Transhumanisme

Survivre après 2035… L’ère des robots

« La question vraiment intéressante est de savoir ce qui se passe une fois que nous avons des robots vraiment intelligents. Si nous sommes très chanceux, ils nous traiteront comme des animaux de compagnie. Sinon, ils nous traiteront comme de la nourriture. — Dr Paul Saffo, Université de Stanford

La poussée est lancée. Partout, autour du globe dans des milliers d’endroits, des hommes et des femmes étendent l’enveloppe extérieure de la robotique. Au Japon, en Amérique, en Chine, en Allemagne, en Russie, au Brésil, ils innovent, pensant à des façons entièrement nouvelles de créer des systèmes technologiques qui marchent, parlent, voient, parlent et communiquent entre eux.

Dans son site Web, Alchemy of Change, Gideon Rosenblatt a récemment écrit : « Nous sommes assis à l’aube de l’ère de la robotique. Il a noté que les pirates indépendants avaient, au cours de l’année écoulée, rapidement compris qu’ils pouvaient réutiliser un capteur Microsoft Xbox Kinect 3D comme une vision artificielle à faible coût, pour permettre aux machines de « voir ». Ensuite, a déclaré Rosenblatt, ils pourraient marier cette technologie disponible avec le nouvel accessoire Android Open de Google, le combiner avec une plate-forme d’exploitation électrique à faible coût, et – hop ! – le robot pirate a un système nerveux robotique.

Maintenant, que Rosenblatt ait raison ou non à propos d’une « course folle » imminente basée sur des composants robotiques économiques et intelligents qui se convertissent en système visuel et nerveux, il a raison avec son observation que les « hackers robotiques sortent de la menuiserie » construisant de nouveaux types de robots.

Les passionnés de robots, y compris un nombre incalculable de «hackers», sont rejoints par des roboticiens et des scientifiques d’universités renommées telles que le MIT, Princeton, le Carnegie Institute, l’Université du Texas à Austin, l’Université du Michigan à Ann Arbor et l’Université de Stanford aux États-Unis, ainsi que des dizaines d’universités en Europe, au Japon, en Chine et ailleurs.


Au total, des milliers d’universitaires exceptionnels proposent constamment de nouvelles avancées incroyables dans la robotique, la bionique et les domaines connexes.

La capacité robotique augmente de façon exponentielle

La puissance de la loi de Moore est rapidement à l’œuvre. La loi de Moore, une maxime scientifique, soutient que les connaissances informatiques augmentent de façon exponentielle, doublant environ tous les deux ans. Cette loi, exprimée pour la première fois par le co-fondateur d’Intel Corp. Gordon E. Moore en 1965, s’est avérée étrangement exacte.

Nous avons maintenant des robots avec l’incroyable capacité d’accomplir des tâches et des fonctions que nous n’attendons habituellement que des êtres humains. Les robots ont la capacité d’exercer les cinq sens : l’ouïe, le toucher, l’odorat, la vue et le goût. Ils peuvent marcher des kilomètres (en fait, courir), prononcer des milliers de mots par minute, sentir des odeurs que les humains ne peuvent pas détecter, et certains ont un sens tactile aiguisé.

Les robots sont de toutes formes et tailles. Il y a l’humanoïde (en forme d’humain), qui nous est familier à cause du cinéma et de la science-fiction, mais aussi des centaines d’autres formes de robots. Il existe des guêpes robots militaires et espions, des abeilles, des oiseaux, des animaux et des serpents, des plates-formes robotiques qui plongent sous les mers, des bras robotiques sur des engins spatiaux et des drones robotiques. Là où il y a de l’imagination et du besoin, vous découvrirez un robot à la hauteur.


La seule chose qui manque aux robots aujourd’hui, c’est l’intelligence humaine. Si les robots savent jouer aux échecs et sont dotés d’une intelligence artificielle qui leur permet d’accomplir des tâches peu communes, merveilleuses par rapport à celles d’antan, les machines n’ont cependant pas la capacité de « penser » et de « raisonner » comme les êtres humains. Les robots ne peuvent pas « aimer » ni ressentir de « fierté ».

Les scientifiques de la robotique et de l’intelligence artificielle affirment cependant que les robots sont sur le point de développer ce que certains pourraient appeler une «âme» ou le «jus».

