Aller à la barre d’outils

Le darwinisme social est une doctrine politique évolutionniste apparue au XIXe siècle qui postule que la lutte pour la vie entre les hommes est l’état naturel des relations sociales.

Selon cette idéologie, ces conflits sont aussi la source fondamentale du progrès et de l’amélioration de l’être humain.

Son action politique préconise de supprimer les institutions et comportements qui font obstacle à l’expression de la lutte pour l’existence et à la sélection naturelle qui aboutissent à l’élimination des moins aptes et à la survie des plus aptes (« survival of the fittest »).

L’eugénisme est apparu à la fin du XIXe siècle avant même le lancement de la science génétique. Son inventeur ? Le cousin de Darwin, le scientifique britannique Francis Galton.

Dès 1865, celui-ci avait suggéré que l’État organise des concours destinés à sélectionner les individus possédant les meilleures « qualités héréditaires », puis les encourage à se marier et à avoir le maximum d’enfants.

Au premier rang des « qualités héréditaires « , Galton mettait les « capacités intellectuelles » et le « génie créateur ». On pouvait, selon lui, remarquer que certaines familles comprenaient de génération en génération, des avocats, médecins, musiciens, militaires … célèbres.


A ses yeux, cela prouvait la nature innée des « dons ».

Galton proposait aussi d’enfermer les individus « de moindre valeur » dans des monastères et des couvents afin que, par ce célibat imposé, ils ne laissent pas de descendants.

En 1883, il définit explicitement la science de l’ « eugénisme » (mot qu’il a forgé à partir des racines grecques signifiant « bonne naissance » ou « hérédité noble »).

L’eugénisme, dit-il, est « la science de l’amélioration des populations humaines, visant à donner aux races les meilleurs moyens de prévaloir plus rapidement sur les moins bonnes ».

La doctrine de Galton était donc fondamentalement élitiste et raciste (il considérait les Noirs comme fortement inférieurs aux blancs).

La doctrine eugéniste a connu, à la fin du XIXe siècle, une deuxième naissance, indépendamment de celle patronnée par Galtron :

En 1891, le médecin allemand Wilhelm Schallmayer lançait l’idée d’une « hygiène de la race » (Rassehygiene).

Selon lui, l’État avait le devoir moral de s’opposer à la « dégénérescence » biologique de la population en contrôlant les mariages : tout individu devait être muni d’un carnet de santé depuis le jour de sa naissance ; au moment de se marier, un médecin devait faire un rapport sur sa santé (physique et mentale), en fonction de quoi l’État autorisait ou non le mariage.

De cette façon, estimait Schallmayer, la reproduction préférentielle des individus robustes serait assurée, et le nombre des malades et des « faibles » irait en décroissant, dans la mesure où on les empêcherait de se reproduire.

Extrait de l’article « La tentation eugéniste » « Au nom du surhomme » Marcel Blanc. Documents n°10. Va-t-on modifier l’espèce humaine ? Le nouvel Observateur.

L’eugénisme par les stérilisations forcées

Au Pérou, le président Alberto Fujimori (1990-2000) a été accusé de génocide et de crimes contre l’humanité en raison du programme de stérilisation mis en place.

Le gouvernement fantôme finance directement ou indirectement les campagnes de stérilisations forcées dans les pays africains et d’Amérique du sud, à travers les fonds destinés à différentes ONG.

L’ancien chef de l’agence nord-américaine chargé du programme de contraception, R. T. Ravenhold, affirmait dans une interview en 1997 que son pays» voulait proportionner les moyens pour pouvoir stériliser un quart des femmes de la planète.

«Aidé par l’ONU et de nombreuses associations» humanitaires, le gouvernement péruvien a mené et continue de mener une grande campagne de stérilisations forcées.»

Fondateur de Microsoft et l’un des hommes les plus cousus d’or du monde, Bill Gates a, lors d’une récente conférence en Californie, révélé un dessein philanthropique : la dépopulation, connue aussi sous le nom d’eugénisme.

La famille de Gates a une longue histoire de soutien à l’eugénisme

William Henry Gates II, connu aussi comme Bill Gates Sr., né le 30 novembre 1925 à Seattle, dans l’État de Washington, est un avocat américain, dans les domaines des affaires et de l’humanisme international, cofondateur d’un des cent plus importants et prestigieux cabinets d’avocat des États-Unis. Philanthrope et humaniste, il est le père de Bill Gates (fondateur de Microsoft), membre de l’American Academy of Arts and Sciences et coprésident de la Fondation Bill-et-Melinda-Gates fondée par son fils Bill et sa belle-fille Melinda en 2000.

