Secrets révélés

Le Changement des Âges (6) L’entité Seth et les unités de conscience

Livre de David Wilcock : Convergence volume I

Ce chapitre est un extrait direct des parties finales de « The Seth Material », le premier album des efforts de canalisation de Jane Roberts en 1971.

Ce que nous trouvons est une étude approfondie de l’Unité de Conscience (Consciousness Unit ou CU). Les propriétés métaphysiques du CU sont expliquées par Seth en détail. Le résultat est une visite guidée à travers un ensemble d’idées métaphysiques que la plupart des gens n’ont jamais envisagées auparavant.

Nous explorons ensuite comment les archétypes et les UC sont liés.

Dans le chapitre précédent, nous avons expliqué comment la « théorie des supercordes » et la physique de Tony Smith correspondent toutes deux à l’idée d’une octave de dimensions, avec les solides platoniciens qui les sous-tendent.

[Dans le volume II, nous montrerons que les propres fonctions de Ramanujan ont été directement associées aux solides platoniciens dans des travaux mathématiques très avancés qui n’ont émergé que dans les années 1990, complètement distincts de ce dont parle Smith.]

Souvenons-nous à nouveau de la citation du Dr Michio Kaku :

« C’est comme s’il y avait une sorte de numérologie profonde qui se manifestait dans ces fonctions [dimensionnelles] que personne ne comprend. »

La numérologie dont parlait Kaku est l’occurrence répandue du nombre 8 dans les équations physiques de Ramanujan, qui sont utilisées pour tracer des dimensions supérieures.

²

Avec le recul, il semble que cette numérologie soit en fait juste devant le visage de Kaku, car il mentionne « les vibrations d’une corde ».

En d’autres termes, une corde de guitare vibrante peut produire des notes sur tout le spectre d’une octave, mais elle ne peut jamais sortir d’un cadre d’octave ; si la hauteur vibratoire était déplacée plus haut, par exemple en atteignant le double de sa valeur d’origine en cycles par seconde, alors la hauteur entrerait simplement dans une octave plus élevée, mais sonnerait essentiellement de la même manière.

De même, les vibrations des densités doivent se conformer à ce même système d’octave indiqué par la fonction de Ramanujan, puisqu’elles sont composées d’une source d’énergie fluide.

Dans le chapitre précédent, nous avons indiqué que la fonction de Ramanujan est basée sur 24, soit trois fois huit. Kaku a ensuite expliqué que l’harmonique de trois séries de huit pouvait être compressée en une seule série de huit, ce qui représenterait alors une seule octave.

Cela posé, revenons aux formes géométriques elles-mêmes. Ces formes, comme l’ont indiqué les chapitres précédents, sont une série de solides géométriques « parfaits » qui s’inscrivent tous dans la sphère et ont une séquence de croissance qui s’inscrit dans le modèle d’octave, selon le modèle védique de Purusha et Prakriti.

Seth nous a déjà dit que l’univers s’élève de « cubes dans des cubes » dans un univers composé « d’une myriade de fils interconnectés, tremblant constamment ». Comme indiqué, cela est littéralement identique à la théorie des supercordes, qui traite également des cubes dans les cubes comme des «hypercubes» et construit l’univers sur une matrice de cordes interconnectées qui vibrent.

Le modèle « S3# » de Tony Smith nous montre que nos meilleurs penseurs intègrent déjà les solides platoniciens dans leurs modèles mathématiques pour ces royaumes supérieurs.

Pour le reste de ce chapitre, nous présenterons les mots de Seth de la section annexe de « Le matériel de Seth », qui nous aident à comprendre comment les unités sphériques de base d’énergie dans le Cosmos interagissent les unes avec les autres.

Il nous a fallu plusieurs années pour faire correspondre toutes ces informations avec des données scientifiques, mais maintenant que nous concluons les trois volumes de la série, nous avons trouvé un certain degré de preuve pour presque tous les points que Seth avait soulevés en 1969.

Ce texte original était inestimable pour nous aider à comprendre ce qui se passait, car il fournissait des données cruciales qui manquaient dans la série Loi de Un de Ra.

Afin d’éviter de répéter la phrase , le lecteur doit être informé que presque toutes les parties de texte en italique ou en gras ont été ajoutées par cet auteur après coup, afin d’aider à améliorer la compréhension. Lorsque nous écrivons « Remarque : » suivi du texte entre parenthèses, ce sont nos commentaires ajoutés.

Maintenant : il y a des structures électromagnétiques, pour ainsi dire, qui sont actuellement au-delà de vos instruments (scientifiques), des unités qui sont les supports de base de la perception. Ils ont une « vie » très brève selon vos termes. Leur taille varie.

Plusieurs unités peuvent se combiner, par exemple ; plusieurs unités peuvent se combiner. Pour le dire aussi simplement que possible, ce n’est pas tant qu’ils se déplacent dans l’espace, mais qu’ils utilisent l’espace pour se déplacer. Il existe une différence.

[Remarque : Cela peut sembler compliqué au début, mais une fois que nous voyons que ce que Seth appelle « l’espace » est en fait l’énergie éthérique, cela a du sens. Étant donné que les unités sont constituées d’énergie éthérique, elles doivent utiliser de l’énergie éthérique pour voyager. Ce ne sont pas des « particules » autonomes qui se déplacent dans un vide vide.]

Il s’agit en quelque sorte de qualités thermiques, mais aussi de lois d’attraction et de répulsion. Les unités chargent l’air qu’elles traversent et attirent à elles d’autres unités.

Les unités ne sont pas stationnaires comme, disons, une cellule est stationnaire dans le corps. Même une cellule n’apparaît qu’à l’arrêt. Ces unités n’ont pas de « maison ». Ils sont construits en réponse à l’intensité émotionnelle.

Ils sont une forme que prend l’énergie émotionnelle. Ils suivent leurs propres règles d’attraction et de répulsion. Comme un aimant, voyez-vous, attirera avec ses filaments, de même ces unités attirent leurs propres types et formes, qui vous apparaissent alors comme une perception.

[Remarque : c’est facile à manquer. Seth dit que tout ce que nous percevons est une forme de schéma construit à partir d’unités de conscience. Puisqu’ils forment toute la matière physique, il s’agit en effet d’une déclaration très précise.]

Maintenant : le fœtus utilise ces unités. [Remarque : Seth avait parlé du fœtus plus tôt dans la discussion.] Il en va de même pour toute conscience, y compris celle d’une plante.

Les cellules ne réagissent pas seulement à la lumière parce que c’est dans l’ordre des choses, mais parce qu’un désir émotionnel de percevoir la lumière est présent.

[Remarque : cette idée d’un « désir émotionnel de percevoir la lumière » est conforme aux recherches de pointe citées par Gregg Braden dans ses différents livres. Le travail de Garaiev et Poponin intitulé « DNA Phantom Effect » a découvert qu’une molécule d’ADN peut être insérée dans un cylindre traversé par la lumière, et l’ ADN va en fait attirer la lumière et la faire tourner en spirale à travers la molécule !

De plus, lorsque l’ADN est retiré, la lumière continue de tourner en spirale comme si l’ADN était toujours là. (Nous aurons beaucoup plus à dire à ce sujet dans le volume III, en ce qui concerne l’évolution et la façon dont l’onde de torsion forme la molécule d’ADN.)

C’est évidemment une découverte très étrange, mais nous pouvons voir que Seth nous aide à la comprendre ; l’ADN a un « désir émotionnel de percevoir la lumière », car il attire naturellement la lumière en lui-même. Cela pourrait ne pas sembler possible jusqu’à ce que nous réalisions que toute vie et toute matière ont un certain degré de conscience, puisqu’elles sont constituées d' »énergie intelligente ».]

Le désir apparaît à cet autre niveau sous la forme de ces unités électromagnétiques, qui provoquent alors une sensibilité à la lumière.

