Secrets révélés

Qui a construit la Lune ? (5) Le porteur de vie

Traduction du livre de Christopher Knight et Alan Butler

Knight et Butler ont découvert que la Lune possède peu ou pas de métaux lourds et n’a pas de noyau, ce qui ne devrait pas être possible. Leur conclusion convaincante : si la vie supérieure ne s’est développée sur Terre que parce que la Lune est exactement ce qu’elle est et où elle se trouve, il devient déraisonnable de s’accrocher à l’idée que la Lune est un objet naturel.

Lire tous les chapitres du livre Qui a construit la Lune ?

Chapitre 5 : Le porteur de vie

Nous avons vu à quel point la Lune est particulière. Notre prochaine étape était d’examiner comment notre voisine dans le cosmos affecte réellement la vie sur Terre. Tout d’abord, nous ne pouvions pas ignorer le mythe selon lequel la pleine lune fait apparaître la folie et d’autres maux sous la forme de plus de violence, plus de suicides, plus d’accidents et d’agressions – des idées qui sont probablement aussi vieilles que l’histoire elle-même.

La croyance selon laquelle la pleine Lune provoque des troubles mentaux et des comportements étranges était particulièrement répandue dans toute l’Europe au Moyen Âge. Mais existe-t-il des preuves scientifiques pour soutenir ces croyances ? Il y a eu de nombreuses recherches sur le sujet et certaines ont donné des résultats surprenants.


Des recherches menées par une équipe médicale d’un hôpital de Bradford, en Angleterre, ont permis d’avancer l’hypothèse selon laquelle l’incidence des des morsures d’animaux augmente au moment de la pleine lune. En utilisant l’analyse d’observation rétrospective de leur service d’accident et d’urgence, ils ont étudié les patients qui se sont présentés entre 1997 à 1999 après avoir été mordus par un animal. Le nombre de morsures chaque jour, a été comparé avec la phase lunaire de chaque mois et ils ont trouvé que l’incidence des morsures d’animaux augmentait significativement au moment de la pleine Lune.

Avec la période de la pleine Lune comme point de référence, le rapport des taux d’incidence des morsures pour toutes les autres périodes du cycle lunaire était significativement plus faible. Ils ont conclu que la pleine Lune est associée à une augmentation significative des morsures d’animaux sur les humains.

Bien sûr, nous devons nous rappeler que la corrélation n’est pas synonyme de causalité. Le modèle qu’ils ont trouvé peut être une étrange anomalie statistique ou, même si elle est réelle, elle pourrait être entièrement une coïncidence avec les phases de la Lune. Sans aucune suggestion sur la façon dont la Lune pourrait causer une augmentation de l’agressivité des animaux envers les humains, il n’est pas possible de considérer tout lien comme prouvé.


Une autre étude a examiné l’agression humaine et le cycle synodique lunaire survenant dans le comté de Dade, en Floride. Des données sur cinq comportements humains agressifs et/ou violents ont été examinés pour déterminer si une relation existait entre les deux. Il s’agissait notamment de l’examen des tendances en matière d’homicides, des suicides, des accidents de la route mortels, des agressions aggravées et des visites aux urgences psychiatriques.

L’équipe a conclu que les homicides et les agressions aggravées ont montré un regroupement statistiquement significatif autour de la pleine Lune. Les visites aux urgences psychiatriques se sont regroupées autour du premier trimestre et ont montré une diminution significative autour de la nouvelle et de la pleine Lune. La courbe de suicide a montré des corrélations avec les agressions aggravées et les accidents mortels de la route, suggérant, disent-ils, une composante autodestructrice pour chacun de ces comportements. L’existence d’un rythme biologique de l’agression humaine, qui résonne avec le cycle synodique lunaire a été postulée.

