Aller à la barre d’outils

Que savons-nous de la programmation dans des personnalités alternatives? Plusieurs membres de « Montauk » tels que Preston Nichols, Al Bielek et Duncan Cameron affirment avoir été programmés avec des personnalités alternatives au cours de leur travail dans les projets de voyage dans le temps via des techniques de contrôle de l’esprit menés au milieu des années 80.

Que se passe-t-il dans le désert du Mojave? «Qui sont les Hav-Musuv des légendes Navajo? Quelle est cette guerre qui se déroule en secret? Nous avons commencé à réunir des informations dans la première partie de cette série qui va susciter notre étonnement au fil de sa lecture.

Lire la 1ère partie

En référence à Zeta Reticuli, d’où proviennent de nombreux « Gris », Jeffrey L. Kretch, dans son article « THE AGE OF NEARBY STARS »  – L’ÈRE DES ÉTOILES PROCHES –(paru dans le magazine ASTRONOMY en réponse à Dec. L’article « THE ZETA RETICULI INCIDENT » – L’INCIDENT DES ZETA RETICULI – de Terence Eckerson de décembre 1974, qui décrit l’enlèvement de Hill, un article qui a d’ailleurs suscité plus d’intérêt parmi les lecteurs que tout autre article publié par le magazine, fait état des déficiences de ce système binaire en ce qui concerne le MÉTAL et le CARBONE.

Il suggère que la vie à base de carbone n’aurait pas pu « évoluer » dans un tel environnement, et il a peut-être raison, car les « Gris » ont « dit » à certaines personnes enlevées qu’elles retournaient en fait sur la terre, leur planète natale. Il ne fait aucun doute qu' »ils » tenteront d’utiliser cet argument, même s’il est vrai, pour tenter de justifier leur projet de prise de contrôle de la planète.

Récemment, un chercheur, K.S., a été approché par la famille d’un employé des services de renseignements américains (O.S.I.) du nom de « Tucker », qui avait mystérieusement disparu. Ils étaient inquiets et effrayés car ils avaient découvert, dans un de ses casiers personnels, PLUSIEURS papiers décrivant des détails INTIMES sur les activités entourant les installations souterraines de Dulce, du Nouveau-Mexique et du Nevada (S-4, etc.). Parmi cette grande pile de papiers se trouvait la lettre suivante, estampillée « SECRET ». La lettre, dont des copies étaient apparemment également entre les mains de quelques autres chercheurs, disait ceci


« Cher John…

« Je vous écris au cas où je ne reviendrais pas.

« Il y a un triangle qui entoure le site d’essai du Nevada.

« Il y en a en fait deux. Chacun d’entre eux a une frontière sur l’autre. L’un est le TRIANGLE ÉLECTRO-MAGNÉTIQUE, installé par MJ-12. Il s’agit d’un bouclier destiné à protéger les « Bienveillants » (très humains) des EBE (les « entités biologiques extraterrestres » ou Gris – Branton), tout en nous aidant à développer nos contre-attaques/défenses. L’autre est le « piège » des EBE qui retient les bienveillants enfermés… À chaque coin du triangle EM, vous trouverez des stations BLM qui sont les émetteurs du bouclier. « En face de chacune d’entre elles se trouve un émetteur EBE… Il y a beaucoup de ces stations à travers le monde. Il est important de ne pas interférer en essayant de détruire l’un de leurs « environnements », ils seraient capables de « doubler » quelque part ailleurs et de renverser cette position.

Une fois ce lien renversé, notre équipe de soutien échouerait. Leur extension excessive est délibérée de notre part. Nous sommes comme les Chinois, nous ne pouvons pas surpasser leur technologie, mais nous pouvons les surpasser en nombre. D’autant plus qu’ils ne peuvent pas se reproduire ici et qu’ils sont trop loin de chez eux pour rentrer sans notre aide. Beaucoup de nos Triangles EM sont des ruses pour les maintenir en surnombre. Ils ne peuvent pas sortir de notre système solaire parce que notre champ électromagnétique (en ce moment – Branton) n’est pas la bonne fréquence pour que leur système de propulsion fonctionne efficacement. Cela explique pourquoi les EBE ne peuvent pas engager plus de véhicules dans notre système solaire ».

Les humains du site d’essai du Nevada « pourraient » en fait, si l’on en croit certains chercheurs, être victimes d’une subtile propagande et d’intimidation reptilienne.

Par exemple, cette source croit apparemment que TOUS les sauriens gris ou EBE viennent de mondes extraterrestres. Cependant, comme nous l’avons montré, il existe de nombreuses preuves que l’activité des sauriens existe dans les niveaux et cavités souterrains profonds de la terre, et ce depuis de nombreux siècles. C’est un fait que les sauriens ont essayé de cacher à l’humanité, tant terrestre qu’extraterrestre. En outre, certains témoignages suggèrent que les sauroïdes, les gris, etc., se reproduisent abondamment et se reproduisent dans des réservoirs souterrains de polyembryons sous Dulce et ailleurs, et ne sont pas aussi « surdimensionnés » qu’ils le laissent croire.

Cependant, d’un autre côté, la crainte que les humains pourraient avoir d’attaquer prématurément les positions « ennemies » pourrait être de la propagande destinée à empêcher les humains de prendre des mesures OFFENSIVES, de croire qu’ils gardent les gris, etc. « à distance » alors qu’en fait les gris attaquent la société humaine de façon offensante sur d’autres fronts cachés par le biais d’enlèvements massifs, de tromperies, d’implantations, de manipulations psychiques, de recrutement d’humains pour une « cinquième colonne » et d’infiltrations.

Personnellement, nous ne croyons pas aux « impasses ». En temps de guerre, il n’y a pas de « neutralité », on attaque (de diverses manières) ou on est attaqué, de diverses manières – des manières dont les défendeurs ne sont peut-être même pas conscients. La lettre poursuit :

Le « quartier général » de cet « encerclement » particulier se trouve à Deep Springs, en Californie.

On y trouve une « école » pour les homosexuels communistes qui ont fait défection à l’EBE en échange d’un traitement contre le sida et d’une promesse faite à leur propre petit monde, y compris la reproduction par clonage et les utérus artificiels. Leurs spermatozoïdes fécondent des ovules prélevés sur des personnes enlevées.

Vous ne verrez probablement pas les hybrides cachés dans la montagne à moins d’avoir… des jumelles Starlite. Certains Homosapiens  malveillants (mercenaires) sont également là. Neuf Soviétiques étaient là en même temps que les Soviétiques au SNM. Ils étaient là dans l’espoir de les convaincre de faire défection à nos côtés. Nous gardons espoir.

« Les collaborateurs utilisent l’organisation de couverture Natural Resources Defense Council, dont les bureaux sont situés à New York et au 1350 New York Avenue, N.W., Suite 300, Washington, D.C. 20005 [tél. (202) 783-7800]. Elle est dirigée par Tom Cochran et ses collaborateurs sont Kevin Priestly UNR, John Brune UNR, Holly Eisler UnSan Diego, Gary Reisling Univ. ca. Pasadena, Holly Nelson NY, Mary Manning LV Sun, Ed Vogel LVR ; et bien d’autres que je pourrai révéler plus tard.

