Après sept années d’intenses recherches, William Bramley a découvert le fil sinistre qui relie les événements les plus sombres de l’humanité, des guerres des anciens pharaons à l’assassinat de JFK. Dans cet ouvrage remarquable, choquant et absolument fascinant, Bramley présente des preuves troublantes d’une présence extraterrestre sur Terre – des visiteurs extraterrestres qui ont conspiré pour dominer l’humanité par la violence et le chaos depuis le début des temps… une conspiration qui se poursuit encore aujourd’hui.

4 – Les dieux d’Eden

L’IDÉE QUE les êtres humains sont une race d’esclaves appartenant à une société extraterrestre n’est pas nouvelle. Elle a été exprimé il y a des milliers d’années dans les premières civilisations enregistrées de l’humanité. La première de ces civilisations était Sumer: une société remarquablement avancée qui a surgi dans la vallée du Tigre-Euphrate entre 5000 et 4000 avant JC, et s’est épanouie en tant que civilisation majeure vers 3500 avant JC *.


Comme d’autres sociétés anciennes qui ont surgi dans le Mésoporégion tamienne, Sumer a laissé des documents indiquant que des créatures ressemblant à des humains d’origine extraterrestre avaient gouverné la société humaine primitive en tant que premiers monarques de la Terre. Ces personnes extraterrestres étaient souvent considérées comme des «dieux». On a dit que certains «dieux» sumériens voyageaient dans les cieux et à travers les cieux à bord de «globes» volants et de véhicules en forme de fusée. Les sculptures anciennes représentent plusieurs «dieux» portant des lunettes comme des vêtements sur leurs yeux.

Les prêtres humains ont agi comme de simples intermédiaires entre les «dieux» étrangers et la population humaine. * Jusqu’à récemment, l’ancienne Sumérie était considérée comme le site de la première ville de l’humanité. Les fouilles ont révélé une ville de Jéricho (près de Jérusalem moderne) construite il y a 7000 ans avant JC On ne sait presque rien de cette ville.

Tous les dieux mésopotamiens n’étaient pas humains comme des extraterrestres. Certains étaient des fabrications évidentes, et des attributs fictifs étaient souvent attribués à l’humain extraterrestre comme des dieux. Une fois que les fictions flagrantes sont supprimées, cependant, nous découvrons au sein du panthéon mésopotamien une classe distincte d’êtres qui correspondent en effet au moule des «anciens astronautes».

Afin de mieux discuter de ces « dieux » « high tech », * il me faudra inventer un nouveau terme. * Pour une analyse détaillée de l’apparente nature « high tech » de nombreux anciens dieux sumériens, je recommande les cinq livres de Zecharia Sitchin, The Twelfth Planet, The Stairway to Heaven, The Wars of Gods and Men, The Lost Realms et Genesis Visited. Ils sont publiés par Avon Books de New York.

Le mot «dieu» à lui seul contient trop de crainte imméritée. Les témoignages historiques et modernes indiquent que ces «dieux» sont aussi «humains» dans leur comportement que vous ou moi.

Le terme «ancien astronaute» les place dans un passé lointain alors qu’en fait, ils semblent avoir maintenu une présence continue jusqu’à aujourd’hui.

L’étiquette «extraterrestre» est trop large.

Je ne peux pas nommer les «dieux» d’après une étoile ou une planète dont ils pourraient provenir parce que je ne spéculerai pas sur leur lieu d’origine. En outre, il est concevable que la prétendue propriété de la Terre ait changé de mains au cours des millénaires, de la même manière que la propriété d’une société peut passer entre différents propriétaires sans que le public en soit conscient.

Cela me laisse inventer une nouvelle étiquette basée sur la relation apparente des «dieux» à la race humaine. Faute de mieux, je les appellerai simplement la société «Custodial», c’est-à-dire cette société extraterrestre spécifique (ou succession de sociétés) qui semble avoir eu la propriété et la garde de la Terre depuis la préhistoire. Par souci de concision, je les appellerai souvent simplement «dépositaires».


Quelles sortes de créatures sont ces nouveaux «gardiens»?

Les archives historiques et les témoignages modernes les décrivent comme physiquement semblables à des humains, racialement diversifiés et, surtout, très semblables aux êtres humains sur le plan comportemental. Par exemple, certains OVNI de l’ère moderne ont fait preuve d’un esprit farceur d’adolescent en fonçant sur des avions comme s’ils allaient entrer en collision, puis en s’éloignant brusquement au moment où l’impact semblait imminent : un jeu apparent de « poulet » aérien. Au moins un témoin moderne aurait été « zappé » par un OVNI sans autre raison apparente que la malveillance.

Les auteurs anciens décrivent leurs « dieux » extraterrestres comme étant capables d’amour, de haine, d’amusement, de colère, d’honnêteté et de dépravation. Les archives anciennes et les témoignages modernes indiquent que les personnalités gardiennes vont des saints aux pécheurs, des despotes les plus dégradés aux humanitaires les plus sincères. Malheureusement, c’est l’élément brutal et despotique de leur société qui semble être le plus influent dans les affaires de la Terre, comme nous allons le montrer.

Les anciennes civilisations mésopotamiennes ont enregistré une grande partie de leur histoire sur des tablettes d’argile. Seule une fraction de ces tablettes a survécu, mais elles parviennent à raconter une histoire remarquable sur les « dieux » gardiens et leur relation avec l’Homo sapiens.

