Que savons-nous de la programmation dans des personnalités alternatives? Plusieurs membres de « Montauk » tels que Preston Nichols, Al Bielek et Duncan Cameron affirment avoir été programmés avec des personnalités alternatives au cours de leur travail dans les projets de voyage dans le temps via des techniques de contrôle de l’esprit menés au milieu des années 80.

Que se passe-t-il dans le désert du Mojave? «Qui sont les Hav-Musuv des légendes Navajo? Quelle est cette guerre qui se déroule en secret? Qui sont ces êtres de civilisations terrestres avancées qui ont laissé des traces de leur passage partout sur notre monde? Quelle est l’ampleur du monde souterrain que nous commençons à peine à découvrir?


Comment tout a commencé aux États-Unis? Pourquoi une Guerre de Sécession?

Cette série a pour but de réunir des informations qui vont certainement susciter notre étonnement au fil de sa lecture.

Épisodes précédents

Au sujet de la rumeur selon laquelle Lear Aircraft Company (une entreprise fondée par le père de John leat) est directement impliquée dans des projets de recherche et développement sur l’anti-gravité et la fabrication d’OVNI fabriqués ici même sur Terre.

Un scénario possible est que John Lear a découvert ce projet Top Secret – peut-être en écoutant aux portes – et c’est sa façon de « cracher le morceau » sans impliquer son père ou qui que ce soit d’autre comme source.

En 1990, le chercheur Val Valerian a publié un document particulier qui lui a été envoyé par un autre chercheur. Ce document est en fait une liste de plusieurs militaires. Cependant, ce qui est étrange dans ce document, c’est le titre du document.

Certains chercheurs pensent qu’au plus profond du gouvernement se trouve un « programme spatial secret » en cours qui utilise des technologies aérospatiales et de propulsion très remarquables.

Cependant, la nature même de ce programme, les moyens clandestins (et peut-être illégaux) par lesquels il est financé, ainsi que les moyens possibles par lesquels ils sont tombés sur cette « technologie », ont apparemment conduit le gouvernement « secret » à garder ces activités parmi les plus secrets du monde, et apparemment ils ont appliqué cette dissimulation, comme le dit John Lear, avec une « force mortelle ».

Selon certains, l’une des raisons les plus importantes de ce secret est que QUELQUES groupes au sein du gouvernement secret auraient – face à une « technologie extraterrestre supérieure » – « capitulé » devant une race extraterrestre malveillante et seraient devenus leurs « agents » sur terre.


Est-il également possible – comme le confirment de nombreux chercheurs et d’éminents militaires, membres du gouvernement et industriels – que le « gouvernement secret » utilise cette super-technologie avancée (qu’il a cachée au public) pour mener un programme spatial clandestin impliquant non seulement des VOLS habités vers la lune, mais aussi des BASES habitées sur la lune et, selon certains, même sur Mars ? Il semble qu’il y ait suffisamment de preuves pour que le public envisage au moins la possibilité de ces affirmations.

En fait, si l’on examine attentivement toutes les différentes affirmations et la façon dont elles se rejoignent en synchronisme, et si l’on étudie les différentes théories et arguments concernant la théorie du « champ unifié » d’Einstein et la connexion sous-jacente apparente entre l’électromagnétisme, les ondes gravitationnelles et d’autres forces du « champ unifié », un tel scénario impliquant une flotte d’engins anti-gravité gouvernementaux top-secrets ne serait pas hors du domaine du possible.

Le document mentionné contient, dans le titre, les termes « Starfleet International » et « United Federated Planets ». Pourquoi une telle déclaration figurerait-elle sur un document MILITAIRE ?

Se pourrait-il que, bien que cela soit peut-être un peu présomptueux, un groupe secret d' »astronautes » fasse constamment l’aller-retour entre des bases ultra-secrètes situées sur ou sous la terre, la lune et Mars, et qu’il ait, en prévision d’un réseau interplanétaire en expansion constante, nommé cette organisation « Starfleet International » et/ou les « United Federated Planets » ?

Val Valerian présente l' »introduction » et l’histoire du document :

« …Le chercheur George Andrews nous a transmis ce puzzle. D’après l’introduction, il pourrait sembler que cette chose était une supercherie complète. Elle aurait pu y rester, sauf que nous avons retracé 11 personnes sur la liste pour qu’elles soient réellement dans le militaire. Qu’est-ce que cela signifie ?


L’introduction suivante est donnée par George Andrews :

« Un ami qui souhaite rester anonyme, qui vit dans une grande ville, s’est récemment réveillé vers 3 heures du matin avec une forte mais apparemment irrationnelle envie de s’habiller et de se rendre dans un lieu de photostates pour la nuit. Alors qu’elle entrait, elle a remarqué un homme vêtu d’un uniforme d’officier de la marine qui était sur le point de partir, qui a jeté quelques papiers dans la poubelle près de la porte. Elle a fait ses copies et s’apprêtait à partir. Elle a eu une autre impulsion pour récupérer ce que l’officier de la marine avait jeté. C’est elle qui a eu l’idée de ces pages. Dans des circonstances normales, la nouvelle que la marine américaine possède un disque volant appelé U.S.S. Excalibur (et U.S.S. Concord ? – Branton), exploité par un équipage de quatre personnes, serait un motif de célébration… cependant (à moins que) cette réalisation ne soit le résultat de la collaboration des « Gris »… ».

Andrews poursuit en suggérant qu’ils pourraient, en raison de leur collaboration avec les « Gris », être contraints de prendre part à des attaques offensives contre les « Blonds », qui auraient eu d’anciens conflits avec les Gris.

L’introduction précise que les noms qui apparaissent avec un (x) sont des personnes qui ont en fait été retracées jusqu’à l’armée. Notez tout particulièrement les noms comme Ferguson, Caskey, Taylor, Burrall, Stevens et Miller, qui sont répétés plus d’une fois dans la liste. Signes possibles de népotisme?

George Andrews soupçonne que « Starfleet International » ne se compose que de personnel militaire et humain, tandis que les « United Federated Planets » pourraient être liées d’une manière ou d’une autre à des entités non humaines » telles que la « Race Serpent » ou les « Gris ». Cependant, la théorie d’Andrews selon laquelle cet établissement gouvernemental particulier a collaboré avec les Gris reste à confirmer.

Il est possible que l’UFP implique une interaction avec les cultures humaines « fédérées » dans ce petit coin de la galaxie. Espérons que ce soit le cas SI les informations suivantes sont vraies. Il est prouvé que certains fonctionnaires du « gouvernement constitué » (qui sont loyaux à la « République » constitutionnelle américaine) – comme l’ont confirmé Guy Kirkwood et d’autres – ont des « alliances » secrètes avec les « Nordiques » ; les collaborateurs du « gouvernement secret » (qui sont loyaux à l' »Empire » bavarois-romain) ont tendance à collaborer avec les Sauriens gris, etc.

Vous trouverez ci-dessous une reproduction du document :

