Secrets révélés

Qui a construit la Lune ? (2) La science des anciens

Traduction du livre de Christopher Knight et Alan Butler

Knight et Butler ont découvert que la Lune possède peu ou pas de métaux lourds et n’a pas de noyau, ce qui ne devrait pas être possible. Leur conclusion convaincante : si la vie supérieure ne s’est développée sur Terre que parce que la Lune est exactement ce qu’elle est et où elle se trouve, il devient déraisonnable de s’accrocher à l’idée que la Lune est un objet naturel.

Chapitre 2 : La science des anciens

L’important est de ne pas s’arrêter de questionner. La curiosité a sa propre raison d’être. – Albert Einstein

Au début des années 1930, un jeune ingénieur écossais a remarqué que plusieurs des sites mégalithiques préhistoriques, largement ignorés,  près de chez lui, semblaient comporter des alignements lunaires. Il a décidé d’étudier certains de ces sites et il a commencé un processus d’arpentage minutieux qui devait finalement l’amener à faire une découverte d’une importance stupéfiante.

En tant que jeune ingénieur à l’université de Glasgow, Alexander Thom a visité un certain nombre de structures préhistoriques en pierre près de sa maison en Ecosse au début des années 1930. Il s’est émerveillé de la grandeur et était admiratif de la façon dont tant de ces pierres géantes avaient survécu  à l’usure du temps pendant plus de 5 000 ans,  ainsi qu’à la résistance aux tendances voleuses des constructeurs de fermes et de routes à travers des dizaines de siècles.

Alors qu’il contemplait les différents sites, il se demandait à quoi ils servaient et regardait l’horizon, il pouvait imaginer comment les pierres ont pu être utilisées comme visée pour l’astronomie. Quand il a vérifié les points de lever et de coucher du Soleil et de la  Lune au cours de l’année, son intuition semblait se confirmer.


Sa première étude s’est réalisée sur un site connu sous le nom de Callanish, sur l’île de Lewis dans les Hébrides, au large de la côte ouest de l’Écosse. Ce complexe de pierres dressées a révélé de nombreux alignements astronomiques et est aujourd’hui souvent désigné comme un « temple lunaire ». Thom a ensuite commencé à arpenter soigneusement les structures dites mégalithiques (le mot signifie pierres géantes) qui sont éparpillées dans la campagne depuis les îles au large du nord de l’Écosse, jusqu’à la région française de la Bretagne.

En cours de route, il est devenu un professeur d’ingénierie très respecté à l’Université d’Oxford jusqu’à sa retraite en 1961.

Thom a rapidement réalisé que ces bâtisseurs préhistoriques étaient des ingénieurs comme lui et qu’ils avaient une connaissance étonnamment sophistiquée de la géométrie et de l’astronomie. L’approche adoptée par cet ingénieur talentueux était d’évaluer ce pour quoi le site avait été conçu – et de le redessiner lui-même. Il a rapidement développé une empathie avec les constructeurs de l’âge de pierre, ce qui lui a donné un réel aperçu de l’objectif de chaque site qui aurait  peut-être été négligé par un archéologue conventionnel.


Une fois qu’il a eu une image dans son esprit de ce qu’il pensait avoir été leur plan, il est parti pour créer sa propre solution au problème supposé. Après avoir dessiné son propre plan, il est ensuite revenu pour comparer la disposition du site à son propre plan. Grâce à ce processus, il pouvait prédire l’emplacement des pierres manquantes et, après une inspection plus approfondie, il révéla plus généralement ce qui confirmait sa théorie.

Thom a développé une nouvelle technique statistique pour établir les positions relatives des pierres et, au fil du temps, quelque chose de spectaculairement inhabituel a émergé des données accumulées. Ces bâtisseurs préhistoriques n’avaient pas transporté d’énormes pierres dans tous les sens ; ils avaient fabriqué ces structures en travaillant avec une unité de mesure standard sur une immense zone de milliers de kilomètres carrés de ce qui était alors une forêt dense et des landes stériles.

C’était étonnant que ces peuples soi-disant primitifs aient pu avoir une convention « internationale » pour une unité de longueur, mais le mystère s’épaissit parce que Thom a finalement été capable de décrire la précision suprême d’une unité qu’il a appelé le mètre mégalithique. Il ne s’agissait pas d’une mesure approximative prise à partir des pas ou des parties du corps ; elle était égale à 2,722 pieds +/- 0,002 pieds (82,96656cm +/- 0,061cm).

Thom a également pu démontrer que l’unité était fréquemment utilisée sous sa forme double et demi, et qu’elle était également décomposée en quarante sous-unités utilisées dans les travaux de conception, qu’il a désignées sous le nom de « pouces mégalithiques ».


La plupart des archéologues ont réfuté cette découverte en se basant sur le fait que l’idée qu’une unité de mesure plus précise qu’un qu’un ruban à mesurer moderne était absurde. Thom a admis qu’il ne pouvait pas suggérer comment cela aurait pu être réalisé, mais il s’en tenait à sa preuve qui disait simplement que cela « avait » été fait.