« On constatera également que chaque coin de leur triangle est à la base d’une montagne. À chaque endroit, vous trouverez plusieurs entrées de systèmes souterrains. N’essayez pas d’entrer, à moins que vous ne souhaitiez devenir une protéine liquide. Vous pouvez cependant harceler les deux autres coins des EBE en plaçant un gros aimant sur les voûtes… (placer un aimant sur les deux autres entrées à chaque endroit n’affectera rien). Cela interrompt temporairement leurs communications avec Deep Springs jusqu’à ce qu’une équipe de collaborateurs vienne voir ce qui se passe.

Si vous placez un grand aimant sur cette entrée (il y a un gros ordinateur près de la surface, vous pouvez l’entendre), cela provoquera une interruption immédiate. Vous pouvez donc l’enlever en peu de temps (1 heure) et l’emporter avec vous. Ils devront quand même venir réinitialiser le système. Si vous plantez des aimants (camouflés comme des pierres) autour de ces entrées, les EBE ne sortiront pas et les vendeurs ne pourront pas les trouver.

Les EBE sont également allergiques à de fortes concentrations de sucre. Vous constaterez qu’à deux endroits, j’ai versé du sucre autour de leurs sorties. Portez toujours des aimants près de ces endroits, ils interrompent le sens de l’orientation des EBE (en raison d’une boussole interne très semblable à celles que l’on trouve chez les oiseaux migrateurs), tout comme notre perte d’équilibre lorsque notre tympan est touché.


« Veuillez attendre mon retour, si vous avez un avion, je voudrais prendre des photos aériennes, nous pouvons les photographier ensemble.

« Notre crête d’alliance, symbolisant le bouclier EM, et notre signe/marque/graffiti est incliné. Ne les révélez pas, sinon tout le monde les utilisera et vous ne distinguerez pas le vrai du faux.

« VOUS NE ME CONNAISSEZ PAS, JE NE VOUS CONNAIS PAS. CECI N’EST PAS DESTINÉ À ÊTRE DIFFUSÉ PUBLIQUEMENT. LES FANATIQUES PEUVENT PERTURBER L’ÉQUILIBRE AVANT LE JOUR DE LA V-ÉBÉ ».

Un autre chercheur du nom (ou pseudonyme) de Jason Bishop a révélé que « John », à qui la lettre était adressée, n’est autre que John Lear (l’un des pilotes d’essai les plus décorés de l’histoire des États-Unis, et dont le père William Lear a fondé la Lear Jet Corp, a inventé le magnétophone 8 pistes, etc.

Selon la lettre, le site d’essai du Nevada et Deep Springs sont des zones de conflit entre les groupes « nordiques » du gouvernement américain qui sont en guerre contre les gris sauriens ou les « reptiliens » – puisque la composition interne des gris serait basée sur les reptiles plutôt que sur les mammifères.

Jason Bishop a également communiqué d’autres informations qu’il a reçues par l’intermédiaire de John Lear, de cet individu dont nous venons de citer la lettre. Selon Lear, l’auteur de la lettre était en fait un officier de sécurité du site de test qui avait appelé à plusieurs reprises le talk-show Billy Goodman (radio KVEG – Las Vegas, NV). Cette personne utilisait le nom de code « Yellowfruit », qui, selon lui, était en fait le nom de code d’un groupe top secret qui travaillait sur le site et avec lequel il était impliqué. YF a également envoyé à Lear une copie des enseignements des bienveillants.

Les « Bienveillants » travailleraient sur le site de test avec MJ-12 et seraient des personnes « Blond-Nordiques et/ou de type aryen ». Il n’est pas certain que ces « étrangers » soient liés aux Pléiades « nordiques », aux Terriens « aryens » de l’Antarctique ou aux Télosiens « blonds » souterrains, car ces trois groupes existeraient selon des sources différentes et pourraient avoir été confondus dans le passé.

Ces trois groupes posséderaient des disques aériens, bien qu’en réalité, leurs sociétés puissent être quelque peu distinctes les unes des autres.

D’après ce que nous pouvons recueillir de cette lettre, il y a beaucoup de zones de conflit ou bras de fer entre les humains et les sauriens du monde entier.

Ceux qui réalisent que le conflit existe, comme le gouvernement interne, n’ont pas averti la population générale du problème, peut-être par peur. Cependant, comme nous l’avons vu, la documentation prouvant qu’un tel conflit caché entre les races humaines et les races serpentesques existe depuis l’Antiquité refait surface en masse.

Nous devons cependant comprendre qu’en raison de la probabilité de l’existence de technologies antédiluviennes récupérées, ainsi que de l’existence apparente de communautés humaines et reptiliennes cachées dans la terre intérieure, de nouvelles technologies ont été utilisées et ajoutées à celles des temps anciens.

La possibilité existe que cette «guerre» a commencé à la surface de la terre, s’est étendue aux cavernes et a ensuite été propulsée dans l’espace interplanétaire et interstellaire.

Des profondeurs de la terre, les deux «  races  », au fur et à mesure que ces technologies se développaient, se sont apparemment précipitées pour prendre le contrôle du plus de territoire possible avant que l’autre partie n’ait une chance de le faire, les humains – motivés davantage par leur désir d’élargir leurs civilisations pour le bien de leurs sociétés en général; et les reptiliens ( et peut-être les «vendeurs» humains qui avaient collaboré avec eux ) – motivés en grande partie par des tendances impérialistes, y compris le désir d’établir un contrôle divin sur toute la création sans égard pour la loi universelle, une « directive primordiale », etc.

Nous devons nous rappeler que l’homme est en partie responsable d’avoir ouvert la porte pour que ces créatures intelligentes mais corrompues entrent et envahissent nos sociétés, et ouvrent peut-être la voie à l’infestation parasitaire des cieux.

Peut-être que la « guerre dans le ciel » entre Michael et le « Dragon » ou le « Vieux Serpent », mentionnée dans le chapitre 12 de REVELATION, est également liée à ce scénario?!

Colonisation de la Lune

En utilisant les technologies anciennes et en les ajoutant par le biais d’un processus de multiplication, on ne sait pas exactement quelle «race» a pu se poser la première fois sur la Lune et d’autres corps planétaires, les humains ou les reptiliens?

Mais il y a des indications que les deux l’ont peut-être fait il y a au moins quelques milliers d’années, à peu près un millénaire. Selon les sources du renseignement de John Lear, les astronautes américains ont même été avertis des dangers de l’exploration spatiale par des occupants humains «  OVNI  » qui auraient surveillé et même accompagné de nombreux plans spatiaux – peut-être quelque chose qui ressemble à un enseignement de frère aîné. Beaucoup de ces «dangers» incluraient sans aucun doute des entités extraterrestres malveillantes.

Les OVNI auraient également suivi des prises de vues spatiales américaines comme celles d’Apollo et de la Navette, cette dernière ayant en fait « filmé » ce qui semble être des combats entre des vaisseaux extraterrestres et des systèmes de défense terrestres « SDI ».

Les plans d’Apollo auraient été suivis depuis la Terre par des OVNI, ce qui suggère qu’une ancienne société terrienne qui a déjà traversé la phase de « race de l’espace », il y a peut-être des centaines ou des milliers d’années, était préoccupée par les faibles efforts de ses « petits frères » pour aller dans l’espace.

