Mystique

Géographie sacrée et légende d’Agartha

Un voyage spirituel entre histoire et mystère par BORIS NAD

L’histoire des peuples est faite de l’histoire non écrite des grands voyages et des voyageurs du monde – une histoire qui a commencé bien avant Hérodote ou Marco Polo, au Néolithique ou même plus tôt, à une époque fantastique de l’humanité.

Peut-être même au crépuscule de l’âge d’or primordial, avec la glaciation ou l’inondation, et avec la première d’une série de catastrophes auxquelles l’espèce humaine est confrontée. Puis ont suivi les époques des migrations des peuples et des races.

Si nous en croyons Platon, alors les Atlantes ont été les premiers colons du monde, et ils sont venus de l’Occident. D’autres disent que leurs ancêtres étaient les Hyperboréens, qui ont fui la neige et la glace dans l’Extrême-Nord du continent.

Au cours de l’histoire ultérieure, les peuples se déplaceront du Nord au Sud et de l’Est à l’Ouest – et pas autrement. Cela constitue leur parcours à travers l’histoire – un chemin de vieillissement, de dégénérescence et, parfois plus rapide, parfois plus lent, de déclin inexorable. C’est ainsi que commencent les grandes conquêtes, celles qui englobent d’immenses régions, des continents entiers, et c’est ainsi que commencent les grandes guerres, comme celle qui fit rage sous les murs d’Ilium – ou n’était-ce que l’ombre d’une guerre mythique menée dans les profondeurs passé, durant l’âge mythique de la Terre ? Peut-être au début des temps, « in illo tempore ».


Ils ne se sont pas précipités vers des terres inconnues et exotiques, mais vers leurs patries perdues, vers les terres mythiques des débuts, vers les richesses de l’âge d’or. Vers l’abondance primordiale, édénique. Vers le Paradis Perdu, comme celui biblique, que nous n’avons cessé de chercher ici sur Terre encore aujourd’hui.

Un mystique islamique, Suhrawardi, a affirmé qu’après la mort, l’âme retourne dans la patrie, car Allah miséricordieux lui-même l’a ordonné, et cela ne serait pas possible s’il n’y avait pas précédemment résidé. Cette patrie mythique se trouve quelque part dans « l’Orient spirituel ». Afin de trouver la force pour cela, nous devons partir de l’Occident spirituel, les « puits occidentaux de l’exil ».

Le vrai voyage, les vraies aventures de l’esprit, a enseigné ce Cheikh, commencent en Occident. C’est un endroit comme une tombe, une palissade du lieu de sépulture. Arrivé sur le sol d’un continent inconnu, Christophe Colomb crut découvrir la Nouvelle Terre mentionnée dans l’Apocalypse de Saint Jean. Le célèbre marin se croyait dans le golfe de Paria et avait découvert dans ses courants frais l’origine des quatre fleuves du jardin céleste perdu, l’Eden lui-même. « Dieu m’a fait le messager du nouveau ciel et de la nouvelle terre, dont il a parlé dans l’Apocalypse de saint Jean, et avant cela par la bouche d’Isaïe », a proclamé Colomb au roi Juan, « et il m’a montré l’endroit où le trouver. »


Il n’y a pas de terre, d’île ou de continent dans le monde qui soit une simple certitude géographique. La Terre entière est un texte sacré, un livre saint écrit en signes spéciaux – ou du moins c’est ce que croient les mystiques et les ésotéristes. Les paroles de ce texte, pense-t-on, ont été écrites par Dieu lui-même. Chaque voyage est, en fait, un pèlerinage, car nous marchons toujours sur une terre sacrée. Chaque terre et paysage, lointain et proche, possède une signification cachée et une signification secrète – spirituelle, symbolique, eschatologique et même profondément mystique.

Un paysage est à la fois une réalité physique et spirituelle. C’est le domaine d’une science secrète et mystérieuse – la géographie mystique et sacrée – dont le savoir, justement, s’est perdu à jamais au cours des siècles ou des millénaires.