Ces unités sont en roue libre. Ils peuvent être utilisés dans la perception normale ou ce que vous appelez la perception extrasensorielle. Je discuterai de leur nature fondamentale lors d’une séance ultérieure, et j’aimerais faire le lien avec le fœtus, puisque le fœtus est fortement impliqué dans les mécanismes perceptifs.

(« La prochaine session ira bien. »)

Ce n’est pas que vous ne puissiez pas concevoir des instruments pour percevoir ces unités.

Vos scientifiques posent simplement les mauvaises questions et ne pensent pas en termes de telles structures en roue libre.

[Remarque : Seth sous-entend que nous pouvons effectivement concevoir des instruments capables de percevoir ces unités.

Nous aurons beaucoup à dire à ce sujet dans le volume III, car plusieurs scientifiques russes ont conçu des détecteurs de champ de torsion très efficaces. En outre, ce travail a été reproduit par le lieutenant-colonel Tom Bearden (retraité) entre autres aux États-Unis.

Le travail pyramidal de Joe Parr, également couvert dans le volume III, montre clairement ces champs également. Ainsi, les dernières recherches montrent que depuis le moment où Seth a donné ces lectures en 1969, certains scientifiques posent maintenant les «bonnes questions».]

SESSION 505, 13 OCTOBRE 1969, LUNDI 21H34

Bonsoir.

(« Bonsoir, Seth. »)

Maintenant : Ces unités dont nous avons parlé plus tôt sont essentiellement des animations s’élevant de la conscience.

Je parle maintenant de la conscience à l’intérieur de chaque particule physique, quelle que soit sa taille ; de la conscience moléculaire, la conscience cellulaire, ainsi que les plus grandes gestalts de la conscience avec lesquelles vous êtes habituellement familier.

En raison du vocabulaire scientifique limité de Ruburt, cela est quelque peu difficile à expliquer. De plus, certaines des théories que je vais vous présenter dans cette discussion vous seront tout à fait inconnues.

Ces émanations montent aussi naturellement que le souffle, et il y a d’autres comparaisons qui peuvent être faites, en ce sens qu’il y a une entrée et une sortie, et une transformation à l’intérieur de l’unité, car ce qui est pris dans les poumons, par exemple, n’est pas le même chose qui part sur le coup d’expiration.

Vous pourriez comparer ces unités, simplement par analogie, au souffle invisible de la conscience.

Cette analogie ne nous mènera pas loin, mais elle suffira dans un premier temps à faire passer l’idée.

La respiration est, bien sûr, aussi une pulsation, et ces unités fonctionnent de manière pulsée.

Ils sont émis par les cellules, par exemple, dans les plantes, les animaux, les roches, etc. Ils auraient une couleur si vous pouviez les percevoir physiquement.

[Note : Dans le Volume III, nous montrerons comment les travaux du Dr Oliver Crane démontrent l’importance d’un mouvement de « respiration » dans ces champs d’énergie sphériques. Cela est devenu l’une des révélations les plus importantes pour avoir une solution complète pour le modèle, comme nous le verrons. Il est vraiment étonnant de voir à quel point Seth était précis, alors qu’aucun de ces éléments n’avait été officiellement découvert scientifiquement à l’époque.]

Ils sont électromagnétiques, selon vos termes, suivant leurs propres schémas de charge positive et négative, et suivant également certaines lois du magnétisme.

Dans ce cas, le semblable attire définitivement le semblable. Les émanations sont en fait des tonalités émotionnelles. Les variétés de tons, à toutes fins pratiques, sont infinies.

[Remarque : Et bien sûr, tous les tons doivent tomber quelque part dans une structure d’octave.]

Les unités sont juste en dessous de la gamme de la matière physique.

Aucun n’est identique. Cependant, il y a une structure pour eux. Cette structure est au-delà de la gamme des qualités électromagnétiques telles que les pensent vos scientifiques.

La conscience produit effectivement ces émanations, et elles sont à la base de toute sorte de perception, aussi bien sensorielle en termes usuels qu’extrasensorielle.

[Remarque : la recherche russe sur les champs de torsion a validé les déclarations de Seth ici, car ces champs sont en effet de nature non électromagnétique, ayant des qualités qui ressemblent davantage aux ondes gravitationnelles. Il existe de nombreuses preuves que nous couvrirons dans cette série pour montrer comment ces champs de torsion sont liés à la conscience.]

Nous ne faisons que commencer cette discussion. Plus tard, vous verrez que je vous simplifie la tâche, mais vous ne le comprendrez que si nous commençons de cette manière. J’ai l’intention d’expliquer la structure de ces unités. Maintenant, donnez-nous un instant.

Ces émanations peuvent également apparaître sous forme de sons, et vous pourrez les traduire en sons bien avant que vos scientifiques ne découvrent leur signification fondamentale.

[Remarque : Nous pouvons maintenant voir que Seth a couvert les trois bases en ce qui concerne les harmoniques : la lumière, le son et la géométrie sont tous un facteur dans ces vibrations.

Lors de la conférence de l’US Psychotronics Association en juillet 2002, j’ai vu certaines machines qui créaient des champs de torsion en utilisant le son – donc ce que Seth dit ici est en effet possible.

Une grande machine à son ultra-basse fréquence en particulier avait un effet si puissant que j’avais l’impression que le sol tombait sous moi quand je me tenais à un certain endroit, ce qui m’alignait avec les émanations de champ de torsion provenant du appareil.

J’ai découvert cela tout à fait par accident, et l’endroit où cela fonctionnait était à plus de 30 pieds de la machine.]

L’une des raisons pour lesquelles ils n’ont pas été découverts est précisément parce qu’ils sont si habilement camouflés dans toutes les structures.

[Remarque : Ceci, bien sûr, inclurait les planètes !]

Étant juste au-delà de la portée de la matière, ayant une structure mais non physique et étant de nature pulsatoire, ils peuvent se dilater ou se contracter.

Ils peuvent complètement envelopper, par exemple, une petite cellule, ou se retirer dans le noyau à l’intérieur. Ils combinent les qualités d’une unité et d’un domaine, en d’autres termes.

[Remarque : Il s’agit d’un point très astucieux qui correspond parfaitement au modèle, comme avec l’idée de « cristaux fluides ».]

Il y a une autre raison pour laquelle ils restent un secret pour les scientifiques occidentaux. L’intensité régit non seulement leur activité et leur taille, mais la force relative de leur nature magnétique.

Ils attireront à eux d’autres unités de ce type, par exemple, selon l’intensité du ton émotionnel de la conscience particulière à un « point » donné.

[Remarque : Ainsi, Seth nous dit que l’amplitude de l’onde sphérique est en fait une fonction de l’ intensité émotionnelle qui a contribué à sa création.]

Ces unités changent alors évidemment constamment. Si nous devons parler en termes de taille, alors ils changent constamment de taille à mesure qu’ils se dilatent et se contractent.

Théoriquement, il n’y a pas de limite, voyez-vous, à leur taux de contraction ou d’expansion.

[Remarque : Nous pouvons voir que les formes pourraient facilement s’étendre jusqu’à une taille qui engloutirait une pyramide, sur la base de ces informations. La forme de base essentielle est une sphère, et une planète, un soleil et une galaxie peuvent fournir une base pour cette pulsation, tout comme les microamas, les molécules et les atomes.]

Ils sont également absorbants. Ils dégagent des qualités thermiques, et c’est le seul indice que vos scientifiques en aient reçu jusqu’à présent.

[Remarque : Ici, nous devons nous rappeler que la chaleur est simplement le reflet de la vitesse à laquelle les molécules d’un objet donné vibrent.

Une fois de plus, Seth gagne ici de gros points, car nous verrons dans le volume III que ces formations ont été visuellement observées dans les spectres infrarouge et micro-ondes – comme avec les « Earth Lights » qui ont été observées à Hessdalen, en Norvège.

