Aller à la barre d’outils

L’héritage des Atlantes

LA VIE a une signification totalement différente pour ton égo, ton âme et ton esprit.
Chacun d’entre eux a sa propre respiration, ses propres cycles, ses propres temps, espaces et voies.
Et pourtant, ils vibrent en un unisson d’ordre supérieur, en une harmonie intemporelle.
Tu es l’UNITÉ – ni un espace ni un temps, ni le passé ni le futur, ni la puissance ou l’impuissance, ni le chemin, ni le but.
Tu es né de l’essence du Cristal, c’est en elle que tu trouves ton hâvre.
Tu es aussi la DUALITÉ – séparé et isolé de tout, tu ballotes entre les oppositions et les contradictions, entre le passé et l’avenir, le chaotique et le structuré.

La journée de l’âme et son cheminement

La naissance de votre corps est pour votre âme la même chose que ce que représente pour vous le réveil matinal. Pour elle, votre mort corporelle est comparable au moment où vous vous endormez le soir. Le laps d’une vie d’un humain représente une JOURNÉE de l’ÂME.

Le parcours de votre âme a évolué comme celui de votre corps: elle a pris naissance, commença toute petite sans se rappeler de sa Source natale. Elle fit des expériences agréables et des expériences désagréables. Elle rencontra d’autres âmes et les chassa de sa vie. Elles se ré-rencontrèrent et ne se reconnurent pas. Beaucoup des êtres chers et amis qu’elle eut ultérieurement entrèrent au préalable dans sa vie comme des ennemis acharnés.

C’est ainsi que votre âme chuta et se releva maintes fois. Elle n’abdiqua pas, grandit, se fortifia et devint, au fil du temps, une âme mûre. De plus en plus consciente et indépendante, elle devint adulte. Adulte signifie en l’occurence « réveillée ».

Votre âme traverse ainsi les phases de l’enfance, de la jeunesse et de la maturité en une succession de vies consécutives. Chaque fois que son corps est mort, elle s’en retournait dans ses sphères. Quand elle voulait revenir sur la Terre, un corps nouveau naissait.


Et chacune des naissances était un nouveau matin de l’âme où elle se vêtait de nouveaux habits, se glissait derrière de nouveaux masques et s’essayait dans des rôles toujours différents. Car elle voulait avoir joué TOUS les rôles avant le changement d’ère. A la fin du temps – même si elle en était harassée – elle voulait être ACCOMPLIE.

En sa « danse de vie », votre âme évoluait sans cesse en ronde autour de l’Esprit et vos corps, eux, tournaient sans cesse autour de votre âme: vers l’intérieur en pénétrant dans le cœur et vers l’extérieur jusqu’aux limites de vos expériences. C’est consciemment que nous parlons ici au passé, car c’est un chapitre qui appartient à votre passé

L’année physique

Pour votre vie corporelle, une année est constituée de douze mois. Ce sont douze phases de rayonnement cosmique en provenance de différentes planètes qui ont été nommées selon le zodiaque de TYR. Chaque planète a ses qualités spécifiques dans le cycle. De ce fait, chaque mois a ses propres particularités.

Douze forces spirituelles rendent possible votre croissance physique. Après le sommeil profond de l’hiver, vous jouissez de la force d’éveil du printemps. Et après les canicules de l’été, vous ressentez la douce chaleur de l’automne. Vous goûtez à la joie de vivre du mois de mai après la grisaille de novembre. En août, vous récoltez ce que vous avez semé en mars. Et un mois de janvier n’est jamais comme celui de l’année précédente car chaque année transforme vos corps et votre vie. Il en est de même pour l’année de votre âme.

Voyage autour de l’année de l’âme

Pendant l’année de l’âme, le corps ne joue aucun rôle particulier. Il n’est que l’habit dont on change chaque jour. Là aussi, il y a douze mois comme pour le zodiaque de Tyr, mais dans la direction inverse.

Un mois de l’âme dure 2000 années physiques et est appelé « âge/époque » ou « ère ». Une année de l’âme dure donc 24.000 ans. Nous l’appelons: année solaire cosmique.

Oui, vous êtes véritablement des voyageurs entre les mondes – et des transformateurs de ces mondes, pendant longtemps sans le savoir. Mais maintenant, les voiles se lèvent. L’unité et la dualité se fondent l’une à l’autre. Qui êtes-vous réellement ? Et pourquoi est-ce que beaucoup d’entre vous vont mal à la fin du temps ? Et enfin, que veut dire exactement: la fin du temps ? Oui, il y a beaucoup de questions qui se posent à la fin du temps.

Laissez-nous revenir au début de votre dernière descente et y examiner les différentes étapes de votre âme. Vous allez vous rappeler qu’il n’y a ni RAISON ni TORT mais la LUMIÈRE et l’OBSCUR, qu’il ne s’agit pas d’agresseurs et de victimes, pas de dominants et d’opprimés mais d’habits, de costumes, de masques, de rôles sur l’incommensurable scène de la vie. Chaque mort vous a, en un amour profond, délivré de la souffrance terrestre et chaque naissance vous a offert la vie de manière nouvelle. Et vous avez toujours décidé vous-même où vous allez et ce que vous voulez.

Nous vous faisons faire ce voyage afin que vous vous souveniez de vous-même et que vous puissiez reconnaître le fondement de votre ressentir actuel. Nous vous guidons pour que vous puissiez vous libérer de tout ce que vous avez retenu pendant si longtemps: la culpabilité et le sentiment d’infériorité, les rôles de victimes et de coupables, la haine envers vous-même et la damnation de votre propre âme. Oui, elles sont si amères que ça, vos forces subconscientes les plus profondes qui vous retiennent aujourd’hui encore prisonniers et restreints. Nous sommes ceux-là qui, jadis, sont partis avec les bateaux.

Nous commençons par l’été cosmique

L’ère du Scorpion (de 16.000 à 14.000 ans avant J. C.)

Le dernier été de vos âmes a commencé il y a 18.000 ans, à l’ère du Scorpion. C’est là que, en plein soleil levant après le printemps, vous avez atteint les plus hautes sphères spirituelles. Les cellules de vos corps s’ouvrirent et leur force inhérente devint active. La connaissance spirituelle universelle devint vivante en vous.

Vous viviez sur dix îles du continent Atlante. Vous n’aviez aucun concept de Dieu car vous étiez UN avec Lui.