Bien que ces recherches aient été menées avec soin et de manière scientifique, il est important de se rappeler qu’il existe des dizaines d’autres études qui n’ont pas réussi à identifier des corrélations similaires. S’il y a une substance derrière le mythe lunaire, elle reste à prouver. Cependant, nous pensons qu’une telle relation n’est pas hors de raison car la Lune exerce des effets gravitationnels sur la Terre, créant les mouvements d’eau de nos océans, et les humains sont composés de près de quatre-vingt pour cent d’eau.

Que les cycles lunaires affectent ou non nos nos vies, les cycles solaires le font certainement.


Les quatre saisons

Au moment où j’écris ces mots, les feuilles sur les arbres ici en Grande-Bretagne  commencent à être teintées de brun. Les jours sont de plus en plus courts et les nuits s’allongent. Comme cela se produit, la température moyenne journalière commence à baisser et une grande partie de notre flore et de notre faune entre dans un état de dormance. Bien sûr, le même changement saisonnier se produit dans tout l’hémisphère nord à des latitudes entre le Tropique du Cancer et le cercle arctique. Pendant ce temps, les pays de l’hémisphère sud entrent dans le printemps et la nouvelle croissance commence à se manifester alors que les jours rallongent et que la température quotidienne moyenne augmente.

Tous ceux d’entre nous qui ne vivent pas sur ou près de l’équateur sont familiers avec le modèle de changement des saisons et l’effet que ces cycles ont sur la façon dont nous vivons nos vie. Pour nos ancêtres des régions nordiques d’Europe, d’Asie ou d’Amérique, l’arrivée de l’hiver devait être une période de peur et de doute, tandis que les premiers bourgeons du printemps devaient être un soulagement miséricordieux, avec le signal qu’il y aurait bientôt de la nourriture fraîche à manger.

Ce sur quoi la plupart d’entre nous ne s’arrêtent pas,  c’est pourquoi les saisons se produisent. C’est un malentendu courant d’imaginer que cela a quelque chose à voir avec la proximité de la Terre par rapport au Soleil. Ce n’est pas le cas. non – c’est dû à l’angle de la planète par rapport au Soleil, qui est d’environ 22,5 degrés par rapport à ce qui pourrait être décrite comme une position verticale.

Le diagramme ci-dessous montre comment pourrait être la Terre, si elle se tenait debout pendant qu’elle tourne autour du Soleil, ce qui  signifierait que l’équateur de la Terre serait toujours dirigé vers l’équateur du Soleil.

Si notre planète se trouvait vraiment dans cette position, le renflement de l’équateur du Soleil et celui de la Terre seraient plus proches l’un de l’autre que les pôles du Soleil et les pôles de la Terre. Le résultat de ceci serait une température équatoriale super chaude sur la Terre, tandis que les régions polaires de la Terre seraient beaucoup plus froides qu’elles ne le sont actuellement.

Étrangement, ce n’est pas tant une question de la différence de distance entre la Terre et le Soleil qui i importe ; c’est plus lié à l’épaisseur de l’atmosphère au-dessus d’une  partie donnée de la Terre en relation avec la direction du Soleil. Dans la situation imaginaire ci-dessus, la lumière du soleil doit traverser beaucoup plus d’atmosphère pour atteindre les pôles de la Terre que pour atteindre l’équateur, ce qui réduit considérablement la chaleur.

Un autre facteur important qui réduit la chaleur aux pôles est la diminution de la densité de puissance, où l’énergie du Soleil est dissipée à travers une plus grande surface lorsque la Terre s’éloigne de la position verticale. Par exemple, un cercle de lumière solaire  d’un kilomètre de diamètre atteindra la surface de la Terre sous la forme d’un cercle presque parfait à l’équateur, mais aux latitudes extrêmes du nord ou du sud, il sera déformé en un long ovale dû à la courbure de la planète. Cela signifie que la chaleur de la lumière du soleil aux pôles sera répartie sur plusieurs fois la surface et sera donc plusieurs fois plus faible.

