Secrets révélés

Pyramides de MONTAUK (4) L’enquête est en cours

Traduction du livre de B. PRESTON NICHOLS et PETER MOON

SOMMAIRE

Les titres en rouge sont ceux traduits dans cet article.

• Préface
• Dédicace
• Introduction

Partie I par Peter Moon
Un – Retour à Montauk
Deux – Une question de propriété
Trois – Le procès de Montauk
Quatre – L’enquête est en cours
Cinq – Pyramides découvertes
Six – lacunes procédurales dans le processus de Montauk
Sept – La racine des Montauks
Huit – L’acte est découvert
Neuf – Le chaman de Montauks
Dix – L’elfe de la baie des tortues
Onze – Montauk et la grille
Douze – Les écoles de mystère
Treize – Le champ morphogénétique
Quatorze – Le Pharaons d’Écosse
Quinze – Le pharaon et la connaissance de l’antiquité
Seize – Tahuti
Dix-sept – Une histoire de Mars
Dix-huit – L’héritage martien
Dix-neuf – Sagesse perdue
Vingt – Phrases pour les catholiques
Vingt – Une brève histoire
Vingt-deux – L’heure la plus sombre des nazis
Vingt-trois – Ian Fleming et la connexion britannique
Vingt-quatre – Définition de Montauk
Vingt-cinq – Les prêtres de Montauk
Vingt-six – Le Livre des Lois
Vingt-sept – Les Siriens
Vingt-huit – Est un Dieu pour vivre dans un chien?
Vingt-neuf – Babalon
Trente – Requiem

Partie II de Preston B. Nichols
Introduction à la partie II
Trente et un – Le sous-sol de Montauk
Trente-deux – La zone mystérieuse
Trente-trois – Les garçons de Montauk
Trente-quatre – La transmission de Montauk
Trente-cinq – L’accélérateur de particules
Trente-six – La chronologie
Épilogue

CHAPITRE QUATRE : L’ENQUÊTE EST EN COURS

Je me suis ouvert pour trouver la réponse à l’énigme de la propriété de Montauk et j’ai cherché dans l’index du New York Times. Malheureusement, le journal local Newsday n’est pas indexé, ce qui complique énormément l’enquête.

²

J’ai rapidement découvert que le 6 février 1984, à la page B4 du Times, une annonce est apparue – c’était ce qui concernait le site de Camp Hero. Il était annoncé que le 8 février 1984, lors d’une vente aux enchères publique, un terrain de 278 acres (environ 1,125 km²) situé à Montauk Point, serait vendu par la General Services Administration (gestion des services généraux), une institution fédérale.

Il a été mentionné qu’il y avait autrefois une station de l’armée de l’air américaine (Air Force Base). L’affichage avait été abandonné par Judith Hope, le gestionnaire de la ville d’East Hampton et elle a averti le fait que la vente par la GSA était illégale parce qu’il la Loi sur la politique nationale de l’environnement (National Environmental Protection Act, USC 4321, et seq), la Loi sur la gestion des zones côtières (Coastal Zone Management Act, 16 USC 145l / et seq) et d’autres lois qui s’appliquent à la conduite de l’application fédérale, étaient contraire à ce procédé.

L’annonce a continué à partir de ce qu’avait décidé la municipalité de East Hampton à l’unanimité le 6 Janvier 1984 sur la base d’un transfert, par le peuple et le gouvernement de l’État de New York, à  l’autorité de la ville, l’ensemble de la parcelle en question, qui par la GSA devrait être vendue pour libérer son « utilisation par le public en qualité un parc et de préservation » Cette approche était fondée sur les principes solides de la conservation des ressources naturelles et de la planification communautaire, et était nécessaire pour protéger la santé générale, la sécurité et le bien-être de la population. Cette loi sur l’urbanisme d’East Hampton (section 153-17A) autorise pour ces terrains zonés, uniquement les types d’utilisation suivants à :

  • Terrains de golf et courts de tennis
  • Réserves de chasse et de conservation Parcs
  • Zones de loisirs et de conservation des plages.
  • Bâtiments, qui sont généralement associés aux activités ci-dessus en connexion tels que les maisons de club, bâtiment administratif et d’entretien.