Comme nous le verrons plus loin dans ce dossier, la possibilité qu’une ancienne race terrienne ait développé des voyages spatiaux il y a des milliers d’années est une possibilité qui peut être étayée par des preuves réelles.

Lorsque nous réalisons que les États-Unis eux-mêmes sont devenus la principale puissance mondiale en moins de deux cents ans et, comme nous l’avons dit, qu’ils sont essentiellement passés du « cheval et du buggy » aux voyages interplanétaires en moins de 75 ans, quelle est l’ampleur de l’activité qui a pu donner naissance à des domaines extraterrestres sur une période de deux ou trois mille ans par des êtres humains ET des sauriens dont les « sciences » se développaient à un rythme synchrone ?

Par ailleurs, les humano-aliens « bienveillants » qui travailleraient sur le site d’essai du Nevada ont-ils un lien quelconque avec les Hav-Musuvs décrits plus haut ?

Selon George H. Leonard et d’autres, les bases « humaines » occupées sur la Lune, telles que les ont vues les responsables de la NASA, étaient peut-être des installations placées là par les Hav-Musuvs ou une autre société qui leur est affiliée… Ce sont des questions auxquelles nous avons l’intention de répondre dans ce dossier.

Comme nous l’avons indiqué, de nombreux témoignages suggèrent qu’une ancienne race qui utilise la haute technologie réside maintenant dans les entrailles du Mont Shasta dans la chaîne des Cascades au nord de la Californie.

Selon le chercheur William F. Hamilton, qui prétend avoir rencontré des représentants de cette société, les habitants de la « ville » souterraine sous le Mt Shasta sont généralement de grands blonds aux yeux bleus qui sont plus d’un million et demi dans leur grande ville souterraine de 5 niveaux et de 20 miles de long.

Le Mt Shasta est un site important pour les contacts avec les OVNI depuis des décennies. Les légendes indiennes – ainsi que les histoires de gens étranges vus sur ses pentes – y abondent également. Ces récits sont tellement connus que de nombreux guides de voyage de la région de Shasta mentionnent les légendes des anciens peuples qui vivraient dans cet ancien pic volcanique.

Outre l’apparente connexion « grecque » avec la ville souterraine qui existerait sous le mont Shasta (c’est-à-dire « Telos », qui est un mot grec signifiant littéralement « le plus profond, le but »), M. Hamilton déclare également que certains des « Telosiens » prétendent descendre de cultures anciennes telles que les « Quetzals » et les « Naga-Mayas ».

Cela semble indiquer une possible connexion ou origine méso-américaine de certains des prétendus habitants de Shasta. Est-il possible que les cultures sud-américaines et les cultures méditerranéennes telles que les anciens Grecs se soient « associées » dans leur obsession d’explorer les cieux?

James Churchward (qui a écrit plusieurs livres décrivant l’histoire d’une île-continent prétendument engloutie qui, selon lui, existait dans l’océan Indien et qui portait le nom de « MU ») a indiqué que les « Naga-Mayas » étaient une tribu humaine liée à l’Inde ancienne.

On ne sait pas exactement si les Télosiens descendent de l’ancienne civilisation Maya, de l’Inde ou de la Grèce. Il est possible, comme nous l’avons dit, que de nombreux empires antiques, comme le suggère l’histoire des Hav-Musuv, se sont succédés, ont fait du commerce et ont interagi dans une large mesure les uns avec les autres.


L’archéologue Augustus Le Plongeon, l’un des premiers chercheurs à avoir mené une étude approfondie de la langue maya, a été critiqué par les scientifiques orthodoxes lorsqu’il a affirmé avoir déchiffré le code de la langue maya et appris les liens étroits que les Mayas entretenaient avec l’Égypte, l’Inde et une ancienne île continentale appelée « MU ». Bien que Churchward ait placé MU dans l’océan Indien, Le Plongeon l’a placé quelque part dans les Caraïbes, peut-être dans la région du triangle des Bermudes, le confondant peut-être avec les légendes de l' »Atlantide » ante-diluvienne.

D’autres, en revanche, placent MU ou ELAM-MU au large de la côte ouest de l’Amérique du Nord ou, en fait, identifient la Californie actuelle comme n’étant autre que l’ancien royaume de MU qui, dans l’Antiquité, était une péninsule ou une grande île située uniquement sur la côte californienne, comme semble le suggérer le récit des Hav-Musuv,. Il est également possible que les « MUriens » aient eu plusieurs « colonies » dans le monde antique.

Zechariah Sitchin, l’auteur de nombreux livres, affirme que certains Mayas pourraient être originaires d’Égypte. Cela pourrait être le cas lorsque l’on se rend compte des similitudes apparentes entre les Égyptiens et les Mayas, comme on peut le voir dans les pyramides mayas et égyptiennes, etc. Une autre possibilité est celle suggérée par Churchward, à savoir que les Mayas ou les Naga-Mayas venaient de l’Inde. Cependant, même s’ils venaient d’Égypte, un lien avec l’Inde pourrait encore exister, car l’écrivain grec ancien, Philostrate, insiste sur le fait que les premiers Égyptiens étaient à l’origine des navigateurs venus d’INDE !

Que les Mayas descendent ou non des Égyptiens ou des anciens Indiens d’Orient, il existe de nombreuses preuves que les Mayas n’en étaient pas moins une société hautement scientifique, très avancée en médecine, astronomie, architecture et mathématiques.

En fait, Charles Berlitz (auteur de nombreux livres sur le triangle des Bermudes, l’expérience de Philadelphie et d’autres mystères) fait référence au récit d’un historien d’art du Colorado du nom de José Arguelles.

Arguelles prétend avoir rencontré un vieux « sage » maya du nom de Humbarty Men qui lui a dit que son peuple, les Mayas, existe toujours en tant que civilisation (souterraine ? – Branton) et qu’ils ont réussi au cours des derniers millénaires à « naviguer » dans au moins sept systèmes planétaires proches grâce à des technologies spatiales avancées.

À cet égard, un homme du nom de Morris Doreal, également du Colorado (un État qui est ou était censé être le foyer d’une culture humaine souterraine avancée), dirige une organisation appelée la « Fraternité du temple blanc ». Doreal affirme avoir visité quelques anciennes villes souterraines et prétend que plusieurs « membres » de son organisation sont des Indiens guatémaltèques d’origine maya qui lui ont fait part de leur propre connaissance des villes souterraines habitées par des êtres à la fois bons et mauvais (reptiliens ?). Il est vrai qu’il existe de nombreuses cavernes étranges dans les régions du Yucatan et du Guatemala.

L’Est du Guatemala possède la « Grotte Silpino » qui aurait été explorée pendant des mois en direction d’anciens cônes volcaniques sans que les audacieux spéléonautes ne trouvent jamais la fin du labyrinthe. Les « Grottes Loltun » du Yucatan ont une histoire encore plus intéressante, car elles sont entourées de récits d’anciens trésors, de passages interminables, de rencontres avec des gens qui, dans ses profondeurs, prétendaient être vieux de plusieurs siècles, et même d’histoires de tribus perdues qui ont disparu dans les profondeurs en fuyant leurs ennemis, pour ne plus jamais être revues.

Revenons maintenant au sujet des Hav-Musuvs et de la mystérieuse région de Mojave et de la Vallée de la Mort.