La planète Mercure est un excellent d’un monde qui se tient pratiquement à la verticale, par rapport à son orbite autour du Soleil. En dehors du fait que la petite Mercure est si proche du Soleil, son angle d’inclinaison, ou « obliquité » comme on l’appelle plus proprement, en ferait un endroit très inconfortable pour les humains. S’il était possible de se tenir sur Mercure pendant une de ses très courtes années de quatre-vingt-huit jours, le Soleil se lèverait  à l’est chaque jour (ce qui équivaut à cinquante-huit jours terrestres) à l’équateur, et se coucherait à l’ouest.

Mercure a des températures équatoriales  qui maintiennent le plomb en ébullition, pourtant les sondes envoyées de la Terre ont montré que les régions polaires de Mercure sont constamment recouvertes de glace.

Donc, si la Terre était en mode vertical, la vie serait presque impossible sur une grande partie de la planète, avec des températures extrêmes ne fournissant qu’une  bande étroite adaptée à la survie de mammifères tels que les humains pour survivre. Même dans ce cas, les courants marins et aériens se déplaceraient sauvagement entre les zones chaudes et froides provoquant des conditions météorologiques catastrophiques avec des régions où les pluies seraient permanentes et d’autres où il ne pleuvrait pas du tout. Des ouragans et des tornades ravageraient de nombreuses régions et dans l’ensemble, il semble extrêmement improbable que des formes de vie supérieures puissent se développer sur une telle planète.

Considérons maintenant un autre scénario imaginaire  dans lequel la Terre est inclinée sur son axe à 90 degrés par rapport à son orbite autour du Soleil de sorte qu’un pôle fait face au Soleil à tout moment.

L’un des pôles, disons le pôle Sud serait en permanence dans la lumière du jour – bloqué pour toujours dans une position équivalente à midi un jour d’été en Afrique centrale. Le soleil brillerait directement au-dessus de nos têtes chaque minute de chaque jour ! Le pôle Nord, d’un autre côté, serait dans un état constant de minuit. En effet, tout l’hémisphère nord serait dans un état de nuit constante et le sud en jour constant. Le côté obscur de la planète ne se réchaufferait jamais et serait gelé avec des températures bien inférieures à celles que nous connaissons actuellement.

La région qui se trouve actuellement entre notre équateur et le tropique du Capricorne verrait le soleil tourner autour d’elle, bas sur l’horizon une fois par jour. A cause de l’angle de la lumière du soleil à travers l’atmosphère, très peu de chaleur passerait et la région entière serait couverte de glaciers et balayée par des tempêtes de neige descendant de l’hémisphère nord sombre. L’Antarctique serait totalement inhabitable, étant bien plus chaud que  n’importe où sur notre planète telle que nous la connaissons aujourd’hui. Seule la pointe sud de l’Amérique du du Sud, la Tasmanie, la Nouvelle-Zélande et peut-être la partie sud de l’Australie auraient des températures qui seraient dans une fourchette tolérable. Mais il est difficile d’imaginer  quel genre de temps terrible, une personne vivant là-bas aurait à endurer, avec des courants océaniques glacials venant du nord et des courants très chauds arrivant du sud.

Un état de brouillard permanent semble certain, qui bloquerait à son tour le soleil. Si la Terre tournait autour du Soleil dans l’un des deux modes que nous venons de décrire, il n’y aurait pas de saisons du tout et presque certainement aucune forme de vie supérieure.

Heureusement, nous avons des saisons, grâce au fait que la Terre est en fait à un angle d’environ 22,5 degrés par rapport à l’équateur du Soleil. Et cet angle est maintenu par la Lune, qui agit comme un gigantesque stabilisateur planétaire.

A cause de cette inclinaison, l’hémisphère nord connaît l’été lorsque la Terre est sur cette partie de son orbite qui l’incline davantage vers le Soleil. Par conséquent, le Soleil se lève plus haut dans le ciel et reste plus longtemps au-dessus de l’horizon, et les rayons du soleil frappent le sol plus directement. Inversement, lorsque l’hémisphère nord est orienté à l’opposé du Soleil, le Soleil ne s’élève que très bas dans le ciel, est au-dessus de l’horizon pendant une période plus courte, et les rayons du Soleil frappent le le sol de manière plus oblique.

