Secrets révélés

Une étude intrigante révèle que les gènes et les langues ne vont pas toujours de pair

Qu'est-ce que cela nous apprend sur nos ancêtres ? par Jan Bartek

Plus de 7 000 langues sont parlées dans le monde. Cette diversité linguistique se transmet d’une génération à l’autre, à l’instar des caractères biologiques. Mais le langage et les gènes ont-ils évolué en parallèle au cours des derniers millénaires, comme le pensait Charles Darwin à l’origine?

Une équipe interdisciplinaire de l’Université de Zurich, en collaboration avec l’Institut Max Planck d’anthropologie évolutive de Leipzig (Allemagne), s’est penchée sur cette question à l’échelle mondiale. Les chercheurs ont développé une base de données mondiale reliant les données linguistiques et génétiques, intitulée GeLaTo (Genes and Languages Together), qui contient les informations génétiques de quelque 4 000 individus parlant 295 langues et représentant 397 populations génétiques.

Ci-dessus : Aperçu de la similarité linguistique et génétique.

(A) Illustration schématique des scénarios possibles de concordance et de non-concordance dans la transmission des gènes et des traits linguistiques. L’histoire génétique (démographique) est représentée par des lignes noires pleines qui différencient les groupes de personnes (représentés par des formes humaines). L’histoire linguistique est représentée par des lignes colorées, qui différencient cinq familles de langues (a-e). L’histoire linguistique évolue parfois parallèlement à l’histoire démographique, parfois non. Les numéros correspondent aux différents cas distingués en B et C :

  • 1. enclave linguistique et génétique (appariement) ;
  • 2. disparité linguistique (enclave linguistique) ;
  • 3. disparité génétique (enclave génétique) ;
  • 4. population dont les distances génétiques sont alignées avec celles de ses parents linguistiques (profil d’appariement) ;
  • 5. population dont les distances génétiques sont mal alignées avec celles de ses parents linguistiques (profil de disparité).

(B) Exemples d’une heuristique associée aux trois cas d’enclave présentés en A. Pour chaque population cible, nous affichons les deux plus petites distances TSF, respectivement, avec une population de la même famille et une population d’une famille linguistique différente, ainsi que leur distance géographique.

  • Himba (famille Atlantique-Congo) remplit les critères d’une enclave d’appariement ;
  • Hongrois (famille ouralienne) remplit les critères d’une enclave linguistique ;
  • Géorgien juif (famille kartvélienne) remplit les critères d’une enclave génétique.

(C) Exemples de cas alignés et désalignés présentés en A. Pour chaque population, la distribution du TSF au sein des locuteurs de la même famille linguistique est comparée à la distribution du TSF entre les locuteurs d’autres familles linguistiques. Le point jaune indique la médiane.

  • Le kalmouk (mongolo-khitan) est aligné (c’est-à-dire qu’il est génétiquement plus proche) avec les locuteurs de la même famille linguistique ;
  • l’azéri (famille turque) est mal aligné avec les locuteurs de la même famille linguistique.

Les distances FST sont affichées sur une échelle transformée logarithmiquement.

Un lien gène-langue sur cinq indique un changement de langue

Dans leur étude, les chercheurs ont examiné dans quelle mesure les histoires linguistiques et génétiques des populations coïncidaient. Les personnes qui parlent des langues apparentées ont tendance à être également apparentées génétiquement, mais ce n’est pas toujours le cas.

« Nous nous sommes concentrés sur les cas où les modèles biologiques et linguistiques différaient et nous avons cherché à savoir à quelle fréquence et à quel endroit ces décalages se produisaient », explique Chiara Barbieri, généticienne de l’UZH qui a dirigé l’étude et l’a initiée avec des collègues lorsqu’elle était post-doctorante à l’Institut Max-Planck.

Les chercheurs ont découvert qu’environ une relation gène-langue sur cinq est une inadéquation, et ce dans le monde entier. Ces inadéquations peuvent donner un aperçu de l’histoire de l’évolution humaine.

« Une fois que nous saurons où ces changements de langue se sont produits, nous pourrons mieux reconstituer la façon dont les langues et les populations se sont répandues dans le monde », explique Balthasar Bickel, directeur du Pôle de recherche national (PRN) Evolving Language, qui a cosupervisé l’étude.

Passage au langage local

La plupart des inadéquations résultent du passage d’une population à la langue d’une population voisine, génétiquement différente. Certains peuples des versants orientaux tropicaux des Andes parlent un idiome quechua qui est généralement parlé par des groupes au profil génétique différent qui vivent à des altitudes plus élevées.


Le peuple Damara en Namibie, qui est génétiquement apparenté aux Bantous, communique en utilisant une langue Khoe qui est parlée par des groupes génétiquement éloignés dans la même région. Et certains chasseurs-cueilleurs qui vivent en Afrique centrale parlent principalement des langues bantoues sans avoir une forte parenté génétique avec les populations bantoues voisines.


En outre, il existe des cas où les migrants ont adopté la langue locale de leur nouveau pays. La population juive de Géorgie, par exemple, a adopté une langue du Caucase du Sud, tandis que les Juifs de Cochin en Inde parlent une langue dravidienne.

Le cas de Malte reflète son histoire d’île entre deux continents : Si les Maltais sont étroitement liés aux habitants de la Sicile, ils parlent une langue afro-asiatique influencée par diverses langues turques et indo-européennes.

Préserver leur identité linguistique

« Il semble que renoncer à sa langue ne soit pas si difficile, y compris pour des raisons pratiques », explique le dernier auteur, Kentaro Shimizu, directeur de l’URPP Evolution in Action : From Genomes to Ecosystems. En revanche, il est plus rare que les gens conservent leur identité linguistique d’origine malgré l’assimilation génétique avec leurs voisins. « Les Hongrois, par exemple, sont génétiquement similaires à leurs voisins, mais leur langue est apparentée aux langues parlées en Sibérie », note Shintaro.

Les hongrois se distinguent ainsi du reste de l’Europe et de certaines régions d’Asie, où la plupart des gens parlent des langues indo-européennes, comme le français, l’allemand, l’hindi, le farsi, le grec et bien d’autres.

L’indo-européen a non seulement fait l’objet d’études approfondies, mais il obtient également des scores particulièrement élevés en termes de congruence génétique et linguistique.

« Cela aurait pu donner l’impression que les correspondances gène-langue sont la norme, mais notre étude montre que ce n’est pas le cas », conclut Chiara Barbieri, qui ajoute qu’il est important d’inclure des données génétiques et linguistiques provenant de populations du monde entier pour comprendre l’évolution des langues.

L’ouvrage est publié dans  Actes de l’Académie nationale des sciences .



Que pensez-vous de cet article ? Partagez autant que possible. L'info doit circuler.


Veuillez aider à soutenir les médias alternatifs. Nous suivons la vérité, où qu'elle mène. Merci


ELISHEAN 777 Communauté pour un Nouveau Monde

(Vu 123 fois, 1 visites aujourd'hui)

Laisser un commentaire