Cas de conscience

L’histoire d’un jardinier qui a créé un oasis dans le désert à Nir Oz

Nir Oz est un kibboutz situé dans le Néguev du nord, en territoire israélien, près de la frontière avec la bande de Gaza.

Au début, les membres du kibboutz Nir Oz souffraient de terribles tempêtes de sable qui empêchaient de se déplacer, de voir et même de manger. Ran Pauker, le paysagiste légendaire du kibboutz, a été appelé pour résoudre le problème et, chemin faisant, Nir Oz est devenu un joyau vert et écologique. Interrogé sur l’avenir du kibboutz qui a subi un coup fatal le 7 octobre, il affirme que la végétation sera restaurée d’ici un an, comme pour la communauté : « Il faudra attendre et voir ».

Ran Pauker, qui a travaillé comme jardinier et paysagiste du kibboutz Nir Oz pendant des décennies, à côté du panneau à l’entrée de « Green Spot », le jardin botanique du kibboutz spécialisé dans la végétation nécessitant peu d’irrigation.

«Je vais juste finir de tailler le jardin et je vous rappelle tout de suite», a répondu Ran Pauker, l’évacué de 86 ans du kibboutz Nir Oz, lorsque je l’ai appelé pour lui parler de l’œuvre de sa vie. Il semble qu’on ne puisse pas sortir le jardinier du jardin, même lorsqu’il est loin de chez lui.

Pauker et son épouse Carmelit ont été évacués vers le kibboutz HaSolelim en Basse Galilée. Tous deux étaient membres des premiers groupes pionniers Hashomer Hatza’ir qui fondèrent le kibboutz Nir Oz dans les années 1950.


Le couple a été contraint de quitter son domicile après la terrible attaque du 7 octobre. Ils se trouvaient ce samedi-là avec leur fille à Sderot et ont ainsi été sauvés.

Comme de nombreux kibboutzim établis le long des frontières israéliennes, le kibboutz Nir Oz a également été confronté à de nombreux défis tout au long de son histoire. Si vous y étiez allé dans les années 1950 et avait regardé autour de vous, vous auriez vu des étendues sauvages et du sable s’étendant d’un bout à l’autre de l’horizon.

Kibboutz Nir Oz, vers 1960. Photo : Ran Pauker, archives du kibboutz Nir Oz

« Lorsque nous nous sommes installés ici, il y avait des tempêtes de sable insupportables dans la région. Je ne pouvais pas voir à quelques mètres devant moi », explique Pauker.

« Je me souviens d’une tempête de sable où nous devions manger dans le cellier de la cuisine parce que… la salle à manger était remplie de sable et de poussière. Le cellier était petit, donc nous mangions à tour de rôle.

Avec le recul, Pauker était peut-être exactement la solution dont le kibboutz balayé par le sable avait besoin.

Dès son arrivée là-bas, même s’il n’avait pas prévu de le faire, il a pris sur lui de gérer l’aménagement paysager du kibboutz Nir Oz et d’être responsable de toutes les plantes et végétation de l’espace public. Dans un bus de Tel Aviv au kibboutz, il a croisé un vieil ami, Meir Lavi (maire), qui était alors secrétaire du kibboutz, et lui a dit : « Ran, nous n’avons pas de jardinier. Vous êtes le fils d’un jardinier, vous êtes diplômé de Kadoorie [une école d’agriculture israélienne bien connue], vous avez fini d’être coordinateur agricole et vous n’avez pas de travail pour le moment. Viens travailler comme jardinier pendant deux ou trois mois jusqu’à ce que nous trouvions quelqu’un d’autre.


Pauker a accepté. « On dit que rien n’est plus permanent que le temporaire. Ils ont raison. Depuis, je suis jardinier.

Couverture d’un livre publié en 2015 à l’occasion des 60 ans du kibboutz Nir Oz. La photo présente un slogan hébreu bien connu inventé par Meir Ya’ari qui a accompagné le kibboutz tout au long de son histoire et qui peut être traduit par : « Nous ne sommes pas fatigués de la route, nous sommes plutôt des pionniers » .

Les tempêtes de sable lui ont fait comprendre que son rôle était bien plus important qu’il ne le pensait. Cela changerait non seulement sa vie, mais ferait également de lui un gourou de la planification verte, économique et écologique.

Au début de son voyage, Pauker était confronté à un double défi : comment rendre la vie supportable dans le désert chaud et poussiéreux tout en économisant de l’argent et de l’eau, car ces dépenses coûtaient une fortune au jeune kibboutz ?

Aussi travailleur qu’il soit, Pauker a compris comment procéder : il a soigneusement et intelligemment planifié ses plantations d’arbres et a délibérément choisi une végétation adaptée aux conditions désertiques.

Le vert qui domine le kibboutz Nir Oz est devenu sa marque de fabrique, et même après la tragédie du 7 octobre, les plantes côtoient toujours les maisons détruites et incendiées.

Pauker dit que son secret réside dans une combinaison de patience, de volonté d’apprendre de ses erreurs, d’une attention constante aux conditions et de trouver les bonnes plantes pour le terrain.

L’un des impressionnants Ficus répandus dans tout Nir Oz. Photo : Ran Pauker.

Au fil des années, Pauker a constaté que ses méthodes de travail offraient des avantages supplémentaires : en économisant de l’argent, du temps et des ressources en main d’œuvre, il a pu travailler de manière plus écologique, mieux adaptée à une planète qui se réchauffe progressivement.