S’il est vrai que les régions polaires extrêmes de la Terre sont gelées tout au long de l’année, l’angle d’inclinaison de 22,5 degrés garantit que la plupart des parties de la surface de la Terre reçoivent une part équitable de chaleur tout au long de l’année. Cela signifie que la grande majorité de l’eau à la surface de la planète reste à l’état liquide. Toute la vie dépend entièrement de l’eau et ne peut exister sans elle. La fourchette de températures à laquelle l’eau est liquide est vraiment très étroite. Les océans de la Terre gèleraient à environ 1,91°C, le point d’ébullition se produisant à 100°C.

La Terre est donc extrêmement bien équilibrée. La température la plus froide jamais enregistrée a été de -89,2°C (-128,6°F) à la station Vostok, en Antarctique, et la température la plus élevée a été de 58°C à El Azizia en Libye. Il s’agit d’une gamme d’extrêmes absolus de moins de 148°C, ce qui est très peu en termes de spectre entier. Le plus froid que l’on puisse atteindre est connu sous le nom de « zéro absolu » quand tout mouvement moléculaire s’arrête. Cela se produit à une température plutôt fraîche de -273,15°C (-459,67°F).

D’autre part, il n’y a pas de limite supérieure connue pour la température, mais la température la plus chaude dans notre système  solaire est le noyau du Soleil, qui atteint une température impressionnante de 15 000 000°C (27,000,000°F). La gamme de température normale sur Terre est telle qu’il y a très peu de parties du globe qui ne peuvent pas supporter la vie humaine. Nous avons une gamme normale de température corporelle se situe entre 36,1 et 37,8°C (97 à 100°F) et pourtant, les Inuits vivent heureux dans le cercle arctique  et les Bédouins parcourent les déserts d’Afrique du Nord.

La température moyenne de la planète fluctue légèrement autour de 14,5 °C. (58°F), ce qui est confortable pour le travail physique. Bien sûr, certaines personnes diront que le monde « est du à » cette température et que nous n’aurions pas comme nous l’avons fait s’il en était autrement – mais c’est une logique erronée. Nous pourrions tout aussi bien avoir évolué dans un monde où seule une petite partie de la planète étaient disponibles pour que nous les habitions. Aucune autre planète connue n’a une telle bande de température aussi étroite – et une gamme de température qui permet à l’eau d’être liquide la plupart du temps.

En fait l’eau est une substance tout à fait curieuse. Sur Terre, nous pouvons la voir en même temps dans ses trois états – comme de la glace solide, comme de l’eau liquide et comme un
gazeuse dans les nuages. Chaque molécule d’eau est composée de seulement deux atomes d’hydrogène et d’un atome d’oxygène et pourtant elle agit comme un solvant universel avec une forte tension superficielle élevée.

Peut-être que le plus surprenant de tout est comment sa densité change. L’eau a sa densité maximale à 4°C, ce qui signifie qu’elle ne devient pas seulement plus légère lorsqu’elle se réchauffe à partir de ce point, elle devient également plus légère lorsqu’elle refroidit. Comme tout le monde le sait, l’eau chaude s’élève sous forme de courants de convection mais il est également vrai que la glace flotte. D’autres planètes dans notre système solaire peuvent avoir de la glace ou de la vapeur mais seule la Terre est inondée d’eau liquide.

L’eau liquide a été absolument cruciale dans la création du monde que nous connaissons aujourd’hui et, pour autant que l’on sache, la vie ne peut exister sans elle. Aussi sûrement que la tectonique des plaques et le noyau chaud de la Terre crée constamment de nouvelles chaînes de montagnes, via les volcans et la poussée des montagnes lorsque les masses terrestres se rencontrent, ainsi l’eau est principalement responsable de les aplatir à nouveau. L’érosion constante effrite les roches au fur et à mesure que les montagnes vieillissent et l’eau, sous forme de pluie, de glace et de neige, en est la principale responsable. L’eau liquide, sous forme de ruisseaux et les rivières, disperse également la roche altérée, la transportant vers les plaines où elles sont distribuées sur des terres plus plates, apportant les nutriments nécessaires pour nourrir la vie. Encore plus de nutriments sont transportés par les rivières vers les océans où ils offrent la nourriture nécessaire aux plantes aquatiques qui se trouvent au bas de la chaîne alimentaire océanique.