En particulier, le spectre infrarouge est une mesure directe de la quantité de chaleur (vibration) dans une zone donnée.]

Leurs caractéristiques les poussent à des échanges constants.

Des groupes d’entre eux (Jane fit un geste – sa livraison était assez emphatique et animée) seront rassemblés, littéralement scellés, pour tomber et se disperser une fois de plus.

Ils forment – ​​et leur nature est derrière – ce qu’on appelle communément l’air, et ils l’utilisent pour se déplacer. En d’autres termes, on peut dire que l’air est formé par les animations de ces unités.

[Remarque : Ici, nous pouvons clairement avoir une idée de l’importance de la méditation ; notre respiration pourrait bien être le lien le plus étroit que nous ayons pour apporter de plus grandes quantités de cette énergie spirituelle dans notre corps.

Il semble que ce que Seth veut vraiment dire ici, c’est que les contraintes géométriques invisibles dans l’éther ont un impact direct sur la façon dont les molécules d’air rebondissent. Cela finit par entrer dans des discussions sur la météo, qui seront couvertes dans ce volume et dans les volumes suivants lors de la discussion sur le réseau mondial.]

J’essaierai de clarifier cela plus tard, mais l’air est le résultat de l’existence de ces unités, formé par l’interrelation des unités dans leurs positions et leur distance relative les unes par rapport aux autres, et par ce que vous pourriez appeler la vitesse relative de leur mouvement .

L’air est ce qui se passe lorsque ces unités sont en mouvement, et c’est en termes de temps que leurs effets électromagnétiques apparaissent le plus clairement aux scientifiques, par exemple.

[Remarque : Comme nous le verrons dans les chapitres suivants, le réseau mondial de lignes d’énergie de la Terre dirige les courants de vent et d’eau dans certaines directions. Regardez l’énorme tempête de type ouragan « Great Red Spot » sur Jupiter et vous verrez comment le tétraèdre détermine les conditions météorologiques.]

Ces unités – discutons-en car elles sont liées à une roche.

La roche est composée d’atomes et de molécules, chacun avec sa propre conscience. Cela forme une conscience gestalt rock.

Ces unités sont envoyées indifféremment par les divers atomes et molécules, mais certaines d’entre elles sont également dirigées par la conscience globale de la roche.

[Remarque : Ici, nous pouvons voir une corrélation précise avec les déclarations dans le Ra Material où ils décrivent comment ils ont transformé la roche calcaire en blocs soigneusement sculptés pour construire la pyramide.

Ra avait dit que l’entité réalisant la construction devait « communiquer à l’intelligence de la roche infinie » et lui ordonner de déplacer une partie d’elle-même dans une fréquence de vibration plus élevée. Dans le même sens, certains maîtres spirituels avancés et/ou enfants psychiques ont été vus manifester et démanifester des objets.]

Les unités sont envoyées par la roche, informant la roche de la nature de son environnement changeant : l’angle du soleil et les changements de température, par exemple, à la tombée de la nuit ; et même dans le cas d’un rocher, ils changent à mesure que le ton émotionnel du rocher change.

Au fur et à mesure que les unités changent, elles modifient l’air qui les entoure, ce qui est le résultat de leur propre activité.

Ils émanent constamment de la roche et y retournent dans un mouvement si rapide qu’il semblerait simultané.

Les unités rencontrent et, dans une certaine mesure, fusionnent avec d’autres unités envoyées, par exemple, du feuillage et de tous les autres objets.

Il y a un mélange constant, et aussi une attraction et une répulsion.

[Remarque : Encore une fois, nous prêtons une attention particulière aux déclarations de Seth : « cela semblerait simultané ». De toute évidence, nos instruments ne seraient pas en mesure de ralentir ce mouvement à une vitesse mesurable – ainsi, nous pourrions sembler voir des nuages ​​fixes au lieu du mouvement des « unités ».]

Vous pouvez prendre votre pause et nous continuerons.

(10:10. L’accouchement de Jane a été assez emphatique et animé tout au long. Son état de transe était bon.)

(Le reste de la session a été consacré à l’interprétation par Seth d’un de mes rêves – Robert Butts.)

SESSION 506, 27 OCTOBRE 1969, LUNDI 21H40

(Quelque temps après 21 heures, Jane et moi nous sommes assis pour voir si Seth passerait. J’ai dit à Jane qu’elle n’avait pas besoin d’avoir une séance, mais elle était assez disposée, si Seth le décidait. Elle a travaillé de longues heures sur son livre et a mais quelques chapitres à réécrire.)

(Jane a eu deux sessions récentes, excellentes et longues pour sa classe ESP, mettant en vedette à la fois Seth et Seth II, et incluant du nouveau matériel.)

Bonsoir.

(« Bonsoir, Seth. »)

Maintenant : Ruburt n’a pas à s’inquiéter d’avoir raté quelques séances régulières. Il a fait preuve de spontanéité et, paradoxalement, c’est de la spontanéité que dépend la régularité de nos séances. tu me suis?

(« Oui. »)

Or : les unités dont j’ai parlé n’ont pas de « vie » spécifique, régulière, prédéterminée. Ils ne sembleront pas suivre de nombreux principes scientifiques.

Puisqu’ils sont la force intuitive juste au-delà de la gamme de la matière, sur laquelle la matière est formée, ils ne suivront pas les lois de la matière, bien qu’ils puissent parfois imiter les lois de la matière.

Il est presque impossible de détecter une unité individuelle, car dans sa danse d’activité, elle devient constamment une partie d’autres unités semblables, se dilatant et se contractant, pulsant et changeant d’intensité, de force et de polarité changeante. Ce dernier est extrêmement important.

(Pause, une parmi tant d’autres.)

Avec le vocabulaire limité de Ruburt, c’est assez difficile à expliquer, mais ce serait comme si les positions de vos pôles nord et sud changeaient constamment tout en maintenant la même distance relative l’un par rapport à l’autre, et par leur changement de polarité bouleversant la stabilité (pause) de la planète – sauf qu’en raison de la plus grande force comparative aux pôles des unités (gestes, tentatives de schémas dans les airs), une nouvelle stabilité est presque immédiatement atteinte après chaque déplacement. Est-ce bien clair?

(« Oui. »)

[Note : Encore une fois, le temps a prouvé l’efficacité des paroles de Seth. Un tore sphérique a la plus grande quantité d’influx d’énergie dans les régions polaires.

Chaque solide de Platon a l’axe central d’un tore sphérique qui le traverse, sous une forme qui est la plus équilibrée pour cette géométrie particulière.

Ce point d’équilibre change d’une géométrie à l’autre, obligeant les pôles du tore sphérique à changer de position. C’est le véritable mécanisme caché qui est également responsable des déplacements des pôles magnétiques sur Terre.]

Le changement de polarité se produit en rythme avec l’évolution des intensités émotionnelles, ou des énergies émotionnelles, si vous préférez.

[Remarque : Cette dernière phrase est extrêmement importante pour notre discussion : c’est l’intensité émotionnelle dans un domaine donné qui provoque ces changements de polarité. Et cette intensité est simplement fonction de la « densité » ou du degré de concentration de l’énergie éthérée elle-même.

De même, des sources telles que Ra nous disent que les pôles de la Terre vont avoir un décalage d’environ 21 degrés au moment où le cycle se termine – et c’est l’état spirituel / émotionnel global de l’humanité qui détermine à quelle vitesse et à quel point ce changement est dommageable. se produira.]

L’énergie émotionnelle d’origine « initiale » qui met en mouvement une unité donnée et la forme, puis la transforme en un champ électromagnétique hautement chargé avec les caractéristiques de polarités changeantes que nous venons de mentionner.

Les polarités changeantes sont également causées par l’attraction et la répulsion d’autres unités similaires qui peuvent être attachées ou détachées.

