Cas de conscience

Le désespoir du racisme anti-blanc

par Paul Rosenberg

Ne pouvant faire la différence entre un juif et un arabe, les français, et les gens en général, avaient autrefois l’habitude de dire : c’est du Kif Kif Bourricot.
C’était avant le wokisme.
Maintenant les juifs sont considérés comme des blancs colonialistes et les arabes sont considérés comme des indigènes…(non-blancs).
Comme quoi … !

Le racisme anti-blancs est à l’ordre du jour dans la bureaucratie. L’anti-blancheur qui a longtemps infecté les classes « instruites » et d’élite a dépassé ses limites antérieures et a été affiché sur un milliard de visages à la fois. G**gle, comme vous le savez peut-être, incarne George Washington, Albert Einstein et bien d’autres en blackface.

Dans le même temps, les plus grandes sociétés de divertissement présentent les guerriers vikings comme des femmes noires, etc.

Plus récemment, un groupe d’intellectuels de la cour ont occupé le devant de la scène, dénonçant la menace pour la démocratie américaine, (que son nom soit sacré) posée par la « rage rurale blanche ».


Après un moment d’incrédulité et de répulsion en cela voyant, mon premier réflexe a été de défendre les Blancs, tout comme j’ai défendu les Noirs lorsqu’ils étaient la cible du racisme. Après tout, la culture blanche (en fait la culture chrétienne) a été une bénédiction pour le monde comme aucune autre. Mais il ya plus à voir que cela : il ya un désespoir impliqué dans cet épisode malade, et je pense que nous devrions l’examiner.

Les positions des racistes

Je pense qu’il est révélateur de considérer les positions des racistes anti-blancs. Ils sont plus ou moins toutes des créatures institutionnelles. Autrement dit, très peu d’entre eux ont consacré beaucoup de temps à un travail productif. Il ne s’agit pas de charpentiers, d’agriculteurs, de réparateurs, d’infirmières, de chauffeurs ou d’ouvriers d’usine.

En d’autres termes, les racistes anti-blancs sont des gens payés par les institutions. Ils sont isolés des processus directs qui soutiennent la vie humaine : la construction, la croissance, la réparation et la livraison des choses qui comptent réellement.

Les politiciens et des millions d’employés du gouvernement sont de ce type. Tous ces gens ne sont pas racistes, mais presque tous restent silencieux face à cela. Une grande partie des cours universitaires et de divertissement sont également de ce type, encore une fois, ceux qui ne sont pas personnellement racistes en disant très peu.


Les exemples politiques les plus évidents de racistes anti-blancs sont les Bleus, qui détiennent le pouvoir absolu sur les grandes villes américaines depuis un demi-siècle, promettant que leurs intentions originelles apporteront le salut. Bien entendu, ce salut n’est pas venu et ces villes sont toujours aussi mauvaises. Il faut donc blâmer quelqu’un, et ce ne peut pas être lui. De plus, le statut officiel de « victime » s’est élargi, et à part les Blancs (et peut-être les Asiatiques de l’Est), qui reste-t-il comme méchant ?

Le gouvernement permanent de Washington constitue un autre bon exemple : il est toujours avide d’argent et bien trop glorieux pour voir ses budgets être réduits. Ils ne peuvent pas permettre à un ennemi comme Donald Trump de revenir au pouvoir, et les Blancs constituant son principal bloc électoral. La blancheur doit donc être détruite.

Le groupe le plus étrange est celui des grandes entreprises, qui financent par exemple des formations sur « comment être moins blanc », comme s’il s’agissait d’une maladie. En faisant ces choses et en soutenant une culture barbare de l’annulation, ces entreprises ont jeté leur évolution sur les racistes .

Et bien, il y a des gens qui s’enrichissent directement grâce à cela, ainsi que des intellectuels sûrs en surnombre qui aimeraient se lancer dans le jeu. Les groupes dédiés à la « lutte contre le racisme » (racisme anti-noir) ont dû faire beaucoup plus d’efforts après Obama. Convaincre les Américains que leur pays était raciste n’a pas été si facile après qu’un homme noir a été élu président, non pas une mais deux fois.

Ce qu’ils nous disent

Considérons maintenant le désespoir des gens qui attaquent ceux dont ils tirent leur subsistance.

Sans la complaisance des Blancs, presque tous ceux qui détestent les Blancs seraient au chômage. Et si, par exemple, les Blancs arrêtaient de payer des impôts et arrêtaient de faire ce qu’on leur disait ? Et s’ils coupaient leurs flux politiques et commençaient à rire des podiums officiels ? Des millions d’emplois gouvernementaux cesseraient bientôt.