PLANÈTES FÉDÉRÉES UNIES STARFLEET INTERNATIONAL CONCORDANCE U.S.S. NCC-1989
CREW ROSTER

MEMBRE D’ÉQUIPAGE SF EXPIRATION SERV. NUMÉRO

COL. MIKE FERGUSON (SFC ST./MC) JUNE 1990*@ SCMC-8901-0002
LT. LAURA FERGUSON (SFC) JUNE 1990@ SCM-8901-0007
LCDR. HARLAN STEVENS (SFC) SEP. 1989@ SCSS-8906.23
ENS. REBECCA BURAND (SFC) SEP. 1989@ SCS-8902-0004
MAJ. MIKE WEST (SFC STAFF/MC) UFP SEULEMENT SCMC-8901-0004
LT. KATRINA CASKEY (SFC) NOV. 1989@ SCE-8906-0005
2LT. BOB BURRALL (SFMC) NOV. 1989@ SCMC-8906-0003
CMDR. BOB TOMPKINS (SFC) DEC. 1989@ SCE-8906-0002
SGM. CHAMBRES À RAYONS (SFMC) DÉC. 1989@ SCMC-8903-0008 (x)
ENS. RON CASKEY (SFC) JAN. 1990@ SCSY-0906-0005
LT. DEBRA MCCLARY (SFC) JAN. 1990@ SCSS-8906-0004 (x)
GMS. IVAN GOODMAN (SFMC) JAN. 1990@ SCMC-8904-0001
CS. CRYSTAL FERGUSON (SFC) JAN. 1990@ SCM-8906-0011 (x)
MDSM. PHILIPPE BEAUDETTE (SFC) JAN. 1990@ SCM-8906-0009
A-ENS. EVERETT NEW (SFC) FEB. 1990@ SCE-8906-0007
GMS. JOHN HIGGINS (SFMC) FÉV. 1990@ SCMC-8906-0010 (x)
WO3. DOUG TAYLOR (SFMC) MAR. 1990@ SCMC-8906-0001 (x)
CS. ROSE TAYLOR (SFC) MAR. 1990@ SCS-8906-0012
SP1. AMANDA TAYLOR (SFC) MAR. 1990@ SCMC-8906-0001 (x)
A-ENS. KELLY MADDOX (SFC) MAR. 1990@ SCSS-8906-0008
RADM. ANNE MILLER (SFC STAFF) MAI 1990*@ SMC-8901-0006 (x)
LTJG. SHAREN BURRALL (SFC) MAY 1990@ SCSS-8906-0014
WO4. CHUCK GRAHAM (SFMC) MAI 1990@ SCMC-8906-0001 (x)
PO1. DEAN KING (SFC) MAY 1990@ SCO-0906-0015 (x)
PO. CHUCK STEVENS (SFC) MAY 1990@ SCE-0906-0015
SP1 WILLIE STEVENS (SFC) MAY 1990@ SCE-8906-0017
LTJG. JASON MARRS (SFC) JUN 1990@ SCO-8906-0018
LTJG. CHARLES FINCH III (SFC) UFP UNIQUEMENT
LTJG. JAMES CABANISS (SFC) UFP SEULEMENT SCS-8908-0004
WO. TERRY MILLER (SFC) UFP SEULEMENT SCS-8908-0004 (x)
WO. DEANNA WINSLETT (SFC) UFP SEULEMENT SCM-8907-0005
SFC. RICHARD PARKER (SFMC) UFP SEULEMENT SCMC-8907-0004 (x)
WO. STEVE WILKES (SFC) UFP SEULEMENT
LT. RUSSELL NATES (SFC) UFP ONLY SCSS-8908-0006
WO. SHELLEY SAVAGE UFP ONLY SCM-8907-0006
CPL. CHUCK FAIR UFP ONLY SCMC-8908-0005
CPL. JON PLANT UFP ONLY SCMC-8908-0007
WO. KARREN SULLIVAN OCT 1990@ SCC-14522-12
WO. KELLY SPANGLER OCT 1990 SCC-14508-12

PAGE DEUX ACCORD DES ÉTATS-UNIS SUR LA CCN-1989 LISTE DES MEMBRES D’ÉQUIPAGE
@ LTJG. JANET KELLEY SCC-

CPL. MARCUS MALONE UFP SEULEMENT SCMC-
WO. ALEN SHERWOOD UFP ONLY SCO-8908.02
CS. KAHUNA KITE UFP ONLY SCE-8908-0003
SPEC. VINCENT LIN UFP ONLY SCE-8906.23
WO. GLEN LOWE UFP ONLY SCM-8907-0002
WO3. MIKE WIER UFP ONLY SCMC-

* DÉSIGNE LE VICE-AMIRAL DE LA FLOTTE POUR LE PAM
@ INDIQUE UNE DOUBLE APPARTENANCE À L’UPP ET À STARFLEET

* DÉSIGNE LE VICE-AMIRAL DE LA FLOTTE POUR LE PAM
@ INDIQUE UNE DOUBLE APPARTENANCE À L’UPP ET À STARFLEET

Note : dans le document original, 4 des noms ci-dessus étaient indiqués comme étant des membres de l’équipage du « U.S.S. EXCALIBUR »

PEA Research (105 Serra Way., Ste. 176., Milpitas, CA. 95035) a fait les commentaires suivants dans un de leurs « dossiers » (qui consistent en des collections de grandes quantités de documents et de recherches liés aux OVNI) :

« …ramifications de MJ-12.

Si l’U.S.A.F. a testé un disque et a réussi, qu’est-ce qui les empêche d’utiliser la même soucoupe pour transporter des hommes et des matériaux sur la lune et sur Mars ?

Ils seraient également en mesure d’exploiter les artefacts archéologiques des pyramides et du sphinx dans la vallée de l’Élysée sur Mars. Ils pourraient également récupérer des artefacts des races précédentes à la surface de la Lune. Avec l’aide des satellites de la NASA, ils pourraient cartographier et exploiter les minéraux des terres rares (Lune, Mars) aux frais des contribuables tout en affirmant que nous n’avons rien de mieux dans notre technologie que les navettes spatiales (puissance des fusées).

Si le projet canadien Geomagnetic a réussi avec son moteur géomagnétique à énergie libre, alors pourquoi n’avons-nous pas vu des moteurs à énergie libre pour la maison et l’automobile au lieu d’entendre parler de pénurie de pétrole?

Si le président des États-Unis n’a droit qu’à un certain personnel nommé par la Constitution et le Congrès – les membres du MJ-12 sont-ils en dehors des limites de la Constitution ou le Congrès a-t-il donné au président le pouvoir de mettre en place un gouvernement secret (non élu) sans droit de vote public sur ce choix du gouvernement des différentes branches militaires et non militaires des États-Unis ?

Lorsque le MJ-12 utilise des fonds non affectés pour ses opérations secrètes, utilise-t-il de l’argent du budget noir ? Si oui, quand avons-nous voté que N’IMPORTE QUELLE branche du gouvernement peut utiliser l’argent du contribuable sans donner de compte ou en être tenue responsable ?

Lorsque le MJ-12 refuse d’accéder aux demandes de FOIA pour des raisons de sécurité nationale, est-ce parce que les Etats-Unis ne seront pas à l’abri de puissances terrestres étrangères, de puissances étrangères ou de la colère d’un public américain trompé et fourvoyé (les Votants) ?

Des lois peuvent-elles être adoptées pour garantir que les différentes branches du gouvernement seront tenues responsables du (dé)broyage de documents classifiés ? Et pourquoi ne pas adopter des lois garantissant des peines de prison sévères pour les sous-fifres (secrétaires, personnel de rang inférieur) qui exécutent l’ordre de déchiqueter des dossiers confidentiels ?

Si le sommet de la montagne est corrompu, qu’en est-il de la fondation qui a ensuite été élevée sous ce sommet. Si un gouvernement secret est illégal, qu’en est-il de tous les projets secrets qu’il a lancés et dont il garde le contrôle ?

C’est une chose de classer les progrès technologiques comme SECRET, mais c’est tout à fait différent de classer un gouvernement non élu comme SECRET. Lorsque ce gouvernement non responsable (non responsable du fait d’être SECRET) adopte des lois militaires qui affectent toutes les branches du gouvernement (militaires et non militaires), ces lois sont-elles légales ou non constitutionnelles?

Si la lettre JMP (Justice pour le personnel militaire) est vraie, les actions de la CIA sont-elles légales comme utilisées CONTRE les citoyens des USA ? L’objectif de la CIA n’est-il pas de protéger les citoyens contre les menaces étrangères ?

Si la MIBS existe selon les documents, qu’est-il arrivé à la conscience du personnel militaire qui effectue des missions de fausses identités contre des citoyens privés? Pourquoi le personnel militaire exécute-t-il des ordres de haut niveau pour se faire passer pour des branches du gouvernement qu’il ne représente pas ou dans lesquelles il n’est pas classé? Est-ce du patriotisme ou de la cécité?

Dans le numéro d’avril 1963 du magazine SEARCH, Will Carson et Jeannie Joy, dans leur chronique régulière « PRYING INTO THE UNKNOWN – S’INFILTRER DANS L’INCONNU« , racontent l’histoire incroyable suivante, qui implique une rencontre apparente avec une race inconnue sous la région du désert de MOJAVE :

« Il a toujours été pour nous un mystère de savoir comment M. et Mme P.E. peuvent trouver et se permettre le temps de faire le genre de choses que la plupart d’entre nous ne font que rêver. Après les avoir connus pendant plus de quinze ans, il est inconcevable de suspecter leur intégrité ou leur santé mentale – et pourtant ils imposent l’accise suivante à notre crédulité…

« Alors qu’ils exploraient la Casa Diablo, près de BISHOP, en CALIFORNIE, à la recherche de pétroglyphes, M. et Mme P.E. sont tombés sur un trou circulaire dans le sol, d’environ deux mètres de diamètre, qui dégageait une vapeur sulfureuse et semblait avoir été récemment rempli d’eau chaude. A quelques mètres de la surface, le puits a pris une trajectoire tangentielle qui semblait facilement accessible et, sur une impulsion avec laquelle nous ne pouvons pas sympathiser, les audacieux E., armés seulement d’une lampe de poche, ont immédiatement rampé dans ce trou.