Selon l’histoire inscrite sur les tablettes mésopotamiennes, il fut un temps où les êtres humains n’existaient pas du tout. La Terre était alors habitée par des membres de la civilisation gardienne. La vie des gardiens sur la Terre n’était cependant pas agréable. Les efforts déployés par les gardiens pour exploiter les riches ressources minérales et naturelles de la Terre étaient éreintants. Comme le dit une tablette :

Quand les dieux, comme les hommes

Portèrent le travail et subirent le labeur

Le labeur des dieux était grand,

Le travail était lourd, la détresse était de la boue 1

Les tablettes décrivaient des vies de corvées sans fin pendant que les «dieux» effectuaient des opérations de construction, d’excavation et d’exploitation minière sur Terre. Les «dieux» n’étaient pas du tout satisfaits de leur sort. Ils étaient enclins à se plaindre, à se poignarder dans le dos et à se rebeller contre leurs dirigeants. Une solution était nécessaire, et elle a été trouvée: créer une nouvelle créature capable d’accomplir les mêmes travaux sur Terre que les gardiens. Dans cet esprit, les « dieux » gardiens ont créé Homo sapiens (l’homme).

Les tablettes mésopotamiennes racontent une histoire de création dans laquelle un «dieu» est mis à mort par d’autres «dieux», et le corps et le sang sont ensuite mélangés à l’argile. De cette concoction, un être humain est fait. La nouvelle créature terrestre est très similaire en apparence à ses créateurs gardiens.

Dans son livre, The Twelfth Planet, l’auteur Zecharia Sitchin analyse de manière exhaustive les récits de la création sumérienne. Il conclut que l’histoire du corps d’un dieu mélangé à de l’argile peut avoir fait référence à l’ingénierie biologique. M. Sitchin appuie sa conclusion surprenante en désignant ces tablettes sumériennes qui déclarent que les premiers humains ont été élevés dans les entrailles de «dieux» gardiens féminins. Selon les tablettes, les gardiens avaient des corps masculins et féminins, et ils se sont reproduits par rapport sexuel.

En fait, les anciens Mésopotamiens ont déclaré qu’ils fournissaient aux « dieux » gardiens au pouvoir des prostituées humaines. M. Sitchin pense que l' »argile » était une substance spéciale qui pouvait être insérée dans l’utérus d’une gardienne. Cette substance contenait les cellules génétiquement modifiées de la nouvelle créature esclave, l’Homo sapiens. Les humains pouvaient apparemment être élevés de cette manière car ils étaient physiquement très similaires aux gardiens. Il est intéressant de noter que les scientifiques modernes ont élevé des animaux de manière similaire, comme un zèbre dans l’utérus d’un cheval.

Les anciennes tablettes mésopotamiennes attribuent à un « dieu » en particulier la supervision de la fabrication génétique de l’Homo sapiens. Le nom de ce «dieu» était Ea. On rapporte qu’Ea est le fils d’un roi gardien qui gouvernerait une autre planète au sein du lointain empire Custodial. Le prince Ea était connu sous le titre «EN.KI», qui signifie «seigneur [ou prince] de la Terre». Les anciens textes sumériens révèlent que le titre d’Ea n’était pas tout à fait exact parce qu’Ea aurait perdu sa domination sur de grandes parties de la Terre au profit de son demi-frère, Enlil, au cours de l’une des innombrables rivalités et intrigues qui semblaient préoccuper à jamais les dirigeants de la garde.

En plus de l’ingénierie Homo sapiens, le Prince Ea est reconnu dans les tablettes mésopotamiennes pour de nombreuses autres réalisations. S’il était une personne réelle, alors Ea pourrait être mieux décrit comme un scientifique et un ingénieur civil d’un talent considérable. Il aurait asséché les marais du golfe Persique et les aurait remplacés par des terres agricoles fertiles. Il a supervisé la construction des barrages et des digues. Ea adorait naviguer et il construisit des bateaux pour naviguer sur les mers. Quand est venu le temps de créer Homo sapiens, Ea a démontré une bonne maîtrise du génie génétique, mais pas, selon les comprimés, sans essais et erreurs. Plus important encore, Ea a été décrit comme de bon cœur, du moins en ce qui concerne sa création, Homo sapiens.

Les textes mésopotamiens dépeignent Ea comme un avocat qui s’est exprimé devant les conseils de garde au nom de la nouvelle race terrestre. Il s’est opposé à bon nombre des cruautés que d’autres dirigeants de la garde, y compris son demi-frère, Enlil, ont infligé aux êtres humains. Il semblerait d’après les tablettes sumériennes qu’Ea n’avait pas l’intention de traiter durement Homo sapiens, mais ses souhaits à cet égard ont été rejetés par d’autres dirigeants de la garde.

Comme nous venons de le voir, nos ancêtres anciens et hautement civilisés ont raconté une histoire très différente de l’émergence de l’humanité sur Terre que celle que nous racontons aujourd’hui. Les Mésopotamiens n’étaient clairement pas scolarisés dans les théories darwiniennes de l’évolution! Néanmoins, il existe des preuves anthropologiques surprenantes pour soutenir la version sumérienne de la préhistoire.

Selon les analyses modernes des archives fossiles, l’Homo sapiens est apparu comme une espèce animale distincte quelque part entre 300000 avant JC et 700000 avant JC Au fil du temps, un certain nombre de sous-espèces d’Homo sapiens ont émergé, y compris cette sous-espèce à laquelle tous les êtres humains appartiennent aujourd’hui: Homo sapiens sapiens. L’Homo sapiens sapiens est apparu il y a à peine 30 000 ans – certains disent qu’il y a seulement 10 000 à 20 000 ans. Cela soulève une question importante: les Sumériens faisaient-ils référence à l’Homo sapiens ou à l’Homo sapiens sapiens dans leurs récits de création? Il ne semble pas y avoir de réponse ferme. D’excellents arguments ont été avancés pour dire qu’ils faisaient référence à l’Homo sapiens original. J’ai tendance à privilégier l’argument selon lequel ils faisaient probablement référence à l’Homo sapiens sapiens moderne, pour les raisons suivantes:

1. Les plus anciennes histoires de création survivantes ont été écrites vers 4000-5000 ans avant JC Il est plus probable qu’un véritable récit de la création de l’humanité survivrait 5000 à 25 000 ans qu’il ne survivrait à 295 000 ans ou plus.

