Cas de conscience

Comment Hamid Abu Arar a réalisé son rêve dans des circonstances tragiques

Un Gazaoui qui voulait devenir Israélien...

Hamid Abu Arar, père de neuf enfants, s’est héroïquement mis en danger pour sauver des des citoyens israéliens lors de l’attaque terroriste du Hamas du 7 octobre, peu après que son épouse Fatima ait été assassinée sous ses yeux et ceux de son enfant en bas âge.

Le 7 octobre, Hamid et sa femme ont été attaqués par des terroristes du Hamas alors qu’ils circulaient dans leur véhicule. L’épouse de Hamid, une citoyenne israélienne, a été assassinée dans la fusillade et Hamid lui-même a été blessé. Immédiatement après la fusillade, malgré ses propres blessures, Hamid a contacté les soldats de Tsahal et les a avertis de l’attaque imminente, mettant sa vie en danger mais sauvant des dizaines de soldats.

Après le meurtre de sa femme, Hamid a dû s’occuper seul de ses neuf enfants, des citoyens israéliens mineurs. Certains de ses enfants ont des problèmes de santé, ce qui n’est pas facile pour lui, d’autant plus qu’il n’était pas israélien. En effet, Abu Arar est né dans la bande de Gaza et n’avait donc pas de statut permanent en Israël.


Mais c’est chose faite, le ministre de l’Intérieur Moshe Arbel (du parti Shas) a décidé d’accorder la résidence permanente à Hamid Abu Arar

La proposition soumise par le Comité au ministre Arbel se lit comme suit :

« Il s’agit de quelqu’un qui a subi l’une des pires attaques terroristes que l’État d’Israël ait connues, et dont la femme enceinte a été assassinée de sang-froid par des terroristes méprisables, sous ses yeux. »

« Dans un cas de ce type, l’État d’Israël ne peut rester indifférent au fait que la cellule familiale comprend neuf enfants mineurs, citoyens israéliens devenus orphelins de leur mère, et que le demandeur est resté la seule figure de soutien pour ses enfants. »

Hamid a partagé l’horrible histoire de la façon dont les terroristes du Hamas ont assassiné sa femme Fatma, alors qu’elle était enceinte :

Les terroristes du Hamas n’hésitent pas à assassiner des musulmans. Ils ne font aucune distinction entre les juifs, les musulmans, les chrétiens, les druzes ou toute autre religion et tuent simplement pour le plaisir de tuer. ‎

En ces temps, il est important d’être unis et de souligner que le Hamas ne peut pas saper l’amitié entre juifs et musulmans en Israël.‎

Les journalistes du Daily mail ont relaté le récit de leur rencontre avec Hamid :


« Sortant son téléphone portable, Hamid Abu Ar’ara souhaite nous montrer une courte vidéo puis une photographie.

Le film est tourné depuis une caméra de circulation située à un carrefour en T rural, non loin de la frontière israélienne avec la bande de Gaza . Il est 7h05 le matin du 7 octobre – ou le « Samedi noir », comme Hamid et tant d’autres Israéliens décrivent cette journée.

Au début de la séquence, une Hyundai noire apparaît sur la route secondaire. Il s’arrête, consciencieusement, car quatre motos approchent par la gauche. Une erreur fatale.

Chaque moto transporte deux hommes et, alors qu’ils s’engagent sur la route d’où la Hyundai a émergé, chaque passager ratisse la voiture à l’arrêt avec des tirs automatiques.

On voit les vitres se dissoudre dans une brume de verre, les balles rebondir sur la route. La voiture s’est arrêtée, pour toujours.

Hamid fait défiler plus loin dans la bibliothèque d’images de son téléphone et trouve une autre image. Il s’agit d’une photographie d’une femme d’âge moyen. Elle porte un hijab et est couverte de sang, affalée sans vie sur le volant de la même Hyundai.

Hamid, un fermier bédouin coriace, se met à pleurer doucement. Il s’agit de son épouse « bien-aimée », Fatima, qui le conduisait au travail, comme elle le faisait chaque jour, jusqu’à ce qu’ils rencontrent le Hamas. »

Le meurtre de Fatima n’était que le début d’une épreuve épique de sept heures, alors qu’Hamid s’efforçait de se sauver lui-même, ainsi que leur fils Elias, blessé, âgé de huit mois, et un autre Bédouin, après avoir été capturés à l’épicentre même de l’effusion de sang.

