Aller à la barre d’outils

Que se passe-t-il dans le désert du Mojave? «Qui sont les Hav-Musuv des légendes Navajo? Quelle est cette guerre qui se déroule en secret? Qui sont ces êtres de civilisations terrestres avancées qui ont laissé des traces de leur passage partout sur notre monde? Quelle est l’ampleur du monde souterrain que nous commençons à peine à découvrir?

Cette série a pour but de réunir des informations qui vont certainement susciter notre étonnement au fil de sa lecture.

Épisodes précédents

Il y a eu SEPT cas documentés de disparitions mystérieuses de personnes en relation avec des phénomènes souterrains et/ou aériens. L’un de ces cas concerne le « Temple d’Apollon », en Grèce antique, à Hiérapolis (aujourd’hui Pamukkale), en Turquie.

Cette ville faisait autrefois partie de l’ancien empire grec, qui couvrait une vaste zone dans et autour de la mer Méditerranée. Un article paru dans le numéro de janvier 1989 du magazine OMNI faisait état d’étranges disparitions qui avaient eu lieu dans une caverne adjacente aux ruines de ces anciens temples. L’article citait les écrits du philosophe grec ancien « Strabon » (qui a vécu entre 63 avant J.-C. et 24 après J.-C.) selon lesquels les animaux entraient souvent dans la caverne et n’en revenaient jamais, et que de nombreuses personnes qui sont passées devant l’entrée de la caverne n’en sont jamais revenues.


L’article cite également un certain Sheldon Aaronson, professeur de microbiologie au Queens College, N.Y., qui a déclaré à OMNI que plusieurs étudiants australiens étaient entrés dans la grotte et avaient disparu quelques jours seulement avant sa visite en 1987. Sheldon a déclaré : « Le gouvernement turc a mis des barres de fer sur l’ouverture pour empêcher d’autres personnes d’y entrer. Pour autant que nous sachions, on n’a jamais revu les Australiens ».

Selon l’article, les Grecs croyaient que la caverne était une ouverture vers le « pays des morts gouverné par les dieux du monde souterrain ».

« Quant à la possibilité d’un « monde » souterrain, les scientifiques nous disent que les plus basses profondeurs de la terre (manteaux supérieurs et inférieurs) contiennent des températures et des pressions extrêmes si grandes que la vie physique ne pourrait pas y exister.

Certains pensent cependant qu’il existe des preuves de l’existence d’un vaste réseau mondial de cavités géothermiques et hydrothermales.

Certaines d’entre elles ayant été reliées à l’ancien déluge dans lequel les « …fontaines des grandes profondeurs ont été brisées ». Cela se serait produit lorsque des strates de cavernes souterraines remplies d’eau et chauffées au magma (portées à d’énormes pressions par un manteau en expansion et surchauffé) ont soudainement éclaté à travers la croûte (Gen. 7:11), comme une chaudière à pression aux proportions énormes qui la fend soudainement.

En regardant une carte des fonds océaniques, on peut voir ce qui semble être un « joint », semblable aux coutures d’une balle de base-ball, qui dans l’Antiquité s’est apparemment fendue ou déchirée tout autour de la planète. Ces « coutures » sont connues sous le nom de « failles » dans le fond des océans. Certains ont affirmé que les couches de roches basaltiques sous-jacentes de ces anciens et gigantesques aquifères mondiaux se sont dissoutes dans ces réservoirs souterrains mondiaux à mesure que leur température et leur pression augmentaient.

Finalement, la pression est devenue si forte qu’au point le plus faible, cette couche globale d’eau minéralisée a percé, et la larme a fait son chemin à travers le monde à une vitesse incroyable. Il n’est pas difficile d’imaginer qu’un tel cataclysme ait pu provoquer l’effondrement d’anciennes masses terrestres, les méga-aquifères sous-jacents s’étant vidés et les couches sus-jacentes ayant perdu leur support. De grandes quantités de cette eau surchauffée – qui avait auparavant dissous les couches rocheuses basaltiques qui l’entouraient – ont explosé à la surface, expliquant ainsi pourquoi les océans contiennent maintenant un pourcentage élevé de « sel ».

Ces chambres sous-jacentes, dont beaucoup se sont effondrées mais dont beaucoup sont apparemment restées intactes, sont censées exister dans toutes les régions de la planète, juste au-dessus du manteau supérieur.

Cette « discontinuité Mohorovic » : Moho, ou point limite entre la croûte supérieure et le manteau inférieur, se trouve « en moyenne » à une dizaine de kilomètres sous la surface, c’est-à-dire de quelques kilomètres sous les tranchées océaniques à quelques dizaines de kilomètres sous les grandes chaînes de montagnes.

Il est donc possible que des cavernes d’une immense étendue, contenant des conditions propices à la vie, puissent exister à des profondeurs de 40 à 50 miles, en particulier sous les grandes chaînes de montagnes.

En dessous de cette profondeur (au-delà du Moho), les extrêmes de pression et de température rendraient la vie physique insupportable, voire impossible.

D’autres cavités de plus haut niveau créées par l’activité géosismique peuvent également exister, des cavités qui pourraient éclipser les systèmes de cavernes de Flint Ridge-Mammoth Caves du Kentucky ou de Carlsbad-Lechuguilla au Nouveau-Mexique. Il est suggéré que celles-ci pourraient contenir des conditions suffisantes pour permettre la vie physique (c’est-à-dire l’air, l’eau, la flore et la faune souterraines, et peut-être même l’illumination électromagnétique diffusée dans toute l' »atmosphère » souterraine par un phénomène quelque peu similaire à l’effet produit par les aurores boréales.

