Divulgation Cosmique

Les contactés extraterrestres et le sens du Sacré. Vers une exo-hiérologie

Les attitudes, les idéaux et les sentiments d’individus latino-américains spécifiques qui auraient été en contact avec des êtres extraterrestres qui – à en juger par leurs actions dans des termes humains raisonnables – semblent clairement valoriser le libre arbitre conscient ou l’autodétermination sont étudiés.

Des qualités associées à un « sens du sacré » récurrent sont reconnues dans les expériences de contact racontées par ces individus qui dans le passé étaient relégués comme « pseudo-religieux » et, ainsi, comme « non crédibles » par les ufologues, les intellectuels, les scientifiques et les d’autres personnes ayant fait des études universitaires et ayant un sens strict et dichotomique de la réalité.

Ce « sens du sacré » (peut-être jusqu’ici beaucoup plus facile à intégrer dans les cultures latino-américaines) peut être plus adapté à une vision intuitive, interaction holistique avec des êtres vivant sous une réalité et une technologie plus connectives.

Cela rendrait une «exo-hiérologie» ou une étude d’un sens (partagé) du sacré précieux pour des relations homme-extraterrestres politiquement appropriées. Cela pourrait nous montrer comment nous pouvons naturellement accepter la présence extraterrestre sans tomber dans la panique ou attirer une interaction avec des types extraterrestres moins respectueux.

Les personnes contactées illustrant des moyens pacifiques d’initier et de maintenir des formes de contact mutuellement respectueuses peuvent être crédibles et ne devraient pas être toutes rejetées du même coup. Leur expérience peut être utile pour favoriser une exopolitique plus facile à vivre, participative et nécessaire. Cela rendrait une «exo-hiérologie» ou une étude d’un sens (partagé) du sacré précieux pour des relations homme-extraterrestres politiquement appropriées. Cela pourrait nous montrer comment nous pouvons naturellement accepter la présence extraterrestre sans tomber dans la panique ou attirer une interaction avec des types extraterrestres moins respectueux.

Introduction

Grâce au bon sens non-trompeur, mais simple, et à l’analyse critique des histoires d’interaction ET-humain cohérentes, nous réalisons que certains extraterrestres affichant une réelle bienveillance comportementale à travers des activités interactives à long terme semblent se connecter plus spécifiquement avec certains individus liés à un modèle de caractéristiques régionales, historiques, culturelles.

Dans le cas des contactés avec les groupes extraterrestres bienveillants, ces caractéristiques culturelles incluent un SENS marqué du SACRÉ pour lequel la fierté souvent associée à un sentiment d’existence en tant qu’ego séparé et auto-affirmant est sublimée pour une cause plus grande.

²

Je pense aussi qu’un niveau minimum ce sens est également présent d’une manière ou d’une autre dans presque tous les autres « expérimentateurs » qui se sont finalement habitués à ce qui leur arrive et autant qu’il est présent (à divers degrés) dans la plupart – sinon tous – des groupes ET capables de transcender l’espace-temps et d’interagir avec nous.

Acquérir un sens PROFOND et consciemment compris du sacré serait nécessaire pour être capable de participer à une communauté cosmique « transdimensionnelle » et raconter, interpréter et retransmettre ce qu’est un groupe particulier d’ET.

Exo Hiérologie

Alors que le mot « sacré » dérive du latin « sacrum » (qui signifie des choses se rapportant à Dieu ou aux dieux), il est généralement associé au mot anglais « Saint » dérivé du mot écossais « hale » (qui signifie ce qui est complet et sain et sauf). Ces étymologies nous amènent à penser à une connexion sacrée et sainte avec le Cosmos, une connexion qui pourrait être nécessaire à tous les groupes extraterrestres (bienveillants ou non) s’ils sont capables d’opérer en dehors des restrictions de la pensée linéaire et de l’espace-temps.

La façon dont j’essaie d’utiliser le mot « sacré » ici est dans le sens d’une connaissance intérieure profonde, instinctive, pour laquelle certains aspects de la vie ne peuvent être piétinés ou violés. Ils restent réservés à la Source qui nous donne l’existence. De plus, en limitant notre champ d’action, notre conscience individualisée se connecte au-delà de notre sens séparé de soi et dans le système dans lequel nous existons, un tout plus grand actualisé par Dieu, le Créateur ou la Conscience Universelle de la Source.

Bon nombre des contactés avec les « guides » ou « frères aînés » extraterrestres plus bénins et à consonance spirituelle ont tendance à être des individus suffisamment formés dans des cultures basées sur la Bible qui ont hérité du sentiment que certains aspects de la vie sont particulièrement dignes de révérence car ils le sont pour être mis à part.

Sixto Paz Wells et Luis Fernando Mostajo Maertens sont deux contactés bien connus dans le monde hispanophone qui expriment un sens si net du sacré. Ce sens particulièrement intense du sacré semble être privilégié dans les pays d’Amérique latine car ils semblent encore abriter une minorité d’individus qui (même s’ils vivent également dans la modernité) ne mettent pas excessivement l’accent sur un sens profond de l’autoréalisation par l’individualisme.

Les contactés formés dans ces cultures semblent souvent avoir des relations avec les extraterrestres les plus respectueux et inspirés de la même manière, leur fournissant des messages nobles dans lesquels l’utilisation de l’expression « Le Père » en se référant à Dieu n’est pas ressentie comme dépassée ou évitée. Le mot « Amour » n’est pas non plus évité.

En outre, très souvent, le rôle cosmique important d’organisation d’une intelligence spirituelle universelle, interprétative comme « le Christ » (même fournissant une manifestation locale et terrestre comme Jésus) est mentionné sans équivoque… avec un grand respect ou révérence. D’une certaine manière cet essai traite aussi d’une « exo hiérologie » ou étude des dimensions « sacrées » de la vie en termes de relations de l’humanité avec les extraterrestres, Dieu, la conscience, la spiritualité et sa créativité dans le Cosmos.

Comme mon ami scientifique (maintenant décédé), alchimiste et maître ésotérique Juan Leal l’a enseigné : « Sans le sens du sacré, qui est un sens spirituel inné, les limites de nos actions sont transgressées.