2. Si les Sumériens décrivaient la création de l’Homo sapiens sapiens, les événements ultérieurs décrits dans les tablettes mésopotamiennes s’inscrivent dans un laps de temps plus plausible.

3. Les Mésopotamiens eux-mêmes appartenaient à la sous-espèce Homo sapiens sapiens. Ils étaient principalement préoccupés par la manière dont ils avaient eux-mêmes vu le jour. Dans leurs diverses œuvres, les anciens Sumériens représentaient des hommes poilus ressemblant à des animaux qui semblent être une sous-espèce plus primitive d’Homo sapiens. Les Sumériens considéraient clairement ces hommes primitifs comme une race de créature entièrement différente.

Si les récits de la création mésopotamienne sont basés sur des événements réels, et si ces récits font référence à la création de l’Homo sapiens sapiens, on s’attendrait à ce que l’Homo sapiens sapiens apparaisse très soudainement dans l’histoire. Fait remarquable, c’est précisément ce qui s’est passé. Les archives anthropologiques révèlent que l’Homo sapiens sapiens est apparu sur Terre brusquement, pas progressivement. F. Clark Howell et TD White de l’Université de Californie à Berkeley avaient ceci à dire:

Ces personnes [Homo sapiens sapiens] et leur culture matérielle initiale apparaissent avec une soudaineté apparente il y a un peu plus de 30 000 ans, probablement plus tôt en Europe orientale qu’en Europe occidentale . 2

Le mystère de cette apparition brusque est approfondi par une autre énigme: pourquoi l’homme de Néandertal plus primitif (Homo sapiens neanderthalensis) a-t-il soudainement disparu en même temps que l’Homo sapiens sapiens moderne est apparu? L’évolution n’est pas si rapide. MM. Howell et White ont réfléchi à cette question et ont conclu:

. . . la disparition totale, presque brusque des hommes de Néandertal, reste l’une des énigmes et des problèmes critiques des études sur l’évolution humaine. 3

L’Encyclopedia Britannica est d’accord:

Les facteurs responsables de la disparition des peuples de Néandertal sont un problème important auquel il n’existe malheureusement toujours pas de solution claire. 4

Les récits de la création sumérienne offrent une solution claire à l’énigme, mais c’est une solution que beaucoup de gens auraient du mal à accepter: l’apparition soudaine d’Homo sapiens sapiens, accompagnée de la disparition brutale de l’homme de Néandertal, a été causée par une intervention intelligente. On pourrait supposer que l’homme de Néandertal a été soit exterminé, soit chassé de la Terre pour faire place à la nouvelle race d’esclaves, et peut-être pour empêcher la reproduction entre les deux sous-espèces.

Quelle que soit la vérité précise de cela, nous connaissons avec certitude deux faits: l’anthropologie moderne a découvert un remplacement soudain de l’homme de Néandertal par l’homme moderne, et les archives mésopotamiennes indiquent qu’une planification intelligente par une race extraterrestre se trouvait quelque part derrière cet événement dramatique.

Au chapitre 2, nous avons discuté du fait que les humains semblent être des êtres spirituels animant des corps physiques. L’esprit semble être la véritable source de la conscience, de la personnalité et de l’intelligence. Sans une entité spirituelle pour l’animer, un corps humain ne serait guère plus qu’un animal réactif, ou mort. Les habitants de l’ancienne Mésopotamie ont parfaitement compris ce fait critique lorsqu’ils ont mentionné un être spirituel en relation avec la création de l’Homo sapiens:

Vous avez massacré un dieu avec

avec sa personnalité [être spirituel] J’ai

j’ai enlevé ton lourd travail, j’ai

j’ai imposé ton labeur à l’homme.5

Les dirigeants gardiens savaient qu’ils avaient besoin de garder les êtres spirituels attachés en permanence aux corps humains afin d’animer ces corps et de les rendre suffisamment intelligents pour effectuer leurs travaux:

Dans l’argile, Dieu [une entité spirituelle] et l’Homme

[corps physique de l’Homo sapiens] seront liés,

en une unité réunie ;

De sorte que jusqu’à la fin des temps

la chair et l’âme

qui dans un dieu ont mûri

cette âme dans un lien de sang soient liées;6

Les tablettes ne disent pas quelles « personnalités » ont été choisies pour animer les nouveaux corps d’esclaves. En se basant sur la façon dont les choses se passent dans la société humaine, nous pourrions supposer que la société de garde a utilisé des criminels, des déviants, des prisonniers de guerre, des groupes sociaux et raciaux détestés, des non-conformistes et d’autres indésirables pour obtenir les êtres spirituels dont elle avait besoin pour animer la nouvelle race d’esclaves. de la Terre. Les humains étaient certainement traités comme des condamnés aux travaux forcés:

Avec des pioches et des bêches, ils [les êtres humains] ont construit les sanctuaires,

ils ont construit les berges des grands canaux.