Ses idées et ses développements ont fait de Nir Oz un modèle pour cultiver l’espace naturel d’une manière qui permet une vie agréable et confortable, mais qui prend également en compte les préoccupations écologiques et économiques :

« J’ai réalisé que si je ne récupérais pas les coupures [de la tondeuse à gazon] et si j’utilisais une tondeuse à gazon de recyclage [qui laisse ce qui est tondu sur le terrain], j’économiserais sur les frais de balayage et de carburant. Je laisserais également des minéraux dans le sol et je n’aurais pas besoin d’engrais. Nous avons importé des plantes très résistantes à la sécheresse ; nous avons créé des bassins de drainage dans tout le kibboutz relativement plat et nous avons utilisé l’eau des climatiseurs pour arroser les plantes. Cela s’est avéré payant sur le plan financier et environnemental.

Ran a hérité de son père son amour du jardinage. Il est né en 1937 à Nahariya, dans le nord d’Israël, de parents qui figuraient parmi les fondateurs de la ville. Son père travaillait également comme jardinier et planificateur de jardin, et même lorsqu’il était enfant, âgé de seulement quatre ans, Pauker aidait son père au travail. Son père lui a donné un petit seau de chaux et l’a envoyé blanchir les troncs d’arbres.

Lorsqu’il a commencé à travailler sur l’aménagement paysager du kibboutz Nir Oz, il a demandé à son père de venir l’aider dans la planification. Le jardinier expérimenté d’origine allemande lui a proposé un travail ordonné et méthodique. Lorsque Ran a débuté en tant que responsable de l’aménagement paysager, il avait une vision et des plans clairs, et il s’assurait de documenter son travail afin de pouvoir présenter ses réalisations aux membres de la communauté, et plus tard, au grand public.

À l’intérieur du kibboutz verdoyant et luxuriant, Ran a créé un jardin botanique nommé Nekuda Yeruka , ou « Point Vert », qui est devenu un centre de recherche sur les plantes visité par des experts et des étudiants du monde entier.

Et comment a-t-il rencontré sa femme, Carmelit ?

Bien sûr, quand les deux travaillaient ensemble dans la pépinière de roses. Ils ont élevé différentes espèces sur les rosiers et leur collaboration s’est transformée en amour, qui les a conduits à un mariage heureux et à une grande famille solidaire.

Carmelit Menashe et Ran dans la pépinière de roses du kibboutz Nir Oz en 1964. Photo tirée d’un album privé.

Le 10 octobre, Pauker devait célébrer la publication de son autobiographie, Sipuro shel Tzabar BeHafrachat HaMidbar (« L’histoire d’un Sabra qui a fait fleurir le désert »).

Le livre couvre ses contributions significatives au kibboutz ainsi qu’aux domaines du jardinage et des études environnementales, car les experts viennent encore aujourd’hui au kibboutz pour apprendre de lui. Avec nous tous, Pauker espère qu’un jour, lorsque tous les otages, y compris ceux du kibboutz, seront rentrés chez eux et que la communauté commencera à se reconstruire, il pourra célébrer la sortie de son livre.

La quatrième de couverture de l’autobiographie de Ran Pauker, qui devrait être publiée prochainement.

Le jardin botanique et la verdure luxuriante de Nir Oz sont une réussite pour faire prospérer les friches du désert. Interrogé sur l’avenir, Ran répond :

« Le kibboutz lui-même est détruit, les maisons sont détruites, mais les plantes sont toujours debout et l’irrigation fonctionne toujours, grâce à Na’amit qui est désormais responsable de l’aménagement paysager, et à l’incroyable kibboutz. membres qui sont venus nous aider. S’ils nous le permettent, nous retrouverons tout l’aménagement paysager tel qu’il était d’ici un an. Mais la grande question concerne la communauté Nir Oz ; que choisira la communauté de faire et comment pouvons-nous la réhabiliter ? Quant à cela, nous devrons attendre et voir.

Kibboutz Nir Oz luxuriant et vert, vu d’en haut, 2019. Photo tirée des archives du kibboutz Nir Oz

Des gens qui ont créé un oasis luxuriant dans le désert, comme Nir Oz, ne peuvent pas disparaître. Il  y a des choses essentielles dans ce monde dont l’une est « le respect de la vie sous toutes ses formes ».

Ce respect de la vie, cet amour de la nature, cette sanctification de la beauté, donne des ailes à ceux qui se battent contre l’adversité.

Si le dixième de ce qui a été fait sur les terres arides de Nir Oz avaient été faites à 2 km de là, à Gaza, imaginez ce qu’aurait pu être la vie à Gaza !

Les résidents du kibboutz Nir Oz libérés des geôles du Hamas dans la bande de Gaza, où ils étaient retenus en otage depuis l’attaque transfrontalière du 7 octobre. Rangée du haut à partir de la gauche : Adina Moshe, Sapir Cohen, Ofelia Roitman, Irena Tati, Yelena Trupanov, Ada Sagi. Deuxième rangée à partir de la gauche : Sahar Kalderon et son frère Erez Kalderon, Liat Atzili, Ilana Gritzewsky, Shani Goren, Hanna Peri. Troisième rangée à partir de la gauche : Yaffa Adar, Nili Margalit, les sœurs Aviv, à droite, et Raz Asher Katz, Eitan Yahalomi, Yagil Yaakov, Tamar Metzger. Rangée du bas à partir de la gauche : Dafna Elyakim et sa sœur Ella Elyakim, Sharon Aloni Cunio, au centre, et ses filles jumelles, Emma et Yuli, Keren Munder et son fils Ohad, Ditza Heiman, Hannah Katzir. (Crédit : Forum des familles des otages et disparus via AP)
La famille Bibas de Nir Oz, toujours otages à Gaza.

Que pensez-vous de cet article ? Partagez autant que possible. L'info doit circuler.



Aidez Elishean à survivre. Merci


ELISHEAN 777 Communauté pour un Nouveau Monde

(Vu 166 fois, 1 visites aujourd'hui)

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page