Aller à la barre d’outils

Introduction

Nous essayons de partager la meilleure information possible qui décrit une transformation de notre monde et les facteurs qui mènent à cette transformation. Nous  partageons des informations liées aux OVNIS car nous pensons que les OVNIS et les extraterrestres sont probablement les catalyseurs clés qui préparent notre monde au contact avec des réalités et des dimensions alternatives.

Branton déclare qu’il est un agent « dormant » pour la CIA qui a été ( peut-être après être tombé sur des informations qu’il n’était pas censé connaître ), électroniquement induit avec une personnalité alternative qui a été « programmée » pour servir les Projets noirs de la CIA et le Collectif bavarois-gris. Dans cette vie alternative ou « double », il a eu accès à plusieurs bases souterraines et a apparemment rencontré plusieurs groupes extraterrestres.

Lorsque son moi « conscient » a commencé à s’éveiller aux faits de cette existence alternative (faits qui ont été confirmés par d’autres qu’il connaissait), il a commencé à enquêter plus profondément et à exposer la conspiration contre cette planète de la meilleure façon qu’il savait. Il n’est pas encore certain que son « moi alternatif » partage ou non ses valeurs conscientes.

Beaucoup de personnes sont impliqués dans ces « doubles » vies et ont été programmées avec des personnalités nocturnes alternatives qui, une fois qu’ils sont en présence des étrangers … ceux-ci comprennent contactés qui travaillent avec « la Fédération », d’autres qui travaillent avec le collectif « Ashtar », et d’autres encore qui sont utilisés par l’ Empire « Gris » dans leurs efforts continus pour infiltrer notre société.


Plusieurs membres de « Montauk » tels que Preston Nichols, Al Bielek et Duncan Cameron affirment également avoir été programmés avec des personnalités alternatives au cours de leur travail dans les projets d’espace-temps et de contrôle de l’esprit menés à Montauk Point, Long Island au milieu des années 80. Branton lui-même a le fort sentiment d’être également impliqué dans ce projet d’une manière ou d’une autre. En 1985, lorsque le projet Montauk a été saboté et a cessé pendant un certain temps, il avait 25 ans.

Ce projet est à nouveau en plein essor à Montauk, mais tout a maintenant été transféré sous terre dans l’installation souterraine à 8 niveaux, qui est exploitée conjointement par la CIA, la société (nazie) de Thulé et l’extraterrestre Gris. C’est une base opérationnelle clé pour la mise en œuvre de leur « Nouvel Ordre Mondial ».

Cette base a un lien avec une autre base sous l’Archuleta Mesa près de Dulce, au Nouveau-Mexique, où les Gris eux-mêmes ont leur quartier général souterrain. J’espère que vous trouverez les informations ci-jointes intéressantes. Malheureusement, en raison de ma position actuelle, je ne peux pas révéler mon propre nom pour le moment.

Voir tous les articles sur la base de DULCE dans les « DULCE PAPERS » de Branton

L’Histoire

«ET JE MONTRERAI DES MERVEILLES DANS LE CIEL CI-DESSUS…
» ET DES SIGNES DANS LA TERRE SOUS…
«LE SANG, ET LE FEU ET LA VAPEUR DE FUMÉE…»
– Actes 2:19 –

L’auteur de l’histoire suivante est un Indien Navaho. Il a révélé ce secret tribal qu’il a appris des Indiens Paiute , qui habitent les déserts du Grand Bassin et de Mojave de l’Utah, du Nevada et de la Californie.

Cet amérindien, qui s’appelait Oga-Make, a raconté le récit suivant en appréciation d’un article sur le Navaho paru au printemps 1948 dans un magazine qui publiait de nombreux articles sur les mystérieux « signes » ou « incendies ». dans les cieux qui causaient énormément de confusion et de débats au cours de cette même année, ainsi que les années suivantes.

L’article sur la nation Navajo, paru dans un numéro précédent, parlait des souffrances que leur tribu avait endurées au cours des saisons hivernales précédentes et encourageait le lectorat à envoyer des marchandises et des fournitures pour les aider à traverser l’hiver prochain de ’48 – ‘. 49, ce que beaucoup d’entre eux ont fait. En appréciant cela, Oga-Make a raconté la «  légende  » suivante qui racontait l’histoire secrète des Amériques qui suivait son cours, peut-être des milliers d’années avant que les hommes blancs ne mettent le pied en masse sur ses rives:

«… La plupart d’entre vous qui lisez ceci sont probablement des hommes blancs d’un ou deux siècles seulement hors d’Europe. Vous parlez dans vos papiers des soucoupes volantes ou des vaisseaux mystères comme quelque chose de nouveau et étrangement typique du vingtième siècle. Comment pourriez-vous penser autrement? Pourtant, si vous aviez la peau rouge et si vous étiez d’un sang qui était né et élevé dans la terre pendant des milliers d’années, vous sauriez que ce n’est pas vrai.