Vous étiez des prêtres et ce terme de « prêtre » avait une signification plus grande que dans votre société actuelle. Vous étiez des chercheurs et des scientifiques, des maîtres de tous les domaines de la vie. Vous étiez des Maîtres de la santé et de l’hygiène spirituelle, de la musique et de la science des sons, de la communication et de la philosophie, de l’art de mener les humains et de leurs droits, de l’amour et de la sexualité, de l’abondance et de la richesse, de la flore et de la faune, de l’intuition et de la gestion des conflits.

Vous étiez des exploreurs, des maîtres et enseigneurs en beaucoup de domaines de recherche terrestres et cosmiques ainsi que les gardiens de leurs mystères. Vous avez abordé les cimes et les profondeurs de la Sagesse, déployé de grandes forces.

Et, bien sûr, il y avait deux courants dans vos cœurs – celui de la compassion et celui de l’égocentrisme. Les prêtres de la compassion savaient que la véritable croissance est basée sur le SERVIR – sur l’assistance envers les plus faibles et les générations suivantes. Ce savoir de l’évolution personnelle fondée sur l’évolution de tous amena vos âmes à se fusionner et à former un peuple spirituel, le peuple-mère de l’humanité actuelle

L’ère de la Balance (de 14.000 à 12.000 ans avant J.C.)

Au deuxième mois de l’été se produisit l’union de vos âmes avec le soleil cosmique. C’est cet instant de l’année de votre âme qui lui donne son nom: année solaire cosmique – et, véritablement, ce fut le moment le plus sublime, l’apogée de votre long voyage.

Vos corps étaient lumineux et perméables. Beaucoup d’entre vous ne les « portaient » que lorsque c’était nécessaire. Vous pouviez les mettre et les défaire comme une robe du soir ou un habit de travail. Vous faisiez l’étude des relations « terrestro-cosmiques », des forces, sons, couleurs et formes, des bases de votre Création.


Vous étiez des prêtres, des guérisseurs et des chercheurs, les parents de l’humanité. Beaucoup d’entre vous étaient sans âge et immortels. La maladie n’existait que dans les corps énergétiques de ceux qui n’avaient pas encore atteint leur maturité intérieure.

Votre savoir cellulaire était ouvert. Vos organes et systèmes nerveux étaient reliés à des planètes et voies lactées, à tous les lieux et organes cosmiques. Ainsi, vous pouviez voyager en esprit en maints endroits. La fusion de votre âme avec l’esprit du soleil vous rendait libres et indépendants.

Mais il existait aussi ceux-là qui aspiraient à la vie éternelle pour eux-mêmes, sans scrupules de piétiner les autres. Un esprit élevé, un profond savoir et l’accès à tous les royaumes de la création ne sont pas les garants de l’amour et de la compassion, de l’équilibre et de la maturité.

Celui qui, en cette époque, n’avait pas la « chaleur du cœur » devenait capable d’une immense froideur – que ce soit en tant qu’auteur/agresseur qu’en tant que victime. Car, quand le Blanc de la Lumière divine épouse l’Obscur intérieur, celui-ci s’accroit jusqu’à l’incommensurable et se transforme en « effroyable ».

Il y a toujours eu des âmes matures et immatures qui jouèrent des rôles de coupables et assumèrent des fonctions de Judas pendant que d’autres jouaient des rôles de victimes et assumaient des fonctions de Jésus.

Ainsi, vous pouviez apprendre à donner et à recevoir, à tuer et à pardonner. Vous avez choisi le nouveau jeu de la Dualité et avec lui ses deux « pairs » antagonistes – et vous êtes, jusqu’à aujourd’hui, imprégnés de sentiments de culpabilité et d’infériorité, de froideur et d’orgueil – bien cachés au plus profond de vos cœurs et de vos cellules.

Inéluctablement, le zénith arriva et renversa le cours ascendant du soleil. Ce qui s’était ouvert au fil des ères commença désormais à se refermer petit à petit.

L’ère de la Vierge (de 12.000 à 10.000 ans avant J.C.)

L’ère de la Vierge est le premier mois du cours descendant du soleil, mais c’est encore l’été. C’est une époque d’affermissement de ce qui a été acquis et de préparation à ce qui va suivre. Les mystères de la Création y furent expérimentés, pratiqués et ancrés dans la conscience de vos cellules, et également: l’amour, l’esprit de créativité et la puissance.

Le point culminant de votre vie avait été atteint et dépassé. Le sentiment d’abri en Dieu s’est ancré en la conscience vos âmes, tout comme la certitude de votre puissance. Ainsi, vous étiez prêts pour le chemin du déclin, la descente. Et le tournant arriva. C’est ici que le bon grain se sépara de l’ivraie. Certains se préparèrent à quitter le cycle de l’âme, les autres prirent le départ pour le nouveau tour de manège de l’année suivante.

Vous aviez l’accès à beaucoup de royaumes. Mais cela demandait une grande pureté intérieure, comme vous l’avez alors constaté. Car même un esprit créateur doué de génie peut se lasser de la Lumière et de la communauté et utiliser sa force pour poursuivre des buts personnels. Ce fut alors au tour des prêtres de l’Obscur d’aspirer à la domination de TOUS et de se précipiter, avec eux et la terre-patrie dans les flots de l’océan Atlantique. Ce fut là le point de départ de la Puissance/Domination et de l’Abus pour le cycle suivant du développement de votre âme.

Le savoir des prêtres féminins et masculins était séparé. Les uns avaient la connaissance du QUOI, les autres celle du COMMENT.

L’accession du savoir complet et de sa puissance ne pouvait se faire que par la FUSION ou l’ASSUJETTISSEMENT. Mais beaucoup d’entre vous n’avaient pas encore atteint la maturité nécessaire à la fusion. Votre intelligence était grande, votre force d’amour faible. Elle devint le but de votre périple, devant être atteinte à la fin du temps. A la fin de l’Age d’or, la fonction de Judas prit la barre de la roue solaire. L’amour-propre, l’orgueil et la trahison soumirent vos âmes et les poussèrent vers l’asservissement.

En cette période d’apogée, vous avez, en plus haut lieu, joué avec des énergies créatrices de la plus haute instance et n’avez pas reconnu que leur pendant ne pouvait que se situer dans le royaume de la destruction totale. Car son origine était d’ordre cosmique et son effet y retourna. Le « ton » fut trouvé, ce son particulier qui devait sceller la dominance de quelques-uns sur tous les autres – et qui entraîna l’effondrement du pays. L’axe de la Terre ne s’inclina qu’un peu et les flots des océans purent monter.

