Divulgation Cosmique

Les militaires brésiliens ont capturé des humanoïdes extraterrestres en 1996


En janvier 1996, plusieurs extraterrestres auraient été capturés par l’armée brésilienne dans la ville de Varginha, après avoir été vus par plusieurs témoins civils. Bob Pratt, qui a beaucoup voyagé au Brésil et a interviewé la plupart des témoins et des chercheurs impliqués dans l’enquête sur Varginha, présente cette mise à jour sur l’affaire.

L’ »incident de Varginha », au Brésil, impliquant la capture présumée d’extraterrestres, a été révélée pour la première fois après qu’une créature humanoïde ait été aperçue accroupie dans un terrain vague le 20 janvier 1996.


L’enquêteur initial était Ubirajara Rodrigues, alors âgé de 42 ans, avocat et professeur d’université qui effectuait des recherches sur les OVNI depuis la fin des années 1970.

Il a commencé son enquête après avoir entendu parler de l’observation quelques jours plus tard. Début février, il a été rejoint par Vitorio Pacaccini, alors âgé de 32 ans, courtier d’import-export dans la capitale de l’État, Belo Horizonte, à 305 kilomètres au nord.

Pacaccini, ufologue depuis son adolescence, a grandi à Tres Coracoes, une ville située à 25 kilomètres à l’est de Varginha, où sa mère, veuve, vit toujours. Comme son travail lui laisse beaucoup de temps libre, M. Pacaccini – qui gère également les trois exploitations de café de sa famille – a pu consacrer une grande partie des huit à dix mois suivants à l’enquête, même si, en fin de compte, il a négligé son entreprise et a dû travailler dur pour la relancer au début de cette année.

L’histoire de base est qu’à 3h30 de l’après-midi du 20 janvier 1996, deux jeunes adolescentes et une jeune femme (alors âgées de 14, 16 et 22 ans) ont vu une étrange créature humanoïde alors qu’elles prenaient un raccourci à travers un terrain vague.

Elle les a tellement effrayées qu’elles ont pris la fuite, courant jusqu’à leur domicile situé à un kilomètre et demi de là.

Plus tard, au fil de l’enquête, Ubirajara a appris que la police militaire (l’équivalent de la police d’État aux États-Unis) avait capturé une créature plus tôt dans la journée dans des bois situés à trois pâtés de maisons du terrain vague, ce qui signifie qu’il y avait maintenant deux créatures impliquées.

Puis un témoin a raconté avoir vu des soldats armés fouiller les mêmes bois en début d’après-midi, avoir entendu trois coups de feu, puis avoir vu deux sacs mortuaires (l’un se tortillant, l’autre immobile) être chargés dans un camion de l’armée.

Vers 18 heures ce jour-là, une autre créature (peut-être celle que les trois jeunes femmes avaient vue deux heures et demie plus tôt) a été capturée dans la même zone. En avril, une femme a vu une autre créature au zoo de Varginha. En mai, un automobiliste en a aperçu une autre près d’une autoroute à l’est de Varginha ; et plus tard encore, une septième créature a été vue à Passos, une ville située à une certaine distance au nord.

A la fin de l’année 1996, un nouveau témoin s’est présenté, affirmant avoir vu un crash d’OVNI près de Varginha au début du mois de janvier.


Varginha est une ville très vivante et animée d’environ 120 000 habitants, située dans le sud du Minas Gerais, un immense État qui compte des milliers de villes et de villages, des millions d’habitants (Belo Horizonte, la capitale de l’État, est aussi grande que Chicago), de nombreuses mines et autres ressources naturelles et beaucoup d’industries, dont un certain nombre d’usines de construction automobile.

L’économie du Minas Gerais est plus importante que celle du pays du Chili. Varginha, à 330 kilomètres au nord-ouest de Rio de Janeiro, possède un certain nombre d’industries mais est aussi l’un des principaux centres d’exportation de café du pays, et se qualifie elle-même de capitale du café du Brésil.