Vous sauriez que vos ancêtres vivant dans ces montagnes et dans ces prairies depuis d’innombrables générations, avaient déjà vu ces vaisseaux et avaient transmis l’histoire dans les légendes qui sont l’histoire non écrite de votre peuple. Vous n’y croyez pas? Eh bien, après tout, pourquoi devriez-vous? Mais connaissant votre incrédulité méprisante, les conteurs de mon peuple ont fermé leurs lèvres avec amertume contre le flux extérieur de cette connaissance.

«Pourtant, j’ai dit aux conteurs d’histoires ceci: maintenant que les vaisseaux sont revus, est-il sage que nous, la race aînée, gardions nos connaissances pour nous? Ainsi pour moi, un Indien d’Amérique, certains des sages parmi mon peuple ont parlé, et si vous voulez bien, je vous permettrai de vous asseoir avec nous et d’écouter.

«Disons que c’est le crépuscule dans cet endroit étrange que vous, l’homme blanc, appelez ‘ Death Valley ‘ – la vallée de la mort. J’ai passé du tabac … au vieux chef des Paiutes qui est assis en face de moi autour d’un petit feu  et asperge de la farine de maïs sur les flammes …

«Le vieux chef ressemblait à une momie ridée alors qu’il était assis là en train de souffler sur sa pipe. Pourtant, ses yeux n’étaient pas ceux des non-voyants, mais des yeux qui semblaient regarder en arrière sur de longues traces du temps. Son peuple avait tenu les vallées d’Inyo, de Panamint et de la mort pendant des siècles indicibles avant la venue de l’homme blanc. Maintenant, nous nous sommes assis dans la vallée que l’homme blanc a nommée Vallée de la mort, mais que le Paiute appelle Tomesha-The Flaming Land – La Terre enflammée.

Ici, devant moi, alors que je faisais face à l’est des Funerals (les montagnes formant le mur oriental de la Vallée de la mort ) étaient enveloppées dans des couvertures bleu violet autour de leurs pieds tandis que leurs visages étaient peints en écarlate. Derrière moi, les Panamints s’élevaient comme un mur d’un kilomètre de haut, sombre contre le soleil couchant.

«Le vieux Paiute a fumé mon tabac pendant un long moment avant de souffler avec révérence la fumée dans les quatre directions. Finalement, il a parlé.

«’Vous me demandez si nous avons entendu parler des grands dirigeables argentés dans les jours avant que l’homme blanc n’apporte ses wagons dans le pays?’

«’Oui grand-père, je viens chercher la connaissance.’ ( Parmi toutes les tribus de mon peuple, grand-père est le terme du plus grand respect qu’un homme peut rendre à un autre .)


«’Nous, la nation Paiute, connaissons ces vaisseaux depuis des générations incalculables. Nous croyons également que nous savons quelque chose sur les personnes qui les pilotent. Ils s’appellent les Hav-Musuvs.

«Qui sont les Hav-Musuv?

«’Ils sont un peuple des Panamints, et ils sont aussi anciens que Tomesha lui-même.’

«Il a souri un peu à ma confusion.

« ‘ Tu ne comprends pas? Bien sûr que non. Vous n’êtes pas un Paiute. Alors écoutez attentivement et je vous ramènerai sur les traces du sombre passé.

«’Quand le monde était jeune, et cette vallée qui est maintenant un désert sec et desséché, était un port luxuriant et caché d’une mer d’eau bleue qui s’étendait à mi-hauteur de ces montagnes jusqu’au golfe de Californie , on dit que les Hav- Musuv sont venus ici dans d’énormes bateaux à rames. Ils trouvèrent de grandes cavernes dans les Panamints et y construisirent une de leurs villes. A cette époque, la Californie était l’île que les Indiens de cet état avaient dit aux Espagnols et qu’ils signalaient ainsi sur leurs cartes.

«Vivant dans leur ville cachée, les Hav-Musuv régnaient sur la mer avec leurs rames rapides, faisant du commerce avec des peuples lointains et apportant des marchandises étranges sur les grands quais qui existeraient encore dans les cavernes.

«’Alors que des siècles indicibles passaient, le climat a commencé à changer. L’eau du lac est descendue jusqu’à ce qu’il n’y ait plus de chemin vers la mer. Premièrement, le chemin n’était interrompu que par les montagnes du sud, au-dessus desquelles des marchandises pouvaient être transportées. Mais avec le temps, l’eau a continué à rétrécir, jusqu’au jour où seule une croûte sèche était tout ce qui restait du grand lac bleu. Puis le désert est venu, et le Dieu du Feu a commencé à traverser Tomesha, la Terre des Flammes.

«’Lorsque les Hav-Musuv ne pouvaient plus utiliser leurs grands bateaux à rames, ils ont commencé à penser à d’autres moyens pour atteindre le monde au-delà. Je suppose que c’est comme ça que ça s’est passé. Nous savons qu’ils ont commencé à utiliser des pirogues volantes. Au début, ils n’étaient pas grands, ces navires argentés avec des ailes. Ils se déplaçaient avec un léger vrombissement et un mouvement plongeant, comme un aigle.

