Secrets révélés

Il est temps de reconnaître le crime commis par les Britanniques

par Jonathan Pollard

Jonathan Jay Pollard, né le 7 août 1954 à Galveston (Texas), est un officier dans les services de renseignement de la marine américaine, de religion juive qui, en 1987, a été condamné à la prison à perpétuité aux États-Unis pour espionnage au profit d’Israël. Le 20 novembre 2015, après 30 ans d’incarcération, il est libéré, avec interdiction de quitter le territoire américain pendant 5 ans. Le 30 décembre 2020, il arrive avec sa femme Esther en Israël, pour s’y établir définitivement.

Du fleuve à la mer… Israël sera libre

L’annexion de Gaza et des territoires nous fournira une patrie sûre du fleuve à la mer ; plus tôt nous adopterons ce concept, plus tôt notre avenir, avec l’aide de Dieu, sera assuré.

Jonathan Pollard

« L’ambassadeur David Friedman mérite d’être félicité pour son plaidoyer de principe en faveur de la souveraineté israélienne sur les territoires. Son courage pour défendre publiquement notre droit accordé à D.ieu sur ces terres est véritablement une bouffée d’air frais diplomatique. Cependant, aussi constructive que semble être l’idée de l’ambassadeur Friedman, elle ne fonctionnera tout simplement pas.

Pourquoi je dis ça ? Parce que le « génie » de l’État palestinien, du « fleuve à la mer », est sorti de la bouteille et qu’aucune négociation de bonne foi ni même aucune mesure unilatérale de notre part ne le remettra dans la bouteille remplie de poison d’où il émergé.


Nous savons tous que des décennies de lavage de cerveau de l’Autorité palestinienne (AP) sur ses citoyens ont créé une attente d’indépendance basée sur la destruction d’Israël. Et nous serions illusoires de penser que les soi-disant « Palestiniens » peuvent être amenés à accepter quelque chose de moins qu’un État à part entière, même si cela impliquait une capitale à Jérusalem-Est, le retrait forcé de 500 000 Israéliens des territoires et le retour de millions de faux réfugiés en Israël proprement dit.

Cela signifie que tout accord conclu avec l’Autorité palestinienne pour quelque chose de moins qu’un État souverain couvrant l’ensemble de la Terre d’Israël sera simplement considéré comme un pas de plus sur la voie de la disparition éventuelle d’Israël.

L’essentiel est donc que les Palestiniens n’accepteront rien de moins que la destruction totale d’Israël. Et ce n’est pas ma conclusion. Tous les sondages scientifiques menés auprès des Palestiniens indiquent que tel est le cas.

Ainsi, même dans le cas où l’idée de l’ambassadeur Friedman devait être mise en œuvre, notre guerre avec les Palestiniens se poursuivrait. Et aucune amélioration matérielle apportée à leur vie ne fera changer d’avis les Palestiniens. Ils ont goûté au sang juif et ils en veulent plus, bien plus.


Bien entendu, une partie de leur belligérance est le résultat de notre propre refus inexplicable de prendre légitimement possession de notre patrie sacrée.

En effet, plus le temps passe, plus les Palestiniens et leurs alliés internationaux croient que la Terre leur appartient en réalité exclusivement et que NOUS sommes les occupants illégaux qui doivent être expulsés. Certes, le refus honteux de nos dirigeants militaires et politiques d’éradiquer de manière décisive la violence arabe dans les territoires n’a fait que les convaincre que la terreur est une carte gagnante.

Je veux dire, nous ne pouvons même pas nous résoudre à tenir l’AP responsable de sa politique de « payer pour tuer », qui subventionne le meurtre de Juifs ! À quel point est-ce pathétique ?

C’est pourquoi je crois que seul le transfert massif des Palestiniens vers la Jordanie pourra nous apporter une solution rationnelle au « problème palestinien ».

Et contrairement à ce que pensent certains experts de gauche, les transferts de population se sont produits à plusieurs reprises dans l’histoire. Des exemples récents en sont l’expulsion de 11 millions d’Allemands de souche d’Europe de l’Est à la fin de la Seconde Guerre mondiale et la déportation de plus de 700 000 Juifs des pays arabes à la suite de la guerre d’indépendance d’Israël.

Et si l’on considère les alternatives qui auraient pu arriver à ces personnes déplacées, leur transfert vers des pays d’accueil était en fait la solution la plus humaine qui aurait pu se produire.

Il est parfaitement clair que les Hachémites, une tribu étrangère importée d’Arabie Saoudite par les Britanniques, ne veulent plus de Palestiniens.

Je comprends pleinement qu’ils considèrent les Palestiniens résidant actuellement en Jordanie, en particulier, comme une menace mortelle, qu’il faut impitoyablement contenir. En effet, les Hachémites ne se souviennent que trop bien du Septembre noir, lorsque, en 1970, le roi Hussein massacra 20 000 Palestiniens qu’il associait à la tentative de l’OLP de le renverser.

Cependant, objectivement parlant, la Jordanie est un cas désespéré économiquement corrompu qui n’est qu’à une balle d’une prise de pouvoir par les islamistes.

La plupart des analystes de la sécurité considèrent qu’il s’agit d’une éventualité certaine.

Mais même si les Hachémites étaient renversés et qu’un État palestinien radical surgissait à leur place, ce ne serait pas un tel désastre pour nous. De mon point de vue, nous aurions en fait une occasion en or de corriger la division illégale du mandat opérée par les Britanniques en 1920.