Elle compte trois hôpitaux et quatre universités. Comme il s’agit d’un pays montagneux, elle s’étend sur plusieurs collines. Contrairement à certains rapports américains et Internet, il n’y a pas de jungle ou de grands animaux prédateurs dans un rayon d’au moins 1 500 km. La campagne est luxuriante et verte.

Au début du mois d’août 1997, je suis allé au Brésil pendant deux semaines car je voulais en savoir plus sur l’affaire Varginha. Cynthia Luce, une représentante américaine du MUFON qui vit au Brésil, et moi-même étions à Varginha en mars 1996, deux mois seulement après la révélation des incidents. Nous avons passé quatre jours avec Ubirajara et Pacaccini (je connaissais Ubirajara depuis 1979 et Pacaccini depuis 1991), mais depuis lors, je n’avais rien entendu de première main sur l’enquête en cours.

Lors de ce voyage, Cynthia et moi avons passé trois jours à Varginha et quatre autres dans la ville voisine de Sao Lourenco, où Ubirajara animait un congrès sur les ovnis, et nous avons pu lui parler de l’affaire à plusieurs reprises. Cependant, nous avons rarement eu toute son attention.

À Varginha, il était occupé par son cabinet d’avocat la plupart du temps pendant la journée et enseignait le soir dans l’une des universités de la ville (il est professeur de droit et de philosophie et est vice-directeur du département des sciences juridiques de l’université). Cependant, il a pu nous emmener sur différents sites liés à l’affaire. Nous avons également eu une visite imprévue avec un témoin clé qui a toujours peur d’être identifié.

Nous avons également passé environ une heure avec Liliane Silva, l’une des trois jeunes femmes dont l’observation d’une étrange créature le 20 janvier 1996 a déclenché l’enquête sur Varginha. Nous avions longuement parlé avec Liliane, sa sœur Valquiria et Katia, la troisième femme, au domicile des Silva en mars 1996. Cette fois, nous avons interrogé Liliane principalement sur la mystérieuse visite nocturne de quatre hommes qui ont tenté de les amener, elle et sa sœur, à nier publiquement leur histoire, comme nous le racontons ci-dessous.

Je suis rentré du Brésil plus convaincu que jamais que l’affaire Varginha est valable et solide.

La plupart des principaux incidents de l’affaire se sont produits dans ou près des bois qui séparent les quartiers de Jardim Andere et Santana, à environ deux kilomètres à l’est du centre-ville de Varginha. Les bois s’étendent sur un peu plus d’un kilomètre du nord au sud, le long d’un petit ruisseau, et font 200 à 300 mètres de large d’est en ouest. Une rue est-ouest reliant Jardim Andere et Santana coupe les bois en deux. Une seule voie ferrée traverse la zone et longe la limite ouest de la forêt.

Voici quelques-uns des détails qui nous ont été donnés en août, principalement par Ubirajara :


Dans son livre de novembre 1996 sur l’affaire, intitulé Incidente em Varginha, Pacaccini raconte qu’un officier non identifié de l’armée de l’air brésilienne lui a confié que le NORAD avait repéré un ou plusieurs ovnis dans le ciel du Minas Gerais, se dirigeant vers la région de Varginha, et qu’il en avait informé les autorités brésiliennes. Celles-ci ont à leur tour alerté une grande base militaire à Tres Coracoes, juste à l’est de Varginha. Selon Ubirajara, la date était le 13 janvier 1996, mais on ne sait pas à quelle heure du jour ou de la nuit.

Ce même jour, le 13 janvier, après le lever du soleil – selon Claudeir Covo, un ufologue de Sao Paulo, et Ubirajara – un pilote d’ULM nommé Carlos Souza roulait vers le nord de Sao Paulo sur l’autoroute de Belo Horizonte. Vers 8 heures du matin, il se trouvait à environ cinq kilomètres au sud de l’intersection de l’autoroute Varginha-Tres Coracoes (elle-même à environ 15 kilomètres de Varginha) lorsqu’il a entendu un bruit étrange.