«’Les siècles qui passent ont apporté d’autres changements. Tribu après tribu a balayé le pays, se battant pour le posséder pendant un certain temps et passant comme la tempête de sable. Dans leur ville de montagne toujours dans les cavernes, les Hav-Musuv habitaient en paix, loin du conflit. Parfois, ils étaient vus au loin, dans leurs navires volants ou à cheval sur les animaux blancs comme la neige qui les emmenaient de rebord en rebord sur les falaises. Nous n’avons jamais vu ces animaux étranges ailleurs. Pour ces gens, les siècles qui passaient n’apportèrent que des navires de plus en plus gros, se déplaçant toujours plus silencieusement.

«Avez-vous déjà vu un Hav-Musuv?

«’Non, mais nous en avons beaucoup d’histoires. Il y a des raisons pour lesquelles on ne devient pas trop curieux.

« ‘ Les raisons?’

« ‘ Oui. Ces personnes étranges ont des armes. L’un est un petit tube qui étourdit un avec une sensation piquante comme une pluie d’aiguilles de cactus. On ne peut pas bouger pendant des heures, et pendant ce temps les mystérieux disparaissent sur les falaises. L’autre arme est mortelle. C’est un long tube argenté. Quand cela vous est signalé, la mort suit immédiatement.

«Mais parlez-moi de ces gens. À quoi ressemblent-ils et comment s’habillent-ils?

«Ce sont de belles personnes. Leur peau est d’une teinte dorée et un bandeau retient leurs longs cheveux noirs. Ils s’habillent toujours d’un vêtement blanc filé fin qui les enveloppe et est drapé sur une épaule. Des sandales pâles sont portées sur leurs pieds… »

«Sa voix s’estompa dans une bouffée de fumée. Les ombres violettes s’élevant sur les murs des funérailles éclaboussaient comme les vagues du lac fantôme. Le vieil homme semblait être tombé dans une sorte de transe, mais j’avais encore une question.

«’Un Paiute a-t-il déjà parlé à un Hav-Musuv, ou les Paiutes étaient-ils ici lorsque les grands bateaux à rames sont apparus pour la première fois?

«Pendant quelques instants, je me suis demandé s’il m’avait entendu. Pourtant, comme c’est notre coutume, j’ai attendu patiemment la réponse. Encore une fois, il passa par le rituel de la respiration de la fumée dans les quatre directions, puis sa voix douce continua:

« ‘ Oui. Une fois dans un passé pas si lointain, mais encore plusieurs générations avant la venue des Espagnols, un chef Paiute a perdu son épouse par mort subite. Dans sa grande et écrasante douleur, il pensa aux Hav-Musuv et à leur long tube de la mort. Il souhaitait la rejoindre, alors il fit ses adieux à son peuple affligé et partit à la recherche des Hav-Musuv. Aucun n’apparut jusqu’à ce que le chef commence à escalader les Panamints. Puis l’un des hommes en blanc apparut soudain devant lui avec le long tube et lui fit signe de reculer. Le chef fit signe qu’il souhaitait mourir, et vint. L’homme en blanc fit un long coup de sifflet et d’autres Hav-Musuv apparurent. Ils parlèrent ensemble dans une langue étrange puis regardèrent le chef pensivement. Finalement, ils lui firent des signes lui faisant comprendre qu’ils l’emmèneraient avec eux.

«’Plusieurs semaines après que son peuple l’ait pleuré le croyant mort, le chef Paiute est revenu dans son camp. Il avait été dans la vallée souterraine géante des Hav-Musuv, où des lumières blanches qui brûlent nuit et jour et ne s’éteignent jamais et n’ont pas besoin de carburant, éclairent une ancienne ville d’une beauté de marbre. Là, il apprit la langue et l’histoire des mystérieux peuples, leur donnant tour à tour la langue et les légendes des Paiutes. Il a dit qu’il aurait aimé y rester pour toujours dans la paix et la beauté de leur vie, mais ils lui ont ordonné de revenir et d’utiliser ses nouvelles connaissances pour son peuple.

«Je n’ai pas pu m’empêcher de demander l’inévitable.

«’Croyez-vous cette histoire du chef?’

«Ses yeux ont étudié les volutes de fumée pendant quelques minutes avant de répondre.

« ‘ Je ne sais pas. Quand un homme est perdu à Tomesha, et que le Dieu du Feu marche à travers la croûte de sel, des rêves étranges comme des nuages, du brouillard dans son esprit. Aucun homme ne peut respirer le souffle chaud du Dieu du Feu et rester sain d’esprit longtemps. Bien sûr, les Paiutes y ont pensé. Personne ne connaît mieux l’humeur de Tomesha qu’eux.

«Vous m’avez demandé de vous raconter la légende des navires volants. Je vous ai dit ce que les jeunes gens de la tribu ne savent pas, car ils n’écoutent plus les histoires du passé. Maintenant, vous me demandez si je crois. Je réponds à ceci. Tourner autour. Regardez derrière vous ce mur des Panamints. Combien de cavernes géantes pourraient s’y ouvrir, cachées par les lumières et les ombres des rochers? Combien pourraient s’ouvrir vers l’extérieur ou vers l’intérieur et ne jamais être vus derrière les pinacles en forme de flèche devant eux? Combien de navires pourraient descendre comme un aigle de l’au-delà, les nuits d’été où les feux des fourneaux se sont éloignés de la vallée aux yeux de l’homme blanc?