Peu de jours auparavant, 120 bateaux prirent le large, avec les âmes « mûres » à leurs bords, qui, pour elles-mêmes, achevèrent le cycle et partirent pour d’autres contrées. C’est ainsi qu’Atlantis devint le centre du péché. L’entité féminine et l’entité masculine, le corps et l’esprit, les âmes matures et les âmes immatures se séparèrent. Auteurs/agresseurs et victimes descendirent, Maîtres et serviteurs montèrent – mais ils ne vous quittèrent pas.

Le « corps » Atlantide coula dans l’océan et son esprit, Shambhala, s’éleva dans les sphères éthériques.

Le cordon les reliant s’affaiblit au fil des ères suivantes, se déchira presque même. Le savoir sur les Mystères de votre vie se referma brusquement.

Pour votre perception extérieure actuelle, il a été englouti dans l’océan de la vie. Mais lui, c’est vous, vous êtes Un. C’est à l’intérieur de vous-même que les mystères furent engloutis. Ce n’est qu’à la fin de l’hiver de l’âme que le temps devait arriver à maturité pour une résurgence du savoir sacré des abîmes de votre conscience.

L’automne cosmique

L’ère du Lion (de 10.000 à 8.000 ans avant J.C.)

La fonction-service de Judas de l’Atlantide donna naissance au naufrage, à l’effondrement du pays, au voilage du Savoir vivant – et à une nouvelle qualité du temps. L’Esprit électrique descendit vers le corps magnétique. Le soleil quitta le zénith et passa à l’automne. Des espaces pour l’expérimentation des principes de faute et d’expiation, d’agression et de peur s’ouvrirent. Votre corps de lumière se condensa en formant l’aura, vos cellules se refermèrent. La relation de vos corps avec leurs origines cosmiques se résorba.

Avant le déluge, c’était la langue de la Lumière qui avait régné, avec ses fréquences spécifiques de couleurs, de formes et de sons. C’était une langue spirituelle pleine de vie et de diversité, pleine de profondeur et de brillant, mais sans expression dans le terrestre.

Maintenant l’Esprit commença à se « coaguler » en la parole. La dualité cristalline de la Lumière et de l’Obscur commença à se condenser. La Lumière devint plus trouble et l’Obscur plus gris. Mais il fallait pourtant que la Sagesse de la Lumière soit préservée pour tous les êtres en quête, en tous les temps.

Les premières grandes civilisations dont vous avez la mémoire, les Babyloniens et les Égyptiens, ont gravé leur savoir dans les premières langues dessinées et les hiéroglyphes. L’épopée de l’homme-dieu fut préservée pour la postérité sur du papyrus ou des tablettes de pierre. C’est ainsi que la « Vérité-qui-s’épanche-sans-cesse » se condensa avec les moyens respectifs de l’époque.

L’ère du Cancer (de 8.000 à 6.000 ans avant J.C.)

Chaque ère condensa l’énergie un peu plus. La composante électrique diminua tandis que la composante magnétique augmenta. Tout comme lors d’une journée d’été de votre vie physique quand il fait plus frais le soir, ou tout comme pour une de vos années terrestres où, après un été chaud, tout se rafraîchit vers l’automne, il en fut de même pour l’année de l’âme qui se rafraîchit de mois en mois, devint plus sombre et moins agréable. Vos organes commencèrent à s’orienter sur la Terre.

Le système hormonal était le système-maître de la communication inter-dimensionnelle entre l’Esprit et le corps. Il reliait vos organes, vos courants fluidiques, vos sentiments et vos pensées ainsi que votre capacité de perception et d’orientation aux intelligences cosmiques, par-delà l’espace-temps – en système de Sagesse, d’Intégration, de Vie par excellence. Mais il abandonna ce rôle et se transforma en un système-maître de la mort. Il commença à développer des énergies de contrôle, de délimitation, de détachement et de dépérissement – en préparation de l’hiver de l’âme. Seule la Sagesse fut sauvegardée, bien que pressée dans un carcan d’étroitesse.

Il est dans la nature des choses que vous deviez d’abord réaliser physiquement la condensation, la division et la séparation pour pouvoir ensuite prendre conscience de cette condensation, de cette division et de cette séparation. Vous devez d’abord créer la mort et la guerre physiquement avant de pouvoir en développer une conscience. Ce n’est qu’après que la condensation, la division et la séparation, la mort et la guerre peuvent se manifester dans la société. Votre système-maître a préparé la guerre en vos corps pour que vous puissiez ensuite faire la guerre à l’extérieur.

Toutes vos expressions extérieures de stratégie guerrière prennent donc véritablement leur origine dans votre rapport biomoléculaire. Vos corps sont toujours un pas en avance par rapport au développement de la société. C’est de cette façon que vous avez façonné une ère après l’autre – pas de fatalité, pas de manipulation extérieure. Voilà qui porte à l’absurde toutes les questions de style victime/agresseur ou juste/injuste, n’est-ce pas, chers vous. – Allez, respirez profondément et laissez tous les courants circuler librement.

Les forces de la dualité progressèrent et refermèrent petit à petit les cellules de vos corps. La condensation progressive du flux spirituel entrava l’accès à la matrice divine dans votre corps. Il se relia à la force magnétique de la Terre de par le fait que ses propres cellules devinrent magnétiques. La gravitation devint la force majeure de votre vie physique. Ces séparations entre le corps et l’esprit à l’ère du Cancer furent les jalons précurseurs des séparations entre la puissance et l’impuissance dans les ères suivantes.

Les premiers livres des grandes initiations à la Sagesse Atlantes virent le jour: les Védas dans le dernier cycle il y a 34.000 ans, les Upanisads il y a 10.000 ans et le catalogue indien des étoiles du Surya Siddhanta pendant la même ère de l’avant-dernier cycle, il y a 58.000 ans. Oui, vous avez vécu plus d’une fois l’année solaire cosmique, plus d’une fois vous avez aimé et perdu l’Atlantide, vous avez chuté plus d’une fois et vous êtes relevés.

L’ère des Gémeaux (de 6.000 à 4.000 ans avant J.C.)

Chaque irradiation nouvelle a réorienté vos systèmes corporels et a modifié la qualité de votre pensée et de votre ressentir. Cette qualité se manifestait ensuite dans votre société. Le champ magnétique en croissance enserra la Terre, vos cellules et le savoir qu’elles contiennent. Il fit de plus en plus sombre, de plus en plus froid.