Pour la nourriture des peuples,

pour la subsistance des [dieux].7

En tant que bêtes de somme, les humains ont été brutalement traités par leurs maîtres extraterrestres. Les tablettes d’argile racontent une cruauté immense et catastrophique perpétrée par les gardiens contre leurs serviteurs humains. Des mesures de contrôle de la population à sang froid ont été effectuées fréquemment:

Douze cents ans ne s’étaient pas encore écoulés lorsque la terre s’étendit et que les peuples se multiplièrent. La terre hurlait comme un taureau, Le dieu était troublé par leur tumulte.

Enlil [demi-frère et rival d’Ea] entendit leur bruit* Et s’adressa aux grands dieux :  » Le bruit des hommes est devenu trop intense pour moi, Avec leur vacarme je suis privé de sommeil. Coupe le ravitaillement des peuples, Qu’il y ait une pénurie de végétaux pour satisfaire leur faim. * Ces lignes suggèrent qu’Enlil a vécu plus de 1200 ans. Une longévité similaire est attribuée à Ea et à d’autres souverains gardiens. Beaucoup de gens ont du mal à croire qu’une créature, y compris un extraterrestre, puisse vivre aussi longtemps.

Adad [un autre Gardien] devrait retenir sa pluie, et en bas, le déluge [l’inondation régulière de la terre qui la rendait fertile] ne devrait pas remonter de l’abîme.

Que le vent souffle et dessèche le sol, Que les nuages s’épaississent mais ne libèrent pas d’averse, Que les champs diminuent leurs rendements,

Il ne doit pas y avoir de réjouissance parmi eux « * *L’étonnante longévité attribuée aux souverains gardiens peut peut-être s’expliquer par les croyances spirituelles sumériennes. Les Sumériens croyaient qu’une « personnalité » (être spirituel) survit à la mort d’un corps physique et qu’il est possible d’identifier la « personnalité » après qu’elle ait abandonné un corps et en ait pris un nouveau (de la même manière que l’on peut identifier un conducteur qui saute d’une automobile et monte dans une autre). Une « personnalité » pouvait donc occuper la même position politique ou sociale corps après corps, tant que la « personnalité » pouvait être identifiée. Lorsque les Sumériens accordaient aux gardiens une grande longévité, ils ne suggéraient pas nécessairement qu’un seul corps gardien survivait pendant des siècles ; dans de nombreux cas, ils semblent avoir voulu dire qu’une « personnalité » gardienne a occupé une position politique pendant très longtemps, même si elle a pu le faire à travers une succession de corps.

Une tablette assyrienne ajoute :

« Ordonne qu’il y ait un fléau,

Que Namtar diminue leur bruit.

Que la maladie, le mal, la peste et la

peste et la pestilence soufflent sur eux comme une tornade. »

Ils ont ordonné et il y a eu la peste

Namtar diminua leur bruit.

La maladie, le mal, la peste et la

la peste soufflent sur eux comme une tornade.9

Les tablettes décrivent des conditions épouvantables dans lesquelles les approvisionnements en nourriture étaient interrompus, où des maladies étaient transmises à la population et empêchaient l’accouchement, et où la famine était si répandue que les êtres humains étaient obligés de recourir au cannibalisme. Des maladies moins graves, comme celle qui ressemble à la grippe, ont également été infligées à l’Homo sapiens, ce qui suggère que les « dieux » gardiens comprenaient et pratiquaient la guerre biologique.

Lorsque ce génocide n’a pas entraîné une baisse suffisante de la population humaine, les gardiens l’ont repris. Finalement, la décision fut prise de détruire entièrement la race humaine par un grand déluge.

De nombreux archéologues pensent aujourd’hui qu’un déluge cataclysmique a eu lieu au Proche-Orient il y a des milliers d’années. Une description du « grand déluge » se trouve dans l’épopée babylonienne de Gilgamesh, antérieure à la Bible.

Selon l’épopée, un Babylonien nommé Utnapishtim a été approché par le prince Ea, qui s’opposait à la décision de détruire sa création, l’Homo sapiens. Ea dit à Utnapishtim que les autres « dieux » prévoyaient de provoquer un déluge pour anéantir la race humaine. Ea, qui est décrit dans d’autres écrits comme un maître constructeur de bateaux et un marin, a donné à Utnapishtim des instructions sur la façon de construire un bateau qui pourrait survivre au déluge. Utnapishtim suivit les instructions d’Ea et, avec l’aide de ses amis, acheva le bateau avant le début du déluge. Utnapishtim chargea ensuite le bateau avec son or, sa famille et son bétail, ainsi que des artisans et des animaux sauvages, et le hissa au large.

Des tablettes babyloniennes et assyriennes racontent que juste avant d’inonder la terre, les gardiens l’ont brûlée à la flamme. Ils ont ensuite inondé la région en provoquant une longue tempête de pluie et en brisant le système complexe de barrages et de digues qui avait été construit en Mésopotamie pour contrôler les crues erratiques du Tigre et de l’Euphrate.


L’épopée de Gilgamesh raconte qu’Utnapishtim et son équipage ont survécu à cette épreuve. Une fois l’épreuve terminée, ils ont cherché la terre ferme en libérant une série de trois oiseaux ; si un oiseau ne revenait pas au bateau, Utnapishtim savait qu’il avait trouvé une terre sèche à proximité sur laquelle se poser.

Une fois de retour sur la terre ferme, Utnapishtim a été rejoint par plusieurs gardiens revenus du ciel. Au lieu de détruire les survivants, ils ont fait preuve d’une certaine indulgence et les gardiens ont transporté les humains survivants dans une autre région pour y vivre. Le récit d’Utnapishtim devrait évoquer l’histoire biblique de Noé et de l’arche. En effet, le récit de Noé, comme de nombreuses autres histoires de l’Ancien Testament, est tiré d’anciens écrits mésopotamiens. Les auteurs bibliques ont simplement modifié les noms et changé les nombreux « dieux » des écrits originaux en un seul « Dieu » ou « Seigneur » de la religion hébraïque. Ce dernier changement était malheureux, car il faisait porter à un Être suprême la responsabilité des actes brutaux que les auteurs de l’époque avaient attribués aux gardiens, qui n’avaient rien d’un Dieu.


