Il semblerait que les généticiens Annunakis se livrèrent à beaucoup d’expérimentations génétiques et firent nombre de manipulations pour tenter de créer une descendance royale de « sang bleu » qui puisse régenter la Terre…

Ainsi, apprend-t-on que le facteur Rh négatif est lié aux opérations d’hybridation reptilienne qui ont été réalisées il y environ 25000 à 35000 ans.


La scène ci-dessous, sculptée sur une tablette d’argile sumérienne, témoigne de cette diversité des hybridations auxquelles purent se livrer les Annunakis, semble-t-il. Quoi qu’il en soit de ces nombreuses recherches en hybridations qu’ils poursuivirent, ils purent conserver la pureté de leur patrimoine génétique grâce à des unions très exclusives au sein d’une même famille.

A leur instar, quelques lignées royales anciennes (et leurs descendants contemporains) nous apparaissent désireuses de toujours maintenir leur royauté sur la Terre, et demeurent particulièrement attentives à la transmission totale, spécifique et sacrée de leur patrimoine génétique, de leurs connaissances et fortunes amassées, ainsi qu’à la transmission de certains de leurs rituels secrets et terribles, tels les sacrifices d’enfants(17) toujours pratiqués dans les milieux Illuminati, Jésuites et Satanistes.

Précisons que « la Noblesse Noire » (les lignées royales de sang-bleu d’Europe) avaient initialement un sang constitué, non pas d’hémoglobine contenant du fer responsable de sa couleur rouge, mais du cuivre lui donnant une couleur bleue. Ce sang se mélangeant difficilement avec le sang à base d’hémoglobine, obligation est donc faite à ces lignées royales de se perpétuer au sein de leur lignée génétique sans la mélanger à celles du commun des mortels… créés pour les servir et honorer.

La Noblesse Noire

Néanmoins, les Annunakis tentèrent de combiner leur matériel génétique avec celui des indigènes de la Terre. Mais ces essais furent particulièrement problématiques du fait de certaines incompatibilités : leur sang étant rhésus négatif c’est-à-dire sans antigène D ni hémoglobine pour fixer l’oxygène, alors que celui des individus de souche terrienne se trouve être non seulement à base de fer mais également majoritairement positif et possédant cet antigène D très immunogène.

Aussi la lignée des pharaons égyptiens fut-elle soigneusement sauvegardée dans sa pureté par ses représentants qui veillèrent à ne prendre pour épouse ou époux que des personnes ayant le même ancêtre commun. Cette préoccupation demeure donc très contemporaine, et certains auteurs et chercheurs tel David Icke s’en font l’écho au travers la théorie de la noblesse occulte des « reptiliens dominateurs du monde » ; visant tout particulièrement la famille royale britannique mais aussi celle des Windsor. Des photos exhibées sur Internet (dont certaines grossièrement retouchées) voudraient en asséner la preuve.

Ainsi, le sang Rh négatif nous apparaît-il être vraisemblablement d’origine extranéenne et venir attester de l’hybridation de notre humanité, en certaines contrées de la Terre, avec des êtres bien incarnés, « tombés des cieux » et soucieux de développer une branche leur descendance sur notre planète bleue afin d’en prendre et conserver la régence dans toutes les formes de pouvoir et de possessions.

Ces Annunakis, ces Nephilim « tombés du ciel», nous apparaissent indubitablement comme ayant le plus profondément marqué nos sociétés au plan occulte(18) tout particulièrement les cercles avides de puissance, de pouvoirs et de reconnaissance (cf. les notes 9 & 10), au rang desquels se retrouvent nombre de sociétés secrètes, dont certaines fort ténébreuses.

VII) Hybridations réalisées par des humanités extranéennes

Qui a enseigné aux hommes le secret de l’écriture et des nombres, et la mesure des années ; l’ordonnance des jours et des années ? A lire dans la forme des nuages et l’ordonnance des étoiles ? Rouleau d’Emod – Manuscrits de la MerMorte

Si les humanoïdes reptiliens de Nibiru semblent vouloir développer le service aux forces obscures (que sous-tend, en retour, un idéal de service à soi) par le moyen d’hybridations auxquelles ils procédèrent sur les êtres humains de la Terre, il semblerait que d’autres civilisations extranéennes désirèrent développer des hybridations avec les humains de la Terre pour servir des causes plus lumineuses, et cela bien antérieurement à la venue des Annunakis.

Ces biologistes extranéens furent véritablement les créateurs de notre humanité, avec pour souche initiale les primates qui peuplaient originellement les forêts équatoriales de notre Terre-Mère.