« En profondeur, nous n’avons pas réussi à enregistrer le tunnel oblique ouvert dans un couloir horizontal dont les parois dégoulinantes, maintenant incrustées de minéraux, (et) n’auraient pu être sculptées que par des mains humaines, il y a d’innombrables années – de cela, les E. se sont sentis certains. La fin du court passage était bloquée par ce qui semblait être une énorme porte de roche solide qui, cependant, ne cédait pas. La lumière de leur flash s’est tournée vers un coin où l’eau s’écoulait d’une protubérance – qui s’est avérée être un visage délicatement sculpté, déformé maintenant par les minéraux cristallisés, et dont l’eau béante sortait de la bouche.

« Alors que M. et Mme E. se tenaient là en silence, émerveillés – se demandant ce qui se cachait derrière cette porte inamovible – la chose la plus étrange de toutes s’est produite… mais notre chronologie ne sera pas incorrecte si nous attendons qu’ils remontent à la surface avant de révéler cela, car pour l’instant, l’eau a commencé à jaillir de la bouche sculptée et d’autres conduits invisibles ailleurs dans cette grotte et à monter à une vitesse alarmante !

« Ils se sont précipités à la surface, et en moins d’une demi-heure, il n’y avait plus qu’un bassin d’eau minérale chaude tout à fait ordinaire qui apparaissait sur le sol du désert.

« ‘Vous savez,’ dit Mme E. à son mari, ‘pendant que je me tenais là, j’ai entendu de la musique – la plus étrange, la plus bizarre que j’aie jamais entendue. Mais elle semblait venir de partout à la fois, ou de l’intérieur de ma propre tête. Je suppose que c’était juste mon imagination ».

« M. E. est devenu pâle. Mon Dieu », dit-il, « je pensais que c’était MON imagination, mais je l’ai entendue aussi, comme de la musique d’un autre monde !

« Pourquoi appelle-t-on cette formation rocheuse près de l’endroit où les E ont eu leur étrange expérience Casa Diablo – la maison du diable ? Et pourquoi les Indiens ont-ils appelé cette zone Inyo – la demeure du grand esprit ? »


Voici une citation de l’article de Matt Spetalnick « Y a-t-il quelqu’un là-bas ? NASA LOOKS FOR REAL ET’S LA NASA CHERCHE DE VRAIS E.T.« , paru dans le magazine REUTERS, le 5 octobre 1992 :

« Au moins 70 fois, des scientifiques ont capté des ondes radio qui portaient les marques de la communication d’êtres d’autres mondes, mais elles n’ont jamais été vérifiées », a déclaré Drake.

Grâce à des projets tels que le SETI (Search for Extraterrestrial Intelligence), qui implique de grands réseaux de récepteurs Radio Dish pour « syntoniser » les ondes radio cosmiques, Drake et d’autres ont espéré entrer en contact avec des services de renseignement extérieurs. Cependant, si les incidents relatés par Forest Crawford plus haut dans ce dossier sont corrects, cela s’est déjà produit. Si l’argent de nos impôts est consacré à d’autres « expériences » de type SETI, il y a de fortes chances que le public ne soit PAS et JAMAIS informé officiellement du résultat, s’il reçoit [une fois de plus] des signaux d’autres étoiles proches.

Une telle divulgation pourrait menacer le « contrôle » psychologique que le gouvernement (secret) a imposé aux nations.

LE GOUVERNEMENT SECRET NE SOUHAITE PAS PERMETTRE A PLANETE TERRE DE DEVENIR MEMBRE D’UNE BENEVOLENTE FEDERATION DES MONDES HUMAINS, car la politique de la Fédération condamnerait certainement les horribles jeux de pouvoir que les Illuminati ont utilisés pendant des siècles pour maintenir l’humanité dans son étau d’esclavage.

Les Illuminati ne s’allieront qu’avec des extraterrestres (tels que les REPTILIAN/GRIS et certaines branches du réseau ASHTAR/ASTARTE qui a collaboré avec les ILLUMINATI, NAZIS et les GRIS dans le passé) qui partagent leur désir d’exercer un contrôle empirique absolu de la planète.

Il est très probable que Frank Drake ait été en quelque sorte vendu à la Bavarian-Roman-Gray (Illuminati « Serpent Cult ») Combine lorsque l’on considère sa complicité avec la dissimulation d’OVNIs internationaux.

Soit dit en passant, une autre utilisation possible des antennes paraboliques a été suggérée par K.S. de Salt Lake City, Utah, qui aurait parlé à un homme impliqué dans la mise en place d’antennes paraboliques sous-marines top-secrètes pour des projets gouvernementaux secrets.

Il a affirmé que beaucoup de ces antennes étaient utilisées pour communiquer avec « nos » bases sur la lune et sur Mars. Si c’est le cas, le programme SETI pourrait-il être, dans une certaine mesure, une extension de ce projet?

La Vallée de la Mort, en Californie, et la région du désert de Mojave, comme nous l’avons indiqué précédemment, ont été le lieu de nombreuses observations d’OVNI dans le passé. Certains y voient rien de moins qu’une porte sur un autre monde.

Les Indiens Paiute, comme nous l’avons également raconté, parlent d’une race de personnes de type grec ou égyptien avec des robes blanches, des sandales et de longs cheveux noirs retenus par une bande, qui sont arrivées en Amérique du Nord il y a des milliers d’années dans de grands bateaux à rames.

Les Paiutes disent que lorsque la Vallée de la Mort faisait encore partie d’une mer intérieure reliée à l’océan Pacifique par le golfe de Californie, ces « Havmu-SUV » ont découvert un système de cavernes souterraines dans les montagnes du Panamint, à proximité de la bordure ouest de la Vallée de la Mort, et à l’intérieur de ces vastes cavernes, ils ont construit leur civilisation. Pour revoir brièvement le récit de Paihute :

La légende dit que ces peuples anciens ont débarqué leurs navires près ou juste en dessous de grands « quais » ou « portes » sur le versant est des Panamints. Cependant, après des siècles, le lac s’est finalement asséché et a disparu, et ils ont donc développé de nouvelles méthodes pour atteindre le monde au-delà. C’est à cette époque, disent les Paiutes, qu’ils ont commencé à expérimenter la construction de « canoës volants » argentés.

On ne sait pas s’il y a un lien avec le récit suivant, mais en 1905, un « volet de dirigeable » a été observé dans tout le sud de la Californie. Le 2 août 1905, J. A. Jackson, « un habitant bien connu de Silshee », était sorti à 1h30 du matin lorsqu’une lumière vive apparut dans le ciel et se dirigea vers lui. Selon un récit publié dans le Brawley, Californie, NEWS le 4 août 1905 :

« Il l’a observé de près jusqu’à ce que derrière la lumière apparaisse la forme d’un dirigeable, apparemment d’environ 70 pieds de long, avec un projecteur devant et plusieurs autres lumières à bord. La mystérieuse machine semblait être propulsée uniquement par des ailes et se levait et tombait lorsque les ailes battaient comme un oiseau gigantesque. Apparemment, il n’y avait pas de fixation de ballon comme c’est généralement le cas pour les dirigeables.

« M. Jackson, étant proche de la maison de W.E. Wilsie, le réveilla à temps pour voir les lumières de la machine avant qu’elle ne disparaisse… La même nuit, S.E. Allatt, chef de poste à l’Impérial, fut réveillé du sommeil par une lumière vive qui brillait dans sa chambre. Il n’y avait pas de lune, on pensait que la lumière était du feu, et M. Allatt se leva pour enquêter, mais aucun feu ne fut trouvé. En regardant sa montre, on a découvert qu’il était 1h30 du matin, et on pense que la lumière brillante a été causée par le projecteur de ce mystérieux dirigeable ».

