Secrets révélés

Qui a construit la Lune ? (14) La mission de Möbius

Traduction du livre de Christopher Knight et Alan Butler

Knight et Butler ont découvert que la Lune possède peu ou pas de métaux lourds et n’a pas de noyau, ce qui ne devrait pas être possible. Leur conclusion convaincante : si la vie supérieure ne s’est développée sur Terre que parce que la Lune est exactement ce qu’elle est et où elle se trouve, il devient déraisonnable de s’accrocher à l’idée que la Lune est un objet naturel.

Lire tous les chapitres du livre Qui a construit la Lune ?

Chapitre 14 : La mission de Möbius

« Je pense que  l’Univers est non seulement plus étrange que nous le supposons, mais aussi plus étrange que ce que nous pouvons le supposer. »

La loi d’Haldane proposée par le généticien J.P. Haldane.

Nous avons fait un étrange voyage depuis que nous avons réalisé pour la première fois la science qui se cachait derrière les cercles de pierres de Stonehenge, Brodgar, Avebury et des milliers d’autres sites néolithiques à travers les îles britanniques.

Nous pensons que notre détermination de ne pas tirer de conclusions trop tôt a portée ses fruits. Nous avons refusé d’ignorer les pièces du puzzle qui semblaient farfelues ou même carrément impossible, et nous avons conservé notre tolérance pour les résultats inattendus.


On dit que tout progrès dépend de la personne déraisonnable.

Alexander Thom était certainement une personne déraisonnable, sinon il aurait capitulé face à la vague de rejet qu’il a reçu de la part de la majorité des archéologues professionnels. Ses adversaires pensaient, qu’il était irritant, d’insister sans cesse pour que ses rames de données, recueillies au cours de dizaines d’années, montrent que les bâtisseurs mégalithiques ont travaillé avec un degré incroyable de précision technique et ont utilisé des unités de longueur précises et standardisées.

Toute personne raisonnable, et certainement tout universitaire qui voulait un futur emploi dans une discipline spécifique, aurait enterré les données qui montraient que le Yard mégalithique et la géométrie qui l’accompagne, faisaient partie intégrante de la Lune et du Soleil ainsi que de la la Terre. Cela semble ridicule, et ceux qui sont membres du « club considéreront toute personne qui en parle tout aussi ridicule.


Pourtant, la Lune se conforme indiscutablement à la géométrie mégalithique et maintenant, nous croyons, que nous commençons à à comprendre pourquoi.

L’institut SETI balaie toujours le ciel à la recherche de radiations électromagnétiques qui dévient même un tout petit peu du bruit de fond prévisible – quelque chose qui pourrait être une indication d’une intelligence existant ailleurs dans le cosmos. Mais le message qu’ils cherchent est déjà parmi nous car, selon les standards de ce que le SETI considère comme pouvant constituer un message, le matériel que nous avons décrit ici doit sûrement être le premier contact privilégié du monde avec une conscience qui existait il y a 4,6 milliards d’années.

L’hypothèse du SETI et de ses agents est qu’une autre intelligence prendra contact de très loin et donc, les chercheurs se concentrent sur les profondeurs de l’espace pour trouver un message. Mais si une entité était si intelligente, pourquoi aurait-elle besoin de faire un appel longue distance?

Il y a 400 ans notre système solaire était le grand mystère – mais nos propres environs immédiats sont moins mystérieux, à la lumière d’incroyables dispositifs tels que le télescope Hubble, qui peut atteindre ds objets loin dans l’espace et dans le passé. Nous avons coché la case du système solaire et les astronomes sont plus intéressés par les quasars et les nébuleuses. Est-ce que c’est cette nouvelle attention qui nous aurait auparavant aveuglés devant l’évidence de notre ancien Yard?


Le message que nous avons reçu nous a parlé de la façon dont la Lune a été construite pour donner la vie à la Terre, et il y a des allusions alléchantes que cette conception pourrait s’étendre au reste du système solaire, et peut-être même au-delà.

Pourquoi Jupiter est dans une orbite si atypique qui se trouve être un parapluie cosmique pour la Terre? Pourquoi Vénus fournit-elle une horloge et un calendrier si parfaits vus de la Terre?