Parallèlement au magnétisme, le NON gagna de l’ampleur dans votre vie. La diminution du courant de la force spirituelle avantagea votre orientation sur le solide, sur la matière. Vous conserviez encore le savoir sur la Création, mais maintenant, c’étaient les forces de la domination et de la soumission qui avaient la parole.

Les épopées et livres de sagesse des deux dernières ères se transformèrent en philosophie dominatrice et technique. La Sagesse et l’Initiation devinrent des dogmes et des lois. Les livres religieux et philosophiques commencèrent à différencier entre FAUX et JUSTE. Ils devinrent la base de la domination spirituelle et profane des temps à venir. Les propriétés terrestres et les biens spirituels furent fixés par des lois, repoussèrent ceux qui les attaquèrent, les isolèrent par le mépris, les tuèrent – exactement comme le fait votre système hormonal hégémonique envers les agresseurs de vos systèmes corporels.


Votre large perception spirituelle se changea en pensées étroites, en schémas, en réglementations et limitations. La créativité devint un acte mécanique. Le sentiment de bien-être, de sécurité intérieure se transforma en isolation. Le tout fut scellé par un fondamentalisme religieux: « Dieu n’est plus l’UN et le TOUT » mais « Dieu est COMME CECI – et pas autrement ! » Cette ère marque le début de la désunion des âmes. La crise de la foi régnant dans le cœur des hommes devait, au cours l’hiver de l’âme, se perpétuer sous forme de guerres de religion.

L’hiver cosmique

L’ère du Taureau (de 4.000 à 2.000 ans avant J.C.)

Le Taureau marque de sa force le début de l’hiver spirituel. Alors qu’au début de l’été vous aviez atteint les sphères lumineuses de l’Esprit, vous commencez, en hiver, à explorer les abysses de la Matière et à faire l’expérience de l’ « ivresse du matériel ». Cela signifie: vous commencez à vous livrer à la Matière, à oublier votre Esprit et à vendre votre âme. N’oubliez pas ceci: vous ne l’avez pas fait parce que vous êtes bêtes et naïfs (même si vous vous en êtes donné l’apparence). Vous l’avez fait parce que, précisément, vous vouliez sonder ces abîmes de l’existence, les explorer et les spiritualiser. Car ce n’est pas votre corps qui a voulu prendre ce chemin mais votre esprit. Après chaque décès dans l’effroi, Il envoya son étincelle dans un corps nouveau, dans l’obscurité de la Terre. L’aurait-il fait si cela avait été dénué de sens ? Même si ce chapitre est l’un des plus sombres de votre histoire, vous n’en êtes pas moins des âmes de Maîtres et des pionniers spirituels qui ont créé ces mondes pour les sublimer à la fin des temps. Nous continuons donc notre voyage.

Le corps

C’est à ce moment là que vous avez définitivement séparé vos corps de votre patrie cosmique et les avez cédés à la Terre. Le système nerveux axiatonal, un système de fibres de lumière fut interrompu et vous avez perdu votre dernier contact avec vos lieux d’origine et votre famille spirituelle. Il ne resta du faisceau de rayons de votre système nerveux spirituel qu’un seul petit rai, ce cordon d’argent que beaucoup d’entre vous connaissent déjà. Il avait pour rôle de sauvegarder votre vie corporelle pendant un certain temps, dans des conditions minimales. Vous aviez définitivement perdu votre intemporalité et votre immortalité. Vos systèmes physiques vous permettaient une longévité allant de 40 à 80 ans.

La nutrition

La nourriture de vos corps devint définitivement matérielle ce qui ligota votre âme une fois de plus. Les plantes et les herbes de la Terre, contenant des énergies terrestres et cosmiques, devinrent votre nourriture. Le corps des animaux vous servit également de nourriture pendant la période d’obscurcissement croissant. Les processus spirituels-énergétiques corporels se transformèrent définitivement en processus biochimiques. Ceux-ci sont orientés sur l’usure et le vieillissement des cellules et par conséquent sur la mortalité du corps, ce qui, d’une perspective spirituelle, était un aspect positif. Car plus il vous était facile de mourir et de vous libérer, plus vous pouviez descendre dans les profondeurs et les explorer. C’était, vu de votre perspective d’humains d’hier et d’aujourd’hui, tout à fait dramatique: celui qui ne trouvait plus de quoi manger était voué à mourir de faim. Et celui qui voulait manger devait « vendre » son âme pour cela. Ce fut le commencement de la pétrification de vos cœurs. Quand vous étiez en rôle de victimes, votre défense était ce qui contribuait à vous pétrifier. Quand vous étiez en rôles d’agresseurs, c’est votre position offensive qui le faisait. Les murailles enceignant vos cœurs sont faites de ces deux pôles. Cette concrétisation amère, quoique créatrice, était nécessaire à cette époque afin que la descente de votre esprit dans les plus grandes profondeurs de la matière puisse se réaliser en entièreté. Car le premier mois de l’hiver marqua le début, dans les conditions les plus difficiles, de la croissance de votre âme.


La confiance et la générosité firent place au calcul et au contrôle. En même temps que la chaleur de l’ « amour de l’âme » s’entourait de voiles, la froideur de la passion physique grandissait. La fluctuation limpide et la tolérance se retirèrent alors que la rigidité et l’intolérance apparurent. La dé-spiritualisation entraina l’en-matérialisation. Elle s’exprima sous forme de pétrifications: pétrification contre la vie par des démonstrations de puissance telles que des palais et des cathédrales et pétrification pour la vie sous forme de préservation des mystères. Les moyens de sauvegarder ce savoir immatériel et libre devinrent de plus en plus matériels et solides.

L’Esprit devint Parole – La Parole devint Pierre

Le savoir et la philosophie spirituels ainsi que la mise en œuvre technique s’amplifièrent et donnèrent le jour à des réalisations architecturales et techniques de la plus grande perfection – uniquement pour la sauvegarde des Mystères sur la Terre.