« Les conseillers juridiques estiment que sur la parcelle correspondante, tant qu’elle est zonée de cette façon, aucune maison, hôtels, motels, condominiums, appartements ou autres bâtiment résidentiels, bâtiments commerciaux ou industriels, ne peuvent servir les utilisations ou les installations de toute nature légalement créé ou maintenu, à quiconque « -.

Ensuite, il a été dans l’affichage que l’intention était d’empêcher la vente de Air Force Station et de maintenir le zonage de la propriété. Nous devons nous demander si quelqu’un a changé le zonage pour permettre la construction d’une station radar !

Également, le 6 février, Lindsey Gruson a écrit un rapport spécial dans le New York Times intitulé « Des fonctionnaires essaient de protéger un complot américain », et dit « ils veulent créer une base militaire déguisée du département de la guerre dans ce chef lieu d’un pays isolé et vulnérable (à Montauk) tel un village de pêcheurs pittoresque, alors qu’aucun ennemi n’avait jamais essayé d’y arriver par voie terrestre. « 

Apparemment, il n’a pas lu les différents rapports qui affirment que des nazis ont débarqué à Montauk. Il n’a pas non plus noté que peut-être le plus grand ennemi de l’humanité s’est justement retranché dans la base de Montauk elle-même.

L’article précisait en outre que la station radar avait été fermée trois ans plus tôt, et que la zone avait été déclarée excédentaire. « Le président Reagan, en proie à des soucis de déficit budgétaire, a donné instruction au gouvernement, il y a deux ans, de ne plus vendre de terrains pour lever des fonds afin de réduire la dette fédérale. Plus tôt, il a été laissé aux États pour un montant symbolique État inutilisé, à condition que le terrain a été que les parcs et autres installations publiques utilisées. « 


Fait intéressant, il n’y avait à nouveau aucune indication qui devrait être utilisé en fonction du radar. Le superviseur de la ville Tony Bullock, comme cela a été cité, a apparemment dit que « le parc et le zonage de protection du paysage est très restrictif. Il y a des arbres et des fleurs autorisés, c’est à peu près tout ». Presque tous les fonctionnaires à tous les niveaux du gouvernement ont combattu la tentative de la GSA, de vendre la propriété.

Le 7 février, le New York Times a indiqué au juge Leonard D. Wexler du tribunal de district que la vente de l’ancienne base aérienne de Montauk Point, par le gouvernement, est bloquée pour le moment. Il a émis une injonction préliminaire, qui a permis au gouvernement d’accepter, lors des enchères, des offres pour la propriété, mais qu’aucune vente ne devrait être conclue avant qu’une audience n’ait eu lieu devant le tribunal.

Le lendemain, le Times a publié un autre article sur la base. Apparemment, l’avocat Jack Weprin avait fait à Manhattan pour le compte de Joshua Sundance Inc. une offre de 1,9 million de dollars américains. Weprin n’a pas dit ce qu’il voulait faire de la terre. Un porte-parole de la GSA a déclaré que l’enchère de vingt minutes aurait produit deux soumissionnaires actifs.

Le 12 février, Jane Periez écrit un rapport pour le Times, qui confirme que le ministre de l’Intérieur William P. Clark est intervenu dans la discussion. Il a pris l’attitude de la ville de Westhampton et a écrit à la GSA qu’il estimait que le terrain devait rester propriété de l’État de New York.

Selon son plan, le terrain connu sous le nom de Camp Hero, le parc d’État de Montauk, serait annexé, à titre de compensation d’environ 5 000 mètres carrés, ce qui attribuerait (la zone de plage de National Fire Iceland) du Fire Iceland National Seashore, donc un échange de terrain.

