Cas de conscience

Quand la fabrique de cons est sponsorisée par le Qatar

Qui sera le plus bête, le plus idiot, le plus stupide ?

La question posée par la députée Elise Stefanik aux présidents du MIT, de Harvard et de l’université de Pennsylvanie a peut-être ouvert les yeux de beaucoup, mais pour ceux d’entre nous qui ont été attentifs, ce n’est pas le cas.

Leurs réponses étaient stupides et lorsque l’étendue de leurs politiques discriminatoires sera révélée dans le cadre de litiges privés et d’enquêtes fédérales et du Congrès sur le titre VI, on comprendra pourquoi ils ont répondu comme ils l’ont fait, dans l’espoir d’éviter l’examen minutieux qu’ils méritent.

Les étudiants qui suivent les cours dans ces établissements et dans la plupart de nos collèges et universités sont encore plus stupides. Les plus stupides sont les conseils d’administration qui, au cours des dernières décennies, ont ignoré les politiques qui ont conduit à cette situation, en violation flagrante de leurs responsabilités fiduciaires à l’égard de ces institutions qui ont été pourries sous leur surveillance.


Débile

Mme Stefanik a demandé à Claudine Gay (Harvard), Elizabeth Magill (Université de Pennsylvanie) et Sally Kornbluth (Massachusetts Institute of Technology) si « From the river to the sea » était génocidaire, et elles ont toutes convenu que c’était le cas. Elle leur a ensuite demandé si le fait d’appeler au génocide des Juifs violait le code de conduite de leurs écoles.

Avec un sourire en coin, Gay a répondu : « Cela peut l’être, en fonction du contexte », et Magill a répondu : « C’est une décision qui dépend du contexte, Madame la députée ». Kornbluth a indiqué que c’était le cas, « si l’on vise des individus, pas si l’on fait des déclarations publiques ». Depuis lors, Gay et Magill ont soumis des déclarations « clarifiantes ».

Les écoles de Gay et de Magill se situent toutes deux tout en bas du classement de FIRE sur la liberté d’expression de 248 universités. Néanmoins, que ce soit par confusion ou par tentative de distraction, les présidents de trois des plus grandes universités du pays ont brouillé les cartes entre la liberté d’expression et leur obligation d’offrir un espace sûr aux étudiants et aux chercheurs.

David Burge apporte plus de clarté sur le sujet :


Faits amusants :

(A) l’appel au génocide contre les juifs, s’il n’a pas pour but d’inciter une foule à la violence, est un discours protégé à 100 % par la Constitution – uniquement dans le sens où il ne peut pas être puni par le gouvernement.

(B) Vous n’êtes pas le gouvernement ; vous êtes un administrateur d’université lâche et en aucun cas le 1er amendement ne vous oblige à accepter des néo-nazis décérébrés dans votre corps étudiant.

Je ne suis pas un spécialiste du droit constitutionnel, mais je pense que le terme « incitation » a un seuil élevé : La célébration en ligne du 7 octobre, la négation de l’Holocauste, « Hitler avait raison », la répétition de théories du complot anti-juif stupides, « Mondialiser l’Intifada » : des opinions merdiques mais pas de l’incitation. Se tenir au milieu d’une foule d’étudiants en colère devant la maison Hillel du campus et crier « donnons à ces Juifs ce qu’ils méritent » dans un porte-voix : c’est de l’incitation.

C’est voulu, sinon il faudrait accepter le récit de la « violence stochastique » selon lequel le fait de mal identifier quelqu’un, selon une logique alambiquée, entraînerait théoriquement des violences à l’encontre des personnes transgenres.

Avec son laconisme habituel, il souligne le problème que leur témoignage soulève : Une longue histoire de politiques discriminatoires qui fait honte à leur défense hypocrite. Les exemples sont innombrables, mais en voici quelques-uns :

MIT : « Les étudiants juifs ne peuvent pas assister aux cours et ont peur de mettre les pieds sur le campus. Les employés juifs craignent d’amener leurs enfants à la garderie du MIT. Le MIT a ouvertement reconnu qu’il n’avait pas pris de mesures à l’encontre des personnes qui harcelaient les étudiants juifs parce qu’il craignait de leur faire perdre leur visa d’étudiant. (L’argent supplémentaire qu’il tire des frais de scolarité complets des étudiants étrangers n’est pas un facteur négligeable dans leur admission et dans la montée de l’antisémitisme sur les campus).