Un appareil de description presque identique n’a été signalé que 4 ans plus tard dans le numéro du 15 décembre 1909 de la GAZETTE de l’Arkansas :

A. W. Norris de Mabelvale, le surveillant des routes du district n° 8, est d’avis qu’un dirigeable est passé au-dessus de sa résidence vers 22 heures lundi soir (12 décembre). M. Norris déclare qu’il se tenait sur le seuil de sa porte lorsqu’une lumière étrange est apparue, apparemment à environ 300 pieds au-dessus de lui, se déplaçant vers le sud à une vitesse rapide et a disparu un moment ou deux plus tard dans l’obscurité. Il a déclaré que cette lumière avait l’apparence d’un projecteur semblable à ceux utilisés sur les automobiles, et qu’elle ROSE ET TOMBE comme un oiseau en vol. La nuit était nuageuse, ce qui exclut la possibilité que la lumière ait été une étoile ou un quelconque phénomène atmosphérique ».

Les avions de cette description étaient apparemment courants après le début du siècle, mais peu, voire aucun, de ce type d’engin particulier n’a été signalé après la période qui vient d’être décrite (1900-1910, etc.).

Le fait qu’un « dirigeable » apparaisse au-dessus de la Californie ou de l’Arkansas n’indique pas nécessairement qu’il était originaire de l’une ou l’autre de ces régions. Cependant, il existe néanmoins de nombreuses preuves, comme indiqué ailleurs dans ce dossier, que les régions de Mojave Desert-Panamint Mountains – Death Valley étaient apparemment (dans les temps anciens) un « berceau », peut-être l’un des nombreux, pour une civilisation primitive qui a ensuite développé une forme avancée de technologie ; et l’ayant fait dans un secret relatif, elles n’ont pas été gênées par les tribus « non civilisées » en dehors de leur domaine qui ont poursuivi leur mode de vie relativement ignorant.

La confirmation la plus remarquable de ce fait apparaît peut-être dans la biographie de Bourke Lee « DEATH VALLEY MEN – LES HOMMES DE LA VALLÉE DE LA MORT » [MacMillan Co., New York. 1932], qui traite également de cavernes présumées DANS la région de Panamint Mts.

Si les montagnes du Panamint sont en effet une ancienne « porte » vers une civilisation humaine avancée et cachée, alors il faut reconnaître qu’elle – ainsi que tous ses « TRÉSORS NATIONAUX » – devrait être (comme devrait l’être toute frontière nationale sur la face de la terre) considérée comme le territoire légal de ceux qui la possèdent depuis les temps anciens.

Les « frontières » ne doivent pas nécessairement être entièrement horizontales, mais elles peuvent aussi être verticales. Les intrusions malvenues dans un tel « pays non découvert » peuvent être traitées comme dans n’importe quelle autre nation sur terre, et il convient d’aborder ces territoires avec prudence. À l’exception d’autres régions où des activités souterraines et malveillantes anti-humaines ou « reptiliennes » sont supposées exister, l’indépendance et la souveraineté nationale de ces régions souterraines où résident des colonies humaines cachées devraient être honorées comme on honorerait TOUTE frontière nationale sur la surface de la terre.

Même si une découverte archéologique appartenant aux ancêtres d’une ancienne culture qui existe encore est découverte, cette découverte devrait être la propriété de cette seule culture. Un des arguments en faveur de la publication d’informations sensibles sur les différentes cultures ex-Terranes et sub-Terranes serait de protéger ces cultures HUMAINES des machinations des gouvernements secrets, en apportant un soutien public international en faveur de cette culture cachée et de son droit à maintenir sa souveraineté et son indépendance (si le gouvernement secret viole sciemment les droits d’un autre « pays », tous les autres pays indépendants du monde se sentiraient également menacés).

Et dans le cas des divers centres souterrains cachés utilisés par les gris reptiliens, la connaissance publique de ce fait serait nécessaire pour maintenir la « sécurité nationale » de chaque nation indépendante qui pourrait autrement être « infiltrée » via l’implantation, ou d’autres formes de contrôle de l’esprit (ce qui conduit inévitablement à d’autres formes de contrôle – politique, spirituel, éducatif, économique, etc.) ).

Même SI diverses cultures humaines souterraines étaient chassées de leurs foyers souterrains par des non-humains malveillants, ET si ces territoires étaient récupérés d’une manière ou d’une autre lors d’une éventuelle future contre-invasion contre les incursions reptiliennes, alors ces territoires devraient continuer d’appartenir ou de retourner, de manière légitime et légale, aux cultures humaines qui les possédaient auparavant.

En supposant qu’il y ait une contre-invasion dans le futur, il resterait sans aucun doute beaucoup de territoire une fois que les reptiles sont chassés et/ou détruits, un territoire qui ne pourrait PAS être « réclamé » par une tribu, une colonie ou une culture vivant dans des grottes. Ces systèmes souterrains pourraient alors être revendiqués par un gouvernement extérieur s’ils ressentent le besoin d’étendre leur propre « territoire ».

Selon certains témoignages, le gouvernement américain connaît l’existence de nombreux systèmes souterrains de ce type et a constaté que beaucoup d’entre eux étaient inoccupés lors d’explorations passées, et les a revendiqués pour leur propre compte.

Malheureusement, même dans le cas de petits dépôts souterrains d’objets anciens, il semblerait que de nombreux trésors anciens aient été « fondus » par des prospecteurs, des pilleurs de tombes, etc., afin de récupérer la valeur métallique de l’or, de l’argent et d’autres métaux précieux à partir desquels les objets anciens ont été formés, afin d’empêcher l’État de leur prendre « leur trouvaille ».

Ce faisant, ces pilleurs ont détruit l’immense valeur historique et archéologique de ces trésors en échange de la valeur métallique « relativement » pitoyable. De nombreux trésors de l’Égypte ancienne ont été la proie de ces vandales et de ces « pilleurs de tombes » dans l’Antiquité. Même si l’on n’est pas d’accord avec le symbolisme religieux qui se cache derrière ces objets, leur valeur historique et archéologique les rend néanmoins dignes d’être préservés. La seule raison pour laquelle les trésors du « Roi Tut » ont eu un tel impact (même s’il était un « roi » mineur), est que ces trésors faisaient partie des TRÈS PEU nombreux qui n’ont pas été découverts par les pilleurs de tombes et qui ont été fondus pour leur contenu métallique.

On ne sait pas combien d’INFORMATIONS HISTORIQUES sur les cultures anciennes ont été perdues à jamais par des actions aussi négligentes. Il faut espérer que l’humanité a atteint le point de maturité où la découverte de tels trésors à l’avenir aboutira à une étude scientifique coopérative des artefacts antiques au profit de tous, plutôt qu’à la violence, la mort et la trahison qui ont souvent résulté dans le passé des erreurs de chasseurs de trésors égoïstes se battant les uns contre les autres pour le « butin ». Selon certains récits, beaucoup de ces sites anciens attendent encore d’être découverts, des découvertes qui pourraient faire paraître la tombe du roi Toutankhamon insignifiante en comparaison.

Comme nous l’avons laissé entendre, tout comme il faut honorer les anciens SITES archéologiques des cultures existantes, de la même manière, il faut honorer la souveraineté nationale d’une autre CULTURE humaine elle-même. Ne pas le faire reviendrait essentiellement à rejeter tout argument « juridique » qu’une nation pourrait avoir pour la protection de sa propre souveraineté nationale.


Cas concret : l’Empire reptilien ou « Draconien » avec son centre terrestre majeur dans le complexe « Bhoga-vita » sous l’Inde, et les empires humains « Illuminati » sur et au-delà de la terre – qui ont apparemment une alliance secrète entre eux – ont tellement interféré dans la souveraineté de presque TOUTE les nations sur terre, et l’ont fait au point qu’ils ne peuvent plus légalement prétendre à une défense rationnelle contre TOUTE nation qui déciderait d’abuser de SA « souveraineté ». L’empire reptilien est, bien sûr, un problème en soi, puisqu’il est en guerre (par des attaques ouvertes ou des manipulations secrètes – contre la majorité de l’humanité sur, dans et au-dessus de la terre) depuis les temps anciens et apparemment, d’après les témoignages donnés dans ce dossier et dans d’autres, il ne reconnaît même pas le droit de l’humanité à cette planète, ni même son « droit » à exister.

