Secrets révélés

Le CO2 augmente et les déserts verdissent…

Alors que les Catastrophistes du Réchauffement Climatique prévoyaient l'inverse !

Le dioxyde de carbone, selon les mesures officielles, augmente – et à partir de niveaux historiquement bas. Mettons-nous d’accord là-dessus. Pourtant, contrairement à tous les proclamations des alarmistes qui appelaient à corréler catastrophes planétaires et diminution de la biodiversité, la planète verdit, environ 15% plus verte qu’elle ne l’était en 2000.

C’est une augmentation énorme, une superficie plus grande que les États Unis. C’est une bonne chose, il faut le supposer… non… ?

Certains pensent que c’est une très mauvaise nouvelle... Dans la vidéo ci-dessous, on nous explique pourquoi .


Au cours des vingt dernières années, la Terre a gagné 5 % de couverture végétale. C’est ce qu’affirme une étude publiée en février 2019 en se basant sur les images du système satellitaires Modis de la Nasa. Comme à chaque publication de ce type d’études, des climatosceptiques ont souligné qu’il s’agissait là d’une preuve que notre planète ne se porte pas si mal.

Pourtant, ces mêmes études scientifiques montrent que les principales raisons de ce verdissement sont la hausse des températures et des niveaux de CO2.

Ces nouveaux espaces verts sont également dus aux cultures intensives, et donc temporaires, qui captent peu de carbone. Pire, sur le long terme, des études alertent sur un potentiel déséquilibre des écosystèmes.

Pourtant …..

Pourtant, à première vue, ça devrait être une information célébrée et transmise à la hâte aux nombreuses âmes pauvres, en particulier les enfants, qui perdent le sommeil à cause de croyances semées de manière malveillante selon lesquelles la planète n’a plus que quelques années à courir avant son anéantissement.

Le verdissement le plus remarquable, selon la NASA, s’est produit et continue de se produire dans les zones semi-arides, ce qui est très certainement contraire à l’affirmation des alarmistes selon laquelle les déserts s’étendraient et la biodiversité diminuerait à mesure que la planète cuisait.

L’une des raisons en est que les plantes ont, ces dernières années, développé des pores plus larges afin de se nourrir des niveaux toujours plus faibles de dioxyde de carbone atmosphérique.
Ces pores plus larges signifient également que les plantes perdent plus d’eau par évaporation, ce qui, en conséquence, les a obligées à s’adapter d’autres manières aux conditions plus sèches.


Et maintenant que les niveaux de CO2 ont recommencé à augmenter, les plantes sont non seulement mieux équipées pour tirer parti des niveaux plus élevés de dioxyde de carbone (pores plus grands), mais elles ont également évolué pour survivre, voire prospérer, dans des environnements plus secs.

Nous voyons des plantes « infiltrer » les déserts à un rythme prestigieux, abritant une nouvelle vie et augmentant la biodiversité au fur et à mesure.

Peut-être que la Terre Mère a permis la prolifération des humains parce que nous augmentions les niveaux de CO2. Le dioxyde de carbone était à environ 150 ppm avant notre arrivée, un niveau proche du point où la vie complexe ne peut pas être maintenue.

La Terre Mère – ou la Nature – ne doit pas être sous-estimée, du moins c’est mon propos. La planète est loin d’être aussi fragile/ayant besoin de notre contribution que les élites dirigeantes en ont convaincu les idiots utiles et les scientifiques de la pop parmi nous.


La Terre est plus que capable de réguler ses propres biomes et de soutenir la vie même pendant les événements les plus tumultueux et véritablement catastrophiques du passé historique, le Younger-Dryas étant le plus récent (environ 12 000 ans BP). Cet événement a entraîné un retour brutal aux conditions glaciaires (un refroidissement à 20°C sur une courte période) qui a temporairement inversé le réchauffement climatique consécutif à la période glaciaire précédente et provoqué l’extinction de nombreuses mégafaunes, dont les mammouths.