Il y a un rythme qui sous-tend toute cette polarité changeante et ces intensités changeantes qui se produisent constamment. Mais les rythmes ont à voir avec la nature de l’énergie émotionnelle elle-même, et non avec les lois de la matière.

[Remarque : Encore une fois, le rythme est une autre façon d’exprimer la vibration. Dans le volume III, nous verrons comment Seth nous donne une description très générale de ce qui se passe dans le modèle de physique quantique de Rod Johnson.]

Sans une compréhension de ces rythmes, l’activité des unités semblerait aléatoire, chaotique, et il semblerait qu’il n’y ait rien pour maintenir les unités ensemble.

[Remarque : rappelez-vous que les théoriciens modernes des « supercordes » ajoutent deux dimensions supplémentaires aux fonctions de Ramanujan car elles exigent une symétrie. Seth nous montre ici que ce n’est pas nécessaire, car il existe un rythme sous-jacent d’énergie émotionnelle qui maintient les unités ensemble.]

En effet, ils semblent s’envoler à des vitesses phénoménales. Le « noyau » – utilisant maintenant une analogie cellulaire – si ces unités étaient des cellules, ce qu’elles ne sont pas, alors ce serait comme si le noyau changeait constamment de position, s’envolant dans toutes les directions, entraînant avec lui le reste de la cellule . Suivez-vous l’analogie?

(« Oui. »)

Les unités sont évidemment dans la réalité de toutes les cellules.

Maintenant : le point d’initiation est la partie fondamentale de l’unité, comme le noyau est la partie importante de la cellule. Le point d’initiation est l’énergie émotionnelle d’origine, unique, individuelle et spécifique qui forme une unité donnée. Il devient la porte d’entrée dans la matière physique.

[Remarque : le « point d’initiation » de Seth serait la sphère infiniment petite de la première densité, que nous définirions en termes unidimensionnels classiques comme un « point ».]

C’est l’enceinte initiale à trois côtés d’où toute matière doit jaillir.

Le point initial en forme les trois côtés. (Gestes; pause.)

[Remarque : sur la base du contexte d’autres aspects des écrits de Roberts, y compris la couverture de son livre Adventures in Consciousness, il est clair que Seth fait référence à la structure d’un triangle équilatéral de base, qui forme les côtés de tous les triangles platoniciens . solides sauf le dodécaèdre et le cube.

Et nous savons maintenant que c’est une explication simplifiée, et les Hindous sont plus justes en disant que la sphère se cristallise dans l’icosaèdre. L’analogie du triangle rend cela bidimensionnel et donc plus facile à voir.]

Il y a une nature explosive lorsque l’énergie émotionnelle est née.

L’effet à trois côtés, formé instantanément, conduit à un effet qui ressemble à un frottement, mais l’effet provoque (plus de gestes) le changement de position des trois côtés, de sorte que vous vous retrouvez avec un effet triangulaire, fermé, avec le point initial à l’intérieur du triangle.

Maintenant, vous comprenez que ce n’est pas une forme physique.

(« Oui. »)

[Remarque : Comme nous le verrons dans les prochains chapitres, cette formation apparaît fréquemment dans les « Crop Circles », une autre manière que les visiteurs tentent de nous enseigner sur ce système de physique vibratoire.]

Le point d’énergie, à partir de maintenant, change constamment la forme de l’unité, mais la procédure que je viens d’évoquer doit d’abord se produire. L’unité peut devenir circulaire, par exemple.

[Remarque : Le cercle semble avoir été l’une des seules formes que Seth pouvait citer en utilisant le vocabulaire actuel de Jane, mais cela n’élimine pas les autres possibilités.]

Or ces intensités d’énergie émotionnelle, formant les unités, finissent par transformer tout l’espace disponible en ce qu’elles sont. Certaines intensités et certaines positions de polarité entre et parmi les unités et les grands groupements d’unités compriment l’énergie sous forme solide (résultant en matière).

L’énergie émotionnelle au sein des unités est évidemment le facteur de motivation, et vous pouvez alors voir pourquoi l’énergie émotionnelle peut effectivement briser un objet physique. Vous pouvez prendre votre pause.

[Remarque : Dans un premier temps, dans ce paragraphe, Seth décrit comment la matière est simplement une forme plus compressée de ces unités d’énergie, résultant de « grands groupements » qui sont organisés ensemble en « certaines intensités et certaines positions de polarité entre et parmi les unités ». .”

Encore une fois, c’est une description parfaite du modèle de physique quantique de Johnson. Ensuite, Seth suggère une compréhension du phénomène de télékinésie, ou l’esprit sur la matière. Ce n’est peut-être rien d’autre que la capacité de contrôler les « unités de conscience » composant l’objet, puis de les mettre « en décalage » avec les pulsations de la gravité afin de les faire monter.

Cela correspond assez bien aux histoires racontées par les maîtres yogis concernant leurs pouvoirs Siddhi, ainsi qu’aux cas d’activités de poltergeist remontant à des adolescents mécontents avec un énorme stress émotionnel provoquant les événements par la force télékinésique.

En effet, dans toutes les expériences de télékinésie, l’auteur de ce livre a découvert que la seule chose qui fera bouger un objet est la visualisation mentale ferme de ce mouvement ; cette fermeté de croyance est ce qui forme l’énergie émotionnelle.]

(10:10. Jane est sortie de transe assez rapidement, même si elle avait été bonne. Parfois, son accouchement avait été assez rapide. Elle a dit qu’elle pouvait sentir Seth la pousser pour qu’elle laisse passer le matériel aussi clairement que possible. possible sans distorsion.)

(Elle avait également quelques images en donnant le matériel, bien qu’elle ne puisse pas s’en souvenir à la pause. Habituellement, dit-elle, elle oublie toutes les images, ou même si elle en a eu ou non, à moins que je ne demande spécifiquement à la fois quand une séance est parfois, dit-elle, les mêmes images lui reviennent lorsqu’elle lit telle ou telle séance ; elle les reconnaît alors.)

(Jane a tenu à mentionner qu’en ce qui concerne le changement de polarité des unités : « Ce n’est pas seulement avec la commutation nord et sud, mais des opposés n’importe où sur le bord du cercle [qui a été utilisé comme analogie] , avec est et ouest inversés, par exemple. »)

[Remarque : n’oublions pas que Seth semble avoir utilisé l’analogie d’un cercle au lieu d’une sphère pour simplifier les choses.]

(Reprendre 10:26.)

Maintenant : l’intensité de l’énergie émotionnelle originelle contrôle l’activité, la force, la stabilité et la taille relative de l’unité ; le taux de sa pulsation, et son pouvoir d’attirer et de repousser d’autres unités, ainsi que sa capacité à se combiner avec d’autres unités.

Le comportement de ces unités change de la manière suivante. Lorsqu’une unité est en train de se combiner avec une autre, elle aligne ses composants d’une manière caractéristique. Lorsqu’il se sépare des autres unités, il alignera ses composants d’une manière différente.

Les polarités changent dans chaque cas, à l’intérieur des unités. L’unité modifiera ses polarités en elle-même, adaptant la conception de polarité de l’unité vers laquelle elle est attirée ; et il changera sa polarité loin de cette conception lors de la rupture du contact.

[Remarque : tout cela concerne les géométries à l’intérieur des sphères elles-mêmes et la manière dont elles interagissent les unes avec les autres.]

Prenez, par exemple, cinq mille de ces unités alignées ensemble, formées ensemble. Ils seraient, bien sûr, invisibles. Mais si vous pouviez les voir, chaque unité individuelle aurait ses pôles alignés de la même manière.

Cela ressemblerait à une seule unité – disons qu’elle est de forme circulaire – donc cela ressemblerait à un petit globe avec les pôles alignés comme sur votre terre.

