospection sur des ficelles autour du cou. La boussole dans la poche gauche de ma chemise et mon verre dans la poche droite. J’ai essayé de raisonner notre emplacement, et où j’étais. Je pouvais voir maintenant que j’étais dans une petite vallée ou un bassin d’environ huit ou dix acres, entouré de hautes montagnes, du côté sud-est il y avait une ouverture en forme de V d’environ huit pieds de large au fond et d’environ vingt pieds de haut au plus haut point – ce doit être par là que je suis entré. Mais comment vais-je sortir? Le vieil homme était maintenant assis près de cette ouverture.

J’ai déplacé mes affaires près du mur ouest. Il y avait deux petits cyprès là-bas, et cela fera l’affaire pour un abri pour le moment. Jusqu’à ce que je découvre ce que ces gens veulent de moi, et comment sortir d’ici. J’ai vidé mon sac à dos pour voir ce qu’il me restait dans la file de nourriture. Toutes mes conserves de viande et de légumes étaient intactes et j’avais une canette de café. Aussi trois petites boîtes de lait – deux paquets de pâte dure Rye King et mon scellant à beurre à moitié plein de beurre. Mais mes pruneaux et macaroni manquaient. Aussi ma boîte pleine de cartouches pour mon fusil.

J’avais mon fourreau de couteau mais il manquait ma pioche de prospection et ma boîte d’allumettes. Je n’avais que mon coffre-fort plein et cela ne contenait qu’une douzaine d’allumettes. Cela ne m’a pas inquiété — je peux toujours allumer un feu avec ma lunette de prospection quand le soleil brille, si j’ai du bois sec. Je voulais du café chaud, mais je n’avais pas de bois, ni rien ici qui ressemblait à du bois.

J’avais une bonne vue sur la vallée d’où je me trouvais – mais le garçon et la fille me regardaient toujours derrière un buisson de genévriers. J’ai décidé qu’il devait y avoir de l’eau par ici. Le sol penchait vers l’ouverture du mur. Il doit y avoir de l’eau à l’extrémité supérieure de cette vallée, il y a de l’herbe verte et de la mousse au fond.

Tous mes ustensiles ont été abandonnés. J’ai ouvert ma boîte à café et vidé le café dans un torchon et l’ai attaché avec la bande métallique de la boîte. J’ai pris mon fusil et le bidon et je suis allé chercher de l’eau. Juste à la tête, sous une falaise, il y avait une belle source qui a disparu sous terre. J’ai pris un verre et un bidon plein d’eau. Quand je suis revenu, le jeune garçon regardait par-dessus mes affaires, mais n’a rien touché.

Sur le chemin du retour, j’ai remarqué où dormaient ces gens. Sur le mur latéral est de cette vallée se trouvait une étagère à flanc de montagne, avec un rocher en surplomb, ressemblant à quelque chose comme une grande entaille dans un grand arbre d’environ 10 pieds de profondeur et 30 pieds de large. Le sol était recouvert de beaucoup de mousse sèche, et ils avaient des sortes de couvertures tissées d’étroites bandes d’écorce de cèdre, remplies de mousse sèche. Ils avaient l’air très pratiques et chaleureux – sans besoin de lavage.

Le premier jour, il ne s’est pas passé grand-chose. J’ai dû manger ma nourriture froide. Le jeune homme s’approchait de moi et semblait curieux de moi. Ma seule tabatière était vide, alors je l’ai confiée à lui. Quand il l’a vu venir, il s’est levé aussi vite qu’un chat et l’a attrapé. Il s’approcha de sa sœur et lui montra. Ils ont trouvé comment l’ouvrir et la fermer — ils ont passé beaucoup de temps à jouer avec — puis il a trotté jusqu’au vieil homme et lui a montré. Ils ont longuement bavardé.

Le lendemain matin, j’ai décidé de quitter cet endroit – si je devais tirer pour m’en sortir. Je ne pouvais pas rester plus longtemps, j’avais juste assez de bouffe pour me tenir jusqu’à mon retour à Toba Inlet. Je ne connaissais pas la direction mais je descendais la colline et je sortais près de la civilisation quelque part. J’ai enroulé mon sac de couchage, je l’ai mis dans mon sac à dos – j’ai emballé les quelques canettes que j’avais – j’ai fait basculer le sac sur mon dos, j’ai injecté la cartouche dans le canon de mon fusil et je me suis dirigé vers l’ouverture dans le mur. Le vieil homme s’est levé, a levé les mains comme s’il voulait me repousser.