Le « chaînon manquant » de notre évolution en tant qu’espèce devenue humaine ne peut être qu’extranéen. Aussi, tentons de remonter à nos plus lointaines origines génétiques : Siriennes tout d’abord, puis Pléïadiennes… mais hybridées dès leur origine !… n’en déplaise à ceux qui nous voudraient placer au sommet de tous les règnes et n’être que les seuls détenteurs d’une humanité de « Droit Divin » unique dans le cosmos.

a) Hybridations par les généticiens de Sirius

La Terre est visitée depuis des millions d’années par des civilisations extranéennes bien plus évoluées que celle que nous développons actuellement sur Terre. Mais, ainsi que nous l’avons appris notamment de Lacerta, des guerres terribles ravagèrent sa surface, et seules les humanités humanoïdes reptiliennes (ou peut-être Mantidiennes) qui purent se réfugier sous terre et ayant déjà développé des technologies très avancées, purent survivre ; tout en ayant, par ailleurs, déjà développé des colonies sur d’autres planètes de notre galaxie (et au-delà ?).

Selon certains chercheurs, ce sont les Siriens (ou Sirians) qui inaugurèrent, à une époque fort lointaine estimée à 500 000 ans environ, des pratiques de manipulation génétique visant à transformer l’Homo Sapiens en l’Homo Sapiens Sapiens que nous sommes devenus, en mélangeant leur ADN avec celui d’espèces vivant sur Terre, et afin de remplacer les travailleurs esclaves de leur propre espèce.

Nous ne pouvons le confirmer, mais s’il en était ainsi, nous pourrions conserver dans nos mémoires génétiques les plus anciennes les traces de ces premières hybridations visant à créer des esclaves, corvéables à merci… qui disparurent de la surface du globe à l’âge des dinosaures (des traces de pieds humains fossilisés mêlées à celles de dinosaures ! (Remontant à plus de 120 millions d’années) .

Quoi qu’il en soit, il m’apparaît légitime de considérer que ce sont les généticiens de la Planète Dorée, descendants des humanités Pléïadiennes, qui pratiquèrent ainsi que nous l’avons indiqué ci-dessus dans le chapitre ci-dessus, Venus sur Terre, les hybridations qui firent de nous les êtres humains que nous sommes devenus. Nos premiers parents furent donc Pleïadiens d’ascendance Sirienne, quels que furent les généticiens qui pratiquèrent les toutes premières hybridations.

Les Siriens étaient des guerriers spirituels particulièrement connectés aux cétacés : dauphins, orques et baleines, ce dont la culture des Dogons du Mali témoigne encore abondamment de nos jours. D’ailleurs, nombre de nos contemporains gardent dans leurs mémoires « transgénérationnelles » des affinités extrêmement puissantes pour les cétacés, sinon même des souvenirs d’avoir incarné le véhicule physique de quelque dauphin ou orque, avec le bonheur indicible de se mouvoir dans l’élément liquide et jouer inlassablement avec les flots (les données cliniques sont indéniables… mais confidentielles).

Beaucoup de personnes se sentent encore reliées aux sociétés de Sirius, et plus particulièrement aux grands sages dont ils reçurent les enseignements spirituels les plus profonds. D’ailleurs, les murs et sols carrelés des temples Franc-Maçonniques contemporains, conservent nombre de figurations de l’Étoile flamboyante qui n’est autre que Sirius.

Sirius, l’Étoile embrasée, ultime destination du voyage du Franc-Maçon

Œil d’Horus au centre du triangle symbolique entourés de l’éclat de l’Étoile embrasée (Sirius)

D’ailleurs, ainsi que les représentations maçonniques l’illustrent ci-dessus Sirius, pour les sociétés franc-maçonniques, est l’Étoile première la plus remarquable du ciel par son éclat, considérée comme le soleil central de notre galaxie, constituant le but ultime que se donne le compagnon franc-maçon dans son voyage initiatique. Sa symbolique lointaine étant essentiellement d’origine égyptienne, ainsi que l’œil d’Horus “qui voit tout ”.

En effet, les prêtres Égyptiens redécouvrirent que Sirius revenait tous les ans dans le ciel, et qu’elle constituait le parfait repère pour noter exactement tous les mouvements des astres et leur servir de mesure, établissant une année fixe qu’ils appelèrent Année de Dieu. D’autant qu’elle apparaissait à l’exacte époque où se formaient les crues du Nil, comme si elle les ordonnait. Le lever héliaque de Sirius fut fixé au premier mois de Thot), nouvel an égyptien symbolisant les promesses d’abondance, correspondant à notre mois de juillet. Les inscriptions trouvées dans les tombeaux par les archéologues Soviétiques, attestent d’un passé estimé à 4.241 années avant J.C., comme origine du calendrier officiel égyptien…

Ainsi, les prêtres considéraient-ils que l’influence de Sirius, en tant que soleil central, était bien supérieure à celle de notre Soleil. Cette étoile était nommée Sothis par les Égyptiens, ou « la Grande Pourvoyeuse », ou bien encore « l’Oeil de Râ » alimentant de sa lumière nos esprits et nos cœurs.