Bien sûr, rien de tout cela ne serait possible si la grande majorité de l’eau sur la Terre n’était pas à l’état liquide. Seul deux pour cent de l’eau de la Terre est enfermée dans les glaciers et les calottes glaciaires. Avec seulement un petit changement de la température globale de la Terre,
ou une altération des cycles saisonniers, la nature de l’eau sur notre planète changerait. Comme nous l’avons vu, une inclinaison planétaire plus prononcée pourrait bien conduire à une congélation des océans. Ce qui entraînerait une perte globale de température à la surface de la planète, avec une congélation encore plus importante.

D’un autre côté, si la Terre n’était pas inclinée du tout, les régions équatoriales deviendraient insupportablement chaudes et les modèles météorologiques à travers la planète seraient radicalement changés. De plus, la biodiversité, dont les scientifiques sont maintenant certains d’avoir été si importante pour notre évolution, n’aurait jamais pu se développer dans un monde avec des zones de température plus polarisées. Il a donc été vital pour notre existence que l’inclinaison de la Terre a été maintenue à environ 22,5 degrés pendant une période de temps extrêmement longue, et pourtant, en gardant à l’esprit la composition de la planète, c’est une situation très improbable.

Vénus est la la planète la plus proche de la Terre et la plus similaire à la nôtre, mais elle s’est renversée dans le passé et d’autres planètes dans le système système solaire montrent des signes de variations de leur angle d’inclinaison à travers le temps. La Terre est très active intérieurement et hautement instable, pourtant, malgré quelques oscillations périodiques, elle garde le même angle par rapport au Soleil.

L’astronome Jacques Laskar, un directeur de recherche au Centre National de la Recherche Scientifique (CNRS) et responsable d’une équipe à l’Observatoire de Paris, ne doute pas que la Terre basculerait en effet,  sans la présence de la Lune !

Grâce à une modélisation informatique, Laskar a montré en 1993 que toutes les autres planètes semblables à la Terre (Mercure, Vénus et Mars) ont une obliquité très instable, qui, dans le cas de Mars par exemple, varie sauvagement dans le temps entre 0 degré et 60 degrés. Le même modèle informatique indique que dans le cas de la Terre, l’obliquité varierait encore plus, entre 0 et 85 degrés. – sans l’influence stabilisatrice de notre incroyablement grande Lune.

Personne ne sait avec certitude combien de temps il faudrait pour que l’obliquité de la Terre change significativement si la Lune n’exerçait pas une influence. Il y a un transfert constant d’énergie qui a lieu entre les deux corps, qui en plus de stabiliser l’obliquité de la Terre a aussi considérablement ralenti le taux de rotation de notre planète. Cette obliquité constante a fait de la Terre un creuset parfait pour la vie avancée en fournissant plusieurs millions d’années de stabilité pour que la vie se développe de sa forme la plus simple aux modèles complexes qu’elle  qu’elle adopte aujourd’hui.

Bien que la Terre soit significativement plus massive que la Lune, la Lune est tout de même un très grand corps. Les marées dans les océans, les mers et les lacs de la Terre sont provoquées par l’interaction gravitationnelle de la Terre, de la Lune et du Soleil. Les marées ont un effet sur la terre ferme ainsi que sur les les océans, mais cet effet ne peut être détecté que par des mesures minutieuses. Les marées solaires (le point de plus grande attraction gravitationnelle par le Soleil) sont espacées de douze heures mais comme la Lune se déplace également, les marées lunaires sont légèrement plus irrégulières, elles se produisent toutes les 12,42 heures en moyenne.