En fait, il l’a décrit comme réel comme le besoin de nourriture, d’abri, de sexe, de sécurité, de compagnie et comme un sens ou un instinct universellement inné que même certains animaux (comme le lion) possédaient afin de rester en équilibre avec d’autres créatures dans le l’environnement et de ne pas dépasser nos activités d’exploitation dans la nature.

Autrement dit, pour faire partie intégrante du tout où nous vivons, nous aurions besoin de ce sens et il nous informerait de notre relation avec le tout. Un sens sincère, orgueilleux et dompteur du sacré serait crucial pour établir une relation saine avec le Cosmos.

Le caractère sacré nous relie à la plénitude et la plénitude provenant de Dieu nous guide vers les niveaux les plus inclusifs de la Création. Cela intensifie probablement la causalité descendante que nous pouvons intentionnellement promouvoir ou introduire dans les mondes matériel et subtil à partir de mondes «causaux» encore plus englobants fonctionnant avec la conscience la moins égocentrique.

Seuls les êtres consciemment capables de renoncer à leur égocentrisme et de vivre harmonieusement pour la plus grande plénitude pourront échapper au besoin constant de manipuler les autres (par la technologie ou tout autre moyen) et être des sujets possédés en subiront les conséquences.

De plus, leur technologie serait probablement moins limitée et refléterait également leur accès plus facile à des niveaux plus élevés de causalité descendante. Cela intensifie probablement la causalité descendante que nous pouvons intentionnellement promouvoir ou introduire dans les mondes matériel et subtil à partir de mondes «causaux» encore plus englobants fonctionnant avec la conscience la moins égocentrique.

Alors que les sensibilités personnelles et culturelles associées à un grand sens du sacré semblent se rapporter assez directement (et d’une manière locale/régionale approximative) à différents groupes extraterrestres et tandis que (dans certains cas de contact contemporains) un sens intégral et ésotérique de la magie et de la la création en tant que sacrée (généralement combinée avec l’etos mythique et miraculeux d’un milieu basé sur la Bible et généralement catholique) semble bien s’accorder avec certains des extraterrestres bienveillants les plus élevés, spirituellement édifiants (qui prétendent non seulement travailler en association avec des « maîtres spirituels »  » mais avec la  » Volonté de Dieu  » et un besoin de restaurer ou d’accomplir un  » Plan Cosmique  » majeur, tous les types d’expérimentateurs peuvent finir par être inspirés,  » reformatés  » ou connectés à un sens basique, général (même s’il est plus limité) de la sacré présent dans tous les groupes ET.

C’est peut-être la raison pour laquelle les personnes enlevées finissent souvent par reconnaître une qualité spirituelle sage à leurs expériences. En fait, tout contact suffisamment intime avec des êtres de service de soi ou de service d’autrui organisés sous le prochain niveau majeur de conscience pourrait activer un degré minimum du sens du sacré (ou de savoir instinctivement que nous appartenons à un tout plus vaste) ) en nous.

Cela peut être correctement interprété comme une prise de conscience plus « spirituelle » et peut constituer un éveil partiel de la conscience pour les personnes enlevées.

Dans ma lecture de la théorie intégrale de Ken Wilber (Wilber, 1995) et (Wilber, 2007), les « holons » peuvent être considérés non pas comme des « choses » ou des « processus » fondamentaux, mais comme des « parties-touts » simultanés structurant universellement tout événement et- ou entité ( événementiel ) existant à tous les niveaux et tous les royaumes.

Les « Holons » seraient les constituants fondamentaux de la réalité et leur dynamique s’appliquerait à tous les événements et à toutes les entités à toutes les échelles de l’être avec leurs perspectives subjectives correspondantes. Les « Holons » sont à la fois complets et incomplets, et pour eux (pour la nature structurante que nous partageons avec toutes les entités sensibles à tous les niveaux de sensibilité, y compris les extraterrestres), il serait vital de « communier »et pour se connecter ou s’étendre au-delà avec un contexte qui les contient.

En fait, cela serait aussi vital que le besoin de se protéger, de s’affirmer et d’établir des limites. Je pense que le sens du sacré équivaut en fait à cette inévitable « communion » holonique à laquelle participent toutes les entités/événements (ou choses qui sont simultanément sujets à tous les niveaux d’existence).

Lorsque les humains perdent contact avec un mode de vie naturel, leurs instincts de conservation et leur conscience fonctionnant avec une intelligence axée sur des termes linéaires peuvent les déconnecter du besoin d’être en harmonie avec les autres êtres et l’environnement.

Cependant, les extraterrestres intelligents capables de se penser et de s’organiser de manière holistique et intégrale au-delà des termes linéaires fonctionneraient à nouveau consciemment dans l’ordre holonique naturel en tant que participants conscients au sein de l’holonique exigence. Ils sauraient combien s’affirmer sans devenir pathologiques. La Théorie Intégrale serait un pont conceptuel pour aider les humains à établir un lien conscient (conceptuel et intuitif) avec l’ordre conjonctif du Cosmos qui, en termes instinctifs, produit également « le sens du sacré ». Ce serait la prochaine étape de développement nécessaire pour établir une civilisation planétaire plus cohérente et un rôle intelligent dans le Cosmos.

En fait, je soupçonne qu’une compréhension plus sophistiquée du sens du sacré est nécessaire pour prendre conscience et/ou rejoindre une communauté cosmique de manière consciente ou en tant que participants conscients avec une compréhension partagée.

Peut-être que la raison pour laquelle l’Inde a conservé une tradition ancienne si vivante faisant apparemment référence à l’association de l’humanité avec une variété d’êtres extraterrestres est peut-être que le sens du sacré permettant ces connexions était particulièrement fort dans cette partie du monde. C’est pourquoi je pense que (comme le montre le livre Alien Identities ) une certaine compréhension du fonctionnement des autres planètes a été préservée dans la littérature védique (Thompson, 1993).

Du côté pragmatique, selon les pratiques inca-andines, un sens déterminé du sacré appliqué par un humain plus conscient avec effort ( Llankay ), une profondeur de sentiment ( Munay ) et une connaissance qui inclut un processus ou une méthode ( Yachay ) peut ouvrir des portails vers des mondes supérieurs ou entre des mondes qu’aucune approche technologique externe ne peut atteindre.