Il porte le même nom que son père William Henry Gates et que son fils William Henry Gates III.

Un voyage dans le temps pourra vous amener à la génération avant la naissance du père de Gates, William Henry Gates II, et le mouvement eugénique aux États-Unis qui est né des travaux scientifiques du frère augustin tchèque Gregor Mendel, largement considéré comme le fondateur du science moderne de la génétique.

Mendel est mort en 1884, à l’âge de 61 ans, mais son travail a été la source de beaucoup d’inspiration pour le savant britannique Sir Francis Galton, qui a inventé le terme eugénisme dans son livre de 1883, Inquiries into Human Faculty and Its Development. Le mot «eugénisme» signifie littéralement «bonne création» et vient des écrits du philosophe grec Platon.


À la fin du 19e siècle, Galton, dont le cousin était Charles Darwin, a cherché à améliorer l’humanité par la propagation de l’élite britannique.

Son plan n’a jamais vraiment pris racine au Royaume-Uni, mais en Amérique, il a été largement adopté.

Le mouvement a reçu un financement important de diverses fondations d’entreprise, telles que la Carnegie Institution, la Fondation Rockefeller et la fortune du chemin de fer Harriman, avec un premier point de référence apparaissant en 1890 lorsque le directeur du Brooklyn Institute of Arts and Sciences Franklin Hooper et Eugene G Blackford ont commencé un programme d’été pour la formation des professeurs d’université et de lycée qui étudient la zoologie, la botanique, l’anatomie comparée et la nature… connu sous le nom de laboratoire biologique à Cold Spring Harbor, New York.

En 1904, l’eugéniste Charles Davenport était devenu directeur de l’université d’été et, grâce à ses relations, il persuada la Carnegie Institution de Washington de financer la Station for Experimental Evolution, un centre d’étude de l’hérédité basé sur les travaux de Mendel.

Davenport a quitté l’Université de Chicago en 1904 pour en devenir le directeur à plein temps.

Mais il veut élargir l’étude de l’hérédité chez l’homme et persuade en 1910 la veuve d’EH Harriman de doter un centre de recherche dédié à l’eugénisme.

Le bureau des archives eugéniques de Cold Spring Harbor, financé par Harriman et plus tard par la Carnegie Institution, est devenu un centre d’échange pour les données de recherche créées par les travailleurs de terrain dans le mouvement eugénique croissant. Davenport, son directeur, a également maintenu ses rôles à la Station for Experimental Evolution et au laboratoire biologique.

Le but de l’Eugenics Record Office était de suivre les familles et leurs traits génétiques… ses résultats montrent que la plupart des personnes considérées comme inaptes à procréer étaient des immigrés, des minorités ou des pauvres.

Mais peut-être que la première apparition officielle de l’eugénisme dans les livres d’histoire des États-Unis a été l’introduction en 1896 des lois sur le mariage du Connecticut qui ont rendu illégale le mariage pour les personnes épileptiques ou «faibles d’esprit».

En 1903, l’American Breeder’s Association est devenue la première organisation scientifique aux États-Unis à reconnaître le travail de Mendel et à soutenir la recherche eugénique.

La cinquième réunion annuelle de l’American Breeders Association a eu lieu pendant la semaine des agriculteurs à l’Université du Missouri en janvier 1909. La réunion a annoncé le début de l’American Breeders Magazine et a donné l’occasion à Davenport de se connecter avec Harry Laughlin, plus tard pour devenir un fondateur de l’American Eugenics Society, résultant en une association à vie entre les deux hommes. En 1914, l’organisation était devenue l’American Genetic Association et le magazine a été renommé The Journal of Heredity.

Trois ans plus tôt, en 1911, Davenport et John Harvey Kellogg, de renommée céréalière Kellogg, avaient créé la Race Betterment Foundation et établi un «registre généalogique», la fondation accueillant des conférences nationales sur l’eugénisme en 1914, 1915 et 1928.

À ce stade, une militante américaine pour le contrôle des naissances et l’éducation sexuelle, Margaret Sanger, s’est impliquée, publiant une série d’articles pour le New York Call.

En 1914, elle a publié un magazine éphémère, The Woman Rebel, et a distribué une brochure, Family Limitation, défendant ses vues.