La pyramide de Gizeh est le « livre de pierre de l’Humanité ». Elle a été conçue de la main de Thoth, le roi des prêtres atlantes, et de celles des prêtres fidèles qui se sont détachés du cycle de l’âme lors de la submersion. Ils construisirent en utilisant le principe spirituel de la lévitation, ce que vous qualifiez aujourd’hui de modification de la structure atomique des pierres. En fait, ce n’étaient pas des pierres qu’ils avaient entre les mains mais de la matière spirituelle. Ici, les sons, les couleurs et les formes, les proportions et matériaux de toutes les « résonnances » se trouvent manifestés. Des portails dimensionnels et des « tournants dans l’espace » conduisaient, traversant les sombres murailles, à des sphères lumineuses qui amenaient à la Chambre de l’Amenti. Ici, la conscience de la Terre, de l’Univers et de vos corps se fit pierre – et néanmoins vivante quand elle entrait en résonnance avec un cœur humain. En votre quête des Mystères, vous receviez dans les pyramides et les temples les initiations qui, indépendamment de l’esprit du temps régnant sur la Terre, vous faisaient recouvrer votre puissance et sagesse spirituelles. C’est le chemin que prit également Jésus de Nazareth.

Dehors, dans le monde, la lutte pour la suprématie et la survie avait commencé. Les Mystères de votre vie avaient disparu de la surface de la Terre, soigneusement emmurés et codés, dissimulés et gardés, et n’étaient plus accessibles qu’aux « cœurs purs » et à ceux en quête véritable – ces intrépides-là qui étaient prêts à y sacrifier leur vie. Pendant l’été de l’âme, l’abus de ce savoir avait conduit à la perte du continent. Pendant l’hiver de l’âme, il aurait conduit à la destruction de la planète entière. Les puissants de cette époque étaient religieux et profanes à la fois. Leur pouvoir était grand. On voyait se côtoyer la noblesse et la dureté de cœur, la sagesse et la volonté, la transfiguration et l’oppression. Le pouvoir était le privilège d’un petit nombre, l’impuissance le sort de la majorité.

L’ère du Bélier (de 2000 ans avant J.C. à sa naissance)

Le champ magnétique continua à se refermer. Votre accès à vous-même s’était rétréci à une petite fraction. La chaleur s’était retirée de vos veines, votre joie de vivre s’en était réduite à la simple expression, oui, même votre propre condition d’humain ne correspondait plus au ressentir de vos cœurs. Le degré de vibration de la Terre et de vos cellules était si bas qu’aucune impulsion cosmique ne parvenait jusqu’à vous. Les « éclairs » de l’Esprit se consumaient dans la sombre nuit de l’âme et les corps mouraient. C’est ainsi que votre âme pénétra, en l’ère du Bélier, dans les royaumes de la mort, de l’égocentrisme et du matérialisme.

La philosophie servait à prendre pouvoir sur les autres. La tactique et la stratégie à des fins personnelles remplacèrent l’empathie et le respect d’autrui et, avec eux, tout le savoir concernant l’Un-ité de toutes choses. La notion de « se mettre au service du plus humble » fut oubliée. Chacun essaya de vassaliser son prochain. Vous avez même adopté ce comportement dans vos relations personnelles et amoureuses. La maîtrise de soi se transforma en main mise sur les autres. Le pouvoir pour la vie se changea en pouvoir sur la vie et vous ouvrit à tous un immense champ d’expérimentation de l’impuissance, du non-pouvoir. Car ce ne furent pas les victimes seules qui se retrouvèrent sans puissance, les opprimants et dirigeants buvaient à la même coupe. Le « TOUT en UN » devint le « tout seul » et l’isolement pour chacun de vous.

Le savoir était devenu une puissance de domination. L’art de la guerre conquit les royaumes et les églises et vous vous êtes séparés en deux camps. Une partie d’entre vous fit le serment de pauvreté pour se protéger des tentations du monde et chercher refuge auprès de Dieu. L’autre partie vendit son âme et fit des « pactes avec le Diable » pour accroître ses richesses et sa puissance sur la Terre. Vous tous, vous vous êtes éloignés de Dieu et, par là-même, de VOUS-MÊME. Mais personne n’était en sécurité car la répartition de la puissance entre les églises et maisons royales vous soumettait tous.

En synthèse, votre vœu de pauvreté disait: « Je suis une pauvre créature, indigne et soumise à Dieu. Je n’ai rien d’autre à attendre que le Paradis ou l’Enfer. » Votre vœu de pacte, lui: « Je sacrifie mon âme pour la splendeur du monde. Je n’ai rien d’autre à attendre que le Paradis ou l’Enfer ». Des décisions et invocations puissantes en vérité de la part des victimes et des oppresseurs, et qui conduisirent votre vie à tous vers de nouveaux abîmes. Les essences de ces deux vœux: « Je Suis prisonnier ! » et « Je Veux avoir ! » – représentent des aspects non-libérés de votre vie corporelle mais libérés de votre Esprit, car il était, lui, réellement prisonnier dans l’espace, le temps et le corps et voulait faire l’expérience des abîmes profondes. Vous voyez, vous pouvez le tourner et le retourner comme vous voulez: chaque expérience négative sur la Terre était une récolte en l’Esprit.

Pendant l’ère du Bélier, les arts de l’architecture devinrent des manifestations de vos pensées et de vos sentiments. A côté de palais de souverains apparurent des prisons, à côté de temples d’initiation apparurent des chambres de torture, à côté de parures de bijoux magnifiquement travaillées apparurent des armes et outils de torture. Les guerres, le crime et la captivité devinrent des moyens légitimes pour atteindre et garder le pouvoir, qui paraissait d’autant plus important que l’amour divin s’éteignait dans vos cœurs.

La fin de l’ère du Bélier marque le point le plus bas du cycle solaire. Le Nadir précède le dernier mois de l’hiver de l’âme. C’est ici que se produit la condensation de tout ce qui a été atteint, la persistance dans l’Obscurité vivante et, au plus profond de vos cœurs et de vos cellules, la préparation à ce qui va s’ensuivre. C’est à ce moment qu’apparut le premier Envoyé du Haut-Esprit sur la Terre, pour déposer sa semence cristalline dans le sol obscur. Gautama Bouddha arriva en tant que représentant de l’intelligence spirituelle et vous montra le chemin vers votre milieu/centre par la contemplation et le dépouillement – et ainsi, le chemin vers votre Amour perdu

L’ère des Poissons (de la naissance du Christ à 2000 après J.C.)

Le renversement du cours du cycle solaire ramena la Lumière spirituelle qui n’avait cessé de s’amoindrir depuis l’été atlante. Les forces descendantes du déclin se transformèrent en forces ascendantes de clarification. Les premiers rayons spirituels atteignirent les sphères du plus profond aveuglement humain.