Selon les légendes indiennes, le « peuple des Panamins » aurait quitté depuis longtemps sa ville ancienne dans les montagnes de Californie et aurait déplacé la majeure partie de sa civilisation dans des cavernes encore plus profondes ET (selon d’autres récits encore) vers des colonies situées au-delà des limites de la planète Terre elle-même.

Bien que ces « Havmusuvs » soient peut-être « bienveillants » par rapport à certaines cultures vivant à la surface de la planète, ils ont néanmoins – selon la documentation de cette base de données et d’autres – la capacité et la technologie nécessaires pour défendre leurs « frontières » et leurs proches contre tout ennemi potentiel.

Dans son chapitre « OLD GOLD », l’auteur de « DEATH VALLEY MEN », Bourke Lee, relate le récit prétendument véridique de deux prospecteurs qui affirment avoir découvert cette ancienne « ville » abandonnée dans d’énormes cavernes au cœur des montagnes du Panamint. Il faut souligner l’INCROYABLE similitude entre ce récit et celui donné aux Navajo Oga-Make par un vieux sage Paihute, comme le montre l’article « TRIBAL MEMORIES OF THE FLYING SAUCERS – SOUVENIRS TRIBAUX DES SOUCOUPES VOLANTES« .

Nous reprenons l’histoire de deux habitants de la Vallée de la Mort, Bill et Jack, qui ont une conversation avec deux prospecteurs, Thomason et White, dont l’auteur a « apparemment » appris les détails de la discussion suivante, s’il n’était pas lui-même présent à la discussion :

…Thomason regarda de Jack à Bill et demanda : « Depuis combien de temps êtes-vous dans ce pays ?

Jack a parlé avant que Bill n’ait eu l’occasion de le faire. « Pas très longtemps », répondit Jack à voix basse. Bill regarda Jack avec curiosité, mais ne dit rien. Si Jack pensait que 30 ans, ce n’était pas très long, c’était bien pour Bill.

Thomason dit : « J’ai fait des allers-retours dans la Vallée de la Mort pendant 20 ans. Tout comme mon partenaire. Nous savons où se trouve le trésor perdu. Nous le savons depuis plusieurs années, et nous sommes les seuls hommes au monde [ ?] à le savoir. Nous allons vous mettre au courant. Vous avez été bon pour nous. Vous êtes tous les deux de bons camarades. Vous ne nous avez pas posé de questions sur nous-mêmes, et nous vous aimons bien. Nous pensons que vous pouvez garder un secret, alors nous vous dirons le nôtre. »

Jack a soufflé de la fumée et a demandé : « Une mine perdue ? »

« Non, pas une mine », dit Thomason. « Une maison au trésor perdue. Une cité d’or perdue. Elle est plus grande que toutes les mines qui ont été trouvées, ou qui le seront jamais. »

« Elle est plus grande que la Monnaie des États-Unis », dit White, la voix et le corps tremblant d’excitation. « C’est une ville vieille de milliers d’années et qui vaut des milliards de dollars ! Des milliards de dollars ! Des milliards ! Pas des millions. Des milliards ! »

Thomason et White parlèrent rapidement et avec tension, s’interrompant mutuellement dans un discours enthousiaste.


Thomason a dit : « Nous essayons de sortir le trésor de cette ville dorée depuis des années. Nous devions avoir de l’aide, et nous n’avons pas pu l’obtenir. »

« Tout le monde essaie de nous voler », a mis White. « Ils veulent tous une trop grosse part. J’ai offert la ville entière à la Smithsonian Institution pour cinq millions de dollars – seulement une petite partie de ce qu’elle vaut. Ils ont essayé de nous voler aussi ! Ils ont dit qu’ils me donneraient un million et demi pour une découverte qui vaut un milliard de dollars ! » a-t-il ricané. « Je n’ai plus rien à voir avec eux. »

Jack se leva et trouva sa prise de tabac. Il jeta sa cigarette et arracha sauvagement une énorme chique. Il s’est assis, a croisé les jambes et s’est mis à sourire en regardant White qui lui enfonçait sa chique dans la mâchoire.

La voix de Bill était douce et il demandait : « Et cet endroit est dans la Vallée de la Mort ? »

« En plein dans les montagnes de Panamint ! » dit Thomason. « Mon partenaire l’a trouvé par accident. Il prospectait sur le bord inférieur de la chaîne près du col de Wingate. Il travaillait au fond d’un vieux puits abandonné quand le fond est tombé et l’a fait atterrir dans un tunnel. Nous avons exploré le tunnel depuis. C’est un tunnel naturel, comme une grande grotte.

Il fait plus de 20 miles de long. Il mène à travers une grande ville souterraine, à travers les coffres du trésor, le palais royal et les salles du conseil, et il est relié à une série de belles galeries avec des arcs en pierre sur le versant est des montagnes de Panamint. Ces arcs sont comme de grandes fenêtres sur le flanc de la montagne et ils donnent sur la Vallée de la Mort. Elles sont maintenant très hautes au-dessus de la vallée, mais nous pensons que ces entrées à flanc de montagne ont été utilisées par les anciens qui ont construit la ville. Ils avaient l’habitude d’y faire accoster leurs bateaux ».

« Des bateaux ! » demanda Bill, étonné, « Des bateaux dans la Vallée de la Mort ? »

Jack s’étouffa et dit : « Bien sûr, des bateaux. Il y avait un lac dans la Vallée de la Mort. J’ai entendu dire que la pêche était bonne. »

« Vous connaissez le lac », Thomason pointa son menton bleu sur Jack. « Ta géologie te parlerait du lac. C’était il y a longtemps… Les anciens qui ont construit la ville dans les cavernes sous la montagne ont continué à vivre dans leurs maisons du trésor bien après que le lac de la vallée se soit asséché. Combien de temps, nous ne savons pas. Mais les gens que nous avons trouvés dans les cavernes sont morts depuis des milliers d’années. Pourquoi ? Ces momies valent à elles seules un million de dollars! »

Blanc, ses yeux flamboyants, son corps tremblant, remplissait la petite maison d’une voix vibrante au bord de l’hystérie. « De l’or ! » s’écria-t-il. « Des lances en or ! Boucliers d’or ! Des statues en or ! Bijoux ! D’épaisses bandes d’or sur leurs bras ! Je les ai trouvés ! Je suis tombé dans la ville souterraine. Il y avait une énorme salle, aussi grande que ce canyon. Une centaine d’hommes y étaient. Certains étaient assis autour d’une table polie, incrustée d’or et de pierres précieuses. Des hommes se tenaient autour des murs de la salle, portant des boucliers et des lances en or massif.

Tous les hommes – plus d’une centaine – portaient des tabliers en cuir, le meilleur cuir, souple et plein d’ornements et de bijoux en or. Ils étaient assis et se tenaient là avec toute cette richesse autour d’eux. Ils sont toujours là. Ils sont tous morts ! Et l’or, tout cet or, et tous ces joyaux et ces bijoux sont tout autour d’eux. Tout cet or et ces bijoux ! Des milliards ! » La voix de White s’élevait en un cri quand Thomason mit la main sur son bras et White se tut, ses yeux se dirigèrent vers les visages de ceux qui étaient assis autour de la table.

Thomason explique calmement : « Ces anciens devaient avoir une réunion de leurs dirigeants dans la salle du conseil quand ils ont été tués très soudainement. Nous ne les avons pas examinés de près car c’est le trésor qui nous intéressait, mais les gens semblent tous être de parfaites momies. »

Bill a louché vers White et a demandé : « Il fait sombre dans ce tunnel, non ? »

« Noir sombre », répondit White, qui avait à nouveau sa voix sous contrôle. Son éclat l’avait calmé. « Quand je suis entré dans la salle du conseil, je n’avais que quelques bougies. J’ai tâtonné. Je n’ai pas tout découvert d’un seul coup comme je vous le dis. Je suis tombé sur ces hommes, et j’ai failli perdre la tête. Mais je m’en suis remise et tout allait bien et je pouvais tout voir après avoir allumé les lumières. »

« Les lumières ? Il y avait des lumières ? » C’était Bill qui demandait.