Le roi du monde

La légende prétend que quelque part, dans les profondeurs de la Terre, dans des grottes sombres et des passages secrets, vit encore une telle terre sacrée habitée par un peuple secret et mystérieux, caché à la vue des autres, que seuls quelques-uns savent élus en surface, et que cette connaissance est un secret strictement gardé. Ou peut-être que c’était jusqu’à récemment. Ce royaume secret s’appelle Agartha.

Cette légende est ancienne et vient de la préhistoire lointaine. Agartha est mentionnée dans les légendes de divers peuples – blancs, rouges et jaunes – à la fois en Orient et en Occident. Agartha est un royaume caché sous terre, peuplé d’un peuple doté de pouvoirs miraculeux, un peuple qui vit dans la sagesse et l’immense richesse. Mais Agartha est bien plus que cela : c’est le centre spirituel de l’humanité gouverné par un souverain caché, le chef de sa hiérarchie initiatique.


La légende veut que ce centre spirituel et métaphysique suprême de l’humanité, Agartha, n’a pas toujours été caché sous terre, et n’y restera pas éternellement. Cette condition correspond à l’état déchu de l’humanité, l’âge des ténèbres et de la confusion qui, dit-on, dure depuis 6 000 ans.

En 1890, le Roi du Monde aurait émis la prophétie suivante dans le monastère de Narabanchi :

« Le temps viendra où les peuples d’Agarthi remonteront de leurs cavernes souterraines à la surface de la terre. »

Les voyageurs qui se sont mis en tête de le trouver en ont chuchoté. Les marchands de caravanes en ont raconté des histoires exaltantes dans les auberges et sur les sentiers de montagne, dans les déserts et dans les coins reculés. Il est connu des sages tibétains dont les enseignements nourrissent moines et lamas. Les foules ordinaires, quant à elles, ridiculisent et rient d’histoires telles que les superstitions des illettrés et des crédules.

L’histoire d’Agartha a atteint l’Occident à partir de deux sources indépendantes. Dans un livre publié à titre posthume en 1910, La Mission de l’Inde (ou La Mission de l’Inde en Europe ), l’ésotériste français Saint-Yves d’Alveydre a présenté l’Occident à Agartha comme un mythe bouddhique d’un centre secret du monde caché quelque part dans les profondeurs de l’Himalaya, de l’Inde ou de l’Afghanistan.

L’ésotériste français René Guénon s’est concentré sur Agartha en tant que centre spirituel du monde dans son livre de 1927 Le Seigneur du monde (réédité en 1983)

Le récit de D’Alveydre a été commenté par un autre ésotériste français, le penseur fondateur du traditionalisme, René Guénon. La pensée traditionaliste, à travers les travaux de René Guénon, a fourni une exégèse de ce mythe : à sa racine la plus profonde se trouve l’idée du centre spirituel suprême, le centre spirituel de l’humanité durant le dernier cycle temporel de l’humanité, c’est-à-dire l’âge du fer en les traditions des peuples de l’Occident.

Comme l’a observé Guénon, de nombreux parallèles et analogies de ce mythe bouddhique du Roi du monde peuvent être trouvés à travers les traditions les plus diverses, de l’hindoue et juive à travers l’islamique et chrétienne au mythe celtique du Saint Graal qui fut ensuite, superficiellement christianisé.

Le nom même « Aggartha » ou « Agarttha », écrit Guénon, signifie « imperceptible » et « inaccessible » – « et aussi ‘inviolable’, puisque c’est Salem, la ‘Demeure de la Paix' » – mais le nom du centre spirituel avant le cycle temporel actuel était Paradesha («pays suprême» en sanskrit), d’où le Pardes chaldéen ou le Paradisus(« paradis ») connu des traditions occidentales. De plus, Guénon a établi un lien entre Agartha et la « Lumière de l’Orient » de l’ésotérisme islamique.

On parle d’Agartha légendaire dans le même souffle que de terres oubliées telles que l’Hyperborée. Deux personnages clés ont contribué à faire connaître l’histoire d’Agartha en Occident : l’ésotériste français Saint-Yves d’Alveydre (à gauche) et le voyageur et auteur polonais Ferdynand Ossendowski (à droite).

