Le mot lèpre est dérivé du grec lepra, qui signifie tacheté ou taché et représente une maladie ancienne et une maladie connue depuis des millénaires.

Des villes entières, des maisons et même des îles entières du monde entier jusqu’aux années 1900 ont été spécifiquement désignées par les autorités gouvernementales et ecclésiastiques pour séparer les lépreux malades du reste de la population en bonne santé.


Non seulement les gens pouvaient contracter la lèpre, mais aussi leurs vêtements et leurs maisons devenaient lépreux à cause de taches vertes, blanches (lepra alba) et rouges qu’ils devaient détruire si la substance ne continuait pas à pousser. Je soutiens que cette maladie, les pratiques médicales et les techniques de remédiation ont été pratiquées pendant plus de 2 000 ans jusqu’à ce jour.

Le père de la médecine, Hippocrate, l’appelle « la maladie phénicienne », et Galien a dit que c’était « l’éléphantiasis ». Je crois que c’est vraiment une maladie fongique due aux moisissures toxiques. Ce que le CDC a appelé la semaine dernière, « Transmission de Candida auris pan-résistant et résistant à l’échinocandine dans les établissements de soins de santé ― Texas et le district de Columbia ».

En étudiant l’étymologie de la lèpre avant que les Grecs n’aient appelé cette maladie lepra, les Hébreux phéniciens (Canaanites) l’avaient appelée par le nom de tsara ou tsarath dans l’Ancien Testament/Tora. Le nom copte de la lèpre est tseht et la maladie est décrite dans le Papyrus Ebers comme ukhedu. Il est également mentionné dans l’histoire ancienne de l’Inde et du Japon.

Le Tzaraath hébreu décrit les conditions défigurantes de la peau, des cheveux de la barbe et de la tête, des vêtements en lin ou en laine, ou des pierres des maisons situées sur la terre d’Israël dans les chapitres 13-14 du Lévitique.

La première mention de cette maladie dans l’Ancien Testament est un signe donné par Dieu au législateur hébreu Moïse (Exode 4:6 (Jahwist)), qui n’était pas seulement un roi et un prêtre, mais aussi un homme malade atteint de la lèpre, alias Mold/Fungi. Dans le troisième livre d’Exode xi, chapitre 4, verset 4, nous apprenons : « D’où l’on ne peut que sourire à ceux qui disent que Moïse a lui-même été atteint de la lèpre lorsqu’il s’est enfui d’Égypte.

Par conséquent, Moïse a été expulsé d’Héliopolis en raison de son état de lépreux (voir aussi I, 26 et Ant, III, xi, 4). Le deuxième cas est celui de Miriam (Nombres 12 :10), où la maladie est décrite graphiquement (EP2).

Le mot tsara’at apparaît environ deux douzaines de fois dans la Bible hébraïque, presque exclusivement dans le Lévitique, décrivant comment il infecte les gens, les vêtements et les gens.

On trouve dans la Septante grecque  , la traduction de la Bible hébraïque, negac tsara’at a été traduit en grec par aphe lepras, et plus tard dans la Vulgate latine, cela est devenu plega leprae. Le mot  Tsara’at  a continué à être traduit par « lèpre », même si le mot lèpre n’était pas connu en Méditerranée lorsque la Bible hébraïque a été écrite. 

D’autres érudits ont suggéré que la traduction correcte de tsara’at est « moisissure ou champignons » et je suis d’accord.


Il y a maintenant une énorme quantité de science et de recherche dont nous disposons montrant que les moisissures contaminent (souillent) les bâtiments et provoquent une détresse respiratoire, une perte de mémoire et des taches sous forme d’éruptions cutanées, de boutons, d’ulcères et de cancer chez les humains, et le fait que la moisissure est présent depuis la nuit des temps, validez la traduction de tsara’at et du dernier lèpre en tant que « moisissures/champignons ».

Ces références modernes peuvent être comparées aux Écritures comme dans Lévitique 14 :45 à la moisissure qui souille un endroit où vivre, des mesures drastiques ont donc dû être prises. 