Dans ce cas, il a été suggéré que de puissants courants électromagnétiques se déplaçant à travers la terre et interagissant avec l’atmosphère souterraine pourraient expliquer l’illumination crépusculaire diffuse qui imprègne l’atmosphère souterraine, comme cela a été décrit dans divers récits de ceux qui prétendent avoir réussi à se frayer un chemin dans les systèmes de cavernes plus étendues et plus profondes).

Plusieurs récits concernent des personnes qui ont rencontré des êtres humains – certains parlant leur langue maternelle et d’autres une langue entièrement étrangère – dans des tunnels et des cavernes souterraines profondes.

Ces cas sont nombreux, mais nous ne nous intéresserons ici qu’à l’un d’entre eux (et nous réserverons les autres pour plus tard dans le texte)… un incident qui est peut-être l’un des récits les plus connus et les mieux documentés de ce type :

Au cours du 12ème siècle, un chroniqueur monastique en Angleterre du nom de « Gervais de Tilbury » a enregistré un étrange récit de deux « enfants » qui sont apparus soudainement près d’une petite ville près de Bury St. Edmunds, en Angleterre. Ce récit a également été consigné dans les écrits de plusieurs autres chroniqueurs qui vivaient à l’époque ou quelque temps après.


Il s’agit notamment de William of Newbury – HISTORIA RERUM ANGLICARUM, écrit dans le Yorkshire, Angleterre (1136-1198 ?); l’abbé Ralph of Coggeshall – CHRONICON ANGLICARUM ; et aussi les chroniqueurs Giraldus Cambrensis et Walsingham.

Le récit a été plus récemment relaté dans FLYING SAUCERS UNCENSORED, par Harold T. Wilkins (Citadel Press., New York, N.Y. 1955., pp. 97-98).

À partir de leurs récits combinés, nous pouvons reconstituer l’histoire bizarre suivante, que les chroniqueurs ont juré d’être vraie :

« Un jour chaud et ensoleillé du XIIe siècle, des fermiers et d’autres habitants de la petite ville de Wolfpittes, en Angleterre (située à environ sept miles du grand village de Burry St. Edmunds) furent surpris de voir deux jeunes enfants errer, comme désorientés, dans d’anciennes « fosses » ou « tranchées » connues des habitants sous le nom de « Wolf-Pitts », d’où le nom du petit village. Ces fouilles étaient anciennes, mais personne ne semblait savoir quand ni par qui elles avaient été creusées, mais le consensus était qu’elles étaient au moins partiellement artificielles, et très anciennes.

Le plus choquant chez les enfants, que les habitants de Wolfpittes ont rencontrés, était qu’ils avaient une peau de couleur vert olive, alors que le reste de leurs traits étaient aussi humains que l’Anglais moyen.

Les villageois ont tenté de communiquer avec les enfants, mais sans succès, car ils ont vite découvert que le jeune garçon et la jeune fille parlaient une langue qui leur était totalement inconnue. Les villageois ont eu de la compassion pour les enfants et les ont emmenés au village où ils leur ont offert différentes sortes de nourriture, qu’ils semblaient peu familiers et qu’ils ont refusées. Cependant, lorsqu’on leur montrait des tiges de haricots, ils les prenaient avec avidité, mais au lieu d’ouvrir les tiges, les enfants essayaient d’ouvrir les tiges eux-mêmes, comme s’ils avaient été habitués à ouvrir les tiges de cette manière (une pratique qu’ils avaient apparemment apprise dans le pays d’où ils étaient issus).

Ne trouvant rien dans les tiges, les enfants se sont mis à pleurer. Malheureusement, le choc de l’entrée dans notre monde a été trop fort pour le jeune garçon, et même s’il s’est partiellement acclimaté à d’autres formes de nourriture, il est néanmoins devenu de plus en plus faible et a fini par mourir quelques années plus tard. La jeune fille, cependant, s’est assez bien adaptée à son nouvel environnement. En fait, elle est finalement devenue une belle femme mature et a épousé plus tard un homme de la ville voisine de Kings Lynn. Au fil du temps, son mari l’a patiemment initiée aux complexités de la langue anglaise, et elle a vite pu communiquer assez bien. L’histoire qu’elle a racontée sur ses origines et son arrivée dans notre « monde » avec son frère était encore plus incroyable.

Elle a dit à son mari que tous les membres de son peuple avaient une peau semblable à la sienne, ou plutôt semblable à ce que sa peau avait été autrefois, car sur une période de plusieurs années et d’exposition aux éléments extérieurs, la teinte verdâtre l’avait quittée. Elle a décrit son monde comme un pays caverneux, souterrain et de taille énorme, un pays qui s’appelait « Terre de Saint-Martin ». Le pays dans lequel elle vivait était décrit comme un pays « crépusculaire », mais il y avait une grande rivière souterraine, de l’autre côté de laquelle se trouvait un autre pays plus lumineux.