Pôle absolu

La « Lumière de l’Est » n’est autre que la « Lumière du Nord », l’« Or du Nord » mentionné par les auteurs classiques. En d’autres termes, Agartha n’est qu’une des nombreuses projections du Pôle, du Pôle Nord, de l’Hyperborée ou du Paradis, qui s’est déplacée au cours de l’histoire du Nord vers l’Ouest et du Sud vers l’Est. Il existe, pour le nommer, le Pôle Absolu.

Agartha est une projection orientale du pôle absolu. Nous ne pouvons pas chercher ce Pôle mystique au-dessus de la surface de la Terre, au sommet du Mont Meru comme il l’était à l’âge d’or ou dans le cycle hyperboréen, mais uniquement sous terre – non pas dans la glace polaire de l’Arctique, mais à l’est du continent eurasien.

Emanuel Swedenborg a émis la déclaration mystérieuse qu’à notre époque la « parole perdue » ne se trouve que parmi les sages de Tatary et du Tibet, c’est-à-dire en Orient.

Svyatogor (guerrier-géant) de Nicholas Roerich, 1942

Certains auteurs affirment que le contact a été maintenu avec ce centre pendant presque tout le cycle historique de l’Occident. Ce contact a toujours été direct et réaliste. Mais la projection finale du Pôle Nord – le sanctuaire du Roi sacré du Monde à l’Est – est devenue de plus en plus inaccessible et mystifiée. Il n’a été interrompu qu’à la fin des temps historiques.

Guénon affirme que cela s’est produit peu après la guerre de Trente Ans, plus précisément en 1648, lorsque les « vrais Rose-Croix », 12 au total, ont quitté l’Europe et se sont retirés en Asie, en Agartha.

La deuxième source occidentale sur Agartha était le voyageur et auteur polonais Ferdynand Ossendowski, qui dans son livre Bêtes, Hommes et Dieux, publié en 1924, rend compte de son voyage tumultueux à travers l’Asie centrale durant les années 1921-1922. Il y a un moment, affirme Ossendowski, où le calme envahit le monde, où les animaux sauvages s’arrêtent dans leur course, les chevaux s’arrêtent pour écouter, les oiseaux s’arrêtent de voler et les voyageurs s’arrêtent dans leur élan. Des hordes de moutons, de bovins et de yacks s’accroupissent au sol, et les chiens cessent d’aboyer. Le vent se calme en un lent tremblement d’air, et le Soleil s’arrête dans son mouvement. Pendant un instant, le monde entier sombre dans le silence. Une chanson inconnue pénètre le cœur des animaux et des gens. C’est le moment où le Roi du Monde en Agartha parle avec Dieu lui-même, quand des langues de feu dans les lettres de l’alphabet Vattan jaillissent de son autel.

Le récit d’Ossendowski a également reçu le commentaire de Guénon.

Guénon explique qu’Ossendowski écrivait le nom de ce royaume souterrain comme « Agharti », alors que Saint-Yves d’Alveydre utilisait la forme « Agartha », « ce dernier étant connu pour avoir été en contact avec au moins deux Hindous ». Le fait que cette mystérieuse légende venue d’Orient ait atteint les peuples d’Occident en deux versions différentes s’explique par le fait que d’Alveydre s’est inspiré de sources hindoues, tandis qu’Ossendowski s’est renseigné auprès de sources lamaïstes.

Les récits de d’Alveydre, d’Ossendowski et de Guénon n’épuisent cependant pas les traces et les allusions d’« Agartha ». Un livre publié au 17ème siècle à Leiden mentionne une ville du nom de « Agartus Oppidum » qui serait située dans le delta du Nil en Egypte. Ce fait était inconnu de Guénon. Lucius Ampelius, un auteur latin du IIIe siècle, a affirmé que dans cette ville se dressait une statue aux mains d’ivoire et une émeraude brillante sur son front. Cette statue, est-il écrit, incite à la panique et à la peur chez les animaux et les gens, et surtout chez les barbares. Le mot oppidum en latin signifie élévation, fort ou colline. La signification du mot Agartus est inconnue et n’a aucune signification en latin.