La culture scientifique moderne a évolué depuis ses racines dans le monde antique et est devenue un réseau complexe de nombreuses disciplines hautement spécialisées. Le temps est révolu où un homme, tel que Robert Hooke, au XVIIe siècle, pouvait être un inventeur, microscopiste, physicien, géomètre, astronome, biologiste et et même artiste. Aujourd’hui, l’énormité même de l’information disponible a conduit à des spécialités très définies, et les universitaires sont censés s’en tenir à leur domaine – malgré le truisme selon lequel la science n’a pas d’experts. Personne, par exemple, ne doutait des capacités d’Alexander Thom en tant que professeur d’ingénierie, mais il n’était pas  le bienvenu dans le monde de l’archéologie.

Les gains de la science moderne sont innombrables. Mais la perte, sans doute, est la synthèse de l’information générée par les nombreux érudits qui existaient autrefois, avant de s’éteindre quelque part vers la fin du 19ème siècle. Si peu d’érudits ont maintenant la chance d’avoir une vue d’ensemble de la situation – de rechercher des modèles qui pourraient exister de manière inattendue lorsque des données apparemment sans rapport sont rassemblées ensemble. Il faut se rappeler que la différence entre une percée majeure et rien du tout peut être simplement l’angle de vue plutôt qu’autre chose.

Parfois, deux ou plusieurs disciplines sont réunies pour former une nouvelle spécialité scientifique. L’une d’entre elles s’est avérée être le sujet qui a été directement inventé par Alexander Thom, à savoir l’archéoastronomie – un champ d’étude concernant l’utilisation de l’astronomie par les cultures anciennes. Notre livre précédent, Civilisation One, a démontré la géométrie qui se trouve derrière le chantier mégalithique proposé par Thom. Nous avons montré sans ambiguïté comment elle est directement liée à d’autres systèmes de mesure (linéaire, volumétrique et poids) et avons une théorie testable sur la façon dont elle a été reproduite à l’aide de Vénus et d’un pendule. Nous avons donc décidé d’envoyer un exemplaire de notre livre à un homme qui, selon nous, est le seul professeur au monde d’archéoastronomie. Il a reçu un précis et le livre terminé, mais nous n’avons reçu aucune réponse.

Nous savions que les informations que nous avions présentées n’étaient pas fausses car des personnes dûment qualifiées en astronomie et mathématiques les avaient soigneusement vérifiées. Alors pourquoi aucune réponse ? Peut-être que l’approche était tellement contraire à la vision du monde de cet expert particulier qu’il ne pouvait pas la comprendre. Ou peut-être qu’il n’a tout simplement pas aimé les implications de nos conclusions.

Nous avons également essayé d’envoyer une copie du livre à un physicien de renommée mondiale. Quand on lui a parlé du sujet, il a répondu presque avec colère en disant qu’il était bien connu que le travail de Thom avait été discrédité il y a des décennies et que seuls les cinglés s’accrochaient à l’espoir romantique que l’homme de l’âge de pierre possédait une unité de longueur rationnelle et immuable.

En fait, il répétait un mantra qui est apparu dans les cercles académiques mais qui n’est rien de plus qu’un mythe urbain, car personne n’a prouvé que Thom avait tort. Nous avons répondu en
soulignant que nous avions fait nos recherche très attentivement et que s’il y a certainement des gens qui ont argumenté contre les conclusions de Thom, ils n’ont pas prouvé que ses conclusions étaient fausses – et il n’est pas possible pour quiconque de prouver une négation.

L’universitaire a ensuite répondu poliment et a accepté ce que nous avons dit, bien qu’il ait expliqué qu’il n’avait pas le temps de lire notre livre en raison de problèmes personnels. Nous nous attendons donc à avoir à combattre, lorsqu’il s’agira d’obtenir des universitaires de premier plan, un examen des conclusions contenues dans ce livre. Mais nous nous battrons, nous le ferons.

Enfin, il est probablement utile d’appliquer à notre hypothèse un test créé par le regretté, grand astronome Carl Sagan, qu’il a appelé « Baloney: Kit de détection de balivernes« . Sagan a suggéré un ensemble d’outils présentés ci-dessous pour tester les affirmations et détecter les arguments fallacieux ou frauduleux. Nous avons mis nos réponses en italique ci-dessous.