Les premiers écrits mésopotamiens nous ont donné une autre histoire célèbre de l’Ancien Testament : le récit d’Adam et Eve. Le récit d’Adam et Ève est également dérivé de sources mésopotamiennes antérieures qui décrivaient la vie sous les « dieux » gardiens. Le « Dieu » ou « Seigneur Dieu » de l’histoire d’Adam et Ève dans la Bible peut donc être traduit comme signifiant les souverains gardiens de la Terre. L’histoire d’Adam et Ève est unique en ce sens qu’elle est entièrement symbolique et qu’elle fournit, à travers ses symboles, un récit fascinant des débuts de l’histoire humaine.

Selon la Bible, Adam, qui symbolise le premier homme, a été créé par « Dieu » à partir de la « poussière du sol ». Cette idée reflète la croyance mésopotamienne plus ancienne selon laquelle l’Homo sapiens a été créé en partie à partir de « l’argile ». La femme d’Adam, Eve, a également été créée artificiellement. Tous deux vivaient dans un paradis abondant connu sous le nom de jardin d’Eden. Les versions modernes de la Bible situent le jardin d’Eden dans la région du Tigre et de l’Euphrate, en Mésopotamie.

L’Ancien Testament nous dit qu’Adam (le premier homme) a été conçu pour être un serviteur. Sa fonction consistait à labourer le sol et à prendre soin des jardins luxuriants et des cultures appartenant à son « Dieu ». Tant qu’Adam et Eve acceptaient leur statut de serviteurs et obéissaient à leurs maîtres omniprésents, tous leurs besoins physiques étaient satisfaits et ils pouvaient rester indéfiniment dans leur « paradis ». Il y avait cependant un péché impardonnable qu’ils ne devaient jamais commettre. Ils ne doivent jamais tenter de rechercher certains types de connaissances. Ces formes interdites de connaissance sont symbolisées dans l’histoire par deux arbres : « l’arbre de la connaissance du bien et du mal » et « l’arbre de vie ». Le premier « arbre » symbolise la compréhension de l’éthique et de la justice. Le second « arbre » symbolise la connaissance de la manière de retrouver et de conserver son identité spirituelle et son immortalité.

Adam et Eve ont obéi aux commandements de leurs maîtres et ont vécu dans la félicité matérielle jusqu’à ce qu’une autre partie entre en scène. Cet intervenant était symbolisé dans l’histoire par un serpent. Le serpent convainc Eve de prendre le « fruit » * de « l’arbre de la connaissance du bien et du mal ». Eve a suivi la suggestion du serpent, tout comme Adam. « Dieu » (c’est-à-dire la direction de la Garde) s’est immédiatement alarmé : * Ce fruit est généralement représenté sous la forme d’une pomme, mais il s’agit d’une invention d’artistes ultérieurs. La Bible elle-même ne mentionne pas de fruit spécifique car le « fruit » n’était qu’un symbole pour représenter la connaissance.

Et le Seigneur Dieu dit . Regarde, l’homme est devenu comme l’un de nous, il connaît le bien et le mal. Et maintenant, que se passera-t-il s’il avance la main, prend de l’arbre de vie, mange, et vit pour toujours ? GENÈSE 3:22

Le passage ci-dessus révèle une vérité importante dont font écho de nombreuses religions. Une véritable compréhension de l’éthique, de l’intégrité et de la justice est une condition préalable pour retrouver sa liberté spirituelle et son immortalité. Sans une fondation en éthique, le rétablissement spirituel complet n’est rien de plus qu’une chimère.

Les gardiens ne voulaient manifestement pas que l’humanité commence à voyager sur la voie du rétablissement spirituel. La raison en est évidente. La société gardienne voulait des esclaves. Il est difficile de faire des esclaves de personnes qui conservent leur intégrité et leur sens de l’éthique. Cela devient impossible lorsque ces mêmes individus ne sont pas intimidés par les menaces physiques en raison de la prise de conscience de leur immortalité spirituelle. Plus important encore, si les êtres spirituels ne pouvaient plus être piégés dans des corps humains, mais pouvaient au contraire utiliser et abandonner des corps à volonté, il n’y aurait pas d’êtres spirituels disponibles pour animer des corps d’esclaves. Comme je le rappelle, les tablettes sumériennes ont révélé l’intention de la Garde d’attacher de façon permanente les êtres spirituels aux corps humains. La tentative de l’homme primitif d’échapper à cet esclavage spirituel en « mangeant » des « arbres » bibliques devait donc être arrêtée… et vite !

C’est pourquoi le Seigneur Dieu le fit sortir [Adam] du jardin d’Eden, pour qu’il cultive la terre dont il avait été arraché.

Il chassa l’homme, et il plaça à l’est du jardin d’Éden des chérubins [des anges] et une épée flamboyante qui se tournait de tous côtés, pour barrer le chemin [empêcher l’accès] à l’arbre de vie. GENÈSE 3:23-24

L' »épée flamboyante » symbolise les mesures concrètes que les gardiens ont prises pour s’assurer que la race humaine ne puisse jamais accéder à la connaissance spirituelle authentique.