Et, si son parcours de vie suffisamment pure le lui permet : « le défunt deviendra un Esprit sanctifié dans toute sa perfection […] et pourra naviguer dans la Barque de Râ, où il voudra »(19)…

Connaissances « ésotériques », mythes et rituels des prêtres égyptiens se sont perpétués au sein des loges des « sociétés secrètes » notamment maçonniques / Illuminati(20). Toutes attribuent une extrême importance à Sirius, « l’étoile embrasée », dont les représentations ornent leurs temples du sol au plafond. Elle est « le lieu sacré » que tous les Maçons doivent atteindre, la destination ultime de son voyage sur Terre, et la source de tous les pouvoirs. Sirius représente « l’homme parfait » identifié à Horus, le fils d’Isis dont « l’Oeil voit tout », représenté sur la pyramide qui figure au centre du billet de un dollar américain : celle de Gizeh en alignement avec Sirius dont l’éclat rayonne derrière elle :

Billet de 1 dollar américain “Annuit coeptis” signifiant « favorise nos entreprises

Bien au-delà de ce que pourraient figurer ces symboles de l’Étoile embrasée des Francs-Maçons nous devons savoir que, pour les Dogons africains (très antérieurement aux prêtres Égyptiens et à leurs émules Francs-Maçons), l’humanité est née du Nommo, un amphibien Siriens aux allures de dauphin, « descendu du ciel dans un vaisseau accompagné de feu et de tonnerre » ; et que cet ancêtre aurait transmis des connaissances approfondies aux hommes de la Terre.

Ce dont les Dogons témoignent véritablement au plan de leurs connaissances astronomiques particulièrement approfondies et précises du système binaire de Sirius, indiquant des données que nos astronomes n’ont attestées que récemment grâce à leurs télescopes les plus puissants

D’ailleurs, pour les Dogons Sirius A (Sigi Tolo, celle qui est visible) n’est pas la plus importante. Le centre du monde stellaire serait, pour eux : PoTolo, l’Étoile du commencement ; que nos modernes astronomes nomment Sirius B, et qui demeure invisible à nos yeux humains (21). Pour les Dogons cette naine blanche qu’ils nomment PoTolo, de la taille du soleil, est l’œuf du monde, l’étoile des mystères ou l’Étoile du commencement, qu’ils considèrent comme le réservoir et la source de toutes choses.

Nous comprenons ainsi que les sociétés secrètes contemporaines, telles celles des Francs-Maçons, des Rosicruciens ou de la Golden Dawn puissent, bien après les Dogons démunis de toute science académique, attribuer une extrême importance à Sirius.

Laquelle étoile « la plus brillante du ciel » dont le Nommo serait originaire, revêt une particulière importance pour notre propos en tant que source originelle de notre humanité de la Terre. De plus, nombreux sont ceux qui, depuis l’antiquité égyptienne, considèrent que Sirius est un portail dimensionnel auquel beaucoup de personnes se sentent intimement reliées en esprit, lorsqu’elles s’engagent dans une certaine dynamique d’accomplissement.

Selon la channel Lysa Royale et le contacté Billy Meïer :

« les premières sociétés terrestres étaient copiées de celle des Lyriens. Les Lyriens étaient venus observer la Terre à l’époque de l’Hyperborée, continent regroupant toutes les Terres de l’époque, avant que les humains ne commencent leur évolution physique.

Certains des Pléïadiens d’origine Lyrienne, après avoir reconstruit leur civilisation au cours de millénaires, sont venus plus tard et ont assisté à la création de sociétés auxquelles ils ont eux-mêmes donné le nom de Lémurie et d’Atlantide.

Ils se sont installés et sont restés pendant la fin de la Lémurie et l’ancienne Atlantide, se mélangeant même avec les terriens et devenant eux-mêmes des terriens. Ceux qui ne se sont pas mélangés ont produit des technologies hautement développées et ont construit de magnifiques machines permettant des conforts et des améliorations de la vie de tous genres. A nouveau ils se sont divisés en deux camps qui sont entrés en guerre se concluant en une destruction totale. Les survivants sont partis ailleurs dans l’espace reconstruire leur civilisation et font partie de ceux qui nous visitent à l’heure actuelle occasionnellement. Certains sont partis vers Erra et les Pléïades, d’autres dans notre système solaire sur la 5ème planète appelée Melona (maintenant détruite) sur laquelle ils se sont installés et mélangés avec une forme de vie humanoïde locale »

Melona ou Malona, notre chère Planète Dorée dont nous pensions que ses généticiens étaient seuls à l’origine de notre humanité ! Nous ne savions pas que d’autres les précédèrent des centaines de milliers d’années auparavant… dont les œuvres biologiques furent détruites par des cataclysmes planétaires engendrés par ces monstrueuses guerres intergalactiques déjà évoquées.