Combien de Hav-Musuvs pourraient vivre dans leur paix éternelle loin du bruit des fusils d’un homme blanc dans leur forteresse? Cela a toujours été une terre de mystère. Rien ne peut changer cela. Pas même l’homme blanc avec ses moteurs volants, car s’ils s’approchent trop près du mur des Panamints, un vent violent comme la flèche volante peut couper une aile. Tomesha cache bien ses secrets même en hiver, mais aucun homme ne peut y pénétrer lorsque le Dieu du Feu tire le voile chaud de son souffle à travers les cols.

«’Je dois encore répondre à votre question avec mon esprit dans le doute, car nous parlons d’une terre étrange. L’homme blanc ne le sait pas encore aussi bien que les Paiutes, et nous l’avons jamais tenu en admiration. C’est toujours le ‘ Tomesha – Pays de la Terre enflammée-interdite. «  »

Mémoires de tribus autochtones

Le récit ci-dessus, intitulé « TRIBAL MEMORIES OF THE FLYING SAUCERS » – SOUVENIRS TRIBAUX DES SOUCOUPES VOLANTES -,  a été publié dans le numéro de septembre 1949 du magazine FATE. Par coïncidence ou non, cette même « légende » a été reprise avec une étonnante similitude par un vieux prospecteur du nom de Bourke Lee dans son livre « DEATH VALLEY MEN » – LES HOMMES DE LA VALLÉE DE LA MORT -. (Macmillan Co., New York, 1932).

Cependant, Lee a déclaré qu’il ne s’agissait PAS d’une légende, mais d’un compte rendu réel de la découverte d’une ville (aujourd’hui abandonnée) DANS les montagnes Panamint, comme il l’a entendu de la bouche de trois autres personnes qui prétendaient avoir vu cette ancienne merveille sous la terre.

Croyez-le ou non, ceux qui ont parlé à Bourke Lee ont mentionné l’ancien « lac » de la Vallée de la Mort, l’ancienne ville des Panamints elle-même, et même les grands « quais » en forme de tunnel ou les anciens quais pour bateaux au-dessus de l’ancienne rive sur le versant est des Panamints qui ont conduit à la ville ancienne… des artefacts anciens qu’ils ont juré avoir vus de leurs propres yeux.

Les rédacteurs du magazine FATE ont introduit l’histoire qui apparaît ci-dessus avec les mots suivants:

« …FATE présente deux nouvelles histoires de soucoupes dans ce numéro. La première est le récit surprenant de la rencontre d’un rédacteur en chef de l’aviation avec deux soucoupes (deux semaines après en avoir photographié quatre et avoir été frustré dans ses tentatives pour faire paraître la photo dans les grands quotidiens et prouver ainsi que les soucoupes volantes étaient bien réelles au plus fort de la « frayeur ») ; la seconde est un secret tribal des Indiens Paiute donné au magazine FATE en remerciement de l’histoire Navajo de FATE dans le numéro du printemps 1948, qui a contribué à soulager leurs difficultés au cours de l’hiver suivant.

Le rédacteur s’interroge sur (ces) histoires et les présente comme une solution possible à la nature et à l’origine des célèbres disques. Ces deux histoires sont arrivées sur notre bureau le même jour. Elles se corroborent l’une l’autre. Nous disons que l’enquête prouvera que les deux sont vrais.

Nous admettons cependant que nous pensons qu’il sera aussi impossible de prouver l’histoire des Hav-Musuv. Votre éditeur, cependant, est un ami de l’Indien d’Amérique depuis de nombreuses années, et il a rarement vu un Indien mentir. Il est convaincu de la sincérité de l’histoire que nous présentons dans ce numéro, et qu’elle n’a pas été déformée.

Qu’est-ce que cela signifie ? Que sont vraiment les Hav-Musuvs ? »

L’histoire des Hav-Musuvs semble être une « pièce » majeure ou clé du puzzle global d’un large éventail de phénomènes aériens et souterrains qui ont mystifié de nombreux chercheurs tout au long de ce siècle.

Parmi ces phénomènes inhabituels, les « contacts » de Californie n’étaient pas les moindres. Dans les années 50 et 60, ils ont en effet décrit leurs propres rencontres avec des êtres humains « bienveillants » qui émergeaient de disques aériens, non loin des mystérieuses montagnes du Panamint.

Le désert de Mojave est aussi, croyez-le ou non, l’endroit même où William Shatner a prétendu avoir rencontré un « disque argenté », qui lui aurait sauvé la vie après qu’il se soit perdu dans l’autre monde du Mojave, et ce bien avant qu’il ne soit baptisé « Capitaine » de l’U.S.S. Enterprise pour son rôle dans Star Trek !