Les robots manquent actuellement de cette capacité semblable à celle de l’homme pour créer, penser et émouvoir de manière autonome. On peut construire un robot qui peut écouter les problèmes d’un humain, puis sembler pleurer et montrer une émotion extrême. Les robots peuvent apparemment exprimer ouvertement de la douleur, de la colère, du dégoût ou de la tristesse, mais tout cela n’est qu’un acte. De telles manifestations d’émotion sont purement mécaniques et ne reposent pas sur une empathie sincère et affective.

De plus, alors que des robots très intelligents peuvent « créer », actuellement le pouvoir qualitatif du robot pour évaluer les connaissances et calculer des solutions est limité.

Dépasser l’espèce humaine

Certes, l’intelligence artificielle créative est d’au moins 25 à 30 ans dans le futur, selon d’éminents roboticiens tels que Ray Kurzweil de Google Corp., Rodney Brooks du MIT et d’autres. C’est alors que le robot atteint puis dépasse le niveau de connaissance et de créativité de l’être humain. A partir de ce moment, les choses commencent à changer radicalement.

Ensuite, les robots deviendront les maîtres des humains, infiniment plus précieux en raison de leur intelligence et de leurs vertus démontrées. Étant conscientes, les machines développeront rapidement leur propre cadre et structure d’intelligence. Les robots créeront des cerveaux plus intelligents pour les robots, et la loi de Moore (le doublement de la puissance des ordinateurs tous les deux ans) peut s’aggraver de manière significative.

Bientôt, la capacité de réflexion et la puissance de calcul du robot dépasseront tellement le cerveau humain que les êtres humains ne pourront plus suivre. Le robot intelligent créera des solutions et des machines pour les résoudre, étranges et étranges à notre façon de penser. En effet, l’humanité finira par ne plus être capable de penser à de telles solutions ou d’imaginer les problèmes encourus à résoudre.

À ce stade, nous pouvons constater que les humains deviennent les subordonnés des robots. Nous serons d’abord chargés de nous occuper d’eux, de répondre à leurs besoins et désirs excentriques. Nous deviendrons finalement des esclaves sans conséquence, conséquences involontaires de notre propre curiosité et ambitions morbides et abondantes. L’humanité sera devenue un excellent exemple du dicton séculaire, faites attention à ce que vous souhaitez.

L’alchimie des robots

Au Moyen Âge, les alchimistes travaillaient sans relâche à leur mystérieux métier. Leur objectif était de prendre certains métaux de base – plomb, fer, etc. – et d’en faire de l’or. Pour ce faire, ils avaient besoin de la pierre philosophale. Alors que beaucoup cherchaient réellement à transformer littéralement le plomb en or, la plupart utilisaient simplement le langage codé de l’alchimie pour exprimer des objectifs ésotériques.

Dans leur Grand Œuvre, ces philosophes alchimistes croyaient qu’ils pouvaient effectuer une transformation spirituelle. La leur était une science hermétique liée à la mythologie, à la religion et à la spiritualité et axée sur la recherche de la perfection, de l’immortalité et de la libération.

Étrangement, les roboticiens modernes cherchent, à leur manière, à pratiquer une forme d’alchimie. Leur tâche est la transmutation des métaux et matériaux communs en « or » – des robots. Ces robots sont précieux, en effet, car ils intègrent les processus de la vie. Les robots sont, à un degré ou à un autre, vivants !

En effet, les roboticiens ont exécuté ce que l’homme primitif proclamait être de la « magie ». En allumant le robot, en fournissant une source d’alimentation autonome, le robot commence à parler, à bouger et à parler – pour montrer des signes de « vie ». Ses « cerveaux » informatiques lui permettent de le faire.

Le psychiatre Carl J. Jung a décrit le cerveau humain comme « une machine qu’un fantôme peut faire fonctionner ». Avec les robots, le « fantôme » est tout processus d’animation fourni par le fabricant de robots.

Voici comment HJ Sheppard, cité dans Darke Hieroglyphics: Alchemy in English Literature (University of Kentucky Press, 1996) décrit l’alchimie :

« L’alchimie est l’art de libérer des parties du Cosmos de l’existence tempérée et d’atteindre la perfection qui, pour les métaux, c’est l’or, et pour l’homme, la longévité, puis l’immortalité et, enfin, la rédemption. La perfection matérielle était recherchée par l’action d’une préparation (Pierre Philosophale pour les métaux ; Elixir de Vie pour les humains), tandis que l’ennoblissement spirituel résultait d’une certaine forme de révélation intérieure ou autre illumination (la Gnose, par exemple, dans les pratiques hellénistiques et occidentales).