Elle a été mise en examen pour avoir envoyé des documents en faveur du contrôle des naissances, mais les accusations ont été abandonnées en 1916. Plus tard dans l’année, elle a ouvert la première clinique de contrôle des naissances aux États-Unis à Brooklyn.

Elle a été arrêtée et accusée de maintenir une «nuisance publique» et, en 1917, a purgé 30 jours au pénitencier du Queens. Pendant qu’elle purgeait sa peine, le premier numéro de son périodique The Birth Control Review a été publié. Sa condamnation et les épisodes ultérieurs de harcèlement juridique ont contribué à cristalliser l’opinion publique en faveur du mouvement de contrôle des naissances.

En 1921, Sanger a fondé l’American Birth Control League, qui en a été le président jusqu’en 1928. La ligue était l’une des organisations mères de la Birth Control Federation of America, qui en 1942 est devenue la Planned Parenthood Federation of America , avec Sanger comme président honoraire.

Sanger, qui avait voyagé en Europe pour y étudier la question du contrôle des naissances, a également organisé la première Conférence mondiale sur la population à Genève en 1927, et elle a été la première présidente de la Fédération internationale pour la planification familiale (fondée en 1953). Par la suite, elle a mené sa campagne pour le contrôle des naissances dans les pays asiatiques, en particulier en Inde et au Japon.

En 1926, l’American Eugenics Society a été créée par Laughlin, Madison Grant, Henry Crampton, Irving Fisher et Henry F Osborn pour promouvoir des programmes d’éducation eugénique auprès du public américain.

L’organisme a décrit l’eugénisme comme l’étude de l’amélioration de la composition génétique des humains grâce à la reproduction contrôlée de différentes races et classes de personnes, le groupe aidant de plus petits efforts eugéniques tels que la Galton Society à New York et la Race Betterment Foundation de Kellogg à Battle Creek, Michigan. .

L’un des membres de l’American Eugenics Society était Sanger, d’autres membres ayant déjà participé à la création de l’American Birth Control League.


Quelques mois à peine avant le début de la Seconde Guerre mondiale avec les programmes d’eugénisme américains vieux de près de 20 ans, le Troisième Reich d’Adolf Hitler avait déjà commencé à les suivre jusqu’à leurs conclusions logiques, en assassinant plusieurs milliers de faibles et impuissants, dont les handicaps les disqualifiaient pour un futur dans l’utopie aryenne envisagée par les nazis.

Et aux États-Unis, Sanger est passé de la promotion de moyens privés de «contrôle des naissances» pour éviter les conséquences de la promiscuité à la mise en place de protocoles pour aider les États à éliminer «l’histoire d’horreur dysgénique» des Noirs qui se reproduisaient «de manière négligente et désastreuse».

De nouveaux efforts de contraception en Amérique, en particulier la stérilisation, seraient encouragés pour décourager et peut-être finalement éliminer «les éléments défectueux et malades de l’humanité».

C’est ainsi qu’est né le «Negro Project» , soutenu par un financement de la Fondation Rockefeller, dont l’historien George Grant a écrit: «Les intentions génocidaires du programme ont été soigneusement camouflées sous plusieurs couches de rhétorique condescendante des services sociaux et d’expertise organisationnelle.

À l’instar des citoyens de Hamelin, attirés en captivité par les douces sérénades du joueur de flûte, trop d’Afro-Américains à travers le pays se sont heureusement mis derrière Margaret et les racistes eugéniques qu’elle avait placés dans son Conseil consultatif noir.

Le Conseil consultatif noir a établi des cliniques dans tout le Sud, distribuant des contraceptifs aux «éléments insouciants et irresponsables qui grouillent et génèrent … des éléments malades de l’humanité». Avec le soutien de ministres noirs triés sur le volet et de responsables de la santé publique, la littérature de propagande sur la «parentalité planifiée» a évolué sans heurts.

Mais les dirigeants du mouvement eugéniste américain commençaient à s’inquiéter du fait qu’Hitler avait terni le mot «eugénisme» mais ne voulait pas abandonner la quête d’humains pur-sang, que Sanger elle-même vantait. Ils ont simplement choisi de nouveaux mots pour décrire l’eugénisme.

En 1942, la Birth Control Federation of America est devenue la Planned Parenthood Federation of America.

Non content des cliniques communautaires, Planned Parenthood a déménagé dans les écoles publiques dans les années 1980, principalement dans les quartiers minoritaires du centre-ville.