Dans Lévitique, nous apprenons un effort total de la classe dirigeante et de la prêtrise pour nettoyer Israël de la moisissure et de la lèpre, qui semblent aller de pair. Des mesures drastiques ont été prises pour inspecter les maisons, les personnes et rendre des jugements ou des rapports d’inspection finaux sur tous les cas signalés. S’il s’avérait que la maison et les gens étaient atteints de moisissure ou de lèpre, ils étaient officiellement déclarés impurs et voués à la destruction et/ou au bannissement de la communauté. 

Aujourd’hui, la lèpre peut être comparée au virus Corona/COVID, ou à ce que je pense être plus approprié, une moisissure toxique/super champignon que les Centers of Disease Control (CDC) appellent, « Transmission de Candida auris pan-résistant et résistant à l’échinocandine. dans les établissements de santé .

Nous pouvons comparer les patients COVID aux Lépreux car les personnes qui ont contracté cette maladie ont été officiellement déclarées impures (COVID positives) et ont été isolées de la communauté. Le mot impur était un mot qui ne décrivait pas seulement une personne infectée, mais c’était ce qu’elle faisait et comment elle vivait qui causait la maladie. Le mot anglais impur est dérivé du grec  akathartos ; impureté (la qualité), physiquement ou moralement — impureté.

De plus, les personnes atteintes de COVID présentent des symptômes similaires dans Lévitique 13 ; 14 ; Nombres 12:10-15 sous lequel la maladie pourrait se développer :

  1. Sans aucune cause apparente (Lévitique 13:2-8)
  2. Sa réapparition (9-17)
  3. De l’inflammation (18-28)
  4. Sur la tête ou le menton (29-37)
  5. En taches blanches polies (38, 39)
  6. A l’arrière ou à l’avant de la tête (40-44)

Comme la lèpre, le COVID et certains champignons pathogènes provoquent également une inflammation chez les victimes, la principale caractéristique étant une inflammation des poumons et une insuffisance respiratoire causées par une réponse immunitaire trop exubérante. Cela peut conduire au « syndrome inflammatoire multisystémique chez les enfants (MIS-C), qui est une maladie grave associée à COVID-19 où différentes parties du corps peuvent devenir enflammées, y compris le cœur, les poumons, les reins, le cerveau, la peau, les yeux ou gastro-intestinal organes.

Les patients COVID ont également des taches comme les lépreux via des taches rouges et blanches dans la bouche et la gorge, et il a également la capacité de réinfecter les personnes qui se sont remises d’une maladie antérieure. 

Nous traitons également les patients COVID modernes comme nous le ferions les lépreux dans le passé. Je suppose que bientôt, nous pourrons faire passer ce programme de remédiation au niveau supérieur comme ils le faisaient à l’époque de Moïse, lorsque les lépreux étaient souvent bannis dans des villes et des îles spéciales pour être officiellement séparés du reste du monde indéfiniment.


Vous devez faire la distinction entre l’impur et le pur. – Lévitique 11:47

Source


Que pensez-vous de cet article ? Inscrivez-vous et rejoignez la conversation


Merci à tous pour votre soutien.

Beaucoup d'entre vous sont avec moi, par le coeur et la pensée, et je vous transmet ma gratitude... Vous pouvez assurer la continuité de ce site de plusieurs manières... En partageant les articles que vous avez aimé... En achetant vos livres et vos produits préférés sur Amazon via ce site... En faisant un don sécurisé sur Paypal... Ou les trois en même temps... Recevez toute ma gratitude... Mon Amour vous accompagne...


Veuillez aider à soutenir les médias alternatifs. Nous suivons la vérité, où qu'elle mène. Votre aide est importante... Merci








Elishean777 : Communauté pour un Nouveau Monde © elishean/2009-2021

Tags:

0 Commentaires

Laisser une réponse

Imaginer un Nouveau Monde © Elishean 2009 - 2021

%d blogueurs aiment cette page :