  1. Dans la mesure du possible il doit y avoir une confirmation indépendante des faits. Tous les éléments clés que nous considérons comme constituant un message sont vérifiables à l’aide de données publiées par les principales autorités.
  2. Encouragez un débat de fond sur les preuves par des personnes bien informées, des partisans de tous les points de vue. Nous avons essayé et nous continuerons à le faire.
  3. Les arguments de l’autorité ont peu de poids (en science il n’y a pas d’autorités). Au moins, cela devrait être un terrain de jeu équitable.
  4. Faites tourner plus d’une hypothèse – ne vous contentez pas de suivre la première idée qui vous a séduit. Nous avons dû écarter une seule hypothèse possible : la coïncidence, et avons exploré
    toutes les autres pistes auxquelles nous pouvons penser.
  5. Essayez de ne pas trop vous attacher à une hypothèse juste parce que c’est la vôtre. Quantifiez, chaque fois que possible. Nous avons lutté pour accepter nos propres résultats au départ et nous restons entièrement ouverts à toute autre interprétation qui pourrait être présentée.

    S’il y a une chaîne d’arguments, chaque maillon de la chaîne doit fonctionner. Contrairement aux
    principales théories de l’origine de la Lune et l’origine de l’ADN, nous pensons que nous avons une  chaîne très solide sans aucune faiblesse.

  6. Le rasoir d’Occam – si il y a deux hypothèses qui expliquent les données aussi bien, choisissez
    la plus simple. Absolument. Mais la plus simple est aussi la plus étrange, bien qu’elle soit scientifiquement robuste.
  7. Demandez si l’hypothèse peut, au moins en principe, être falsifiée (démontrée comme étant fausse par un test sans ambiguïté). En d’autres termes, est-elle testable? Est-ce qu’on peut dupliquer l’expérience et obtenir le même résultat ? Les séquences que nous avons trouvé sont vérifiables par quiconque possède un livre sur l’astronomie et une calculatrice. La question est de savoir  jusqu’où les gens sont prêts à aller avant de réclamer une coïncidence.

Nous pensons que nous avons fait un dossier qui mérite d’être entendu et examiné. Il est difficile d’imaginer comment même le plus sceptique, le moins imaginatif des universitaires, pourrait nier la possibilité que nous sommes en présence d’un message. Ne pas enquêter et discuter plus avant serait anti-scientifique et, nous le croyons, très stupide.

Tous ceux qui ont pris la peine d’y penser sont d’accord ; tout message venant d’un passé lointain doit être soit très grand ou très petit. Nous pensons que c’est les deux. Nous avons de bonnes raisons de penser que le professeur Paul Davies et d’autres qui soupçonnent qu’il pourrait y avoir une communication qui nous est adressée dans les sections apparemment vides de l’ADN sont
exactes. Si la couche suivante du message est, comme cela semble probable, contenue dans les cellules de notre propre corps, elle doit être recherchée !

Notre suggestion que le groupe d’un millions de paires de bases inutilisées, trouvé par le généticien Edward Rubin et son équipe, pourrait être un message visible s’il était disposé sur un format de 3663 x 273 et doit être testé. Cela pourrait être la réponse et, si c’est le cas, l’humanité est sur le point d’entrer dans une nouvelle ère. – un âge de maturité.

Mais si le message n’est pas détecté de cette façon, les particularités de la Lune restent, et nous avons besoin que tous les scientifiques sérieux travaillent ensemble pour résoudre cette énigme – qui doit être presque  à portée de main. Nous appelons le monde à rassembler une équipe d’éminents scientifiques de toutes les disciplines qui pourraient éventuellement être impliquées dans le décryptage du message de la Lune.

Et, si notre troisième scénario est correct, construire le CTC – le système de transport temporel. Et nous pourrions avoir besoin d’observateurs des principales religions.

Nous suggérons que ce projet s’appelle « La Mission Möbius » – un projet pour commencer tous les
projets !

Albert Einstein était un homme incroyablement sage, ainsi qu’un génie scientifique. Parmi ses nombreuses citations il a dit un jour :

« L’imagination est plus importante que la connaissance.

Comme c’est vrai. Nous avons donc besoin de personnes ayant une vision profonde, ainsi que
des connaissances et des capacités pratiques. Ainsi, nous avons l’intention d’approcher d’abord des scientifiques, tels que Paul Davies, David Deutsch et Ronald Mallett.

Nous sommes convaincus que leur curiosité contribuera à changer le monde.

A suivre …


Que pensez-vous de cet article ? Partagez autant que possible. L'info doit circuler.


Veuillez aider à soutenir les médias alternatifs. Nous suivons la vérité, où qu'elle mène. Merci



ELISHEAN 777 Communauté pour un Nouveau Monde

(Vu 90 fois, 1 visites aujourd'hui)

Laisser un commentaire