Interpréter diverses communications avec des extraterrestres reçues au sein du groupe de contact Mission Rahma (Paz Wells, 2000), pas seulement les contactés agissent avec un sens du sacré dans leurs missions, mais aussi certains types d’extraterrestres ont un sens particulièrement profond (mais émotionnellement sobre et restreint) de « sacralité missionnaire » altruiste et altruiste.

Ces extraterrestres semblent également vouloir apprendre (sans nous manipuler afin d’extraire avec force) comment le pouvoir créateur unique du sentiment humain et le sens humain du sacré peuvent leur apprendre à surmonter leur stagnation évolutive et à être capables d’interagir avec le plus haut niveau. niveaux de la Création de Dieu.

Peut-être qu’un sens élevé du sacré a été partiellement perdu lors de l’attirance pour la technologie et le matérialisme lorsque – dans l’hémisphère nord – lorsque les démocraties occidentales modernes sont apparues sous une vision matérialiste-matérialiste autogénérée et influente de la vie accompagnée de convictions religieuses corrélées (et d’un sens du sacré) car cela mettait l’accent sur Dieu, un législateur exigeant et éloigné du monde matériel.

Dans cet environnement culturel (et les systèmes sociaux qui l’accompagnent), une autonomie et un individualisme prudents sont devenus le modèle nécessaire à la réalisation de soi d’une personne en vertu de lois convenues plus formelles ou strictes plutôt que par le biais d’un sentiment implicite partagé de participer volontairement à un devoir sacré, une création vivante et plus fluide.

Le sens de Dieu en tant qu’autre transcendantal sacré non limité par la contingence a été séparé du sens tout aussi nécessaire et complémentaire de Dieu en tant que soutien de la création et Source de la vie dans son ensemble. En d’autres termes, un sens influent du sacré souligné par certaines religions dans les principales cultures occidentales modernes se prête à une manipulation non holistique et matérialiste et à l’extraction des ressources du monde physique.

Je ne pense tout simplement pas que ce soit la compréhension que (bienveillante/émetteur de lumière ou non bienveillante/extraction de lumière) les extraterrestres capables de passer de leurs mondes particuliers à la nôtre raison. manipulation matérialiste et extraction des ressources du monde physique.

L’idée est que, tandis que les extraterrestres bienveillants les plus avancés ont un sens plus évident du sacré, tous les extraterrestres capables de se connecter de manière holistique avec des dimensions supérieures afin de créer des effets « transdimensionnels » (tels que l’effondrement ou la manipulation de l’espace-temps) doivent avoir un minimum de sens du sacré pour leur conscience afin de maintenir le lien entre les dimensions.

C’est peut-être l’une des raisons pour lesquelles il n’est pas facile de juger les extraterrestres « bons et mauvais » avec nos concepts limités.

Je suppose que certaines civilisations ne se connectent pas seulement à l’ensemble auquel elles se rapportent à travers leur sens du sacré avec une mentalité collective de « ruche », mais en combinant davantage leur libre arbitre individuel avec cela.

Comme cela devient de plus en plus clair dans les mondes de l’ufologie et de l’exopolitique aujourd’hui (après 60-70 ans de lecture de documents gouvernementaux divulgués et d’examen d’un vaste éventail international de personnes enlevées et contactées, rapporte un « expérimentateur » du CEIV), toutes les espèces extraterrestres ne se comportent pas de la même manière envers nous ou ne semblent pas répondre aux mêmes motivations.

Alors que tous semblent consternés par la façon dont nous traitons notre propre planète (principalement à cause du manque d’un sens clair du sacré), pour certains extraterrestres, ce qu’on pourrait appeler leurs « systèmes d’exploitation instinctifs » semble plus programmé pour des formes extérieures de dépendance à la manipulation. et la technologie tandis que d’autres semblent être instinctivement programmés pour s’aligner sur les principes spirituels intérieurs d’une manière pratique.

Cependant, encore une fois, ma thèse est que les deux types d’ET (ceux qui reconnaissent et émanent une lumière intérieure pour servir les autres et ceux qui reconnaissent la lumière des autres pour se servir eux-mêmes) transcendant déjà les limitations rigides de l’espace-temps ont un aspect plus avancé, « holistique », une manière de relier leurs emplacements consciences au Cosmos dans son ensemble.

Qu’ils soient au service d’autrui ou au service d’eux-mêmes, ils auraient un respect instinctif (ou un sens du sacré) pour les processus d’harmonisation de ce Cosmos dans son ensemble et ne transgresseraient pas (même s’ils avaient une inclinaison négative) certaines limites nécessaires pour maintenir cela. équilibre et respect.

Si tous les extraterrestres fonctionnant de manière transdimensionnelle possèdent un niveau minimum de respect pour l’ensemble grâce à un sens effectif du sacré, pourquoi les plus bienveillants semblent-ils « trop insister là-dessus ? Pourquoi certains contactés et extraterrestres insistent-ils tant sur Dieu, le Plan Cosmique?

Pendant environ 39 ans, j’ai également observé que le type particulier d’extraterrestres guidant (et prétendument apprenant de) certains de mes contactés latino-américains les amis ont vraiment (d’un point de vue régulier, humain et expérientiel) été respectueux, encourageants, responsabilisants et gentils. Ils n’ont démontré leur présence vibratoire physique-énergétique supérieure à ces amis qu’après les avoir préparés à de véritables expériences de contact physique.

Autant que je sache, ces extraterrestres appartiennent à un grand collectif de civilisations affichant différentes formes physiques, communication et densités culturelles et physiques même si elles sont associées par des valeurs partagées et des niveaux de conscience partagés mais – pour les contacts extraterrestres initiés ou initiés par l’homme – ceux avec les apparences physiques humaines ont été normalement attribuées.

Si à travers la Mission progressive et respectueuse Rahma contacts (qui respectent également des choix conscients) nous avons en effet affaire ici aux types d’extraterrestres les plus avancés, protecteurs et bienfaisants contactant l’humanité en ce moment (peut-être ceux avec lesquels nous devrions essayer de nous lier le plus d’amitié) pourquoi leur accent mystique et religieux sur le sens du sacré soit si pertinent?

Se pourrait-il que la polarisation positive vers le service d’autrui soit, après tout, plus sacrée que la polarisation vers le service de soi permise par le Créateur. Serait-ce que le service de soi (tout en étant un complément logique à son contraire) se range du côté de l’illusion d’indépendance vis-à-vis du Créateur?