Dans notre précédent livre, Civilization One, nous avons décrit comment nous avons entrepris d’enquêter sur le concept de mesure mégalithique. Notre hypothèse initiale était que si l’unité n’était pas une erreur d’analyse de  Thom, elle devrait logiquement avoir deux propriétés :

1. Elle doit avoir une origine dans quelque chose de significatif, plutôt  qu’une simple abstraction qui a été adoptée par tout le monde.

2. Il doit avoir un moyen de reproduction qui pourrait être utilisé par toute personne sans référence à aucune sorte de norme de mesure standard, qui aurait été difficile à fabriquer et impossible de garder précis à travers les siècles.

Nous avons réalisé que notre hypothèse pouvait être erronée sur un ou deux points, mais  il s’est avéré que nous avions raison sur les deux. Thom n’avait pas fait d’erreur.

Comme nous le décrivons dans Civilisation One, la mesure mégalithique est une unité géodésique intégrale (elle a une relation avec un nombre entier) relative à la circonférence polaire de la Terre.

Nous avons découvert que ces premiers constructeurs mégalithiques considéraient un cercle  comme ayant 366 degrés plutôt que les 360 degrés que nous utilisons aujourd’hui. Nous avons réalisé qu’il devrait vraiment y avoir 366 degrés dans un cercle pour la très bonne raison qu’il y a 366 rotations de la Terre en une orbite du Soleil – le plus fondamental de tous les cercles dans l’existence humaine.

Une orbite solaire correspond, bien sûr, à une année, mais il y a une très légère différence entre le nombre de rotations de la planète et les 365 jours d’une année. Cela parce que le jour solaire moyen est basé sur le temps entre le Soleil étant à son zénith deux jours consécutifs (86 400 secondes), mais une rotation réelle ou jour sidéral » dure 236 secondes de moins. Toutes ces secondes « économisées » s’additionnent pour donner exactement un jour de plus sur l’année. Un jour sidéral peut être facilement apprécié en observant une étoile revenir au même point dans le ciel pendant deux nuits consécutives. C’est un tour de notre planète car il n’est pas affecté par le mouvement secondaire de l’orbite de la Terre autour du Soleil.

Les roues dans les roues

Les premières cultures s’inspiraient souvent de la nature et elles étaient friandes de l’image : « les roues dans les roues ». Si le cercle du ciel comportait 366 parties, pourquoi chaque cercle ne suivrait-il pas la même règle? Nous avons pu confirmer cette hypothèsepar une variété de moyens, y compris des preuves de cultures ultérieures qui semblent avoir adopté le principe des 366 degrés.

L’approche de nos ancêtres mégalithiques a consisté, selon nous, à diviser hypothétiquement le cercle de la Terre en 366 degrés avec soixante minutes par degré et six secondes par minute. Il était raisonnable de supposer que ces anciens bâtisseurs ont utilisé la circonférence polaire de la Terre qui passait par la zone entourant les les îles britanniques. Notre planète est presque sphérique mais elle a un renflement en son centre entre les pôles, donc la circonférence équatoriale est un peu plus longue que celle des pôles.

Il existe différentes estimations de la circonférence polaire de la Terre, la NASA, par exemple, cite un chiffre moyen de 39,941km, tandis que d’autres sources citent régulièrement 40,006 km ou 40,010 km. – mais le chiffre le plus fréquemment utilisé semble être 40 008 km. Il ne fait aucun doute que cela dépend de l’endroit où la mesure est prise ou si une moyenne de toutes les mesures est calculée.

Il est intéressant de noter que la plus courte circonférence polaire, (celle qui a le moins de masse terrestre), est celle qui passe par les îles britanniques et est maintenant considérée comme la ligne zéro de la longitude. Mais il y a aussi une autre possibilité.

Juste pour l’intérêt, nous avons regardé la circonférence la plus plate possible réalisable sur le globe, c’est à dire une ligne qui coupe également en deux la planète qui a le plus de mer et le moins de terre. Nous avons été stupéfaits de découvrir qu’une personne se tenant au au milieu de la plaine de Salisbury dans le Wiltshire, Angleterre (où Stonehenge et le cercle mégalithique d’Avebury ont été construits) se trouve au centre absolu d’une telle ligne.

Cela signifie que si nous considérons Stonehenge comme étant le « sommet » du monde, l’équateur imaginaire de ce point est presque 98% marin – plus que tout autre point sur Terre. Cette ligne passe par l’Atlantique Sud, frôle juste en dessous de l’Afrique, remonte à travers l’océan Indien, coupe de petits morceaux de terre à Banda Aceh, Sumatra, en Thaïlande et au
Vietnam, au-dessus de la mer de Chine méridionale et puis plus de 20 000 kilomètres à travers le Pacifique pour passer au-dessus d’une partie de l’Amérique du Sud.

Pour autant que nous le sachions, une telle ligne n’a pas été mesurée, et nous ne pouvons pas
imaginer comment elle aurait pu être mesurée sans l’aide de la technologie satellitaire moderne. Cependant, ce n’est pas parce que nous ne savons pas comment cela aurait pu avoir été fait que ça signifie pas que cela n’a pas été fait. Sans autre preuve, nous devons supposer que c’est une pure coïncidence que Stonehenge se trouve sur le seul endroit sur Terre à être équidistant de la circonférence optimale et et presque parfaite circonférence du niveau de la mer du du globe.