Le désert de Mojave en Californie est en ce sens peut-être l’une des régions les plus intéressantes au monde lorsque que les rencontres avec d’étranges phénomènes aériens sont concernées.

Dans certaines petites villes de Californie et du désert de Mojave, comme la petite ville d’Anza par exemple, on est plus susceptible d’être traité de fou pour ne pas croire aux OVNI que pour y croire. Les observations ont été si nombreuses au fil des ans que ces visiteurs aériens sont un fait accepté.

Ce qui est intéressant, cependant, c’est que les deux types d' »occupants » les plus souvent signalés, qui sont décrits par des milliers de témoins avec une cohérence remarquable dans le monde entier (en relation avec ces phénomènes aériens) jouent également un rôle important dans le scénario du désert de Mojave.

Ce sont les deux groupes qui ont souvent été mentionnés dans les « gris sauriens » et les « blonds nordiques ».


Ces deux types d' »entités » sont apparus dans de nombreux récits décrivant des rencontres non seulement avec des êtres dits extraterrestres, mais aussi avec des êtres intraterrestres, moins connus mais néanmoins persistants dans les témoignages.

Dans ce dossier, nous documenterons de nombreux récits qui semblent suggérer que les « Nordiques » sont peut-être nos anciens ancêtres qui, quelques milliers d’années avant la « race spatiale » moderne, ont peut-être atteint la science et la technologie nécessaires pour s’enfoncer profondément dans la terre afin de construire de vastes métropoles technologiques souterraines.

Peu après, sortant des profondeurs de la terre, ils se sont peut-être exporté dans des vaisseaux spatiaux de leur propre conception ,à travers les profondeurs interplanétaires et peut-être même interstellaires de l’espace.

L’étrange allégation des « UFOlogistes » a cependant mentionnée par de nombreux « contacts » qui affirment qu’une race néo-sauroïde ou reptilienne connue sous le nom de GRIS pourrait avoir été en conflit pendant des centaines, voire des milliers d’années, voire en guerre totale avec les soi-disant « Nordiques » (comme nous le verrons plus loin, l’appellation « nordique » est peut-être plus proche de la vérité qu’on ne le pense).

L’explication donnée par certains chercheurs quant à l’ORIGINE RÉELLE de cette (autre) race malveillante et prédatrice d’extraterrestres « grisâtres » peut vous choquer !

Comme les sondages nationaux révèlent qu’environ 80 % des Américains croient dans une certaine mesure aux phénomènes connus sous le nom d’OVNI et que jusqu’à 2 %, soit 1 sur 50, pensent avoir été la cible d’un « enlèvement » par les mêmes dans le passé, ce dossier est rédigé en supposant que le lecteur fait partie des 80 % (et peut-être même des 2 % qui ont une connaissance expérientielle des phénomènes OVNI).

Si le lecteur pense qu’il fait partie des 20 % qui ne croient pas aux OVNI et n’ont pas envie de le faire, alors ce qui suit ne vous concerne peut-être pas. Si vous n’aimez pas l’idée de voir le « tissu » même de votre concept de la réalité se déchirer et se recoller, vous feriez bien de transmettre cette information à quelqu’un de plus ouvert d’esprit. Mais si vous souhaitez nous supporter, nous vous révélerons les secrets cachés d’un endroit sur terre qui semble être une « porte » vers d’autres mondes, vers des mondes et des réalités et des aventures qui pourraient bien faire paraître la propre perception de la « réalité » du lecteur absolument banale à l’extrême…

Mais si vous osez, poursuivez votre lecture…

George H. Leonard, dans son livre « SOMEBODY ELSE IS ON THE MOON »  – « QUELQU’UN D’AUTRE EST SUR LA LUNE » – (David McKay Co. Inc., New York., 1967), cite Morris K. Jessup (l’ufo-ogiste qui est mort dans des circonstances mystérieuses après avoir exposé la soi-disant « Expérience de Philadelphie »), qui a posé la question : « Qui nous a battus sur la lune il y a des centaines ou même des milliers d’années ? »

Leonard, sur la base de recherches recueillies par lui-même et certains anciens employés de la NASA, confirme les soupçons de certains chercheurs selon lesquels la NASA est consciente du fait qu’une race extraterrestre (les Gris, etc.) ET une race semblable à l’homme se battent depuis des siècles pour la possession de la lune, que des équipements miniers ont été vus ainsi que de nombreux autres éléments de preuve de l’activité lunaire.

Leonard dit :

« Plus d’une race… occupe la Lune – Les traits culturels et la technologie observés dans différentes parties de la Lune varient considérablement … il ressort de l’ensemble des données fiables qu’une ou plusieurs des races (non humaines) nous considèrent avec dédain et valorisent la vie humaine à bon marché… Les races capables de se déplacer entre les systèmes stellaires… et existant sur la Lune doivent être capables de nous anéantir à volonté. C’est probablement cela (et c’est compréhensible) qui PANIQUE les militaires ».