La hauteur des marées dans une partie particulière de l’océan dépend d’un certain nombre de facteurs tels que la forme des masses terrestres proches et la profondeur du fond marin. Dans certaines régions du monde, les marées semblent à peine élever le niveau de l’eau. C’est tout aussi bien pour certains endroits de faible altitude tels que les îles des Maldives dans l’océan Indien, car leur hauteur moyenne au-dessus du niveau de la mer est inférieure à un mètre. Sur d’autres endroits, comme la côte britannique, les marées peuvent avoir un écart énorme entre les hautes et basse mer.

La lune a une gravité suffisante pour attirer une masse d’eau des océans de la Terre les plus proches de sa position vers elle. Elle déforme aussi la Terre, créant un gonflement correspondant dans les océans de l’autre côté de la Terre. À cause de la rotation de la Terre, le renflement du côté de la Lune se déplace légèrement en avant de la Lune.

Les marées ne cesseraient pas si la Lune n’était pas présente car elles sont aussi créées par le Soleil. Cependant, elles seraient beaucoup plus faibles qu’elles ne le sont maintenant car bien que le Soleil soit massif et la Lune beaucoup plus petite, la Lune est extrêmement proche et le Soleil beaucoup plus éloigné.

C’est l’interaction des marées solaires et lunaires qui rend assez compliqué de prédire quand les marées se produiront et à quelle hauteur. Les plus grandes marées lunaires se produisent lorsque la Lune est soit en mode plein ou en mode nouveau, car à ces moments-là, elle est dans l’axe du Soleil et ses forces gravitationnelles s’ajoutent à celles du Soleil. Des marées beaucoup plus faibles se produisent lors du premier et dernier quartier de la Lune, lorsque la gravité de la Lune et du Soleil travaillent l’une contre l’autre.

La vie dans les marges de marée des des océans et des mers a évolué pour tirer profit des marées, que ce soit dans un sens quotidien ou ou mensuelles. Certaines espèces de crabes par exemple, pondent leurs œufs dans le sable à la la ligne des hautes eaux au moment de la pleine lune ou de la nouvelle lune afin qu’ils soient à l’abri des prédateurs marins pendant l’incubation. Il y a aussi beaucoup de créatures qui quittent l’océan à la marée haute la nuit pour fouiller dans les marges intertidales, avant de chercher la sécurité avec la prochaine marée haute.

De nombreux coquillages sont absolument dépendants du flux et du reflux des marées pour se nourrir et il a été démontré dans les années 1960 que les huîtres sont assez sensibles pour être conscientes de la position de la Lune, qu’elle soit au-dessus de leur tête ou du côté opposé de la planète. Les huîtres, qui n’ont évidemment pas d’yeux, ont été prises dans l’océan et placées dans des réservoirs dans les Montagnes Rocheuses où elles ont commencé à s’ouvrir et se fermer, comme elles l’auraient fait dans l’océan, s’il s’était étendu si loin à l’intérieur des terres. Parce que d’autres stimulus tels que le courant ou les vagues étaient absents, cela suggère qu’elles sont capables de ressentir d’infimes augmentations et diminutions de l’attraction gravitationnelle de la Lune et du Soleil.

Si les mollusques, nos très lointains cousins évolutionnaires, peuvent en quelque sorte sentir de tels mouvements astronomiques – alors il ne semble pas y avoir de raison pour que les humains ne seraient pas capables de faire de même. Cela pourrait indiquer la voie à suivre dans la recherche d’une possible cause des variations du comportement humain en fonction de la phase de la Lune.