Pour empêcher davantage l’accès à ces connaissances, l’Homo sapiens a été condamné à un sort supplémentaire :

Et à Adam, il [Dieu] dit : Parce que tu as écouté les instances de ta femme, et que tu as mangé de l’arbre dont je t’avais défendu de prendre part, en disant : Tu n’en prendras pas part, le sol est maudit pour toi, tu en mangeras le produit dans le travail, tous les jours de ta vie :

Elle vous produira des épines et des chardons, comme vous mangez les plantes des champs : C’est à la sueur de ton visage que tu mangeras du pain, jusqu’à ce que tu retournes à la terre, car c’est d’elle que tu as été pris, car tu es poussière et tu retourneras à la poussière. GENÈSE 3:17-19

C’était une façon très efficace de traiter le « péché originel » d’Adam et d’Eve. Le passage ci-dessus indique que les dirigeants de la Garde avaient l’intention de faire vivre les humains toute leur vie et de les faire mourir sans jamais s’élever au-dessus du niveau d’une existence matérielle ardue. Cela laisserait aux humains peu de temps pour chercher la compréhension dont ils ont besoin pour devenir spirituellement libres.

Une erreur d’interprétation courante de l’histoire d’Adam et Ève consiste à penser que le « péché originel » a quelque chose à voir avec le sexe ou la nudité. Cette confusion provient de la partie de l’histoire dans laquelle Adam et Eve mangent de « l’arbre de la connaissance du bien et du mal » et ont immédiatement honte de leur nudité. Ce n’est pourtant pas la nudité qui leur a fait honte. Adam et Ève étaient mortifiés par ce que leur nudité représentait. Les archives de l’ancienne Mésopotamie montrent des êtres humains complètement nus lorsqu’ils accomplissent des tâches pour leurs maîtres gardiens. Les gardiens, en revanche, étaient représentés entièrement vêtus. Cela signifie qu’Adam et Ève se sentaient dégradés par leur nudité parce qu’elle était le signe de leur asservissement, et non parce que la nudité est mauvaise en soi.

Comme nous l’avons vu, les premiers humains étaient considérés comme un casse-tête constant pour leurs maîtres gardiens. Non seulement les créatures esclaves désobéissaient à leurs dirigeants, mais elles se regroupaient souvent et se rebellaient. L’unité humaine n’était donc pas souhaitable pour les dirigeants de la Terre – il était préférable que les humains soient désunis. L’une des façons de résoudre le problème de l’unité humaine est décrite dans l’histoire biblique de la tour de Babel, un récit qui trouve également ses racines dans les premiers écrits mésopotamiens.

Selon la Bible, c’est ce qui s’est passé après le grand déluge :

Toute la terre parlait une seule langue, et utilisait les mêmes mots.

Et comme ils émigraient de l’est, ils trouvèrent une plaine dans le pays de Shinar [Babylone : région de la Mésopotamie] et s’y établirent.

Ils dirent : « Allons, bâtissons-nous une ville et une tour, dont le sommet atteindra les cieux, et faisons-nous un nom, sinon nous serons dispersés sur toute la surface de la terre.

Le Seigneur descendit pour voir la ville et la tour que les hommes construisaient.

Et le Seigneur dit : « Regarde, le peuple est uni, et ils ont tous une seule langue ; et c’est ce qu’ils commencent à faire ; et maintenant rien ne les empêchera de faire ce qu’ils se mettent en tête de faire.

Allons, descendons, et là nous confondrons leur langue, de sorte qu’ils ne pourront pas comprendre le discours les uns des autres.


Le Seigneur les dispersa de là sur toute la surface de la terre, et ils cessèrent de bâtir la ville.

C’est pourquoi on l’appelle Babel, parce que l’Éternel y confondit le langage de toute la terre et que, de là, l’Éternel les dispersa sur toute la surface de la terre. GENÈSE 11:1-9

Dans La douzième planète, M. Sitchin propose une analyse intrigante de l’histoire de la tour de Babel. Selon ses recherches, le mot « nom » dans le passage ci-dessus (« faisons-nous un nom ») est une traduction du mot ancien shem. Selon M. Sitchin, la traduction de shem dans la Bible pourrait être erronée, car shem vient de la racine du mot shamah, qui signifie « ce qui est élevé ». Les anciens shems sont les monuments obélisques qui étaient si répandus dans de nombreuses sociétés anciennes. Ces shems, ou obélisques, ont été copiés d’après les véhicules en forme de fusée dans lesquels les « dieux » gardiens étaient censés voler. M. Sitchin pense donc que le mot shem dans les textes mésopotamiens doit être traduit par « véhicule du ciel », ce qui signifie fusée. Lorsque cette traduction est placée dans le passage biblique ci-dessus, nous constatons que les anciens Babyloniens n’essayaient pas de se faire un nom (c’est-à-dire une réputation) ; ils essayaient de fabriquer un « véhicule céleste » ou une fusée ! Cela implique qu’ils voulaient égaler la puissance technologique de leurs maîtres gardiens détestés et mettre ainsi fin à leur esclavage. La tour elle-même a peut-être été conçue pour servir de rampe de lancement à un shem humain.

Si l’analyse provocatrice de M. Sitchin est exacte, nous comprendrions mieux pourquoi les entités gardiennes ont été si alarmées par la tour de Babel et ont ressenti un besoin si impérieux de désunir complètement la race humaine.

Des histoires et légendes anciennes provenant d’autres parties du monde soutiennent indirectement l’histoire de la Tour de Babel. Les Japonais, les Esquimaux d’Alaska, les Sud-Américains et les Égyptiens ont tous des traditions affirmant que leurs premiers ancêtres avaient été transportés par des « dieux » semblables à des humains jusqu’à l’endroit où vivent aujourd’hui leurs descendants modernes, ou que ces « dieux » étaient à l’origine des langues ou des écritures locales.


