Cas de conscience

L’Europe sera bientôt confrontée à une invasion

par Alexandre Maistrovsky

C‘est une affaire de prédateur et de proie juste avant le saut. Du point de vue des Arabes, leur heure est venue…

En avril 711, le gouverneur de Tanger, Tariq ibn Ziyad, avec seulement 9 000 de ses soldats débarqua en Ibérie. En 719, les Arabes se trouvaient déjà près de Toulouse et en 720, ils étaient dans le delta du Rhône. La péninsule ibérique a été conquise en moins de 10 ans. Ce fut un succès retentissant ; L’Europe médiévale n’était pas prête à une telle situation.

Les Arabes sont d’excellents psychologues. Ils « sentent leur ennemi », analysent ses faiblesses et ses forces, tirent les conclusions de leurs victoires et de leurs défaites – à différents moments et en différents lieux. Et ils sont infiniment fidèles à leur rêve : la renaissance du Califat. Cet objectif justifie tous les moyens.


L’événement clé qui a changé la conscience collective du monde arabe a été la victoire en Afghanistan sur l’armée soviétique.

Une puissante superpuissance totalitaire, sans doutes moraux ni réflexions, a été vaincue par des formations irrégulières de « Moudjahidines ». Ce fut le premier tournant. Si les « Moudjahidines » étaient capables de vaincre l’armée soviétique, qu’est-ce qui les empêcherait alors de faire face à un Occident lâche, peu sûr, notoire et confus ?

Cela a donné une impulsion aux ambitions islamiques, dont les conséquences ont été le 11 septembre, la terreur de masse, Al-Qaïda et ISIS.

Le deuxième tournant a été la fuite paniquée et chaotique des États-Unis d’Afghanistan.


L’armée la plus puissante du monde occidental, abandonnant ses armes et ses alliés, s’est enfuie devant les unités irrégulières des talibans, qui sont entrées dans Kaboul sans tirer un seul coup de feu.

Le 7 octobre, l’Islam a remporté (« grâce » à l’armée et aux services de renseignement israéliens) sa troisième brillante victoire.

Qu’Israël réussisse ou non à déraciner la structure du Hamas à Gaza, ce raid sanglant est déjà entré dans l’histoire comme un symbole du triomphe musulman. L’« entité sioniste », jusqu’à présent un autre obstacle difficile à résoudre sur le chemin des aspirations musulmanes, a été (temporairement ou non, nous devons le découvrir) jetée sous les sabots des cavaliers islamiques. Une nouvelle étape est ainsi apparue sur le chemin vers le rêve tant attendu.

Il ne fait aucun doute que ce succès est désormais étudié par les Arabes et sera reproduit : ailleurs et à une autre époque.

Où?

La réponse est évidente : l’Europe. Cela se suggère à vous.

Le premier est le motif. Les Arabes ont commencé à rêver de conquérir le Vieux Monde immédiatement après le soi-disant « Printemps arabe », soutenu avec enthousiasme par de stupides libéraux occidentaux.

Rappelons-nous :

*Muhammad Badie, le guide général des Frères musulmans égyptiens a promis que : « l’amélioration de la nation musulmane ne peut être obtenue que par le jihad et le sacrifice » ;

*Le conseiller de Mohammed Morsi, le religieux Safwat Higazi, a parlé des « États-Unis des Arabes » avec pour capitale Jérusalem (s’il n’y avait pas Abdel Fattah el-Sissi, détesté par Obama et les libéraux, l’Égypte aurait longtemps été au pouvoir des musulmans). Fraternité);

* Le théologien Ibrahim Al-Khouli a déclaré que « nous devons mener le jihad contre l’Occident » ;

* Le principal prédicateur des « Frères musulmans » Cheikh Yusuf Qaradawi a déclaré qu’après la chute de Constantinople en 1453, « l’Islam reviendra en Europe en conquérant et vainqueur » ;

* Le Dr Subhi Al-Yaziji, doyen des études coraniques à l’Université islamique de Gaza (HAMAS est une branche de MB), a appelé à « conquérir l’Andalousie et le Vatican » après la Palestine . (Peu de temps après, l’Espagne a ouvert un consulat à Gaza en mars 2013).