Se pourrait-il qu’à la fin, seul un retour à une orientation de service d’autrui est plus conforme à la façon dont le Créateur opère… en donnant vie et en étant aux « autres » qui existent potentiellement en lui? Cela semble être ce que The Ra Material (l’un des livres « canalisés » les plus crédibles) semble également dire (Elkins et al 1984).

Le chemin de la reconnexion

Le chemin de reconnexion au cosmos consiste à trouver des moyens de lier notre moi paroissial, lié à la terre, avec une organisation beaucoup plus large fonctionnant sous des prémisses plus larges et inclusives.

En exopoliticiens, devenant progressivement plus crédibles et donc influents pour orienter les politiques vers la présence extraterrestre dans le monde « réel » formel, devrions-nous nous concentrer sur les VISIONS DU MONDE et les TECHNOLOGIES et interpréter les agendas extraterrestres selon la façon dont nous sommes déjà enclins à interpréter la réalité sur la base de nos visions du monde ou devons-nous d’abord comprendre pourquoi nous voulons ce que nous voulons et sommes tels que nous sommes?

Les visions du monde et les « paradigmes » ne sont pas les mêmes.

Selon Ken Wilber, « Paradigms » = Visions du monde + leurs méthodes associées utilisées pour divulguer et modifier ce que nous ressentons en tant que « réalité », mais les deux surgiraient à l’origine avec des niveaux de conscience particuliers (Wilber, 2007).

Alors peut-être que les problèmes à considérer afin de comprendre les types extraterrestres et nous-mêmes en tant qu’espèce ne concernent pas simplement les visions du monde qu’il serait plus sain d’adopter.les consciences accueillent et génèrent les visions du monde et les paradigmes qui relient excessivement notre existence à l’auto-préservation, à la déconnexion, aux conflits et au manque de confiance.

Notre sentiment de sécurité ou d’acceptation des autres est-il encore trop primitif pour comprendre comment nous devrions nous rapporter à une communauté cosmique complexe capable de s’effondrer et de manipuler l’espace-temps?

Pourquoi sommes-nous si galvanisés par des scandales qui attirent l’attention et des événements négatifs?

Sans reprogrammer notre programmation égocentrique, basée sur la peur et la survie, déconnectant nos consciences individuelles du tout, nous ne pourrons peut-être pas accéder à la conscience non locale, universelle et actualisante à laquelle le physicien Amit Goswami fait référence ( Goswami , 2009) et restent forcés de choisir de manière non créative sur ce que nos modèles de mémoire séquentielle nous donnent.

Sans le sens du sacré, nous ne pouvons pas nous associer ni actualiser de manière créative l’ unicité fondamentale de chaque moment expérientiel en conjonction avec la Conscience Universelle.

Dans le domaine des OVNI-ET, beaucoup de choses sont discutées (et vendues) avec enthousiasme au sujet des extraterrestres qui veulent nous asservir ou qui contrôlent des sociétés secrètes ; on parle beaucoup d’une « ascension » d’évasion ou de solutions aux problèmes humains grâce à une technologie interdimensionnelle avancée ; sur les gris (qu’ils soient bienveillants ou malveillants) et de leurs suzerains reptiliens.

Une grande partie est imputée aux intérêts financiers des illuminati, ou à un gouvernement secret incontrôlable/appareil de sécurité nationale.

Bien qu’il puisse y avoir une certaine vérité à ces détails , nous analysons encore et de les interpréter dans le même vieux gagnant-perdant, jeu de blâmer nos vieux modèles, sous la physicalistes, compréhensions matérialistes qui nous ont servi à survivre dans un monde limité par l’espace-temps.

Nos esprits et nos sentiments penchent encore trop vers des interprétations « ou bien » techno-matérialistes ou trop idéalistes (et ascensionnistes ?) de la signification de la présence extraterrestre et peut-être que toutes ces interprétations partielles (qu’elles soient partiellement correctes) ne le sont pas. ce qui compte vraiment le plus selon notre participation cosmique et notre croissance dans le plus grand schéma des choses.

Alors que des dichotomies existent dans les plans matériels, peut-être que l’accent mis sur elles contrecarre notre passage à l’étape suivante.

Peut-être devons-nous évoluer vers une approche plus intégrale, intégrative ou reconnective vers une réalité beaucoup plus vaste qui nous fait signe.

Ce n’est qu’ainsi que nous prendrons d’abord conscience de nos identités potentielles ou encore largement non manifestées en tant que participants à une société planétaire et à une espèce unique.

Nos logiques et nos sentiments doivent être guidés par une unité plus large du cosmos, représentée par un niveau de conscience supérieur auquel participent les autres êtres. Le sens du sacré est à la base de la participation à un niveau particulier de réalité en équilibre avec le contexte.

Peut-être ne sommes-nous pas tellement captifs du progrès des technologies modifiant nos méthodes de production, nos habitudes, nos relations sociales, nos transactions et autres processus expérientiels. Peut-être que nous ne sommes pas non plus captifs de nos visions du monde particulières (et apparemment incompatibles entre elles) (dont beaucoup se disputent la suprématie dans le monde aujourd’hui).

Peut-être sommes-nous vraiment « pris en otage » par un sens insuffisant du sacré qui nous empêche de comprendre les complémentarités d’une manière connective et en corrélation avec cela, nous sommes possédés par nos attachements à de vieilles prémisses inconscientes qui semblent « avoir un sens » pour satisfaire notre moi limité -les identités et les relations perdues, instinctives avec la réalité matérielle.

Peut-être que nos consciences (en tant qu’espaces d’interprétation expérientielle avec un potentiel infini) sont peuplées d’objets mentaux incorporés inconsciemment qui possèdent et gèlent la gamme possible de nos subjectivités expérientielles et les niveaux d’inclusivité ou de conscience que nous pouvons atteindre (définis au sens large comme notre prise de perspective capacités).

Peut-être que ces niveaux de conscience encombrés et figés reflétant la façon dont nous hiérarchisons nos besoins pré-verbalement ressentis et liés à nos instincts et comment nous adoptons (volontairement ou adaptativement), rejetons ou modifions des visions du monde (maintenant plus variées et plus ouvertement disponibles en raison du processus de mondialisation) peuvent être nettoyés ou, plutôt, « reformatés » par un sens simple mais radicalement connecté du sacré, un peu comme ce qui est vécu par la plupart des contactés et, prétendument, par certains de leurs (et nos) amis extraterrestres.