Un jour, elle et son frère gardaient une sorte d’animal souterrain lorsqu’ils ont entendu quelque chose comme le son de « cloches » émergeant d’un des passages ou tunnels de la grotte qui bordent le périmètre de cette terre souterraine. Par une curiosité extrême, ils sont entrés dans ce tunnel et ont suivi le passage vers le haut pendant ce qui aurait pu être quelques jours, bien que dans leur terre souterraine, il est probable qu’ils n’avaient aucune idée de ce qu’était le « jour » ou la « nuit ». Après leur long et fatiguant voyage sur la pente raide, ils ont soudain émergé dans la lumière brillante de la campagne britannique. Le changement de leur monde crépusculaire a été spectaculaire, et les enfants se sont promenés dans les fosses ou les tranchées, affamés, à moitié aveugles et désorientés. Peu après, ils ont tenté de relocaliser la petite ouverture par laquelle ils étaient sortis, mais n’ont pas pu le faire, à cause de la lumière aveuglante. C’est à peu près à ce moment-là que les fermiers ont trouvé les enfants et les ont emmenés au village.

Un incident quelque peu similaire « pourrait » avoir été répété dans le petit hameau de Banjos (ou Banos) en Espagne en août 1887, plusieurs centaines d’années après l’incident de Wolfpittes et à plusieurs centaines de kilomètres de distance.

Nous affirmons qu’il a PEUT-ÊTRE été répété dans une certaine mesure simplement parce qu’il semble y avoir une certaine confusion autour du récit de Banjos, apparemment due à la possibilité qu’un chercheur bien intentionné ait confondu les deux incidents, en attribuant essentiellement au récit de Banjos certains des événements qui se sont en fait produits près de Wolfpittes.

En fait, l’incident de Banjos impliquerait deux enfants à la peau verdâtre qui ont émergé d’une CAVERNE près de la ville (et non de « fosses » ou de « fouilles »), qui parlaient une langue inconnue, et ainsi de suite, bien que les détails soient sommaires. Certains des récits de l’incident de Banjos reprennent presque mot pour mot l’histoire de Wolfpittes, comme si, comme nous l’avons dit, quelqu’un quelque part avait confondu les deux événements, peut-être en raison d’un manque de détails dans le récit de Banjos, en Espagne.

Quoi qu’il en soit, il semble que QUELQUE CHOSE de cette nature générale se soit également produite dans ce hameau espagnol, même si les sources exactes de cette histoire particulière sont plus difficiles à retrouver que celles du récit de Wolfpittes.

Paris Flammonde fait référence à ce récit dans son livre : THE AGE OF FLYING SAUCERS – L’ÈRE DES SOUCOUPES VOLANTES – (Hawthorn Books, N.Y., p. 197), après l’avoir appris par un article paru dans le numéro de septembre 1967 de la revue ORBIT, qui à son tour a donné crédit à un article paru dans le numéro d’août 1967 du volume XII de la revue UNDERSTANDING de Dan Fry. Fry a affirmé qu’il avait appris l’histoire d’un article de John Macklin paru dans le numéro de décembre 1966 du magazine GRIT. Le récit apparaît également dans le livre de John Macklin STRANGE DESTINIES  – DES DESTINS ÉTRANGES –(Ace Books., N.Y.), dans LES EXTRA- TERRESTRES de Jacques Bergier et dans le numéro du 22 juillet 1970 du périodique britannique « WEEKEND« .

Certains pensent que des systèmes de cavernes similaires existent sous le sud-ouest des États-Unis et que la base de Dulce, au Nouveau-Mexique, était à l’origine une entrée d’un de ces anciens royaumes souterrains.

Des sources indiquent que les humains, peut-être les ancêtres des Pueblos, ont autrefois régné sur ce royaume souterrain. Un des ravisseurs a rapporté un « enlèvement » dans lequel il s’est vu voyager dans un vaisseau à travers une immense caverne sous le Grand Canyon. À une extrémité de la caverne se trouvaient les « ruines » d’une ancienne cité, et dans l’une des parois, il pouvait voir ce qui semblait être un dispositif de type ascenseur qui montait sur la paroi et disparaissait par le toit.

En 1994, un dossier est apparu sur Internet, provenant d’une personne qui prétendait être impliquée dans un groupe secret de jeunes Indiens Hopis, garçons et filles, qui étaient formés par des anciens Hopis et une race d’extraterrestres ressemblant à des humains, dont le nom de code était « BLUES ».

Les Bleus étaient des « guerriers vedettes » qui étaient en conflit avec les Gris, qu’ils appelaient les « Enfants du serpent », une race de vampires psychiques qui se nourrissent des passions, et dans certains cas du sang, des êtres humains. Les Bleus (les « Enfants de la Plume ») étaient l’une des nombreuses races de type humain qui avaient averti notre gouvernement qu’ils n’avaient rien à voir avec les Gris en premier lieu.

Les reptiliens se sont établis dans les systèmes souterrains sous la zone des 4 coins, dans les SYSTÈMES d’où les Hopis eux-mêmes étaient chassés par les sorciers reptiliens dans les temps anciens.

Les Hopis sont sortis par une grotte dans le Grand Canyon et, selon Hank Krastman qui prétend avoir visité la ville souterraine de Palatkwapi en dessous de l’Arizona, les Hopis d’aujourd’hui (habitation de surface et souterraine) considèrent toujours les Gris des systèmes des 4 coins et d’ailleurs comme leurs ennemis.