Nous ne pouvons que supposer qu’une circonférence polaire a été utilisée et en prenant le chiffre de 40,008km, cela se traduit par 48,221,838 mètres mégalithiques en utilisant la valeur centrale de Thom pour l’unité. Elle a été ensuite subdivisé comme suit :

Circonférence polaire = 48 221 838 MY
1 degré (1/366e) = 131 754 MY
1 minute (1/60e) = 2 196 MY
1 seconde (1/6e) = 366 MY

Donc, ce brillant système de géométrie commence avec 366 degrés et se termine avec des secondes d’arc qui font 366 mètres mégalithiques de long. De toute évidence, un étonnant
ensemble de « roues dans les roues » !

Nous savions que le système devait fonctionner de cette façon parce que nous avons trouvé que la culture minoenne postérieure, qui s’est développée sur l’île méditerranéenne de Crète autour de 2000 avant J.-C., utilisait également la seconde d’arc mégalithique. Cependant, les Minoens l’ont subdivisé en 1 000 parties pour devenir leur unité standard de mesure qui était égale à 30,36 cm. Cette unité a été baptisée « pied minoen » par l’archéologue canadien, le professeur Joseph Graham, qui a été le premier a avoir détecté son utilisation dans les palais de l’ancienne Crète antique.

Nous avons ensuite démontré comment n’importe qui pouvait générer un mètre mégalithique très précis d’une mesure mégalithique, en mesurant le mouvement de Vénus dans le ciel du soir en utilisant une corde, de la ficelle, une boule d’argile et de quelques bâtons. Le secret était de prendre une 366ème partie de l’horizon et de chronométrer le passage de Vénus à travers elle, et puis de faire se balancer un morceau de ficelle avec une boule d’argile à l’extrémité pour qu’il se balance comme un pendule 366 fois pendant cette période. Du point d’appui au centre de la boule d’argile, il y avait une distance mathématiquement parfaite 1⁄2 mètre mégalithique ou 20 pouces mégalithiques.

Le processus était simple à réaliser et repose sur le fait qu’un pendule est sensible à seulement à deux facteurs : la longueur du pendule et la masse de la Terre. Si le pendule a oscillé 366 fois pendant le transit de Vénus à travers une 366e partie du ciel – vous aviez votre mesure !

Il est douteux que ces anciens tailleurs de pierre aient réalisé ce fait, mais la période de temps pendant laquelle ils ont observé Vénus et qu’ils ont choisi de subdiviser en 366 battements, est égale à la différence entre un jour solaire moyen et un jour sidéral.

Notre point de départ a été de rechercher toutes les sources possibles de mesures fiables disponibles dans la nature. Et nous avons découvert qu’il n’y en avait qu’une seule : la rotation de la Terre sur son axe comme vue en observant le mouvement des des cieux. Il était possible de chronométrer le passage d’une étoile, ou dans ce cas la planète Vénus, avec une précision fiable en utilisant un pendule. Le pendule transformait alors une unité de temps en une unité de longueur, car le battement chronométré produira toujours une longueur fixe – avec d’infimes variations dues à la latitude et à l’altitude.

C’était donc une question simple de transformer une unité de longueur en une mesure de volume et de capacité en créant des cubes et en les remplissant de liquide ou de produits secs, comme l’orge ou le blé. Cependant, nous n’étions pas préparés au choc que nous avons reçu lorsque nous avons créé un cube avec des côtés de quatre pouces mégalithiques. Nous avons découvert qu’il contenait une pinte qui était d’une précision stupéfiante d’une partie sur 5.000 par rapport à la norme établie en l’année 1601. En doublant les côtés à huit pouces mégalithiques, on obtient un  gallon précis et en doublant encore on produit une vieille mesure connue sous le nom de boisseau. Le mystère s’est aggravé lorsque nous avons rempli le cube « pinte » avec de l’orge et que nous avons constaté qu’il pesait exactement une livre !

Les choses sont passées du sublime au ridicule quand de nouvelles expérimentations ont montré qu’une sphère d’un diamètre de six pouces mégalithiques contenait virtuellement un litre et une sphère dix fois plus grande pesait une tonne métrique, lorsqu’elle est remplie d’eau, le tout avec une précision de plus de 99 %.

Le fait que le mètre mégalithique de Thom, extrait de l’étude de centaines de ruines préhistoriques, produise ces prouesses cubiques et sphériques n’est pas discutable. Personne,
aussi sceptique qu’il puisse être, ne peut nier ces simples mathématiques. Ni ne peut nier que les probabilités de telles connexions apparentes soient composées de coïncidences d’un niveau très élevé. Pourtant, la livre et la pinte sont considérées comme étant médiévaux et le litre et la tonne ont été inventés à la fin du dix-huitième siècle. Un lien semblait impossible.