De bons exemples de diplomatie citoyenne pour apprendre

Quel serait le rôle d’une relation saine et mutuellement enrichissante avec notre « famille » extraterrestre (elle-même promouvant un sens sacré du devoir au service de l’ensemble de la création « du Père »)?


Il y a des contactés comme Luis Fernando Mostajo de Bolivie et Sixto Paz de Lima, Pérou qui, à travers leurs paroles et leurs activités liées aux nobles « missions », dégagent un sens du sacré.

D’autres comme Ricardo Gonzalez (qui semble être plus pragmatique et peu enclin aux vols encombrés de « discussions spirituelles ») démontrent également un sens très responsable du sacré grâce à un travail responsable, une pensée critique autocorrective et un sens implacable de la mission.

Ce qui suit est une série d’extraits portant sur des expérimentateurs qui peuvent être considérés comme ayant des contacts « positifs » « respectueux » ou « bienveillants ».

Il entend montrer que bien d’autres contactés que ceux qui viennent d’être mentionnés (ainsi que leurs prétendus amis extraterrestres) possèdent également un sens indispensable du sacré même s’il s’exprime sous des intensités et des styles différents. Comme la plupart des références à leur sujet sont en espagnol, je fournis des traductions chaque fois que nécessaire.

Pablo Hawnser

En 1998, j’ai rencontré à Mexico l’ingénieur pétrolier Pablo E. Hawnser , un homme contacté affirmant avoir eu des contacts physiques entre 1989 et 1990 avec des « personnes » extraterrestres humaines polies et normales de la région des Pléiades (des individus qui l’ont emmené à bord d’un vaisseau spatial après avoir rencontré avec eux à Mexico comme des humains d’apparence nordique, normalement habillés, capables de se déplacer en ville et même de payer avec de la monnaie humaine).

Il aurait contacté un’man extra – terrestre » nommé « Rahel » et une ET « femme » nommée « Mirza » et après quelques conversations et une invitation a été prise à bord d’ un métier et à « Planète Milburbek” dans lequel il a séjourné dans un appartement et a appris à combiner les concepts spirituels et scientifiques.

On lui aurait dit que Dieu est la vie elle-même et que le Cosmos est sa (sa) manifestation. On lui a dit que les humains terrestres ont également besoin de comprendre de manière raisonnable à travers l’intellect comment l’esprit et la matière proviennent de la même source et se combinent. En comprenant cela, les humains comprendront leur propre composition et dissiperont un sentiment de fierté en devenant plus capables de contempler la grandeur créatrice et l’immense bonté de Dieu.

Selon Hawnser , la vérité réunit le spirituel et le scientifique et les deux, y compris la matière physique, les lois universelles et tous les plans d’existence découlent de Dieu.

Pour Hawnser avoir la ‘foi’ (qui est un fanatisme léger et non dogmatique) c’est dissiper l’ignorance métaphysique et porter un regard avec l’esprit et ce regard spirituel est capable d’atteindre la vérité.

Ces extraterrestres (qui vivent comme une société humaine idéale dans un niveau supérieur de troisième dimension, mangent des repas très légers et délicieux, pratiquent des sports et du travail non violents) lui ont dit qu’il y avait une communauté de civilisations qui avait atteint un niveau de base de compréhension sur la façon dont l’esprit et la physique s’entremêlent et que cette communauté était organisée par des êtres plus évolués qui leur permettaient d’interagir de façon limitée avec des civilisations naissantes comme la nôtre.

En fait, ils lui auraient dit que ces êtres plus évolués les avaient également « transportés » sur Terre. Pour qu’ils interagissent plus ouvertement avec nous, nous devrions « faire nos devoirs…» (La Réponse, 2009). est vraiment une synthèse intéressante de la science et des lois spirituelles pointant vers la convergence de la mécanique quantique et de la Relativité d’Einstein.

Antonio Portugal Alvizuri

M. Portugal est un homme d’affaires bolivien vivant à La Paz et membre de longue date de l’Unité nationale d’archéologie de Bolivie. En 1981, lui, moi et un ami avons été conduits par des indigènes Aymara intermédiaires sur le site d’un « Chinkana» ou tunnel souterrain relié à une « ville » souterraine physique près des rives de ce qui dans les Andes est considéré comme le lac Titicaca « sacré ».

Ce tunnel aurait fonctionné comme un ancien conduit de ventilation (fermé depuis longtemps) pour cette ville et lui et son ami n’ont pu aller que si loin en raison d’une terrible odeur et d’un manque d’oxygène. Cependant, alors qu’il était de retour chez lui et prévoyait de revenir pour une exploration plus approfondie, il a été contacté par des êtres en robe de taille normale qui ont traversé les murs de sa chambre affichant des cheveux blonds brillants, une peau éclatante et des yeux jaune-vert.

Ils lui ont transmis un joyeux sentiment de paix et de plénitude mais lui ont dit de ne pas poursuivre ses explorations ou de révéler l’emplacement du « Chinkana » car les gens et les archéologues n’étaient pas prêts à s’y rendre pour les bonnes raisons.

Après cette expérience de contact, M. Portugal a tous deux développé des capacités de projection astrale grâce auxquelles il a visité des habitations souterraines physiques et astrales, y compris une «ville illuminée» sous le lac Titicaca.

Il aurait également contacté les descendants d’une civilisation arrivée il y a des éons de l’étoile Sirius et qui s’était adaptée aux conditions de vie de la Terre (et avait évité les attaques d’adversaires mal intentionnés) vivant à l’intérieur de villes souterraines interconnectées construites depuis l’époque de « MU ».

M. Portugal, auteur de Secret Cities in the Andes, mentionne le mot « sacré » dix-neuf fois dans ce livre. Il mentionne également que les maîtres spirituels et les êtres astraux avancés gardent les entrées du réseau de « villes » physiques et non physiques (y compris la « Ville de la Lumière » sous « Wiñaymarka »ou la petite portion du lac Titicaca) se préparant à une époque où l’humanité (peut-être après de grands bouleversements) sera éthiquement prête à recevoir beaucoup de connaissances stockées.