[Remarque : C’est ici que Seth sort des métaphores bidimensionnelles « plates » et introduit l’idée d’une sphère – en particulier un tore sphérique, puisqu’il se concentre sur les pôles de la sphère.]

Si cette grande unité était ensuite attirée par une autre plus grande, circulaire, avec les pôles orientés est et ouest, selon vos termes, alors la première unité changerait sa propre polarité, et toutes les unités en son sein feraient de même.

Le point d’énergie serait à mi-chemin entre ces pôles, quelle que soit leur position, et il (le point d’énergie) forme les pôles. Ils tournent donc autour du point d’énergie. Le point d’énergie est essentiellement indestructible.

Son intensité, cependant, peut varier à des degrés étonnants, de sorte qu’elle pourrait, relativement parlant, être trop faible ou retomber, pas assez forte pour former la base de la matière, mais pour se projeter dans un autre système, peut-être, où moins d’intensité est requise. pour « matérialisation ».

[Remarque : Ceci est rendu possible par le fait qu’il existe de nombreuses « densités dans les densités », comme Ra l’a illustré.]

Ces unités peuvent également gagner tellement en intensité et en force qu’elles forment des structures relativement permanentes au sein de votre système en raison de l’étonnante énergie qui les sous-tend. Votre Stockridge-

(Seth s’arrêta ; Jane fronça les sourcils comme si elle cherchait un mot.)

(« Oak Ridge? »)

Non. (Geste.) Des restes de temples.

(« Oh. Baalbek? »)

C’étaient des lieux d’études concernant les astres. Observatoires.

(« Oui? » Je pensais que je connaissais probablement le mot que Seth/Jane cherchait, mais je n’avais pas le temps de réfléchir et d’écrire des notes.)

Les unités ainsi chargées d’une énergie émotionnelle intense ont formé des modèles pour la matière qui ont conservé leur force. Maintenant, ces unités, tout en apparaissant dans votre système, peuvent également avoir une réalité à l’extérieur, propulsant les unités d’énergie émotionnelle à travers le monde de la matière entièrement.

Ces unités, comme je vous l’ai dit, sont indestructibles. Ils peuvent cependant perdre ou gagner de la puissance, retomber dans des intensités sous la matière ou traverser la matière, apparaissant comme de la matière et se projetant à travers votre système.

[Remarque : Il existe des exemples d’« unités de conscience » qui apparaissent comme de la matière, et cela est bien couvert dans les deuxième et troisième volumes. La plupart du temps, ils apparaîtront comme des boules de lumière brillantes lorsque cela se produit.]

Nous traiterons cette partie de leur activité séparément. Dans de tels cas, cependant, ils sont manifestement à un point de transition et dans un état de devenir. Vous pouvez faire une pause ou terminer la session comme vous le souhaitez.

(« Je suppose que nous ferions mieux d’en finir. »)

Je voulais vous donner ce matériel.

(« C’est très intéressant. »)

Ce n’est qu’un début. Je ne tiendrais pas compte des analogies si vous n’en aviez pas besoin. Une tendre bonne soirée.

(« Bonsoir, Seth. »)

(10:45. Après avoir parlé un peu, j’en ai déduit que Seth/Jane avait essayé le mot « Stonehenge », signifiant les anciens monolithes de pierre druidiques disposés en cercle en Angleterre, etc. Jane a alors dit que c’était le mot Seth avait essayé de lui faire dire. Elle ne savait pas pourquoi il n’était pas sorti en transe, puisqu’elle connaît le mot et ce qu’il signifie.)

[Note : L’auteur a eu des choses similaires, où la force derrière les mots essayait d’exprimer un mot que, pour une raison quelconque, il ne pouvait pas trouver dans l’esprit de l’individu.

Dans ces cas, le mot doit être poussé syllabe par syllabe, et il peut bien y avoir des distorsions. L’auteur a pu obtenir des phrases japonaises précises à un moment donné, avec presque aucune connaissance de la langue, mais certaines syllabes dans les mots étaient légèrement incorrectes.]

SESSION 509, 24 NOVEMBRE 1969, LUNDI 21H10

(Aujourd’hui, Jane avait lu Experimental Psychology de CG Jung, première édition américaine, publiée par les héritiers de Jung en 1968. Nous n’avions pas demandé à Seth de commenter.)

Bonsoir.

(« Bonsoir, Seth. »)

[Remarque : Ici, Seth entre dans une discussion sur les définitions de Jung des différents niveaux de conscience, par rapport à ses propres définitions. Jung n’a pas attribué le degré d’importance au subconscient que Seth attribue ici. Nous passons au paragraphe suivant pour préserver le flux, car il résume le point de Seth et enchaîne avec notre discussion :]

Le moi conscient émerge, en effet, de l’« inconscient », mais l’inconscient, étant le créateur du moi, est nécessairement beaucoup plus conscient que sa progéniture.

L’ego n’est tout simplement pas assez conscient pour être capable de contenir la vaste connaissance qui appartient au moi conscient intérieur dont il jaillit.

[Remarque : Ainsi, nous avons une explication sur la provenance des informations de Ramanujan. Apparemment, son ego était suffisamment conscient pour en contenir une partie, et en l’espace de trois ans de recherche universitaire approfondie en Europe, il est mort.]

C’est ce moi intérieur, à partir d’une connaissance massive et de la portée illimitée de sa conscience, qui forme le monde physique et fournit des stimuli pour maintenir constamment l’ego extérieur au travail de prise de conscience.

C’est le moi intérieur, appelé ici l’ego intérieur, qui organise, initie, projette et contrôle les unités EE (énergie électromagnétique) dont nous avons parlé, transformant l’énergie en objets, en matière.

L’énergie de ce moi intérieur est utilisée par lui pour former à partir de lui-même – à partir de l’expérience intérieure – une contrepartie matérielle dans laquelle l’ego extérieur peut alors jouer son rôle. L’ego extérieur joue alors une pièce que le moi intérieur a écrite.

Cela ne veut pas dire que l’ego extérieur est une marionnette. C’est dire que le moi extérieur est beaucoup moins conscient que le moi intérieur, que sa perception est moindre, qu’il est beaucoup moins stable bien qu’il fasse semblant d’être stable, qu’il jaillit du moi intérieur et qu’il est donc moins, plutôt que plus, conscient.

L’ego extérieur est nourri à la cuillère, ne recevant que ces sentiments et émotions, uniquement ces données, qu’il peut gérer. Ces données lui sont présentées de manière hautement spécialisée, généralement en termes d’informations captées par les sens physiques.

Le moi intérieur ou l’ego n’est pas seulement conscient, mais conscient de lui-même, à la fois en tant qu’individualité à part des autres et en tant qu’individualité faisant partie de toute autre conscience. Selon vos termes, il est continuellement conscient, à la fois de cette séparation et de cette unité avec.

L’ego extérieur n’est pas continuellement conscient de quoi que ce soit. Il s’oublie souvent. Lorsqu’il est emporté par une forte émotion, il semble se perdre ; il y a donc unité, mais pas de sens de séparation. Lorsqu’il maintient le plus vigoureusement son sens de l’individualité, il n’est plus conscient de l’unité-avec.

L’ego intérieur est toujours conscient des deux aspects et est organisé autour de son aspect principal, qui est la créativité. Il traduit constamment les composants de sa gestalt en réalité – soit la réalité physique à travers les unités EE que j’ai mentionnées, soit dans d’autres réalités tout aussi valables.

Maintenant, vous pouvez prendre votre pause et nous continuerons.

(Pendant notre pause, je me suis demandé à haute voix si Jung avait changé ses idées depuis sa mort physique.)

(Reprise 10:05.)

Maintenant : les unités EE (énergie électromagnétique) sont les formes que prend l’expérience de base lorsqu’elle est dirigée par ce moi intérieur. Ceux-ci forment alors des objets physiques, de la matière physique.