En plus de tout ce qui précède, il existe de nombreuses preuves que les Vikings « nordiques » ont débarqué sur la côte ouest des Amériques il y a des milliers d’années. Cependant, on ne sait pas si « ils » ont quelque chose à ajouter à ce scénario.

La meilleure source possible pour les « Hav-Musuvs » et en fait les « Telosiens » eux-mêmes semble être les anciens Grecs et Mayas (Greco-Mayas ?), bien que, comme nous l’avons indiqué, plusieurs sociétés anciennes aient pu travailler ensemble.

Certains disent que les Grecs ont emprunté une grande partie de leur pensée scientifique à l’Inde à l’époque d’Alexandre le Grand, et qu’ils ont pu par la suite mettre cette pensée scientifique en application dans la physique, qu’ils ont ensuite partagée avec certains des dirigeants de l’Inde.

Comme nous le verrons plus tard, les anciens Grecs et les Indiens d’Asie (aryens ?) ont peut-être collaboré il y a des milliers d’années au sein d’une « race de l’espace » qui a propulsé ces cultures vers les systèmes stellaires voisins, peut-être un millénaire ou plus avant l’apparition du Christ.

En 1961, le magazine SEARCH a publié une lettre dans son numéro d’octobre, pp. 76-81, d’un Gene A. Statler de (à l’époque) North Street, Jackson, Missouri. Des extraits de cette lettre sont donnés ici :

« Cher M. Palmer : Il y a quelques jours, je vous ai écrit une lettre dans laquelle j’attirais votre attention sur un article que vous aviez placé dans la section des annonces classées du numéro de décembre 1959 du SEARCH MAGAZINE. Dans cette annonce, vous demandiez des informations sur l’endroit où se trouvait L. Taylor Hansen, qui avait disparu douze ans avant ce numéro, et il aurait dit avoir découvert un puits noir et poli, menant à l’intérieur de la terre près de la Vallée de la Mort.

« Vous vous souviendrez que j’ai mentionné qu’il était étrange que le poème, « La malédiction de Tippecanoe », soit répertorié comme ayant été écrit par Hansen si l’auteur avait disparu depuis quatorze ans. Eh bien, mon visage est vraiment rouge ! En regardant certaines des dernières revues SEARCH et FLYING SAUCER, j’ai découvert que pas moins de cinq articles dans les trois derniers numéros de vos revues ont été écrits par M. Hansen. Par conséquent, je peux supposer sans risque que M. Hansen n’a pas disparu ! Je vous prie d’accepter mes excuses pour mes déclarations irréfléchies. J’essaierai d’être un peu plus complet dans mes investigations la prochaine fois que j’essaierai de faire une annonce qui fera trembler la terre !

« Cependant, ma seule suggestion tient toujours. Pourquoi ne pas informer tout le monde, si ce n’est déjà fait, de la véritable histoire de la disparition de Hansen et de sa découverte ? Quelle était cette tige noire et polie ? »

La réponse de Ray Palmer à la lettre de Statler est la suivante :

« …Il est vrai que nous avons cherché M. Hansen pendant toutes ces années, et quand nous l’avons trouvé, il avait cette remarque énigmatique à faire concernant sa localisation : « Il serait préférable de laisser tomber le sujet. Cependant, M. Hansen est revenu faire des articles pour nous, et pas seulement cela, mais nous avons un manuscrit de livre en production – un sur l’Atlantide, et un sur la Lémurie. Nous sommes convaincus que ces livres seront assez sensationnels et qu’ils répondront peut-être à de nombreuses questions sans réponse concernant M. Hansen et son mystérieux silence de douze ans ».

Comme nous l’avons vu dans l’histoire des  Hav-Musuv et les récits connexes, des sociétés technologiques cachées descendant de la Grèce antique ou d’autres sociétés antiques, pourraient très bien avoir établi le voyage aérospatial il y a plusieurs centaines, voire quelques milliers d’années.

En supposant que cela soit le cas, une fois que les voyages aériens ont été réalisés par des races anciennes comme celles décrites par Oga-Make, William Hamilton et d’autres, les voyages « spatiaux » seraient la prochaine étape logique. Il semblerait que les Hav-Musuvs n’aient été que l’un des nombreux groupes « terriens » à découvrir la propulsion à « énergie libre » (électromagnétique), et ils n’ont certainement pas été les derniers.

Le problème est que, lorsqu’une partie de la race humaine, une cabale scientifique par exemple, tombe sur le secret de la propulsion électromagnétique (ou même des énergies atomiques, du mercure, des ions ou des tachyons – les tachyons étant une particule plus rapide que la lumière reconnue par les physiciens quantiques), elle a tendance à s’isoler de l’humanité en général.

D’après divers témoignages, ils le font généralement par crainte que leurs technologies ne soient volées et utilisées à des fins destructrices. Ce n’est qu’au cours des derniers siècles que ce « techno-impérialisme » de la part des fraternités scientifiques secrètes s’est affaibli, car les masses globales de l’humanité ont réclamé leur « part » de la « tarte » technologique, et avec elle, elles ont également reçu le côté plus sombre de la technologie – mitrailleuses, missiles, armes atomiques.

En général, l’homme a une attitude méfiante envers ses semblables, ce qui est compréhensible et a apparemment conduit de nombreuses cultures souterraines à développer leurs technologies en secret.

Certaines sociétés cachées comme le MIB ou « Men In Black » ont été particulièrement défensives face à l’intrusion et ont utilisé un type de « terrorisme psychologique » afin de garder leurs secrets cachés de ceux qui se trouvent en surface, surtout maintenant que les technologies des sociétés « internationales » se raffinent.

Cette attitude défensive et paranoïaque de la part des MIB pourrait s’expliquer par leur propre culpabilité qui découle de leurs anciennes associations avec les races serpentines, et le contrôle mental que les reptiles ont ensuite établi dans leur propre société et dans d’autres sociétés « collaboratives ».

Cependant, de nombreux MIB sont prisonniers de l’influence de l’environnement et ne peuvent être condamnés pour être « nés » dans une telle société (nous faisons ici référence aux MIB « humanoïdes », bien que des « Men In Black » androïdes et même reptiliens aient également été rencontrés). On ne sait pas combien de fois un tel scénario (d’une société découvrant l’utilisation de l’énergie électromagnétique et se déconnectant ensuite de la société dominante) s’est produit au cours des millénaires.


Quant aux « Men In Black », qui, selon des chercheurs comme John Keel, sont une société secrète « de type Illuminati » qui pourrait collaborer avec les malveillants (reptiliens), leurs voitures noires ont été vues entrer et sortir de zones souterraines, comme par exemple – selon un témoin – une montagne particulière près d’une route qui relie Hopland à Lakeport en Californie, une route sur laquelle de nombreuses voitures, y compris des véhicules du gouvernement, auraient disparu au fil des ans.

Les Haïtiens appellent « Zobops » ces grosses voitures noires, que l’on a parfois vues fonctionner « apparemment » sans conducteur visible. Les Haïtiens superstitieux, dont beaucoup sont adeptes du vaudou et du culte du serpent, qualifient les Zobops de race de sorciers, et ajoutent que si l’on voit l’une de ces grosses voitures noires fonctionner apparemment sans conducteur, il vaut mieux la laisser tranquille. Comme nous l’avons suggéré, il existe également de nombreux cas qui suggèrent que nombre des « Men In Black » ne sont pas du tout humains.