Les conditions actuelles sont comparables aux luttes sombres d’un passé relativement récent, et l’augmentation du CO2 devrait être considérée comme une bonne chose.

Ce n’est pas difficile à comprendre si vous posez la capacité de penser de manière critique.
Ceux qui sont gouvernés par la propagande, en revanche, comme la plupart des gens le sont grâce à un système d’école-usine d’élevage de conformité, alors, eh bien, vous aurez peut-être du mal à accepter cela.

Mais ça tient, si vous croyez au réchauffement climatique catastrophique , alors pourquoi la biodiversité augmente-t-elle ? Pourquoi les déserts verdissent-ils ? – source

L’activité humaine en Chine et en Inde domine le verdissement de la Terre, selon une étude de la NASA

Au cours des deux dernières décennies, la Terre a connu une augmentation du feuillage autour de la planète, mesuré en surface foliaire moyenne par an sur les plantes et les arbres. Les données des satellites de la NASA montrent que la Chine et l’Inde sont en tête de l’augmentation du verdissement sur terre. L’effet découle principalement des programmes ambitieux de plantation d’arbres en Chine et de l’agriculture intensive dans les deux pays.
Crédits : Observatoire de la Terre de la NASA

Le monde est littéralement un endroit plus vert qu’il ne l’était il y a 20 ans, et les données des satellites de la NASA ont révélé une source contre-intuitive pour une grande partie de ce nouveau feuillage : la Chine et l’Inde.

Une nouvelle étude montre que les deux pays émergents les plus peuplés du monde sont en tête de l’augmentation du verdissement terrestre. L’effet découle principalement des programmes ambitieux de plantation d’arbres en Chine et de l’agriculture intensive dans les deux pays.

Le phénomène de verdissement a été détecté pour la première fois à l’aide de données satellitaires au milieu des années 1990 par Ranga Myneni de l’Université de Boston et ses collègues, mais ils ne savaient pas si l’activité humaine était l’une de ses principales causes directes. Cette nouvelle idée a été rendue possible par un enregistrement de données de près de 20 ans d’un instrument de la NASA en orbite autour de la Terre sur deux satellites. Il s’appelle le spectroradiomètre imageur à résolution moyenne, ou MODIS, et ses données à haute résolution fournissent des informations très précises, aidant les chercheurs à déterminer les détails de ce qui se passe avec la végétation terrestre, jusqu’au niveau de 500 mètres, soit environ 1 600 pieds, au sol. .

Au total, le verdissement de la planète au cours des deux dernières décennies représente une augmentation de la surface foliaire des plantes et des arbres équivalente à la surface couverte par toutes les forêts tropicales amazoniennes.

Il y a maintenant plus de deux millions de kilomètres carrés de surface de feuilles vertes supplémentaires par an, par rapport au début des années 2000, soit une augmentation de 5 %.

« La Chine et l’Inde représentent un tiers du verdissement, mais ne contiennent que 9% de la superficie terrestre de la planète couverte de végétation – une découverte surprenante, compte tenu de la notion générale de dégradation des terres dans les pays peuplés due à la surexploitation », a déclaré Chi Chen du Département de la Terre et de l’Environnement de l’Université de Boston, dans le Massachusetts, et auteur principal de l’étude.

Un avantage du capteur satellite MODIS est la couverture intensive qu’il fournit, à la fois dans l’espace et dans le temps : MODIS a capturé jusqu’à quatre clichés de chaque endroit sur Terre, chaque jour depuis 20 ans.

« Ces données à long terme nous permettent de creuser plus profondément », a déclaré Rama Nemani, chercheur au centre de recherche Ames de la NASA, dans la Silicon Valley en Californie, et co-auteur du nouveau travail.