La matière, en d’autres termes, est la forme que prend l’expérience de base lorsqu’elle s’immisce dans des systèmes tridimensionnels.

La matière est la forme de vos rêves. Vos rêves, vos pensées et vos émotions sont littéralement transformés en matière physique à dessein par ce moi intérieur.

Le moi intérieur individuel, alors, par un effort constant et massif d’une grande intensité créative, coopère avec tous les autres moi intérieurs pour former et maintenir la réalité physique que vous connaissez, de sorte que la réalité physique est une ramification ou un sous-produit du moi intérieur hautement conscient. .

[Note : Il est très évident ici que c’est la théorie de « l’univers holographique » en action, bien avant qu’elle n’apparaisse dans des livres comme celui de Michael Talbot, du même nom. Nous vivons réellement dans une visualisation collective, ou un hologramme tridimensionnel de la pensée. La raison pour laquelle nous ne pouvons pas traverser les murs est que nous ne sommes de loin pas les seuls à les créer.]

Les bâtiments semblent être faits de roche, de pierre ou d’acier. Ils semblent assez permanents aux sens physiques.

Ce sont en fait des gestalts oscillants, toujours en mouvement et hautement chargés d’unités EE (« sous », disons, n’importe quelle particule atomique), organisés et entretenus par les efforts collectifs de la part des moi intérieurs.

Ils (les bâtiments) sont des émotions solidifiées, des états subjectifs solidifiés, dotés d’une matérialisation physique.

[Remarque : Il est également facile de voir ici que plus une zone est densément peuplée, plus il peut y avoir de charge de champ de torsion sur les objets physiques qui y sont construits. C’est l’une des raisons pour lesquelles les villes peuvent être extrêmement préjudiciables au processus de travail psychique.

Ils auront souvent beaucoup d’énergie stockée, qui peut être principalement chaotique et négative en raison des difficultés et de l’encombrement auxquels sont confrontées de nombreuses personnes. Ces émotions chaotiques se traduisent directement en énergie qui entre dans les structures.]

Les pouvoirs de la conscience ne sont donc clairement pas compris. Chaque individu a son rôle à jouer dans la projection de ces unités EE dans la réalité physique. Dès lors, la matière physique peut être légitimement décrite comme une extension de soi, tout autant que le corps physique est une projection de l’intériorité de soi.

Il est évident que le corps grandit autour de soi et que les arbres sortent du sol, tandis que les bâtiments ne poussent pas comme des fleurs d’eux-mêmes ; ainsi, le moi intérieur a diverses méthodes de création et utilise les unités EE de différentes manières, comme vous le verrez au fur et à mesure que nous poursuivrons la discussion.

Ayant déterminé la réalité physique comme une dimension dans laquelle elle s’exprimera, le moi intérieur, tout d’abord, prend soin de former et de maintenir la base physique dont tout le reste doit dépendre ; les propriétés de la terre que l’on peut qualifier de naturelles.

Le moi intérieur possède un réservoir vaste et infini dans lequel puiser connaissances et expériences. Toutes sortes de choix sont disponibles, et la diversité de la matière physique est le reflet de cette source profonde de variété.

Avec les structures naturelles formées et entretenues, d’autres propriétés physiques secondaires – des constructions secondaires – sont projetées.

L’expérience subjective la plus profonde, la plus fondamentale et la plus durable se traduit cependant dans ces éléments naturels : le vaste paysage qui soutient la vie physique. Nous poursuivrons cette discussion lors de notre prochaine session.

Jung a développé certains de ses concepts peu de temps avant sa mort. (Se penchant en avant, emphatique avec humour.) Il en a changé un bon nombre depuis lors. Vous pouvez maintenant faire une pause ou terminer la session comme vous le souhaitez.

(« Nous allons prendre la pause. »)

(22h30 Jane a dit qu’elle pensait que la livraison avait pris peut-être dix minutes au lieu des vingt-cinq qu’elle avait réellement pris. Reprise à 22h43.)

Nous allons bientôt terminer la session. Qu’il suffise de dire, cependant, qu’à l’avenir ce que je vous dis sera plus généralement connu. Les hommes se familiariseront dans une certaine mesure avec leur propre identité intérieure, avec d’autres formes de leur propre conscience.

[Remarque : Heureusement, cet avenir commence déjà à se produire maintenant – de plus en plus chaque année.]

À travers les âges, certains ont reconnu le fait qu’il existe une conscience de soi et un but dans certains états de rêve et de sommeil, et ont maintenu, même dans la vie éveillée, le sentiment de continuité de ce moi intérieur.

Pour de telles personnes, il n’est plus possible de s’identifier complètement avec la conscience de l’ego. Ils sont trop évidemment conscients d’eux-mêmes en tant que plus. Lorsqu’une telle connaissance est acquise, l’ego peut l’accepter, car il constate à sa grande surprise qu’il n’est pas moins conscient, mais plus, que ses limitations sont dissipées.

Maintenant : il n’est pas vrai – et j’insiste fortement sur ce point – que le soi-disant matériel inconscient, étant donné n’importe quelle liberté, détournera l’énergie du moi organisé de manière égoïste dans une personnalité normale. Bien au contraire, l’ego est reconstitué et plutôt directement.

C’est la peur que «l’inconscient» soit chaotique qui pousse les psychologues à faire de telles déclarations. Il y a aussi quelque chose dans la nature de ceux qui pratiquent la psychologie : une fascination, dans bien des cas, déjà prédisposée à craindre « l’inconscient » en proportion directe de son attirance pour eux.

L’ego maintient sa stabilité, sa stabilité apparente et sa santé, grâce à la nourriture subconsciente et inconsciente constante qu’il reçoit. Trop de nourriture ne le tuera pas. Me suivez-vous ici ?

(« Oui. »)

Ce n’est que lorsqu’une telle nourriture est pour une raison quelconque coupée à un degré considérable que l’ego est menacé de famine. Nous aurons plus à dire sur la relation du moi avec « l’inconscient ».

Dans une personnalité saine, le moi intérieur projette facilement toute expérience dans des unités EE, où elles sont traduites en réalité. La matière physique agit donc comme une rétroaction. Nous allons maintenant terminer notre séance, à moins que vous n’ayez des questions.

(« Je suppose que non. Ça a été très intéressant. »)

Mes plus sincères salutations et une bonne soirée à vous deux.

_________________________________________________________________________

Donc, avec ce segment, nous pouvons facilement commencer à comprendre à quel point notre Soi supérieur doit être familier avec ces unités de conscience.

Seth dit essentiellement que chaque sphère, pulsant à travers les différentes formes géométriques, est une unité EE, et que ces unités EE constituent toute notre réalité physique.

Avec ces mots, nous pouvons bien commencer à entrevoir les vastes réalités métaphysiques qui sous-tendent ces unités. Puisqu’ils sont formés par la conscience, nous les créons constamment, que nous en soyons conscients ou non, à travers nos propres pensées.

Ils peuvent contenir certaines charges énergétiques émotionnelles spécifiques, et les énergies émotionnelles sont souvent enracinées dans les systèmes archétypaux, dont nous parlerons brièvement.

Le reste de ce chapitre peut sembler hors sujet des discussions directes sur la physique, mais il est en partie conçu pour donner un peu de répit au lecteur moins techniquement enclin ; il est également conçu pour explorer les ramifications plus ésotériques de la perspective que Seth nous a donnée sur la physique en discussion.

ARCHÉTYPES ET DIMENSIONS HARMONIQUES

Les archétypes sont souvent mentionnés, comme dans la série Law of One, mais peu de gens les comprennent vraiment, nous allons donc les explorer un instant.

Essentiellement, la théorie derrière les archétypes est que toutes les expériences de vie que n’importe qui pourrait avoir peuvent être raffinées et organisées en une série commune d’événements.