Il s’agit certainement de l’une des histoires de survie les plus extraordinaires qui aient émergé des massacres du 7 octobre. Mais cela sert également à mettre en lumière un aspect sous-estimé des atrocités ; comment les hommes armés du Hamas n’ont pas hésité à exécuter ou à kidnapper des compatriotes musulmans qu’ils ont croisés au cours de leurs deux jours de déchaînement.

« Après que les motos nous aient dépassés, j’ai essayé de relever Fatima d’où elle était tombée. Et c’est là que j’ai vu qu’elle avait été frappée 20 fois », se souvient Hamid, 47 ans. Il dit que les hommes armés devaient savoir qu’elle appartenait à leur propre foi.

«Nous sommes une famille musulmane religieuse et elle portait la coiffure traditionnelle d’une femme pieuse.» Il est inconcevable qu’ils ne puissent pas voir qui se trouvait à l’intérieur. Ils étaient à cinq mètres d’elle lorsqu’ils sont passés et la fenêtre était baissée.

« Elle a dit qu’elle ne sentait pas ses jambes. Sa tête était ouverte et je pouvais voir son cerveau. Je savais qu’elle était proche de la mort. Étant une fervente musulmane, je lui ai demandé de réciter la prière shahada, que l’on récite avant de mourir. Elle l’a dit quatre fois et avant la cinquième fois, elle était morte.

«Ce n’était pas la fin», déclare Hamid. «Je suis sorti de la voiture, j’ai ouvert la portière de Fatima et je lui ai fermé les yeux. Ensuite, j’ai appelé la police, qui a répondu mais m’a dit qu’elle était débordée. Ils ont dit qu’ils me contacteraient dès qu’ils le pourraient.

Les survivants étaient livrés à eux-mêmes. Hamid entendit le jeune ouvrier assis derrière Fatima appeler à l’aide. Il avait également subi le plus gros de l’attaque.

«Nous l’avons sorti de la voiture et l’avons déposé sous un arbre. Il a dit la prière finale et, quelques minutes plus tard, il est également décédé.

Le bébé Elias avait également été touché par un fragment de balle entre les omoplates.

« Mon fils était sous le choc, encore anormalement. Je l’ai secoué et il a commencé à pleurer. Ensuite, nous avons dû chercher un endroit où nous cacher.

Le seul sanctuaire était une cabane abandonnée au bord de la route. «Nous avons fermé la porte et attendu les secours.»

Ce fut une veillée longue et terrifiante. Le Hamas était partout et la température est montée en flèche.

«Le bébé était toujours allaité», explique Hamid. « Nous avions une bouteille de lait maternisé que Fatima avait préparée pour le voyage. Elle s’est vite épuisée et mon fils est devenu très mécontent. Il pleurait et c’est devenu très dangereux pour nous.

Vers midi, alors qu’il se cachait dans une hutte, Hamid regarda par une fente dans la porte métallique et vit que les terroristes du Hamas étaient revenus au carrefour. Leur emplacement semblait être devenu un rendez-vous pour des groupes d’hommes armés qui partaient à vélo, en pick-up et en voitures volées pour attaquer les communautés voisines.

«Pendant cinq heures, je les ai observés en secret aller et venir, tirer et tuer quelque part et revenir. Puis un groupe est parti et est revenu presque immédiatement et je suis devenu encore plus inquiet.

«Il semblait qu’ils voulaient tendre une embuscade au carrefour. Alors quatre d’entre eux se sont cachés derrière notre cabane. Je pouvais les entendre discuter de la situation. Ils n’étaient qu’à quelques centimètres de nous.

C’est alors qu’Elias se remit à pleurer.

«Je les ai entendus parler et dire qu’ils avaient entendu bébé. Je les ai entendus armer leurs armes. Ils venaient pour m’achever. Mais ensuite j’ai entendu parler en hébreu de l’autre côté. J’ai entendu dire que l’armée était arrivée.

«C’est à ce moment-là que les échanges de tirs ont commencé, nous étions pris au milieu.

« Au début, les soldats étaient confus. Je pense que le premier tir du Hamas a touché l’un d’entre eux. Ensuite, tout le monde a tiré. Je me suis allongé et j’ai couvert mon fils. Les soldats tiraient sur la cabane.

Qu’est-ce qui se serait passé s’il était sorti et avait tenté de raisonner le tireur du Hamas, en prétendant qu’il était un civil musulman.

« La raison pour laquelle je n’ai pas pu faire appel à eux en tant que musulman est qu’ils ont déjà tué ma femme. Alors que j’étais dans la cabane, je les ai également entendus et vus arrêter deux autres bédouins dans une voiture au carrefour. Les gars ont dit que nous étions arabes, bédouins. Le Hamas a mis les armes dans leur voiture et les a tués à bout portant.

