Cas de conscience

Quel apartheid ?

par Yoseph Haddad

Lorsque le directeur de B’Tselem, Hagai El-Ad, qui est juif, décide que moi, ma famille arabe et mes amis arabes vivons tous sous un régime d’apartheid, lui et ses organisations nous disent en gros qu’ils nous considèrent comme des citoyens de seconde zone. .

La semaine dernière, je me suis réveillé un matin chez moi à Nazareth et j’ai été étonné de découvrir que je vivais sous un régime d’apartheid raciste dont le seul objectif est « la promotion et la perpétuation de la supériorité d’un groupe de personnes – les Juifs ». Je me suis frotté les yeux, j’ai lu l’histoire plus en profondeur et je me suis calmé dès que j’ai réalisé que les rapports étaient basés sur un énième rapport de l’ONG de gauche B’Tselem.

Le problème est que ce rapport s’est répandu comme une traînée de poudre à travers le monde et que la propagande fonctionne. B’Tselem, qui se présente comme une organisation de défense des droits de l’homme, est en fait connue comme une organisation ayant une position politique claire qui contraste avec la position d’Israël. Il s’avère que les gens n’ont pas de frontières.

Comment osent-ils dire que moi, un Arabe israélien ayant servi aux côtés de soldats juifs dans les Forces de défense israéliennes et dirigé des centaines d’employés juifs, je vis sous un régime d’apartheid ?


Comment peut-on dire que notre société vit sous un régime d’apartheid alors que parmi nous il y a des médecins, des juges et même des législateurs ?

Comment peut-on dire que Samer Haj-Yehia vit dans un régime d’apartheid alors qu’il est à la tête de la plus grande banque d’Israël ?

B’Tselem a déjà battu le record d’hypocrisie, mais comparer Israël à un régime d’apartheid pour ses lois raciales n’est pas seulement un mensonge déformé mais une insulte à tous les Sud-Africains qui ont réellement vécu l’apartheid. C’est du mépris et une exploitation cynique du concept.

Je ne suis pas ici pour prétendre que tout en Israël est parfait. Certaines choses doivent être corrigées, et comment. Mais montre-moi un pays où tout est parfait. Je regarde nos voisins de la région et, Dieu merci, je suis né dans l’État d’Israël, la seule démocratie du Moyen-Orient.


Il est vrai que la minorité arabe en Israël est confrontée à des défis, tout comme les autres minorités nationales dans d’autres pays. Pourtant, alors que les minorités de toutes sortes au Moyen-Orient – ​​musulmans chiites, musulmans sunnites, yézidis, Kurdes et bien sûr chrétiens – sont persécutées, l’État d’Israël est le seul pays qui accorde aux minorités des droits égaux et la possibilité d’influencer leur avenir. .

Lorsque le directeur de B’Tselem, Hagai El-Ad, qui est juif, décide que moi, ma famille arabe et mes amis arabes vivons tous sous un régime d’apartheid, lui et ses organisations nous disent en gros qu’ils nous considèrent comme des citoyens de seconde zone. . B’Tselem, ne poussez pas vos agendas à nos dépens.

À ma grande joie, Israël sera probablement le premier pays à sortir de la crise du coronavirus, et dans quelques mois, des gens du monde entier pourront peut-être venir ici et voir par eux-mêmes à quoi ressemble l’apartheid en Israël. Ils pourront alors entendre l’hébreu et l’arabe parlés sur le marché de Nazareth, voir les mosquées, les églises et les synagogues se côtoyer à Jaffa et constater la coexistence de la mosaïque israélienne à travers le pays.

Et peut-être que leur visite ici leur donnera envie de vivre sous un régime d’apartheid.

Quand on voit une polonaise qui n’a jamais mis les pieds en Israël arborer ce drapeau, on se pose des questions… Mais c’est ça le drame de la propagande. Répétez un mensonge mille fois et il devient une vérité !

La commémoration de l’Holocauste a sa place dans la société arabe

Les Arabes israéliens doivent apprendre et enseigner ce sujet, non seulement parce qu’il s’agit de l’histoire de nos voisins juifs, mais avant tout parce que nous sommes des êtres humains.

Il y a deux ans, à l’occasion de la Journée de commémoration de l’Holocauste, nous avons organisé le tout premier service commémoratif à domicile dans la société arabe. Trente jeunes hommes et femmes sont venus à Kisra-Sumei pour rencontrer un survivant de l’Holocauste qui a partagé son histoire personnelle. Ensuite, nous avons discuté entre nous, en arabe, de la question de la commémoration de l’Holocauste. À la fin de la soirée, une des participantes s’est approchée de moi et s’est mise à pleurer. Elle m’a dit qu’elle vivait à Haïfa et qu’elle avait un voisin qui est un survivant de l’Holocauste. Elle a déclaré qu’elle n’avait jamais vraiment compris la signification de l’Holocauste et qu’elle ne comprenait que maintenant ce que son voisin avait vécu.

