Transhumanisme

Aldous Huxley – Quand les esclaves jouiront de l’esclavage

Aldous Huxley est l’auteur du livre prophétique de science-fiction « Le meilleur des mondes ».

Il a déclaré :

« Seul un grand mouvement populaire en faveur de la décentralisation du pouvoir et de l’auto-organisation peut arrêter la tendance actuelle au totalitarisme. Un État totalitaire vraiment efficace sera celui dans lequel le puissant directoire des dirigeants politiques et l’armée des gestionnaires contrôleront une population d’esclaves sans avoir besoin d’utiliser la coercition, car ils jouiront de leur esclavage. La tâche de leur jouissance de l’esclavage a été confiée par les États totalitaires d’aujourd’hui aux ministères de la propagande, aux éditeurs et aux hommes des médias et aux enseignants et professeurs.

Le Meilleur des mondes de Aldous Huxley (fiche de lecture et analyse complète de l’oeuvre) – sur AMAZON

Le meilleur des mondes de Huxley est le « New World » (Shakespeare : « The Tempest »), qui renvoie, comme le souligne Theodor Adorno, au Nouveau Monde, l’Amérique, laboratoire de la société du futur.

Le nouveau « monde merveilleux » est une société de classes qui subit un régime totalitaire, où il n’y a pas de famille, où la mémoire historique a été effacée, et où il y a un hédonisme généralisé comme mode de vie. Tout est fluide et il n’y a aucun engagement.


La reproduction de l’espèce humaine ne se fait pas naturellement mais dans des laboratoires gouvernementaux, par la méthode du clonage, et en fonction de la quantité d’oxygène fournie aux embryons, cinq types de personnes sont produites : Alpha, Beta, Gamma, Delta et Epsilon. Ainsi, puisque les capacités et l’intelligence sont prédéterminées, chacun fait le travail auquel il est biologiquement destiné, et ainsi les échecs et les rejets appartiennent au passé.

L’hédonisme est le sens et le mode de vie des êtres de ce nouveau monde. Le sexe est gratuit et en fait l’État le promeut, offrant même de nouvelles formes de plaisir. Ils prennent tous un stimulant appelé « soma » qui leur procure une sensation d’euphorie. Les maladies ont été éradiquées dans cette société. Il n’y a pas de douleur, de faim et de misère. Le maître de cet état mondial de jeunes idiots est un certain Mustafa Maud. C’est le deuxième personnage principal, mais c’est un Sauvage, vestige du monde shakespearien (c’est-à-dire le dernier « homme »), qui ne supporte pas la société des « automates » et se tue.

Huxley ou Orwell ?

Après tout, qui a raison, Huxley ou Orwell ? s’interroge Neil Postman dans son livre « La télévision, la culture de la mort ».

Postman considérait la télévision comme un outil crucial pour la nouvelle civilisation et le nouveau totalitarisme. Et c’est parce que la télévision constitue une « métaphore », qui crée de la culture, parce qu’elle change radicalement la manière et le contenu du dialogue public, parce qu’elle forme « une culture qui suce le rire » et le discours infantile des débats publics, une culture de des cycles continus de divertissements ignobles et donc capables d’effacer la civilisation.

Neil Postman admet que les cultures carcérales et les mécanismes de contrôle de l’esprit existent exactement comme Orwell les a décrits. Cette civilisation moderne se caractérise par une surcharge d’informations qui « étouffe » la vérité dans le « bruit » et la confusion. Cela rend l’interdit et la censure inutiles, et se traduit par la prédominance de la banalité, du « déchet » et du rire intarissable.

Aujourd’hui, nous souffrons, comme la populace du Meilleur des mondes de Huxley , non pas parce que nous rions au lieu de penser, mais parce que nous ne savons ni pourquoi nous rions ni pourquoi nous avons cessé de penser.


Pour la télévision, l’esprit n’est rien de plus que l’intelligence organisée, l’habileté, l’exercice et l’esprit modestement utilitaire. La culture comme culture n’est rien d’autre qu’une apparence qui sert d’alibi contre les barbares, qui sont les parias, les immigrés, les invisibles, les exclus.

Que reste-t-il de cette dystopie ? Le « discours de coccinelle » (Kierkegaard’) de l’individu débauché et manipulé et l’hédonisme animalier comme sens de sa vie, comme le prédisait Aldous Huxley.

Peut-être qu’on n’aura même pas besoin de nous comme esclaves

Le partenaire clé de Klaus Saab, Yuval Noah Harari, a admis publiquement dans une récente interview les scénarios cauchemardesques qu’ils préparent pour l’avenir de l’Humanité.


Comme il le dit typiquement, dans la « nouvelle » Humanité qu’ils évangélisent, de nombreux emplois vont disparaître et donc ceux qui les ont exercés deviendront insignifiants et donc « excédentaires ».

Ils ne serviront pas non plus d’esclaves ou de serviteurs car même pour ces «devoirs», ils devront être «améliorés» pour les faire puisque, comme on dit, même le cerveau sera remplacé par de la «matière inorganique» et des nanorobots.

« Si vous restez derrière, vous ferez face à quelque chose de bien pire, vous serez invisible, sans substance, vous ne serez même pas nécessaire en tant que serviteur ou esclave », a déclaré Yuval Noah Harari.

« Ils peuvent désormais lire les synapses du cerveau et remplacer le système immunitaire par un système immunitaire inorganique composé de millions de nanorobots. »

Si nous comprenons comment les centres du cerveau fonctionnent et produisent des émotions telles que l’amour et la colère, alors il n’y aura aucun problème à reproduire ces états émotionnels basés sur le silicium et non sur le carbone (matière inorganique au lieu d’organique) basés sur des ordinateurs et non sur des esprits.

« Malheureusement, nous allons détruire beaucoup d’emplois », a ajouté son mentor, Klaus Schwab , dans la même interview.

Le monde décrit par Huxley ressemble étrangement à celui dans lequel nous vivons actuellement. En même temps, tant a été perdu, tant a été sacrifié alors que nous attendons la nouvelle « mise à niveau » de l’humanité, où la vérité et la beauté sont étouffées par l’amusement et la commodité. C’est le paradis de Huxley poussé encore plus loin, ciselé par le WEF et ses architectes.

Mais tant qu’il y a une « possibilité d’île », restons hérétiques dans une société embourbée dans son « bonheur » terne.



Que pensez-vous de cet article ? Partagez autant que possible. L'info doit circuler.


Veuillez aider à soutenir les médias alternatifs. Nous suivons la vérité, où qu'elle mène. Merci


ELISHEAN 777 Communauté pour un Nouveau Monde

(Vu 95 fois, 1 visites aujourd'hui)

Laisser un commentaire