Puis nous avons regardé les Sumériens qui vivaient dans la région que nous appelons aujourd’hui  l’Irak, il y a environ 5 000 ans. On leur attribue l’invention de l’écriture, du verre, de la roue, de l’heure, de la minute et de la seconde du temps ainsi que le cercle de 360 degrés avec ses subdivisions de 60 minutes et 60 secondes d’arc. Des gens tout à fait étonnants.

Comme nous avons sondé les réalisations de cette civilisation, nous avons découvert que l’unité de longueur utilisée par les Sumériens était virtuellement un mètre à 99.88cm et qu’ ils avaient également utilisé des poids et capacités qui étaient aussi bien adaptées au kilo et au litre du système métrique français, créé des milliers d’années plus tard. Une sacrée coïncidence, pensions-nous, mais il n’en était rien, car lorsque nous avons appliqué les principes du pendule à l’unité de longueur sumérienne appelée le « double kush », nous avons découvert qu’un pendule de cette longueur battait à la vitesse d’un par seconde. Cela signifie que  l’unité de longueur clé des Sumériens et leur unité clé de temps étaient les deux côtés de la même pièce lorsqu’elles sont utilisées comme pendule. Le pendule à double kush aurait toujours une seconde et un pendule qui battait au rythme d’une seconde serait toujours une longueur de double kush. Cela démontre au-delà de tout doute raisonnable que les Sumériens utilisaient des pendules pour définir leurs mesures.

La question était de savoir si ils ont utilisé le même principe d’observation de Vénus que les bâtisseurs mégalithiques des îles britanniques pour reproduire leurs unités?

Les documents écrits sumériens nous disent que la planète Vénus était considérée comme la déesse Inanna, qui était d’une importance centrale dans leur culture, donc cela semblait tout à fait plausible. S’ils avaient utilisé le même principe, il semblait logique qu’ils auraient employé leurs propres valeurs, en gardant essentiellement le même « logiciel » mais en introduisant leurs propres données.

Au lieu des 366 degrés du système mégalithique, nous aurions à utiliser les 360 degrés plus familiers utilisés pour la première fois par les Sumériens. Et quand nous avons vérifié les résultats d’un tel processus – cela a parfaitement fonctionné. Quand l’horizon a été divisé en 360 parties et que Vénus était chronométrée à travers cette partie du ciel au moment approprié de période de l’année, le pendule à double kush mesure exactement 240 secondes. Et la période de 240 secondes est enregistrée comme si importante pour les Sumériens qu’elle avait son propre nom – un « gesh ». Il semble donc certain que ces gens ont suivi l’idée des Mégalithes de créer une unité de longueur en chronométrant le mouvement de Vénus dans le ciel du soir.

La connexion américaine

Plus tard dans nos recherches, nous sommes tombés sur une lettre écrite par le grand homme d’État américain, Thomas Jefferson, et envoyée à la Chambre des représentants le 4 juillet 1776. Dans cette lettre, Jefferson a formulé une recommandation pour un nouveau système de poids et mesures pour les nouveaux États-Unis qu’il avait aidé à établir. Il a donné son raisonnement et décrit certains faits inhabituels qu’il avait découverts lors du développement de ses unités prévues.

Il a expliqué comment il avait réalisé qu’il n’y avait qu’un seul aspect de la nature qui donnait lieu à une unité de mesure fiable – qu’il a appelé la la rotation de la Terre. Donc, comme nous et les bâtisseurs mégalithiques de cinq et six millénaires avant lui, il a utilisé les cieux pour fournir une base pour toute mesure. Dans sa lettre, il déclare qu’il avait réalisé que le système impérial de mesure utilisé en Grande-Bretagne n’était pas une accumulation d’unités sans rapport entre elles, comme on l’imagine généralement. Au contraire, il dit que leur harmonie lui indiquait qu’elles appartenaient à un groupe  d’unités de mesure « de très haute antiquité ».

Il a donné un certain nombre de raisons pour cette croyance, dont son étonnement que le pied, composé de douze pouces, était directement lié au poids d’une once grâce à l’utilisation de cubes. Il a dit : « Il a été trouvé par des expériences précises qu’un pied cube d’eau de pluie pèse 1000 onces avoirdupois (impérial) ».

Ce pourrait être une coïncidence qu’un pied cube contient 1 000 onces d’eau de pluie, pas 999 ou 1 001, mais exactement 1 000 – ou encore que le cube a des côtés qui font parfaitement 10 x 10 x 10 dixièmes de pied. Mais Jefferson ne le pensait pas. Et nous ne le pensons pas non plus. Cependant, ce sont les unités proposées par Jefferson qui nous ont fascinés. Elles n’ont jamais adoptées mais leurs propriétés sont étonnantes.

