Secrets révélés

Une population inconnue de la science vit dans le lac Labynkyr en Yakoutie

La yakoutie recèle de nombreux mystères. Après avoir vu le cas des « chaudières » semblables à des réacteurs nucléaires préhistorique, nous voici aujourd’hui face à un nouveau cas endémique, celui du « diable de Labynkyr « , un monstre à la bouche énorme.

Du début du XXe siècle à nos jours, le lac Labynkyr a attiré ceux qui souhaitent rencontrer une créature inconnue. Initialement, dans les années 1930, des chasseurs locaux ont raconté comment un monstre à la bouche énorme débarque, attrape une proie et la traîne sous l’eau. Pour cette raison, les pêcheurs des colonies de la côte préfèrent pêcher en eau peu profonde afin de voir à l’avance l’habitant aquatique qui veut attaquer.

Contrairement au célèbre Nessie, le diable de Labynkyr (comme on l’appelle communément dans le dialecte local) n’a pas de long cou, il ressemble plutôt à un mésosaure. La longueur de son corps est estimée à 7-8 mètres, un chien ou un petit cerf peut facilement être placé dans sa gueule. La couleur de la peau est bleu foncé avec des rayures grises. Dans les années d’après-guerre, cette créature a renversé le bateau avec les pêcheurs et, un par un, a entraîné trois hommes au fond.

Les dimensions du lac sont extrêmement impressionnantes – la superficie est de 44,7 kilomètres carrés, la profondeur atteint 75 mètres. Le nombre de poissons dans le réservoir est énorme, de sorte qu’un grand habitant peut très bien y vivre. Il y a une base alimentaire.


Parmi les habitants des villages côtiers, il y a des témoins oculaires du cri persistant de la créature. En avril-mai, des sons étranges se font entendre du milieu du lac sur plusieurs kilomètres. En 2008, ils ont été enregistrés et envoyés pour vérification en vue d’une identification plus poussée. Il s’est avéré que le rugissement de l’habitant de Labynkyr ne ressemble à aucun cri connu de grands habitants aquatiques.

Vadim Alexandrovich Chernobrov en 1999 s’est rendu dans ce réservoir avec des passionnés. Le chemin a traversé de nombreux obstacles et ce n’est qu’au 13e jour du voyage qu’ils ont atteint le lac. Considérant que la température à cet endroit tombe à moins 50 degrés, vous pouvez imaginer ce que signifie surmonter un tel itinéraire.

L’intention du chercheur était très claire. Si la créature respire de l’air, alors à basse température – le lac est gelé, vous devrez faire une polynie et attendre que le monstre émerge pour une bouffée d’oxygène.

Il semblerait que ce soit une option gagnant-gagnant, mais cela ne s’est pas concrétisé. À une température de moins 50, le lac s’est avéré dégelé. J’ai dû installer un camp au bord de Labynkyr, et également équiper deux postes d’observation sur les sommets des collines situées le long du périmètre du réservoir. Il s’est donc avéré une belle vue, bien que ne couvrant pas toute la surface de l’eau, mais mieux que rien.

Le premier jour, rien d’étrange n’a été trouvé. Avant de passer la nuit au camp, les résidents locaux sont venus voir les chercheurs et, en signe d’amitié, ils ont emprunté un chien, et ils ont également conseillé de ne pas sortir de leur cachette la nuit, car c’est la nuit que le monstre a rampé à terre. . La conversation avec les invités a permis d’esquisser plusieurs histoires liées aux activités du mystérieux habitant du lac.

Le temps avançait inexorablement vers minuit, épuisés par le long trajet, les voyageurs considéraient que rien ne se passerait la première nuit et s’endormaient en toute sécurité. Ce qui s’est passé ensuite a été mieux décrit par les participants à la campagne.


« Malgré le grand enthousiasme et le désir de résoudre cette énigme, près de deux semaines d’un voyage difficile nous ont fatigués. Par conséquent, il a été décidé, après une conversation sincère avec les habitants, tout le groupe d’aller se coucher. Nous avions encore 4 jours pour essayer de prouver ou d’infirmer les preuves locales sur la réalité du diable Labynkyr. De plus, un blizzard a commencé à faire rage dans la rue et la visibilité laissait beaucoup à désirer.

Je ne sais pas quelle heure il était, mais il y avait des bruits terribles à l’extérieur. Ils étaient comme le rugissement d’un animal sauvage. Ensuite, il a été remplacé par des gémissements. J’ai réveillé mes camarades et nous sommes sortis en nous tenant par la main. Le chien était introuvable. Le blizzard s’est calmé. A la lueur des lanternes, nous avons essayé de voir au moins quelque chose, mais en vain. Il faut attendre le matin.

Aux premiers rayons du soleil, nous étions déjà dans les rangs. Sortis de leur cachette, ils ont trouvé une mystérieuse empreinte de pas glacée sur la rive menant du lac à la cabine du chien.

À en juger par les pistes manquantes, elle ne s’est enfuie nulle part. A-t-elle été traîné par un monstre hors du lac? Les habitants étaient mécontents. Les traces ne ressemblent pas à des pattes, mais la créature s’en est plutôt remise grâce à de puissantes nageoires.


Au cours des 4 jours restants, à leurs risques et périls, les chercheurs ont loué un bateau et ont navigué à 500-600 mètres du rivage. L’appareil a montré de grands bancs de poissons, mais ils ont changé de forme, ce qui signifie qu’ils ne pouvaient pas s’avérer être une grande créature. Une autre chose est qu’au retour, l’échosondeur a clairement réussi à fixer une grande créature de Labynkyr. La taille approximative est d’environ 4 mètres. Serait-ce un poisson? Les habitants disent non.

Considérant qu’une population est nécessaire à l’existence d’une espèce, peut-être qu’en 1999, des passionnés menés par Vadim Chernobrov ont failli percer le mystère de ce réservoir. Des preuves au moins indirectes de l’existence d’une grande créature dans le lac ont été obtenues.

De nombreuses années se sont écoulées depuis lors. Chaque année, des expéditions arrivent à Labynkyr, certaines d’entre elles se terminent avec un succès variable. De grandes dents ont été découvertes, cependant, plus tard, il s’est avéré qu’elles n’appartenaient pas à l’ère moderne, mais au 14ème siècle, mais si alors quelqu’un de grand vivait dans un réservoir, pourquoi ne le peut-il pas maintenant?

Encore une fois, les témoignages oculaires sont complétés chaque année par de nouvelles histoires. Des traces sur le rivage se retrouvent aussi bien en hiver sur la neige qu’en été sur les galets. Une créature qui laisse des empreintes sur des cailloux sous le poids de son propre poids ne peut pas être fragile et petite.

Dans ces conditions, il serait extrêmement difficile pour une créature à sang froid de survivre. Cependant, s’il y a des sources chaudes au fond du lac qui permettent au réservoir de ne pas geler même à moins 50 degrés, alors c’est tout à fait possible qu’il existe une certaine population de créatures, dont nous ne savons pas grand chose aujourd’hui.



Que pensez-vous de cet article ? Partagez autant que possible. L'info doit circuler.


Veuillez aider à soutenir les médias alternatifs. Nous suivons la vérité, où qu'elle mène. Merci


ELISHEAN 777 Communauté pour un Nouveau Monde

(Vu 370 fois, 1 visites aujourd'hui)

Laisser un commentaire