Selon Krastman, les habitants de Palatkwapi entretiennent une certaine interaction avec les races néo-Mayas du Mt Shasta qui maintiennent une grande ville souterraine près de Prescott/Groom Creek, en Arizona. Ils se sont également croisés avec des membres de la Fédération nordique ou « pléiadienne ».

En ce qui concerne Dulce, le chercheur Paris Flammonde a donné une fois ce qui semble être une description du réseau souterrain commun Illuminati-Gris de « Dulce » sous la zone des 4 coins, tel que décrit par le chercheur James Moseley :

« …Les signes de groupes de pression étranges, censés dissimuler la véritable signification des soucoupes volantes, ont commencé à apparaître au début des années 1950, les plus célèbres d’entre eux étant les « trois hommes en noir » et la « conspiration du silence », que le Major Keyhoe et d’autres considèrent comme un élément sinistre fonctionnant au sein de l’armée de l’air. Durant l’été 1956, le rédacteur en chef de SAUCER NEWS, James Moseley, a postulé un ajout à cette société énigmatique dans le numéro de juin 1956 de son magazine.

Il poursuit en disant que les soucoupes volantes, qui ont fait l’objet de recherches aux États-Unis en 1946, pouvaient atteindre une vitesse supérieure à quatre mille miles à l’heure et fonctionnaient à partir d’une base souterraine super-secrète située sous un État du sud-ouest :

“‘ L’ensemble du projet est si hautement classifié que les pilotes militaires ordinaires et même les enquêteurs en soucoupe de l’armée de l’air sur le projet Blue Book ne pourraient pas en avoir connaissance. En fait, ce type de soucoupe N’EST PAS construite par le gouvernement américain, par ce que nous comprenons ORDINAIREMENT par « GOUVERNEMENT ».

Aussi fantastique que cela puisse paraître… ces soucoupes sont en fait construites, utilisées et entretenues par une organisation qui est ENTIÈREMENT SÉPARÉE des branches militaires et politiques du gouvernement que nous connaissons. Bien qu’une poignée de personnes au sommet du gouvernement connaissent l’existence de ce projet, elles n’ont aucun contact direct avec lui… J’appellerai ce projet secret, « L’Organisation ».

James Moseley, selon Flammonde, « a considérablement développé les activités de cette sombre cabale avec des révélations très extravagantes. »

Dans son livre « ON THE SHORES OF ENDLESS WORLDS » – SUR LES RIVES DES MONDES SANS FIN, – Andrew Tomas relate le récit suivant :

« Le jésuite Agnelio Oliva (1572-1542) a enregistré les paroles d’un vieux lecteur de quipu inca selon lesquelles le vrai Tiahuanaco était une ville souterraine dépassant celle de surface dans l’immensité. On pensait que l’entrée des appartements souterrains pouvait être obtenue par quatre tunnels.

Au siècle dernier, un passage a manifestement été découvert lorsque des chasseurs de trésors ont réussi à y entrer, pour chercher de l’or, mais un seul en est sorti. Il a emporté avec lui deux lingots d’or, mais a laissé derrière lui sa santé mentale. Après cet incident, le gouvernement péruvien a décidé de murer l’entrée de la grotte… »

Ce tunnel, selon d’autres sources, était en fait caché parmi les ruines du Fort Sacsayhuaman à l’extérieur et au-dessus de la ville de Cuzco, au Pérou.

Les explorateurs auraient trouvé leur chemin dans d’anciennes grottes au trésor sous le Temple du Soleil à Cuzco, et la plupart d’entre eux se sont ensuite perdus dans le sombre labyrinthe, à l’exception de l’homme qui est revenu avec deux lingots d’or.

Il y a cependant des « rumeurs » selon lesquelles les tunnels sous Cuzco finissent par être reliés à d’autres tunnels sous Lima, au Pérou, ainsi qu’à différentes parties des Andes péruviennes, dont la région du lac Titicaca.

Le Dr Clifford Wilson, dans son livre « UFOS AND THEIR MISSION IMPOSSIBLE »  – LES OVNI ET LEUR MISSION IMPOSSIBLE –(1974., Signet Books, N.Y.) relate le récit suivant, soumis par l’officier de police et « kidnappé » Harold Schirmer (orthographié « Shermer » par d’autres), qui a fait l’objet d’expériences par le groupe d’extraterrestres connu sous le nom de « gris » :


« Il… a affirmé qu’on lui avait dit où se trouvaient les bases d’OVNI. Bien qu’il ne puisse pas le comprendre, il a déclaré qu’il y avait des bases OVNI à la fois sous terre et sous l’eau. Il s’est demandé si ces êtres ne faisaient pas attention à leurs propres intérêts, car ils ne donnaient aucune information qui pourrait les mettre en danger. Cependant, ils ont dit qu’une base se trouvait dans l’océan, loin de la Floride, en direction des Bermudes. C’est dans la région du tristement célèbre « triangle des Bermudes » où tant de navires et même d’avions ont mystérieusement disparu au cours de ce siècle.

« Schirmer a en outre appris que ce véhicule particulier était un bateau d’observation et que les occupants avaient été envoyés pour prélever des échantillons d’animaux et de végétation. Il s’est également rappelé qu’on lui avait dit que CERTAINS HOMMES avaient été utilisés dans des expériences d’élevage. Il était convaincu qu’on avait fait quelque chose aux CHEVAUX de ceux qui avaient été capturés, et il était certain qu’il avait lui-même été changé – comme en témoignait le fait qu’il avait auparavant caché des détails de l’observation. Par son obéissance, il était devenu presque un robot, prêt à faire tout ce qu’on lui disait de faire ».