J’ai pointé l’ouverture. Je voulais sortir. Mais il est resté là, poussant vers moi – et a dit quelque chose qui ressemblait à « Soka, soka ». J’ai reculé d’environ soixante pieds. Je ne voulais pas être trop près, pensai-je, si je devais tirer pour sortir. Un 30-30 pourrait ne pas avoir beaucoup d’effet sur ce type, cela pourrait le rendre fou. Je n’avais que six obus alors j’ai décidé d’attendre. Il doit y avoir un meilleur moyen que de le tuer, pour sortir d’ici. Je suis retourné à mon camping pour trouver un autre moyen de sortir.

Je pourrais me lier d’amitié avec le jeune homme ou la fille, ils pourraient m’aider. Si seulement je pouvais leur parler. Alors j’ai pensé à un type qui s’est sauvé d’un taureau fou en l’aveuglant avec du tabac à priser dans les yeux. Mais comment vais-je m’approcher assez de ce type pour lui mettre du tabac dans les yeux ? J’ai donc décidé que la prochaine fois que je donnerais au jeune homme ma tabatière, j’y laisserais quelques grains de tabac à priser. Il pourrait en donner un avant-goût au vieil homme.

Mais la question est, dans quelle direction vais-je aller, si je dois sortir ? Je devais être à près de 25 miles au nord-est de Toba Inlet quand j’ai été kidnappé. Ce type a dû parcourir au moins 25 milles pendant les trois heures où il m’a porté. S’il est allé à l’ouest, nous serions près de l’eau salée – même chose s’il est allé au sud – donc il a dû aller au nord-est. Si je continue ensuite vers le sud et au-dessus de deux montagnes, je dois toucher de l’eau salée quelque part entre Lund et Vancouver.

Le lendemain je n’ai revu la vieille dame que vers 16 heures. Elle est rentrée les bras chargés d’herbes et de brindilles et de toutes sortes d’épicéas et de pruches ainsi que de quelques sortes de noix qui poussent dans le sol. J’en ai vu beaucoup sur l’île de Vancouver. Le jeune homme gravissait chaque jour la montagne à l’est, il pouvait grimper mieux qu’une chèvre de montagne.

Il a cueilli une sorte d’herbe avec de longues racines douces. Il m’en a donné un jour — ils avaient un goût très sucré. Je lui ai donné une autre tabatière contenant environ une cuillère à café de tabac à priser. Il le goûta, puis alla vers le vieil homme — il le lécha avec sa langue. Ils ont eu une longue conversation. J’ai fait une louche à partir d’un bidon de lait. J’ai fait de nombreuses louches – vous pouvez aussi les utiliser pour les pots – vous coupez deux fentes près du haut de n’importe quelle boîte – puis coupez un membre de n’importe quel petit arbre – coupez l’arrière du membre le long de la tige de l’arbre – puis effilez la partie vous coupez de la tige.

Ensuite, coupez un trou dans la partie effilée, glissez la partie effilée dans la fente que vous avez faite dans la boîte, et vous avez une bonne prise sur votre boîte. J’en ai jeté un au jeune qui jouait près de mon camp, il l’a ramassé et l’a regardé puis il est allé voir le vieil homme et le lui a montré. Ils ont longuement bavardé. Puis il est venu vers moi, pointant la louche puis sa sœur.

Je pouvais voir qu’il en voulait un pour elle aussi. J’avais d’autres petits pois et carottes, alors j’en ai fait un pour sa sœur. Il se tenait à seulement huit pieds de moi. Quand j’ai eu fait la louche, je l’ai trempée dans l’eau et j’ai bu, il était très content, il m’a presque souri. Puis j’ai pris une mastication de tabac à priser, j’ai fait claquer mes lèvres, j’ai dit que c’était bon.