«Lorsque le verdissement de la Terre a été observé pour la première fois, nous pensions que cela était dû à un climat plus chaud et plus humide et à la fertilisation due au dioxyde de carbone ajouté dans l’atmosphère, entraînant une croissance plus importante des feuilles dans les forêts du nord, par exemple. Maintenant, avec les données MODIS qui nous permettent de comprendre le phénomène à très petite échelle, nous voyons que les humains y contribuent également. »

La contribution démesurée de la Chine à la tendance mondiale au verdissement provient en grande partie (42 %) de programmes de conservation et d’expansion des forêts.

Ceux-ci ont été développés dans le but de réduire les effets de l’érosion des sols, de la pollution de l’air et du changement climatique.

Là-bas, 32 % supplémentaires – et 82 % du verdissement observé en Inde – proviennent de la culture intensive de cultures vivrières.

La superficie des terres utilisées pour faire pousser des cultures est comparable en Chine et en Inde – plus de 770 000 miles carrés – et n’a pas beaucoup changé depuis le début des années 2000. Pourtant, ces régions ont considérablement augmenté à la fois leur surface annuelle totale de feuilles vertes et leur production alimentaire. Ceci a été réalisé grâce à de multiples pratiques de culture, où un champ est replanté pour produire une autre récolte plusieurs fois par an. La production de céréales, de légumes, de fruits et autres a augmenté d’environ 35 à 40 % depuis 2000 pour nourrir leurs importantes populations.

La manière dont la tendance au verdissement pourrait évoluer à l’avenir dépend de nombreux facteurs, tant à l’échelle mondiale qu’au niveau humain local.

Par exemple, l’augmentation de la production alimentaire en Inde est facilitée par l’irrigation des eaux souterraines. Si la nappe phréatique s’épuise, cette tendance peut changer.

« Mais, maintenant que nous savons que l’influence humaine directe est un moteur clé du verdissement de la Terre, nous devons en tenir compte dans nos modèles climatiques », a déclaré Nemani. « Cela aidera les scientifiques à faire de meilleures prédictions sur le comportement des différents systèmes terrestres, ce qui aidera les pays à prendre de meilleures décisions sur comment et quand agir. »

Les chercheurs soulignent que le gain de verdure observé dans le monde entier et dominé par l’Inde et la Chine ne compense pas les dommages causés par la perte de végétation naturelle dans les régions tropicales, comme le Brésil et l’Indonésie. Les conséquences pour la durabilité et la biodiversité de ces écosystèmes demeurent.

Dans l’ensemble, Nemani voit un message positif dans les nouvelles découvertes.

« Une fois que les gens se rendent compte qu’il y a un problème, ils ont tendance à le régler », a-t-il déclaré. « Dans les années 70 et 80 en Inde et en Chine, la situation autour de la perte de végétation n’était pas bonne ; dans les années 90, les gens s’en sont rendu compte ; et aujourd’hui les choses se sont améliorées. Les humains sont incroyablement résistants. C’est ce que nous voyons dans les données satellitaires.

Cette recherche a été publiée en ligne, le 11 février 2019, dans la revue Nature Sustainability .

Source

Comme on peut facilement le constater, la NASA pense que le verdissement de la planète est une bonne chose, que cela est du à l’activité humaine, et la NASA semble déplorer que ce verdissement ne compense pas la perte de végétation en Amérique du sud…

Étant donnée la vilaine habitude des médias de raconter n’importe quoi, quand il s’agit de sujets qui tient à coeur aux multinationales, j’ai trouvé intéressant de proposer les deux points de vue…

Amazonie : visualisez la déforestation, à son plus haut niveau depuis 15 ans

La déforestation de la forêt amazonienne s’intensifie, comme les violations contre les droits des peuples autochtones qui y vivent. Un rapport publié par l’organisation Amazon Watch accuse des entreprises européennes et nord-américaines de participer indirectement à la destruction de la forêt amazonienne, milieu de vie des communautés autochtones et indispensable à l’équilibre climatique planétaire.

En cause : les rapports commerciaux que ces compagnies et investisseurs continuent d’entretenir avec des entreprises brésiliennes pourtant condamnées pour déforestation illégale.