Fait intéressant, sa lettre a été distribuée exactement la veille de la vente aux enchères à la GSA. Il semble que les responsables de tous bords essaient dans une tentative désespérée d’éviter que par ce complot le terrain ne tombe entre des mains privées. Même le sénateur Patrick Moynihan était actif sur le sujet. Il a souligné à la GSA sur une loi qui lui permet d’échanger l’état de base sans frais, à condition que le terrain soit utilisé comme un parc.

Le premier mai, un autre article de Mme Periez dans lequel il était dit que les sénateurs Moynihan et Alfonse D’Amato avaient introduit un projet de loi additif au Sénat, sur l’échange de terres de l’État appartenant à la zone de Montauk pour les 5.000 m² de terrain de l’État sur la plage de Fire Island semblait envisagé. Le ministre de l’Intérieur, William P. Clark, voulait que la GSA du pays soit envoyé à son département afin qu’il puisse la transmettre à l’État de New York. Le juge Wexler a empêché cela jusqu’à ce qu’il ait décidé si la tentative de l’autorité de l’État (GSA) de vendre le terrain était illégale ou non.

Dans Newsday, Laura Durkin a écrit le 4 juillet 1984 que le Congrès aurait adopté un projet de loi fiscale prévoyant également l’échange de terres décrit précédemment. Le porte-parole du CSA, Paul Costello, avait apparemment déclaré que la loi sur les impôts « aurait clairement exprimé que l’utilisation la plus élevée et la meilleure des terres qui étaient comme parcs et zones de loisirs. Rendez donc l’ensemble des 1.125 km² au département du ministère de l’Intérieur et de là à l’État de New York. »

Tout le monde semblait ravi que ce précieux morceau d’environnement n’irait pas à un agent immobilier opportuniste.

Dans la même semaine, le New York Times a écrit, que l’échange de terres est terminé et le mercredi suivant, une cérémonie officielle célébrerait l’échange dans la région de Montauk.

L’aspect le plus surprenant de cette recherche a été que je n’ai pas pu trouver un article dans le New York Times ou dans Newsday, qui ait mentionné cette cérémonie. Les journaux prospèrent sur de telles histoires, et on aurait pu s’attendre à un excellent article. Mais il n’y avait aucune mention. Les officiels étaient-ils entrés dans une distorsion temporelle? La passation avait-t-elle déjà eu lieu?

L’article de loi mentionnait explicitement (selon le porte-parole de la GSA) que le transfert vers l’Etat de New York devait être effectué par le Department of Home Affairs. Je ne connaissais pas le libellé exact de l’article, mais après tout, d’après ce que j’avais lu, le complot pouvait encore être entre les mains du ministère de l’Intérieur. On se demande si tous les communiqués de presse ont été falsifiés.

Je ne tarderai pas à voir que toute cette affaire pour la possession du terrain, s’étendait bien plus profondément, car il y avait encore quelqu’un qui se tenait derrière la revendication territoriale sur laquelle la base aérienne de Montauk était située.

CHAPITRE CINQ : PYRAMIDES DÉCOUVERTES

Alors que Preston et Duncan avaient été déclarés innocents au cours du procès de Montauk, j’étais sur le point de terminer le manuscrit du livre. Avant de mettre le point final, je voulais aller à la bibliothèque publique, vérifier à nouveau la définition exacte du mot « Montauk ». J’espérais pénétrer très profondément dans la signification du mot et faire sortir un lapin de mon chapeau.

À ma grande surprise et fascination, j’ai trouvé ce que j’ai trouvé et j’ai passé tout l’après-midi à la bibliothèque publique. La signification la plus largement acceptée de « Montauk » vient du Dr JH Trumbull, un éminent chercheurs algonquins (parmi les Indiens Montauk de la tribu des Algonquins), le  nom « manatuck » a été accepté comme étant la racine de nom Montauk, et il a été souvent utilisé comme un terme pour décrire une colline ou un terrain vallonné avec la signification de « un endroit lointain pour voir (ou être vu) » ou « un point observation » .