Harvard : L’école ne tolérerait certainement jamais un club du Ku Klux Klan qui prône le lynchage des Noirs, mais elle a refusé de condamner les groupes d’étudiants qui imputent les atrocités du 7 octobre « entièrement à Israël » et a autorisé le harcèlement ouvert des étudiants juifs.

Université de Pennsylvanie : Deux étudiants ont intenté une action civile contre l’université en vertu du titre VI de la loi sur les droits civils. Les allégations sont notamment les suivantes :

Le harcèlement et la discrimination sur le campus et dans les salles de classe sont incessants et intolérables. Les plaignants et leurs camarades juifs sont régulièrement victimes d’insultes et de chants antisémites ignobles et menaçants tels que « Intifada Revolution », « from the River to the Sea », « Fuck the Jews », « les Juifs méritent tout ce qui leur arrive », « tu es un sale Juif, ne nous regarde pas », « continue de marcher, sale petit Juif », « sors d’ici youpin ! » et « retourne d’où tu viens ».

Les plaignants et les autres étudiants juifs doivent traverser des salles de classe, des dortoirs et des bâtiments vandalisés par des graffitis antisémites. Soumis à un vitriol antijuif intense, ces étudiants ont été privés de la capacité et de l’opportunité de participer pleinement et de manière significative aux programmes éducatifs et autres de Penn.

L’antisémitisme est un problème institutionnel croissant sur le campus de Penn et sur d’autres campus universitaires depuis de nombreuses années, avec une augmentation de plus de 40 % pour la seule année 2022, et les abus et intimidations n’ont cessé de s’intensifier. Une étude récente a révélé que près de 73 % des étudiants juifs ont été témoins ou victimes d’antisémitisme depuis le début du semestre d’automne 2023.

Le Qatar, principal bailleur de fonds du Hamas, est de loin le principal contributeur (par l’intermédiaire d’ONG parrainées par l’État) de nos grandes universités. Étant donné que le Qatar effectue ces paiements par le biais de coupures, au moins l’un des trois présidents interrogés a nié avoir reçu de l’argent du Qatar.

Bête

Avec ces nigauds au sommet de l’establishment éducatif, il n’est pas étonnant que les jeunes gens qui passent par nos usines d’éducation soient vraiment stupides. Une enquête a montré que la plupart des étudiants étaient d’accord avec le slogan « De la rivière à la mer », mais qu’ils en ignoraient la signification.

…seuls 47 % des étudiants qui adhèrent au slogan sont capables de nommer le fleuve et la mer. Parmi les réponses alternatives, on trouve le Nil et l’Euphrate, les Caraïbes, la mer Morte (qui est un lac) et l’Atlantique. Moins d’un quart de ces étudiants savaient qui était Yasser Arafat (12 d’entre eux, soit plus de 10 %, pensaient qu’il était le premier premier ministre d’Israël).

À la question de savoir au cours de quelle décennie les Israéliens et les Palestiniens avaient signé les accords d’Oslo, plus d’un quart des partisans du chant ont affirmé qu’aucun accord de paix de ce type n’avait jamais été signé. Il n’y a pas de honte à être ignorant, sauf si l’on réclame l’extermination de millions de personnes.

Le fait d’apprendre des faits politiques de base sur le conflit pourrait-il modérer les opinions des étudiants ? Un étudiant latino-américain en ingénierie d’une université du sud du pays a déclaré qu’il était « tout à fait » favorable à l’idée d’une solution « du fleuve à la mer » parce que « les Palestiniens et les Israéliens devraient vivre dans deux pays distincts, côte à côte ».

En voyant sur une carte de la région qu’un État palestinien s’étendrait du Jourdain à la mer Méditerranée, sans laisser de place à Israël, il a réduit son enthousiasme pour le mantra à « probablement pas ». Sur les 80 étudiants qui ont vu la carte, 75 % ont également changé d’avis.

Un étudiant en art d’une université d’arts libéraux de Nouvelle-Angleterre a « probablement » soutenu le slogan parce que « les Palestiniens et les Israéliens devraient vivre ensemble dans un seul État ». Mais lorsqu’il a été informé des récents sondages selon lesquels la plupart des Palestiniens et des Israéliens rejetaient la solution d’un seul État, cet étudiant a perdu son enthousiasme. Il en a été de même pour 41 % des étudiants de ce groupe.

Un troisième groupe d’étudiants a affirmé que le chant appelait à remplacer Israël par une Palestine. Soixante pour cent de ces étudiants ont réduit leur soutien à ce slogan lorsqu’ils ont appris qu’il impliquerait l’assujettissement, l’expulsion ou l’anéantissement de sept millions d’Israéliens juifs et de deux millions d’Israéliens arabes.