L’esprit logique de Jefferson l’a aussi poussé à utiliser un pendule pour convertir le temps en une unité linéaire. Il a décidé  d’utiliser un pendule qui avait un battement d’une seconde comme base de son système de mesure. Bien sûr, Jefferson n’avait aucune idée que la seconde venait de la culture sumérienne ou qu’elle avait été créée par l’utilisation d’un pendule en premier lieu. Jefferson a ajouté une amélioration suggérée par un certain Mr Graham de Philadelphie – d’ utiliser un pendule rigide en métal très fin, sans poids à l’extrémité, car il est plus précis qu’un pendule de type conventionnel. Les règles changent avec un tel pendule (appelé tige). Une tige doit être exactement 50 pour cent plus longue qu’un pendule pour produire la même période de temps. La pièce de chronométrage de Jefferson, qui bat une fois par seconde, est connue sous le nom de « tige des secondes », et mesure 149,158145cm  de long.

Le monde ne savait rien de la culture sumérienne à l’époque de Jefferson, et il est impossible qu’il ait pu être conscient que sa baguette qui battait une fois par seconde faisait essentiellement trois kush, soit un peu moins d’un mètre et demi. (rappelons que le mètre n’avait pas été inventé à l’époque). La tige à trois kushs se comporte exactement comme un pendule à double jonc et il bat donc 240 fois pendant  360 partie d’un jour ; on peut le voir en observant le déplacement de Vénus sur un plan de 360e partie du ciel.  Jefferson a donc accidentellement rejoué le rituel utilisé par les prêtres astronomes sumériens presque 5.000 ans plus tôt et se connectait avec les principes préhistoriques.

Les unités que Jefferson a identifiées à partir de cet ancien processus étaient toutes basées sur la longueur de cette « seconde tige ». Il a écrit : « Que la deuxième tige, alors, comme précédemment décrit, soit l’étalon de mesure, et qu’elle soit divisée en cinq parties égales, dont chacune sera appelé un pied, car, peut-être, il est mieux, en général, de conserver le nom de la mesure actuelle la plus proche. Ce sera d’environ un quart de pouce plus court que le pied actuel. Soit le pied divisé en 1pouces ; le pouce en 10 lignes ; la ligne en 10 points. Que 10 pieds fassent une décade ; 10 décades un rood ; 10 roods un furlong ; 10 furlongs un mile.

Nous pouvons voir que sa proposition de « décade était basée sur une tige à double seconde. Elle équivalait à six kush sumériens, et son furlong était égal à 600 kush. Cela crée un lien encore plus profond avec le peuple de l’ancien Irak antique car ils utilisaient un système de de comptage qui était sexagésimal ; ce qui signifie qu’il utilisait une combinaison de la base dix et de la base soixante. Ils avaient un système de notation qui fonctionnait comme suit :

Étape multiple Valeur
1….  1    – 1
2. … x 10 – 10
3. … x 6 – 60
4….  x 10 – 600
5. … x 6 – 3,600

On peut voir que le chiffre de 600 est effectivement une valeur sumérienne pour une unité de longueur sumérienne. Mais non seulement le furlong de Jefferson n’est pas seulement égal à 600 kush – il est aussi un presque parfait de 360 yards mégalithiques.

Étrangement, Jefferson s’est bien connecté avec les deux systèmes mégalithique et sumérien.. Mais quelque chose d’encore plus étrange est arrivé quand nous avons pris le furlong de Jefferson et qu’on le multiplie par 366 et encore 366 :

366 furlongs au carré = 39,961.257km

Comme nous l’avons déjà mentionné,  l’éventail des longueurs supposées de la circonférence
de la Terre varie de quelques kilomètres selon la source que l’on consulte, probablement parce que chaque section transversale diffère et que les marées et la tectonique des plaques impliquant des montagnes laissent place à un un certain débat. En haut de l’échelle, 40 008 kilomètres est largement utilisé. Toutefois, si nous prenons les chiffres préférés de la NASA, ils indiquent un rayon polaire de 6 356,8 kilomètres ce qui équivaut à une circonférence polaire de 39 941 kilomètres.

Cela signifie que le 366 au carré de Jefferson correspond à l’estimation de la taille de la Terre par la Nasa avec une précision de 99,95 %. – ce qui est aussi parfait que possible !

Problèmes avec le « pendule » de Foucault

Nous sommes devenus de plus en plus fascinés par tout ce qui concerne les pendules. Au cours d’une conversation téléphonique, qui avait duré plus d’une heure, nous avions, encore une fois, discuté longuement de l’idée qu’il pourrait y avoir une loi inconnue d’astrophysique – qui a été révélé par les pendules – à l’œuvre ici.

Nous avons considéré quelques idées hautement spéculatives qui allaient de l’existence des ondes électromagnétiques sinusoïdales dues à un effet gyroscopique de la rotation de la Terre. jusqu’aux gravitons contenant des paquets d’informations sur la « forme » géométrique ». Mais nous avons convenu que nous n’en savions tout simplement pas assez de connaissances pour même commencer à étudier de telles idées. Chris a écrit le paragraphe suivant dans un brouillon de ce chapitre comme un résumé de notre frustration mutuelle  et a terminé son travail pour la journée.

« Nous devons admettre que nous ne comprenons toujours pas pourquoi il en est ainsi, mais l’utilisation de pendules associé à ces valeurs anciennes semble être élémentaire à la planète Terre – une certaine réalité physique semble être à l’œuvre ici. Chaque pendule réagit à la masse de la Terre mais il semble être une sorte de réponse « harmonique » à certains rythmes : points où la masse et la rotation de la planète résonnent d’une certaine manière.