Après avoir montré (dans un état astral) les entrées vers d’autres dimensions utilisées pour illuminer la ville souterraine et pour les voyages extraterrestres dans l’espace, M. Portugal a également été informé par ses guides astraux : « Le lac Titicaca est le centre de la Congrégation des villes souterraines du Sud L’Amérique et où se trouve le Temple du Créateur du Cosmos » (Portugal, 2009, emplacement 798).

Il a également brièvement rencontré les maîtres supérieurs qu’il décrit comme non transparents ou physiques et émettant une aura géante et multicolore sentant « un énorme flux d’énergie, de gentillesse et de sagesse venant d’eux… une énorme générosité naturelle » (Portugal, 2009, emplacement 662)

Enrique Castillo Rincón

Enrique Castillo Rincón est considéré par de nombreux chercheurs comme un véritable contacté probablement parce que (outre les témoins et les preuves objectives fournies) son style direct est également ressenti comme plus réaliste. Il n’est pas enclin à « un discours spirituel grandiloquent » ; cependant je détecte aussi en lui et dans les extraterrestres humains accessibles, il a rencontré un sens du sacré.

Par exemple, lors d’une importante expérience de contact avec un chef extraterrestre appelé  » Ciryl « , il (ainsi qu’un témoin anglophone contacté appelé Eallyn) se serait dit (après un long discours sur la façon dont l’humanité est en train de détruire la Terre)

« L’esprit de l’homme a un héritage basé sur les étoiles ! Retournez dans vos pays et réfléchissez bien avant de parler. Nous sommes frères. Le temps viendra où nous devrons apparaître devant les yeux de la planète. Cela a été envisagé, mais les changements doivent être produits par vous. Je vous dis adieu en pensant au bon usage de votre intelligence et de vos critères pour faire face aux changements qui conduiront l’Homme à reconnaître son essence intérieure et à apprendre et comprendre que sa propre essence est l’Éternité ! (Castillo Rincón , 2000, p. 91).

En outre, lors d’une autre expérience de contact physique, l’ Pléiadien extra-terrestre « Krhamakan » lui aurait dit :

« Il n’y a pas de pouvoir dans le Cosmos similaire à l’ amour … Les choses de l’esprit sont conduits par l’âme et l’ amour est impérissable parce qu’il découle de la plus profonde de la ÂME… L’AMOUR Authentique a deux grands alliés très importants : un langage amoureux et la tendresse. L’égoïsme est un symptôme pernicieux qui oblige l’Homme à s’accrocher à ce qu’il a et à l’augmenter mais ce qui est bon dans son cœur lui rappelle qu’il n’est que celui à qui on a prêté ces propriétés pour les maintenir avec équité » (Castillo Rincón , pp. .118-123).

Roberto Vargas de la Gala & Kandy Ségovie

Depuis plusieurs années, je connais Roberto et Kandy et il y a plus de 10 ans, j’ai interrogé des témoins qui ont corroboré certaines parties des expériences de Roberto. Roberto et Kandy sont un couple marié qui – après l’expérience de contact de Roberto avec un très grand « guide » extraterrestre appelé GODAR à Tacna, dans le sud du Pérou – poursuit activement l’activation de codes génétiques latents qui transformeraient les êtres humains actuels en personnes plus spirituelles et plus conscientes du point de vue cosmique.

Kandy et Roberto mènent des groupes le long du « Capac Ñan » ou le chemin sacré ou « royal » alignant physiquement les temples incas le long de la « route inca ». Ils le font afin de les aider à activer les gènes dormants alignés sur Christ en interagissant avec des sites connectés à l’énergie cosmique dans la grille énergétique de la Terre (également connectés à des niveaux de conscience plus élevés).

Ils enseignent également qu’à travers des expériences d’amour et d’empathie, nous pouvons activer ces gènes dormants prêts à générer une espèce humaine plus consciente spirituellement.

De plus, ils nous disent que nous possédons tous des « gènes miroirs » spéciaux à travers lesquels l’activation et l’éveil génétique de chaque personne seraient également retransmis à l’humanité dans son ensemble.

Leur sens du sacré et du service pour des raisons aimantes et mystiques peut être discerné dans les déclarations suivantes :

« L’ADN de l’humanité contient des programmes qui ont été conçus par les hautes hiérarchies spirituelles et qui, lors de la réception d’informations (comme des énergies cosmiques, des expériences de contact) commencent un processus de transmutation dans différents aspects (de la vie) tels que la parole, le langage, la pensée, les émotions , sentiments, discernement… c’est pourquoi nous pouvons maintenant comprendre que, derrière les expériences de contact avec des êtres extraterrestres et intra-terrestres, il y a deux aspects fondamentaux à considérer pour l’être humain:

Le premier est notre « action » qui à travers l’ADN miroir affecte l’humanité et le second, c’est la « compréhension » de notre rôle dans ce plan cosmique basée sur une analyse qui permet d’offrir un meilleur service avec amour.

Roberto et Kandy parlent (au moins de certains) extraterrestres comme de « compagnons » derrière notre voile d’oubli nous aidant à nous souvenir et à découvrir le rôle, la tâche et l’engagement envers le but supérieur pour lequel nous avons été convoqués ; (nous aidant à) sentir que le message et la vie de Jésus sont le chemin que nous devons emprunter en tant qu’humanité pour sceller la rédemption planétaire à travers un degré cosmique de pardon (des méfaits commis contre nous dans le passé). (Vargas de la Gala, 2009, pp. 99-100)

Vlado Kapetanovic (nom de plume Vitko Novi)

Pendant plusieurs années, j’ai connu cet ingénieur électricien et contacté yougoslave vivant au Pérou et dont les expériences ont commencé en 1960 dans les montagnes par la centrale hydroélectrique de Huallanca et dans les villages de montagne voisins.

Au cours de ses contacts, il a observé le sens de la révérence que les villageois de haute altitude (vivant près de la rivière Quitaraxa ) ont pour les extraterrestres « très puissants et gentils » d’une planète appelée  » Apu « . Dans l’une de mes interviews, il m’a dit que les Apuniens eux-mêmes ne voulaient pas être vénérés mais qu’ils vénèrent tellement toute « vie basée sur les cellules » qu’ils ne voulaient forcer personne à croire en eux car cela pourrait nuire à leur cellules. Il m’a aussi dit que les Apuniens aiment aider tout le monde dans la mesure du possible dans le cadre de leur devoir sacré d’aider toute la vie et que lorsqu’ils vous ont salué, ils ont dit « Tous pour les autres ». De plus, il m’a dit dans un récit concernant sa troisième expérience de contact :

GP – Comment s’est passée votre troisième expérience?