Chaque événement archétypal serait alors une partie nécessaire de l’apprentissage de nos leçons de croissance spirituelle afin d’avancer davantage.

Selon Ra, il y a certaines leçons que chaque densité nous enseigne, que nous devons traverser afin d’atteindre le niveau vibratoire nécessaire pour le niveau suivant.

Chaque niveau vibratoire pourrait alors être assimilé à un archétype pour une leçon spécifique qui doit être apprise, pour chacune des trois parties de notre être ; spirituel, mental et physique.

Ici, nous entrons dans les arcanes majeurs des cartes de Tarot, qui étaient basées sur ce que l’on appelle les « sephiroth » du système mystique juif connu sous le nom de Cabale.

C’est une tradition de longue date parmi les mystiques que les systèmes Tarot et Cabalistique, chacun ayant 22 archétypes, contiennent le spectre complet des expériences d’apprentissage nécessaires à la perfection de soi, ce qui reviendrait à l’Un, ou à l’Octave, une réunion complète avec Dieu.

Il est alors fascinant de voir que ces 22 peuvent être assimilés à trois « échelles » de sept, (7 x 3 = 21,) avec le 22ème archétype, le Fou, existant en dehors des autres comme une carte séparée.

Ce caractère particulier du Fou est constamment mentionné dans les livres sur le Tarot ; le fou en lui-même est séparé du reste du pont.

Nous pouvons alors prendre The Fool comme représentant un archétype du point de départ pour les trois niveaux donnés, car l’Un sera toujours le même, jamais divisé.

Ainsi, si nous appliquons le Fou, en tant qu’Un, au début de chaque série de sept, nous obtenons 8 x 3, ou le nombre mystique de Ramanujan de 24. (Cependant, Ra a dit qu’il n’y a pas de -une relation entre les archétypes et les densités.)

La définition du fou est intéressante, en ce sens qu’elle représente un homme marchant au bord d’une falaise, avec un bâton qui a une petite bourse à son extrémité, qui est en équilibre sur son épaule.

Il regarde vers le ciel et tient une fleur dans son autre main, marchant apparemment totalement inconscient de la falaise devant laquelle il se tient, tandis qu’un chien blanc aboie sans cesse après lui, essayant de l’avertir du danger.

La bourse est censée représenter la connaissance accumulée de la mémoire universelle, qu’il porte avec lui. Une citation du livre de Sidney et Bennett sur le Tarot se lit comme suit : « Il est dit que le fou « possède la folie de Dieu, qui est plus grande que la sagesse des hommes ».

Qu’est-ce que le Fou nous dit exactement ? Pourquoi une pleine conscience de Dieu nous amènerait-elle à être si aléatoire dans le soin de nos propres vies ?

Ce n’est que le sens extérieur de l’archétype. La signification plus profonde est que le fou sait qu’il peut faire entièrement confiance à Dieu, et ainsi il ne perçoit aucun obstacle comme existant réellement dans la réalité.

Le chien représenterait notre nature inférieure, plus animale, qui aboie de colère à la moindre pensée de cette confiance aveugle, voyant pleinement les pièges et les dangers qui nous attendent. Mais le Fou, dans son amour pour l’Un, a simplement une foi totale.

On pourrait bien dire, alors, que pour que quiconque atteigne pleinement cette sagesse sur le plan matériel, il serait si évidemment hors de propos qu’il passerait pour un imbécile, un crétin ou un idiot. Pourtant, à maintes reprises, cette foi inébranlable se révèle être du plus haut calibre.

Cela nous rappelle l’histoire biblique sur la façon dont Jésus et ses disciples sont sur un bateau dans la mer, et une horrible tempête se lève, qui effraie tellement les hommes qu’ils supplient Jésus de se réveiller et de s’en occuper.

Jésus, se levant de son sommeil et grommelant probablement pour lui-même, se dirige vers le bord du bateau, lève les mains endormies et libère de puissants champs de torsion qui dissipent rapidement la tempête. Il châtie alors ses apôtres, disant qu’ils n’ont pas la foi.

En effet, alors que nous continuons à explorer la véritable nature multidimensionnelle derrière le Grand Cycle qui se termine maintenant, et à explorer comment certains des événements de « changement terrestre » qui l’entourent sont semés de catastrophes et de désastres, il est utile de pouvoir faire confiance au fait que l’aspect positif connu sous le nom d' »Ascension » se produira vraiment comme le produit final de tout cela.

Si nous n’avons pas la foi, nous ne saurons jamais si nos opinions sur le « destin funeste » étaient justes tant que l’événement n’est pas déjà passé. Apparemment, il y aura plus d’une occasion d’Ascensionner au cours d’une période de temps relativement courte, mais il est important de nous préparer pour la première « vague », comme on l’appelle souvent.

C’est exactement ce qui nous a été promis par les plus hautes forces spirituelles jamais apparues sur Terre, et la promesse ne restera pas inachevée.

Au niveau physique, il s’agit simplement d’étendre notre vibration pour accommoder notre mouvement dans une densité plus élevée, ce que nous faisons déjà chaque nuit dans les rêves. La seule différence cette fois-ci est que nous y irons pour rester, parce que nous l’avons mérité, grâce à notre processus de croissance personnelle diligent.

Pour en revenir à notre discussion, il apparaît que chaque fréquence de l’octave est liée à certains archétypes spécifiques, que l’on doit traverser pour remplir notre programme de retour à Dieu, ou à l’Un, en tant qu’êtres parfaits.

Par conséquent, il y aurait certaines phases émotionnelles associées aux unités auxquelles Seth fait référence, qui resteraient constantes dans tout l’univers. Cela nous aide à comprendre comment l’énergie éthérique peut affecter la personnalité, comme dans la science de l’astrologie.

Les trois cycles de sept archétypes correspondent à l’initiation du mental, du corps et de l’esprit, soulignant notre besoin d’aborder les trois domaines de manière égale dans notre processus de croissance spirituelle.

Chaque domaine de notre être représente un défi unique et distinct pour l’intégration, mais ces défis sont également liés les uns aux autres.

Ainsi, choisir de manger une alimentation purifiée initie le corps, en le rendant plus vital et sain, et en résistant à ses envies addictives, génétiquement fondées. Cependant, le régime initie également l’esprit, à travers la discipline consistant à refuser respectueusement au Soi la gratification qu’il réclame constamment.

L’initiation de l’Esprit passe par le fait de savoir qu’en exécutant cette discipline, vous agissez au nom de la volonté de Dieu et, ce faisant, élevez votre niveau vibratoire. Vous pouvez probablement dire qu’il s’agit d’un exemple simplifié, mais il suffira pour l’instant.

Fait intéressant, l’auteur a appris que l’acte réel de tirer les cartes de tarot et d’avoir une lecture précise impliquera souvent le stockage subconscient d' »unités de conscience » qui correspondent à l’énergie émotionnelle de cet archétype particulier à l’intérieur de la carte.

Votre esprit subconscient, qui peut exercer une influence sur le corps, peut vous dire quelle carte choisir simplement en ressentant lorsque vous passez votre main dessus.

Chaque carte pourrait alors être assimilée à un petit aimant, programmé avec sa propre charge émotionnelle, attendant d’être renouvelé. L’acte de concentration tout en mélangeant les cartes leur redonne le pouvoir de la conscience, ce qui revigore les schémas énergétiques stockés à l’intérieur.

Ensuite, après avoir écouté les cartes dans rien de plus qu’une transe légère à modérée, le lecteur peut saisir instinctivement la carte que son Soi total recherche – et ainsi le cycle est terminé.

Chaque lecture de Tarot comporte plusieurs cartes, et invariablement certaines positions sont pour l’avenir. Ainsi, le Soi Total, influençant l’acte subtil de tirer des cartes, peut dire au lecteur quelles sont les probabilités futures les plus fortes dans le présent terme.

