Cas de conscience

La route DIE mène à Gaza

Diversité, Inclusion, Équité (DIE) - par John Green

Que se passe-t-il lorsque des générations d’enfants sont élevées dans l’idée de considérer les autres comme des êtres moins qu’humains, indignes des droits humains fondamentaux ?

Cela crée une société dysfonctionnelle, qui a perdu tout sens moral. C’est une société dans laquelle le viol, la torture, les enlèvements et le meurtre gratuit d’innocents ne suscitent pas d’indignation morale, mais de la célébration.

C’est une société incapable de coexister avec les autres, parce que ses valeurs se sont éloignées de tout ce qui est considéré comme « civilisé ». Lorsqu’une telle société est créée, elle doit soit soumettre les autres autour d’elle, soit être elle-même soumise. Il ne peut y avoir de paix négociée lorsqu’une partie à un conflit refuse de reconnaître l’humanité inhérente à l’autre partie. Il ne peut y avoir qu’un gagnant, un perdant ou un conflit perpétuel.


Les Palestiniens sont la triste histoire d’un peuple tout entier condamné à des vies de violence et de misère parce qu’il a accepté la sentence de « victimisation ».

Ils ont adhéré à l’idée que leur sort dans la vie n’est pas déterminé par leurs propres décisions, mais est le résultat du mal que d’autres leur ont infligé.

En adoptant le statut de victime, les Palestiniens ont accepté la haine plutôt que l’autonomisation. Ils ont mentalement placé leur avenir entre les mains des autres et sacrifié les bases nécessaires à leur développement personnel : un engagement à améliorer eux-mêmes leur communauté. Les Palestiniens ont troqué l’autodétermination contre la fausse noblesse du statut de victime.

Nous faisons le même commerce avec l’Amérique.


Au siècle dernier, nous avons fait de grands progrès dans la résolution de nos tensions raciales. Tragiquement, il semble que nous ayons atteint un sommet avec le mouvement des droits civiques. Nous avons atteint un sommet avant de résoudre les problèmes.

Après les succès des années 60, l’industrie de la diversité (sous ses diverses formes) a déclenché un changement fondamental dans notre approche de la résolution des problèmes raciaux. Nous avons arrêté de rechercher une société daltonienne dans laquelle tous seraient jugés de la même manière et avons commencé à exiger un traitement spécial pour les victimes perçues.

Nous avons commencé à fabriquer des tensions raciales en enseignant qu’il existe des privilégiés et des opprimés, ces derniers ayant besoin d’être protégés contre un système qui les victimise.

Le Projet 1619 enseigne à nos jeunes que l’Amérique a été fondée sur l’esclavage et qu’elle est donc définitivement imparfaite.

Il n’est pas reconnu que l’Amérique est aussi un pays qui s’est sorti d’une telle barbarie – au prix de grands sacrifices. C’est une leçon que les succès de l’Amérique ont été obtenus sur le dos des esclaves – ce dont tous les « Blancs privilégiés » devraient avoir honte.

La théorie critique de la race (CRT) enseigne à nos enfants que, quelles que soient leurs actions, certains de leurs camarades de classe sont des oppresseurs. Ceux qui manquent de mélanine cutanée sont à jamais marqués des péchés que leurs ancêtres ont peut-être commis ou non. Il est conçu pour enseigner le ressentiment et la honte, deux éléments qui suscitent la haine.

La diversité, l’inclusion et l’équité (DIE) exigent que les descendants des anciens oppresseurs offrent des avantages aux descendants des anciennes victimes. Ces avantages doivent inclure un traitement préférentiel en matière d’admission, d’embauche et d’avancement – ​​et même des réparations monétaires qui seront collectées et distribuées par le gouvernement.

Pour faciliter les choses, la détermination de l’oppresseur/victime doit être effectuée sur la base de la couleur de la peau plutôt que de l’ascendance réelle. Ainsi, un contribuable blanc dont l’arrière-arrière-grand-père est mort pour libérer les esclaves est censé payer des réparations à une femme noire, comme Sunny Hostin, dont l’arrière-arrière-grand-père possédait des esclaves.

Est-ce que tout cela est conçu pour créer de l’harmonie plutôt que du ressentiment ?

En fait, nous créons une société dans laquelle la valeur d’une personne n’est pas son humanité inhérente, mais plutôt sa couleur de peau – et celles aux tons plus clairs sont dignes de mépris.

Nous apprenons à nos enfants à se détester, sans apparemment savoir où cela nous mène.