Bien qu’il s’agisse de la version la plus acceptée, personne ne nierait que le mot a quelque chose de fiable. Du point de vue de la légende, Montauk serait « un point observation » dont le sens prend en compte le fait de « regarder à travers la fenêtre du temps ».

Mais le plus fascinant n’est pas tant la définition de « Montauk », mais plutôt les informations que j’ai découvertes au cours de mes recherches.

Dans le département de référence de « Long Iceland », j’ai vu un livre épais. Le nom de l’auteur était « Wilson ». Je l’ai sorti et le titre était « Long Island historique » par Rufus Rockwell Wilson, il n’avait pas d’index et la table des matières n’aidait pas beaucoup plus. Mais j’ai trouvé une liste de photos, et c’était « Les pyramides de  Montauk ». J’ai ouvert la page 317 et j’ai trouvé une photo d’une colline en forme de pyramide, qui mesurait environ vingt pieds.

Un homme se tient devant. En arrière-plan on peut en voir deux autres qui semblent être aussi des collines. Étrangement, je n’ai trouvé aucune autre mention des pyramides ou de Montauk dans tout le livre ! Le livre a été publié en 1911, nous savons donc que les enregistrements doivent être un peu plus anciens. Je n’avais jamais entendu parler de ces pyramides ou de ces collines.

Je vais m’y attarder plus en détail plus tard, mais je veux d’abord poursuivre le processus de découverte au cours de mes recherches à la bibliothèque.

Ensuite, j’ai découvert que le dialecte des Indiens Montauk avait été perdu. Selon un rapport, un certain George Pharoah aurait été la dernière personne à l’avoir parlé. Il avait été le Sachem ou chef des Montauks et en 1798 il avait parlé dans sa langue maternelle avec John Lion Gardiner.

Il semble que si le nom « Pharoah » a une longue et importante tradition dans l’histoire de Montauks. La famille Pharoah était liée au chef (chef) Wyandanch, qui était connu comme le plus grand de tous les chefs, et le nom Pharoah apparaît sur de nombreux documents liés à la terre de Haendel.

Depuis son arrivée, l’homme blanc avait pactisé avec Montauk. Il y avait aussi un célèbre Montauk nommé Stephen « Talkhouse » Pharaoh. Il était un descendant de George Pharoah et parlait une langue plus ancienne que l’anglais. PT Barnum l’avait même un temps engagé pour son cirque comme « Roi des Montauks ».

Il est intéressant de noter qu’il avait été engagé durant son enfance comme serviteur du Colonel William Parsons. Parsons était considéré par certains comme un malfaisant notoire et avait été accusé d’avoir réduit en esclavage les Indiens Montauk. Malheureusement, je ne peux pas trouver d’autres informations à son sujet.


Ensuite, nous devons vraiment nous demander ce que tout cela signifiait. Tout à coup arrivent les Grandes Pyramides de Montauk dans mes recherches. Les Pharaons apparaissent ensuite. Cela ne suggère un lien logique avec l’Egypte.

Que Stephen Pharoah et les Indiens de Montauk aient été « asservis » par un homme nommé Parsons est très ironique, vu que Jack Parsons est lié aux histoires de Montauk. De toute évidence, beaucoup de synchronicités était liée à Montauk et connectées dune manière que l’on pourrait logiquement expliquer.

Mais à ce stade, je ne venais de voir que le sommet de l’iceberg, et comme je continuait mes recherches dans la bibliothèque, je suis tombé sur Thomas Jefferson (le même qui a servi en tant que président). Il s’était intéressé pendant un temps à la langue originale des Indiens Montauk et voulait sauver cette langue en danger. La chose était assez importante pour qu’il entreprenne un long voyage jusqu’à Montauk dans l’espoir de pouvoir la sauver sur place.