Ce système ingénieux est en fait derrière la grande majorité des « médiums » autoproclamés qui font ces lectures pour les gens, et entre les mains d’une personne à l’écoute qui comprend et pratique déjà le programme de croissance spirituelle indiqué dans les cartes, beaucoup de travail peut être fait. Fini.

Le seul moment requis pour être en transe est lorsque les cartes elles-mêmes sont tirées, et une analyse pure produira facilement les réponses après ce point.

Une fois, quelqu’un a dit à Wilcock que les cartes de tarot étaient mauvaises. Il a répondu en disant que si une personne utilise la langue anglaise pour dire des choses mauvaises, cela signifie-t-il alors que la langue anglaise est mauvaise ?

Certainement pas. Sachant ce que nous faisons maintenant de la structure des densités, et qu’il s’agit d’un programme de croissance que nous pouvons réellement compléter sur Terre, nous pouvons facilement voir les cartes de Tarot comme une sorte d’alphabet de la conscience collective qui donne naissance à notre univers.

La discussion sur les «unités de conscience» donne également du crédit aux affirmations des psychométriciens, ces personnes qui peuvent prendre un objet personnel d’une personne inconnue et découvrir quels types d’émotions cette personne ressent.

Wilcock lui-même l’a fait après avoir lu à ce sujet au lycée et a obtenu des résultats très intéressants. Cette capacité peut également être utilisée pour retrouver des objets perdus, en faisant appel à l’énergie déjà stockée dans l’objet pour provoquer son retour.

À un moment donné, Wilcock avait perdu sa bague de lycée pendant de nombreux mois, et après avoir fortement visualisé son retour, elle a été rapidement retrouvée sous la chaleur par sa mère en deux jours. Sa mère n’avait aucune idée qu’il avait perdu la bague ou souhaitait qu’elle lui soit rendue.

Il se pourrait bien qu’il ait magnétisé l’énergie stockée à l’intérieur de l’anneau, le transformant en une balise de signal qui a ensuite influencé le subconscient de sa mère pour nettoyer cet endroit particulier.

Il s’agit essentiellement du processus de visualisation créative, ou de l’idée, inventée à l’origine par Seth et de loin sa citation la plus célèbre, qui est maintenant devenue un cliché New Age mais qui reste néanmoins très précise : « Vous créez votre propre réalité ». Tous les objets ne sont essentiellement rien de plus que des formes-pensées.

Dans d’autres œuvres, Seth indique à plusieurs reprises que le corps, et en fait toute la matière, s’allume et s’éteint constamment, ou vibre à travers les différentes dimensions. Chaque unité de conscience doit parcourir constamment toutes les densités de l’octave, à une vitesse phénoménale, même si elle reste « focalisée » le plus fortement sur une densité.

Ce que cela prouve, c’est qu’il n’existe vraiment pas de densité séparée : en un sens, elles se fondent toutes directement les unes dans les autres en permanence. Ce qui est si fascinant à ce sujet, c’est l’idée que ce sont nos perceptions, nos pensées, qui maintiennent ensemble le niveau de réalité sur lequel nous nous trouvons.

Ainsi, nos corps et nos esprits actuels créent notre monde à chaque instant, en nous permettant de nous concentrer uniquement sur la troisième densité. Pourtant, si nous étions capables de modifier notre concentration pour percevoir la quatrième densité, alors nous ne percevrions que ce domaine.

Nos corps physiques existeraient toujours en troisième densité, car cette partie de nous-mêmes y est concentrée et y appartient, pour le moment. Afin d’entrer pleinement dans un plan supérieur, nous devons le faire dans un corps qui est essentiellement moins physique et plus une forme directe d’énergie consciente.

En fait, la cosmologie hindoue associe les sept chakras à sept corps énergétiques différents, et donc dans un sens, nous avons sept corps différents, dont nous pourrions utiliser ceux au-dessus de la troisième densité pour voyager dans des royaumes supérieurs.

C’est essentiellement ce qui se passe lorsque nous avons un rêve ou une expérience hors du corps. Nous laissons nos corps physiques là où ils appartiennent dans la troisième densité et utilisons une forme de corps supérieure qui n’est consciente que des moments où l’énergie géométrique est focalisée dans le domaine du cube, par exemple.

Dans la série de livres de Carlos Castenada sur ses travaux en tant qu’étudiant diplômé en anthropologie avec un Indien Yaqui du désert de Sonora au Mexique, nommé Don Juan, nous voyons ce même point émerger.

Don Juan était un chaman, un homme qui avait libre accès à ces dimensions supérieures. Sa méthode pour entrer dans ces royaumes supérieurs est, curieusement, très proche de ce que nous disons ici.

Ce que Don Juan a dit que vous devez faire pour entrer dans ces mondes, c’est arrêter votre esprit de toute pensée consciente. Au début, cela ne semble pouvoir être fait que par les gourous orientaux les plus intenses, après des années de pratique et de méditation.

Cette pratique était appelée par les chamans « Arrêter le monde ». Don Juan a expliqué que nous avons différents «anneaux de pouvoir» que nous utilisons pour créer le monde qui nous entoure, et que si nous pouvons arrêter de penser à la réalité physique, nous n’y serons plus conscients et notre conscience se déplacera vers Niveaux plus hauts.

Ce processus reviendrait essentiellement à vous empêcher d’avoir des pensées. Plus important encore, ce faisant, vous vous rapprochez tout naturellement de l’endormissement. En effet, toute la clé est de ne pas s’endormir en faisant cela.

Afin de court-circuiter le processus, Carlos Castenada a subi une initiation brutale en utilisant des composés psychédéliques hardcore découverts par les chamans, tels que le peyotl, les champignons psilocybine et l’herbe Jimson.

Don Juan utiliserait ces composés pour guider Carlos à travers une initiation dans ces mondes supérieurs, avec l’idée que finalement les composés ne seraient plus nécessaires pour l’accès. Carlos était particulièrement résistant à son entraînement et il a donc « trébuché » plusieurs fois avant de recevoir le message.

L’auteur aimerait déclarer à ce stade que dans Nature of Personal Reality, Seth indique très clairement que l’ingestion de LSD peut causer des dommages importants et durables à l’individu.

Seth déclare que toute la structure de la personnalité est essentiellement brisée en de nombreux morceaux éparpillés dans une telle expérience, morceaux qui doivent ensuite être identifiés et reconstruits à nouveau.

Ainsi, malgré le fait que l’initiation de Castenada ait pris une telle forme, l’utilisation de toute substance chimique de quelque nature que ce soit pour ouvrir « les portes de la perception » est fortement contre-indiquée par l’auteur.

Vous pouvez en effet ouvrir les portes avec de la drogue, mais c’est dangereux et dommageable, et ne représente pas une « croissance spirituelle ».

D’autre part, la fréquence croissante de l’énergie éthérique qui nous entoure est maintenant suffisamment forte pour que ces états soient facilement accessibles dans une bonne et solide méditation.

Faire « le vrai travail » est de loin la méthode préférée – et les techniques de « synchronisation binaurale » de l’Institut Monroe représentent un moyen sans drogue d’induire des expériences hors du corps et mystiques en utilisant les propriétés du son.

Dans le chapitre suivant, nous éclairerons davantage notre discussion sur ces «unités de conscience» et leurs forces, en étudiant un autre moyen par lequel ces vérités nous ont été démontrées – à travers la métaphore des formations d’agroglyphes.

David Wilcock

Voir tous les chapitres du livre: Le Changement Des Âges


Que pensez-vous de cet article ? Partagez autant que possible. L'info doit circuler.


Veuillez aider à soutenir les médias alternatifs. Nous suivons la vérité, où qu'elle mène. Merci



ELISHEAN 777 Communauté pour un Nouveau Monde

(Vu 274 fois, 3 visites aujourd'hui)

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

Merci de désactiver votre bloqueur de publicité pour naviguer sur le site.