Secrets révélés

Le renouveau nazi en Amérique

Par Kathleen Brosse

Lorsque la députée palestino-américaine et démocrate Rashida Tlaib a publié une vidéo disant du fleuve à la mer, elle lançait un « cri de ralliement pour la destruction de l’État d’Israël et le génocide du peuple juif ». Cet appel au génocide juif était le même que celui lancé par les nazis. Il est troublant de constater que de nombreux manifestants pro-palestiniens et, inévitablement, antisémites ne connaissent rien de l’histoire des Juifs et d’Israël. Ils n’ont aucune idée que les Juifs, au lieu de contrôler le monde, en ont été les victimes pendant des millénaires, endurant une histoire incomparable de persécution qui a conduit à des épisodes répétitifs de nettoyage ethnique, de génocide et de lois racistes qui font paraître Jim Crow comme apprivoisé.

En 1492, le décret de l’Alhambra des monarques espagnols a donné à la population juive séfarade, dont les racines ibériques remontaient à près d’un millénaire, quatre mois pour se convertir ou être bannie. La plupart ont émigré vers la Pologne ou l’Empire ottoman.

Aux XIXe et XXe siècles, les descendants des Juifs sépharades qui s’étaient installés en Pologne ont vu leurs nouveaux surveillants russes sanctionner ou cautionner les pogroms. Les Juifs étaient à nouveau purifiés. Beaucoup ont fui vers les États-Unis. Presque simultanément, en réponse au renouvellement par Theodor Herzl du précepte biblique selon lequel les Juifs devaient retourner à Sion, de nombreux Juifs se sont lancés dans une première et une deuxième Aliyah (entrant ou, littéralement, « montant ») vers des terres qui faisaient alors partie de l’Empire ottoman. .


Les Ottomans accueillaient les Juifs arrivant, leur vendant volontiers des terres situées dans un désert essentiellement aride ou dans un marécage infesté de paludisme et de fièvre jaune.

Pendant la Première Guerre mondiale, les Ottomans ont été courtisés par les puissances alliées, mais ils ont choisi de s’allier avec les puissances de l’Axe. Après la guerre, conformément au protocole de routine sur le butin de guerre, les empires perdants ont été démantelés et les vainqueurs ont déterminé les destinataires du butin. L’Empire ottoman a été divisé en de nombreuses futures nations du Moyen-Orient, mais il a fallu d’abord les préparer à devenir une nation. À cette fin, ils sont temporairement devenus des protectorats ou des mandats de la France ou de la Grande-Bretagne.

Le Mandat sur la Palestine était la réponse pour mettre un terme à l’histoire odieuse du racisme contre les Juifs. Les Juifs auraient leur propre nation. Le choix du terrain n’était pas arbitraire. Les Ottomans avaient conquis cette terre au 16ème siècle, et maintenant les puissances alliées la reconquéraient et la restituaient aux Juifs qui y vivaient sans interruption depuis environ 1800 avant JC.

 

En 1912, les terres albanaises dont les Ottomans s’étaient emparés au XIVe siècle furent également restituées aux Albanais comme butin d’une autre guerre. Eux aussi auraient leur propre nation.


Le mandat sur la Palestine a exacerbé la haine juive au Moyen-Orient. Les musulmans se contentaient d’avoir des Juifs vivant parmi eux en tant que population subordonnée productive, mais refusaient d’être égaux aux musulmans. Dans le même temps, les petits bureaucrates britanniques craignaient les menaces juives contre leur pouvoir et fomentaient donc également la haine anti-juive parmi les Arabes.

Pendant ce temps, en Europe, Hitler alimentait la haine envers les Juifs. L’exécution par les nazis de plus de 6 millions de Juifs de 21 pays a été et reste l’acte de racisme le plus odieux de l’histoire. Entre la Première et la Seconde Guerre mondiale, la troisième à la cinquième Aliyah a eu lieu et 368 000 Juifs ont émigré d’Europe et du Moyen-Orient vers le mandat palestinien.

Beaucoup d’autres auraient émigré, mais les Britanniques ont restreint l’entrée. De nombreux Juifs auraient également fui vers les États-Unis, mais FDR devait peser la balance pour sauver les Juifs et apaiser ses électeurs antisémites. Ce dernier a pris le dessus.

La responsabilité du mandat pour la Palestine a été transférée de la Grande-Bretagne à l’ONU en 1947. L’ONU a décidé que les terres sous mandat, qui comprenaient la Jordanie, accueilleraient une nation juive et une nation palestinienne . Israël était censé être un endroit où les Juifs pouvaient vivre en paix et en sécurité. Certains de ceux-là mêmes qui rejetaient la présence d’un État juif au Moyen-Orient seraient désormais les voisins d’Israël. Les Nations Unies , par leur charte, se sont engagées à prévenir de futures guerres, mais elles ont préparé Israël à la guerre.

