Cas de conscience

Témoignage d’enfants otages

Lorsque nous étions avec les Gazaouis, nous n'avions pas le droit de parler".

Dafna, 15 ans, et sa petite soeur Ella, 8 ans, originaires de Nahal Oz, ont été libérées par le Hamas après 51 jours de captivité. Plusieurs mois après sa libération, Dafna a raconté à Channel 12 comment le cauchemar a débuté ainsi que les jours terribles passés à Gaza.

Le 7 octobre au matin, les terroristes sont entrés par effraction dans leur maison et ont filmé les membres de la famille en direct sur Facebook, alors que le père des filles était déjà blessé par balle à la jambe. Quelques instants plus tard, il a été assassiné.

« J’ai rapporté le sac de mon frère Tomer de Nahal Oz, il y a du sang de mon père dessus. Je l’emmène partout avec moi, même en cours, il reste sur moi », affirme Dafna. Tomer, le père et la compagne du père ont tous été tués le 7 octobre.

Dafna et Ella ont été emmenées à Gaza, dans la maison d’une famille gazaouie puis ont été transférées dans diverses cachettes.


Dafna raconte comment les terroristes leur ont donné 3 pitas pour le petit-déjeuner, qu’elles ont partagé avec trois autres otages, et un repas supplémentaire à 14 heures.

« Les jours où on nous proposait de prendre une douche, je devais convaincre Ella car on ne savait pas si on pourrait se doucher à nouveau. Je veillais à ce qu’elle fasse tout avant moi. Nous étions tout le temps ensemble », raconte Dafna.

« On ne savait rien de notre famille et de nos amis, on passait nos journées à penser à eux. On s’inquiétait du fait que les terroristes détruisent tout Israël », raconte-t-elle, affirmant qu’elles étaient coupées de toute information.

Lorsque les obus de Tsahal ont ébranlé la cachette où elles étaient détenues, les terroristes les ont déplacées vers un autre endroit, de sorte qu’elles se sont retrouvées dans une école, entourées de citoyennes de Gaza portant le hijab.

« Nous avons dormi par terre là-bas. Avec des gens dont les maisons ont été démolies et qui n’ont nulle part où aller. Nous avons fait un mur de couvertures pour que nous puissions seulement enlever le hijab de nos têtes, afin que nous puissions respirer. On nous a dit que nous n’avions pas le droit de parler pendant cinq jours, ni en hébreu, ni en arabe, ni en anglais, et que si nous parlions, ils nous tueraient », indique Dafna.

Deux semaines avant leur libération, Dafna et Ella ont été transférées dans les tunnels, où elles ont rencontré cinq jeunes femmes kidnappées – et qui ne sont pas encore revenues.

« Quand nous étions là-bas, c’était vraiment difficile. C’est une pièce vraiment petite, de la taille d’un matelas et mesurant 1,60 mètre, on ne pouvait pas y tenir debout. Il n’y avait pas beaucoup de nourriture, ni d’eau », a conclu Dafna.

Source



Que pensez-vous de cet article ? Partagez autant que possible. L'info doit circuler.



Aidez Elishean à survivre. Merci


ELISHEAN 777 Communauté pour un Nouveau Monde

(Vu 297 fois, 1 visites aujourd'hui)

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page