Jefferson a écrit que seules trois vieilles femmes pouvaient parler la langue. Il a noté avec diligence le vocabulaire et l’alphabet et a même préparé une sorte de dictionnaire. Ce n’était pas un travail de fond, mais vu les circonstances, on a dit qu’il n’y était pas allé de main morte.

J’étais curieux de savoir ce qui aurait bien pu faire bouger Jefferson pour s’attaquer à une tâche aussi inhabituelle que l’enregistrement de cette langue, puis je me suis souvenu qu’il avait été franc-maçon et donc qu’une raison cachée devait être présente, dont on ne parle pas forcément. Puis j’ai lu qu’il affirmait avoir perdu la majeure partie de la langue Montauk autour de la rivière Potomac. Seule une petite partie n’a pas été perdue. S’il avait déjà été si important pour lui de faire le long voyage jusqu’à Long Iceland, pourquoi ne l’a-t-il pas recommencé ?

Ensuite, je suis allé poser mes questions à un ami qui semblait en savoir beaucoup plus qu’il ne devrait sur Montauk. Il m’avait dit que la véritable histoire de Montauk serait encore plus bizarre qu’on pouvait  l’imaginer… Je lui ai parlé des pyramides. « Finalement, tu approches de la vérité sur Montauk », a-t-il dit. Puis je lui ai dit ce que j’avais découvert sur Thomas Jefferson et son intérêt pour la langue des Montauks. Il m’a dit que la langue des Montauks était connue sous le nom de « Vril », une ancienne langue atlante. Selon lui, il s’agirait d’une version ultérieure d’une langue beaucoup plus ancienne, la langue des anges, qui aurait été appelée « Enochisch » (Enochien).

(Généralement le « Vril » est compris comme une sorte d’énergie psychique. Selon Madame Blavatsky, les Atlantes l’appelaient MASH-MAK. C’est une approche phonétique approximative du mot « Montauk ».

La première mention du « Vril », qui m’est connue à l’heure actuelle, se trouve dans le livre de Bulwer-Lytton « The Coming Race », qui a été utilisé plus tard dans la propagande nazie. Bien que nous sachions que l’Enochien a sa propre grammaire et syntaxe, c’est encore une langue cachée et il serait probablement très difficile d’apporter quelque chose à son sujet dans l’expérience. Le « Vril » se serait apparemment développé à partir de l’énochien, mais il est encore moins accessible).

 » Comment vous le savez que c’était le Vril ? « , ai-je demandé à Kenn. « Je le sais tout simplement », fut sa réponse.

Ma question suivante concernait le nom de Pharoah. Pourquoi les Indiens de Montauk avaient-ils des chefs nommés Pharoah, et pourquoi ce nom apparaissait-il de façon si évidente dans leur histoire? Il m’a dit que seulement deux civilisations avaient utilisé le nom « Pharoah » sur la planète Terre.  L’Égypte était la première, c’est facile. « Quelle est la seconde ? » ai-je demandé.
« Cela devrait être clair pour vous, » répondit-il. « L’Atlantide ? «  ai-je demandé.  il m’a dit « oui, c’est ça. »

Maintenant, tout a soudainement commencé à avoir du sens, et j’insiste sur le mot  » commencer « , car  Il y a encore bien plus dans le scénario. Je lui ai demandé s’il pouvait m’en dire plus sur les pyramides. Il a dit qu’autrefois un certain nombre de petites pyramides se trouvaient à l’extérieur de Montauk.  Apparemment, elles étaient blanches et avaient été construites avec des éléments ressemblant à des briques. Il a dit qu’elles avaient été recouvertes, ou peut-être qu’elles se trouvaient dans un souterrain, mais il n’était pas sûr que la colline de pyramides, que j’avais découverte dans le livre, ait été la même.