Ainsi, nous noterons, selon les données recueillies par Anton Park et présentes dans certains de ses ouvrages tel « Adam Genesis » que, si les Lyriens furent nos plus anciens ancêtres, les Siriens les précédèrent qui eurent pour descendants les Pléïadiens… lesquels Pleïadiens s’installèrent sur Malona (entres autres planètes de notre système solaire), puis visitèrent la Terre.

Tous ces ancêtres issus d’une même famille génétique furent impliqués dans de terribles conflits qui détruisirent leurs civilisations à plusieurs reprises, et qui les obligèrent à se mettre en quête d’autres planètes où refonder une civilisation.

Nous héritons d’eux nos tendances belliqueuses et guerrières, obstinées et vindicatives, nos arrogances et nos mépris! Aussi se sentent-ils quelques responsabilités, maintenant qu’ils sont devenus pacifistes et hautement spirituels, à nous aider à devenir plus adultes, moins violents et agressifs, plus tolérants, ouverts et sages. Heureusement, peuvent-ils notamment nous accompagner 24 heures sur 24 depuis leur immense vaisseau-mère qui orbite autour de la Terre ! Sans doute existe-t-il bien d’autres de ces gigantesques vaisseaux-mère dans notre système solaire ou autour de la Terre.

Au demeurant les Lyriens furent, semble-t-il, les premiers à visiter notre planète bleue et à s’intéresser à ses habitants.

a) Hybridations par les généticiens de La Lyre

Ainsi, il y a sans doute bien plus de 100 000 ans, ces tous premiers explorateurs Lyriens visitèrent la Terre et établirent une colonie qui fut celle de l’Hyperborée mythique, engloutie à l’une des dernières époques glaciaires, alors qu’elle formait le continent unique de la Pangée qui réunissait en un seul tous les continents actuels ( l’Atlantide et le continent de Mû n’y figurent donc pas):

La Pangée

Selon certains auteurs, ils furent les Elohim (pluriel d’eloha – terme hébreu signifiant “ceux qui viennent du ciel”, souvent assimilés à Dieu lui-même) évoqués par la Bible et qui débarquèrent d’Aldéran, depuis l’Amas des Pléïades, pour pratiquer les premières hybridations sur des primates terrestres afin de créer une espèce humaine susceptible de peupler la Terre.

Il est dit que, sur des milliers d’années, ils revinrent régulièrement observer l’évolution de leur création. On ne sait s’ils en furent satisfaits… car ils veillent toujours sur son évolution singulière, encore bien “adolescente”.

Ces Elohim hyperboréens peuplèrent donc le continent mythique d’Hyperborée, et ses habitants, les Aryens, furent au XXe siècle ceux qui polarisèrent l’attention d’Adolf Hitler (Adolf Schicklgruber de son vrai nom) et de ses adeptes autour des notions de race aryenne pure ayant peuplé Ultima Thulé, capital d’Hyperborée.

Là encore, nous retrouvons une idéologie (quasi religieuse) soucieuse de conserver la pureté d’une race blanche que l’on voudrait supérieure aux autres (même encore de nos jours). De nombreux corps expéditionnaires furent donc dépêchés par Adolf Schicklgruber en plusieurs régions du monde telles l’Arctique, l’Antarctique ou les Himalayas (recherche de l’Agartha et ses royaumes souterrains), afin de retrouver les traces de cette mythique civilisation hyperboréenne et se réapproprier ses hautes technologies… pour commettre les horreurs que nous connaissons.

D’ailleurs, ces humains originels ne semblent pas avoir été créés par les Elohim dans une intention pacifique, mais plus vraisemblablement pour constituer un réservoir d’esclaves et de soldats pour des guerres futures. En garderions-nous quelques imprégnations au niveau de nos mémoires génétiques ? Quelques comportements discriminatoires ou velléité de domination, de conditionnement ou d’asservissement des autres ? Il revient à chacun d’en ressentir et (peut-être) d’en accepter l’hypothétique occurrence afin de s’en libérer.


b) Hybridations par les généticiens Pléïadiens

Nous venons de le voir : les Elohim débarquèrent d’Aldéran, appartenant à l’Amas des Pléïades. Appartinrent-ils à ces équipes Pléïadiennes qui quittèrent leur(s) planète(s), il y a 230 000 ans, pour s’embarquer par centaines de milliers sur de très grands vaisseaux-mère et des vaisseaux d’exploration pour parcourir l’univers ?

C’est au cours de ces explorations qu’ils découvrirent Malona où ils s’installèrent, puis la Terre. Selon Barbara Marciniak, les Pléïadiens représenteraient donc l’une des souches les plus importantes de notre famille originelle. Ils seraient, eux aussi, intervenus activement au cours des phases initiales d’ingénierie génétique qui ont abouti à la formation de l’humanité terrestre et auraient, en grand nombre, participé jadis à l’établissement de notre patrimoine génétique primordial, c’est-à-dire à la mise au point de notre ADN à segmentation variable.