En cette nuit de l’âme apparut le « pêcheur d’hommes ». Jésus, lumière vivante de compassion, vous montra, par l’amour et le pardon, la porte de vos cœurs – et par là-même celle de la sagesse perdue. Lors du renversement du cours du cycle solaire, il introduisit en vos cœurs l’étincelle cristalline de l’Esprit. Ce même Mystère de votre vie que vous aviez voilé, enfoui et pétrifié lors de votre « descente » vous revenait vivant en lui.

Il dit : « JE SUIS LA VOIE, LA VÉRITÉ ET LA VIE ».

JE SUIS – Je suis le Cosmos et l’Esprit
JE SUIS LA VOIE – Je suis la descente et l’ascension
JE SUIS LA VÉRITÉ – Je suis l’Obscur et la Lumière
JE SUIS LA VIE – Je suis le Corps et la Terre

Ce disant, il disait aussi : « JE SUIS TOI » et « TU ES MOI ».

Mais deux mille ans devaient s’écouler avant que vous ne vouliez le reconnaître. Il vint d’abord en tant que lampe funéraire, en tant que Lumière sur la tombe de votre âme, Lumière cristalline qui devait éclairer les ténèbres advenantes. Dix mille ans après l’immersion qui avait séparé l’esprit masculin de l’esprit féminin et les avait fait quitter la Terre, ceux-ci revinrent pour un court laps de temps en les personnes de Jésus et Marie-Madeleine. Mais vous n’étiez pas en mesure de les reconnaître. Vous aviez vécu trop longtemps dans la séparation et les ténèbres. Leur Lumière vous éblouissait trop. Cette force qui donne sans attendre en retour, qui aime sans demander d’où on vient, qui éprouve de la compassion même pour le meurtrier et le bourreau vous était par trop étrangère. C’est ainsi qu’il se reproduisit la même chose que pendant l’ère de la Balance.

De nouveau, il y eut ceux qui aspiraient à la vie éternelle pour eux-mêmes et n’hésitaient pas pour cela à « marcher sur des cadavres ». En ces temps obscurs, un esprit élevé qui vous proposait la sagesse et l’accès à tous les royaumes de créativité n’en était pas pour autant un garant de L’AMOUR et de la COMPASSION sur la terre. Au contraire, celui qui, en ces temps, ne portait pas en lui la « chaleur du coeur » était capable de la plus grande froideur, de la plus effroyable cruauté. Car, quand la Blancheur de la Lumière divine épouse la Noirceur intérieure, l’Obscur croit de manière incommensurable.

Et c’est ce qui fit que l’Esprit de Lumière trouva la mort sur la Croix et que l’esprit de l’Obscur se déchaîna en guerres au nom de Dieu et pour l’honneur du Christ. Les stations de Sa vie et de Sa mort anticipèrent votre propre chemin. Après lui, vous avez pris la même voie. Il vous a montré la direction, vous a donné sa « Lumière-Christ » pour bagage et vous quitta de nouveau.

Vous avez même détruit les ancrages qui renforçaient le Christ en vous lorsque l’Église bannit le savoir concernant la réincarnation et la présence des êtres angéliques. À partir de là, il n’y avait plus aucun espoir de vie meilleure, plus d’espoir d’obtenir réconfort, protection et guidance, plus d’espoir d’être accompagné et guidé par les Anges de Dieu – plus aucune perspective, plus de lumière à l’horizon.

L’époque des hérétiques et de l’inquisition devait s’ensuivre. Bien des fois, vous êtes descendus sur la Terre pour « rayonner » la conscience cristalline et son message : « la Lumière et l’Obscur ne font qu’UN. Ils proviennent du cœur de Dieu et y retournent ».

Ce faisant, vous menaciez les fondements du principe de domination humain qui retenait séparés la Lumière de l’Obscur pour maintenir le pouvoir et la dépendance. Mais vous n’êtes jamais venus et repartis pour rien car votre apparition contribuait à garder vivant l’immuable Mythe de la Vie. Et par chacune de vos vies qui se terminait sur le bûcher, vous attisiez la flamme de l’Amour du Christ. « Heureux les simples en Esprit car le royaume des Cieux leur appartient », et c’était toujours les agneaux innocents qui furent abattus.

Et ayant quitté votre enveloppe corporelle, vous n’hésitiez pas, la fois suivante, à entrer dans le rôle du traître ou du bourreau. Car au plus profond de vous, vous saviez depuis toujours : « la Lumière et l’Obscur ne font qu’UN. Ils proviennent du cœur de Dieu et y retournent ». Il n’y a que sur la Terre que vous l’aviez chaque fois oublié.

Vous avez revêtu tous les costumes de Jésus et de Judas et avez laissé vos cellules s’imbiber de ces deux énergies. Vous portez, assimilées en vous, toutes les expériences de descente et d’ascension, de Lumière et d’Obscur, d’amour et de peur, de joie et de haine. C’est précisément pour cette raison qu’en la fin des temps vous vous sentez si terriblement déconcertés. Et c’est précisément pour cette raison que vous avez acquis votre maturité.

Un silence de mort au cœur parmi les ténèbres et l’éloignement de Dieu vous ont conduit à des croisades, à l’inquisition et à des guerres. Votre Esprit d’Humanité avait connu un obscurcissement si massif au cours des ères précédentes que l’ère des Poissons vit se manifester corporellement toutes les formes possibles de l’in-sensé, de la folie et de la dé-raison (les tableaux de Breughel).

L’aveuglement de l’Esprit et l’engourdissement des sentiments rendirent possibles la misère mondiale et la cruauté. Des peuples se retournèrent les uns contre les autres et se décimèrent mutuellement. L’humain n’était plus maître de sa personne. TOUT était mort en lui, RIEN en était resté. La plus grande tâche de l’âme était maintenant celle de supporter douleur et souffrance, de perdurer dans les ténèbres, de descendre en tant qu’agresseur et victime dans les profondeurs du manque de réconfort et du manque d’amour, d’y mourir – et de développer, à travers tout cela, l’Amour cristallin en son propre cœur. C’était une tâche de titan et vous êtes allés jusqu’à vos limites – et même au-delà.

Après les vœux de pauvreté et de pacte, il s’en développa un troisième : le vœu du guerrier et de l’ermite qui se détachait tout autant de l’argent et du pouvoir que de Dieu et du réconfort. Ce vœu s’énonce ainsi : « Je ne suis pas de ce monde. Je combats pour les larmes des autres. Pour moi-même, je ne veux rien. Je suis un Guerrier de la Vie ». En synthèse : « Je ne suis pas ! » et « Je ne veux pas ! ».