Il déclare :

« J’ai dû prendre une décision rapide. J’ai été béni par Allah avec un cœur fort. À ce moment-là, je devais choisir comment nous allions mourir. Il y avait une accalmie dans la fusillade et je pensais que les soldats allaient maintenant se préparer à lancer des grenades sur la cabane. Je préférerais mourir par balle.

Il a enlevé sa chemise pour montrer qu’il ne portait pas de gilet suicide, a serré Elias contre sa poitrine et a ouvert la porte de la cabane qui faisait face à Tsahal.

«J’ai entendu un commandant crier ‘cessez-le-feu’ et ‘ce doit être le gars qui nous a envoyé les rapports depuis le carrefour’.

Ce que dit ensuite Hamid est inattendu au milieu du récit polarisé et empoisonné de la guerre actuelle.

« Les soldats disaient que j’étais un héros », raconte Hamid. « Je leur ai dit : ‘Je suis citoyen de ce pays (Israël) et je ne faisais que mon devoir’. »

Et qu’en est-il des hommes armés du Hamas qui se trouvaient derrière la cabane ?

« Le bon travail a été fait », acquiesce-t-il, ce qui implique qu’ils sont morts dans la fusillade.

Tout à coup, une silhouette inattendue franchit la porte.

Il s’agit d’un énorme médecin volontaire juif, lourdement barbu, portant une kippa et portant une corbeille de fruits en cadeau.

«Enfin, je t’ai retrouvé», dit-il à Hamid. Il s’agit d’Arial, qui a été le premier intervenant paramédical sur les lieux lorsque Hamid et son fils ont été secourus.

« Hamid a crié jusqu’à l’hôpital : ‘Ils ont assassiné ma femme !‘ Arial se souvient. «Le bébé était complètement sous le choc. J’ai pansé sa blessure.

Le Bédouin et le Juif s’embrassent.

La nuit est tombée sur le Néguev. Et les histoires continuent de se raconter :

Dans une rue voisine, au domicile du Dr Tarek Abu Arara, qui, le 7 octobre, avait arrêté sa voiture sur la route près de Sderot pour venir en aide à ce qui semblait être une victime d’un accident. La « victime » était en fait un tireur du Hamas qui a fait signe au Bédouin de s’approcher, puis lui a tiré une balle dans la poitrine à dix mètres.

Le Dr Tarek se remet de son épreuve. Mais il a rappelé qu’après avoir lui avoir tiré dessus, le Hamas l’avait interrogé sur sa connaissance de l’islam et l’avait utilisé pendant deux heures comme bouclier humain contre les frappes aériennes israéliennes qui massacraient les passagers des voitures qui passaient.

Pendant ce temps, l’un des hommes armés a tiré sur le médecin dans une jambe pour l’empêcher de s’échapper et a signalé avec sa main que la prochaine balle lui serait tirée dans la tête.

«J’ai commencé à saigner abondamment», se souvient le Dr Tarek. «J’ai prié pour un miracle. J’étais convaincu que j’allais mourir.

Il a finalement été secouru par les forces de sécurité israéliennes après une nouvelle fusillade meurtrière.

Le Dr Tarek déclare :

« J’ai consacré toute ma vie à aider les autres et j’ai dû involontairement être témoin de ce terrible massacre qui s’est déroulé sous mes yeux et je n’ai rien pu faire.

« C’était horrible. »

Les familles bédouines ont une culture tribale transcende largement les frontières nationales, leur population vit principalement dans les marges physiques, économiques et sociales de la société israélienne. Mais ils ne sont pas assez marginaux pour satisfaire les terroristes du Hamas.

Ils possèdent la citoyenneté israélienne et, bien qu’ils ne soient pas enrôlés dans l’armée, comme les Juifs israéliens ou les Druzes, environ 1 500 volontaires bédouins servent dans leur propre régiment d’infanterie légère ou comme pisteurs spécialisés auprès d’autres unités de Tsahal.

Aujourd’hui, Hamid Abu Arar est devenu un citoyen israélien à part entière. Cela ne lui rendra pas sa femme, mais il va élever ses enfants dans l’amour et la fierté de son pays.


Que pensez-vous de cet article ? Partagez autant que possible. L'info doit circuler.



Aidez Elishean à survivre. Merci


ELISHEAN 777 Communauté pour un Nouveau Monde

(Vu 84 fois, 1 visites aujourd'hui)

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page

En savoir plus sur Elishean 777

Abonnez-vous pour poursuivre la lecture et avoir accès à l’ensemble des archives.

Continue reading