Il peut être difficile d’accepter les déclarations mésopotamiennes et bibliques selon lesquelles la société humaine antique a été divisée il y a des milliers d’années dans un effort de « diviser pour régner » par des extraterrestres volants, même si la technique de « diviser pour régner » est fréquemment utilisée par les dirigeants militaires et politiques sur Terre en temps de guerre. Il est intéressant de noter que l’utilisation de cette technique a été préconisée il y a quelques années par un éminent professeur de Yale si la Terre devait un jour coloniser d’autres planètes. Le bon professeur a suggéré que la Terre pourrait contrôler une autre planète habitée en dressant un groupe d’autochtones contre un autre.

Si nous comparons les idées anciennes et modernes sur la façon dont l’humanité a vu le jour, nous trouvons deux versions très différentes. Selon la version ancienne, une société extraterrestre était venue posséder la Terre et cherchait à exploiter les ressources de la planète. Pour faciliter cette exploitation, une race de travail a été créée : l’Homo sapiens. Les humains étaient traités comme du bétail et étaient fréquemment massacrés lorsqu’ils devenaient trop nombreux ou gênants. Afin de préserver l’Homo sapiens en tant que race d’esclaves et de prévenir toute rébellion future, les connaissances spirituelles ont été réprimées, les êtres humains ont été dispersés géographiquement dans différents groupes linguistiques et les conditions ont été créées pour que la survie physique sur Terre soit une tâche dévorante de la naissance à la mort. Cet arrangement devait être maintenu indéfiniment tant que la société gardienne possédait la Terre. En revanche, selon la vision moderne, les êtres humains ont évolué accidentellement de la « matière stellaire » à la vase, puis aux poissons, aux singes et enfin à l’homme. La vision moderne semble en fait plus fantaisiste que la vision ancienne.

Dans l’histoire d’Adam et Eve, nous avons noté l’apparition d’un serpent. Le serpent était censé être l’ennemi de « Dieu », Satan, qui s’était littéralement transformé en reptile. La Bible suggère que les serpents sont aujourd’hui craints et détestés à cause de la prétendue transformation de Satan dans le jardin d’Eden. Cependant, il faut se rappeler que l’histoire biblique d’Adam et Eve est entièrement symbolique. Le serpent, lui aussi, était un symbole, et non un reptile réel.

Pour déterminer ce que le serpent biblique représentait, nous devons retourner une fois de plus aux sources pré-bibliques plus anciennes. Ce faisant, nous découvrons que le symbole du serpent avait deux significations très importantes dans le monde antique : il était associé au « dieu » Ea, réputé créateur et bienfaiteur de l’humanité, et il représentait également une organisation influente à laquelle Ea était associé.

5 – Confrérie du serpent

DE TOUS LES animaux vénérés dans les sociétés humaines anciennes, aucun n’était aussi important que le serpent. Le serpent était le logo d’un groupe qui était devenu très influent dans les premières sociétés humaines des deux hémisphères.

Ce groupe était une confrérie disciplinée qui se consacrait à la diffusion de la connaissance spirituelle et à la réalisation de la liberté spirituelle. Cette Confrérie du Serpent (également connue sous le nom de « Confrérie du Serpent », mais que j’appellerai souvent simplement la « Confrérie ») s’opposait à l’asservissement des êtres spirituels et, selon les écrits égyptiens, elle cherchait à libérer la race humaine de l’esclavage de la Garde*. * Comme les enseignements de la Fraternité incluaient la guérison physique par des moyens spirituels, le serpent en est venu à symboliser la guérison physique. Aujourd’hui, le serpent figure sur le logo de l’American Medical Association.

Pour ces raisons et d’autres, le serpent était devenu un symbole vénéré par les humains et, selon les textes égyptiens et bibliques, un objet de haine de la part des gardiens. Lorsque l’on cherche à découvrir qui a fondé la Confrérie, les textes mésopotamiens renvoient directement à ce « dieu » rebelle, le prince Ea. Les anciennes tablettes mésopotamiennes racontent qu’Ea et son père, Anu, possédaient de profondes connaissances éthiques et spirituelles.

Ce sont ces mêmes connaissances qui ont été symbolisées plus tard par des arbres dans l’histoire biblique d’Adam et Eve. En fait, le symbole de l’arbre biblique provient d’œuvres mésopotamiennes pré-bibliques, comme celle qui montre un serpent enroulé autour du tronc d’un arbre, identique aux représentations ultérieures du serpent dans l’Eden. De l’arbre de la représentation mésopotamienne pendent deux fruits. À droite de l’arbre se trouve le symbole de la demi-lune d’Ea et à gauche le symbole de la planète d’Anu.

Le dessin indique que Ea et Anu étaient associés au serpent et à ses enseignements. Ce lien est confirmé par d’autres textes mésopotamiens qui décrivent le palais d’Anu dans les « cieux » comme étant gardé par un dieu de l’Arbre de Vérité et un dieu de l’Arbre de Vie. Dans un cas, Ea aurait envoyé un humain pour qu’il soit éduqué dans ce même savoir :

Adapa [le nom d’un homme primitif], tu vas devant Anu, le roi ;

Tu prendras la route du Ciel.

Lorsque tu seras monté au ciel et que tu auras approché la porte d’Anu, le « Porteur de vie » et le « Croissant de vérité » se tiendront à la porte d’Anu1.

Nous trouvons donc Ea désigné comme le coupable réputé qui a essayé d’enseigner à l’homme primitif (Adam) la voie de la liberté spirituelle. Cela suggère qu’Ea voulait que sa création, l’Homo sapiens, soit adaptée au travail sur terre, mais qu’à un moment donné, il a changé d’avis et a décidé d’utiliser l’asservissement spirituel comme moyen.