Et si les Blancs abandonnaient leur dépendance totale à l’égard des marchés de valeurs mobilières (qui sont du même avis que les racistes) et commençaient à retirer leur argent ? Un effondrement commençait dans quelques semaines.

Et si le judaïsme et le christianisme rompaient leurs liens idolâtres avec la politique ? L’effondrement qui en résulterait serait plus lent, mais il serait également irréversible.

Si l’une de ces choses se produisait, les racistes anti-blancs en auraient fini, et leurs systèmes avec eux. S’il y en avait deux ou plus, ils seraient terminés à la hâte.

Alors pourquoi de telles personnes risqueraient-elles une telle autodestruction ? Une partie de la réponse implique leur haine masquée et son inertie, mais voici ce qui leur est associé :

Ils craignent que leurs positions ne disparaissent à moins qu’ils ne s’engagent ouvertement dans un racisme.

C’est précisément ce que nous déterminons leurs actions.

Ces actions nous indiquent également qu’ils n’ont pas envisagé la possibilité que les Blancs les ignorent. Ils croient que les Blancs sont crédules par nature et qu’ils souffriront toujours en silence.

Qui nous sommes

Notre « culture blanche » n’est plus vraiment blanche, même si elle a commencé dans une Europe presque entièrement blanche. C’est une culture judéo-chrétienne, ouverte à qui veut et toujours ouverte à l’amélioration. Un milliard de personnes à la peau plus foncée l’ont facilement adoptée, ce qui en fait également le leur.

Cette culture a certains attributs distincts. Tout d’abord, notre culture donne la priorité à la règle d’or, et avec elle la coopération, la fiabilité, le travail acharné, la ponctualité, les bonnes manières, la liberté de conscience, la liberté d’expression et la vertu. personnel. Il défend la productivité et rejette le pillage.

Notre culture stigmatise davantage l’insulte, la haine, l’envie, l’impolitesse, l’injustice, le déséquilibre, la rupture des accords, etc.

La comparaison

La culture judéo-chrétienne a produit tellement plus que ceux qui la détestent que les comparaisons sont ridicules. Les racistes anti-blancs se sont concentrées sur la manipulation des instincts humains, alors que nous avons produit en abondance de la nourriture, des médecins, des infirmières, des voitures, des avions, des téléphones, des ordinateurs, etc.

Mais plus encore, notre culture est celle de Jésus, d’Isaïe, d’Abraham et de tout le panthéon des héros judéo-chrétiens. C’est la culture de Bacon, Newton, Leibniz, Galilée, Kepler, Maxwell, Einstein et plus ou moins tout le panthéon scientifique… de Bach, Beethoven, Brahms, Mozart, Hayden et plus ou moins tout le panthéon musical… d’Aquin , Locke, Jefferson, Schweitzer, Spinoza et presque tout le panthéon philosophique.

Mais qu’en est-il de ceux qui détestent notre civilisation occidentale ?

Leur culture est celle de Marx, Lénine, Staline et Mao ; des inquisiteurs éveillés, des arnaqueurs de race et des capitalistes de collusion ; la culture de la déconstruction, la théorie critique et les foules ; une culture de plaignants professionnels brandissant un gourdin de culpabilité.

C’est la censure et la rage. Leur objectif est la domination du plus grand nombre par quelques-uns, l’enrégimentation de l’action humaine et la punition de tous ceux qui ne s’y conforment pas.

Donc…
Voilà donc où nous nous trouvons. Le racisme sort de l’establishment du statu quo. Ceux d’entre nous qui présagent en eux la civilisation occidentale sont, à mon avis, des idiots de soutenir une telle barbarie. Ce n’est pas bien et ce n’est pas le nôtre ; nous ne lui devons rien.

Notre travail consiste à nous améliorer, à améliorer nos familles et le monde en général, et nous ne sommes en aucun cas obligés de le faire par des systèmes qui nous détestent et nous maltraitent. Une crédulité sans fin est un vice, et cela ne nous convient pas.

Source Le point de vue de Freeman, mars 2024


Que pensez-vous de cet article ? Partagez autant que possible. L'info doit circuler.



Aidez Elishean à survivre. Merci


ELISHEAN 777 Communauté pour un Nouveau Monde

(Vu 99 fois, 1 visites aujourd'hui)

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page

En savoir plus sur Elishean 777

Abonnez-vous pour poursuivre la lecture et avoir accès à l’ensemble des archives.

Continue reading