Mais qu’elles soient bonnes ou mauvaises, il y a apparemment de nombreuses sociétés – dont beaucoup sont très avancées technologiquement et beaucoup sont très anciennes – qui se sont cachées des sociétés de surface dominantes, là encore pour des raisons bienveillantes ou malveillantes.

Il existe, en fait, des preuves que de telles cultures anciennes de haute technologie existaient dans l’Antiquité :

Yves Naud, dans son livre « LES OVNI ET LES EXTRATERRESTRES DANS L’HISTOIRE », fait des comptes rendus réels d’anciennes usines métallurgiques, ainsi que des preuves documentées que les anciens étaient très familiers avec les sciences atomiques.

Il affirme que : « …La fabrication d’objets métalliques (une forme très avancée de métallurgie serait nécessaire dans la construction de machines ou de vaisseaux aérospatiaux – Branton) suppose l’existence d’usines appropriées. Malgré le fait que l’esprit moderne s’inspire de cette conclusion, nous sommes contraints d’accepter cette évidence. Le Dr Korioun Meguertchian, a mis au jour une fonderie où les Anciens travaillaient le cuivre, le plomb, le zinc, le manganèse, l’acier, etc. Les scientifiques qui doutaient de l’existence des hauts-fourneaux ont maintenant des preuves matérielles: vingt-cinq de ces constructions ont été découvertes, mais on calcule qu’il devait y en avoir au moins deux cents… »

Ces anciens scientifiques, comme nous l’avons indiqué, semblent également avoir fait des efforts persistants pour cacher leurs connaissances à des personnes irresponsables, bien qu’une partie de ces anciennes connaissances soit apparemment tombée entre de mauvaises mains, si l’on en croit certains récits d’anciennes explosions nucléaires.

Yves Naud révèle : « Nous retrouvons des traces des anciennes sciences atomiques en Inde.

Les traités brahmaniques VAISESIKE et NYAYA, le livre sacré YOGA VASISCHTA, parlent tous de la structure de la matière : « Il y a de vastes mondes dans les vides de chaque atome, aussi diversifiés que la poussière dans les rayons du soleil.

« Étant plus sages que nous, et conscients du danger que représentait la force atomique, les Anciens ne divulguèrent aucun des secrets de cette science aux profanes, afin que l’atome ne soit pas utilisé à des fins destructrices.


Ce serait le plus grand des péchés », a écrit un Chinois, il y a mille ans ou plus, « de révéler le secret de notre art aux soldats ».

« Les peuples antiques connaissaient l’atome, mais étaient-ils capables de produire une explosion atomique ? Les scientifiques se sont longuement interrogés sur cette question jusqu’à la découverte du DRONA PARVA, un texte hindou qui raconte l’explosion d’une bombe atomique :

« ‘Un projectile éclairant avec l’éclat d’une flamme sans fumée, a été lancé. Une grande obscurité a soudain obscurci le ciel. Des nuages tonitruaient dans l’air supérieur, libérant une pluie de sang. Brûlé par la chaleur de ce bras, le monde semblait secoué par la fièvre ».

Le physicien Frederick Soddy demande : « Dans ces vieux contes, ne pouvons-nous pas voir une justification à la croyance que les représentants d’une race d’hommes oubliés ont non seulement atteint le niveau de connaissance que nous avons atteint récemment, mais même un pouvoir que nous n’avons pas encore ? En effet, des traces de radioactivité ARTIFICIELLE ont été détectées dans différentes parties du monde lors de fouilles de sites antiques. En Inde, un squelette a été exhumé qui a révélé une forte intensité de radioactivité. Cela tendrait à confirmer la théorie des explosions atomiques de la préhistoire ». 

Daniel Cohen, dans son livre « LES ANCIENS VISITEURS » (Doubleday & Co. Inc., New York. 1976), relate également un récit tiré d’un texte ancien concernant ce qui aurait pu être un engin aérien développé par une ancienne race : « Un certain nombre d’épopées anciennes de l’Inde contiennent des descriptions de chars volants en feu. Il y a des lignes comme celle-ci : « Bhima volait avec son Vimana sur un rayon énorme qui brillait comme le soleil et faisait un bruit comme le tonnerre d’un orage ».

Yves Naud a rapporté d’autres récits suggérant que les anciens Terriens ont en fait tenté de voyager dans l’espace… avec succès :

« UN CHINOIS SUR LA LUNE 4 300 ANS AVANT LES RUSSIES ET LES AMERICAINS – Les peuples de l’Antiquité, faisant usage de leurs connaissances astronomiques, ont peut-être pu se lancer dans l’exploration de l’espace.

Le chemin a été long et comme enveloppé dans l’obscurité », explique Chu Yan, un poète chinois du troisième siècle avant J.-C. La tradition chinoise raconte l’extraordinaire aventure de Hou Yih, un ingénieur de l’empereur Yao, qui a décidé, il y a 4 300 ans, d’aller sur la lune avec un « oiseau céleste ». Au cours du vol, l’oiseau indiquait au voyageur les mouvements exacts du lever, de l’apogée et du coucher du soleil. Hou Yih a ensuite expliqué qu’il « remontait le courant d’air lumineux ». Ce courant aurait-il pu être l’échappement d’une fusée ?

« ‘Il ne percevait plus le mouvement rotatif du soleil’, souligne le narrateur. En effet, les astronautes contemporains ont constaté que, dans l’espace, il n’était pas possible de discerner le passage diurne du soleil. Et qu’a observé l’ingénieur chinois sur la lune ? Il a vu « un horizon qui semblait gelé ». Pour se protéger de l’air glacial, il a construit le « Palais du grand froid ». Sa femme, Chang Ngo, est partie le rejoindre sur le satellite, qu’elle décrit comme « une sphère lumineuse, brillante comme du verre, de taille énorme et très froide ».

Si l’un de ces vols vers la lune a été couronné de succès, nous devons supposer que beaucoup d’autres ont suivi.

En fait, Yves Naud cite une autre légende ancienne de Chine qui suggère qu’à un moment donné, une grande « race de l’espace » a pu explorer et coloniser les planètes proches, et qu’à la suite à cause d’une race perverse de troglodytes, le monde a été plongé dans un âge sombre qui a conduit à une perte presque totale de contact et de communication entre les autres colons planétaires et le monde antique.

Citation de la légende :

« …Les Mao-Tse étaient (une) race perverse qui s’était réfugiée dans les cavernes. On dit que leurs descendants vivent encore dans les régions périphériques de Canton. Puis, sous l’influence de Tchu-Yeo, ils ont semé le trouble dans le monde entier, et ils se sont mis à monter avec les bandits de grand chemin. Le seigneur Chan-Ty (un roi de la dynastie dite « divine ») a vu que le peuple avait perdu tout vestige de vertu. Il ordonna donc à Tchang et Lhy de couper toute communication entre le ciel et la terre. À partir de ce moment, il n’y a plus ni montée ni descente. »

En relation avec ce qui précède, ce n’est peut-être pas une coïncidence si John A. Keel déclare aux pages 93 et 94 de son livre « THE MOTHMAN PROPHECIES » (Signet Books, N.Y., 1975 paperback edition) ce qui suit concernant certains témoins d’OVNI :

« …Dans certains cas, des lettres anciennes comme le grec ou le chinois apparaissent sur l’objet. L’effet est le même. Des mois, voire des années, plus tard, le même percepteur peut à nouveau voir les mêmes chiffres ou lettres sur un objet… »

A partir du texte ancien, le BRIHAT KATHA, nous lisons comment les anciens habitants de l’Inde connaissaient les engins volants qui avaient été développés par certains Grecs très possessifs de leurs connaissances scientifiques et mécaniques.