Cela conduit à Gaza, une société qui rejette la coexistence pacifique. Est-ce ce que nous voulons pour l’Amérique : une société dans laquelle la haine et la méfiance nous empêchent de travailler ensemble pour trouver des solutions aux problèmes ? Voulons-nous ce que les Palestiniens exigent : un vainqueur incontesté de la course au « fleuve jusqu’à la mer » ?

Après quarante ans passés à se concentrer sur les différences superficielles plutôt que sur le daltonisme, existe-t-il des preuves que DIE nous amène vers l’harmonie raciale ? Coexistons-nous mieux aujourd’hui qu’il y a quarante ans, ou l’industrie a-t-elle déshumanisé une race et élevé d’autres au détriment du progrès ?

Andrea Widburg a récemment décrit Tiffany Henyard, maire de Dolton, dans l’Illinois. La maire Henyard a des démêlés avec le conseil municipal pour avoir abusé des fonds de la ville à son profit personnel. Elle est indignée contre le conseil municipal – non pas parce qu’elle est innocente des accusations, mais parce que les membres noirs du conseil municipal ne « défendent » pas le maire noir.

Son argument est que la couleur de sa peau prime sur le contenu de son personnage. Elle est furieuse que le conseil se préoccupe davantage de son comportement que de sa couleur. Elle a subi un lavage de cerveau pour voir la société comme une compétition raciale plutôt que comme une coopérative civilisée.

Nous acceptons comme acquis que la vie des Noirs compte. Mais dire « toutes les vies comptent » est considéré comme haineux, car cela ne reconnaît pas la valeur unique des « opprimés ».

Les partisans du DIE ne comprennent pas que la création d’un classement des races en dévalorise inévitablement certaines.

Où mène la dévalorisation d’une race ?

Cela conduit des jeunes non blancs à assassiner un cycliste blanc avec une voiture volée – pour le plaisir. Cela les a amenés à publier sans vergogne leur acte sur les réseaux sociaux, puis à se vanter qu’ils ne subiraient aucune conséquence. Les adolescents ont été entraînés à croire que la vie de leur victime n’avait aucune valeur. Ils pensaient que la société excuserait le délit mineur consistant à assassiner un « homme blanc privilégié ». Où ont-ils eu une telle idée ?

Les procureurs soutenus par Soros refusent systématiquement de poursuivre les personnes non blanches parce qu’elles sont surreprésentées en prison. Ils sont donc victimes d’un système oppressif et méritent un traitement particulier. Un tel pouvoir discrétionnaire en matière de poursuites renforce-t-il l’harmonie raciale et l’ordre social ? Ou est-ce que cela libère une classe de citoyens de toute responsabilité, en leur apprenant que les règles de la société ne s’appliquent pas à eux ?

Pour protester contre la mort d’un homme noir (George Floyd), des émeutiers ont incendié des villes et pillé des commerces. Leur comportement antisocial a été excusé comme un exercice légitime de liberté d’expression – parce que les règles sont différentes pour certaines classes protégées. Les conditions de vie dans nos villes se sont-elles améliorées grâce aux nouvelles règles pour les « opprimés » ?

Gaza est-elle notre avenir ?

Il existe un point critique à partir duquel la coexistence pacifique deviendra intenable. C’est le point où les haines deviennent si enracinées que les discussions raisonnables sur les problèmes sont remplacées par des tentatives ouvertes de s’écraser les unes les autres. Combien de temps pourra-t-on affirmer que la couleur de la peau justifie le ciblage des uns et donne le pouvoir aux autres de récolter le butin ? Quand le DIE détruira-t-il notre capacité à dialoguer sur les problèmes ?

Nous n’avons pas encore atteint le niveau de dysfonctionnement de Gaza – ou alors je ne pourrais pas écrire cet article. Mais bien sûr, les Palestiniens font subir un lavage de cerveau à leurs enfants depuis quatre générations, et nous, nous ne le faisons que depuis deux. Je ne sais pas à quelle distance se situe le Rubicon, mais nous semblons faire de gros efforts pour y arriver.

 Source Penseur américain février 2024


Que pensez-vous de cet article ? Partagez autant que possible. L'info doit circuler.



Aidez Elishean à survivre. Merci


ELISHEAN 777 Communauté pour un Nouveau Monde

(Vu 123 fois, 1 visites aujourd'hui)

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page

En savoir plus sur Elishean 777

Abonnez-vous pour poursuivre la lecture et avoir accès à l’ensemble des archives.

Continue reading