M. Leonard, au cours d’une de ses interviews avec un ancien employé de la NASA qu’il appelle le Dr Sam Wittcomb (un pseudonyme pour protéger sa véritable identité), au cours de laquelle il a montré à Wittcomb la ms. de son livre, a appris les faits troublants suivants :

« …Et Sam Wittcomb a lu mon manuscrit à l’état d’ébauche et s’est ensuite assis en fixant la nuit noire. Quand il a parlé, c’était à voix basse. Je ne l’avais jamais entendu comme ça avant. Ils ont rassemblé des scientifiques de nombreux pays au printemps 1975. La réunion a eu lieu en Angleterre. Ils voulaient parler en secret des « extraterrestres » et de ce qu’ils font. Beaucoup de gens au sommet ont peur ». Un point froid s’est formé dans le bas de mon dos.

Sam s’est tourné vers moi. Ils ont invité un physicien du Colorado, un homme nommé Joachim Kuetner, qui avait travaillé sur le programme lunaire et qui sait ce qu’il y a là-haut. Il pouvait leur en parler directement. De la frénésie des travaux de construction et de creusement, de la pulvérisation des cratères et du découpage des bords et des arêtes des cratères. Je ne sais pas exactement de quoi ils ont parlé. Mais vous pouvez parier qu’ils savent que ce n’est plus la Lune des Terriens – si elle ne l’a jamais été. Elle leur appartient ».

Comme nous l’avons dit, au moins une des races sur la Lune est humaine, ou identique à celles de la Terre. Si c’est le cas, nous pourrions nous demander « d’où viennent ces gens sur Terre et comment sont-ils arrivés sur la Lune avant « nous » ? C’est certainement une question raisonnable.

Il existe plusieurs récits corroborants tirés d’anciennes écritures hindoues (encore une fois, comme le dirait Ripley « croyez-le ou non »), que nous citerons sous peu, indiquant que les anciens GRECS avaient en fait développé des vaisseaux volants il y a des milliers d’années.

Est-il possible que les Hav-Musuvs (qui, comme nous l’avons dit, étaient peut-être une race néo-grecque en raison de leur costume et de leurs cités de marbre) aient franchi l’étape logique suivante après avoir développé les voyages aériens : c’est-à-dire tenter de faire atterrir un ou plusieurs de leurs semblables sur la Lune… puis sur Mars… et peut-être même plus tard sur des planètes d’un système stellaire proche ?

Les États-Unis ont fait des progrès incroyables dans ce domaine en moins de 100 ans, grâce au phénomène connu sous le nom de courbe technologique (c’est-à-dire qu’un effort synchrone de la part de nombreux facteurs contributifs conduit finalement à une explosion multiplicative de la technologie). Si l’Amérique a fait atterrir un homme sur la lune seulement 70 ans après que les frères Wright ont ouvert le ciel aux voyages aériens, peut-on en attendre moins des Hav-Musuv ou d’autres comme eux ?

Par exemple, la technologie dans notre société devient chaque année des milliers de fois plus sophistiquée. Est-il possible que les Grecs anciens ou une société antique similaire aient connu une « explosion technologique » il y a des milliers d’années ?

Si c’est le cas, alors il leur a peut-être été possible d’établir des bases ou des colonies sur la Lune, sur Mars et peut-être même au-delà ! Nous pourrions ajouter que certains prétendent même que le secret des voyages dans l' »hyperespace » a été découvert par inadvertance seulement 40 ans après que les frères Wright eurent testé avec succès leur avion à Kitty Hawk – au cours d’une expérience super-secrète de la marine appelée « Rainbow Project » qui a été réalisée au port naval de Philadelphie en 1943.

Si « nous » pouvons passer du cheval et du buggy au débarquement des hommes sur la lune en MOINS de 100 ans (ou du cheval et du buggy au voyage dans l' »hyperespace » en seulement 40 ans !?), alors combien d’exploration et de colonisation d’autres corps planétaires auraient pu avoir lieu par une race qui, il y a trois ou quatre MILLIERS d’années, possédait des engins aériens et des technologies égales ou supérieures aux nôtres ?

Un « contact » a d’ailleurs déclaré qu’un grand « port spatial » existe en fait dans un réseau de cavernes situées profondément sous l’actuelle Vallée de la Mort.

À cet égard, nous citerons un « synopsis » des expériences du « contact » brésilien Jefferson Souza, tel qu’il figure dans un catalogue publié par la BIBLIOTHÈQUE OVNI (11684 Ventura Blvd. #708, Studio City, CA 91604).

Bon nombre des personnes mentionnées dans ce catalogue, qui propose des interviews ou des conférences enregistrées décrivant leurs rencontres, sont soit des « contacts » qui ont eu des rencontres amicales avec des êtres dits « nordiques » ou de type humain qui pilotent de nombreux engins « extraterrestres », soit qui ont été « enlevés » par des entités « grises » ou « sauriennes » plus manipulatrices et prédatrices. Citation tirée de leur description des expériences de M. Souza :

« La réaction à la première observation d’un OVNI est imprévisible. Jeff Souza a eu son premier contact en 1979, alors qu’il n’avait que 13 ans. Le souvenir de cette expérience était caché dans les recoins de son esprit.