Dans le récit antique, nous lisons :

« Padmavit explique que la reine Vasavadotta souhaite voler dans un char pour visiter la (d’autres parties de) la terre. Vasantoke, le maître du divertissement, s’est mis à rire et lui a dit : « Les servantes du roi ont exactement le même désir. Je leur ai dit de suspendre une balançoire entre deux hauts poteaux et de s’en servir pour aller et venir dans les airs. Et si la reine souhaite ces voyages aériens, alors elle doit se contenter de la même manière ! Tout le monde s’est mis à rire, mais Rumana a ajouté: « C’est assez de plaisanteries », « maintenant, regardons les faits ». Nous parlons dans le vide », interrompit Yangandharayame. C’est un problème pour les artisans.

« Rumanavit a convoqué les charpentiers et leur a donné une injonction stricte de construire une machine volante immédiatement. Le corps des artisans s’est réuni et après une longue période de tractations pour tenter d’éviter tout le problème, ils ont finalement envoyé leurs délégués, tremblant de peur, pour trouver Rumanavit. Nous connaissons quatre sortes de machines », lui disent-ils, « celles faites d’eau, celles faites d’air, celles faites de poussière, et celles composées d’un grand nombre de pièces. Mais en ce qui concerne les machines volantes, nous n’en avons même jamais vu une seule. Ce sont les Yavanas (Grecs) qui les connaissent ».

« Puis un brahmane parla d’un charpentier, Pukrasaka, à qui le roi avait raconté l’existence d’une certaine Vicvita, qui était montée sur un coq mécanique. Les ambassadeurs étrangers chuchotèrent : « Nous ne devons jamais révéler le secret des machines volantes à qui que ce soit, artisan ou autre. C’est trop difficile à comprendre pour quelqu’un qui n’est PAS GREC ».

« Tout à coup, un étranger (un Grec ?) est apparu. Il a fait appel à Rumanavit pour lui fournir le matériel nécessaire et a construit un char volant sous la forme de Garuda (l’aigle au corps humain, le coursier de « Vishnu »). Il était orné de fleurs. La reine et son mari ont fait le tour du monde en avion, puis sont rentrés dans leur ville… »

Ce récit, comme nous pouvons le voir, indique que les ANCIENS indiens d’Orient et les Grecs étaient des alliés et travaillaient ensemble au développement de l’engin aérien. Cela pourrait-il expliquer l’implication apparente des cultures néo-grecques, et peut-être même indiennes et mayas, dans les civilisations humaines vivant dans les différents systèmes de cavernes sous la Californie ?

Il y a d’autres indications, outre celles que nous venons de mentionner, qui suggèrent que les Grecs anciens étaient très imprégnés des sciences intellectuelles et utilisaient ces connaissances pour explorer les régions inconnues. Est-il possible qu’avant l’effondrement de l’empire grec, certains membres de cette société aient continué à perpétuer leur propre version de leur civilisation dans des avant-postes éloignés sous ou au-delà de la terre ?

Selon l’histoire et la prophétie judéo-chrétienne (livre de Daniel), quatre « empires » mondiaux allaient suivre leur cours avant que le Messie lui-même ne règne enfin comme roi d’un royaume incorruptible. Le premier était l’empire babylonien, le second était l’empire médo-persan, suivi par l’empire grec qui allait soumettre « la face de toute la terre » (voir : Daniel 8:5,21). Le dernier empire serait le plus grand, le plus cruel et le plus oppressif, l’empire romain. Il s’élèvera et régnera sur les nations, puis « tombera » dans un sens, tout en conservant un contrôle considérable sur le monde « religieux » (Apocalypse ch. 17-18), pour ensuite renaître sous la forme d’un empire à dix cornes dirigé par un faux messie.

L’idée que l’empire grec s’étendait « sur la face de la terre entière » pourrait être significative si l’on considère que les « Hav-Musuvs », par exemple, étaient liés à l’ancienne Grèce. Quant à la nature hautement intellectuelle des Grecs, elle a été confirmée par l’apôtre Paul, qui a affirmé que lors de sa visite à Athènes, en Grèce, « …les Athéniens et les étrangers qui s’y trouvaient ne passaient leur temps à rien d’autre, si ce n’est à raconter ou à entendre quelque chose de nouveau ». (Actes 17:21).

En fait, si l’on considère la possibilité qu’une ancienne race de type grecque ait développé les voyages aérospatiaux il y a des milliers d’années et que l’on compare cela avec les récits modernes d’UFOnautes humains, il y a des indications qu’un lien entre les deux peut être trouvé.

De nombreux historiens modernes attribuent nos sciences actuelles aux philosophes de la Grèce antique. Cependant, lorsque l’âge des ténèbres de l’Inquisition romaine est arrivé, ces sciences ont été supprimées. Mais que se passerait-il si, comme certains le suggèrent, certaines des premières sociétés philosophiques, fraternelles et scientifiques grecques se découvraient des demeures cachées, loin de l’oppression de la société dominante, et continuaient à développer leurs sciences avec la liberté et la créativité que seules ces colonies cachées pouvaient leur offrir ?

Un récit très intéressant, qui semble indiquer que les sociétés humaines de haute technologie sur et à l’intérieur de la terre ont en fait colonisé d’autres corps planétaires il y a des milliers d’années, est paru dans le magazine SEARCH.

L’article, intitulé « BRACE YOURSELVES » – PRÉPAREZ-VOUS -, a été écrit par un ancien employé de la NASA qui ne s’est identifié que comme « The Doc ». Son récit a été publié dans le numéro d’hiver 1988-89 de ce magazine.

Cet ancien employé de la NASA a raconté au début de l’article deux choses très remarquables qu’il avait entendues alors qu’il travaillait à la NASA.

L’une d’entre elles concernait la découverte que la surface du soleil n’est peut-être pas une région d’activité thermonucléaire continue comme on le croit généralement. Au contraire, les scientifiques avaient découvert qu’il semblait s’agir essentiellement d’une énorme dynamo ou sphère électromagnétique qui, à son tour, génère les champs électromagnétiques des planètes.

En d’autres termes, elle semblait être davantage une gigantesque « lumière » ou « sphère » électrique qu’un gigantesque réacteur thermonucléaire, bien que les réactions nucléaires puissent jouer un rôle, mais pas autant que beaucoup le croient.

Certains ont affirmé que la « chaleur » ressentie par l’orbite solaire à la surface des planètes n’est pas tant déterminée par leur proximité du soleil, mais plutôt par la quantité et le type d’atmosphère avec laquelle les radiations et les rayons solaires interagissent pour produire de la friction et de la chaleur.