Aujourd’hui, il est difficile de NE PAS trouver un religieux islamique qui ne réclame PAS cela.

« Rien n’est plus puissant qu’une idée dont l’heure est venue » , – a écrit Victor Hugo.

Du point de vue des Arabes, leur heure est venue. Si la puissante URSS, puis les États-Unis et les « sionistes » avec leur armée l’une des plus techniquement équipées de la région, ont tremblé sous leur pression, alors que dire de l’Europe molle et choyée, qui a perdu confiance en elle-même ?

Nous avons donc une motivation puissante. Comment répond-elle à nos possibilités ?

Nous arrivons ici au deuxième point.

Après la Seconde Guerre mondiale, l’Europe n’existait plus en tant que puissance militaire indépendante. Elle dépendait entièrement des États-Unis. Toute sa politique visait à pacifier le monde islamique. (Sauf l’Europe de l’Est post-soviétique).

Mais le retrait des États-Unis de la scène mondiale est inévitable. Nous ne savons pas sous quelle forme cela se produira : si « l’alliance rouge-verte » représentée par le Parti [non] démocrate s’établira à la Maison Blanche ; si Trump gagne et si l’oligarchie au pouvoir plonge le pays dans l’abîme de la guerre civile ; si l’Amérique se divise en États rouges et bleus ; si elle tombe sous l’emprise de l’anarchie.

Cependant, il est fort probable que l’Amérique sera très occupée avec elle-même dans les décennies à venir, et la grande question demeure : si elle survivra en tant qu’État unifié et capable. D’une manière ou d’une autre, les États-Unis ne pourront venir en aide à personne, y compris à l’Europe.

Que peuvent opposer les pays d’Europe occidentale aux armées des États arabes ?

Comparons, par exemple, les armées espagnole et marocaine.

Espagnol (gauche) vs Marocain (2024) :

  • Effectifs militaires actifs : 133 000/196 000 ;
  • Effectifs militaires de réserve – 15 000/150 000 ;
  • Flotte de chars de combat – 327/1564 ;
  • Artillerie automotrice – 96/565 ;
  • Artillerie remorquée – 140/306 ;
  • Flotte de véhicules de projecteurs de fusées à lancement multiple (MLRS) – 0/208 ;

L’Espagne a la supériorité aérienne, mais pour le reste, son armée (tout comme les armées des autres États européens) n’est pas comparable aux armées des États arabes de la Méditerranée.

Une invasion rapide de la péninsule ibérique, même par une petite partie de cette armée, comme l’a fait le Hamas le 7 octobre, conduirait à l’effondrement de l’Espagne.

Le déséquilibre militaire n’est pourtant qu’une partie du problème. Un problème encore plus important est celui de la « cinquième colonne ».

Il y avait environ 2,5 millions de musulmans vivant en Espagne en 2022. Ce n’est pas beaucoup, mais leur croissance est d’environ 4,5 %. Des masses de musulmans, comme dans tous les pays européens, s’enivrent dans les mosquées construites avec l’argent des cheikhs arabes.

Il n’y a pas le moindre doute quant à leur réaction face à l’invasion des frères croyants. Les attaques terroristes, les émeutes, les sabotages, la violence et le blocage des principales autoroutes plongeront le pays dans le chaos. Ils seront soutenus par l’extrême gauche, comme nous l’avons clairement vu dans l’exemple d’Israël, et peut-être par une partie de l’establishment mondialiste au pouvoir.

La jeunesse espagnole, élevée dans les mythes de « l’harmonie interconfessionnelle en Andalousie », est totalement dépourvue d’identification nationale ou religieuse, sans parler de la volonté d’abnégation que nous avons constatée chez les jeunes Israéliens.