« Oh, oui », a dit White. « Ces personnes anciennes avaient un gaz naturel qu’elles utilisaient pour s’éclairer et cuisiner. Je l’ai trouvé par hasard. Je me cognais dans le noir. Tout était dur et froid et je continuais à penser que je voyais des gens et que j’étais plutôt effrayé. J’ai trébuché sur quelque chose sur le sol et je suis tombé. Avant que je puisse monter, il y a eu une petite explosion et des flammes de gaz se sont allumées tout autour de la pièce. Je suis tombé sur un levier en pierre qui a allumé le gaz, et ma bougie a déclenché le gaz. C’est alors que j’ai vu tous les hommes, et la table polie, et la grande statue. J’ai cru que je rêvais. La statue était en or massif. Son visage ressemblait à celui de l’homme assis en haut de la table, mais bien sûr, le visage de la statue était beaucoup plus grand que celui de l’homme, parce que la statue avait une taille parfaite, seulement plus grande. La statue était en or massif, et elle mesure 89 pieds, six pouces ! »

« L’avez-vous mesurée », demanda Jack, avec douceur, « ou avez-vous juste deviné ? »

« Je l’ai mesurée. Maintenant, vous allez avoir une idée de la taille de cette pièce – la salle du conseil -. Cette statue n’en occupe qu’une petite partie ! »

Régulièrement, Jack a demandé : « Avez-vous pesé la statue ? »

« Non », répondit White. « Vous n’avez pas pu la peser. »

Bill était perplexe. « Pourriez-vous me dire comment vous l’avez mesurée ? » demanda Bill.

« Avec un sextant », répondit White. « J’ai toujours un sextant quand je suis dans le désert. Et si je me perds, je peux utiliser mon sextant sur le soleil, la lune ou les étoiles pour me retrouver sur la carte. J’ai pris un angle de sextant de la hauteur de la statue et je l’ai compris plus tard ».

« Un sextant », dit Bill, en fronçant les sourcils.

Jack a dit : « C’est une partie de l’église, Bill. Peu importe… Parlez-nous un peu plus de cet endroit. C’est très intéressant. »

Fred Thomason a dit : « Parlez-leur des salles du trésor. »

« Je les ai trouvées plus tard. » White polissait son pâté brillant avec un mouchoir sale. « Après avoir allumé la lumière, j’ai pu voir tous les murs de cette grande salle et j’ai vu des portes taillées dans la roche solide des murs. Les portes sont grandes comme des plaques de roche accrochées à des charnières que l’on ne voit pas. Une grosse barre de rocher descend en travers. J’ai essayé de soulever les barres et je n’ai pas pu les déplacer. J’ai fait des folies en essayant d’ouvrir les portes. J’ai dû attendre une heure avant de saisir un petit loquet comme celui qui se trouve à l’extrémité courte de la barre et la grande barre a pivoté vers le haut. Ces gens connaissent les contrepoids et toutes ces grandes portes avec leurs serrures de barre – elles doivent peser des centaines de tonnes – sont toutes équilibrées pour que vous puissiez les déplacer avec votre petit doigt si vous trouvez le bon endroit ».

Thomason a encore dit : « Parlez-leur du trésor. »

« Ce sont des lingots d’or et des pierres précieuses. Les salles du trésor se trouvent à l’intérieur de ces grandes portes en pierre. L’or est empilé en petites barres empilées contre les murs comme des briques. Les bijoux sont dans des bacs découpés dans la roche. Il y a tellement d’or et de bijoux dans cet endroit que les gens avaient des brouettes en pierre pour déplacer le trésor ».

Jack s’est levé avec un intérêt soudain. « Des brouettes ? » demanda-t-il…

« Nous ne savons pas quel âge ils ont », dit Thomason, « mais les brouettes de pierre sont là. »

« Les brouettes de pierre », s’émerveilla Jack. « Ces morts devaient être des hommes très puissants. Seuls des hommes très forts pouvaient pousser une brouette de pierre chargée de lingots d’or. Les brouettes devaient peser un ton sans être chargées. »

« Oui », dit Thomason, « les brouettes sont en pierre et bien sûr, elles sont très lourdes… »

« Mais ils sont très faciles à pousser, même avec une charge à l’intérieur », a expliqué M. White. « Ce sont des brouettes scientifiques. »

« Non », objecta Jack sur un ton d’angoisse.

« Oui », insista White, agréablement sûr de lui. Un petit garçon pourrait remplir une de ces brouettes en pierre de lingots d’or et la faire tourner. Les brouettes sont en équilibre, tout comme les portes. Au lieu d’avoir la roue devant pour qu’un homme doive prendre tout le poids avec son dos, ces sages ont mis la roue presque au milieu et ont arrangé le levier des arbres de façon à ce qu’un enfant puisse mettre une charge équilibrée et faire tourner la brouette ».

Le cœur de Jack était brisé. Il quitta la table et jeta sa mastication par la porte. Il s’est dirigé vers le poêle avec sa tasse. « Quelqu’un veut plus de café ? » demanda-t-il. Personne n’en voulait.

Bill étudia Thomason et White pendant plusieurs minutes. Puis il a demandé : « Combien de fois êtes-vous allé dans ce tunnel ? »

« J’y suis allé trois fois », dit White. « En comptant la première fois où je suis tombé dedans. Fred y est allé deux fois, et ma femme a fait une partie du chemin la dernière fois. »

Mme White a caressé ses cheveux blonds et a dit : « Je pensais que mon mari était en train de faire une histoire d’amour quand il est rentré et m’a dit ce qu’il avait trouvé dans les montagnes. Il a toujours été un romantique. J’étais sûre qu’il était juste en train de faire l’amour avec cette ville qu’il disait avoir trouvée. Je n’y ai pas cru jusqu’à ce qu’ils m’y emmènent. C’est un peu difficile à croire, vous ne pensez pas ? »

Bill a dit : « C’est sûr. » Jack a mélangé du sucre dans son café et s’est de nouveau assis à la table. Bill demanda : « Avez-vous jamais apporté quelque chose de la grotte ? »

« Deux fois », répondit Fred Thomason. « Les deux fois, on y est entré, on a rempli des poches de pierres précieuses, et on a emporté une barre d’or chacun. La première fois, nous avons laissé l’objet à un ami et nous sommes allés essayer d’intéresser quelqu’un à ce que nous avions trouvé. Nous pensions que les scientifiques seraient intéressés ou le gouvernement. Un homme du gouvernement nous a dit qu’il aimerait voir le matériel et nous sommes retournés chez notre ami pour récupérer l’or et les bijoux. Il nous a dit qu’il ne les avait jamais vus et nous a mis au défi d’essayer de les récupérer. Vous voyez, il nous a doublés.

Nous étions dans le pétrin à ce moment-là et la perte de ces objets nous a mis dans une situation encore plus difficile. Nous ne pouvions pas obtenir de pieu parce que nous avions du mal à faire croire à quelqu’un. Nous avons donc fait un autre voyage jusqu’ici pour avoir plus de preuves. Cette fois, nous avons sorti un autre trésor et l’avons enterré près de l’entrée du puits de la ville souterraine avant de retourner sur la côte. J’ai persuadé des responsables de l’université et des experts du Southwest Museum de venir ici avec moi. Nous sommes montés sur les Panamints et je n’ai pas pu trouver le puits. Une explosion de nuages avait changé tout le pays autour du puits. Nous n’avons pas eu de chance. Les scientifiques se sont mis en colère contre nous sans raison. Ils ont fait tout ce qu’ils pouvaient pour nous discréditer depuis. »

Jack regardait Thomason et White sur le bord de sa tasse de café. Bill a dit : « Et maintenant, vous ne pouvez pas entrer dans votre tunnel du trésor. Il est à nouveau perdu. C’est vraiment dommage. »

Thomason et White ont souri. « On peut y entrer », dit Thomason d’une voix aimable que ses yeux froids ne supportaient pas. Mme White sourit avec confiance et son mari secoua la tête. Thomason continua : « Vous avez oublié les vieux débarquements de bateaux sur le côté de la Vallée de la Mort des montagnes Panamint. Il suffit de gravir la montagne jusqu’aux ouvertures où les galeries sortent de la ville sur la vieille rive du lac. Connaissez-vous les montagnes du côté ouest de la Vallée de la Mort ? »

« J’y suis allé », dit Bill.