VK – Le 15 mai 1960, Quispe le technicien et moi sommes allés nous promener dans les collines et nous avons rencontré des bergers dans des huttes près d’un feu de camp. D’une hutte sont sortis un garçon en pleurs et une dame en pleurs. Nous avons demandé à cette dame pourquoi elle pleurait et elle a répondu qu’il y a une semaine, un de ses garçons s’était fracturé la colonne vertébrale et plusieurs côtes. Ensuite, nous sommes allés dans la hutte pour voir son garçon. Il avait environ dix ans et son corps avait une couleur bleu foncé associée à la gangrène.

Nous lui avons demandé de nous autoriser à emmener le garçon dans la ville de Caraz pour un traitement.

Elle a catégoriquement rejeté cette proposition car « les dieux viendront le guérir ». Je m’attendais à ce qu’ils dansent nus et invoquent les esprits quand soudain un petit avion est descendu à la verticale sans aucun bruit. Tout le monde autour du feu de camp s’est levé lorsqu’une femme est sortie de cet engin, s’est approchée et est entrée dans la hutte.

Portant le petit garçon dans ses bras, elle l’a emmené dans l’avion (un engin extraterrestre précédemment atterri camouflé en avion). Tout le monde autour de moi s’est agenouillé, mais je suis resté debout jusqu’à ce que mon compagnon me dise de m’agenouiller. Elle s’est ensuite approchée et a dit : « S’il vous plaît, levez-vous. Nous ne venons pas sur Terre pour être remerciés, payés ou adorés à genoux parce que nous avons la mission sacrée (c’est moi qui souligne) de tout faire pour les autres.


Alejandro González

Alejandro est un contacté du Mexique qui a décidé en 2011 d’informer le public de ses expériences de contact. C’est un habitué, bien éduqué, professionnel et n’a eu que quelques interviews télévisées. Je me suis lié d’amitié avec lui en ligne et nous avons échangé des idées. Il me semble sincère et équilibré. Il fait d’abord référence au fait qu’il a été contacté depuis son enfance, principalement par des Siriens physiques en 5 dimensions.qui ont un service aux autres ou une orientation « positive », la peau couleur de dauphin et mesurent entre 6 et 6,5 m.

Ceux-ci font partie de ce que nous pouvons appeler une « Confédération Galactique de Lumière », mais les noms n’ont pas vraiment d’importance autant que l’intention que nous donnons à ces noms. Ces êtres à orientation positive recherchent l’amélioration collective de leur groupe multiraciale tandis que les êtres orientés négativement ne cherchent qu’à profiter à leur propre race. Les humains n’ont pas encore atteint ce sens de la communauté en tant qu’unité unique.

Les Pléiadiens à orientation positive qu’Alejandro connaît comprennent également de grands Pléiadiens blonds aux cheveux longs, des Martiens similaires aux humains de la Terre mais avec une grosse tête, des Arcturiens hautement protecteurs (qui n’interviennent que si nous demandons de l’aide) et ceux avec une peau de poisson.

Il dit que ceux qui ont de la lumière et ceux des ténèbres se reproduisent sexuellement, à l’exception des gris qui ont de sérieux problèmes à cause d’un trop grand nombre de clonages. Il dit que ces derniers sont en passe de ne pas être capables de produire des corps pouvant abriter des âmes avec conscience.

Parmi les races extraterrestres négatives, il mentionne les dinoïdes , les insectoïdes , les reptiles, les dracos., et certains non physiques qui ressemblent à des vampires. L’une des raisons du conflit en Atlantide était que certains humains le défendaient et d’autres – comme les reptiliens – voulaient interférer avec nous et modifier négativement notre génétique.

Les races extraterrestres ne peuvent pas mentir et doivent dire la vérité lorsqu’on les confronte et qu’on leur demande si elles viennent de la lumière ou des ténèbres, car si elles mentent, la cause et l’effet se manifestent pour elles beaucoup plus rapidement.

Ils n’ont pas autant de dualité interne que nous et nous considèrent comme primitifs mais savent aussi que seules les âmes anciennes et expérimentées se portent volontaires pour naître dans la densité d’un monde comme le nôtre.

Ceux de la lumière et des ténèbres attendent que les humains apportent leur sagesse originelle à l’une ou l’autre polarité.

Ils attendent que les êtres humains prennent conscience de qui ils sont et de ce qu’ils peuvent faire.

L’humanité a été créée pour apporter l’harmonie à la dualité et a été à l’origine placée sur quatre planètes vivantes qui avaient autrefois de l’eau (outre la Terre, Mars, Maldek et Vénus).

Dinoïdes , Reptiliens et Siriens vivaient déjà sur Terre mais ont été forcés de vivre (au moins depuis la surface) et les reptiliens revendiquent toujours la planète (et maintenant les humains qui y vivent) comme la leur.

Certains des messages d’Alejandro sont :

La principale raison d’avoir des contacts ou de partager à leur sujet est de responsabiliser les êtres humains ; que nous devrions savoir que nous sommes très puissants mais dotés d’une dualité interne, tout en étant également la race la plus récente du voisinage cosmique. Les extraterrestres font partie de notre histoire autant que nous faisons partie de la leur et qu’avant de choisir de devenir des êtres humains nous avons vécu comme des extraterrestres.

Les humains vivent sept vies simultanément car ils sont multidimensionnels, mais nous pouvons tenir ces sept vies au cours d’une seule vie. Il y a le libre arbitre qu’ont les extraterrestres et les humains et il y a aussi des êtres de ténèbres et des êtres de lumière et parce qu’aucun d’entre eux ne viole vraiment le libre arbitre humain, ceux des ténèbres (qui peuvent être distingués par leur vibration) prétendent être de lumière afin de nous de les accepter par notre libre arbitre.

Selon Alejandro, rien ne peut limiter nos actions à part notre propre conscience de qui nous sommes et la chose la plus sacrée et unique dans l’Univers est la LIBRE VOLONTÉ.