A Montauk, j’ai parlé à mon ami John. Son père avait été responsable dans les années 1940, pour le compte des garde-côtes, du phare de Montauk (le Montauk Lighthouse). Je lui ai demandé s’il avait déjà entendu parler des pyramides. Il m’a répondu que son professeur avait fait faire à la classe de 1943 une excursion dans un champ, où se trouvaient autrefois les collines indiennes. Puisque la photographie a été prise dans le livre avant 1911, il semble que les pyramides aient été détruites quelque temps entre ces deux dates. Les militaires (à l’époque de la Première Guerre mondiale) avaient été désignés comme coupables, mais nous n’en savons pas plus.

Plus précisément, je ne trouve personne qui sache exactement où se trouvaient les pyramides.

Mon appel suivant a été pour Madame X. C’est une dame qui a également été mentionnée à Montauk, affirmant que les écoles de mystère ont été observées pendant un certain temps comme point d’énergie planétaire de Montauk. Je lui ai parlé des pyramides et elle m’a dit qu’elle ne serait pas surprise le moins du monde. Au contraire, tout cela a un sens. « A moitié ? » ai-je demandé. « Tu ne le vois pas ? » fut sa réponse.

Je ne savais pas où elle voulait en venir et lui ai demandé de s’exprimer plus clairement. « Où d’autre savez-vous qu’il y a des pyramides ? » m’a-t-elle demandé. « Sur Mars », ai-je répondu. « Exactement. » Cela m’a rappelé une conversation qu’on avait eue six mois plus tôt, au cours de laquelle elle avait parlé du lien entre Mars et Montauk.

À l’époque, elle n’a pas voulu s’étendre sur le sujet. Je devais le découvrir par moi-même. Cependant, Madame X me dit maintenant clairement que l’Atlantide, Mars et Montauk sont très étroitement liés. Elle a même jeté l’Égypte dans la soupe alchimique qu’elle a essayé de me faire ingurgiter.

Ce qu’elle a déclaré en gros, c’est que tous ces lieux, ainsi que d’autres endroits où se trouvent des pyramides et d’autres structures géométriques, font partie d’une structure en treillis. Cette idée n’est pas nouvelle et j’en avais déjà entendu différentes versions, mais aucune n’était facile à comprendre en termes de fonction. J’ai donc commencé ce domaine d’étude d’un point de vue fonctionnel.

Le moyen le plus simple pour ceux qui ne sont pas encore connus, l’idée d’une grille pour comprendre la matière qui est l’équivalent mythologique d’Atlas, le Titan grec qui porte la terre sur ses épaules. Atlas était le fils d’Uranus (dieu de la chambre ou du ciel) et le frère de Cronos (dieu du temps). Il est plus qu’ironique qu’une série de cartes s’appelle « Atlas »….

L’histoire qu’il porte le globe sur ses épaules, est une métaphore de l’idée que notre planète est soutenue dans l’espace et le temps par une série de lignes de grille. La grille est un réseau de formes géométriques tridimensionnelles qui servent de structure squelettique de la planète, qui peut être envisagée comme les os qui maintiennent la matière .

Selon la mythologie grecque, Atlas était le père des Pléiades, également connues sous le nom de « Sept Sœurs » et qui apparaissent dans les légendes de la création des tribus les plus primitives. Par exemple, beaucoup croient que les Indiens descendent des Pléiades. Tout cela est important car cela signifie qu’Atlas est plus ancien que les étoiles et que le système de grille géométrique qui supporte la terre s’étend dans le système solaire, puis dans la galaxie et dans tout l’espace et le temps.

On peut obtenir le réseau introduit comme modèle pour la création, c’est une essence stellaire ou divine utilisée pour créer une planète ou toute autre chose. Une si grande création doit juste être piégée à différents points et est déjà un écosystème très complexe avant que l’équation de la vie biologique ne soit attachée.

C’est ce qu’on appelle un champ morphogénétique, car il tourne constamment dans différentes directions et change constamment. « Morph » signifie changement et « génétique » fait référence au fait que notre univers tel que nous le connaissons a été généré.

Vouloir retracer ce gigantesque mouvement de l’existence est un défi extrême. Les Mayas y étaient arrivés avec succès. Malheureusement, la plupart des études sur ce domaine ne sont pas très claires et peuvent demander de réclamer plus de sens.