Le jeune homme a pointé le vieil homme, a dit quelque chose qui ressemblait à « Ook ». J’ai eu l’idée que le vieil homme aimait le tabac à priser et que le jeune homme voulait une boîte pour le vieil homme. J’ai secoué ma tête. Je fis signe de mes mains au vieil homme de venir vers moi. Je ne pense pas que le jeune homme ait compris ce que je voulais dire. Il est allé voir sa sœur et lui a donné la louche que j’avais faite pour elle. Ils ne m’ont plus approché ce jour-là. J’étais ici depuis six jours, mais j’étais sûr de faire des progrès. Si seulement je pouvais faire venir le vieil homme vers moi, lui faire manger une pleine boîte de tabac à priser qui le tuerait à coup sûr, et ainsi se suicider, je ne serais pas coupable de meurtre.

La vieille dame était une vieille chose douce. Le jeune homme était à cette époque assez amical. La fille ne ferait de mal à personne. Sa poitrine était plate comme celle d’un garçon – pas de développement comme les jeunes filles. Je suis sûr que si j’avais pu écarter le vieil homme, j’aurais facilement pu amener cette fille avec moi dans la civilisation. Mais à quoi cela aurait-il servi ? Je devrais la garder dans une cage pour l’exposer au public. Je ne pense pas que nous ayons le droit d’imposer notre mode de vie aux autres, et je ne pense pas qu’ils aimeraient ça. (Le bruit et le vacarme d’une ville moderne ne leur plairont pas plus que moi.)

Le jeune homme pouvait avoir entre 11 et 18 ans et mesurer environ sept pieds et peser environ 300 livres. Sa poitrine serait de 50 à 55 pouces, sa taille d’environ 36 à 38 pouces. Il avait de larges mâchoires, un front étroit, incliné vers le haut à l’arrière à environ quatre ou cinq pouces plus haut que le front. Les cheveux sur leurs têtes mesuraient environ six pouces de long. Les poils sur le reste de leur corps étaient courts et épais par endroits. Les cheveux des femmes sur le front avaient une tournure vers le haut comme certaines femmes l’ont fait – ils appellent cela une frange, parmi les coiffures féminines. De nos jours, la vieille dame aurait pu avoir entre 40 et 70 ans. Elle mesurait plus de sept pieds. Elle pèserait environ 500 à 600 livres.

Elle avait des hanches très larges et une démarche d’oie. Elle n’a pas été bâtie pour la beauté ou la vitesse. Certains de ces adorables soutiens-gorge et soulèvements auraient été une grande amélioration de son apparence et de sa silhouette. Les dents oculaires de l’homme étaient plus longues que le reste des dents, mais pas assez longues pour être appelées défenses. Le vieil homme devait mesurer près de huit pieds.

Une grosse poitrine en tonneau et une grosse bosse sur le dos – des épaules puissantes, ses biceps sur le haut du bras étaient énormes et effilés jusqu’aux coudes. Ses avant-bras étaient plus longs que ceux des gens ordinaires, mais bien proportionnés. Ses mains étaient larges, la paume était longue et large, et creuse comme une pelle. Ses doigts étaient courts par rapport au reste de sa main. Ses ongles étaient comme des ciseaux. Le seul endroit où ils n’avaient pas de cheveux était à l’intérieur de leurs mains et la plante de leurs pieds et la partie supérieure du nez et des paupières. Je n’ai jamais vu leurs oreilles, elles étaient couvertes de poils qui pendaient dessus.

Si le vieil homme devait porter un collier, il devrait mesurer au moins 30 pouces. Je n’ai aucune idée de la taille de chaussures dont ils auraient besoin. Je regardais le pied du jeune homme un jour alors qu’il était assis. La plante de ses pieds semblait rembourrée comme une patte de chien, et le gros orteil était plus long que le reste et très fort. En escalade, tout ce dont il avait besoin était de poser son gros orteil. Ils étaient très agiles. Pour s’asseoir, ils ont tourné les genoux et sont descendus tout droit. Pour se lever, ils se sont redressés sans l’aide des mains ou des bras. Je ne pense pas que cette vallée était leur résidence permanente. Je pense qu’ils se déplacent d’un endroit à l’autre, car la nourriture est disponible dans différentes localités. Ils mangeaient peut-être de la viande, mais je ne les ai jamais vus manger de la viande ou faire la moindre cuisine.