Vingt contacts extraterrestres au cours des dix années suivantes n’ont jamais complètement restauré l’image. Mais ces années ont été remplies d’une excitation qui allait donner lieu à l’une des histoires de contact extraterrestre les plus inspirantes jamais enregistrées.

« Le jeune Brésilien était doté d’intelligence et d’intuition. Il a étudié et a réussi à terminer un semestre d’école de médecine avant d’abandonner ses études.

« En contact avec deux races d’extraterrestres, Jeff les a rencontrées au Brésil, en Argentine et aux États-Unis. Mais le lieu où ils se sont produits n’est pas important par rapport à la profondeur et à l’étendue de ce qu’il a appris.


« Les gentils VEGALIENS et les UMMITES, qui ont l’esprit d’entreprise, ont enseigné à Souza plus qu’il ne pourrait jamais imaginer sur la technologie et la vie sur toutes les planètes. Il a été transporté à bord d’un vaisseau spatial par la Lumière (rayons anti-gravité ?) et emmené sur d’autres planètes et (d’autres) parties du monde. Lors d’un de ces voyages, il a eu une réaction inhabituelle : tous ses cheveux sont tombés. Sa montre s’est cassée à chaque contact.

« Jeff Souza a été interrogé par des experts dans le domaine du contact avec les étrangers. Il a été cliniquement régressé par l’hypnotisme jusqu’au moment de son premier contact, mais les réponses ne sont venues qu’en portugais. À cet âge, Jeff ne pouvait pas parler anglais.

« Les détails qu’il a appris sont impressionnants. Les réponses aux questions sur le temps, l’espace, la matière, l’énergie, la vie et la spiritualité roulaient facilement dans sa langue. Tout cela grâce aux contacts extraterrestres de son passé et de son présent.

« Son interview et les détails enregistrés de ses nombreux contacts physiques fournissent des informations inconnues sur plusieurs races d’aliens, y compris les gris mystérieux et menaçants.

A partir de JEFF SOUZA, nous apprenons à connaître les sept races (éventuellement humanoïdes et/ou sauriennes), le nom ALIEN de la terre, une station spatiale souterraine dans la vallée de la mort et si le SIDA peut être soigné par les ALIENS.

« Il y a une dernière précaution de la part de ses contacts – nous devons tous tirer les leçons données à Jeff Souza car nous détruisons notre planète et si nous ne changeons pas, même les aliens amis ne pourront pas nous sauver ».

Nous voyons donc ici un lien certain entre le sous-sol de la région de la Vallée de la Mort, qui serait habité par les néo-Grecs ( ?) Hav-Musuvs et les sociétés humaines de « Vega » et « Ummo », qui, comme nous le verrons plus tard, selon d’autres contacts, sont « fédérées » avec d’autres colonies ou civilisations humaines de Tau Ceti, Epsilon Eridani, Alpha Centauri, les Pléiades et d’autres.

Bien que Jefferson Souza affirme avoir rencontré le peuple Ummo dans des embarcations débarquées, ce sont les Vegaliens qui lui ont permis de voyager le plus souvent sur leurs embarcations. Ce sont également les Vegaliens qui lui ont montré le complexe de la base MASSIVE sous la Vallée de la Mort, qui contenait des chambres de plusieurs kilomètres de diamètre et de nombreux secteurs compartimentés qui avaient été adaptés pour répondre aux besoins gravitationnels, atmosphériques et environnementaux des différents représentants mondiaux de la Fédération qui utilisent la base comme station de passage pour leurs opérations sur terre.

Apparemment, les Hav-Musuvs ont été TRÈS PRÉSENTS depuis quelques milliers d’années si l’on en croit le récit de Souza.

En plus de ce qui précède, Souza a appris l’existence de deux autres espèces exotiques qui sont en conflit, dans une certaine mesure, avec les humanoïdes avec lesquels il est resté en contact.

L’une d’entre elles comprend une race de type « Insectoïde », tandis que l’autre est reptilienne. Cette dernière est constituée d’une race « maîtresse » de grande taille, très reptilienne-saurienne, à laquelle les « Gris » reptiliens plus courts sont inféodés.

Il y a au moins trois types de « Gris », selon Souza : ceux qui se reproduisent via les couvoirs, ceux qui se reproduisent via le clonage, et ceux qui se reproduisent via la polyembryonnie.

On pourrait se demander : si certains de nos anciens ancêtres étaient si intelligents qu’ils pouvaient développer des engins aériens, alors où sont les preuves ? Les preuves sont là, mais elles ont été largement ignorées par les scientifiques orthodoxes qui ne peuvent pas faire entrer l’existence de civilisations préhistoriques avancées dans leur propre cadre théorique.