Le 14 juillet 1974, un article de Stoney Brakefield est paru dans le journal de Pennsylvanie, NEWS EXTRA, relatant un incident qui aurait eu lieu en 1944 près de cette petite ville minière de charbon. Pourtant, en raison de sa nature, il avait été dissimulé pendant près de 40 ans jusqu’à ce que le fils de l’inspecteur des mines qui avait enquêté sur l’incident le révèle car son père (alors décédé) lui avait raconté.

Cet inspecteur des mines et un collègue enquêteur avaient été appelés pour enquêter sur un « effondrement » dans l’une des mines de Dixonville. Une quinzaine d’hommes avaient été tués ou étaient portés disparus lors de cette étrange catastrophe. Une fois à l’intérieur de la mine, les inspecteurs ont finalement trouvé la première victime. Bien que couché sous un bois cassé, entouré de pierres et de gravats, ils ont conclu que l’effondrement n’était certainement pas assez important pour tuer l’homme. Les inspecteurs ont été choqués de constater que le corps du mineur était lacéré par des griffes provenant d’une créature inconnue.


Ils ont continué et ont trouvé quelques autres corps, tous morts et dont certains portaient des marques de griffes similaires. Plusieurs autres mineurs avaient disparu et n’étaient plus visibles malgré les fouilles ultérieures. Cette tragédie a apparemment eu lieu après que les mineurs aient percé un ancien tunnel d’origine inconnue au fond de la mine.

Ce tunnel (à l’époque, les inspecteurs ne l’ont pas entièrement reconnu comme étant le passage ou la galerie récemment découverts) a ensuite été suivi par les inspecteurs à un angle d’environ 45 degrés vers le bas sur environ un demi-mile jusqu’à ce qu’ils arrivent à une « pièce » qui « semblait » être la fin du passage. À ce stade, le passage derrière eux s’est « simplement » effondré (de nombreux témoignages indiquent que ces créatures souterraines peuvent manipuler la terre et la roche et créer des « effondrements » à volonté, comme ce fut le cas lors de l’incident maltais mentionné plus haut dans le texte).

Une équipe de suivi a été envoyée pour croiser les inspecteurs pendant ce temps. Cette autre équipe a suivi les traces des inspecteurs dans le mystérieux tunnel et a finalement trouvé l' »effondrement » et a commencé à creuser dans l’espoir de retrouver les enquêteurs maintenant disparus. Pendant ce temps, un inspecteur (le père de l’homme qui a divulgué l’histoire à la presse) a soudain senti une sorte de « souffle chaud » dans la nuque. Il a fermé les yeux, trop terrifié pour voir ce qu’était cette « chose ». Alors que les autres travailleurs s’avançaient, la « créature » est partie par un chemin invisible, peut-être effrayée. L’autre inspecteur qui était avec lui, cependant, a observé toute la chose et, horrifié, il s’est exclamé : « Cette chose n’était pas de ce monde !

Un article sur « le souterrain » a été publié dans un premier numéro du magazine CAVEAT EMPTOR (P.O. Box 4553, Metuchen, NJ 08820-4533), et parle d’une rencontre physique avec une race souterraine, les HOMMES.

Le récit a été raconté par un individu dont la petite amie, « Laressa », lui avait téléphoné un soir. Elle était très secouée et en larmes, et lui a dit qu’un de ses amis à l’école l’avait invitée à faire une promenade avec elle dans la campagne.

Cette petite amie était un peu étrange, c’était une solitaire et elle disparaissait souvent et s’absentait de l’école pendant des jours, voire des semaines. Selon « Laressa », alors qu’ils roulaient à travers la campagne, cette fille a conduit sa voiture en direction d’une colline et avant qu’elle ne sache ce qui se passait, la colline s’est transformée en une « route » souterraine et ils se sont finalement retrouvés en plein milieu d’une ville souterraine. Elle a poursuivi en disant que la ville était habitée par les « D-Forces », un groupe humain qui utilisait le symbole du « loup » (sur les bijoux, etc.) et qui était en conflit avec un autre groupe humain appelé les « T-Forces ». Tous deux, a-t-elle appris, possédaient des engins de type « OVNI », et les T-Forces étaient moins puissantes, mais devenaient de plus en plus fortes chaque jour.

Cela pourrait-il être lié au scénario de Richard Shaver d’une bataille souterraine avec « Deros » et « Teros » ? La seule différence serait que les « Teros » de Shaver étaient essentiellement des gens amicaux et que son « Deros » semblait être un conglomérat de techno-sorciers humains dégénérés dont l’esprit et le corps ont été affectés par une exposition prolongée aux radiations, qui semblait être de mèche avec une « race » d’androïdes atlantes assoiffées de pouvoir qui avaient perdu leur contrôle il y a des milliers d’années et ce que Shaver appelle la « vermine de l’espace », une race d’hominoïdes reptiliens qui retourne sur la planète Terre pour récupérer ce qu’ils prétendent être leur planète natale.

