Divulgation Cosmique

Une tribu de Papouasie se dit descendante d’habitants de la constellation du Cygne

Voyager en Afrique ou en Océanie réserve souvent son lot de surprises aux occidentaux. Un tel cas s’est produit en 1996, lorsque des Français, des Britanniques et des Américains se sont rendus dans la lointaine Papouasie-Nouvelle-Guinée. Pour pouvoir comprendre le niveau de développement de ce pays, on peut dire qu’aujourd’hui encore, au moins 12 tribus de cannibales vivent sur son territoire.

Dans le même temps, de nombreux représentants de la population locale ne savent même pas ce que sont une télévision et un téléphone, sans parler des smartphones et autres merveilles du progrès technologique.

Ainsi, les Européens et les Américains sont venus chez ces peuples sauvages avec une expédition en 1996. La communication avec les résidents locaux a été réalisée grâce à un interprète. Les invités ont eu l’honneur de communiquer avec les anciens, les chamans et le chef de l’une des tribus amies.

Il est frappant de constater que les anciens de la tribu, se référant aux Européens, les ont appelés « des gens ordinaires ». Dans le dialecte local, cela signifiait qu’ils n’avaient pas « un morceau du ciel ». Au sens propre. Lorsque la question a été posée, qu’est-ce qu’une «particule du ciel», une réponse étonnante a été reçue.

« Il était une fois, il y a des dizaines de milliers d’années, nos ancêtres ont volé vers la Terre. Vous n’étiez pas là alors.

Plus précisément, ils l’étaient, mais sous une forme primitive. Nous les avons acceptés, nourris et leur avons donné du lait à boire. En retour, nous avons reçu des connaissances secrètes sur les voyages entre les mondes, sur la communication avec nos ancêtres. Nous étions dotés d’une « particule du ciel » !

Avec eux, nos anciens ancêtres ont appris les détails du ciel étoilé, les bases pour apprivoiser l’eau, le vent et le feu. Les maîtres célestes se sont envolés sur leurs pierres argentées et ne sont jamais revenus. Mon arrière-grand-père a dit à mon grand-père, qui a dit à mon père,  et j’ai dit à mes enfants que nous sommes les descendants de résidents de la constellation de Cygne ».

²

À ce stade, les chercheurs ont décidé de rattraper un sage local et lui ont demandé de dessiner une constellation et d’indiquer où elle se trouve. Prenant un bâton, l’aîné dessina sans hésitation une représentation schématique de la constellation du Cygne et pointa de la main la bonne direction du ciel.

Après cela, les invités ont été invités à communiquer avec les esprits de leurs ancêtres. Au cours de la cérémonie, les chamans sont entrés dans un état altéré et ont parlé de différentes voix. Toute la procession était accompagnée de la combustion de diverses herbes, de l’utilisation de décoctions et de chants. La performance colorée s’est terminée et les chercheurs ont été emmenés dans une hutte spéciale.

Il y avait des dessins faits par les enfants de la tribu. Étonnamment, vivant littéralement dans la forêt, les enfants ont représenté avec précision les planètes du système solaire, ainsi que des diagrammes d’autres constellations avec le nombre correct de planètes autour des étoiles.

L’étonnante précision avec laquelle les images ont été réalisées n’a été confirmée par les astronomes que 15 ans plus tard, lorsque la technologie moderne a permis d’examiner les galaxies voisines.

A la fin de cette expédition, on demanda au chef :

« Pourquoi les habitants de la tribu vivent-ils maintenant dans des conditions aussi sauvages alors qu’ils ne peuvent même pas s’offrir des produits métalliques ? »

La réponse était attendue :


« C’est vous, les sauvages qui vivent dans des bidonvilles de pierre, et nous faisons partie de ce monde, de cette nature ! ».

Nous devons donner du crédit à ces paroles. De nombreux chercheurs pensent que la voie de notre développement est néfaste et erronée. Au lieu du développement spirituel et culturel et de la cohabitation avec la nature, nous avons choisi une voie agressive qui, avec un haut degré de probabilité, peut conduire l’humanité à la destruction.

Bien sûr, il reste un mystère comment et quand les représentants de la tribu plutôt archaïque de Papouasie-Nouvelle-Guinée ont acquis des connaissances sur l’espace lointain. C’est peut-être une conséquence du paléocontact.

On peut supposer que les Papous sont des enfants de la nature, des enfants des étoiles, bien qu’ils soient cannibales, leurs âmes sont « propres ». Ils ne sont pas hostiles à la nature et aux autres. Par conséquent, les connaissances sont transférées de cette manière.

La société moderne est agressive et on ne sait pas où les connaissances acquises pourraient mener. C’est comme donner à un singe une valise avec un bouton nucléaire.


Le développement de notre planète a été constamment contrôlé par des civilisations supérieures et en réalité, il ne pouvait y avoir là rien d’étonnant. Tout d’abord, le développement de la nature sur la planète a été contrôlé. Et les Indiens, dans l’état où ils sont, contrairement à nous, les représentants du monde « civilisé », sont des « particules de la nature ».

Quant à la «particule du ciel», on suppose que les femmes de la tribu ont eu des rapports sexuels avec des extraterrestres et ont donné naissance à un nouveau type de personnes. Mais ce n’est qu’une des hypothèses. Peut-être s’agit-il de connaissances spirituelles ou quelque chose de similaire.


Que pensez-vous de cet article ? Partagez autant que possible. L'info doit circuler.

Veuillez aider à soutenir les médias alternatifs. Nous suivons la vérité, où qu'elle mène. Merci



ELISHEAN 777 Communauté pour un Nouveau Monde

(Vu 261 fois, 1 visites aujourd'hui)

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page