Cas de conscience

Quand le déni devient une mode

La négation du massacre du 7 octobre se répand...

Nous l’avions déjà évoqué avec les supputations malsaine de Radio-Québec, mais la désinformation se poursuit et prend des allures canavalesques.

Le phénomène se propage en ligne, avec des accusations selon lesquelles Tsahal aurait orchestré le massacre pour « justifier un génocide ».

Le Washington Post a fait état, dimanche, d’une montée inquiétante du négationnisme concernant le massacre du 7 octobre perpétré par le Hamas dans le sud d’Israël, et qui a coûté la vie à près de 1200 personnes. Bien que de nombreuses preuves, dont des enregistrements et des vidéos des exactions, attestent la responsabilité du Hamas, une tendance croissante à nier le massacre émerge, notamment aux États-Unis, indique le journal.


Ce phénomène de négationnisme se propage en ligne, avec des accusations selon lesquelles l’armée israélienne aurait orchestré le massacre pour justifier une invasion de Gaza, ou que les États-Unis seraient impliqués.

Ces théories sont particulièrement répandues sur des plateformes telles que Tik Tok et Reddit, où des utilisateurs accusent Israël d’avoir mené une attaque sous « faux drapeau ». Cette situation alarme les dirigeants et chercheurs juifs, qui la comparent au négationnisme de la Shoah et dénoncent ses relents antisémites, notamment parmi les adeptes de théories du complot.

L’article cite l’exemple de Mirella Monte, une agente immobilière et thérapeute holistique de Caroline du Sud. Initialement choquée par les nouvelles du massacre, elle est aujourd’hui convaincue, en se basant sur des informations d’un groupe Telegram, que l’attaque était une opération d’Israël sous fausse bannière, avec la complicité américaine, pour justifier un « génocide » à Gaza. Ce récit falsifié s’est également répandu lors de manifestations anti-israéliennes.

Bassem Naim, un haut responsable du Hamas, a nié toute implication du groupe dans la mort de civils, la qualifiant de « propagande israélienne ».


Cette déclaration a trouvé écho chez certains utilisateurs de Reddit, qui soutiennent la thèse du « faux drapeau » d’Israël. Des sites d’information extrémistes tels qu’Electronic Intifada et GrayZone ont également repris cette version, allant jusqu’à affirmer que la majorité des victimes israéliennes ont été tuées par Tsahal et non par le Hamas.

Ce phénomène de négationnisme n’est pas limité à l’extrême gauche, mais inclut également des extrémistes de droite et des négationnistes de l’Holocauste. Selon une enquête menée par The Economist et l’Institut YouGov, un jeune Américain sur cinq pense que la Shoah est un « mythe », et plus d’un cinquième considère que les faits sur l’Holocauste sont « exagérés ».

Comme je l’avais expliqué dans un autre article, lors de son Webjournal, Alexis Cossette faisait remarquer que l’otage filmée ne pouvait pas être enlevée par le Hamas, car les terroristes n’étaient pas masqués. Il était sûr et certain de ce qu’il avançait, en souriant ironiquement, car il était bien évident pour lui, que le Hamas n’était pas responsable de cette attaque du 7 octobre.

J’ai même contacté Alexis sur VK, tant j’étais outrée de ses affirmations, pour lui expliquer que je connaissais la vérité, mais cela n’a pas eu d’effet sur ce « chercheur de vérité » à l’égo démesuré. Il est revenu sur le sujet, dans le Webjournal suivant, en réitérant ses railleries, et ses spéculations sans fondements.

Manque de chance pour lui, NBC a découvert la vérité … La chaîne américaine dit que la jeune Israélienne de 26 ans a été enlevée par des civils gazaouis qui ont pénétré en Israël le 7 octobre.

Mais vu que les États-Unis sont déclarés complices d’Israël, par les propagandistes pro-Hamas, c’est comme si on avait rien dit… Comme l’a écrit le Figaro :

«Depuis le 7 octobre plane un négationnisme d’atmosphère»

Le statut de victimes a été arraché en un éclair aux corps des morts, de même que leur humanité avait été arrachée dans l’allégresse à ces juifs massacrés, mutilés, violés, brûlés, kidnappés. L’État d’Israël, dont les citoyens ont été attaqués sur son territoire souverain, est transformé en État-bourreau parce qu’il refuse, en ripostant contre le Hamas à Gaza, que se perpétue une seconde extermination.

Laquelle a été appelée de ses vœux par Ghazi Hamad, l’un des hauts responsables du Hamas, qui promettait, le 1er novembre:

«Nous répéterons l’attaque du 7 octobre encore et encore jusqu’à ce qu’Israël soit anéanti.» Il ajoutait: «Nous sommes des victimes, tout ce que nous faisons est justifié.»

Et bien que le Hamas réitère ses promesses de recommencer, certains décérébrés continuent de penser que c’est une opération sous faux drapeau…

Une «fake-réalité» s’est substituée à la «vérité vraie».

La barbarie du Hamas a été effacée par la magie de la haine antisémite. Il en ressort que la culpabilité d’Israël tiendrait à sa nature profonde : celle d’un pays illégitime. C’est la thèse du Hamas et de ses supporters.

Nous sommes constamment dans la remise en cause de la réalité totalitaire du Hamas qui affirme lui-même réserver l’abri des tunnels aux leaders et accapare sans vergogne l’aide humanitaire destinée aux Gazaouis.

Le Hamas est devenu un GENTIL, et le méchant Israël est devenu un menteur capable d’inventer n’importe quoi pour faire croire qu’il se défend, allant jusqu’à dire, comme Alexis Cossette qu’Israël a mis en scène de faux enterrements !

Quand on est israélien et qu’on connaît les familles endeuillées, croyez-moi, ça fait un drôle d’effet…

Et pendant ce temps là, un arabe israélien reçoit la médaille de « Héros de la patrie »

Après plus de 100 jours de guerre, Israël a décerné à seize citoyens et organisations la médaille de « Héros de la patrie », lors d’une cérémonie. Cette décoration est divisée en plusieurs catégories dont le dénominateur commun est l’esprit de volontariat, d’engagement, d’unité et d’action au sein de la société civile israélienne.

Parmi les personnalités à avoir été récompensées par la médaille de « Héros de la patrie », figuraient le chanteur Omer Adam, le comédien Guy Hochman, ou encore le journaliste et influenceur arabe israélien Yoseph Haddad, très actif sur les plateaux de télévision et les réseaux sociaux pour défendre l’État d’Israël.

Yossef Haddad

« La guerre difficile dans laquelle nous nous trouvons a conduit la société israélienne à se mobiliser de manière sans précédent. Le patriotisme israélien a été révélé dans toute sa gloire avec des centaines d’initiatives qui ont aidé et aident encore des centaines de milliers de personnes dans notre pays bouleversé », a déclaré le Conseil sioniste d’Israël. « Nous sommes fiers de ces personnes extraordinaires qui chaque jour renforcent la société israélienne ».


Que pensez-vous de cet article ? Partagez autant que possible. L'info doit circuler.



Aidez Elishean à survivre. Merci


ELISHEAN 777 Communauté pour un Nouveau Monde

(Vu 186 fois, 1 visites aujourd'hui)

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page