Je pense que c’était probablement une halte et les plantes aux racines douces du côté de la montagne étaient peut-être de saison à cette époque de l’année. Ils semblent être les plus intéressés par eux. Les racines ont un goût très doux et satisfaisant. Ils semblent toujours tout faire pour une raison, ne perdant pas de temps sur tout ce dont ils n’ont pas besoin. Quand ils ne cherchaient pas de nourriture, le vieil homme et la vieille dame se reposaient, mais le garçon et la fille grimpaient toujours quelque chose ou un autre exercice. Une position préférée consistait à saisir ses pieds avec ses mains et à se tenir en équilibre sur sa croupe, puis à rebondir vers l’avant. L’idée semble être de voir jusqu’où il pourrait aller sans que ses pieds ou ses mains ne touchent le sol. Parfois, il faisait 20 pieds.

Mais que me veulent-ils ? Ils doivent comprendre que je ne peux pas rester ici indéfiniment. Je vais bientôt devoir faire une pause pour la liberté. Non pas que j’aie été maltraité de quelque manière que ce soit. Une consolation était que le vieil homme se rapprochait chaque jour et était très intéressé par mon tabac à priser. Me regarder quand je prends une pincée de tabac à priser. Il semble penser qu’il est inutile de le mettre uniquement dans mes lèvres. Un matin, après avoir pris mon petit-déjeuner, le vieil homme et le garçon sont venus s’asseoir à seulement dix pieds de moi. Ce matin, j’ai fait du café. J’avais conservé toutes les branches sèches que j’avais trouvées et j’avais de la mousse sèche et j’ai utilisé toutes les étiquettes des boîtes de conserve pour allumer un feu.

J’ai fait bouillir ma cafetière et c’était aussi du café fort, et l’arôme du café bouillant était ce qui les a amenés. J’étais assis en train de manger du pain dur avec beaucoup de beurre et de siroter du café. Et c’était sûr que c’était bon. Je faisais claquer mes lèvres en prétendant que c’était mieux que ça ne l’était vraiment.

J’ai posé la boîte qui était à moitié pleine. J’avais l’intention de le réchauffer plus tard. J’ai sorti une boîte pleine de tabac à priser, j’ai pris une grosse mastication. Avant que j’aie eu le temps de fermer la boîte, le vieil homme l’a attrapée. J’avais peur qu’il le gaspille et je n’avais plus que deux boîtes. J’ai donc tenu la boîte dans l’intention qu’il prenne une pincée comme je venais de le faire. Au lieu de cela, il attrapa la boîte et la vida dans sa bouche. Je l’ai avalé d’un trait. Puis il lécha la boîte à l’intérieur avec sa langue.

Après quelques minutes, ses yeux ont commencé à rouler dans sa tête, il regardait droit vers le haut. Je pouvais voir qu’il était malade. Puis il a attrapé ma boîte de café qui était assez froide à ce moment-là, il l’a vidé dans sa bouche, marc et tout. Cela n’a servi à rien. Il a mis sa tête entre ses jambes et a roulé plusieurs fois loin de moi. Puis il s’est mis à crier comme un cochon coincé. J’ai attrapé mon fusil. Je me suis dit : « Ça y est. S’il vient me chercher, je lui tirerai droit entre les yeux. Mais il a commencé pour la source, il voulait de l’eau. J’ai rangé mon sac de couchage dans mon sac à dos avec les quelques canettes qu’il me restait. Le jeune homme courut vers sa mère. Puis elle s’est mise à hurler. J’ai commencé par l’ouverture dans le mur – et je viens de le faire. La vieille dame était juste derrière moi. J’ai tiré un coup sur le rocher au-dessus de sa tête.

Je suppose qu’elle n’avait jamais vu de fusil tirer auparavant. Elle se retourna et courut à l’intérieur du mur. J’ai injecté un autre obus dans le canon de mon fusil et j’ai commencé à descendre, regardant par-dessus mon épaule de temps en temps pour voir s’ils arrivaient. J’étais dans un canyon, et bon voyage et j’ai fait du bon temps. Doit avoir fait trois milles en un temps record du monde. Je suis arrivé à un virage dans le canyon et j’avais le soleil sur ma gauche, cela signifiait que j’allais vers le sud, et le canyon a tourné vers l’ouest.