En tant que co-géniteurs de l’humanité terrestre, il semble que les Pléïadiens soient aujourd’hui investis d’une nouvelle mission qui est celle de nous assister dans le processus d’élévation de nos consciences, afin que nous puissions atteindre l’éveil, nous ouvrir à la Connaissance supérieure et redécouvrir notre véritable identité. Je puis en quelque sorte l’attester en illustrant ce propos par deux photos numériques d’un immense vaisseau-mère Pléïadien sphérique de 5e D. (d’une certaine transparence depuis notre 3e D.), Dont la première est prise ce jour même, et la seconde en octobre 2014. Elles n’ont subi aucune retouche :

Que représentent ces photos ? Ce sont celles d’un vaisseau-mère Plèïadien sphérique de plus de 20 kilomètres de diamètre, orbitant quotidiennement tout autour de la Terre au-dessus de nos têtes (selon la latitude 45, en accompagnant la course du soleil), rendu invisible à nos yeux de chair du fait de l’éclat de notre étoile, et surtout de la dimension plus subtile à laquelle il appartient (5e D). Nous pouvons observer que la position de ce vaisseau Plèïadien par rapport au soleil est sensiblement différente de 2015 à 2014 (peut-être est-ce dû au décalage d’un mois concernant ces clichés, pris à une année d’intervalle, et donc à la position du soleil au-dessus de l’horizon).

Si le ciel est pur et que vous habitiez à cette latitude, vous pouvez tenter l’expérience de photographier notre astre solaire et, peut-être, serez vous surpris de découvrir sur votre cliché – si la sensibilité de votre appareil numérique est suffisamment élevée (mais pas trop), de 16.2 MP par exemple – cette sphère immense accompagnée de ses 2 « planétoïdes de ressources » et, quelque fois comme aujourd’hui, de vaisseaux vénusiens de 5e dimension que l’on peut identifier grâce à l’ampoule d’énergie (immédiatement à droite du soleil) qui signe leur présence. Une étude attentive du quart supérieur de la photo – à 11h – vous permettra de distinguer un large jet d’énergie cylindrique émanant du vaisseau-mère.

Une étude plus attentive encore vous permettra de constater que le soleil n’est pas au centre de la sphère formée par le vaisseau, mais légèrement décalé vers le quart supérieur droit de la photo. La photo ci-dessous (non retouchée), prise l’an passé (des centaines de clichés ont été pris au fil des années), nous montre un décalage plus grand encore, mais avec des jets d’énergie disposés autrement et ses deux planétoïdes plus ou moins distincts, le ciel étant très légèrement voilé ce jour là.

Ces photos sans retouche aucune, selon un point de vue strictement personnel et qui n’engage que moi, attestent de cette présence permanente de nos parents Pléïadiens veillant sur leur descendance… entrée dans l’^âge ingrat et encore capable de toutes les bêtises, y compris la plus colossale : déclencher une guerre nucléaire pour des raisons totalement immatures… et possiblement inspirée par d’autres civilisations extranéennes que notre planète intéresse vivement, non pour y vivre, mais pour piller ses richesses minières avec, à la base, un but d’esclavage et de conquête dans une idéologie uniquement orientée dans le service à soi-même (22) . Ce qui ne devrait pouvoir se produire, nos parents et leurs alliés de la Confédération Galactique y veillant constamment ! Espérons-le…

Vaisseau-cloche Vénusien

e) Hybridations par les généticiens Végans

Nous devons encore dire quelque mots à propos des Végans (ou Végaliens), d’origine Lyrienne et qui se sont réfugiés dans les Pléiades pour fuir les guerres qui faisaient rage dans leur constellation d’origine, car des codes génétiques Végans sont également actifs dans notre patrimoine génétique « stellaire ».


Quelles caractéristiques génétiques majeures ont-elles été léguées aux Terriens par hybridation ? Une peau foncée tout d’abord comme celle des habitants autochtones des Indes, avec des pommettes élevées et des visages aux formes plus triangulaires, caractéristiques des « orientaux à peau foncée ».

Ces êtres très spirituels aux mœurs pacifiques et douces, sont guidés par des êtres non physiques du Conseil d’Andromède, lequel réunit les représentants de plus de 150 systèmes stellaires différents, selon certaines sources.

En conclusion de ce chapitre, nous ne pouvons que faire le constat de l’immensité de ces problématiques d’hybridation extranéennes… et de l’insuffisance de notre propos : un livre entier y serait à consacrer, précédé d’années de recherches ! Mais mon espérance est que certains de nos lecteurs puissent mesurer combien l’apport des civilisations extranéennes est important, sinon fondamental, au regard de notre patrimoine génétique, mais également de nos mémoires transgénérationnelles et de nos façons de vivre et de nous comporter socialement.