Mais l’offre de contraceptifs ne fournissait qu’un des services promus par Sanger. La stérilisation des non-blancs était également au centre de l’agenda de Planned Parenthood et plusieurs États ont établi des programmes pilotes pour, principalement, les victimes des minorités.


Le rôle de la Californie a commencé en 1909 et a duré 70 ans. Au moins 20 000 stérilisations dans les institutions publiques ont été effectuées pendant cette période.

Aujourd’hui, l’industrie de l’avortement a repris là où les programmes de stérilisation forcée s’étaient arrêtés, mais maintenant avec des sanctions juridiques de la Cour suprême et des législatures sympathiques à travers les États-Unis. De nombreuses écoles et cliniques publiques font la promotion du programme de planification familiale, et le Congrès, avec un soutien bipartite important, a inclus un soutien à leur intention dans les budgets annuels.

De nombreuses stérilisations ont été forcées et effectuées sur des minorités, 33 États autorisant finalement la stérilisation involontaire pour tous les législateurs jugés indignes de procréer.

Dans les années 1930, le gouverneur de Porto Rico, Menendez Ramos, a mis en œuvre des programmes de stérilisation pour les femmes portoricaines. Ramos a affirmé que l’action était nécessaire pour lutter contre la pauvreté endémique et les conflits économiques.

À un moment donné, plus d’un tiers ont été stérilisés sans consentement éclairé, et des femmes portoricaines pauvres ont également été utilisées comme cobayes pour tester des produits de contrôle des naissances.

Selon une enquête du Government Accountability Office de 1976, entre 25 et 50 pour cent des Amérindiens ont été stérilisés entre 1970 et 1976.

On pense que certaines stérilisations se sont produites sans consentement lors d’autres interventions chirurgicales telles qu’une appendicectomie. Dans certains cas, les soins de santé pour les enfants vivants ont été refusés à moins que leur mère n’accepte la stérilisation.

Aujourd’hui, presque tous les bébés atteints du syndrome de Down sont arrêtés avant leur naissance, dans le cadre d’une politique publique établie par la Cour suprême des États-Unis.

Alors, qu’est-ce que tout cela a à voir avec Bill Gates?

Eh bien, dans une interview en 2003 sur Now with Bill Moyers, il était assez ouvert sur le fait que son père était un ancien chef de Planned Parenthood, mais trouver des détails sur son implication est extrêmement difficile à trouver, presque comme si un chapitre avait été effacé. sur le Web.

Nous savons que William H Gates II était un banquier de premier plan et un avocat de Preston Gates & Ellis et qu’il a présidé de nombreuses associations du barreau et des conseils d’organisation, mais il y a très peu de choses sur son service au conseil d’administration de Planned Parenthood pendant l’enfance du groupe.

La société s’est étendue depuis ses débuts dans les laboratoires de génétique et de virologie de Cold Spring Harbor à Long Island et à Berlin, pour devenir l’une des plus grandes organisations aux États-Unis, le consortium pétrochimique-pharmaceutique Rockefeller-Bayar Co, BASF et Hoechst étant tous les premiers bailleurs de fonds du groupe.

En 1994, la William H Gates Foundation a été créée, gérée par le père de Bill Gates, et trois ans plus tard, la Gates Library Foundation a été créée, plus tard pour devenir la Gates Learning Foundation afin de refléter son expansion dans des efforts d’éducation plus larges.

La Fondation Bill & Melinda Gates a été créée en 2000 par la fusion des deux fondations Gates. Ses priorités initiales étaient la santé mondiale, l’éducation, les bibliothèques et le nord-ouest du Pacifique. En 2006, la fondation s’est réorganisée pour inclure les divisions du développement mondial, de la santé mondiale et des États-Unis (une division de la politique mondiale et du développement a été ajoutée en 2012).

Également en 2006, l’investisseur et philanthrope Warren Buffett s’est engagé à vie à la fondation de l’action Berkshire Hathaway d’une valeur de 31 milliards de dollars US, Gates annonçant son intention de quitter son poste chez Microsoft à compter du 31 juillet 2008 pour consacrer pleinement ses efforts. -heure à la fondation.

Voilà donc les origines de la fondation de Gates, le contrôle de la population étant une facette essentielle. 

Il est intéressant de noter que le Cold Spring Harbor Laboratory, Planned Parenthood et l’American Genetic Association sont toujours en plein essor.