Il a pensé que quelque chose n’allait pas avec son pick-up et s’est arrêté. Lorsqu’il est sorti, il s’est rendu compte que le bruit provenait d’un vaisseau en forme de cigare situé à environ 120 mètres dans les airs, non loin de là et sur le côté gauche de l’autoroute. L’engin avait des fenêtres sur le côté et ce qui semblait être un grand trou dentelé à l’avant, une longue « fente » remontant jusqu’au milieu de l’engin, et de la fumée ou de la vapeur sortant de la « fente ». L’engin se déplaçait vers le nord.

Souza a sauté dans son pick-up et a suivi l’OVNI. L’engin a traversé l’autoroute sur la droite (est) et a fini par passer au-dessus de quelques petites montagnes, avant de plonger brusquement et de disparaître. Souza a pensé qu’il s’était écrasé et a cherché désespérément une route qui le conduirait dans la région. Après 20 à 30 minutes, il a trouvé un chemin de terre et s’y est engagé.

Quelques minutes plus tard, il a franchi la crête d’une colline et a vu des débris éparpillés sur une vaste zone, ainsi qu’une quarantaine de soldats armés, deux camions, un hélicoptère, une ambulance et plusieurs voitures. (Le site est proche de Tres Coracoes, où se trouve la base de l’armée.) Souza s’est arrêté et a pu ramasser un morceau de matériau très léger qui a flotté jusqu’au sol lorsqu’il l’a lâché, mais des soldats armés de fusils se sont précipités vers lui et lui ont ordonné de partir sur-le-champ.

Il a été tellement choqué qu’il a abandonné son voyage et est reparti vers Sao Paulo. Après quelques minutes, il s’est arrêté dans un restaurant pour réfléchir à ce qu’il avait vu. Il y était encore deux heures plus tard lorsqu’une voiture s’est arrêtée avec deux hommes en civil mais avec une coupe de cheveux et un port militaire. L’un d’eux s’est approché de lui, lui a demandé s’il s’appelait Carlos Souza, puis lui a donné de nombreuses informations personnelles le concernant (toutes rapidement accessibles par l’ordinateur de la police une fois le numéro de permis connu) et l’a averti de ne pas raconter ce qu’il avait vu.

Une dictature militaire de 20 ans a pris fin au Brésil il y a quelques années seulement, et Souza a eu peur. Plusieurs membres de sa famille ayant « disparu » pendant la dictature, il s’est tu, ne parlant à personne d’autre que sa femme et deux amis proches. Il n’a appris ce qui s’était passé à Varginha que sept ou huit mois plus tard, lorsqu’il a vu un article de Claudeir Covo dans un magazine de Sao Paulo. Il a contacté Covo, qui a fini par le persuader de retourner à Varginha avec lui et Ubirajara pour leur montrer où il avait vu l’épave.

Pendant toute la semaine du 13 au 20 janvier, les enquêteurs ont appris qu’il y avait beaucoup de mouvements militaires dans toute la région de Tres Coracoes-Varginha – des troupes armées dans des camions et autres véhicules de la base militaire.

Puis, peu après 1 heure du matin, le 20 janvier, un couple de fermiers vivant à dix kilomètres à l’est de Varginha a été réveillé par le bétail en train de ruer et a vu l’objet en forme de « sous-marin » ou de cigare, d’où sortait de la fumée ou de la vapeur, se déplacer lentement à environ cinq mètres du sol.

Selon M. Ubirajara, l’objet se déplaçait si lentement qu’il lui a fallu 45 minutes pour disparaître au-dessus d’une crête située à quelques centaines de mètres. Claudeir Covo pense que le couple s’est peut-être trompé de date et a peut-être vu l’OVNI une semaine plus tôt, le 13 janvier au lieu du 20 janvier – le même objet que celui vu par Souza. Cependant, nous n’avons jamais eu l’occasion de parler plus longuement avec Ubirajara à ce sujet.