L’avancement ne peut pas être mesuré par l’accomplissement technologique. La moindre quantité de technologie qu’une civilisation possède, plus elle peut être spirituellement avancée, plus elle est bonne.

Nous avons été créés afin d’essayer de résoudre la longue histoire des problèmes de dualité et des conflits que les races extraterrestres avaient entre elles . Ceux des ténèbres n’ont pas d’émotions et utilisent les énergies des autres s’ils le peuvent. Ceux qui ont de la lumière ont des émotions mais sont trop structurés et essaient d’apprendre de ceux qui – comme nous – sont différents d’eux. Nous sommes la race avec les émotions les plus intenses.

Où est le sens nécessaire du sacré dans tout ça?

Selon Alejandro, ceux de la lumière et ceux des ténèbres défendent et protègent leurs planètes natales et la Terre en tant qu’entité vivante et si elle est en grand péril, ceux de la lumière « les frères aînés » interviennent pour l’aider et ceux des ténèbres ne le font pas. Mais la Terre semble être sacrée pour les deux types.

Seuls les humains semblent déterminés à détruire l’être aimant qu’est la Terre et elle connaît en profondeur chaque humain sur la planète et aime même ceux qui lui font du mal. Les humains sont très importants pour la création et leur relation avec la Terre est directe et comme celle qui existe entre une mère et ses enfants. Si ses enfants vont bien en découvrant qui ils sont vraiment, elle va bien.

À bien des égards, les vaisseaux spatiaux ET sont une réplique de leur planète d’origine et les humains très sensibles à bord sont plus affectés émotionnellement par les énergies à l’intérieur des vaisseaux spatiaux.

À long terme, le principe de l’AMOUR est accepté même par les races obscures qui savent qu’elles expérimentent un processus mais finiront par devenir de la lumière.

Conclusion

Toutes les voix des contactés que j’ai brièvement présentées ont transmis d’une manière ou d’une autre l’importance d’un « sens du sacré » comme élément absolument nécessaire pour reconnaître sérieusement le contexte universel qui lie des formes particulières d’existence à un ensemble harmonieux.

Alors que dans la dernière partie de cet essai je me suis concentré sur l’exemple de contactés que je considère avoir contacté des extraterrestres bienveillants ou bienfaisants, je réitère que, pour fonctionner de manière transdimensionnelle, tous les êtres (qu’ils soient bienveillants ou non) doivent avoir un sens clair qui les conduit pour comprendre leurs limites.

C’est le sens du sacré appliqué sur un mode de service de soi ou de service d’autrui.

Retrouver ce sens semble faire partie de la croissance en tant qu’espèce planétaire unifiée et de la redécouverte de qui nous sommes.

Même parmi les extraterrestres orientés négativement (comme décrit par Alejandro Gonzalez), agir sur ce sens consciemment reconnu pourrait signifier qu’ils n’iront pas au-delà d’un certain seuil dans leurs actions simplement parce que – comme précédemment posé – ce sens impose des limites naturelles à un être intelligent, leur champ d’action, pour ne pas perturber l’harmonie de l’ensemble dont nous (plus fondamentalement et avant nos différences) sont intégrés en tant que participants.

En fait, pour être un être physique à quatre densités (et-ou à quatre dimensions), il faudrait probablement accepter ses rôles et ses limites dans l’ensemble des choses après avoir incorporé un sens holistiquement harmonisant et non local, interconnecté du sacré avec tout ce qui est réalité.

Je pense que parmi l’ensemble complexe d’extraterrestres « transdimensionnellement capables » qui interagissent avec l’humanité en ce moment, il existe un « équilibre des pouvoirs » permis par un degré nécessaire de respect des règles d’engagement et des rôles de chacun sur la base d’un sens partagé au minimum du sacré. .

Le sens du sacré relierait les individus et les espèces à un tout dont ils ont besoin pour maintenir leur manière d’être. Les extraterrestres bénins et non bénins devraient partager différentes manières de partager cette même caractéristique.

Nous aurions besoin de renouer avec ce sens instinctif afin de passer à la prochaine phase du développement humain en tant qu’espèce planétaire en relation avec l’ensemble transdimensionnel et complexe des civilisations cosmiques qui, pour diverses raisons, interagissent avec nous (et l’ont fait historiquement peut-être depuis notre création).

Nous devons grandir et devenir plus sophistiqués sur le fonctionnement du Cosmos. Nous devons décider quel est notre rôle dans le Cosmos et avec qui nous allons aider et échanger plus activement.

Dans le cas des extraterrestres du service de soi (à peine abordé dans cet essai), le sens du sacré peut être particulièrement adapté au profit de leur propre « race » en tant que « tout ». Leur conception de l’éthique ne serait pas aussi grossière que la nôtre. Ils connaîtraient leur place et leurs limites dans la mesure où ils se conforment à leur sentiment participatif d’appartenance à un tout plus large (ou sens du sacré).

Comprendre que ces extraterrestres participent également d’une conscience supérieure même s’ils sont orientés négativement (en essayant de profiter des autres si cela est autorisé) donnerait à l’analyse exopolitique un plus grand degré de subtilité.

Bien sûr, les extraterrestres bienveillants ou orientés positivement peuvent être plus expressifs sur leur propre sens du sacré, comme dans le cas de ces contactés liés à la région andine précédemment mentionnée et qui (qu’elle soit en quatre ou en cinquième dimension ?) semblent s’accrocher à une vision curative originale pour laquelle l’humanité a été créée.

C’est peut-être parce qu’en sublimant son ego, la lumière qui soutient l’existence peut être reconnue et canalisée depuis les profondeurs de son être essentiel.

Quoi qu’il en soit, un sens solidement développé du sacré dans l’humanité pourrait être une condition requise pour arrêter de « recréer de manière non créative » la vie sous des modèles déconnectés et pour connecter non localement nos consciences situées/incarnées avec une vaste communauté cosmique capable de transcender les plus grossières limites de l’espace-temps

Giorgio Piacenza Cabrera


Que pensez-vous de cet article ? Partagez autant que possible. L'info doit circuler.

Veuillez aider à soutenir les médias alternatifs. Nous suivons la vérité, où qu'elle mène. Merci



ELISHEAN 777 Communauté pour un Nouveau Monde

(Vu 73 fois, 1 visites aujourd'hui)

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page