Mais à ce moment précis, tout a changé. À cinq heures le lendemain matin Chris n’arrivait pas à dormir et décida de se lever et de se faire une tasse de thé. C’est alors qu’un « ange » est apparu dans la bibliothèque. A la recherche de quelque chose à lire, il tire la pochette de livraison d’un magazine qui était arrivé par la poste la veille et le feuillette. L’article principal de cette édition du New Scientist était intitulé : « Ombre sur la gravité ». Cela semblait intéressant même si tôt, par un sombre matin de novembre. Mais il a rapidement réalisé que c’était beaucoup plus important que simplement « intéressant ». Le paragraphe d’introduction était incroyablement similaire à celui qui ouvre ce livre, avec une description de ce que l’on ressent lorsqu’on assiste à une éclipse totale. Puis il est apparu que l’idée maîtresse de l’article était que les éclipses de soleil ont un un effet profond sur les pendules ! Ce débat fait actuellement rage sur la raison pour laquelle c’est le cas, parce que la suggestion a été faite que les pendules pourraient bien être la clé d’un d’un trou important dans la théorie d’Einstein sur la relativité.

Le point de départ concerne les travaux de Jean Bernard Leon Foucault qui a démontré une qualité spéciale des pendules lors de la Grande Exposition qui s’est tenue à Londres en 1851. Son pendule, que l’on appelle aujourd’hui toujours le « pendule de Foucault », est simplement un poids très lourd attaché à un très long fil attaché à un plafond à l’intérieur d’un bâtiment très haut, avec un joint universel lui permettant de tourner librement autour d’un point fixe de sorte qu’il se balance  dans n’importe quelle direction. Des pendules géants de ce type sont maintenant des expositions de routine dans certains des plus grands musées du monde, y compris le Smithsonian à Washington et le Science Museum à Londres.

Une fois mis en mouvement, son orientation semble tourner à un rythme d’environ douze degrés par heure. Mais ceci est en fait une illusion car c’est l’observateur et le reste du monde qui est en mouvement alors que le pendule maintient une oscillation fixe d’avant en arrière par rapport à l’Univers. Cela se produit parce que le pendule est indépendant du mouvement de la Terre, qui tourne sous le pendule, donnant l’impression que le le pendule change de direction. La raison pour laquelle un pendule oscille est que la gravité de la Terre tire continuellement sur lui. Selon la théorie générale de la relativité d’Einstein, cette oscillation incessante est due au fait que chaque masse déforme le tissu de l’espace-temps autour d’elle, faisant glisser d’autres masses dans la fossette qu’elle crée dans l’espace-temps.

La quantité de rotation d’un pendule de Foucault dépend de la latitude. Au pôle Nord ou Sud, le pendule semble faire une rotation de 360 degrés à chaque tour de la Terre (chaque jour de la Terre (chaque jour sidéral) car la planète tourne dans tous les sens sous le pendule. Dans l’hémisphère  Nord, à la latitude des îles britanniques, le taux de rotation est réduit à environ 280 degrés par jour et le taux de rotation continue à diminuer plus on se rapproche de l’équateur, où un pendule de Foucault ne tourne pas du tout.

Pendant plus de cent ans, tout le monde savait que le pendule de Foucault se balançait d’une manière entièrement prévisible à n’importe quel endroit spécifique. Puis en 1954, un ingénieur français, économiste et futur physicien français du nom de Maurice Allais a découvert que ce n’était pas toujours le cas. Il menait une une expérience à l’Ecole des Mines de Paris pour étudier un lien possible entre le magnétisme et la gravitation, dans laquelle il a libéré un pendule de Foucault toutes les quatorze minutes pendant trente jours et nuits, en enregistrant la direction de rotation en degrés. Par chance, une éclipse totale de soleil s’est produite l’un de ces jours.

Chaque jour le pendule bougeait avec une précision mécanique mais le 30 juin 1954, alors qu’une éclipse partielle s’est produite, un des assistants d’Allais a réalisé que le pendule s’était détraqué. Alors que l’éclipse commençait, le plan de balancement du pendule a soudainement commencé à tourner vers l’arrière. Il a dévié le plus loin de sa trajectoire vingt minutes avant l’éclipse maximale, lorsque la Lune a couvert une grande partie de la surface du Soleil, avant de revenir à sa position normale une fois l’éclipse terminée. Il semblait que le pendule avait en quelque sorte été influencé par l’alignement de la Terre, de la Lune et du Soleil.

C’était totalement inattendu et totalement surprenant. L’expérience d’Allais était menée à l’intérieur, à l’abri de la lumière du soleil, donc il n’y avait aucun moyen apparent que l’éclipse ait pu l’affecter. Allais était dans l’incapacité d’expliquer ce qui s’était passé mais quand il a conduit une version améliorée de son expérience en juin et juillet 1958 avec deux pendules distants de six kilomètres, il trouva le même effet.