Personne ne viendra en aide à l’Espagne. Les armées française et britannique sont elles-mêmes extrêmement faibles et leurs propres pays seront plongés dans la violence. Si le massacre du 7 octobre a provoqué une psychose aussi insensée, il n’est pas difficile d’imaginer ce qui se passerait après l’invasion par les armées arabes de Melilla et Ceuta (deux villes portuaires espagnoles sur la côte nord de l’Afrique), puis de la péninsule ibérique..

Chaque pays pensera à son propre salut, et chacun aura de très mauvaises chances de salut, à l’exception de l’Europe de l’Est.

L’Islam est un prédateur : attentif, rusé, absolument impitoyable. L’Occident est une proie : timide, confiant, ayant perdu l’instinct de conservation. Le résultat est évident.

Ce scénario ressemble à une fantasmagorie, mais tous les événements clés de l’histoire récente ressemblaient à cela juste une minute avant de devenir réalité : l’effondrement de l’URSS, le 11 septembre, la chute des régimes arabes, les pogroms du BLM aux États-Unis et folie progressive, et enfin, le 7 octobre.

Cependant, en interpolant les événements et les tendances actuels, nous pouvons tenter de discerner les contours du futur.

En 1969, le dissident soviétique Andrei Amalrik a écrit l’essai « L’Union soviétique survivra-t-elle jusqu’en 1984 ? » L’URSS est alors au zénith de sa gloire. Amalrik n’avait que 6 ans de retard…

Dar el Islam

Une terre conquise un jour par l’islam appartient à l’islam pour toujours…

« Les actions des mécréants sont semblables à des ténèbres sur une mer profonde : des vagues la recouvrent, vagues au-dessus desquelles s’élèvent d’autres vagues sous un épais nuage ; ténèbres entassées les unes au-dessus des autres » (XXIV, 40).

Le territoire, en contexte islamique, ne saurait être lié à l’Etat, puisque ce dernier est une importation occidentale, qui n’a jamais existé dans les catégories traditionnelles du système juridique orthodoxe de l’Islam. Il se rattache au concept sociologico-religieux de l’Umma, c’est-à-dire à l’idée d’une communauté humaine dont le seul lien véritable est la religion musulmane. Il ne faut pas perdre de vue ici que cette religion, à la différence du christianisme, est intimement mêlée à l’organisation de la société et que la séparation du spirituel et du temporel y est impensable.

Le « Dar el Islam », la Maison de l’Islam, représente le cadre mouvant dans lequel vit cette communauté de croyants qu’est l’Umma, et non pas le cadre précis dans lequel s’exerce une souveraineté étatique.

Le territoire musulman n’est fondé ni sur un jus loci, ni sur un jus sanguinis, mais sur un « jus religionis »

Une terre qui porte une communauté musulmane doit échapper nécessairement à l’emprise occidentale.

Israël est situé sur l’ère géographique du Dar el Islam. Sur ces territoires vivait une communauté musulmane qui a été en partie déplacée. Il n’est pas possible aux Etats arabes de reconnaître l’existence d’un Etat qui, à la manière d’un parasite (selon eux), s’est introduit en terre d’Islam, encore même les critères internationaux de la reconnaissance auraient- ils été réunis et encore même cet Etat siégerait-il à l’O.N.U. Il n’est pas question non plus, de reconnaître une autre religion sur cette terre avant l’Islam (puisque l’islam représente la « vérité ultime »). Donc, Israël n’existe pas aux yeux des Arabes Islamistes.


Que pensez-vous de cet article ? Partagez autant que possible. L'info doit circuler.



Aidez Elishean à survivre. Merci


ELISHEAN 777 Communauté pour un Nouveau Monde

(Vu 268 fois, 1 visites aujourd'hui)

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page

En savoir plus sur Elishean 777

Abonnez-vous pour poursuivre la lecture et avoir accès à l’ensemble des archives.

Continue reading