L’action suivante s’est produite vers 8 h ou 8 h 30 le 20 janvier, lorsque les pompiers de Varginha ont reçu un appel indiquant qu’un animal sauvage avait été aperçu près des bois du quartier de Jardim Andere. Au Brésil, les pompiers (tous membres de la police militaire) sont chargés de capturer les chiens enragés, les animaux sauvages, les serpents dangereux, etc. Quatre pompiers sont intervenus dans un camion de pompiers.


Ils ont trouvé cinq civils – un homme, une femme et trois garçons de 12 à 14 ans, tous passants – sur les lieux, observant une créature qui avait dévalé un talus abrupt en direction des bois. Les garçons avaient jeté des pierres sur la créature pour la faire réagir, mais la femme les a fait arrêter.

Les pompiers ont immédiatement demandé aux cinq de partir, puis ils ont descendu la berge, traversé la voie ferrée et sont entrés dans les bois à la recherche de la créature. Varginha est très vallonnée avec peu de zones planes. De l’endroit où le camion était garé dans la rue la plus proche du bois, il y a environ 100 mètres et c’est une pente très raide, avec un bon 50 mètres de dénivelé.

Un sentier en dents de scie s’étend sur toute la longueur de la pente. Près du bas, il y a une tranchée de chemin de fer. Quiconque emprunte le chemin doit glisser jusqu’aux rails, les traverser, puis grimper sur environ cinq mètres de l’autre côté de la tranchée, où le chemin continue, passe par une vieille clôture et entre dans les bois. C’est un chemin traître et remonter est encore plus difficile (je le sais). Quiconque transporte quelque chose sur la rive a une tâche difficile.

Il a fallu deux heures aux pompiers pour capturer la créature, en partie parce qu’elle ne cessait de s’enfuir dans les buissons denses, et en partie peut-être parce qu’ils avaient peur de ce qu’elle était. Certains rapports affirment qu’elle dégageait une forte odeur nauséabonde.

Je suis moi-même allé dans les bois et il est facile de comprendre pourquoi la créature a pu leur échapper pendant si longtemps. On ne voit pas très loin et le sol est difficile à fouler. J’entendais des voitures et des camions tout le temps mais je ne les ai jamais vus. Et c’est un terrain accidenté, tout en montée et en descente, avec presque aucune zone plate.

Apparemment, à un moment donné pendant les recherches, l’un des pompiers est retourné au camion et a contacté son commandant par radio, lui a dit ce qui se passait et lui a demandé de les rejoindre. Lorsque la créature a finalement été capturée et ramenée en haut de cette longue colline, le commandant était arrivé, ainsi qu’un camion de l’armée avec deux officiers et un sergent (peut-être prévenus par le commandant des pompiers). La créature a été remise aux hommes de l’armée avec peu ou pas de discussion et tout le monde est parti.

Vers 2 heures de l’après-midi, un joggeur a vu sept soldats armés traverser une petite passerelle du quartier de Santana vers un immense pâturage situé immédiatement au sud du bois. Le pont se trouve au bas d’une longue colline en pente qui mène, à travers le pâturage, à la voie ferrée et, plus haut, à la rue où le camion de pompiers s’était garé le matin même.

Deux des sept soldats portaient ce qui semblait être des fusils automatiques et tous portaient des armes de poing. De la passerelle à la rue au-dessus des bois, il y a au moins 600 mètres, peut-être plus. Le joggeur avait l’intention de prendre un raccourci pour traverser la passerelle mais a décidé de ne pas le faire à cause des soldats. Les soldats ont remonté la colline et inspecté un petit bosquet d’arbres près de la voie ferrée, ils n’ont rien trouvé, puis ils sont repartis vers le grand bois, en se déployant en V. Le jogger les a vus entrer dans le bois, mais ils n’ont rien trouvé.

Le témoin a poursuivi son jogging puis a tourné vers l’est dans la rue qui coupe le bois en deux, en direction du quartier de Santana. Une minute ou deux plus tard, le témoin a entendu trois coups de feu distincts – Pan ! Pan ! Pan ! comme s’ils sortaient d’un fusil, il est devenu curieux et a rebroussé chemin sur trois ou quatre pâtés de maisons jusqu’à la rue qui donne sur les bois.

