Secrets révélésTV

L’expérience réelle qui a inspiré le film « L’Exorciste »

Vidéo VOSTfr

Bien que beaucoup ne le sachent pas, le film « L’Exorciste » a été inspiré par un véritable exorcisme en 1949, d’un adolescent américain de 14 ans possédé qui déplaçait des objets avec son esprit, parlait d’autres langues et des mots étranges étaient dessinés sur son corps.

L’Exorciste est l’un des films d’horreur les plus célèbres de l’histoire . Mais peu savent que l’histoire derrière le roman de William Peter Blatty était basée sur un cas réel.

L’histoire derrière L’Exorciste

En 1949, un garçon de 14 ans était possédé de manière démoniaque dans le Maryland et le Missouri.

Le jeune homme a été appelé Roland Doe par l’Église catholique pour protéger son identité . Il était le seul enfant d’une famille d’origine allemande et de croyances luthériennes-chrétiennes.


Les événements étranges ont commencé chez Roland, lorsqu’une peinture de Jésus dans la chambre de sa grand-mère a commencé à bouger comme si quelqu’un l’avait frappée.

Lorsque le tableau a été disposé, le bruit des rayures derrière le mur a alerté la famille. Les égratignures ont continué pendant 11 jours et ont cessé le jour où Harriet, la tante spiritualiste de Roland, est décédée.

Par coïncidence…? elle lui avait appris à utiliser la planche Ouija . Mais est-ce réellement une coïncidence?

Après sa mort, l’adolescent a tenté de la contacter via cet instrument, déclenchant ainsi les problèmes.


Le jeune homme est devenu amer et solitaire. La nuit, il faisait des cauchemars dans lesquels il semblait parler à quelqu’un. Les rayures sont revenues et maintenant les meubles et les objets qui bougeaient tout seuls ont été ajoutés.

Un révérend local a été témoin du phénomène. Il regarda le lit du garçon trembler et des égratignures apparurent sur sa poitrine . Les marques semblaient être en forme de lettre.

Le religieux a rapidement supposé qu’une entité maléfique avait possédé Roland, il a donc contacté le prêtre Albert Hughes .

Le prêtre a rendu visite au garçon avec une bouteille d’eau bénite et des bougies pour éclairer la pièce. Mais dès qu’il est entré, la bouteille a explosé et les bougies ont dégagé de grandes flammes.

En s’approchant de Roland, Roland lui parla en latin, sa voix rauque et épaisse. Il lui a dit:

« Oh, prêtre du Christ, tu sais que je suis un démon. Pourquoi me déranges-tu?».

Le début de l’odyssée

Immédiatement, Hugues demande à l’archevêché de Washington l’autorisation de pratiquer un exorcisme dans une pièce gardée de l’hôpital de Georgetown. Une institution dirigée par des jésuites et fréquentée par des religieuses.

Le jeune homme était attaché au lit et était apparemment calme. Mais quand Hughes entra vêtu d’une toge à bonnet noir, une étole violette autour du cou et un aspergeur d’eau bénite, Roland se réveilla violemment et de la même voix, ordonna d’enlever la croix cachée.

De même, il aurait commencé à prononcer des serments dans les langues sémitiques et araméennes. Des égratignures sous forme de mots sont apparues sur sa poitrine.

Le père s’agenouilla et commença à réciter des prières pour se préparer à l’exorcisme. Cependant, Roland attrapa l’une de ses mains, arrachant des morceaux de métal du cadre du lit, avec lesquels il blessa le prêtre de l’épaule au poignet.

Cette blessure a nécessité plus de 100 points de suture et l’exorcisme a dû être annulé.

La famille a décidé de déplacer le garçon dans la maison de parents dans le Missouri. Là, il reçut la visite de Raymond Bishop , prêtre et professeur de théologie, et de William S. Bowdern , prêtre répertorié comme saint par le peuple.

L’archevêché de Washington a décidé que Bowdern effectuerait l’exorcisme, qui devrait être fait en secret et tous les détails devraient être consignés dans un journal.

Le 10 mars 1949, ils parlaient et récitaient tous les deux le chapelet avec Roland. L’adolescent semblait calme, mais quand il a été laissé seul, il a commencé à crier à l’aide .

Deux coupures en forme de croix étaient apparues sur ses avant-bras et une bibliothèque de 50 livres avait été déplacée pour bloquer la porte alors que son lit tremblait.

L’exorcisme de Roland Doe

Le 16 mars de cette année-là, Bowdern a commencé à exécuter l’exorcisme la nuit.

« Je t’ordonne, esprit impur, qui que tu sois, ainsi qu’à tous tes associés qui se sont emparés de ce serviteur de Dieu, que, par les mystères de l’Incarnation, de la Passion, de la Résurrection et de l’Ascension de Notre-Seigneur, m’indiques par quelque signe ton nom, jour et heure de votre départ…”

Après avoir récité ces mots, 2 égratignures ont traversé la gorge, les cuisses, le ventre, le dos et le visage de Roland .

Le mot « enfer » était marqué sur sa poitrine et la lettre X et le mot « go » étaient marqués sur sa région pubienne. Lors de la session suivante, le prêtre a demandé au démon son nom, et le démon a de nouveau marqué le mot  » rancune  » sur sa poitrine.

Au fur et à mesure que le rituel se poursuivait, Roland devenait plus violent . Il criait d’une voix rauque, riait à haute voix, jurait et maudissait les prières. Dans les quelques instants de silence, il a projeté une aura sinistre que les exorcistes appellent « The Touch of Satan ».

Le 18 avril, après l’admission du jeune homme à l’Hôpital des Frères des Pauvres de Saint Louis, se tient la dernière séance.

Les experts ont placé une statue de l’ archange Saint Michel battant le dragon, avant que le père Bowdern ne prononce les dernières paroles de l’exorcisme.

Quelques minutes plus tard, Roland s’exclama d’une voix différente, nette et grave :

« Satan, Satan, je suis Saint Michel et je vous ordonne, ainsi qu’aux autres mauvais esprits, de quitter le corps au nom de Dominus, immédiatement, maintenant, maintenant, maintenant ! »

Le garçon sursauta violemment avant de s’arrêter brusquement . Il dit enfin et calmement : « Il est parti.

La fin du cauchemar

Le lendemain matin, il communie dans la chapelle de l’hôpital et fait une longue sieste dans l’après-midi. Et quand il s’est réveillé, il n’avait aucun souvenir de ce qui s’était passé.

Lorsque Roland a quitté l’hôpital, la chambre était fermée. Le journal était conservé dans un tiroir verrouillé, qui n’a été dévoilé qu’en 1978.

Roland Doe a assuré avoir vécu une vie tranquille après l’événement. Il s’est marié, a engendré 2 enfants, a occupé un emploi au gouvernement et s’est installé dans le Maryland. Il a toujours catégoriquement refusé de raconter ou de profiter de son histoire.

William Peter Blatty, tout en continuant à étudier la littérature à l’Université jésuite de Georgtown, a lu un article dans le Washington Post annonçant la nouvelle. Vingt ans après avoir enquêté sur le fait et changé, à la demande du père Bowdern, l’identité de Roland en celle d’une fille, il a écrit « L’Exorciste ».

Le livre a inspiré le film le plus effrayant de l’histoire. Le premier du genre à remporter un Oscar, ainsi qu’une renommée pleine de malédictions et d’événements mystérieux.


Que pensez-vous de cet article ? Partagez autant que possible. L'info doit circuler.



Aidez Elishean à survivre. Merci


ELISHEAN 777 Communauté pour un Nouveau Monde

(Vu 352 fois, 1 visites aujourd'hui)

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page