Il n’est probablement pas trop surprenant que certaines créatures aient appris à exploiter les marées, qui sont minuscules de nos jours en comparaison avec le passé lointain quand la Lune était beaucoup plus proche de la Terre. Les forces énormes créées par une Lune très proche aurait généré beaucoup de chaleur et aurait même pu faire fondre des parties de la surface de la Terre. Cependant, cette phase n’a pas duré très longtemps car le transfert d’énergie qui favorise les marées fait aussi dériver la Lune de plus en plus loin de la Terre. Cela se produit parce que la Terre tourne autour de son propre axe plus rapidement que la Lune tourne autour de la Terre.

La rotation rapide signifie que la marée de la Terre devant la Lune, (voir figure 11) est toujours en avance sur la position de la Lune. Le bourrelet de marée exerce une traction sur la Lune et cela augmente l’énergie globale de la Lune. Pendant ce temps, la friction entre la surface de la Terre et
ses propres océans ralentissent en fait le taux de rotation de la Terre. Ce n’est pas beaucoup, mais cela représente environ 0,002 seconde par siècle.

Le résultat final de cette danse sera que la Lune va continuer à s’éloigner de la Terre jusqu’à ce qu’une situation d’équilibre soit atteint, ce qui devrait arriver dans environ 15 milliards d’années. La Lune sera alors 1,6 fois plus éloignée de la Terre qu’elle ne l’est aujourd’hui et la Terre aura un jour solaire égal à l’orbite de la Lune,  qui sera alors de cinquante-cinq jours. Cependant, nous ne devons pas perdre trop de sommeil à propos de cette éventualité car le Soleil sera devenu une géante rouge environ un milliard d’années avant cela, et à ce moment-là, la Terre aura cessé d’exister de toute façon.

Quand la Terre tourne, elle emporte les bourrelets de marée avec elle, mais à cause de la gravité de la Lune, l’eau dans les renflements essaient de voyager dans la direction opposée. En conséquence, les vagues s’échouent sur le fond des océans et sur les bords de mer, causant une friction. La friction ralentit la Terre et l’énergie est transmise à la Lune, quiréagit en accélérant. Ainsi, les lois de la physiques dictent que son orbite doit s’élargir.

Sur d’énormes périodes de temps, la relation entre la Terre et la Lune change, donc nous nous retrouvons à vivre dans ce qui équivaut à un « minuscule instantané » de la situation globale.

Actuellement, la Lune met 27,322 jours pour faire le tour de la Terre, et parce que la Terre tourne également autour du Soleil, les pleines et les nouvelles lunes sont régies par un cycle légèrement plus long qui dure 29,53 jours.  Ces chiffres ont été significativement différents dans le passé et seront encore différents encore dans le futur, mais les changements sont très lents et, selon la NASA, la Lune s’éloigne de la Terre d’environ 3,8 cm par an.

C’est peut-être aussi bien qu’un soleil en expansion nous rattrapera avant que que la Lune n’atteigne sa position finale par rapport à la Terre. Au moment où la Lune et la Terre atteignent leur position finale, la Lune sera trop éloignée pour exercer une influence suffisante sur notre planète pour maintenir son obliquité stable. En gardant à l’esprit l’instabilité du noyau terrestre de la Terre, cela signifierait presque certainement des changements rapides et peut-être catastrophiques à la fois dans l’obliquité et le climat.

Neil F Comins, professeur de physique et d’astronomie à l’Université du Maine, a écrit sur les conséquences si la Lune n’existait pas. Il explique que la Terre tournerait si vite qu’un jour prendrait seulement huit heures et la vie complexe n’existerait pas encore. Si des formes de vie supérieures parviennent finalement à évoluer, ces créatures seraient très différentes de nous sans, par exemple, aucune communication par la parole.

Une chose est sûre alors : pas de Lune signifie pas d’humains !

A suivre …

Lire tous les chapitres du livre Qui a construit la Lune ?


Que pensez-vous de cet article ? Partagez autant que possible. L'info doit circuler.



Veuillez aider à soutenir les médias alternatifs. Nous suivons la vérité, où qu'elle mène. Merci


ELISHEAN 777 Communauté pour un Nouveau Monde

(Vu 265 fois, 1 visites aujourd'hui)

Laisser un commentaire