Thomason se tourna vers White : « À votre avis, à quelle hauteur ces galeries se trouvent-elles au-dessus du fond de la Vallée de la Mort ? »

White répondit : « Quelque part à environ 4500 ou 5000 pieds. Vous avez regardé à l’extérieur ; qu’en pensez-vous ? »

« C’est à peu près ça », répondit Thomason. « Les ouvertures sont juste en face du ranch de Furnace Creek. On pouvait voir le vert du ranch juste en dessous de nous et Furnace Creek Wash de l’autre côté de la vallée. On trouvera ces fenêtres dans les montagnes, c’est sûr. »

« Tu vas là-bas maintenant ? » demande Bill.


« C’est ça », dit White. « On en a fini avec les scientifiques. Nous avons essayé de faire un cadeau de notre découverte de la science parce que nous pensions qu’ils seraient intéressés. Mais ils ont essayé de nous voler, et puis ils se sont moqués de nous et ont abusé de nous… »

En guise de remerciement et d’adieu, les chasseurs de trésors sont partis, en promettant de revenir, et ont pris leur voiture pour descendre à Emigrant Canyon vers la Vallée de la Mort. Plus tard dans l’après-midi, Bourke Lee, l’auteur de DEATH VALLEY MEN, aurait rencontré les trois chasseurs sur le sol de la vallée. Leur voiture était garée à côté de la route entre le ranch de Furnace Creek et les salines. Les hommes étaient en train de réparer un tube. Ils n’avaient pas besoin d’aide, alors il leur a souhaité bonne chance et leur a dit au revoir et a continué vers la partie sud de la vallée stérile.

Il ne revint jamais voir Fred Thomason, M. White ni sa femme, et dix jours plus tard, lorsqu’il rendit visite à nouveau à Bill Cocoran et Jack Stewart, ils lui dirent qu’ils ne les avaient pas revus depuis. Une semaine plus tard, lorsque les propriétaires de la « cité perdue » ne se sont pas présentés, l’auteur et Bill ont fait un voyage dans la Vallée de la Mort en voiture et ont emporté une paire de jumelles, espérant voir des traces des explorateurs ou des « fenêtres » ou « quais » prétendument cachés dans les ombres du versant est des Panamints boursouflés par le soleil. Ils n’ont trouvé aucun signe de l’un ou l’autre.

Comme nous l’avons indiqué, nombreux sont ceux qui suggèrent que le Nevada, plutôt que le Nouveau Mexique, pourrait être le « centre » de l’activité « extraterrestre » souterraine en Amérique.

Cela peut être vrai dans le sens où la principale zone de « conflit » ou d' »interaction » entre les forces évadamiques (gouvernementales – nordiques) et draconiennes (grise-réptilienne) semble exister sous les grands déserts occidentaux du sud de la Californie, du Nevada et de l’ouest de l’Utah. Les installations militaires de cette région sont également, selon de nombreuses sources, fortement impliquées dans le scénario extraterrestre, pour le bien ou le mal.

Alors que les « lignes de front », pour ainsi dire, peuvent exister en dessous des zones de « test » du Nevada et des états adjacents, le « centre » de l’activité reptilienne elle-même semble être le Mt Archuleta, N.M. et la région des « Four Corners ».

Le centre américain des diverses cultures humaines souterraines semble être les chaînes de montagnes Cascade-Sierra Nevada (en particulier entre le Mt Shasta et les Panamints), même si certains suggèrent que, au moins dans le passé – comme dans le cas du gouvernement américain lui-même – « certains » des groupes humains sous la région de Californie ont commis l’erreur tragique d’opter pour une politique d' »apaisement » plutôt que de « rétribution » dans leurs rapports avec la race des serpents.

Cela ne signifie pas nécessairement que cette politique est encore très répandue aujourd’hui, bien que la région du Mt Lassen soit, semble-t-il, un centre important de « collaboration » actuelle entre les reptiles gris externes/subternes ET les branches aériennes/souterraines des Illuminati humains.

Le récit suivant, paru dans le numéro d’hiver 92 du magazine « FAR OUT », dans un article de H. Leo O’Neal intitulé « THE LEGEND OF THE DEATH VALLEY MUMMIES », était apparemment une tentative de classer le récit suivant comme « fantaisiste », même si l’auteur de l’article admet que PLUSIEURS personnes (témoins) auraient été dans ces anciennes chambres sous le Mojave, mentionnées dans le récit.

Ces (plus) récents événements entourant les catacombes de la Vallée de la Mort, mentionnés dans l’article, sont les suivants. Nous demandons simplement aux lecteurs de se prononcer sur l’authenticité du récit en se basant sur d’autres rapports similaires que nous avons déjà relatés.

En 1946, le Dr F. Bruce Russell, médecin à la retraite de Beverly Hills, a eu une conversation avec M. Howard E. Hill dans la ville de Los Angeles. Russell informa Hill qu’en 1931, alors qu’il creusait un puits dans un site qu’il avait revendiqué dans la Vallée de la Mort, il avait percé une caverne souterraine.

Après avoir trouvé de la lumière, il est entré et s’est retrouvé dans une caverne avec deux passages, l’un à gauche et l’autre à droite. En explorant le passage de gauche, il est arrivé dans un effondrement, à environ 25 mètres du puits d’entrée. Le chemin de droite a cependant continué à descendre à un angle aigu pendant environ un quart de mile.

Bien que certains passages semblent naturels, d’autres semblent avoir été agrandis par des moyens artificiels, mais tous partent dans plusieurs directions. Un tunnel conduisait finalement à une grande salle, et cette salle comportait également des tunnels de dérivation conduisant dans toutes les directions. Trois « momies » et plusieurs objets étranges étaient disposés dans cette pièce, certains paraissant « égyptiens », d’autres plus « amérindiens » comme dans la construction. Cependant, ce qui est étrange et choquant à propos des momies, selon Russell, c’est que beaucoup d’entre elles mesuraient près de 2 mètres de long ou de haut ! Il a décrit le système souterrain comme une sorte de « ville souterraine ».

Les habitants devaient être très avancés, conclut Russell d’après ce qu’il a observé, et il était certain que la découverte était beaucoup plus importante que le célèbre Tombeau du Roi Toutankhamon lui-même.

En suivant les passages, il finit par découvrir d’autres ouvertures vers la surface, mais la plupart d’entre elles se trouvaient dans des endroits obscurs, et pourtant tout ce qu’il a exploré se trouvait à moins de 7 miles du « puits » par lequel il était entré pour la première fois dans le complexe souterrain.

Finalement, Russell a découvert 32 grottes dans toute la région. Bien qu’il n’ait pas pu le prouver, puisque beaucoup d’entre elles s’étaient effondrées, il a supposé que beaucoup d’entre elles pouvaient avoir été reliées au système souterrain à un moment donné. Ces 32 grottes se trouvaient toutes à moins de 180 miles carrés les unes des autres et étaient situées dans la Vallée de la Mort et à l’extrême sud-ouest du Nevada.

Il est également tombé sur une grande salle qu’il a appelée la « salle rituelle » et qui contenait d’étranges marques et symboles. Selon Russell, un autre tunnel reliait cette salle à une autre salle souterraine où des os bien conservés de dinosaures, de tigres à dents de sabre, de mastodontes et d’autres animaux disparus étaient exposés dans des zones creusées le long des murs.

En 1946, après des années d’enquête privée et de secret, Russell décide d’exploiter la découverte.

Après avoir réuni un groupe d’investisseurs potentiels, il a organisé une réunion au cours de laquelle il a exposé certains des objets qu’il avait sortis du système souterrain. M. Hill a été invité à cette réunion à condition qu’il puisse apporter son aide en tant qu’investisseur. Il a accepté l’invitation et a assisté à la réunion.

La société s’appelait « Amazing Explorations » et la réunion des « investisseurs » s’est tenue dans une suite à Beverly Hills, bien que tous les investisseurs aient prêté serment de secret absolu. Après cette réunion, Hill et le reste des investisseurs ont été conduits au complexe souterrain lui-même, où Russell a rendu les artefacts qu’il avait exposés aux investisseurs, convaincu que l’atmosphère protégée des grottes les préserverait.

Le groupe a été emmené dans la caverne où se trouvaient les « os » et le « temple ». Selon des témoins, elle était « remplie d’artefacts bizarres de toutes sortes ». Russell leur a dit qu’ils pouvaient regarder mais pas toucher, car il a réalisé la nécessité de préserver une telle trouvaille dans son état d’origine, tant pour des raisons archéologiques que monétaires.