La tentation, pour celle ou celui qui lit cet article, pourrait être de désirer se reconnaître quelque filiation avec l’une ou à l’autre des humanités extranéennes que nous avons évoquées.

Cela serait éventuellement possible au plan spirituel, mais à cette seule condition : que vous ayons retrouvé personnellement nos mémoires vécues (et non pas rêvées) de mondes ou de peuples extranéens que nous avons authentiquement connus. Car quelques « personnels au sol » incarnés sur Terre dans un véhicule d’être humain de la Terre (blanc, noir, marron ou jaune), sont très régulièrement dans l’obligation de retourner, en dédoublement astral ou en esprit, à bord de leur vaisseau d’appartenance pour y faire leurs rapports, participer à des réunions, y recevoir des enseignements ou y bénéficier de soins. Ils peuvent alors légitimement esquisser l’hypothèse que ces activités puissent avoir quelques racines exoplanétaires.

Ces propos ne surprendront pas ceux qui se sont découverts de cette appartenance et se trouvent être dans le devoir d’apporter, de quelque manière que ce soit, de l’aide à l’humanité souffrante de la Terre. D’autres en souriront, ou ne pourront admettre ce qui leur apparaîtra « foutaises invraisemblables »… Qu’ils se rappellent néanmoins que même les plus hautes autorités ecclésiastiques romaines reconnaissent l’existence des humanités extranéennes. Seul le beau mythe d’Adam et Eve s’en trouve quelque peu mis à mal, comme le fut l’affirmation de Galileo Galilei (Galilée) que la Terre puisse tourner autour du Soleil, affirmation qu’il dû abjurer et maudire « d’un cœur sincère et d’une foi non feinte »… pour éviter le bûcher !

Mais explorons encore plus avant les notions déjà évoquées au titre de nos héritages d’âmes et d’esprits qui peuvent si lourdement peser sur nos vies, de quelque génération qu’elles puissent être…

Mais surtout sur celles et ceux qui se sont incarnés plus massivement depuis les années soixante dix, que l’on appelle Indigos ou Enfants Cristal et qui, dans une grande souffrance intérieure pour nombre d’entre eux (ils seront, hélas ! trop vite catalogués comme souffrant du Syndrome d’Asperger auquel on ne voudrait reconnaître que des origines neuro-biochimiques associées à quelque problème… génétique) ; car ils ne peuvent trouver à s’adapter à une humanité dont ils ne reconnaissent pas les codes, us ou coutumes plus que barbares et problématiques pour eux. Leur intelligence, cependant, est le plus souvent d’un niveau supérieur, sinon hors du commun. Comme c’est étrange !…

Il nous faudra donc également évoquer des filiations extranéennes DIRECTES pour des êtres qu’aucune hérédité terrienne ne vient préformater et qui, tels les « tombés du ciel », doivent s’adapter comme ils le peuvent à leur environnement socioculturel très local et très particulièrement terrien, plus ou moins « mâtiné » d’origines extranéennes. Aussi ne peuvent-ils que bien difficilement s’intégrer dans nos sociétés « sans âmes » et, en premier lieu, dans des écoles peuplées d’enfants hurlants et agressifs.

Cosmonaute extranéen (représentation Maya)

b) Autres hybridations avec des races extranéennes

D’autres espèces extranéennes ont réalisé des hybridations avec des êtres humains, tels les Mantides, les Arcturiens ou Andromédiens… parmi les 22 civilisations qui contribuèrent à l’évolution de notre humanité.

* Les Mantides

Selon l’auteur Simon Parkes (interview par Project Avalon de 2013) ils participent également à des enlèvements d’êtres humains pour des raisons que nous ignorons. Quoi qu’il en soit, Simon Parkes souligne que nombre de personnes ont : « à juste titre, rapporté que les Mantides ne sont pas des créatures qui existent pour contrôler, par la force physique ou mentale, mais pour être une sorte d’arbitre entre différents univers, entre différents groupes. Dans un match de football le rôle d’un Mantide serait d’être l’arbitre. Afin d’éviter des guerres à grande échelle, un certain nombre de races ont attribué ce rôle aux Mantides. En termes d’amour, les Mantides n’ont pas d’amour au sens où les humains le comprennent, mais ils ont de la compassion. Voilà la différence ».

Et Simon Parkes précise lors de cet entretien que, si un être humain porte dans son patrimoine génétique des gènes de Mantides, certains traits de caractères ou aspirations de votre âme le porteront à : « être médecin, informaticien, pilote, ou être un décideur, ce qu’ils appellent un « maître ». Vous êtes placé dans une certaine strate, et vous allez acquérir les connaissances qu’on vous demande d’acquérir, pour assumer la fonction correspondant à cette tâche ».