Il n’est ni victime, ni agresseur. Il est un créateur qui lutte contre la création, contre la sagesse et les mystères, contre la dualité et l’esprit du temps. Il lutte contre le féminin en toutes choses alors qu’au plus profond, il est lui-même guérisseur. Mais il ne se reconnaît pas encore. Il lutte avec lui-même, à découvert ou de manière masquée, pour les autres ou contre eux. Les forces primaires de sa lutte sont une haine immense et un amour infini (les chevaliers de la Table Ronde).

L’aspect physique et la morale de l’humanité s’enfoncèrent dans les profondeurs insondables de l’ignorance, de l’abus et de la dépendance. Toute la noblesse de guerre et dans la lutte se changèrent, au fil du temps, en cruauté et en cupidité, en un niveau corporel-psychique-spirituel au plus bas, en vieillissement, décrépitude et déclin. La dégénération collective ne faisait aucune différence entre les victimes et les agresseurs, entre les asservis et les dominants, entre les maisons des pauvres et les palais. Tous étaient malades, on souffrait, tuait, mourait partout. La domination étrangère par les guerriers et de soldats de votre société se reflétait dans les bactéries, les virus et les cellules cancéreuses de vos corps.

Imaginez-vous l’hiver le plus profond, le plus froid, alors que, enneigés et coupés du monde extérieur, vous restés confinés chez vous. Les réserves de vivres, de chaleur et de lumière touchent à leur fin, le moral s’assombrit de plus en plus. Vous êtes fatigués et beaucoup d’entre vous sont malades et désespérés. Vous ne savez pas, vous ne pouvez qu’espérer que le printemps vienne bientôt. Mais vous n’en voyez aucun signe précurseur.

À la fin de l’ère, le monde était si profondément obscur qu’un autre service de type « Judas » fut nécessaire pour faire remonter à la surface les forces-sentiments engloutis des profondeurs de la Vie et de la Terre. Au début de la deuxième guerre mondiale, on assista à une conjuration de la haine, de la convoitise et de la peur, de l’amertume et de la perfidie, de l’asservissement et de la confusion à une échelle mondiale.

Alors que Jésus avait débuté cette ère ténébreuse par les sentiments de l’amour et du pardon, vous l’avez terminée, vous, par ceux de la culpabilité et de l’expiation. Au début tout comme à la fin de cette ère, il était question de la purification de l’Esprit et de l’élévation de l’être humain. Au début, le peuple élu crucifia le Ciel. À la fin, il crucifia la Terre.

Le début crucifia la Lumière : Jésus. La fin crucifia l’Obscur : la Terre et son Humanité. La dualité prend corps dans ses opposés. Chacune des forces joue à tour de rôle et elles tirent toutes deux à la « même corde ». C’est ainsi qu’elle trouve son (et votre) achèvement, son accomplissement et la réalisation.

L’humanité a choisi de suivre la Lumière cristalline. En votre cœur, vous avez tous ranimé son étincelle. La période des ténèbres est terminée. Au tournant du troisième millénaire, votre « Esprit de Christ » vivant s’est relevé définitivement. Plus rien n’entrave désormais la venue de la Lumière sur la Terre. Les graines de l’amour cristallin ont germé dans vos cœurs et, pour beaucoup d’entre vous, cette semence stellaire a déjà donné naissance à de formidables plantes.

Cependant, beaucoup d’entre vous sont encore aux prises de l’héritage de cet Obscur, sanglés dans un complexe de culpabilité et d’expiation, de rôles d’agresseurs et de victimes, de domination et d’asservissement. Les 6000 ans de l’hiver de l’âme se sont imprimés dans la mémoire cellulaire de chaque âme. Chaque âme a fait le tour de TOUS les rôles, les a joués, vécus et soufferts. Un chacun d’entre vous est passé par TOUTES les expériences. Vous portez en vos cellules toute la mémoire et les énergies des ères passées, des pays et des races.

En cette période de transition vers l’ère de Cristal, alors que la Lumière et l’Obscur se fondent l’un dans l’autre, une gigantesque désorientation se fait jour à l’intérieur de vous. Vous voulez être lumineux et ne ressentez qu’obscurité en vous. Vous voulez être libres et ne ressentez que captivité à tous les niveaux. Vous voulez être en bonne santé et créatifs et vous éprouvez comme étant profondément malades et superflus. Que pouvez-vous faire, ici et maintenant, à la fin des temps et au début du monde nouveau ?

C’est très facile et difficile en même temps, mais c’est la seule voie : respectez et réhabilitez l’Obscur à l’intérieur de vous et dans le monde. Acceptez tout ce qui a été, qui est et qui sera. Ouvrez votre cœur et laissez TOUS les courants et énergies circuler librement. L’ère du Verseau est le premier mois du printemps des âmes. Vos corps guériront d’eux-mêmes, vos âmes seront délivrées des ténèbres et votre esprit sera libéré. Cela se produit de soi-même. Il ne vous suffit que de vous ouvrir et de permettre cette transformation.

Lâchez prise, emprunts d’amour et de pardon envers vous-même et envers tous les autres. Si vous repensez aux guerres, vous pouvez peut-être dénommer des personnes, des circonstances et des culpabilités – … mais le pouvez-vous véritablement ? Et n’êtes-vous pas impliqués vous-mêmes ?… Où cela vous conduit-il ? Abandonnez votre optique terrestre étroite, qui possède bien deux yeux mais ne peut rien voir en Vérité.

Ouvrez cet œil-Un de l’Esprit, dirigez votre attention sur votre cœur et permettez à votre champ visuel de s’élargir. Prenez conscience de ce minuscule passage de votre histoire millénaire. Acceptez le fait que l’histoire de vos sentiments ne représente qu’un épisode de la vie de votre âme et qu’un petit pas de votre esprit. Au plus profond de vous-même, donnez-vous l’absolution, ce que vous êtes les seuls à pouvoir vous donner, et reposez-vous de ce long périple.

Le printemps cosmique

L’ère du Verseau

L’ère du Verseau marque le début du printemps tant attendu. Malgré que l’Obscur se convulse encore dans votre monde et se rebelle contre le changement, la fusion des deux pôles a déjà eu lieu. Ce sont les heures qui précèdent le lever du soleil qui sont les plus sombres. Elles se cabrent une dernière fois avant l’achèvement et l’accomplissement.