À ce moment-là, un camion de l’armée était garé là (à peu près à l’endroit où le camion de pompiers s’était trouvé plus tôt) et le témoin a pu voir quatre des soldats qui se débattaient sur la longue berge escarpée avec deux sacs, deux soldats par sac. L’un des sacs se tortillait comme si quelque chose de vivant s’y trouvait, mais l’autre ne bougeait pas. D’autres soldats sont à l’intérieur du camion. Les sacs ont été hissés dans le camion et celui-ci a démarré en trombe.

Ni le témoin ni les enquêteurs ne savent ce que contenaient les sacs, mais on peut supposer qu’il n’était pas nécessaire d’avoir sept soldats armés pour capturer un animal sauvage alors que quatre pompiers sans armes avaient capturé une créature tout à fait inhabituelle dans les mêmes bois plus tôt dans la journée.

Au crépuscule, vers 18 heures, une courte mais violente tempête de grêle (tout à fait inhabituelle pour cette période de l’année) s’est abattue sur Varginha, brisant les fenêtres, les pare-brise et causant d’autres dégâts – et effaçant toute empreinte ou trace de la créature que les trois jeunes femmes avaient vue. Pendant cette tempête inattendue, deux policiers militaires ont repéré une autre créature (probablement celle que les trois jeunes femmes avaient vue) dans la zone de Santana-Jardim Andere, non loin du bois, ont pu la saisir et la mettre à l’arrière de leur véhicule.

Pendant ou juste après l’orage, l’un des agents, un homme d’une vingtaine d’années, s’est arrêté chez sa mère, trempé jusqu’aux os par la pluie, lui a dit qu’il allait travailler toute la nuit et lui a demandé de dire à sa femme qu’il ne serait pas à la maison pour le dîner. Il a changé de vêtements et est parti.


Ce même officier est tombé très malade quelques jours plus tard en raison d’une infection inhabituelle, n’a pas réagi au traitement et est décédé le 15 février. Sa famille est convaincue qu’il a été impliqué dans la capture de la deuxième créature et aurait poursuivi la police militaire parce que la cause de sa mort n’a jamais été expliquée, que les résultats d’une éventuelle autopsie n’ont jamais été révélés et que son dossier officiel aurait été modifié pour indiquer qu’il n’était même pas en service cette nuit-là.

Une nuit du début du mois de mai, quatre hommes vêtus de costumes sombres et de cravates frappent à la porte d’entrée de la maison des Silva.

Les deux sœurs, Liliane et Valquiria, et leur mère, Luiza, étaient endormies (les autres membres de la famille travaillaient ou étaient à l’école). Mme Silva pensait que les hommes étaient liés à Ubirajara, mais il s’agissait en fait d’étrangers.

Le temps qu’elle s’en rende compte, les hommes étaient entrés doucement dans la maison et avaient insisté pour parler aux deux sœurs. Tous se sont réunis dans le petit salon, les filles et la mère sur un canapé, les quatre hommes sur un autre en face d’elles. L’un d’entre eux avait environ 50 ans, les autres une trentaine d’années. Ils étaient polis mais d’humeur professionnelle. Seuls l’homme le plus âgé et l’un des autres parlaient.

Les hommes ne se sont jamais identifiés mais ont passé plus d’une heure à essayer de persuader les filles de changer leur histoire et ont même laissé entendre qu’ils seraient payés si elles faisaient leurs démentis publiquement à la télévision. Craignant d’objecter, Luiza a dit qu’elle allait y réfléchir. Les hommes sont finalement partis mais leur ont dit de ne pas les suivre pour essayer de voir quel type de voiture ils conduisaient. On ne les a jamais revus et les filles ne sont pas revenues sur leur histoire.

En 1997, des informations ont circulé sur Internet selon lesquelles les filles demandaient 200 dollars pour une interview. Liliane a paru choquée et surprise lorsque je lui ai demandé si c’était vrai. Elle l’a catégoriquement nié.