Les robots scientifiques, dans l’ensemble, nient l’existence d’un Dieu créateur. Cependant, qu’ils l’admettent ou non, ils agissent eux-mêmes comme « Dieu » pour effectuer la vie, bien que la vie artificielle. Les roboticiens, les alchimistes des temps modernes, ont fait un travail remarquable dans leur poursuite de la vie robotique. Ils ont fait de leur mieux pour libérer « l’esprit » latent dans les matériaux inanimés (de base) ; mais, jusqu’à présent, la « perfection » et la « capacité spirituelle » auxquelles Sheppard se réfère ont échappé à leurs efforts.

La « rédemption », alors, n’est pas obtenue.

La question suprême est, une fois la singularité technologique atteinte, et la créature robotique jugée supérieure en intelligence à l’homme dans son appareil « pensant », même si le robot devient le maître de l’homme, atteindra-t-il ces attributs clés? Le robot sera-t-il spirituellement activé, racheté? Ou la machine deviendra-t-elle une bête tyrannique, une créature sans cœur et sans âme?

« Si nous avons de la chance, ils nous traiteront comme des animaux de compagnie »

Aujourd’hui, l’humanité a heureusement le contrôle sur la bête sans âme. Bien que des drones autonomes et d’autres instruments robotiques rôdent dans nos cieux et parcourent les paysages de la bataille, la DARPA (la Defense Advanced Research Projects Agency) et les scientifiques conservent le pouvoir de verrouiller ou de déverrouiller le potentiel des robots à infliger des dommages à la vie humaine et aux biens.

Mais finalement, le contrôle humain sera abandonné, à mesure que des robots plus intelligents et des engins robotiques complètement autonomes deviendront omniprésents. Alors, voyant que les robots sont supérieurs aux humains en jugement, l’homme cédera-t-il à leurs nouveaux maîtres robotiques?

Paul Saffo, de l’Université de Stanford, prévient : « Nous allons atteindre le point où tout le monde va dire, bien sûr, les machines sont plus intelligentes que nous. »

Réfléchissant à ce point, Saffo a poursuivi en disant: «La question vraiment intéressante est de savoir ce qui se passe après que nous ayons des robots vraiment intelligents. Si nous avons de la chance, ils nous traiteront comme des animaux de compagnie. Sinon, ils nous traiteront comme de la nourriture.

Aliments? Oui en effet. Le ministère de la Défense travaille sur un robot qui fonctionnerait à partir de biomasse. Appelé EATR (prononcé «mangeur»), qui signifie Energetically Autonomous Tactical Robot, le robot «peut trouver, ingérer et extraire de l’énergie de la biomasse… (et d’autres sources d’énergie à base organique)».

Fox News a même rapporté que le robot EATR serait capable de manger des animaux et des restes humains sur le champ de bataille, ainsi que des copeaux de bois, des brindilles et des légumes.

Et dans le cas où vous voudriez échapper à l’EATR, le gouvernement pourrait envoyer des meutes de robots chasseurs/tueurs à votre recherche.

Le Pentagone développe actuellement un système de poursuite multi-robots pour rechercher et détecter les êtres humains non coopératifs.

Selon le New York Times (16 février 2005) et le magazine New Scientist, les garçons et les filles de la Défense dépensent plus de 127 milliards de dollars dans un projet connu sous le nom de Future Combat Systems (FCS) pour développer des soldats robotiques, et une bonne partie de la l’argent ira pour les robots chasseurs-tueurs.

Le robot chasseur-tueur sera très avancé, équipé de renifleurs DNZ, de caméras de reconnaissance faciale, de pistolets Taser armés, de mitrailleuses et de lance-roquettes. Avec les caractéristiques personnelles de la ou des personnes à appréhender, le robot peut, par exemple, flairer la personne dans une foule et l’éliminer de manière autonome. Cela ressemble au robot Terminator, n’est-ce pas?

Servir l’homme

Ce qui rappelle l’épisode classique de la série Twilight Zone, To Serve Man. Dans ce spectacle inoubliable, les Kanamits, une race d’extraterrestres bienveillants, atterrissent sur la terre avec l’intention apparente de servir l’homme. Les Kanamits, qui mesurent environ neuf pieds de haut et ont des têtes chauves bombées, fournissent aux humains un remède contre le cancer, offrent un champ de force pour protéger l’homme de l’invasion, lui montrent comment tripler la productivité de l’agriculture et même fournir une source super efficace. du pouvoir.

L’un des Kanamits prononce un discours télépathique aux Nations Unies et laisse un livre, qui est dans la langue Kanamits, inconnue de l’homme.