Par ailleurs, 14 % des étudiants ont reconsidéré leur position lorsqu’ils ont lu que de nombreux Juifs américains considéraient le chant comme menaçant, voire raciste. (Cet argument a eu moins d’effet sur les étudiants qui s’identifient comme progressistes, malgré leur sensibilité supposée aux discours offensants).

Au total, après avoir appris une poignée de faits élémentaires sur le Moyen-Orient, 67,8 % des élèves sont passés du soutien à « du fleuve à la mer » au rejet du mantra.

Ces élèves n’avaient jamais vu de carte du Moyen-Orient et connaissaient mal la géographie, l’histoire ou la démographie de la région. Ceux qui espèrent encourager l’extrémisme comptent sur l’ignorance politique de leur public. Il est temps que les bons enseignants se joignent à la mêlée et combattent les préjugés par l’éducation.

Bonne chance pour trouver de « bons enseignants », car les éducateurs sont empilés de haut en bas, non pas sur la base du mérite, mais sur des bases identitaires. Le choix des enseignants sur de telles bases ne s’arrête pas là. Les admissions se font également sur la base de critères identitaires, et les manipulations ont des conséquences.

Un étudiant de Harvard ayant une moyenne de 2023 serait un étudiant de Harvard de 1988 dont l’intelligence est inférieure à 10 %, et un étudiant de Harvard ayant une moyenne de 1988 serait un étudiant de Harvard de 2023 dont l’intelligence est supérieure à 10 %.

Cette situation est masquée par une inflation des notes toujours plus importante, des sanctions étant parfois prises à l’encontre des professeurs qui refusent de jouer le jeu.

Les plus stupides

Les conseils d’administration et les donateurs (qui coexistent souvent) semblent avoir enfin vu une lueur d’espoir. Certains grands donateurs, le dernier ayant un don de 100 millions de dollars en jeu, appellent au changement. La Penn de Magill doit décider si elle la garde ou si elle perd cette tranche de gros sous.

Le conseil d’administration de la Wharton Business School de Penn, « préoccupé par la culture dangereuse et toxique qui règne sur notre campus et qui est menée par un groupe restreint d’étudiants et de professeurs, avec l’autorisation de la direction de l’université », a demandé à Mme Magill de démissionner. Un certain nombre de membres du conseil d’administration de la Penn lui auraient dit qu’elle devrait envisager de démissionner. (Les dernières nouvelles indiquent que Mme Magill a démissionné samedi soir. Elle ne sourira bientôt plus à personne.

Le président du conseil d’administration, Scott Bok, a également démissionné quelques minutes plus tard). Pour une fois, un conseil d’administration a contraint un président d’université à démissionner. La rumeur veut que le président Gay de Harvard soit lui aussi bientôt contraint de quitter ses fonctions. Les conseils d’administration de Harvard et du MIT devraient examiner s’ils ont été complices et envisager de démissionner pour permettre à des personnes plus courageuses et plus sensibles de prendre leur place.

Peut-être cela les incitera-t-il à savoir que 72 membres bipartisans du Congrès exigent la révocation de ces trois présidents. Une audition du Congrès sur l’antisémitisme à Harvard a été annoncée. Des poursuites ont également été engagées contre l’université de New York et l’université de Californie à Berkeley.

D’autres poursuites privées sont en cours. Plusieurs universités publiques, la dernière en date étant l’université du Wisconsin, sont contraintes de réduire, de restructurer ou d’éliminer leurs importantes bureaucraties DEI, qui ont tant fait pour imposer une division de type marxiste sur les campus, basée sur l’identité, une force motrice de l’antisémitisme sur les campus et l’application des notions selon lesquelles la liberté d’expression est un outil de la suprématie blanche.

Tout, des politiques d’admission aux politiques d’embauche, en passant par la création même de ces remoras DEI, doit être revu. Le professeur Glenn Reynolds propose quelques suggestions précieuses. La simple adoption de codes d’expression, la révocation de ces trois présidents et même le remaniement des conseils d’administration de ces trois universités ne suffiront pas à laver la honte de nos échecs actuels en matière d’enseignement supérieur, mais c’est un début.

Source American Thinker Dec 2023


Que pensez-vous de cet article ? Partagez autant que possible. L'info doit circuler.



Aidez Elishean à survivre. Merci


ELISHEAN 777 Communauté pour un Nouveau Monde

(Vu 150 fois, 1 visites aujourd'hui)

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page