Puis pendant l’éclipse  solaire partielle du 22 octobre 1959, Allais a de nouveau été témoin de la même rotation erratique – mais cette fois des effets similaires ont été rapportés par trois scientifiques roumains qui ne savaient rien des travaux d’Allais.

De nombreuses personnes ont remis en question ses résultats, principalement parce que la science n’aime pas ce qu’elle ne peut pas expliquer. Beaucoup d’autres ont maintenant répété l’expérience avec des résultats mitigés : certains n’ont trouvé aucun effet mesurable, mais la plupart ont confirmé le résultat à différents endroits  – y compris une expérience menée dans un laboratoire souterrain !

Il est intéressant de noter qu’en 1988 Allais a reçu le prix Nobel d’économie. Comme Alexander Thom (et beaucoup d’autres briseurs de paradigmes), une découverte majeure est venue de quelqu’un travaillant en dehors de son propre domaine. Ce sont des personnes brillantes, animées par la curiosité et qui ne sont pas le produit d’une formation conventionnelle. Allais se désespère des normes de ceux qui s’opposent sans logique ni raisonnement :

« Dans l’histoire de la science, chaque résultat révolutionnaire rencontre une très forte opposition… Les relativistes disent que j’ai tort sans fournir aucune démonstration. La plupart d’entre eux n’ont même pas lu ce que j’ai écrit ».

En 1970 Erwin Saxl et Mildred Allen du Mount Holyoke College, Massachusetts, ont étudié le comportement  d’un pendule avant, pendant et après une éclipse totale. Le couple a adopté une approche légèrement différente de celle d’Allais puisqu’ils ont utilisé un pendule de torsion, qui est un disque massif suspendu à un fil attaché à son centre. Une légère rotation du disque provoque la torsion du fil. Lorsqu’il est relâché, le disque continue de tourner, d’abord dans le sens des aiguilles d’une montre, puis dans le sens inverse, avec une période fixe. Mais pendant une éclipse, leur pendule s’est accéléré de manière significative. Ils ont conclu que la théorie gravitationnelle doit être modifiée.

En Inde, en 1995, D C Mishra et M B S Rao de l’Institut national de recherche géophysique à Hyderabad ont observé une petite mais soudaine chute de de la force de gravité en utilisant un gravimètre extrêmement précis pendant une éclipse solaire. Mais les résultats ont été mitigés. Quand le Soleil éclipsé s’est levé au-dessus d’Helsinki le 22 juillet 1990, les géophysiciens finlandais n’ont trouvé aucune perturbation de l’oscillation habituelle, pourtant en mars 1997, des scientifiques ont observé des anomalies gravimétriques pendant une éclipse dans une région très éloignée du nord-est de la Chine.

Le mystère continue et pourtant aucune institution académique ne semble vouloir investir du temps et de l’argent pour étudier ce phénomène en profondeur. Cependant, Thomas Goodey, un chercheur indépendant autofinancé de Brentford en Angleterre, a décidé qu’il allait enquêter sur l’effet Allais en utilisant plusieurs pendules pendant une éclipse. Parce que l’équipement moderne est beaucoup plus précis et plus sensible que celui disponible en 1954 – donnant une résolution vingt à cent fois meilleure, il est plus sûr d’obtenir un résultat clair.

Goodey prévoit de parcourir le monde au cours des prochaines années avec douze pendules spécialement construits. En mai 2004, il a présenté sa stratégie lors d’une réunion de la Société d’exploration scientifique à Las Vegas et a invité des physiciens à se joindre à lui. Comme le rapporte New Scientist, plusieurs ont sauté sur l’occasion.

Goodey soupçonne que les anomalies se produisent quand un observateur est près de la ligne qui relie les centres de masses du Soleil et de la Lune. Pendant une éclipse totale de soleil, la ligne Soleil-Lune coupe la surface de la Terre. La Lune intersecte la surface de la Terre en deux points situés sur des côtés opposés du globe. Cette théorie expliquerait pourquoi l’éclipse de lever de soleil à Helsinki n’a pas donné de résultat.

Goodey aurait dit que les observations à ce point « anti-éclipse où aucune éclipse n’est visible pourraient avoir beaucoup plus de poids.

Nous attendons avec intérêt de connaître les résultats finaux des expériences de Thomas Goodey. À ce stade, il semble que nous avons peut-être eu raison de suspecter que les pendules révèlent beaucoup sur la nature de la gravité de notre planète  et de sa relation gravitationnelle avec la Lune et le Soleil.

Se pourrait-il que parce que la Lune bloque le disque du Soleil si parfaitement qu’elle agit comme un bouclier à une interaction en cours entre la Terre et le Soleil ? Ou peut-être est-ce parce que les trois centres de masse sont alignés et que quelque chose de physique se produit à ce moment-là ?

Nous nous demandons aussi si les individus inconnus qui ont conçu la mesure mégalithique et sa géométrie inhérente,  comprenaient beaucoup plus sur cet effet de pendule que nous. Nos découvertes précédentes suggèrent fortement qu’ils en savaient beaucoup plus sur la relation Terre-Lune-Soleil.

