Secrets révélés

Obama a dit: « Nous devons tuer les médias indépendants avant 2024 »

Entre la censure, la démonétisation, les petites guerres entre sites, comme celle que je viens de vivre avec les canalisations de Kryeon, et les efforts des élites pour définitivement nous éliminer, tous les sites qui ne répètent pas mots pour mots la propagande officielle finiront par disparaître…

Via News Punch :

L’ancien président américain Barack Obama a appelé à l’abolition totale des médias indépendants avant l’élection présidentielle de 2024.

S’exprimant lors du sommet de Copenhague sur la démocratie la semaine dernière, Obama a appelé à une interdiction mondiale totale des contenus qu’il considère comme de la « désinformation », de la « haine » ou une « théorie du complot ». En d’autres termes, tout ce qui n’est pas approuvé par les médias grand public.

Rapports de Reclaimthenet.org : Avant qu’Obama n’entre en scène, la dirigeante de la Fondation Obama de 2022, Sarah-Josephine Hjorth, a fait allusion à ce qui allait arriver en s’insurgeant contre les « fausses nouvelles et la désinformation ».

« Alors que l’augmentation de l’utilisation des smartphones et des médias sociaux est d’abord venue avec le murmure d’une participation démocratique renouvelée, les fausses nouvelles et la désinformation dominent le paysage numérique et entraînent une érosion du tissu de la vérité et de la polarisation », a déclaré Hjorth.

Peu de temps après être monté sur scène, Obama a poursuivi sur ce thème en invoquant l’émeute du Capitole du 6 janvier et en l’associant aux « théories de la désinformation et du complot ».

²

« Dans mon propre pays, les forces qui ont déclenché la violence de la foule sur notre Capitole continuent de produire des théories de désinformation et de complot », a déclaré Obama.

Vers la fin de son discours, Obama a lancé un appel plus direct à la censure du contenu qualifié de théorie du complot, de désinformation ou de haine.

« Nous devons prendre des mesures pour détoxifier notre discours », a déclaré l’ancien président. « Particulièrement le fléau de la désinformation et des théories du complot et de la haine en ligne qui a pollué notre discours politique. »

Obama a poursuivi en exigeant que les entreprises technologiques « acceptent un certain degré de contrôle démocratique et de responsabilité » et en notant qu’il avait longuement parlé de ces questions lors de son discours du 21 avril à l’Université de Stanford.

Dans son discours de Stanford, Obama a appelé à « résoudre le problème de la désinformation », a salué la censure des « discours de haine » sur les réseaux sociaux et a déclaré que la modération du contenu « ne va pas assez loin ».

Après avoir terminé son discours, Obama a invité trois dirigeants de la Fondation Obama 2022, Tudor Iulian Bradatan, Selvije Mustafi et Federica Vinci, sur scène. Il s’est ensuite plaint de l’augmentation de la désinformation depuis qu’il a quitté ses fonctions et de la difficulté de « faire le tri entre ce qui est vrai et ce qui est faux, ce qui est du journalisme et ce qui est fabriqué ».

Obama a poursuivi en affirmant que la politisation des problèmes liés au COVID, comme se faire vacciner ou porter des masques, était « motivée uniquement par la désinformation qui existait ».

« Je me demande comment… c’est [la désinformation] qui vous a affecté et si vous avez vu des solutions pour… aider les jeunes à faire la distinction entre ce qui est vrai et ce qui est faux dans la prise de décisions sur la façon de participer et ce qu’il faut soutenir ? » a demandé Obama.

Mustafi, un organisateur national de base du plus grand mouvement rom de Macédoine du Nord, a déclaré :

« Notre mouvement est également très préoccupé par la manière dont… les fausses informations et la désinformation se propagent sur Internet pour influencer les décisions de certains acteurs politiques ou partis politiques.

Elle a ajouté que le défi de ce type de fausses nouvelles et de désinformation est qu’il amène les gens à avoir un « type d’opinion différent qui n’est pas nécessairement pertinent ou véridique ».

Vinci, l’adjoint au maire d’Isernia, en Italie, a qualifié la propagation de « fausses nouvelles » et de « faux bruits » d' »effrayante ».

Le Sommet sur la démocratie de Copenhague d’Obama et les discours de l’Université de Stanford sont quelques-unes des nombreuses pressions qu’il a faites pour des règles qui freineraient le discours en ligne.

Plus tôt cette année, l’ancien président a proposé des « modifications » à l’anonymat en ligne lorsque les gens sont « grossiers, odieux, cruels ou mentent » et a suggéré que les algorithmes des médias sociaux soient audités par des inspecteurs fédéraux pour faire face à la désinformation.

Et au cours des années précédentes, Obama a appelé à une réglementation des médias sociaux qui freine les « mensonges fous et les théories du complot » et a poussé les plateformes Internet à réduire l’influence des groupes haineux.


Que pensez-vous de cet article ? Partagez autant que possible. L'info doit circuler.


Veuillez aider à soutenir les médias alternatifs. Nous suivons la vérité, où qu'elle mène. Merci



ELISHEAN 777 Communauté pour un Nouveau Monde

(Vu 422 fois, 1 visites aujourd'hui)

Laisser un commentaire

Adblock détecté

Merci de désactiver votre bloqueur de publicité pour naviguer sur le site.