En termes simples, le soleil n’est pas « chaud » au sens où la plupart des gens le croient, mais les éruptions et les explosions solaires qui ont lieu à sa surface correspondent davantage à des « arcs » électriques énormes qu’à des explosions nucléaires.

L’autre « révélation » qu’il a reçue d’autres employés de la NASA est que la marine américaine effectue depuis plusieurs années des missions régulières de reconnaissance et d’observation pour surveiller les « villes-bulles » extraterrestres au fond de l’océan.

Quelques années plus tard, alors qu’il pratiquait la médecine homéopathique à Phoenix, en Arizona, en 1984, « The Doc » a rencontré un jeune homme qui était venu dans son bureau pour récupérer des « photos d’OVNI » qu’il avait prêtées à un autre médecin lors d’une précédente visite. L’ancien employé de la NASA a entamé une conversation avec le jeune homme.

Voici un extrait de la conversation qui a eu lieu entre le jeune homme et « The Doc » lors de cette visite. Le jeune homme a déclaré, après avoir parlé des photos au « Doc » :

« Alors, vous connaissez quelque chose aux OVNI ? »

« Seulement ce que j’ai lu depuis les années 1950 et ce que d’autres personnes qui ont eu des rencontres m’ont raconté. Et vous ?

« Eh bien, il existe maintenant de tels engins dans notre atmosphère avec des bases souterraines et sous-marines. Un groupe est très avancé et peut vous emmener n’importe où dans l’univers. »

« Einstein devrait-il être bouleversé d’entendre ça ? » J’y ai pensé pendant un moment.

« Il y a toute une science concernant le voyage au-dessus de la vitesse de la lumière. Ces gens sont si avancés que la plupart du monde n’est pas prêt à comprendre ou à apprécier leurs valeurs et leur réussite scientifique. »

« Eh bien, peu importe à quel point leur technologie est avancée, spirituellement ils ont la même situation que nous. Nous sommes tous des frères et sœurs spirituels et nous devons résoudre le mystère du retour à notre Source ».

Il me regarda d’un air pénétrant et poursuivit.

« Quand j’avais huit ans et que je jouais avec un ami dans un champ, un bateau est descendu, a atterri non loin de nous et un homme et une femme sont sortis et se sont approchés de nous, en souriant et en nous appelant par notre nom. Ils semblaient tout savoir de moi, de l’école où j’allais, des matières que je préférais, et ils m’ont dit qu’ils reviendraient de temps en temps me rendre visite. Ils m’ont aussi dit qu’ils voulaient que je réussisse à l’école ».

« Est-ce qu’ils sont revenus ? » ai-je demandé en souriant, à moitié incrédule.

« Oui, étonnamment, ils l’ont fait. Environ cinq ans plus tard. J’avais treize ou quatorze ans. Ils m’ont dit que j’étais l’un d’eux et que j’avais été mis sur cette planète pour les aider un jour dans le futur ».

« Incroyable ! » J’ai joué le jeu.

« Vous n’avez pas entendu la meilleure partie. J’avais dix-neuf ans et je conduisais une nuit dans une région boisée du Connecticut, et soudain, cette soucoupe est tombée sur ma voiture. J’ai failli sortir de l’autoroute, j’étais tellement choqué. J’ai fait les cent pas, en restant juste au-dessus de la voiture, et cette voix est passée sur les haut-parleurs de mon autoradio, mais ma radio n’était même pas allumée ! Cette voix connaissait mon nom et m’a demandé à plusieurs reprises : « Dave (pseudonyme), quand rentres-tu à la maison ? Tu es parti depuis si longtemps ».

« J’étais vraiment secoué par tout ça, et puis ils ont en quelque sorte soulevé ma voiture de l’autoroute et m’ont emmené en haut d’une colline et m’ont ramené sur la même autoroute, sans même que mes pneus ne crissent. Ils ont finalement dit qu’ils reviendraient un jour.

« Je me suis arrêté au premier téléphone public et j’ai téléphoné à mes parents dans le Vermont. Quand ma mère m’a répondu, j’étais tellement secouée et anxieuse à l’idée que mes parents ne m’avaient peut-être pas dit la vérité, que je n’ai pas pris la peine de lui dire ce qui s’était passé sur l’autoroute. Maman, qui suis-je ?

« ‘Pourquoi, Dave, tu es mon fils.’

“‘ Mère, qui suis-je vraiment ? Comment suis-je entrée dans ce monde ?

« Mon fils, tu es venu au monde comme les autres garçons. Je t’ai mis au monde dans un hôpital.

« ‘Maman, je n’y crois pas. J’ai reçu à maintes reprises la visite de gens qui me connaissent dans les vaisseaux. Ils disent que je suis censée les aider un jour. Leur vaisseau vient de s’écraser sur ma voiture, ils m’ont appelé par mon nom et ont joué avec moi pour savoir quand je reviendrais un jour chez eux. Et puis ils ont pris ma voiture sur l’autoroute et m’ont fait un sacré coup de volant. Je suis différent, n’est-ce pas. Je veux entendre la vérité ».

« Il y a eu un long silence à l’autre bout du fil. »

“‘ Très bien. Nous allions vous le dire un jour, car vous avez continué à mentionner ce genre de choses. Ton père et moi vous avons trouvés un soir, toi et ta soeur, alors que nous sortions derrière la cabane, comme tous les soirs après le dîner. Nous vous avons trouvés, toi et ta soeur, enveloppés dans une couverture, nichés entre des rochers sur le flanc de la colline. Nous ne pouvions pas croire ce que nous avions vu. Vous étiez tous les deux habillés dans des costumes brillants d’une seule pièce. Vous aviez environ un an. Nous nous sommes renseignés et n’avons trouvé personne qui puisse connaître vos parents. Nous avons pensé que vous aviez été abandonnés mais nous avons tous les deux eu la plus forte envie de prendre soin de vous jusqu’à ce que quelqu’un vienne en ville et demande de vos nouvelles ».

Je secouais maintenant la tête. « Et avez-vous continué à recevoir la visite de vos amis ? »

« Oui. Plus fréquemment, comme un calendrier. »

« D’où viennent-ils ? » Il m’a fait partir maintenant.

« Connaissez-vous la constellation des Sept Soeurs ? »

« Je ne crois pas. »

« On l’appelle aussi la constellation des Pléiades. »

« Pourquoi, vous êtes là ? »

« Elles n’interfèrent pas, pour la plupart, avec les problèmes sociaux et le destin de la Terre. C’est une de leurs politiques. »

Je me tenais debout maintenant, l’air triste, « Je suis désolé d’entendre ça… »

« Le Doc » lui a alors fait passer un examen, car le jeune homme était venu au départ pour des problèmes de dos. Après avoir informé le médecin que son dos ne le gênait plus, il a dit au « Docteur » qu’il devait se dépêcher de prendre un vol pour la Suisse, et a quitté la clinique.

« Alors que je me dirigeais vers mon bureau », poursuit le Docteur, « un des médecins chiropracteurs a appelé alors qu’il se dirigeait vers moi dans le hall en portant une radiographie.

“‘ Regardez cette radiographie. Ce type est vraiment différent ».

« Je l’ai regardé. « Deux vertèbres cervicales supplémentaires.

“‘ Egalement des signes vitaux anormalement bas (tension artérielle, pouls). Pas sûr non plus de l’emplacement des organes ».