Il est indiscutable que les Britanniques ont effectivement créé ce qui est finalement devenu un État palestinien en 1920, appelé « TransJordanie », couvrant plus de 70 % du mandat.

Cette zone nous avait été initialement attribuée par la communauté internationale et les Britanniques n’avaient absolument aucun droit de la céder à qui que ce soit.

Il est donc temps de reconnaître enfin le crime inexcusable commis par les Britanniques et de transférer les Palestiniens dans une zone réservée unilatéralement à quelqu’un d’autre que les Juifs par le ministère des Colonies.

Et si les Palestiniens font de la Jordanie une menace pour notre front oriental, ce qui est probable, nous aurons alors la possibilité de mettre fin à notre guerre contre eux une fois pour toutes, d’une manière qui les déposera définitivement dans les poubelles de l’histoire. .

En attendant, l’annexion de Gaza et des territoires nous fournira une patrie sûre, du fleuve à la mer. Plus tôt nous adopterons ce concept, plus tôt notre avenir, avec l’aide de Dieu, sera assuré. »

Jonathan Pollard

Le 5 mars 2024 sur le sujet de la solution à deux états.

Comment le “Sheikh des Sheikhs” de Jordanie a négocié avec les sionistes, et fondé un royaume

Pendant les années 1930, Mithqal al-Fayiz, le chef tribal qui a placé les Hachémites sur le trône jordanien, était dans une situation très difficile. La Transjordanie souffrait d’une réelle crise économique, conséquence de plusieurs années de sécheresse et de la crise économique mondiale. Et le gouvernement, chaperonné par les Anglais, se mêlait de plus en plus de la vie tribale.

Donc Mithqal a un immense terrain, mais une grande partie est laissée en friche. Il a des dettes. Par conséquent, il cherche un acheteur pour son terrain. Cette situation difficile coïncide avec un nouvel intérêt de l’Agence juive pour le territoire transjordanien.

L’Agence juive n’a jamais vraiment accepté le Livre blanc de 1922, quand le gouvernement britannique a exclu la Palestine à l’est du Jourdain de la promesse d’un foyer national pour les juifs. L’Agence juive cherche à tirer partie de la crise économique en Transjordanie pour s’y installer. Et là, les intérêts de Mithqal et du mouvement sioniste concordent.

Rapidement, ce qui avait commencé comme une relation secrète est révélé au grand jour. Cela coïncidait également avec la connexion d’Abdallah aux sionistes, qui a donné en 1933 à deux membres de l’Agence juive une option pour louer des terres qu’il possédait dans la Vallée du Jourdain. Cela devait être secret, mais a été révélé dans les journaux palestiniens et a entraîné un grand scandale.

A ce moment, Mithqal dirigeait un groupe d’autres chefs tribaux et de propriétaires qui essayaient d’exploiter l’option juive.

La seule chose pratique qui est sortie de ces réunions, c’est un prêt sur son terrain enregistré par l’Agence juive. Jusqu’à aujourd’hui, c’est la base des rumeurs sur les terrains que Mithqal aurait vendus aux juifs. Il n’a jamais vendu aucun terrain aux juifs.

Pourquoi n’a-t-il finalement pas vendu le terrain ?

Parce que les Britanniques ont refusé de permettre aux sionistes d’entrer en Transjordanie.

Et puisque cela n’a pas marché, même si Mithqal a maintenu la pression sur les sionistes qui promouvaient le projet, ils se sont rapidement désintéressés quand ils ont réalisé qu’ils ne pourraient jamais persuader les Anglais.

Quand la Révolte arabe de Palestine a commencé en 1936, Mithqal cherchait de nouveaux alliés. Il est rapidement devenu le soutien le plus enthousiaste de la cause nationale palestinienne en Transjordanie.

A ce moment, il n’y avait pas de réel nationalisme arabe en Transjordanie. Un Sheikh aurait essayé de bénéficier de toute situation pour accroître ses options et ses moyens. S’il pouvait traiter avec les sionistes, il pouvait traiter avec les Palestiniens.

Mithqal était un allié proche du prince puis du roi Abdallah. Son fils Akef était très proche du roi Hussein. En 1957, Hussein a dû surmonter une tentative de coup d’état militaire.

Le fils de Mithqal en a entendu parler par l’un des officiers Beni Sakhr de l’armée. Il a informé le roi, et ensemble ils sont allés au camp militaire affronter les conspirateurs. Au même moment, le fils de Mithqal a rassemblé 2 000 Bédouins armés qui sont allés à Amman pour protéger le roi. En retour, le fils de Mithqal a été le premier ministre bédouin de l’histoire du pays.

Le roi Hussein de Jordanie (à gauche) et Mithqal.

Le petit-fils de Mithqal, Faisal al-Fayiz, est très proche du roi Abdallah II, l’actuel roi de Jordanie. Il a servi à tous les postes gouvernementaux importants attribués en Jordanie aux non hachémites : dirigeant de la Cour royale, Premier ministre, et président du parlement, président du Sénat.


Que pensez-vous de cet article ? Partagez autant que possible. L'info doit circuler.



Aidez Elishean à survivre. Merci


ELISHEAN 777 Communauté pour un Nouveau Monde

(Vu 198 fois, 1 visites aujourd'hui)

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page

En savoir plus sur Elishean 777

Abonnez-vous pour poursuivre la lecture et avoir accès à l’ensemble des archives.

Continue reading