Le 14 mai 1948, Israël devient une nation indépendante. La population d’Israël/Palestine était à 82,1 % juive . Le 15 mai 1948, une coalition de nations arabes attaquait Israël et exploitait les territoires alloués à une nation palestinienne. Leur haine envers les Juifs s’est accrue après avoir subi une perte humiliante face à cette jeune nation que les musulmans ont historiquement stéréotypée comme étant des marchands et non des soldats. La violence contre les Juifs au Moyen-Orient s’est désormais intensifiée, les nations musulmanes expulsant 900 000 Juifs, dont beaucoup vivaient sur ces terres depuis l’époque romaine. Israël a accueilli tous les réfugiés.

Entouré de nations arabes (dont une iranienne) cherchant sa disparition, Israël avait besoin de l’ONU pour dissuader les nations musulmanes de l’envahir. Mais cela ne s’est pas produit. La plupart des pays membres de l’ONU sont antisémites ou antisionistes (comme s’il y avait une réelle différence). En 1975, l’ONU a adopté une résolution déclarant « le sionisme comme une forme de racisme et de discrimination raciale ».

L’ONU encourageait la haine contre les Juifs et, à toutes fins utiles, niait le droit à l’existence d’un membre souverain de l’ONU. Une organisation dotée d’une charte visant à protéger la souveraineté de ses membres et la coexistence pacifique était un pion de l’agression musulmane, et elle l’est toujours. Le 24 octobre, le secrétaire général de l’ONU Gutierrez , tout comme le président Obama , a honteusement rationalisé le meurtre de 1 400 Israéliens en raison de « l’occupation » israélienne.

Présentés comme des occupants, les Israéliens deviennent synonymes de suprémacistes blancs, et selon Biden et Gutierrez , il s’agit de l’une des plus grandes menaces au monde. Cela justifie la punition, et les propagandistes du Hamas le savent.

La caractérisation par Obama et Gutierrez des Juifs comme occupants est encore plus troublante parce que tous deux savent que les Juifs ont cessé d’occuper Gaza en 2005 et que le Hamas est devenu le pouvoir au pouvoir en 2007. Si Israël était une puissance occupante ou dirigeante à Gaza, le massacre du 7 octobre n’aurait peut-être pas eu lieu . s’est produit.

En outre, tous deux savent qu’en Cisjordanie, l’Autorité palestinienne gouverne et que les colons et les colonies israéliennes constituent une mesure défensive raisonnable, compte tenu des circonstances. Si les colons n’étaient pas là, le massacre du 7 octobre aurait pu être bien pire. Obama est-il le produit de son mentor, Jeremiah Wright, ou de son frère racial admiré, Louis Farrakhan ? Gutierrez est-il, comme on le prétend, un porte-parole de la propagande du Hamas ?

En faisant appel à ses électeurs antisémites, l’administration présidentielle actuelle ne fait guère mieux. L’équipe Biden a déclaré à Israël qu’après avoir gagné la guerre ( ce qu’elle est en train de faire ), elle ne pouvait pas occuper Gaza. Mais l’administration sait que c’est une recette pour de futures guerres. Incroyablement, la Maison Blanche a rapporté le 16 octobre que les crimes haineux contre les Juifs représentent plus de 50 % du total des crimes haineux fondés sur la religion. Puis, le 1er novembre, la Maison Blanche a annoncé que « s’attaquer à la haine est une stratégie nationale » et qu’elle avait en outre créé la première stratégie nationale de lutte contre l’islamophobie .

Jusqu’au 7 octobre, les Juifs vivaient relativement à l’abri des persécutions religieuses en Israël, mais dans une région en proie à l’antisémitisme et à l’antisionisme. Les réactions au massacre du 7 octobre indiquent que l’antisémitisme et l’antisionisme sont mondiaux.

Honteusement, cela inclut les États-Unis, où des hommes politiques, des étudiants et d’autres manifestants, dont beaucoup étaient des manifestants du BLM qui protestaient contre le racisme, participent désormais à des manifestations qui alimentent le racisme et incitent à la violence contre les personnes les plus persécutées au monde.

J’ai postulé au début de cet essai que de nombreux manifestants pro-palestiniens ignorent l’histoire juive. Cependant, s’ils n’ont pas cette excuse, alors que Dieu vienne en aide à l’Amérique, car cela indique qu’une partie visible de la jeunesse américaine et de la gauche est immorale et inhumaine. Cela devrait effrayer tous les Américains.

Le Penseur Américain


Que pensez-vous de cet article ? Partagez autant que possible. L'info doit circuler.



Aidez Elishean à survivre. Merci


ELISHEAN 777 Communauté pour un Nouveau Monde

(Vu 118 fois, 1 visites aujourd'hui)

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page

En savoir plus sur Elishean 777

Abonnez-vous pour poursuivre la lecture et avoir accès à l’ensemble des archives.

Continue reading