Cas de conscience

Appel à un double Holocauste

Cela se passe aux États-Unis, à l'université de Columbia

La haine s’empare des campus, aux États-Unis, mais aussi en France, à Sciences Po. Les récentes manifestations anti-israéliennes et pro-Hamas à l’Université de Columbia ont donné lieu à des appels à un double Holocauste – pas un deuxième Holocauste, mais un double….

Dans des images diffusées lors de l’orgie haineuse de Colombia ce week-end, l’un des manifestants a crié aux étudiants juifs et aux contre-manifestants :

« Souvenez-vous du 7 octobre ! Cela n’arrivera pas une fois de plus, pas cinq fois de plus, pas 10 fois de plus. , pas 100 fois de plus, pas 1 000 fois de plus, mais 10 000 fois ! »

Environ 1 200 personnes ont été assassinées le 7 octobre 2023. 10 000 fois 1 200, cela revient à 12 millions de personnes.


Ce manifestant a appelé à l’extermination du double du nombre de Juifs assassinés par les nazis pendant l’Holocauste, et de plus des deux tiers de l’ensemble de la population juive dans le monde.

Pour ne pas être en reste, un autre manifestant a crié :

« Êtes-vous prêt ? Le 7 octobre est sur le point d’être tous les jours. Tous les jours. Le 7 octobre sera tous les jours pour vous.

Il ne semble pas que cet homme veuille que les tueries s’arrêtent un jour tant qu’un seul Juif respire encore quelque part.

D’autres manifestants brandissaient des pancartes appelant le Hamas à assassiner des étudiants juifs.


Nous ne devrions pas avoir besoin de preuves supplémentaires que les manifestants enragés anti-Israël et pro-Hamas qui sont descendus dans les rues du monde entier depuis le 7 octobre sont des gens horriblement haineux.

C’était déjà évident au moment où les célébrations des atrocités du Hamas ont éclaté à Sydney en Australie et dans les rues de New York. Le slogans « gazez les Juifs » ne laisse aucun doute sur les intentions sinistres de ceux qui les prononcent.

Le massacre a été célébré par un membre du personnel de l’université de Columbia, Joseph Massad, professeur de politique et d’histoire arabe moderne. Il a qualifié le pire massacre du peuple juif depuis l’Holocauste de « génial », « étonnant », « stupéfiant » et de « victoire éclatante ».

Étonnamment, Massad est toujours employé à Columbia. Au cours des six derniers mois, on il a dit que « Du fleuve à la mer, la Palestine sera libre » n’est pas antisémite ou génocidaire mais simplement un appel à la paix et à la liberté.

« On nous a dit que ces manifestations constantes de haine ne sont que des exercices de liberté d’expression contre Israël et que toute critique à leur encontre est une tentative de faire taire les critiques d’Israël.

Et cela alors même que les incidents antisémites ont augmenté de plus de 300 %, que la sécurité autour des institutions juives a dû être renforcée et que la police de Londres a averti un homme visiblement juif que son existence même déclenchait la foule anti-israélienne.

Un rabbin de Columbia a averti les étudiants juifs de rentrer chez eux et de rester hors du campus pour leur propre sécurité, et avant cela, les étudiants juifs demandaient déjà la permission d’apprendre à distance plutôt que de risquer la violence de ceux qui souhaitent si ouvertement les assassiner.

Et il y a encore ceux qui défendent les gens qui appellent au meurtre des Juifs à New York comme étant de simples critiques d’Israël, et qui dénoncent toute tentative de combattre cette haine comme une réduction au silence des critiques légitimes.

Ceux qui diffament constamment Israël en l’accusant de « génocide » n’ont que de bonnes choses à dire à propos de ceux qui appellent ouvertement au meurtre de millions de Juifs, soit deux fois plus de Juifs que ce que les nazis ont réussi à tuer.

Parce que c’est le but premier de l’accusation de génocide, empêcher Israël de pouvoir se défendre contre un véritable génocide et laisser le Hamas, le Jihad islamique, le Hezbollah et leurs maîtres iraniens libres d’assassiner jusqu’au dernier Juif de l’État d’Israël.

Appeler à 10 000 événements du 7 octobre ou à l’assassinat d’étudiants juifs devrait franchir une ligne qui amènerait tout le monde à prendre du recul et à véritablement faire le point sur ce qui se passe.

Il y a déjà eu des violences, comme celle de ce journaliste étudiant juif qui a été poignardé à l’œil par un manifestant anti-israélien brandissant un drapeau palestinien.

Il existe un célèbre sketch de la comédie britannique That Mitchell and Webb Look dans lequel deux soldats nazis remarquent les crânes sur leurs casquettes et demandent : « Sommes-nous les méchants ?

Si les idiots utiles qui ont rejoint le chœur antisémite soutenant la guerre génocidaire du Hamas pour éliminer le peuple juif pouvaient un jour avoir un moment de réflexion sur eux-mêmes et réaliser à quel point les gens avec lesquels ils ont uni leurs forces sont mauvais, c’est une question qu’ils se poseraient. eux-mêmes.

« Sommes-nous les méchants ? »

Si vous êtes du côté de quelqu’un qui appelle à 10 000 7 octobre, si vous êtes du côté de quelqu’un qui brandit une pancarte pointant vers les étudiants juifs et appelant le Hamas à les assassiner, alors oui, vous l’êtes.

Et à ce stade, plus de six mois après qu’il est devenu clair qui sont les nazis des temps modernes et avec des appels aussi ouverts à un Holocauste actualisé, ils ne méritent pas le bénéfice du doute.