La forêt primaire d’Amazonie ne cesse de perdre du terrain face à l’avancée de l’exploitation industrielle des terres, utilisées principalement pour étendre les plantations et les pâturages.

Ces destructions sont aussi motivées par les géants internationaux de la viande et de l’alimentation pour bétail à base de soja comme JBS et Cargill, et par des marques mondiales comme Stop & Shop, Costco, McDonald’s, Walmart/Asda et Sysco qui achètent leurs produits pour les revendre au public. Ce sont ces sociétés qui créent la demande internationale qui à son tour finance les incendies et la déforestation.

1 multinationale sur 3 n’a aucun engagement en faveur des forêts

Les années passent, mais le problème de déforestation qu’engendre l’activité des grandes entreprises est toujours trop peu pris en compte par ces dernières. En 2021, 72 % des 500 grandes entreprises à travers le monde avaient certains engagements. Et encore, ces engagements ne portaient pas sur tous les produits liés à la déforestation présents dans leur chaîne d’approvisionnement.

Le rapport de Global Canopy nous apprend qu’un tiers de 350 entreprises pointées du doigt en raison de la déforestation n’ont pas d’engagements pour la suppression de leur chaîne d’approvisionnement des matières premières dont la fourniture engendre la déforestation. Il s’agit surtout des entreprises qui produisent de l’huile de palme, du soja, du boeuf, du cuir, du bois et de la pulpe du bois et du papier.

Global Canopy pointe aussi du doigt les banques et autres sociétés financières qui financent les entreprises dont l’activité engendre la déforestation.

Il apparaît que 93 des 150 sociétés financières analysées n’ont pas de politique en matière de prévention de la déforestation. Et seulement une vingtaine de banques et sociétés d’investissement disposent d’une politique de prévention de la déforestation qui prévoit une évaluation des progrès réalisés. Parmi les banques françaises, seules BNP Paribas (54 %) et la Société Générale (40 %) obtiennent un score plus ou moins élevé. Les trois autres figurent très bas dans le palmarès : le Crédit Agricole 15 %, BPCE 0 % et le Crédit Mutuel CIC 0 %.

Conclusion rapide : La vidéo publiée par le journal Le Monde est l’exemple parfait de la désinformation que nous subissons actuellement. On prend une partie de l’info, on l’oriente dans le sens voulu, on crie au sacrilège contre ceux qui disent le contraire et hop, on a raison …! Et tous ceux qui vont se permettre de remettre en question ce qui est dit seront considérés comme complotistes, et pourquoi pas, terroristes…

A voir ou à revoir, le reportage ci-dessus :

Cash investigation – Climat- le grand bluff des multinationales / integrale

Cash Investigation révèle les dessous d’un étrange marché, celui des «quotas carbone». Créé par l’Union européenne il y a dix ans, il était censé inciter les industries lourdes à réduire leurs émissions de CO2, ce gaz qui dérègle le climat. Mais ce système est aujourd’hui dévoyé au profit des plus gros émetteurs de CO2, pour lesquels polluer peut même s’avérer rentable.

Total n’hésite pas à investir des milliards de dollars au Canada pour exploiter le pétrole le plus sale de la terre. Dans la région de Melbourne en Australie, Engie, qui cultive son image d’entreprise verte, exploite toujours l’une des plus vieilles centrales du monde. En février 2014, elle a provoqué un incendie qui a duré 45 jours, asphyxiant toute la région. Elise Lucet reçoit responsables politiques, experts et grands patrons.


Que pensez-vous de cet article ? Partagez autant que possible. L'info doit circuler.



Veuillez aider à soutenir les médias alternatifs. Nous suivons la vérité, où qu'elle mène. Merci


ELISHEAN 777 Communauté pour un Nouveau Monde

(Vu 227 fois, 1 visites aujourd'hui)

Laisser un commentaire