« J’ai regardé l’expression d’impuissance sur le visage de mon associé. « Un de vos amis ?

« ‘Le gars qui vient de partir pour prendre un vol pour la Suisse.’

« Je me suis retrouvé à regarder dans un couloir vide, loin dans le lointain… »

Dans son livre « ANNÉES-LUMIÈRE » (Morgan Entekin Books., Atlantic Monthly Press., N.Y. 1987), Gary Kinder révèle que le contact suisse Eduard « Billy » Meier s’est fait dire par les voyageurs stellaires qu’il aurait rencontrés qu’ils venaient des Pléiades, à quelque 430 années-lumière de la Terre.

Les Pléiades sont un amas d’étoiles « ouvert » relativement proche, composé de centaines d’étoiles, et selon les scientifiques, le soleil (ou Sol) lui-même et certains de ses voisins tournent autour d’Alcyone, l’étoile centrale de l’amas des Pléiades.

Cependant, les Pléiades sont un système d’étoiles relativement jeune qui n’a probablement pas développé de vie propre et, en fait, les Pléiades affirment qu’elles ne sont pas originaires de cette partie de la galaxie. Les Pléiadiens affirment avoir « terraformé » certaines planètes de ce secteur pour permettre la vie et que leur lieu d’origine réel est bien plus proche de la terre, dans les systèmes de la Lyre, à une trentaine d’années-lumière de notre système solaire. En d’autres termes, elles ont migré vers l’extérieur à partir de la direction générale de la terre.

Les Pléiadiens selon Meier nous ressemblent remarquablement, presque exactement, bien que beaucoup d’entre eux soient supposés « nordiques », certains avec des cheveux blonds et d’autres avec des nuances plus sombres. Ils ne sont qu’un peu plus de 500 millions sur leur planète terraformée d’Erra, dans le système « Taygeta » des Pléiades. Cela suggère qu’ils vivent probablement sur cette planète depuis une période relativement courte par rapport aux habitants de la terre, qui sont plus de 7 milliards.

Ils » prétendent également avoir des chevaux, des vaches, des lapins, des poissons et d’autres formes de vie « terriennes » qui errent sur leur planète. Cela suggère fortement que les ancêtres des Lyrans-Pléiades et ceux de la Terre sont intimement liés par la civilisation ancienne.

En fait, Meier a été informé que « leur » ancienne lignée convergeait en fait avec celle des anciens habitants de la Terre.

Si l’on considère que les Pléiadiens sont originaires de la Lyre, qui est beaucoup plus proche de la planète Terre, et si l’on considère les remarquables similitudes entre la vie des Terriens et celle des Lyriens, on peut se demander si la Lyre elle-même a pu être colonisée à l’origine par d’anciens explorateurs tels que les Hav-Musuvs, ou par d’autres civilisations telles que les Mayas, les Grecs, les Chinois ou les Indiens d’Orient qui, selon de nombreuses sources, possédaient tous des engins d’exploration aérienne et/ou interplanétaire il y a quelques milliers d’années.

Il existe d’ailleurs un AUTRE GROUPE d' »extraterrestres » qui se sont fait connaître auprès de divers interlocuteurs et qui prétendent être liés aux Pléiades et à la terre ancienne, ce qui suggère une possibilité encore plus grande que ces derniers ainsi que les Pléiades aient eu leur genèse à l’origine sur la terre (ancienne) il y a des milliers d’années.

La planète Terre pourrait-elle être la « graine » originelle à partir de laquelle toute vie sensible dans l’univers a été créée?

Pour être honnête, il y a eu de nombreuses affirmations – principalement par le biais d’informations dites « canalisées » – qui voudraient nous faire croire que la Terre a été à l’origine colonisée par des êtres d’autres mondes. Nous sommes cependant d’un avis contraire et suggérons qu’une grande partie des secteurs habités de cette galaxie a été colonisée par les nombreuses expéditions qui, selon l’histoire « non officielle », ont été envoyées vers l’extérieur de la Terre par plusieurs sociétés cachées qui avaient acquis la capacité d’initier des voyages interplanétaires ou interstellaires au cours des 3 ou 4 derniers millénaires, à l’époque post-diluvienne.

L' »autre partie » dans cet argument peut présenter toutes les preuves qu’elle peut rassembler pour appuyer sa théorie, mais elle doit nous accorder le même privilège. Nous pensons que si nous devons suggérer que la planète terre était la source de vie originelle de la galaxie, alors nous avons le devoir de rassembler les preuves pour soutenir cette théorie, donc la plupart sinon toutes les informations contenues dans ces dossiers sont des informations que nous avons rassemblées pour soutenir la thèse ci-dessus et nous ne nous en excusons pas.

Nous présentons cette possibilité non pas en raison d’un désir égoïste de placer la planète Terre au-dessus de tout autre « monde », mais simplement parce qu’il semble que ce soit la seule explication qui corresponde à tous les comptes rendus présentés dans ce dossier.

Cet « autre » groupe de spationautes qui serait lié aux Pléiadiens prétend provenir des systèmes stellaires de Tau Ceti et d’Epsilon Eridanus, qui sont deux des systèmes stellaires de type SOL les plus proches dans ce secteur de la galaxie.

Selon Meier, une grande bataille interplanétaire et un exode humain massif ont eu lieu il y a des années dans le système Lyran, et en conséquence, un grand pourcentage des habitants humains ont été forcés d’évacuer leur planète dans ce système après que beaucoup de leurs ancêtres aient apparemment été tués pendant la guerre.



À notre connaissance, Meier n’a pas été informé de l’identité des « attaquants », mais un autre « contact » prétend que les attaquants des « guerres Lyran » n’étaient autres que les parasites interstellaires que nous appelons les « gris ». Certains de ceux qui ont été enlevés contre leur gré par les gris ont même reçu des enregistrements holographiques d’une telle guerre interplanétaire, comme si les gris de leur fierté de Léviathan paradaient leur supposée invincibilité à leurs ravisseurs effrayés et confus.

Aller vers la 3ème partie

Compilé par ‘The Group’ – Edité par ‘Branton’

Voir tous les articles de la sous-catégorie : Secrets du Mojave


Que pensez-vous de cet article ? Inscrivez-vous et rejoignez la conversation





Merci à tous pour votre soutien.

Beaucoup d'entre vous sont avec moi, par le coeur et la pensée, et je vous transmet ma gratitude.

Vous pouvez assurer la continuité de ce site de plusieurs manières : En partageant les articles que vous avez aimé. En achetant vos livres et vos produits préférés sur Amazon via ce site. Ou, si vous en avez la possibilité, en faisant un don (si minime soit-il). Recevez toute ma gratitude... Mon Amour vous accompagne...


Votre aide est importante pour continuer...




ELISHEAN777 Communauté pour un Nouveau Monde  © Elishean/2009-2020


Tags:
0 Commentaires

Laisser une réponse

Imaginer un Nouveau Monde © Elishean 2009 - 2020

CONTACT

Vous pouvez nous envoyer un e-mail et nous vous répondrons dès que possible.

En cours d’envoi
neque. adipiscing justo ultricies facilisis fringilla
ou

Vous connecter avec vos identifiants

ou    

Vous avez oublié vos informations ?

ou

Create Account

%d blogueurs aiment cette page :