Une relation particulière

Nos premières découvertes sur la géométrie mégalithique, décrites dans Civilisation One, nous ont amené à examiner toutes sortes de relations inattendues entre la Terre et les mesures anciennes. Cela nous a poussé à nous demander si la géométrie 366, qui a produit le
Yard Mégalithique, était en quelque sorte spécifique à une planète. Y avait-il une certaine connexion entre la masse, la rotation et l’orbite solaire qui la rendait spéciale pour la Terre?

D’abord nous avons appliqué les principes de la géométrie mégalithique à toutes les planètes
du système solaire. Aucun modèle discernable n’est apparu – ils semblaient être des résultats complètement aléatoires. Pour, par exemple, Mars, cela a produit 19,78 mètres mégalithiques par seconde d’arc et pour Vénus, un impressionnant 347,8. Nous avons également vérifié les lunes principales des autres planètes, sans résultat.

Un bon ami de Chris, le Dr Hilary Newbigen, a suggéré que, par rigueur, nous essayons d’utiliser le nombre de jours par orbite pour chaque planète pour voir s’il y avait une relation avec les dimensions individuelles, mais encore une fois les résultats étaient négatifs. Nous avons ensuite examiné la Lune de la Terre. Le résultat ici était tout sauf insignifiant.

Nous avons pris le rayon de la Lune, défini par la NASA comme étant de 1,738,100 kilomètres, pour calculer une circonférence d’un nombre insignifiant de 10 920 800 mètres. Nous avons ensuite converti cette distance en mètres mégalithiques, ce qui nous a donné la même apparemment arbitraire mesure de 13,162,900. Nous avons ensuite appliqué les règles de
géométrie mégalithique en divisant cette circonférence en 366 degrés, soixante minutes et six secondes d’arc. A notre stupéfaction totale, il y avait 100 mètres mégalithiques par seconde d’arc lunaire. La précision du résultat était de 99,9 pour cent, ce qui est bien dans la marge d’erreur de ce type de calcul.

Comme c’est étrange que la mesure mégalithique soit si élégamment « lunatique » autant que géodésique !

Nous avons ensuite pensé au Soleil. Parce que nous savons que le Soleil est de 400 fois la taille de la Lune, il devrait logiquement avoir un parfait 40,000 mètres mégalithiques par seconde d’arc. Par rigueur, nous avons vérifié les calculs et cela a en effet fonctionné aussi parfaitement que nous le pensions.

Tout cela semblait très étrange. Les structures mégalithiques qui ont été construites à travers l’Europe occidentale étaient fréquemment utilisées pour observer les mouvements du Soleil et de la Lune, mais comment l’unité de mesure sur laquelle ces structures étaient basées pouvait-elle être si merveilleusement entière à la circonférence de ces corps ainsi que de la Terre?

Est-ce une coïncidence ? En plus de tous les autres faits étranges concernant la Lune, il devient plutôt irréaliste de continuer à tout mettre sur le compte d’un hasard de la nature. Bien sûr, nous étions bien conscients que les nombres que nous regardions n’étaient que des nombres entiers lorsqu’on utilise la base dix – et nous traiterons de cette question plus tard.

Si ce n’est pas une coïncidence, alors il n’y a que deux autres options. La première est qu’il y a une loi inconnue de l’astrophysique  qui fait que des relations à émerger, ont été repérées d’une certaine manière par nos ancêtres de l’âge de pierre. L’autre est la conception consciente. L’idée d’une conception délibérée semble folle à lier – le sens commun nous dit que c’est faux. Puis, une fois de plus, avons considéré d’autres sages paroles d’Albert Einstein : « Le sens commun est la collection de préjugés acquis à l’âge de 18 ans.

A l’âge de dix-huit ans, nous, comme tout le monde, « savions » que tout dans le monde était naturel. Mais quand nous mettons nos préjugés sur ce qui peut et ne peut pas être, d’un côté et que nous pensons latéralement à ce sujet, plus cela semble raisonnable.  Il n’était pas déraisonnable de croire que les tailleurs de pierre du Néolithique étaient assez intelligents pour mesurer la circonférence polaire de la Terre et qu’ils ont conçu une unité de mesure qui était entière à la planète. Un tel exploit peut être réalisé avec des outils très simples
comme l’ont démontré les anciens Grecs.

Mais auraient-ils vraiment pu mesurer la circonférence de la Lune et du Soleil?

Ou, est-ce que cette mystérieuse propriété des pendules y était-elle pour quelque chose?

Plus que tout, nous nous sommes émerveillés du fait que que, encore une fois, c’était la taille et la position de la Lune qui ont révélé  qu’il y a un problème à résoudre.

A suivre …

Lire tous les chapitres du livre Qui a construit la Lune ?


Que pensez-vous de cet article ? Partagez autant que possible. L'info doit circuler.



Veuillez aider à soutenir les médias alternatifs. Nous suivons la vérité, où qu'elle mène. Merci


ELISHEAN 777 Communauté pour un Nouveau Monde

(Vu 610 fois, 1 visites aujourd'hui)

Laisser un commentaire