EUGÉNISME ET SHOAH

« Pour les nazis, l’ENNEMI de la race aryenne est le juif et le juif non plus considéré comme celui qui suit la religion juive mais comme une race à part. Pour les nazis c’est bien une lutte entre deux races. »

L’eugénisme, ensemble de méthodes visant à améliorer l’espèce humaine propose, sur les questions de gènes et de race, une approche théorique qui veut raisonnée, mais qui allait déboucher sur la Shoah.

L’eugénisme, et plus particulièrement l’expérience américaine qui en avait été faite, allaient fournir au régime hitlérien les fondations scientifiques « légitimes » de sa politique raciale.

L’eugénisme était enseigné à tous les niveaux du système éducatif allemand. Les universités et les écoles de médecine jouèrent un rôle essentiel dans la diffusion des idées eugénistes et raciales des nazis.

Des instituts aussi prestigieux que l’organisation Kaiser Wilhelm (connue de nos jours sous le nom de Société Max Planck) finançaient des programmes de recherche eugéniste et raciale. Des cours sur l’eugénisme, la génétique et l’hygiène raciale (autant de mots pris comme synonymes à l’époque) étaient dispensés dans toutes les écoles de médecine du Reich.

Le premier programme eugéniste de l’État hitlérien fut une campagne de stérilisation forcée.

Conformément à une loi de juillet 1933, 400 000 Allemands, hommes et femmes, dont on avait diagnostiqué qu’ils portaient (ou étaient susceptibles de transmettre) des facteurs biologiques considérés comme héréditaires et indésirables, furent soumis à une stérilisation chirurgicale. Ce programme de stérilisation légitima une sélection imposée par l’État sur la base de caractéristiques que le savoir médical définissait comme indésirables .

En 1935, les lois raciales de Nuremberg étendirent l’eugénisme aux caractéristiques raciales et ethniques.

La sélection des « indésirables » , toujours selon la loi sur la stérilisation, conduisit à ce que des enfants handicapés soient éliminés physiquement. Ce fut ensuite le tour des adultes internés dans des hôpitaux psychiatriques, qui furent triés et tués dans une opération connue sous le nom de code Aktion T-4.

La Question juive

A la conférence de Wannsee, en janvier 1942, qui mit au point l’application de la Solution finale, la stérilisation forcée figurait parmi les méthodes préconisées pour régler le « problème » de la procréation des Juifs dans les territoires de l’Est.

L’idée fut rejetée car difficile à mettre en place ; on lui préféra l’élimination physique, en s’appuyant sur le personnel et les méthodes de l’opération T-4. Les médecins SS choisi pour sélectionner les déportés arrivant à Auschwitz et à Birkenau devaient avoir reçu une formation en eugénisme et en génétique.


Le paradigme fondamental de la médecine sous Hitler fut celui du physicien considéré comme « sélectionneur », mandaté par l’État pour améliorer la santé de la nation (Volksgesundheit). Ayant défini certaines populations comme appartenant à des catégories dites de sous-hommes ou comme présentant des risques génétiques ou raciaux pour la nation, la médecine considérait ces êtres « inférieurs » comme des « sujets » pouvant être stérilisés, incarcérés, puis exterminés.

Tout cela se fit au nom d’une approche « scientifique » : l’eugénisme.

Source : William E. Seidelman. Le livre noir de l’humanité. Encyclopédie mondiale des génocides. Éditions Privat. 2001.


Que pensez-vous de cet article ? Inscrivez-vous et rejoignez la conversation





Merci à tous pour votre soutien.

Beaucoup d'entre vous sont avec moi, par le coeur et la pensée, et je vous transmet ma gratitude.

Vous pouvez assurer la continuité de ce site de plusieurs manières : En partgeant les articles que vous ave aimé. En achetant vos livres sur Amazon via ce site. Ou, si vous en avez la possibilité, en faisant un don (si minime soit-il). Recevez toute ma gratitude... Mon Amour vous accompagne...


Votre aide est importante pour continuer...




ELISHEAN777 Communauté pour un Nouveau Monde  © Elishean/2009-2020


Tags:
0 Commentaires

Laisser une réponse

Imaginer un Nouveau Monde © Elishean 2009 - 2020

CONTACT

Vous pouvez nous envoyer un e-mail et nous vous répondrons dès que possible.

En cours d’envoi
mattis at commodo lectus id leo ut felis Sed non
ou

Vous connecter avec vos identifiants

ou    

Vous avez oublié vos informations ?

ou

Create Account

%d blogueurs aiment cette page :