Ceci est un petit exemple du fossé des connaissances entre Juifs et Arabes en ce qui concerne l’Holocauste.

Dans mon lycée de Nazareth, on nous a enseigné l’Holocauste en tant que chapitre de la Seconde Guerre mondiale en cours d’histoire. Ce n’est que dans l’armée que j’ai visité Yad Vashem, et ce n’est qu’à 30 ans que j’ai rencontré pour la première fois un survivant de l’Holocauste. J’ai appris à quel point la situation était problématique lorsque nous avons organisé l’événement et recherché en ligne des informations sur l’Holocauste en arabe. À ma grande surprise, nous avons découvert qu’il était plus facile de trouver une négation de l’Holocauste que des informations correctes sur le sujet.

Essentiellement, nombreux sont les Arabes israéliens pour qui l’Holocauste est la Nakba (« catastrophe » en arabe), qui fait référence au déplacement des réfugiés palestiniens pendant la guerre d’indépendance d’Israël.

Nous ne devons pas accepter une situation dans laquelle un cinquième de la population du pays ne connaît pas profondément l’Holocauste. Nous, Arabes israéliens, devons apprendre et enseigner ce sujet, non seulement parce qu’il s’agit de l’histoire de nos voisins juifs, mais avant tout parce que nous sommes des êtres humains.

L’Holocauste est un événement épouvantable dans l’histoire de l’humanité, et il n’y a pas d’autre façon de le voir. Bien qu’il s’agisse de l’Holocauste du peuple juif, il incombe à nous tous, quelle que soit notre religion ou notre appartenance ethnique, d’honorer et de préserver sa mémoire pour les générations futures, car les leçons morales qu’il enseigne sont humaines et pertinentes pour tous.

L’État doit agir pour préserver la mémoire de l’Holocauste dans la société arabe, notamment en coopérant avec les autorités arabes locales pour introduire un contenu éducatif dans les programmes scolaires. En attendant, il est bon qu’il existe des initiatives sociales qui s’attaquent à ce problème.

Lors de l’événement commémoratif il y a deux ans, l’un des participants a déclaré que nous, Arabes, pouvons comprendre l’Holocauste mieux que quiconque parce que nous sommes nous-mêmes une minorité qui doit parfois faire face à des cas de racisme ou de discrimination. Certains considéreront cela comme une comparaison scandaleuse qui dévalorise l’Holocauste, mais une autre façon de voir les choses est que c’était sa façon personnelle de se connecter au sujet, ce qui est en fin de compte le but de la Journée de commémoration de l’Holocauste. Pour se souvenir et se connecter, chacun à sa manière.

Nous avons commencé il y a deux ans avec un événement pionnier et cette année, nous organiserons 20 cérémonies commémoratives en arabe avec des centaines de participants venus de tout le pays. A Nazareth, Yafa an-Naseriyye, Kfar Qassem, Shfaram et ailleurs.

La Shoah bientôt enseignée aux Emirats, une première dans le monde arabe

Lors de la Journée de commémoration de l’Holocauste, nous sommes tous obligés de nous souvenir et de jurer : لن تتكر ابداً (Plus jamais ça).

La guerre contre le Hamas

Mohamed Sifaoui, journaliste, explique sur X (ex twitter)

Depuis le début du conflit en cours au Proche-Orient, je suis très critiqué par la presse arabe en général et la presse algérienne en particulier. Je ne suis pas le seul dans ce cas. Le journaliste Kamel Daoud et l’écrivain Boualem Sansal se retrouvent dans la même situation. De leur côté, les réseaux sociaux s’enflamment. Cela va de l’injure, qui montre le niveau des défenseurs du Hamas, à la menace de mort, qui prouve leur nature réel.

Évidemment, je ne vais pas m’attarder sur les accusations et les commentaires puériles et immatures qui caractérisent la rue « arabo-musulmane ». Cela va d’« agents du Mossad », à « serpillères du sionisme » en passant par « larbins de l’occident ». Cela traduit les conséquences des politiques d’abrutissement qui représentent la ligne directrice des projets de société portés ici, par des régimes nationalistes et dictatoriaux qui ont fait de la fameuse « cause palestinienne », un outil de manipulation pour anesthésier des populations très promptes à se soulever pour les Palestiniens, mais qui ne se soulèvent jamais pour eux-mêmes et qui ne cherchent même plus à s’extirper des mains de ces régimes criminels qui les dirigent et, par-là, par des théocraties islamistes qui font, depuis de longues années, de la haine du juif un « art de vivre » et de la mort en « martyr », l’objectif ultime.

Je ne vais pas non plus m’attarder sur le niveau de nos
« wesh – wesh » européens, ces petits gremlins à capuche, qui ne savent plus où ils en sont de leur identité, par ailleurs, complètement déstructurés, le plus souvent.