Un Mantide se caractérise donc par son aptitude à se mettre au service des autres, dans un esprit d’entente et de conciliation, avec douceur plutôt qu’avec force, et être à l’écoute de l’autre plutôt que dans l’affirmation de soi. Ces traits de caractères leurs seront acquis, alors que nombre d’êtres humains disposant de patrimoines génétiques différents seront bien plus enclins au « service à soi », et auront difficulté à témoigner de douceur, d’écoute et de compassion.

* Les Andromédiens & les Maloniens (originaires de Malona/Planète Dorée)

Les Andromédiens sont d’origine Lyrienne, tout comme leurs cousins qui furent les habitants de la Planète Dorée. Ils partagent avec eux un grand nombre de traits de caractère. Ils sont, nous dit Alex Collier lors de l’une de ses interviews filmées : « des êtres vraiment profondément spirituels. Leur objectif est d’évoluer sans cesse. Ils veulent devenir toujours meilleurs qu’ils ne sont déjà et toujours à la recherche de l’essence réelle de Dieu. Leur préoccupation principale est celle de la conscience unitaire ».

Car, pour eux : « C’est à ce niveau qu’une race devient entièrement télépathe : les êtres ont conscience les uns des autres, ils partagent sentiments et pensées, ils ne sont plus des individus séparés mais forment une entité collective et une unité ».

Dans mon livre « les Chemins de l’Aube » je décris dans les mêmes termes les traits de caractère des habitants de la planète Dorée, que nous appellerons les Maloniens.

Alex Collier précise encore que : « vous pouvez créer instantanément ce que vous pensez. Quelle que soit votre opinion, vous la manifestez presque instantanément. Il y a donc un grand degré de responsabilité face à cela. Tout le monde peut lire dans l’esprit des uns et des autres. Ce qui signifie que vous devez être sincère. Vous ne pouvez pas avoir des plans cachés parce que les autres voient à travers vous. En quatrième densité vous devenez médium. Ce qui signifie que si vous mentez ou si vous cachez quelque chose, cela est instantanément découvert ».

Et il ajoute : « Dans le Système Andromédien, toutes les choses sont créés par la pensée, comme Dieu le fait quand Il crée des mondes. Les Andromédiens utilisent largement la technologie holographique pour façonner leur environnement à partir de leurs pensées, et certaines de leurs formes-pensées sont encodées génétiquement dans leurs objets et dans leurs vaisseaux. Ils créent leur musique à partir du mouvement des planètes qui tournent autour des soleils. Les énergies des étoiles et des constellations se chevauchent et forment une harmonie. Cette harmonie est transcrite par eux sous forme de sons. Puis ils les assemblent pour en faire de la musique. Leur musique est une musique galactique. Ce sont vraiment des êtres profondément spirituels. Leur objectif est d’évoluer sans cesse. Ils veulent devenir toujours meilleurs qu’ils e sont déjà et sont toujours à la recherche de l’essence réelle de Dieu. Ils savent qu’Il existe, mais ce qu’Il est vraiment, personne ne le sait. C’est la raison pour laquelle ils l’appellent « l’Is-Ness », l’Êtreté. Ils sont actuellement en cours d’exploration de la douzième densité et la considèrent comme un tremplin spirituel susceptible de leur apporter de nouvelles possibilités d’évolution. […] Ils tentent d’élever les consciences.».

Ainsi, que vous déteniez des mémoires génétiques Andromédiennes ou Maloniennes, détiendrez-vous, peu ou prou, certaines de ces capacités télépathiques, mais surtout cette nécessité intérieure de sincérité, de franchise, d’honnêteté et de responsabilité de vos actes, de vos paroles et de vos pensées, dans une rigueur intérieure sans complaisance. Et, ainsi que nous l’avons indiqué, les généticiens de la Planète Dorée, leur planète étant détruite, cherchèrent à créer une race d’humanoïdes sur la Terre qui leur permette de s’incarner pour redévelopper une civilisation : ce fut celle de Mû, à nouveau détruite lors d’un basculement des pôles de la Terre, mais qui purent s’exiler sur les côtes pacifiques de l’Amérique Latine et Centrale, mais également émigrer vers la Birmanie ou les Indes notamment, puis vers le Moyen-Orient ou l’Europe (cf. les ouvrages de James Churchward indiqués dans la Bibliographie ci-dessous).


* Les Arcturiens

Nous avons peu d’informations sur les possibles hybridations entre humains d’Arcturus et humains de la Terre. Il semblerait qu’ils soient totalement compatibles sexuellement selon les témoignages de quelques abductés. Néanmoins certains auteurs, tels Alex Collier, considèrent que les Arcturiens appartiendraient à la plus ancienne des races de toute la Voie Lactée.