Je décide de gravir la crête devant moi. Je savais que je devais avoir deux crêtes de montagne entre moi et l’eau salée et en escaladant cette crête j’aurais une bonne vue sur ce canyon, donc je pourrais voir si le Sasquatch venait après moi. J’avais un sac léger et je passais du bon temps sur cette colline. Je me suis arrêté peu après pour regarder d’où je venais, mais personne ne m’a suivi. En franchissant la crête, j’ai pu voir le mont Baker, puis j’ai su que j’allais dans la bonne direction.

J’avais faim et j’étais fatigué. J’ai ouvert mon sac à dos pour voir ce que j’avais à manger. J’ai décidé de me reposer ici un moment. J’avais une bonne vue sur le flanc de la montagne, et si le vieil homme arrivait, j’avais l’avantage parce que j’étais au-dessus de lui. Pour m’attraper, il lui faudrait gravir une colline escarpée. Et ce n’est peut-être pas si facile après avoir arrêté quelques 30 à 30 balles. J’avais décidé que c’était ma dernière chance, et ce serait un combat jusqu’à la fin… Je me suis reposé ici pendant deux heures. Il était 15h00 quand j’ai commencé à descendre le flanc de la montagne. C’était agréable, pas trop raide et pas trop de sous-bois.

Quand je suis arrivé près du fond, j’ai abattu un gros tétras bleu. Elle était assise sur une aubaine, me regardant droit dans les yeux, à seulement cent pieds de là. J’ai tiré sur son cou tout de suite.

Je l’ai fait dans le ruisseau au fond de ce canyon. Je sentais que j’étais en sécurité maintenant. J’ai fait un feu entre deux gros rochers, rôti la grouse. Le lendemain matin, quand je me suis réveillé, je me sentais très mal. J’avais mal aux pieds à cause des chaussettes sales. J’avais mal aux jambes, j’avais des maux d’estomac à cause de cette grouse que j’avais mangée la veille. Je n’étais pas trop sûr que j’allais réussir à gravir cette montagne. J’ai finalement atteint le sommet, mais il m’a fallu six heures pour y arriver. C’était nuageux, visibilité d’environ un mile.

Je savais que je devais descendre la pente. Au bout d’environ deux heures, je suis descendu sur le gros bois et je me suis assis pour me reposer. Je pouvais entendre un moteur tourner fort parfois, puis s’arrêter. J’ai écouté cela pendant un moment et j’ai décidé que le son provenait d’un âne à gaz. Quelqu’un se connectait dans le quartier.

Je leur ai dit que j’étais prospecteur et que j’étais perdu… Je n’aimais pas leur dire que j’avais été kidnappé par un Sasquatch, comme si je leur avais dit, ils auraient probablement dit, lui aussi est fou.

Le lendemain, je suis descendu de ce camp sur Salmon Arm Branch de Sechelt Inlet. De là, j’ai ramené l’Union Boat à Vancouver. Ce fut mon dernier voyage de prospection et ma seule expérience avec ce qu’on appelle les Sasquatches. Je sais qu’en 1924, il y avait quatre Sasquatches vivants, il n’y en a peut-être plus que deux maintenant. Le vieil homme et la vieille dame pourraient être morts à ce moment-là.

Sasquatch : The Apes Among Us de John Green

John Green est l’autorité prééminente sur la question fascinante de savoir si l’humanité partage l’Amérique du Nord avec un autre primate marchant debout, ayant étudié le sujet pendant plus de 40 ans et rassemblé un dossier de plus de 4000 rapports. Diplômé de l’Université de la Colombie-Britannique et de la Columbia University Graduate School of Journalism à New York, et journaliste de plus de 30 ans d’expérience, il est particulièrement qualifié pour être le chroniqueur de l’enquête ainsi que l’un des principaux participants. Ses livres précédents se sont vendus à plus de 200 000 exemplaires.

Voir sur Amazon


Que pensez-vous de cet article ? Partagez autant que possible. L'info doit circuler.



Veuillez aider à soutenir les médias alternatifs. Nous suivons la vérité, où qu'elle mène. Merci


ELISHEAN 777 Communauté pour un Nouveau Monde

(Vu 184 fois, 1 visites aujourd'hui)

Laisser un commentaire