Le 4 août 1947, Howard Hill, en tant que porte-parole des « Explorations étonnantes », a fait une brève déclaration à la presse pour annoncer la découverte. À sa grande surprise, l’histoire n’a bénéficié que d’une couverture minimale et n’a été publiée que dans quelques journaux où elle était « équilibrée » par des déclarations très désobligeantes et sceptiques de la part de la communauté « scientifique ».

Après cela, une conférence de presse en direct a été prévue, au cours de laquelle Russell a prévu d’exposer un squelette et/ou plusieurs artefacts qui « convaincraient même le journaliste le plus sceptique ».

Et à partir de là, ils pourraient découvrir par eux-mêmes la fiabilité de la trouvaille. Pour cela, Russell devait retourner une fois de plus dans les grottes pour récupérer les artefacts nécessaires. Il avait également prévu, avant de partir ou peu après son retour, d’ouvrir un compte bancaire à la banque Barstow pour y déposer des capitaux d’investissement.

Russell partit pour la Vallée de la Mort mais ne fut jamais revu. Sa voiture a été découverte plus tard avec un radiateur cassé dans une partie peu fréquentée de la Vallée de la Mort. Bien que certains suspectent qu’il soit parti avec l’argent des investisseurs, cela est peu probable car l’argent des investisseurs qu’il possédait à l’époque n’était pas suffisant pour justifier sa disparition, ou l’abandon des plans de commercialisation du site comme l’une des merveilles du monde, et la richesse potentielle que cela pourrait apporter.

Les investisseurs ont tenté de déplacer les chambres souterraines que Russell leur avait montrées, mais ont affirmé qu’ils ne pouvaient pas se souvenir de l’itinéraire exact car ils n’avaient pas fait très attention aux points de repère lors du premier voyage, et en outre, la lumière et les ombres changeantes du soleil et l’uniformité du vaste paysage rendaient la chose difficile. Ainsi se sont terminés les événements brefs mais intéressants entourant ce qui aurait pu s’avérer être l’une des merveilles les plus populaires du monde, un musée « potentiel » protégé par le gouvernement fédéral, d’une valeur inestimable pour les archéologues, les anthropologues et les historiens, ainsi que pour des millions de touristes potentiels.

Malgré les preuves « circonstancielles » corroborantes de l’existence de ces ruines anciennes, ce « monde » (ou peut-être son présent pour les anciens habitants ?) semble continuellement résister à tous les efforts que nous, « étrangers », faisons pour sonder ses secrets de manière dramatique, au moins (peut-être) jusqu’à ce que ses « protecteurs » sentent que nous sommes prêts à découvrir ces trésors historiques.

Peut-être que la « cupidité » que de tels trésors suscitent souvent dans le cœur des hommes est en soi la force même qui empêche leur acquisition. Peut-être que lorsque nous mettrons notre cœur à la recherche de la Vérité – non pas pour notre propre avidité ou profit personnel, mais pour le bénéfice de toute l’humanité – peut-être alors seulement la VÉRITÉ se rendra-t-elle disponible pour ceux qui sont « prêts » à la recevoir.

La lettre suivante a été envoyée au chercheur Tim Beckley, et confirme une grande partie des informations qui ont « fait surface » ces dernières années :

« …j’apprécie beaucoup votre magazine. Je vous remercie pour cette excellente publication. J’ai vu des OVNI, et il semble qu’après en avoir vu un, on n’est plus jamais le même. Je me suis séparé de l’U.S. Air Force en décembre 1987. Dans l’armée de l’air, j’étais « spécialiste de la sécurité ». Il était de mon devoir de protéger les avions, les armes et les équipements Top Secret. Je gardais également des têtes nucléaires. J’étais en poste au David-Monthan A.F.B. à Tucson, en Arizona. En janvier 1987, je m’entraînais dans le désert pour un cours de survie dans le désert.

Cette région se trouve entre Indian Springs, Nevada et Las Vegas, Nevada. Elle est connue sous le nom de Silver Flag Alpha. Il y a une énorme chaîne de montagnes et de l’autre côté de cette chaîne se trouve la « Zone 52 », également connue sous le nom de « Dreamland ».

« J’ai demandé à un instructeur ce qui se passerait si quelqu’un passait par-dessus la crête. Il m’a répondu : « Personne ne peut passer par-dessus cette crête », puis il m’a fait un sourire de renard. Un soir, vers 3 heures, j’étais assis dans mon terrier à regarder les étoiles lorsqu’une lumière blanche s’est levée au-dessus de la crête. Elle a fait deux boucles verticales puis s’est envolée dans le ciel à une vitesse que vous ne pourriez pas croire. De plus, elle n’a pas fait de bruit.

« Après ma séparation de l’armée de l’air, je suis resté à Tucson pendant 19 mois. Pendant cette période, mon meilleur ami de l’armée de l’air a reçu des ordres pour la « Zone 52 ». Je lui ai dit de rester en contact. Il m’a appelé un jour et m’a dit qu’il n’aimait pas cette mission. Je lui ai posé des questions sur la « Zone 52 » et il m’a répondu qu’il n’était pas libre d’en parler. Il a dit qu’il était en poste à Nellis A.F.B. Nevada et qu’il était obligé de vivre en dehors de la base. Il a dit qu’un véhicule de l’armée de l’air viendrait le chercher et le transférerait dans la « Zone 52″ où il passerait 48 heures dans un complexe souterrain.

Après 48 heures, il a été ramené à son appartement pour 48 heures de congé. Je lui ai demandé quel genre de choses il avait vu. Il m’a seulement dit de ne pas être surpris si un jour nous vivons dans l’espace. Après cela, nous avons parlé de trucs de mecs normaux. Je n’ai plus jamais eu de nouvelles de lui depuis, ce qui est PARTICULIER. Je me demande si l’armée de l’air a mis son appartement sur écoute ? – Steve Blankenship – Somerset, TX. »

Le numéro de janvier 1957 du magazine FATE, p. 10, contenait un compte rendu de l’étrange découverte suivante :

« Cher Douglas, Ga., dans le comté de Coffee, des ouvriers de la Head Well and Pump Company étaient en train de forer un trou de 145 pieds de profondeur sur la propriété de M. et Mme Earl Meeks, à sept miles de Douglas. Ils ont arrêté de forer lorsqu’un bruit inhabituel a commencé à sortir du trou.

« C’était un bruit de grondement, un peu comme un chemin de fer sous terre. Dès qu’ils l’ont entendu, les foreurs se sont arrêtés. Le foreur Scott Dinking a dit qu’il n’avait jamais entendu un tel bruit auparavant – pas en 27 ans de métier.

« Joe Sports de l’Associated Press est sorti pour regarder le trou. Il a constaté qu’il faisait tellement de bruit que les Meeks l’avaient partiellement recouvert d’une planche parce que cela les empêchait de dormir la nuit.

« Sports a remarqué que de l’air était tiré dans le trou par une sorte d’aspiration. Il a allumé une allumette au sommet du trou – la fumée était tirée vers le bas. Il a emprunté un miroir et a réfléchi la lumière pour pouvoir voir le fond. Il a vu de l’eau en bas. Tout avait l’air calme et paisible.

A suivre…

Compilé par ‘The Group’ – Edité par ‘Branton’

Voir tous les articles de la sous-catégorie : Secrets du Mojave


Que pensez-vous de cet article ? Inscrivez-vous et rejoignez la conversation


Merci à tous pour votre soutien.

Beaucoup d'entre vous sont avec moi, par le coeur et la pensée, et je vous transmet ma gratitude... Vous pouvez assurer la continuité de ce site de plusieurs manières... En partageant les articles que vous avez aimé... En achetant vos livres et vos produits préférés sur Amazon via ce site... En faisant un don sécurisé sur Paypal... Ou les trois en même temps... Recevez toute ma gratitude... Mon Amour vous accompagne...


Veuillez aider à soutenir les médias alternatifs. Nous suivons la vérité, où qu'elle mène. Votre aide est importante... Merci








Elishean777 : Communauté pour un Nouveau Monde © elishean/2009-2021

Tags:

0 Commentaires

Laisser une réponse

Imaginer un Nouveau Monde © Elishean 2009 - 2021

CONTACT

Vous pouvez nous envoyer un e-mail et nous vous répondrons dès que possible.

En cours d’envoi
ou

Vous connecter avec vos identifiants

ou    

Vous avez oublié vos informations ?

ou

Create Account

%d blogueurs aiment cette page :