Il est également rapporté qu’il y a longtemps, à Medeia, près de la côte sud de la mer Caspienne, se dressait une ville appelée Asagarta. Ptolémée ajouta que les habitants de cette terre s’appelaient les Sargartiens, et Hérodote affirme que 8 000 Sargartiens (habitants de cette terre perdue) étaient présents dans l’armée du roi perse Darius.

Asgard, la cité mythique des Ases, était la capitale des Sarmates et de Roxalana. Certains chercheurs assimilent Asgard à Agartha. D’autres pensent qu’Agartha était exactement cette ville mentionnée par le romain Lucius comme située sur les rives du Nil. C’est une erreur – la même erreur commise par certains en ce qui concerne Atlantis ou Thulé.

Agartha est en fait Thule, ou plutôt un dans une chaîne de Thules qui apparaissent à différents moments dans différents méridiens. Il en est de même de ses mystérieux habitants, qui sortent parfois à la surface de la Terre. Ainsi, le nom d’Agartha est connu depuis l’Antiquité, depuis le tout début de l’histoire, et on le retrouve partout, de l’Egypte ancienne à la Bactriane, dans ses projections, dans sa représentation sur Terre, dans ses déclinaisons secondaires, comme tout Thulé, y compris même l’Atlantide, n’est qu’une projection de la Thulé hyperboréenne primordiale et originelle, celle érigée par les mains des hommes-dieux à la nuit des temps.

ictoire (Gorynych le Serpent) de Nicholas Roerich, 1942

Agartha et l’Amérique

Le fait que tous les noms connus de centres géographiques sacrés correspondant aux cycles et événements cosmiques – Hyperborée, Thulé, Atlantide, etc. ” d’Amérique, n’est pas un hasard. Si la découverte de l’Amérique, ou plutôt le retour de l’Amérique dans l’histoire, a déclenché de tels troubles parmi les peuples, alors que se passera-t-il si la prophétie de la fin du monde se réalise et que le secret Agartha devient connu de toute l’humanité ?

Il est prophétisé que les habitants d’Agartha sortiront une fois de plus à la surface de la Terre. Et de même, le Paradis, le Jardin d’Eden, est caché quelque part à l’Est. C’est à l’Est des « sages sages de Tatary », affirmait Swedenborg, que nous devrions chercher le « mot oublié depuis longtemps ».

Quel est le lien entre Agartha et l’Amérique ? Est-ce le même fil qui relie tous les continents ? Leur apparition, ou plutôt leur réapparition, à l’horizon de l’histoire du monde pourrait-elle représenter un signe des « derniers temps », de la « fin des temps ? Le « secret » de l’Amérique était connu des Vikings, des Égyptiens et des Phéniciens même des milliers d’années avant les marins portugais et espagnols.

Esotéristes et adeptes des sociétés secrètes, mystiques et prestidigitateurs, astrologues et néophytes, adeptes de cultes secrets et conspirateurs obscurs, tous tissent encore leurs toiles sombres autour d’Agartha et des mystères profonds qui cachent ce royaume souterrain.

L’Amérique n’est pas seulement le pays de l’Apocalypse – une histoire qui parle de la fin du monde et de la dernière révélation. Les premiers nouveaux arrivants identifiaient l’Amérique au paradis, où même les arbres et les plantes parlaient le « langage hiéroglyphique de notre état adamique ou primitif ». Le Nouveau Monde était pour eux une projection du paradis sur Terre, par lequel Dieu baptisa son peuple élu – le Nouvel Israël. D’autres ont identifié l’Amérique, pour des raisons non moindres, avec l’Atlantide, dont la chute a été décrite par Platon. A défaut d’observer que le philosophe grec a été précis dans les détails qu’il a donnés, et que, outre l’île d’Atlantide, il a également mentionné une « terre à l’ouest entourée par l’océan de tous côtés ». C’est, sans aucun doute, le continent nord-américain. L’Amérique n’est que son ombre, sa projection dans le Far West, la « fausse Atlantide ».