En avril 1996, une femme d’âge moyen, assise seule sur la véranda sombre d’un restaurant du zoo alors qu’elle fumait une cigarette après le repas, a vu une étrange créature la regarder par-dessus une balustrade à quelques mètres de là.

Une nuit de mai, un étudiant d’université conduisant sur l’autoroute Varginha-Tres Coracoes a repéré une créature qui avait commencé à traverser l’autoroute. Son aspect était si étrange qu’il en était effrayant. Elle s’est enfuie dans les buissons lorsqu’elle a vu la voiture. Plus tard, lorsque les enquêteurs ont ramené l’étudiant sur le site, ils ont réalisé que celui-ci se trouvait juste à côté de la ferme où le couple avait vu l’OVNI en janvier.

Enfin, en novembre, l’ufologue et écrivain espagnol J.J. Benitez, dont les livres sont publiés au Brésil, a rendu furieux pratiquement tous les enquêteurs brésiliens sur les OVNIs lorsque (selon Ubirajara, Pacaccini et d’autres) il a fait une visite rapide de six heures à Varginha sans contacter aucun des enquêteurs ou des témoins, a trouvé trois trous en forme de triangle dans le pâturage près des bois, puis est retourné à Sao Paulo, a organisé une conférence de presse et a annoncé que lui et lui seul avait trouvé des marques d’atterrissage faites par l’OVNI qui a amené les créatures à Varginha – ce qu’aucun des Brésiliens n’avait été capable de faire.

Je ne connais les déclarations de Benitez que de seconde main. Mais lors de ma récente visite à Varginha, Ubirajara a montré à Cynthia Luce et à moi-même les trois trous que Benitez a trouvés. Ils se trouvent dans le pâturage, à 75-100 mètres de la lisière du bois, sont répartis de manière inégale (environ 8,5 par 9 par 7,5 mètres) sur une partie escarpée entourée de zones plus plates et sont à côté d’un arbre qui, selon Benitez, était mort. Ubirajara affirme qu’à sa demande, un physicien et un agronome ont examiné les trois trous.

Leur conclusion, consignée dans un rapport (selon M. Ubirajara), est que deux des trous ont été creusés par une pelleteuse, les tas de terre excavés, depuis longtemps presque emportés par les pluies, se trouvant à côté. Et le troisième trou était une fourmilière qui s’était effondrée et enfoncée sur elle-même. Benitez a également déclaré avoir trouvé des insectes desséchés à l’intérieur du triangle formé par les trous, mais les scientifiques d’Ubirajara ont déclaré que les insectes desséchés se trouvaient partout dans le pâturage.

L’arbre « mort » était bien vivant lorsque nous l’avons vu en août, et le troisième trou était très différent des deux autres, qui ressemblaient à des trous de poteau. Tous trois étaient situés dans l’une des parties les plus escarpées du pâturage, peut-être l’endroit le plus difficile à trouver dans la région si un OVNI s’y était posé comme le prétendait Benitez. Cela fait presque un an qu’il a visité Varginha, mais la simple mention de son nom provoque toujours une réaction de colère de la part des ufologues brésiliens.

Bob Pratt

Source


Que pensez-vous de cet article ? Inscrivez-vous et rejoignez la conversation


Merci à tous pour votre soutien.

Beaucoup d'entre vous sont avec moi, par le coeur et la pensée, et je vous transmet ma gratitude... Vous pouvez assurer la continuité de ce site de plusieurs manières... En partageant les articles que vous avez aimé... En achetant vos livres et vos produits préférés sur Amazon via ce site... En faisant un don sécurisé sur Paypal... Ou les trois en même temps... Recevez toute ma gratitude... Mon Amour vous accompagne...


Veuillez aider à soutenir les médias alternatifs. Nous suivons la vérité, où qu'elle mène. Votre aide est importante... Merci







Elishean777 : Communauté pour un Nouveau Monde © elishean/2009-2021


Articles similaires

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page
%d blogueurs aiment cette page :

Adblock détecté

Merci de désactiver votre bloqueur de publicité pour naviguer sur le site.