Le savoir du passé s’épanche vers vous depuis les espaces de la Terre. On a rouvert les livres anciens. La Pierre est devenue Parole et la Parole est devenue Esprit. D’anciens tableaux et d’anciens écrits ont refait surface. Les salles des temples, les pyramides et les bibliothèques qui étaient closes se sont rouvertes et ont dévoilé leurs secrets. Le savoir perdu revient à vous, la sagesse enfouie remonte de vos cellules.

Le passé vous revient et vous ouvre son champ, dans lequel se trouvent votre puissance ainsi que l’abus, votre sagesse ainsi que la faute, votre noblesse ainsi que l’ancien orgueil des prêtres que vous avez jadis été. L’héritage atlante vous revient.

Le savoir du temps présent s’écoule vers vous depuis les sphères spirituelles. Votre véritable origine et véritable nature se fait jour et votre présence se met à rayonner. Elle est cet Être de l’Esprit-Un, dans le temps et l’espace indivisés. Elle s’épanche en votre structure cellulaire et y rencontre l’ancien savoir qui se réveille. Dieu « descend » par le fait que l’homme « monte », ou bien : l’Esprit descend au travers de ce que le corps monte.

Ainsi, vous créez votre avenir, qui ne fait qu’Un avec votre passé et votre présent. Votre avenir est le Cristal qui fait UN avec la Lumière et l’Obscur. C’est vous-même qui décidez si vous voulez accepter cette transcendance de votre vie. Par elle, vous donnez naissance à une nouvelle planète, à un univers nouveau et à un potentiel n’ayant encore jamais existé auparavant. Vous « enfantez » conjointement avec tous ceux que vous avez autrefois haïs, que vous avez combattus et mis à mort.

Le Christ Emmanuel, cette LUMIÈRE vivante, naguère crucifiée puis revenue a dit en 2002 :

« Le Verseau verse l’eau rafraîchissante de la Vie sur la Terre en flammes. Il baptise l’Humanité au nom de Dieu et prépare l’ascension dans les sphères lumineuses, comme l’annonça Jean-Baptiste autrefois. Il vous délivre du froid et des ténèbres de l’hiver de l’âme et conduit votre âme, mûrie par les épreuves et la lutte intérieure, vers les forces ascendantes de l’Esprit divin.

Au début du printemps, les forces évolutionnaires de l’Esprit créateur modifient les fondements de votre vie, oui, elles les inversent, dans l’infime comme dans le grand. Tout ce qui comptait autrefois n’a plus de valeur maintenant. Tout ce qui descendait autrefois se trouve désormais en ascension. Tout ce qui tuait jusqu’à présent crée maintenant la vie.

C’est l’époque des plus grands troubles intérieurs et extérieurs, car l’Obscur humain en « remontée » de 6000 années d’hiver percute à grande puissance la Lumière spirituelle descendante. C’est une période de bouleversements grandioses qui agissent jusqu’au plus profond des structures cellulaires de vos corps humains et qui ne laisse aucune pierre de vos anciens « échafaudages de vie » à sa place.

Si vous vous lancez dans l’aventure de l’Obscur du passé et de la Lumière nouvelle, si vous êtes véritablement OUVERTS, alors vous vivrez cette transition des temps et y participerez avec beaucoup de joie et de force, même si cela se produit de façon imprévue et à une vitesse souvent vertigineuse. Les âmes n’ayant pas encore acquis la maturité requise continueront de faire des expériences d’Obscurité : de maladie, de culpabilité, d’impuissance et de désespérance. Elles les créeront elles-mêmes et les subiront car elles ne croient en rien d’autre qu’en l’Obscurité.

Vous êtes ceux qui s’éveillent et dont l’aide aimante déploie, en ces temps, une grande force. Celle-ci agit de manière élévatrice dans l’ensemble du cosmos – ce qui est imperceptible à l’échelle humaine. En vérité, le temps est venu où les agneaux et les loups boivent de nouveau à la même fontaine.

Notre Mère Marie délivra en 2004 ce message à ceux d’entre vous qui sont encore en lutte :

« Être chéri, il existe deux océans cosmiques à la fin du temps. L’un d’eux est l’océan de tes larmes non-encore versées. L’autre est l’océan cosmique de ta vie, cet océan originel de ton être. Viens t’asseoir aujourd’hui sur les rives de ton océan et regarde son eau. Regarde vers le large. Regarde seulement, ne fais rien.

Une sœur va venir, une prêtresse de la Lumière, et t’apportera son message. Il est le suivant :

« Chaque fois que tu t’es battu(e), tu n’as pas pleuré. Chaque fois que tu as pleuré, tu ne t’es pas battu(e).  »

Ainsi, le guerrier de la Vie ne trouve pas son trépas sous la lame de son adversaire mais dans l’océan de ses propres larmes.

Aime-toi TOI-MÊME, avec la même infinie tendresse, le même respect que ceux dont Dieu t’aime.

Alors, tu ne peux plus faire de différence entre l’ami ou l’ennemi et tu peux aimer ton prochain véritablement comme tu t’aimes toi-même ».

Avec amour et profond respect envers vous tous,

je suis avec vous, en vérité.

Je suis Saint Germain.

Et je suis Sabine, avec amour et compassion pour les processus de guérison que cette leçon saura déclencher.

Envoyez-les moi les vagues sombres qui vous paraîtront trop lourdes.


Ainsi soit-il !

St. Germain transmis par Sabine Wolf
Série : ÊTRE ENSEIGNEUR

Le calendrier COSMIQUE – tout le temps qui s’est écoulé

Un documentaire passionnant


Que pensez-vous de cet article ? Inscrivez-vous et rejoignez la conversation




Merci à tous pour votre soutien.

Beaucoup d'entre vous sont avec moi, par le coeur et la pensée, et je vous transmet ma gratitude.

Vous pouvez assurer la continuité de ce site de plusieurs manières : En partgeant les articles que vous ave aimé. En achetant vos livres sur Amazon via ce site. Ou, si vous en avez la possibilité, en faisant un don (si minime soit-il). Recevez toute ma gratitude... Mon Amour vous accompagne...


Votre aide est importante pour continuer...




ELISHEAN777 Communauté pour un Nouveau Monde  © Elishean/2009-2020


Tags:
0 Commentaires

Laisser une réponse

Imaginer un Nouveau Monde © Elishean 2009 - 2020

CONTACT

Vous pouvez nous envoyer un e-mail et nous vous répondrons dès que possible.

En cours d’envoi
porta. Aenean Curabitur id massa leo. quis ut ipsum
ou

Vous connecter avec vos identifiants

ou    

Vous avez oublié vos informations ?

ou

Create Account

%d blogueurs aiment cette page :