Alors que la terre tourne autour du soleil, les lignes de grille de la terre se déplacent à des vitesses différentes, mais elles sont toutes incluses à la fin du même système. Du point de vue humain, nous pouvons essayer de comprendre le système par au moins deux méthodes. La première passe par les mathématiques, qui incluraient une ventilation complète des points les plus fins de la grille. Mais cela dépasse largement le cadre de ce travail.

La deuxième méthode serait par conformité et résonance, ce qui inclurait certainement la synchronicité. Cette deuxième méthode contiendrait également des relations mathématiques simples, mais n’irait pas jusqu’à essayer d’expliquer chaque dernière manifestation (ce que doit nécessairement faire la première méthode). Nous en discuterons plus tard dans le livre et verrons ça d’un peu plus près.

Le fait qu’il existait autrefois des pyramides à Montauk, montre que l’endroit avait été reconnu comme un point clé de la grille.

Cela seul suggère déjà une relation avec Mars et l’Egypte. Il y a aussi la légende des pyramides au fond de l’Atlantique, là où repose maintenant le continent englouti. Le nom « Atlantic » vient de « Atlas », vraisemblablement parce que les anciens Atlantes utilisaient le réseau énergétique de la terre pour conduire leurs différents véhicules.

Le matériel d’Edgar Cayce parle de ce sujet, ainsi que de la culture atlante en Égypte où ils se sont installés. Fondamentalement, on pense que tout ce que l’Égypte a à offrir provient de l’Atlantide.

La Grande Pyramide est liée à Montauk.  Lorsqu’on représente la terre comme un dodécaèdre (un polyèdre avec douze sites pentagonaux), alors il y a une correspondance directe, purement géométrique. Il peut en outre être intéressant que sur le même latitude de Montauk on a le mont Olympe en Grèce et la ville mythique de Troie dans la Turquie moderne, en Asie Mineure. Troie est située au nord du Caire et était censée être à son apogée, lorsque l’Atlantide venait d’être engloutie.

Les descendants de la famille Pharoah faisaient apparemment partie d’un grand puzzle et était une pièce importante du puzzle. J’ai continué ma recherche dans la bibliothèque en essayant de comprendre comment ils sont arrivés à ce nom particulier. J’ai constaté qu’aux colons blancs, les indigènes répondaient souvent par des noms glorieux comme « roi » afin de les apaiser, mais dans le cas des Montauks ce n’était pas le cas.

Il n’y avait aucun document indiquant que le Sachem Wyandanch avait été couronné par les colons en tant que Pharaon, et apparemment il n’avait pas lui-même utilisé ce nom. Plus tard, le nom est apparu dans les registres de transfert, ses origines exactes sont (pour l’instant en tout cas) inconnues.

Mais l’histoire Montauks montrent qu’il y avait eu à plusieurs reprises des conflits sur la propriété foncière dans le contexte de la famille Pharoah. À ma grande surprise, cela s’appliquait également à la terre qui devint plus tard connue sous le nom de Camp Hero. Il s’avère que la base aérienne de Montauk a été créée sur un sol sacré amérindien !

Cela a donné une nouvelle direction à toute la situation, mais il y avait un autre problème.

La Cour suprême de l’État de New York avait déclaré au tournant du siècle que les Indiens Montauk s’étaient éteints. Alors bien sûr j’ai traité plus à fond cette affaire et découvert un drame humain que le mystère autour de Montauk n’a fait qu’approfondir.

A suivre…

Voir tous les chapitres du livre: Pyramides de MONTAUK


Que pensez-vous de cet article ? Partagez autant que possible. L'info doit circuler.

Veuillez aider à soutenir les médias alternatifs. Nous suivons la vérité, où qu'elle mène. Merci



ELISHEAN 777 Communauté pour un Nouveau Monde

(Vu 281 fois, 1 visites aujourd'hui)

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page