Divulgation CosmiqueTV

L’impact acoustique inexpliqué du Mont Roan sur le cerveau humain

Qui chante au sommet d'une montagne aux USA ?

Dans le sud-est des États-Unis, il existe un endroit où des anomalies acoustiques se produisent depuis des milliers d’années, affectant le cerveau humain de sorte que les gens commencent à voir des formes étranges.

C’est le territoire du mont Roan, une chaîne de hautes terres qui fait partie du système montagneux des anciennes Appalaches. L’histoire de ces lieux remonte à des millénaires lointains, lorsque les Amérindiens vivaient encore ici.

Ce sont eux qui ont été les premiers témoins oculaires du chant mystérieux dans les montagnes. Il y a environ deux mille ans, des chamans indiens ont rapporté qu’une divinité d’un autre monde vivait sur le mont Roan. Ses messagers avertissaient les voyageurs par leurs chants, lorsqu’ils s’approchaient du lieu sacré.

Vue depuis la montagne Roan. Crédit : Archives de l’État du Tennessee

Les voix dans les montagnes de Roan rappellent l’histoire d’Ulysse à qui on a demandé d’être attaché au mât alors que la galère s’approchait de l’île des Sirènes. Seules les sirènes, avec leur doux chant, suscitaient l’envie effrénée des marins de sauter par-dessus bord et de retrouver les chanteurs, mais au lieu de volupté, elles dévoraient les pauvres bougres. De même, les Indiens locaux, par peur, escaladaient rarement la colline indiquée.


Roan High Knob est le point culminant de Roan Mountain avec une altitude de 6 285 pieds.

Bien sûr, les scientifiques modernes ne croient pas à l’existence de divinités et d’entités d’autres mondes. Mais, ils n’ont pas été en mesure d’expliquer la nature du chant jusqu’à présent. Les tentatives d’attribuer tout à l’interaction bizarre du vent, des rochers et des échos n’ont pas été couronnées de succès. De plus, les enregistrements audio enregistrés dans ces parties ont été étudiés dans divers instituts. Il s’est avéré que les gens peuvent les produire, seules leurs cordes vocales devraient être 2 à 3 fois plus longues et il n’y a pas d’arrêt de respiration ni de fluctuations du niveau de timbre dans le chant.

Au XIXe siècle, une expédition de chercheurs est organisée sur le mont Rouen. Ils ont décrit les événements qui leur sont arrivés dans les lignes suivantes :

« Nous n’avons jamais réussi à monter au sommet. En approchant du point indiqué, nous avons commencé à entendre le jeu de la harpe et le chant sonore des voix basses. Ce n’était pas comme le hurlement du vent ou le cri des animaux et des oiseaux. Nous avons entendu le chœur, mais nous ne pouvions pas comprendre qui produisait ces sons divins. Si j’étais croyant, aujourd’hui je croirais à l’existence des anges ».

²
Les Indiens considéraient ce chant comme l’appel des esprits de la terre et du vent.

De la même expédition, un essai d’un autre participant :

« Le détachement s’est arrêté approximativement au milieu du chemin vers le sommet du mont Roan. Ici, les forêts denses sont remplacées par des clairières ouvertes. Soudain, nous avons entendu chanter. Étonnamment, littéralement tout chantait ici. Le son venait de toutes les directions. Il n’a pas augmenté ou diminué, c’était super. Pour établir la source du chant, nous avons décidé d’installer le camp et de passer la nuit, et le matin de monter encore plus haut ».

Ils n’ont pas réussi à s’élever au-dessus. Toute la nuit, ils écoutèrent le chant, envoûtés, comme s’il ne les laissait pas s’endormir. Plus près du matin, les membres de l’expédition ont vu des silhouettes lumineuses de personnes. Craignant pour leur santé mentale, les explorateurs quittèrent précipitamment la montagne et retournèrent à Londres.


Tout au long du XXe siècle, des dizaines de milliers de personnes ont visité ce lieu. Beaucoup ont entendu le chant mystérieux et il a également été possible de l’enregistrer à plusieurs reprises. En 2001, il y a eu une violente tempête au sommet de Roan. Pendant les rafales de vent, le chant sonore ne s’arrêtait pas, mais devenait insupportablement fort. Les habitants, héritiers des Indiens, croient que ce sont les esprits de la terre qui font la guerre aux esprits du vent.

En 2012, un groupe d’une trentaine d’élèves s’est rendu au pied de la montagne pour entendre en personne le chœur divin. Un jour plus tard, tous les trente se sont plaints d’un violent mal de tête, ainsi que d’hallucinations visuelles sous la forme de silhouettes lumineuses se précipitant parmi les arbres. Cet effet sur le cerveau humain est fréquent chez ceux qui ont visité le mont Roan. Avec une exposition prolongée à un tel son sur le cerveau, les centres de perception sont reprogrammés, ce qui entraîne des hallucinations visuelles, ainsi qu’une altération de la conscience des goûts et des odeurs.

Le chœur mystérieux peut encore être entendu aujourd’hui.

Ainsi, en 2014, les sujets ont été emmenés à la montagne, où ils ont passé environ une journée. Après cela, on leur a donné à renifler diverses saveurs. Ils ont perçu l’odeur de la vanille comme de la dinde crue et l’odeur du Coca-Cola comme l’odeur du goudron. Il en était de même pour les papilles gustatives. Les citrons verts aigres étaient consommés avec grand plaisir, tandis que le maïs en conserve était refusé en raison d’une amertume incroyable.

Le phénomène du mont Roan n’a pas encore été résolu. Il est peu probable que les esprits de la terre ou du vent affectent le cerveau humain, mais le fait que certaines ondes acoustiques reprogramment simplement le travail des centres de perception et d’attitude est prouvé. Soit dit en passant, après 6 à 8 heures, l’odeur et les papilles gustatives des gens fonctionnaient déjà correctement. Ainsi, il convient de noter que la nature a une fois de plus prouvé à l’humanité qu’il existe encore de nombreux mystères inexplorés sur notre planète.


Que pensez-vous de cet article ? Partagez autant que possible. L'info doit circuler.

Veuillez aider à soutenir les médias alternatifs. Nous suivons la vérité, où qu'elle mène. Merci



ELISHEAN 777 Communauté pour un Nouveau Monde

(Vu 222 fois, 1 visites aujourd'hui)

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page