Les Arcturiens sont dits « hyper sapiens » et font partie dune race ultra évoluée de créatures extraterrestres. Ils sont profondément conscients, innovateurs et expérimentés. Et il est, selon nous, évident que si des hybridations génétiques ne se sont pas produites par le moyen de rapports sexuels, il serait beaucoup plus vraisemblable que nombre d’âmes soient celles d’Arcturiens venus s’incarner sur Terre afin de contribuer activement à l’évolution de notre civilisation.

Ainsi, qui que nous soyons et quelques que soient les filiations dont nous sommes issus, nos corps et nos âmes ont hérité de leurs qualités et défauts, travers et vertus, forces et faiblesses, et surtout de mémoires transgénérationnelles nombreuses et fort lointaines pour la plupart ; bien que des pratiques d’hybridations puissent continuer à se perpétuer sur Terre (dans des laboratoires tels ceux de la « Zone 51 » aux USA par exemple) ou bien dans les cieux, par des généticiens extranéens aux fins, par exemple, de régénérer leur race décadente au point de vue génétique (Grays notamment).

Gardons à l’esprit, quoi qu’il en soit, que nos corps de chair aux apparences, capacités et aptitudes variées, ne sont que des véhicules pour nos âmes et nos esprits ; et que l’être qui les adombre, les conduit selon des mémoires et des fins singulières, colorées de toutes ces filiations selon des nuances infinies, dont certains traits seront particulièrement prédominants. D’autant plus prédominants qu’ils auront été développées par des cultures et des religions plus fortement particulièrement imprégnées de caractéristiques héritées de telle ou telle race extranéenne.

Et si nous désirons partir à la recherche de nos racines exoplanétaires, il nous sera nécessaire de développer le plus grand discernement, la plus grande patience et un véritable opiniâtreté, en sachant ne nous attacher qu’à des réminiscences vécues, sans conteste possible sur leur authenticité, et non pas procéder à des élucubrations mentales aussi fantaisistes que stériles.

Les Grays (EBE) & autres Réptiliens

Les plus nombreux témoignages d’abductés, nous indiquent que le « personnel médical » qui procéda aux prélèvements d’organes ou de fluides divers, étaient des Grays : “les grands”dirigeant les “petits” (photo d’un EBE ci-dessus ). Mais l’iconographie égyptienne nous indique que les reptiliens Annunakis furent également de ceux-là, lorsqu’ils furent sur Terre parmi les humains.

Avec la collaboration des autorités américaines, ils ont aménagé des bases souterraines gigantesques dans certains états à faible densité de population.

En contrepartie, ils transmirent quantité de connaissances technologiques qui permirent aux savants et techniciens américains de mettre secrètement au point leurs propres vaisseaux intergalactiques (dont le commun des mortels n’a aucune notion), avec permission d’enlever des êtres humains pour faire les prélèvements les plus utiles à enrayer la dégénérescence de leur race. Mais, (le font-ils encore ?) ils dotèrent ces abductés d’implants microscopiques destinés à les pister ou à les contrôler ; ou bien encore pratiquèrent des inséminations artificielles sur les femmes terriennes pour des hybridations.

D’après John Lear, qui a réalisé cette vidéo édifiante sur la Base de Dulce au Nouveau-Mexique(23), où nombre d’entités extranéennes travaillent toujours, les EBE Grays mutilèrent du bétail mais aussi nombre d’humains, par dizaine de milliers d’individus. Les termes du contrat établi avec le président des U.S.A, D. Eisenhower, furent non respectés par ces extranéens… Mais duplicité et déloyauté ne font-elles pas également partie des traits de l’âme humaine !


A suivre…

Voir tous les articles du dossier : La Terre Mère et ses 3 humanités


Que pensez-vous de cet article ? Inscrivez-vous et rejoignez la conversation


Merci à tous pour votre soutien.

Beaucoup d'entre vous sont avec moi, par le coeur et la pensée, et je vous transmet ma gratitude... Vous pouvez assurer la continuité de ce site de plusieurs manières... En partageant les articles que vous avez aimé... En achetant vos livres et vos produits préférés sur Amazon via ce site... En faisant un don sécurisé sur Paypal... Ou les trois en même temps... Recevez toute ma gratitude... Mon Amour vous accompagne...


Veuillez aider à soutenir les médias alternatifs. Nous suivons la vérité, où qu'elle mène. Votre aide est importante... Merci








Elishean777 : Communauté pour un Nouveau Monde © elishean/2009-2021

Tags:

0 Commentaires

Laisser une réponse

Imaginer un Nouveau Monde © Elishean 2009 - 2021

CONTACT

Vous pouvez nous envoyer un e-mail et nous vous répondrons dès que possible.

En cours d’envoi
ou

Vous connecter avec vos identifiants

ou    

Vous avez oublié vos informations ?

ou

Create Account

%d blogueurs aiment cette page :