L’Amérique n’est bien sûr pas l’île mythique de l’Atlantide qui a disparu dans l’océan Atlantique à l’aube de l’histoire. C’est en fait la Terre Verte, la Terre des Morts, le « Royaume des Ombres » en Occident qui est mentionnée dans les légendes et les mythes de nombreux peuples. L’Amérique est Trans-Atlantide. Que signifie la réapparition d’un continent mort, englouti, à l’horizon de l’histoire mondiale ? De la même manière, Agartha est aussi une «terre des morts» qui, comme le dit la prophétie, reste à découvrir dans les profondeurs du sous-sol.

Dans les temps historiques, cela aurait été réalisé par certains voyageurs et chercheurs. L’un d’eux était un chasseur mongol qui ne put garder son secret et se fit donc couper la langue par des lamas. Le Lama Djamsrap en a parlé dans son livre. Un autre était un marin norvégien analphabète qui prétendait vivre à Agartha depuis plusieurs années. Le lecteur verra que ces mentions fugaces ne sont pas sans fondement, et que l’Amérique et l’Atlantide sont étroitement liées sans le sujet d’Agartha, le royaume mystérieux caché dans l’obscurité éternelle, profondément souterraine et profondément dans le passé. Il est étroitement lié au monde des morts et du passé – au passé qui refuse de mourir. Et il cache en vérité de nombreuses histoires secrètes de la race humaine.

Et pourtant, l’idée d’une cachette souterraine de l’incarnation du principe sacré et céleste est en soi contradictoire. Selon la logique sacrée, les sièges de l’autorité spirituelle se trouvent dans les montagnes, et non dans le monde souterrain, qui est logiquement et naturellement lié au chtonien, à l’infernal et à l’enfer. De plus, les archétypes et les idées eux-mêmes choisissent leurs porteurs à travers l’histoire, et il n’est pas toujours possible de distinguer avec précision les continents, terres et villes « réels » et symboliques mentionnés dans les textes sacrés, des Védas à la Bible. Dans les textes sacrés, les plans sacré et terrestre, la géographie physique et sacrée, la physique et la métaphysique se croisent constamment. Mais, dans l’ensemble, ces terres fabuleuses ne sont pas le fruit d’une simple fantaisie : plutôt,

En ce sens et selon cette logique, la « Lumière du Nord » ou « Lumière de l’Est », voire la « Lumière d’Agartha », n’est pas strictement localisable sur le plan terrestre. De même, les voyages et les récits d’Agartha ne sont pas seulement ou pas principalement des voyages en géographie et en histoire, mais des voyages de l’esprit, des voyages dont le « centre intérieur » est celui de l’homme.

Comme le dit le Chandogya Upanishad :

« Maintenant, la lumière qui brille plus haut que ce ciel, sur le dos de tous, sur le dos de tout, dans les mondes les plus élevés, qu’il n’y a pas plus haut – en vérité, c’est la même chose que ce lumière qui est ici à l’intérieur d’une personne.

Les chaînes des « Agarthas » mènent le long et sont les chaînes du voyage spirituel. En voyageant vers Agartha, nous voyageons dans la lumière du mythe. Le réveil du mythe est un réveil de ce qui est caché, mystérieux, lumière intérieure en nous-mêmes. Dans cette dimension, les terres, les îles, les continents et les royaumes « perdus et retrouvés » comme Agartha ont quelque chose à nous dire qui est assez différent des « découvertes géographiques positives » et des « recherches » de l’histoire récente.

Les Bogatyrs (Héros) se sont levés par Nicholas Roerich, 1940

Le texte ci-dessus est basé sur des passages du premier volume d’œuvres sélectionnées de Boris Nad en anglais, The Reawakening of Myth (PRAV Publishing, 2020), en particulier la deuxième partie, A Tale of Agartha.


Que pensez-vous de cet article ? Partagez autant que possible. L'info doit circuler.



Veuillez aider à soutenir les médias alternatifs. Nous suivons la vérité, où qu'elle mène. Merci


ELISHEAN 777 Communauté pour un Nouveau Monde

(Vu 429 fois, 1 visites aujourd'hui)

Laisser un commentaire