Yosseph Haddad, un arabe israélien, était sur les lieux à Columbia. Il explique:

« Seuls les gens délirants pourraient penser cela. Dans toutes leurs manifestations « pacifiques », ils crient Intifada, Intifada… En tant qu’Arabe vivant en Israël, je sais ce que signifie l’Intifada et la mort d’un plus grand nombre de Juifs et d’Arabes. La majorité de ces manifestants sont des partisans du terrorisme, ils sont violents et agressifs !

Il nous dit : « J’ai essayé de comprendre d’un manifestant américain contre Israël ce qu’il savait de la raison pour laquelle Israël se bat à Gaza… »

Quand des immigrés arabes aux USA, crient aux juifs « retournez en Pologne » :

Français d’origine syrienne, Faraj Alexandre Rifai, donne son avis sur le mensonge qui engendre la haine. Il n’est pas juif, il n’est pas israélien, il est syrien. (voir son blog)

En Israël, j’ai rencontré des juifs d’Irak et de Syrie.

Ils m’ont tous raconté leur Nakba et comment ils avaient fui la mort qui les guettaient dans les pays où ils étaient nés.

Du jour au lendemain, ils ont tout abandonné, en laissant derrière eux leurs maisons, biens, boutiques, entreprises, ateliers, patrimoines et souvenirs.

Ils avaient tout bradé pour partir vite avant que ce soit tard, de peur qu’ils soient coincés.

Arrivés en Israël ou en Occident, ils ont reconstruit leur vie, dans la douleur et la pauvreté.

Certains m’ont raconté leur vie dans les campements de fortune. Israël n’était pas encore construit, un nouveau pays qui naissait, il n’y avait pas de logements sédentaires pour tout le monde.

Après les vastes et belles maisons d’Irak et de Syrie ils vivaient dans les tentes et dans la boue.

Fini les campements de nouveaux arrivants, petit à petit, ils ont reconstruit leur vie et leur pays. Ils ont tout recréé à nouveau. Tout rebâti. À partir de rien, sinon le soutien d’un état qui tient à protéger ses citoyens.

Ils sont désormais des citoyens à part entière. Et depuis, aucun d’entre eux, que ce soit en Israël en Occident ne se sent, ne se définit, comme un réfugié.

Quand vous voyez une certaine Rima Hassan, comme des milliers d’autres palestiniens pourtant naturalisés en Occident, et parfois depuis des générations, ils sont encore et toujours considérés comme des réfugiés palestiniens par l’UNRWA.

En réalité, certains de ces soi-disant réfugiés palestiniens – parfois aidés et soutenus par des ONG corrompus comme l’UNRWA – ne font que perpétuer leur statut de réfugié, et donc de la victime, pour marchander et monnayer « la cause palestinienne » tout en attisant la haine d’Israël et des juifs et en soutenant le terrorisme.

Leur statut de réfugié est surtout basé sur des mensonges. Car contrairement aux Juifs du Moyen-Orient notamment qui étaient obligés de partir, ce sont les gouvernements arabes qui en étaient la cause : d’abord en attisant la haine de juif et ensuite en leur demandant de quitter leurs maisons (volontairement) le temps qu’ils (les gouvernements arabes) « chassent les juifs ».

Beaucoup de e ces habitants n’avaient pas été chassés. Ils étaient partis de leurs propres chefs. D’autres avaient décidé de rester. Ils sont aujourd’hui des citoyens israéliens. `

En fait, ces « Palestiniens » comme leurs soutiens imputent l’échec de leur choix aux israéliens au lieu de reconnaître les fausses promesses et les erreurs des dirigeants arabes de l’époque. Si au lieu de la haine des Juifs ils avaient accepté l’idée de coexistence, ils n’en seraient pas là aujourd’hui.

Ils n’assument rien.

Et le pire, ils ne font rien pour avancer dans leurs vies. Ils ont passé 76 ans à transmettre le statut de réfugié de père en fils, avec un discours de haine. Ils veulent récupérer une Palestine qui ne leur appartient pas, du fleuve à la mer. Autrement dit, détruire Israël, le pays qui s’est construit dans la douleur et au prix de dur labour et de sacrifices.

En réalité, les Palestiniens devraient combattre ces discours de marchands de la cause qui ramassent les milliards sur le dos de leur statut d’éternels refugiés.

Il est temps pour les Palestiniens de reconstruire leur vie là où ils sont nés et établis depuis des génération plutôt que de se victimiser

Il est temps pour les Palestiniens qui vivent à Gaza ou dans les territoires d’arrêter de soutenir les terroristes islamistes et la culture de la haine.

Si au lieu des 600 km de tunnels de l’horreur, ils avaient construit des tours et développés les startups, Gaza aurait pu être aujourd’hui le Singapour du Moyen-Orient.

Qu’ils arrêtent d’écouter les marchands de malheur à la sauce Rima Hassan.

Mosab Hassan Youssef, fils aîné du prédicateur palestinien Hassan Youssef, membre fondateur du Hamas:

« La « Palestine » est le mensonge en soi

Si la Palestine n’a jamais été un pays ni une nation, alors toutes les théories fondées sur ce mensonge sont invalides.

La « Palestine » est devenue l’utopie de tant d’évadés qui n’ont pas le pouvoir de créer un changement dans le monde réel.

Poussés par la misère, ils recherchent la révolution, et la révolution les ramène à la misère. »


Que pensez-vous de cet article ? Partagez autant que possible. L'info doit circuler.



Aidez Elishean à survivre. Merci


ELISHEAN 777 Communauté pour un Nouveau Monde

(Vu 162 fois, 1 visites aujourd'hui)
Bouton retour en haut de la page

En savoir plus sur Elishean 777

Abonnez-vous pour poursuivre la lecture et avoir accès à l’ensemble des archives.

Continue reading