Dans son livre « DARKNESS OVER TIBET » – L’OBSCURITÉ SUR LE TIBET -, Theodore Illion parle des habitants d’une ville souterraine située sous le Tibet, une ville que l’auteur lui-même prétend avoir découverte par hasard au cours de ses nombreux voyages en Extrême-Orient. Cette communauté souterraine aurait été dirigée par un puissant sorcier qui faisait partie de la société secrète internationale. Ce seigneur gardait les habitants de la ville souterraine, dont beaucoup étaient des personnes qui avaient « disparu » du monde d’en haut, sous un contrôle mental complet au point qu’ils manquaient de personnalité – leurs yeux étaient, selon Illion, vacants et vides, et leur vie était sans émotion et semblable à un bourdon, un peu comme une colonie de fourmis. En d’autres termes, ils se comportaient comme certains des êtres « MIB » qui ont été rencontrés par les témoins d’OVNI.

Ce sorcier aurait été en contact avec une race infernale (reptilienne ?) par l’intermédiaire d’un « puits sans fond » qui descendait à travers la ville elle-même. Lorsque Ted Illion a demandé au sorcier-chef où menait le puits, on lui a dit que s’il découvrait qu’il allait mourir : « …il y a de tels secrets. »  Illion a affirmé qu’il avait échappé de justesse à l’emprise hypnotique du sorcier et avait fui la ville. Après avoir survécu à une série de terrifiantes attaques poltergeist et psychiques dirigées contre lui par le sorcier, il a finalement retrouvé son chemin vers la civilisation et sa sécurité.

Au sujet des témoignages de Théodore Illion, lire aussi :

Rencontre avec un immortel

 

Nous allons maintenant citer l’une des nombreuses sources décrivant des rencontres avec ce qui pourrait bien être un vestige d’un réseau de « tunnels » antédiluviens que les Atlantes ou leurs contemporains avaient construit avant le déluge.

Le récit suivant a été donné dans une lettre qui a été soumise à AMAZING STORIES (qui se décrit comme un magazine de science-fiction/science factuelle), numéro de décembre 1946, p. 162. La lettre provenait d’un George A. Lehew de (à l’époque) 1918 W. Newport Ave, Chicago, ILL. Lehew a écrit :

« Messieurs… Je suis un lecteur d’AMAZING STORIES depuis très longtemps… Moi aussi, je connais une de ces entrées dans le monde d’en bas. Elle se trouve à une cinquantaine de miles au sud de Pittsburgh, dans la première chaîne des Allegheny Mountains. Mes expériences avec les grottes n’ont été que des explorations partielles, consistant à descendre à environ un mile et quart dans la grotte elle-même, et à en revenir.

La grotte EST VENTILÉE par le bas et reste à une température constante de 50 degrés, quelle que soit la température extérieure. C’est une série de salles ou de galeries avec des passages étroits de l’une à l’autre. Dans la sixième salle environ, il y a un grand tronc d’arbre qui n’a pas pu venir de la surface car la stratosphère (sic : « strates-sphère » – Branton) est presque entièrement exempte de failles locales ; et il n’a jamais pu descendre par les ouvertures de la grotte elle-même car elles étaient petites au sommet et continuaient à s’agrandir au fur et à mesure qu’elles s’enfonçaient.

« J’ai descendu aussi longtemps que j’ai pu trouver un chemin relativement facile – environ 45 degrés de descente tout le long – et je suis finalement arrivé à ce que je pensais être la fin de la grotte, car je ne voyais plus d’ouvertures dans les pièces, mais en examinant de plus près, j’ai trouvé à la place un trou, d’environ six pieds de diamètre, qui descendait directement dans la roche solide. J’ai tourné mon flash vers le bas et j’ai pu voir qu’il avait dû descendre tout droit sur au moins cent pieds, que les parois étaient parfaitement lisses et que le puits, ou trou, était parfaitement rond – aucune irrégularité apparente nulle part – je n’avais aucun moyen de descendre plus loin, alors j’ai remonté mes pas à travers les différentes pièces jusqu’au sommet de la montagne où la grotte s’ouvre sur ce monde.

J’ai fait des recherches discrètes auprès de plusieurs anciens de la région et j’ai découvert qu’en 1915, ou vers cette année-là, six géomètres ont pris leur équipement et ont passé un mois à explorer la grotte, en partant de l’entrée à 18 miles et en descendant à presque 8 miles sous le niveau de la mer. Je n’y suis jamais retourné, mais j’espère y retourner un jour dans le futur, avec une escorte, du matériel et des fournitures. J’aimerais certainement voir la machine qui a fait cet ennui !

Si vous avez des informations sur d’autres grottes dans cette région, faites-le moi savoir – elles peuvent aussi être liées à celle-ci, mais si elles le sont, leurs liens sont très profonds. De plus, si vous le pouvez, veuillez décrire l’équipement qui a permis de réaliser ce puits vertical. Oh, oui, un autre élément intéressant – les arpenteurs, dans leur exploration de la grotte, ont distinctement entendu le grondement de la MACHINERIE – mais leurs calculs ont prouvé qu’ils n’étaient pas à proximité d’une grande ville (surface), et qu’ils étaient trop profonds pour les bruits de surface autrement. Quelle est la réponse ?

Un autre récit traitant également des phénomènes et « créatures » souterrains est paru dans le numéro de juin 1945 de AMAZING STORIES, dans une lettre soumise à ce magazine par Jerry LaPriore (à l’époque) au 2024, Pleasant St.