Si Ea était une véritable personnalité historique comme le prétendaient les Sumériens, alors il était le chef probable de la Confrérie lors de sa fondation sur Terre. La Confrérie a pu adopter le serpent comme logo parce que la première maison d’Ea sur Terre aurait été construite sur un marécage infesté de serpents qu’Ea a appelé le Marais des Serpents. Une autre explication possible pour le logo du serpent est offerte par M. Sitchin qui dit que le mot biblique pour « serpent » est nahash, qui vient du mot racine NHSH, signifiant « déchiffrer, découvrir ».

Malgré toutes leurs bonnes intentions déclarées, le légendaire Ea et les premiers Frères ont clairement échoué à libérer la race humaine. D’anciens textes mésopotamiens, égyptiens et bibliques relatent que le « serpent » a été rapidement vaincu par d’autres factions cus- . todiennes. La Bible nous informe que le serpent dans le jardin d’Eden a été vaincu avant de pouvoir accomplir sa mission et donner à Adam et Eve le « fruit » du second « arbre ». Ea (qui était également symbolisé par un serpent) a été banni sur Terre et ses adversaires l’ont largement infamé pour s’assurer qu’il ne pourrait plus jamais s’assurer un large soutien parmi les êtres humains.

Le titre d’Ea fut changé de « Prince de la Terre » en « Prince des Ténèbres ». Il a été affublé d’autres épithètes horribles : Satan, le Diable, le Mal Incarné, le Monarque de l’Enfer, le Seigneur de la Vermine, le Prince des Menteurs, et plus encore. Il était dépeint comme l’ennemi mortel d’un Être suprême et comme le gardien de l’enfer. Les gens apprenaient que ses seules intentions étaient d’asservir spirituellement tout le monde et que tout ce qui était mauvais sur Terre était causé par lui. Les humains étaient encouragés à le détecter dans toutes ses vies futures (« incarnations ») et à le détruire, lui et ses créations, dès qu’ils le découvraient.

Toutes les croyances et pratiques portant ses diverses appellations (« satanisme », « culte du diable », etc.) devaient être rendues si horribles et dégradantes qu’aucune personne sensée ne voulait (ou ne devait) avoir affaire à elles. Lui et ses adeptes devaient être considérés par les êtres humains avec rien d’autre que le plus grand dégoût.

Cela ne veut pas dire qu’Ea était réellement dépeint par les anciens Sumériens comme un saint. Il ne l’était pas. Il était décrit dans les textes mésopotamiens avec des défauts de caractère distincts. Si Ea était une personne réelle, alors il semble avoir été un génie qui pouvait faire avancer les choses, mais qui était souvent négligent quant à l’anticipation des conséquences de la façon dont il s’y prenait pour atteindre ses objectifs.

En créant une race de travail, Ea a fini par donner à ses ennemis un puissant outil de répression spirituelle. Il semble qu’Ea ait ensuite aggravé la situation en fondant et/ou en donnant du pouvoir à la première Confrérie du Serpent qui, après sa défaite annoncée, est restée une force puissante dans les affaires humaines, mais sous la domination des factions gardiennes auxquelles Ea et la Confrérie originelle étaient censés s’être opposés.

L’histoire indique que la Confrérie a été transformée sous ses nouveaux « dieux » gardiens en une arme effrayante de répression et de trahison spirituelle, malgré les efforts de nombreux humanitaires sincères pour apporter une véritable réforme spirituelle par les canaux de la Confrérie jusqu’à aujourd’hui. En créant prétendument une race de travail et la Confrérie du Serpent, le « dieu » Ea avait contribué à construire un piège pour des milliards d’êtres spirituels sur Terre.

Comme nous allons maintenant commencer à le documenter soigneusement, la Confrérie du Serpent a été l’outil le plus efficace au monde pour préserver le statut de l’humanité en tant que créature de labeur spirituellement ignorante tout au long de l’histoire.

Pendant tout ce temps, et encore aujourd’hui, la Confrérie et son réseau d’organisations sont restés intimement liés au phénomène OVNI. Cette corruption de la Fraternité, et l’effet écrasant qu’elle aurait sur la société humaine, était déjà apparente en l’an 2000 avant J.-C. dans l’ancienne Égypte – la prochaine étape de notre voyage.

A suivre…

Lire tous les chapitre du livre : Les dieux de l’Éden


Que pensez-vous de cet article ? Inscrivez-vous et rejoignez la conversation


Merci à tous pour votre soutien.

Beaucoup d'entre vous sont avec moi, par le coeur et la pensée, et je vous transmet ma gratitude... Vous pouvez assurer la continuité de ce site de plusieurs manières... En partageant les articles que vous avez aimé... En achetant vos livres et vos produits préférés sur Amazon via ce site... En faisant un don sécurisé sur Paypal... Ou les trois en même temps... Recevez toute ma gratitude... Mon Amour vous accompagne...


Veuillez aider à soutenir les médias alternatifs. Nous suivons la vérité, où qu'elle mène. Votre aide est importante... Merci








Elishean777 : Communauté pour un Nouveau Monde © elishean/2009-2021

Tags:

0 Commentaires

Laisser une réponse

Imaginer un Nouveau Monde © Elishean 2009 - 2021

CONTACT

Vous pouvez nous envoyer un e-mail et nous vous répondrons dès que possible.

En cours d’envoi
ou

Vous connecter avec vos identifiants

ou    

Vous avez oublié vos informations ?

ou

Create Account

%d blogueurs aiment cette page :