Les experts américains en décodage se mettent immédiatement au travail pour décoder le mystérieux livre dont ils découvrent qu’il s’intitule POUR SERVIR L’HOMME. Alors que le travail de décodage se poursuit, les Kanamites invitent les êtres humains à retourner avec eux sur leur planète natale. Les Kanamits ont même mis en place un service de navette interstellaire pour emmener les touristes humains dans ce voyage passionnant.

N’ayant plus de guerres ni de problèmes sur terre, beaucoup décident de partir, y compris l’un des meilleurs experts en décodage. La file d’attente pour monter dans le vaisseau spatial est longue avec des voyageurs en attente. Mais au moment où l’expert en décryptage embarque, un de ses associés, terrifié, se précipite. Elle lui crie de ne pas monter sur le bateau. Ils viennent de déchiffrer le reste du livre. To Serve Man est un livre de cuisine !

Il est trop tard, et un Kanamit le pousse brusquement à bord de l’engin, juste au moment où l’immense porte se referme solennellement. Le pauvre homme, naturellement, n’avait aucune idée terrestre quand il a réservé le vol vers la planète Kanamits de ce qu’était À SERVIR. De même, l’humanité d’aujourd’hui ne peut pas prévoir les conséquences imprévues de sa campagne frénétique pour construire le robot intelligent.

Le malheureux Dr Victor Frankenstein n’a pas non plus envisagé les conséquences de la construction d’une nouvelle créature à partir de parties de corps décédées, un corpuscule humain « robot », si vous voulez. Alors que le panneau lisait sur la machine à scie à ruban dans ma classe de magasin de lycée, réfléchissez avant d’allumer la machine.

Servir la mort via l’avion drone

Alors que nous attendons avec impatience le jour inévitable où nous découvrirons que les robots sont beaucoup plus intelligents que nous, simples humains, nous pouvons bien considérer les dommages causés déjà aujourd’hui par les instruments robotiques. Par exemple, les morts et l’horreur provoquées par des avions robotiques ou des drones.

Selon un groupe se faisant appeler le Comité international pour le contrôle des armes robotiques (ICRAC), jusqu’à 1 035 civils ont été tués en dehors des zones de guerre légitimes au cours des huit dernières années, dont 200 enfants innocents. Le professeur Noel Sharkey, membre de l’ICRAC et roboticien respecté, veut mettre un terme à ces tueries et à ces horreurs.

« Qui, dans son bon sens, donnerait une puissante armée de l’air sans pilote à la Central Intelligence Agency, une organisation secrète avec un tel bilan d’assassinats irresponsables et illégaux », déclare Sharkey, de l’Université de Sheffield, dans une interview avec The Guardian (1er mars , 2013) journal.

Sharkey note que jusqu’à 50 autres pays développent la technologie des drones, dont Israël, l’Inde, la Russie et la Chine. En Amérique, les forces de l’ordre accélèrent la mise en service des drones. Quelque 65 000 à 75 000 sont prévus.

« C’est là que réside le véritable danger », a déclaré Sharkey, « le meurtre automatisé comme dernière étape de la révolution industrielle de la guerre – une usine d’abattage claire et aseptisée, sans sang physique sur les mains et aucun membre de notre côté n’a été tué. »

« Nous avons des dossiers de victimes civiles, y compris de nombreux enfants, suite à des frappes de drones lorsque des humains regardent sur des écrans d’ordinateur et décident quand tirer. Pensez à quel point ce sera pire quand les drones infligeront automatiquement la mort… Si vous avez des robots autonomes, ils décideront qui tuer, quand et où les tuer. C’est une machine idiote et stupide et ensuite tu vas lui donner la décision de tuer des gens? »

Selon le Dr Sharkey, le monde est en train de devenir somnambule dans une technocratie mortelle. Il demande que des garde-fous soient mis en place. Malheureusement, le complexe militaro-industriel ne voit que puissance et capacité létale dans la poursuite de cette technologie ; il ne peut certainement pas imaginer de réelles responsabilités.

Comme le spécialiste du décodage dans « To Be Served » de Twilight Zone, nous sommes tous occupés à nous préparer à monter à bord de l’engin extraterrestre pour le nouveau monde. Tous à bord !

Extrait du livre de Texe Marrs « Robots Alchemy Androids, Cyborgs,
and the Magic of Artificial Life « 


Que pensez-vous de cet article ? Partagez autant que possible. L'info doit circuler.



Aidez Elishean à survivre. Merci


ELISHEAN 777 Communauté pour un Nouveau Monde

(Vu 255 fois, 1 visites aujourd'hui)

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page