La lettre disait :

« Vous avez demandé des histoires qui pourraient se rapporter aux… grottes. Un vieil homme a raconté cette histoire à ma mère en disant qu’elle était aussi vraie que la vérité elle-même : Cet homme et un ami étaient en train de chasser, acceptant cette fois d’aller dans une partie des bois où ils n’allaient pas normalement. Ils ont vu un cerf et l’ont poursuivi. Il a sauté à travers un buisson et ils l’ont suivi – pour se retrouver dans un environnement des plus étranges. Ils se trouvaient dans une immense caverne d’où partaient de nombreux passages.

Devant eux, se trouvait un homme ressemblant à un monstre qu’ils croyaient être le Diable lui-même. Le monstre les regarda, et les deux hommes se retournèrent. L’un d’eux s’est évanoui de peur, et l’homme qui a raconté l’histoire à ma mère a entraîné l’autre dans la panique, et ce faisant, s’est retrouvé tout aussi mystérieusement dans la forêt. L’ami du vieil homme est mort une semaine plus tard des suites du choc qu’il avait subi. Le vieil homme a ensuite essayé de retrouver la grotte, mais sans succès. Je sais que cette histoire est vraie parce que ma mère ne raconte pas de contes de fées et parce qu’elle y croit ».

En avril 1972, un lecteur a envoyé une lettre au magazine FATE décrivant ce qui, s’il est vrai, est peut-être l’une des plus remarquables « rencontres » avec une civilisation souterraine. La lettre, qui apparaissait sous le titre « ESPRITS OU ÊTRES SOUS-TERRANÉENS », déclarait :

« Il y a deux ans, mon petit fils Danny et moi jouions dans sa chambre lorsque nous avons entendu un bruit métallique aigu comme si un gros marteau en acier avait frappé trois fois le sol en béton du SOUS-SOL. Nous avons été tellement surpris que Danny s’est mis à pleurer. J’étais simplement curieux parce que j’avais entendu un bruit comme celui-là plusieurs mois auparavant dans ou sous le salon. « J’ai décidé de m’allonger sur le sol de la chambre, l’oreille tournée vers moi. J’ai clairement entendu le rugissement de la MACHINERIE ou plutôt un « bourdonnement ». En écoutant, j’ai entendu quelque chose ou quelqu’un bouger et s’agiter avec ce qui ressemblait à des machines.

« Je me suis rapidement levée et j’ai pris un petit marteau dans la boîte à outils de mon mari et j’ai commencé à taper sur le sol, 1-2-3, 1-2-3, etc. J’ai continué pendant environ cinq minutes quand, à ma grande surprise, l' »être » sous le sol a commencé à taper en arrière, 1-2-3, 1-2-3. En écoutant, j’ai entendu une série de bruits et de coups, puis une voix d’HOMME s’est mise à parler, non pas à moi mais à quelqu’un d’autre. Ses mots étaient trop étouffés pour être compris.

« J’ai appelé la police locale et j’ai demandé s’il y avait des installations souterraines dans notre ville et ils ont dit qu’il n’y en avait pas.

« Fréquemment après cela, je plaçais mon oreille au sol et j’entendais toujours le bourdonnement des machines mais plus jamais la voix de l’homme.

« Je pense que les races humaines vivent loin sous la terre dans de vastes réseaux de cavernes et qu’elles ont accès à des machines miraculeuses qui peuvent projeter du son et même des images à la surface de la terre.

Je me demande si nous confondons ces êtres souterrains avec des esprits ?WANDA LOCKWOOD, BAKERSFIELD, CALIF. »

Un chercheur du nom de Frank D. Adams a écrit sur les résultats de ses propres expériences scientifiques personnelles qui pourraient prouver que des cavités géantes existent dans le granit à des profondeurs de plus de 11 miles, conclusions qui ont également été soutenues par Louis V. King, un mathématicien qui a calculé qu’à des températures normales, une cavité existerait à une profondeur comprise entre 17,2 et 20,9 miles. Les conclusions des auteurs sont également étayées par les « 16 ceintures de réchauffement » récemment découvertes, qui donnent des plans de fracture pénétrant le globe.

Le Dr Ron Anjard, dans un article paru dans le numéro de l’été 1978 du magazine PURSUIT, a affirmé avoir une connaissance personnelle de 44 villes souterraines sous la surface de l’Amérique du Nord, dont six seraient situées sur la côte ouest. Ses informations proviennent de sources amérindiennes anonymes.

Si l’on met cela en relation avec un grand nombre de légendes de migration (vers et depuis les royaumes des cavernes) qui existent chez les Amérindiens, on peut alors conclure que certaines tribus conservent une connaissance intime des civilisations souterraines qui leur sont liées par des liens ancestraux lointains.

Dans le cas des Indiens Hopi, selon le Dr Hank Krastman, certains anciens Hopi maintiennent encore aujourd’hui des contacts avec leurs tribus cousines souterraines.

Il y a également des indications que des tribus entières sont littéralement passées sous terre suite à l’invasion anglosaxonne de l’Amérique. Des allégations similaires sont faites à l’égard des Mayas, des Incas et de plusieurs autres tribus d’Amérique centrale et du Sud.

Karl Brugger, dans son livre « THE CHRONICLE OF AKAKOR – LA CHRONIQUE D’AKAKOR » (Boohi Tree Books., Delacorte Press., N.Y., 230 pp), donne l’histoire – telle qu’elle a été donnée à l’auteur par un de leurs chefs – de la tribu Ugha Mongulala, dont les ancêtres auraient fait partie d’un vaste empire qui couvrait l’Amérique du Sud dans les temps anciens.