Je l’ai dit depuis « plomb durci ». Je m’autorise à critiquer le gouvernement israélien à longueur d’année, mais lorsqu’il est question d’une guerre contre les islamistes du Hamas ou du Hezbollah et quand il est question de la survie de cette démocratie, quels que soient ceux qui la dirigent aujourd’hui, j’assume totalement de soutenir cette guerre antiterroriste, menée par l’armée israélienne, qui ne s’inscrit ni dans une logique de « guerre israélo-arabe », qui n’existe plus, ni dans un « conflit israélo-palestinien », puisque le Hamas n’est qu’une partie extrémiste des Palestiniens, mais pas tous les Palestiniens, mais qui s’inscrit bel et bien dans le cadre d’un conflit israélo-islamiste.

Voilà je le dis, c’est clair et je suis en droit d’attendre que l’on respecte mon opinion. Celle-ci est nourrie par des considérations objectives – la nécessaire lutte contre l’islam politique – mais aussi par des considérations subjectives qui m’amènent à rappeler que je me sens beaucoup plus proche, philosophiquement et spirituellement, d’un démocrate israélien que d’un islamiste palestinien. Mais au-delà, je me sens beaucoup plus proche d’un humaniste juif que d’un sectaire musulman. Et encore davantage, je suis beaucoup plus proche de mes amis Français juifs que de certains Algériens qui se sont perdus dans ces idéologies moyen-orientales, mortifères et barbares et qui ont défiguré tout ce qu’ils étaient comme peuple méditerranéen, mettant de côté leur identité berbère, leur langue régionale, se laissant coloniser par une pensée moyenâgeuse, importée de la lointaine Arabie, tout en s’appropriant la version la plus archaïque de celle-ci, devenant ainsi une sorte de laboratoire en ruines de ce que peut générer le totalitarisme islamiste.

J’ajoute à cet ensemble le fait que je ressente un total rejet et une profonde détestation pour cet antisémitise qui ronge certains d’entre eux de l’intérieur.

En assumant tout ce qui précède, je sais à quoi je m’expose. Je le sais d’autant plus que cela conforte ma réflexion depuis plusieurs années, car le fossé est immense et les différences irréconciliables. Je n’ignore pas qu’un juif ou qu’un israélien qui soutiendrait la pseudo « cause palestinienne » ne risque absolument rien en assumant son choix. Au pire une polémique. Il ne serait pas placé sous protection policière en France. Je vous laisse imaginer le contraire.

Toujours est-il que ce n’est pas par hasard que ce qui me lie aux deux autres figures harcelées, en l’occurrence Kamel Daoud et Boualem Sansal, outre un attachement pour les principes démocratiques, une origine commune. L’Algérie. Ce n’est pas par hasard si tous les trois qui exprimons, sans nous concerter, notre distance à l’égard du Hamas, voire un soutien affiché aux Israéliens avons connu, avant beaucoup de personnes, le vrai visage de l’islam politique et du terrorisme islamiste.

Peut-être que nous avons choisi, en toute conscience, de ne pas oublier les massacres de Raïs et de Bentalha, perpétrés par des islamistes en 1997 selon le même mode opératoire que les pogroms du 7 octobre 2023. Peut-être que contrairement à beaucoup d’Algériens et ceux qui les dirigent, nous avons choisi, comme d’autres démocrates, de ne pas oublier, de ne pas être amnésiques. De ne pas pardonner aux islamistes. De ne pas considérer ce qui s’est produit en Algérie comme un simple accident de l’histoire.

Peut-être que nous savons depuis longtemps que l’islam est malade et que sa maladie a pour virus le salafisme, le djihadisme, la pensée des Frères musulmans, le chiisme des mollahs iraniens.

Peut-être aussi que nous sommes conscients et que nous savons ce que serait une Palestine, tenue par un groupe islamiste, allié de l’Iran et du Hezbollah. Peut-être que nous savons que cet islamisme qui viole, qui tue, qui massacre, qui prend en otage des nourrissons, qui aspire à la mort n’en a cure de la vie de ses propres enfants. Peut-être que nous savons enfin que des Palestiniens, le Hamas s’en fout totalement. Peut-être que pour ma part, je considère que la cause palestinienne n’est qu’un subterfuge, utilisé pour vaincre le seul représentant des démocraties dans la région.

Je ressentais le besoin de le rappeler. Voilà qui est fait ! Pour dire que les pressions, les injures et les menaces de mort ne pourront jamais atteindre les convictions qui sont les miennes.


Que pensez-vous de cet article ? Partagez autant que possible. L'info doit circuler.



Aidez Elishean à survivre. Merci


ELISHEAN 777 Communauté pour un Nouveau Monde

(Vu 102 fois, 1 visites aujourd'hui)

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page