Par exemple :

Les anciens artefacts sophistiqués découverts dans la roche solide (y compris d’anciennes « bougies d’allumage », des cubes de métal, des chaînes en or, des vases en métal, des clous, des vis et même des piles électriques comme celles décrites dans les « SECRETS OF THE LOST RACES » – LES SECRETS DES RACES PERDUES – de René Noorbergen – Bobbs-Merril Co., N.Y.), ainsi que les artefacts trouvés au fond de l’océan, prouvent que nos anciens ancêtres étaient plus intelligents dans le domaine scientifique que nous ne le pensons.

Yves Naud, dans son livre « UFO’S AND EXTRATERRESTRIALS IN HISTORY »  – LES OVNIS ET LES EXTRATERRESTRES DANS L’HISTOIRE – (Ferni Publishers, Genève, Suisse, 1978) décrit l’un de ces artefacts :

« En 1900, des plongeurs chercheurs d’éponges près d’Antikythera (Grèce), ont trouvé des fragments rouillés d’un appareil métallique sur le fond de la mer. Les scientifiques ont d’abord pensé qu’il s’agissait des restes d’un astrolabe datant de 65 avant J.-C. En 1959, le scientifique anglais Solla Price a fait une découverte qui a stupéfié le monde professionnel lorsqu’il l’a publiée dans la revue NATURAL HISTORY de mars 1962 :

« ‘ Il semble que cet objet soit en réalité un ordinateur qui peut déterminer et décrire les mouvements du soleil, de la lune, et probablement des planètes.

« Cet expert moderne se sentait extrêmement humble et ne pouvait que rendre hommage à la haute science de nos ancêtres, bien que cet hommage soit teinté de crainte.

« Il est assez effrayant, écrit-il dans SCIENTIFIC AMERICAN (juin 1959), d’apprendre que, peu avant l’effondrement de leur grande civilisation, les anciens Grecs s’étaient rapprochés autant de notre époque, non seulement par leur pensée mais aussi par leur technologie scientifique ».

Pour en revenir au mystère du désert de Mojave, il semblerait, d’après les différents rapports (dont beaucoup seront consignés plus tard), que le désert de Mojave en Californie du Sud et les déserts de l’ouest du Nevada pourraient en fait être un « champ de bataille » secret impliquant des troupes du gouvernement américain travaillant en ALLIANCE avec les races extraterrestres connues sous le nom de « Nordiques ».

Qui combattent-ils ? Leur combat, selon plusieurs sources, est contre les « Gris » qui, au cours du siècle dernier, peut-être même avant, se sont retranchés sous terre dans des « bases » souterraines dans la région du désert de Mojave et ailleurs.

Tout comme le gouvernement américain travaillerait avec les « Nordiques » basés au Mt Shasta près de Weed, en Californie, et d’autres dans des systèmes stellaires proches comme ceux mentionnés ci-dessus qui ont une base sous le Mt Panamint, leurs adversaires néo-sauriens travailleraient avec d’autres de leur espèce au sein d’un énorme réseau souterrain centré sous la région du Mont Archuleta, près de la ville de Dulce, dans le nord-ouest du Nouveau-Mexique (qui semble être le centre d’activité des États-Unis en ce qui concerne les MIB ou « Men In Black », les enlèvements, les mutilations, les disparitions, les observations d’entités reptiliennes, etc.)

Ces « Gris » travailleraient avec d’autres « Dracos » qui se sont établis dans Alpha Draconis, Epsilon Bootes, Zeta Reticuli, Altair à Aquila, Rigel et Belletrax Orion, ainsi que dans d’autres systèmes stellaires proches.

Pourquoi cette « guerre » se déroule-t-elle en secret ?


En partie parce que le gouvernement américain ne croit pas que le public américain puisse supporter la vérité. Il suffit de se rappeler le programme radio « LA GUERRE DES MONDES » d’Orson Wells, il y a tant d’années, et la panique qu’il a provoquée.

Aller vers la deuxième partie

Compilé par ‘The Group’ – Edité par ‘Branton’

Voir tous les articles de la sous-catégorie : Secrets du Mojave


Que pensez-vous de cet article ? Inscrivez-vous et rejoignez la conversation





Merci à tous pour votre soutien.

Beaucoup d'entre vous sont avec moi, par le coeur et la pensée, et je vous transmet ma gratitude.

Vous pouvez assurer la continuité de ce site de plusieurs manières : En partageant les articles que vous avez aimé. En achetant vos livres et vos produits préférés sur Amazon via ce site. Ou, si vous en avez la possibilité, en faisant un don (si minime soit-il). Recevez toute ma gratitude... Mon Amour vous accompagne...


Votre aide est importante pour continuer...




ELISHEAN777 Communauté pour un Nouveau Monde  © Elishean/2009-2020


Tags:
0 Commentaires

Laisser une réponse

Imaginer un Nouveau Monde © Elishean 2009 - 2020

CONTACT

Vous pouvez nous envoyer un e-mail et nous vous répondrons dès que possible.

En cours d’envoi
mi, consequat. risus. nunc risus dolor. ut dapibus elit.
ou

Vous connecter avec vos identifiants

ou    

Vous avez oublié vos informations ?

ou

Create Account

%d blogueurs aiment cette page :