Selon le chef, certains de ces anciens peuples ont quitté la planète dans des vaisseaux aériens pour explorer d’autres parties du système solaire et au-delà, laissant derrière eux de vastes villes souterraines sous les montagnes des Andes et dans l’ouest du Brésil.

En 1971, en raison de l’empiètement constant des colons blancs ou des envahisseurs sur leur territoire, 30 000 survivants de l’Ugha Mongulala se seraient échappés vers cet ancien système de villes souterraines, constitué de 13 complexes souterrains distincts tous reliés par des tunnels, dont l’un s’étendrait jusqu’à Lima, et d’autres sont situés dans toute la cordillère des Andes au Pérou.

Lire sur ce sujet :

L’Hyperborée et la Chronique d’Akakor

Dans son article « GREEN THING SPARKS RUMORS » – UNE CHOSE VERTE FAIT COURIR DES RUMEURS – (THE VALLEY NEWS DISPATCH, New Kensington, Tarentum and Vandergrift, PA, 5 mars 1981), Michael Burke décrit une petite créature ressemblant à un lézard, qui a été vue marchant sur deux pattes comme un homme, mesurant environ 1,5 m et qui serait « moitié humanoïde et moitié dinosaure ».

La créature a été vue sortant d’un tunnel d’égout près de New Kensington. Un groupe d’enfants a poursuivi le bébé ou le jeune dinosaure, l’un des plus courageux d’entre eux l’a momentanément attrapé par derrière, et a alors émis un grincement ou un cri, puis a glissé de ses mains et s’est échappé dans le tunnel d’égout. Lors de rencontres ultérieures, les enfants ont tenté de verser de l’essence sur la créature et de l’enflammer, bien que la plus grande partie du carburant soit tombée sur le sol, et le reptiloïde s’en est sorti indemne.

Le Dr Earlyne Chaney, dans un article intitulé « ODYSSEY INTO EGYPT » – L’ODYSSÉE EN ÉGYPTE -(paru dans son magazine occulte VOICE OF ASTARA – mai 1982), raconte une découverte qu’elle et le chercheur Bill Cox ont faite lors de leur voyage en Égypte.

Leurs guides ont confié aux deux mystiques leur connaissance de deux tunnels, dont aucun n’avait été entièrement exploré. L’un se trouvait dans le temple d’Edfou, entre Louxor et Le Caire, dans les ruines d’El Tuna Gabel ; et l’autre près de la pyramide à degrés de Zoser au Caire, près de Memphis-Saqqarah, dans la tombe du taureau, appelée « Serapium ».

Le gouvernement égyptien aurait scellé les deux tunnels par crainte de certains archéologues qui craignaient que les tunnels « mènent trop profondément dans les profondeurs de la terre », et parce qu’ils ont trouvé que la terre était « alvéolée avec des passages menant à d’autres profondeurs », et la possibilité que les explorateurs se perdent.

Si de tels labyrinthes existent, cela pourrait expliquer une histoire concernant des hommes étranges habillés comme des « anciens Egyptiens » qui ont été vus, selon des témoins, au fond de tunnels inexplorés sous la région du Caire et des grandes pyramides.

Cela pourrait également être une confirmation possible d’un compte rendu paru dans la publication « LEADING EDGE » de NEVADA AERIAL RESEARCH, selon laquelle le gouvernement américain ( ?) maintient secrètement une ÉNORME base dans une caverne de taille énorme (plusieurs miles de diamètre) sous les sables du désert d’Égypte.


Cela pourrait-il être lié aux vagues références à la culture ou aux cultures souterraines connues sous le nom d' »Empire du Phénix » (selon le « Commandant X », qui prétend que des représentants de cet empire ont été vus dans les niveaux plus profonds de la base « Dulce ») ; et au peuple « Gizeh » ou « Giza » (un culte souterrain d’impérialistes de type Illuminati qui, comme le prétendent les « Pléiadiens », travaille avec d’autres groupes de pouvoir dans une tentative secrète de prendre le contrôle des gouvernements de la planète Terre) ?

Aller vers la 4ème partie

Compilé par ‘The Group’ – Edité par ‘Branton’

Voir tous les articles de la sous-catégorie : Secrets du Mojave


Que pensez-vous de cet article ? Inscrivez-vous et rejoignez la conversation





Merci à tous pour votre soutien.

Beaucoup d'entre vous sont avec moi, par le coeur et la pensée, et je vous transmet ma gratitude.

Vous pouvez assurer la continuité de ce site de plusieurs manières : En partageant les articles que vous avez aimé. En achetant vos livres et vos produits préférés sur Amazon via ce site. Ou, si vous en avez la possibilité, en faisant un don (si minime soit-il). Recevez toute ma gratitude... Mon Amour vous accompagne...


Votre aide est importante pour continuer...




ELISHEAN777 Communauté pour un Nouveau Monde  © Elishean/2009-2020


Tags:
0 Commentaires

Laisser une réponse

Imaginer un Nouveau Monde © Elishean 2009 - 2020

CONTACT

Vous pouvez nous envoyer un e-mail et nous vous répondrons dès que possible.

En cours d’envoi
Aenean felis leo. Nullam dictum tempus
ou

Vous connecter avec vos identifiants

ou    

Vous avez oublié vos informations ?

ou

Create Account

%d blogueurs aiment cette page :